Ophrys


Ophrys apifera (ophrys abeille)
Photo prise le 14/05/09 à Cénac (33)

Les ophrys forment un genre bien particulier dans la famille des orchidacées. Le nom du genre signifie en grec "sourcil", sans doute en raison de la forme arquée des sépales inférieurs, mais on peut aussi penser aux nombreux poils qui recouvrent le labelle. Ce dernier est l'élément le plus spectaculaire de la plante : son apparence attire certains insectes mâles qui viennent copuler avec lui et repartent chargés de pollen. Les ophrys sont des plantes poussant surtout sur le calcaire, beaucoup d'espèces étant essentiellement méditerranéennes. La plupart des feuilles sont basales, mais on trouve aussi quelques feuilles caulinaires engainantes. Les fleurs n'ont pas d'éperon. Elles forment un épi plutôt lâche (dans quelques espèces, elles sont solitaires). Leurs sépales sont assez grands, souvent étalés, généralement verts ou roses. Les deux pétales sont beaucoup plus petits en général, parfois filiformes, souvent velus. Le labelle, non lobé ou trilobé, porte en principe un épais feutrage de poils courts avec une zone centrale luisante (appelée macule ou miroir). 

Espèces décrites ici

Ophrys apifera

Ophrys apifera (ophrys abeille) : comme la plupart des ophrys, se rencontre surtout dans la garrigue (floraison : mai-juin). Feuilles engainantes, ovales-oblongues. Fleurs à grands sépales roses, le supérieur souvent réfléchi. Deux petits pétales verdâtres et velus. Labelle évoquant un abdomen d'abeille, à lobes latéraux bossus et très velus, à lobe central brun velouté avec un écusson glabre entouré de marques jaunes. L'étamine est surmontée d'un bec allongé et sinueux. Nom catalan : abellera. Photo prise à Bélesta le 02/06/05

Ophrys scolopax (ophrys bécasse) : plus précoce que la précédente, cette espèce surtout méditerranéenne fleurit de mars à juin (lieux herbeux et caillouteux, sur calcaire). Feuilles ovales-allongées. Fleurs en long épi lâche (3 à 8 fleurs). Trois sépales roses presque aussi longs que le labelle. Deux petits pétales roses finement velus. Labelle trilobé, le lobe central, presque cylindrique portant des taches symétriques. Le gynostème se termine par un long bec rappelant celui de la bécasse. Nom catalan : abellera becada. Photo prise à Périllos le 28/04/05


Ophrys tenthredinifera Willd. (ophrys guêpe, ophrys à grandes fleurs) : espèce typiquement méditerranéenne, de 10 à 30 cm, assez rare, poussant sur les coteaux arides ou herbeux, protégée nationalement. Feuilles oblongues. Fleurs groupées par 3-6 en épi assez court. Les sépales (grands, oblongs, étalés) et les deux petits pétales sont d'un rose vif. Le labelle, très velu, est brun, bordé de jaune verdâtre, très légèrement trilobé, terminé par un petit appendice en forme de dent repliée. Le gynostème ne se termine pas en bec. Floraison en avril. Noms catalans : abellera vermella, mosques vermelles. Photo prise à Saint-Paul-de-Fenouillet le 15/04/09.
Ophrys ciliata Biv. (ophrys cilié, ophrys miroir), syn. Ophrys speculum Link : autre espèce protégée nationalement, c'est un ophrys très rare, d'autant qu'il se rencontre souvent en exemplaires isolés. Il pousse dans les lieux herbeux, surtout méditerranéens, et mesure de 10 à 25 cm. Feuilles ovales-allongées. Fleurs en épi lâche de 2-6, accompagnées de bractées dépassant l'ovaire. Les sépales sont oblongs et jaune verdâtre ; les deux pétales supérieurs, petits et triangulaires, sont couverts de poils brun-rouge. On retrouve les mêmes poils brun-rouge autour du labelle, qui porte en son centre une tache d'un bleu métallisé particulièrement lumineux, comparable à un miroir. Ce miroir est lui-même entouré d'une bordure jaune ou verte. Floraison de mars à mai. Noms catalans : abellera de mirall, mosques blaves. Photo prise à Moussan (11) le 24/04/11.

Ophrys lutea (ophrys jaune) : espèce poussant dans les lieux herbeux et secs, fleurissant de mars à mai. Feuilles ovales-oblongues, les inférieures obtuses, les supérieures aiguës. Fleurs en épi de 2 à 7. Sépales vert jaunâtre, le supérieur un peu en capuchon. Pétales supérieurs étroits, plus courts que les sépales. Le labelle est entouré d'un large bord jaune. Il est brun-rouge à l'intérieur, avec deux taches allongées et glabres. Nom catalan : abellera groga. Photo prise à Périllos le 28/04/05

Ophrys lupercalis (ophrys précoce) : ce petit ophrys à tige grêle de la section fusca-lutea fleurit en mars avril, dans les prés secs. Feuilles ovales-allongées, les supérieures dressées. Sépales vert jaunâtre, le supérieur un peu en capuchon. Pétales supérieurs vert jaunâtre. Labelle trilobé brun velouté à deux taches oblongues, grisâtres et luisantes, glabres. Le lobe médian est le plus souvent assez échancré. Nom catalan : inconnu. Photo prise à Salses le 28/03/05


Ophrys bilunulata (ophrys à deux lunules) : cet ophrys se rapproche beaucoup de lupercalis et appartient à la même section. Il s'en distingue par un labelle relativement plat, avec une marge jaune très nette et régulière, et des lunules relativement courtes. Floraison en avril dans les prés secs et caillouteux. Photo prise à Calce le 23/04/13.

Ophrys, groupe dyris/vasconica : très proches des précédents, les ophrys de ce groupe se distinguent surtout par le fait que les macules du labelle sont entourées d'une ligne blanche formant un W. Le reste du labelle, brun pourpré, est très velu. Photo prise à Estagel le 03/04/06.

Ophrys sphegodes

Ophrys aranifera (ophrys araignée), syn. Ophrys sphegodes : espèce assez commune en France, qui fleurit d'avril à juin (prés secs sur calcaire). Sépales et pétales supérieurs jaune verdâtre. Les lobes latéraux du labelle, à peine esquissés, sont velus. Les taches centrales sont très variables, mais on rencontre le plus souvent deux raies longitudinales réunies par une raie transversale. Le gynostème se termine par un bec court. Nom catalan : abellera aranyosa. Photo prise à Salses le 06/04/05

Ophrys virescens Philippe (ophrys verdissant) : très proche d'Ophrys litigiosa (ex-araneola), cette espèce s'en distingue surtout par son époque de floraison (avril-mai, alors que litigiosa, espèce très précoce, est déjà fané). Parmi les critères descriptifs, on retiendra peut-être le fait que la marge jaune du labelle est étroite, voire absente. Les deux espèces ont en commun la petite taille de leur labelle (ce qui les distingue d'aranifera), dont le miroir central évoque un H avec de multiples variations. Sépales et pétales sont verts ou jaune verdâtre. Photo prise à Maury le 02/05/10.
Ophrys virescens Philippe (ophrys verdissant) : variation du miroir. Photo prise à Maury le 02/05/10.

 Retour à la liste des fleurs
Retour à la page d'accueil