A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par D

Da Costa-Dansot
Dantec-Davy
Dawance-Decroix
Decrop-Delavierre
Delavigne-Demay
Demaya-Desandrouins
Désannaux-Detournay
Detrait-Diner
Dingremont-Doudelet
Doudement-Ducarouge
Ducasse-Dupas

  

Demaya    Nom espagnol rare, plus courant sous la forme De Maya (de Maya). Il peut renvoyer à la commune de Maya, en Navarre (basque Amaiur).
Dembsky    Nom sans doute polonais (variante plus courante Dembski). C'est un dérivé de dab, deb (graphie occidentale damb, demb), qui désigne le chêne. La même racine se retrouve en russe et en tchèque sous la forme dub, qui est notamment à l'origine de Dubcek.
Demené    Difficile de se prononcer sur ce nom, qui semble avoir été porté dans des régions assez variées, depuis le Nord-Pas-de-Calais jusqu'en Poitou-Charentes. C'est d'autant plus délicat qu'on ne sait trop où se situent les éventuels accents et qu'il faudrait savoir si "de" est ici une préposition ou une syllabe du nom. Dans le premier cas, on pourrait penser à celui qui est originaire d'un lieu-dit Mené, toponyme assez répandu, mais uniquement en Bretagne (variante de "menez" = mont). Dans le second cas, qui paraît plus probable, il semble qu'on ait affaire au participe passé du verbe d'ancien français "demener", mais celui-ci a une bonne dizaine de sens différents, ce qui n'arrange pas les choses. Parmi les sens possibles : agité, battu, poursuivi en justice. On peut aussi envisager un dérivé de "deme(i)ne", variante de "demaine" (= domaine). Bref, rien de bien clair. À noter que le nom se rencontre dans le Calvados sous la forme Ledemenay.
Deménitroux    Surtout porté dans la Creuse, désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit Ménitroux (= monastère). Un hameau de l'Allier s'appelle Ménitroux (commune d'Huriel).
Demerre    Difficile de se prononcer sur ce nom rare porté dans le département du Nord, également écrit Delemaire au XVIIIe siècle. On peut penser au fils de celui qui s'appelle Lemaire (voir ce nom), mais on envisagera plutôt un toponyme (moyen néerlandais "mere" = étang).
Demers    Le nom est rare aujourd'hui en France (il est par contre très présent au Québec depuis le milieu du XVIIe siècle). Il désigne sans doute celui qui est originaire de Mers. Deux communes s'appellent ainsi : Mers-les-Bains dans la Somme et Mers-sur-Indre dans l'Indre.
Demerson    Le nom est porté dans l'Est (52, 55). Il désigne le fils de Merson, surnom donné à un marchand (ancien français mers, merz = marchandise, du latin mercem).
Demersseman    Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique. Correspond au flamand de merseman (= le mercier, au moyen âge le marchand). Variantes : Demeerseman, Demeersman, Demeersseman, Demerseman, Demerssman.
Demessine    Surtout porté dans le département du Nord, désigne celui qui est originaire de Messine ou Messines, un toponyme qui n'est pas représenté dans cette région, mais qui serait la forme française de Mesen, localité de Flandre occidentale (Belgique). Source : Dictionnaire des noms de famille en Belgique romane.
Demets    Surnom flamand donné à un maçon. Variante : Demedts.
Demettre    Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, c'est apparemment une variante du flamand Demetter, Demeter, qui désigne un mesureur. Cependant, des graphies anciennes mentionnent le nom sous la forme Desmettre, ce qui change évidemment tout (voir Desmette).
Demeulder    Le nom désigne en néerlandais (flamand) un meunier (moyen néerlandais molder, mulder). Variantes : Demuylder, Demulder, Demolder, Demeuldre.
Demeulenaere    Nom de famille flamand correspondant au métier de meunier (moyen néerlandais molenaer). Variantes : Demeulenaer, Demeuleneer, Demeuleneire.
Demeure    Porté dans la Loire et le Rhône, le nom se rencontre aussi en Savoie. Il devrait désigner celui qui est originaire d'un lieu-dit Meure. En Savoie, Meure est un hameau à Gerbaix. Le toponyme (également nom d'une commune en Haute-Marne, Meures, forme latine Mora) n'est pas d'une grande clarté. Dauzat et Rostaing y voient un marécage (ancien français "more").
Demeusoy, Demeuzoy    Originaire de Meusoy, hameau de la commune de Charmoy (71). Variantes : Demeusois, Demeuzoi, Demeuzois.
Demeusy    Porté dans le Territoire de Belfort et les Vosges, le nom se rencontre en Haute-Saône sous la forme Demésy. Il devrait désigner celui qui est originaire de Mésy, hameau près de Servance (70).
Demeyer, De Meyer, Demeiere    Nom flamand qui correspond à l'allemand Meyer, Meier. Désigne sans doute un fermier (mais Meyer a pu aussi avoir le sens de maire, majordome).
Demiaute    Un peu plus fréquent sous la forme Demiautte, le nom est surtout porté dans le Pas-de-Calais, où il est attesté dès le XVIe siècle sous des graphies diverses (De Miault, De Miaulte, De Miaute, et sans doute aussi De Miaux). Il pourrait désigner le fils ou un membre de la maison de celui qui s'appelle Miault, nom de personne germanique (voir Miau pour le sens), mais ce type de formation est rare dans la région concernée. Mieux vaut envisager un toponyme, peut-être la ville de Meaux, dont Miaux était une graphie médiévale. Formes voisines ou similaires : Demiaud, Demiaude, Demiaux. À noter aussi que le nom de famille Miaux est assez courant dans le Pas-de-Calais.
Demichelis    Très fréquent dans le Piémont et les Alpes Maritimes (variantes : Demichellis, De Michelis), désigne celui qui appartient à la famille de Michele (= Michel), la finale en -is étant un phénomène courant en Piémont. On trouve, avec un sens similaire, le nom Demichel en Limousin et, formé sur le diminutif, Demichelet dans l'Aisne.
Demigné    Surtout porté dans l'Indre, désigne celui qui est originaire de la commune de Migné, dans le même département (une autre commune du même nom existe dans la Vienne). Signification du toponyme : sans doute le domaine de Mannius (ou de Magnius), nom d'homme latin.
Demilly    C'est dans le Pas-de-Calais et dans l'Aisne que le nom est le plus répandu (variante : Demily). Il désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Milly, nom de diverses communes et de plusieurs hameaux. Sens du toponyme : nom de domaine gallo-romain, le domaine de Maelius (nom de personne latin), ou encore de Milius (nom de personne gaulois), voire parfois d'Aemilius (nom latin), les avis divergent selon les auteurs.
Deminieux    Rencontré aussi sous la forme Demigneux (71 notamment), désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Migneux ou Meigneux. On pensera notamment à deux communes de la Somme et de la Seine-et-Marne, mais il y a sans doute d'autres possibilités. Sens du toponyme : dérivé du latin mansione, exploitation agricole.
Demirci    Nom de famille turc qui désigne un forgeron. Il est à l'origine du dérivé arménien Demirdjian (= le fils du forgeron, variante : Demerdjian).
Demirel    Nom de famille turc évoquant sans doute au départ des qualités guerrières, puisqu'il signifie "main de fer" (demir = fer + el = main).
Demissy    Surtout porté dans les Ardennes, la Marne et la Meuse, désigne celui qui est originaire de Missy, nom de trois communes de l'Aisne (Missy-aux-Bois, Missy-sur-Aisne et Missy-lès-Pierrepont) et d'une commune du Calvados. Signification du toponyme : le domaine de Mincius, nom d'homme latin (suffixe -acum > -y).
Demiville    Porté en Franche-Comté (39, 25), le nom renvoie certainement à un toponyme (hameau ou lieu-dit) appelé Miville, sans doute un lieu situé en Suisse : on trouve en effet dans ce pays les noms de famille Miville, Miéville, Demiéville. Signification probable : lieu situé au milieu de la ville ou du village. Selon Charles Montandon, spécialiste des noms suisses, il s'agirait d'un lieu-dit à Fribourg.
Demko    Ukrainien ou polonais, le nom est l'hypocoristique d'un prénom. Deux solutions sont apparemment possibles : soit Damien, soit Dmitri (Dimitri).
Demmel    Porté en Alsace-Moselle, le nom est rare en France, plus fréquent en Allemagne. Deux possibilités principales : soit une variante de Dehmel, forme courte de Thomas (également écrite Döhmel). Soit le bavarois "Demmel", désignant un noceur, un amateur de bonne chère. Le dictionnaire Duden (voir bibliographie) évoque une troisième possibilité : Dehmel est aussi un diminutif de Dehm (forme courte du nom de personne Dietmar).
Demmerlé    Le nom est surtout porté dans la Moselle. Variante : Démerlé. Sens incertain. Peut-être un diminutif de Demmer (moyen-bas-allemand "demmer" = noceur, débauché).
Demoisson    Porté surtout dans les Vosges et la Meuse, désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Moisson. Outre une commune des Yvelines, de nombreux hameaux ou lieux-dits s'appellent Moisson. Etymologie incertaine.
Demol    Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique. Correspond au flamand De Mol (= le doux, le faible). Variantes : Demolle, De Moll.
Demoment    Porté dans l'Isère et assez rare, c'est un nom dont le sens ne m'est pas connu.
Demonculd    Nom porté notamment en Charente. Il renvoie peut-être à un village nommé Montcul (c'est le nom d'un hameau du Rhône près de Satolas), mais il est trop rare pour qu'on puisse vraiment se prononcer.
Demonge    Variante de Demange (voir ce nom), relativement rare. C'est dans l'Allier que le nom était le plus fréquent.
Demongeot    Diminutif de Demonge (pour le sens voir Demange) rencontré surtout dans la Côte-d'Or et la Haute-Saône.
Demonio    Patronyme rencontré dans les Antilles. Il correspond à un nom espagnol signifiant démon. Peut-être le surnom d'un ancien esclave particulièrement indocile.
Demont    Surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, le nom se rencontre aussi en Saône-et-Loire. Il désigne celui qui habite un lieu-dit (le) Mont (= hauteur, colline, plus souvent que montagne).
Demontcuit    Désigne celui qui est originaire de Montcuit, nom d'une commune de la Manche. Variante : Demoncuit.
Demonte    C'est dans les Pyrénées-Orientales (Talau, Jujols) que le nom était le plus fréquent. La finale -e est assez étonnante pour un nom catalan, elle évoque plutôt l'espagnol ou l'italien. Doit signifier de la montagne (ou encore d'en haut).
Demontoux    Porté dans la Charente, la Vienne et la Haute-Vienne, désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Montoux (ou noms voisins tels que Montou). Le toponyme, très fréquent, désigne une colline. À noter, dans la région concernée, le hameau de Montoux à Brillac (16).
Demonty    Porté à la fois dans le Midi (30) et dans le Nord (également en Belgique), désigne celui qui habite un lieu-dit Monty (le petit mont) ou en est originaire.
Demorge    Nom porté dans la Seine-et-Marne et la Haute-Saône. Désigne celui qui est originaire de (la) Morge, toponyme assez courant évoquant un cours d'eau (c'est notamment le nom d'une rivière du Puy-de-Dôme). On peut aussi penser à une variante de Demonge (= Dominique).
Demouchaux    Difficile de se faire une idée sans données généalogiques. Désigne sans doute celui qui est originaire d'un lieu-dit Mouchaux. C'est le nom de deux hameaux à Luré (42) et à Lésigny (86). Mais Mouchaux peut aussi être une variante de Monceau(x), toponyme très répandu (= petite colline).
Demougin    Nom rencontré surtout dans la Haute-Saône et les Vosges. C'est un diminutif de Demouge, qui, dans cette région, est une variante de Dominique. Autre diminutif : Demougeot.
Demoulin    C'est dans le département du Nord que le nom est le plus répandu. On le rencontre aussi dans la Haute-Saône. Il désigne celui qui habite un lieu-dit (le) Moulin, toponyme très répandu un peu partout en France. Forme voisine : Demoulins (Normandie, Charente).
Demourant    Le nom est porté dans le Sud-Ouest (33, 24). Variante : Demouran. Il semble désigner le fils de celui qui s'appelle Mouran, Mourant, variante de Morand (voir ce nom).
Demouveaux    Surtout porté dans le département du Nord (variante : Demouveau), le nom désigne celui qui est originaire de Mouvaux, commune du même département. Sens obscur, mais la finale -vaux doit signifier 'vallée'.
Demouy    Patronyme porté dans l'Oise. Désigne celui qui est originaire de Mouy (Mouy-de-l'Oise), dans le même département. Sens du toponyme : nom de domaine gallo-romain formé sur le nom *Modio, avec le suffixe -acum. On trouve aussi en Seine-et-Marne la commune de Mouy-sur-Seine.
Demptos    Nom porté en Gironde, rencontré aussi sous la forme Damptos. Peut-être un ancien nom de localité, que l'on retrouverait dans le Moulin de Demptos, lieu-dit à Quinsac (33), à condition toutefois que le toponyme soit antérieur au nom de famille, qui est présent en Gironde au moins depuis le XVIIe siècle.
Demuru    Nom sarde également écrit Demuro, De Muro, De Muru. Il devrait renvoyer à un toponyme avec le sens de mur, muraille, fortification.
Démus    Nom bourguignon surtout porté en Saône-et-Loire, où il est également écrit Desmus. C'est une variante de Desmurs, Desmur, deux noms portés eux aussi en Saône-et-Loire et désignant celui qui habite un lieu-dit les Murs, toponyme très fréquent (= lieu fortifié). Le passage de Murs à Mus est attesté pour la commune de Mus, dans le Gard.
Demutrecy, Demutrécy    Porté en Basse-Normandie et assez rare, désigne celui qui est originaire de Mutrécy, commune du Calvados, éventuellement celui qui en a détenu la seigneurie si le nom est d'origine noble. Le sens du toponyme (Mustrecie en 1180) est obscur.
Demy    Nom porté en Bretagne (44, 22, 56). Variante : Demys. Désigne sans doute celui qui est originaire de My, hameau à Sainte-Anne-sur-Brivet (44).
Denaës    Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l'Oise, c'est un nom de sens incertain. "De" pourrait y être l'article défini néerlandais (= le), et "Naës" correspondre au prénom Naas (voir ce nom), mais rien de bien évident.
Denais    Surtout porté dans l'Ille-et-Vilaine, paraît être une transcription de Denès, équivalent breton de Denis. A noter cependant que deux hameaux s'appellent La Denais, à Plédéliac (22) et à Héric (44). Un autre hameau s'appelle Denais à Saint-Denis-d'Anjou (53).
Denaive    Surtout porté dans la Meuse, désigne celui qui est originaire de Naives, nom de deux communes de ce département (Naives-en-Blois et Naives-Rosières). Le toponyme correspond sans doute au préceltique *nava (= vallée). Avec le même sens : Denaives, Denèves et parfois aussi Denève.
Denaix    Porté dans la Meuse, désigne celui qui est originaire de Naix-aux-Forges, commune du même département. Ville importante dès l'époque romaine, le lieu est mentionné sous la forme Nasion au IIe siècle (Ptolémée), puis Nasium au IVe. Sens possible : le domaine de Nasius, nom de personne latin.
Denant    Nom porté dans la Haute-Loire, mais aussi dans l'Oise et la Somme. En principe, il désigne celui qui est originaire d'un lieu appelé Nant (nom entre autres de deux hameaux dans la Haute-Loire, à Vorey et à Monistrol-sur-Loire). Pour le sens, voir Dunant.
Denardou    Surtout porté dans la Haute-Vienne, désigne le fils de Nardou, nom rencontré dans la même région, qui est un hypocoristique de Bernard ou de Renard. De la même façon, Denard (31, 33) est le fils de Nard.
Denarié    Nom porté en Savoie. Variantes : Denarier, Denariez. C'est un dérivé du mot 'denier', qui a pu désigner un monnayeur, un intendant, bref tout métier en rapport avec l'argent. On préfèrera cependant l'intendant, car 'denier' est à l'origine du mot 'denrée'.
Denat    On rencontre le nom dans l'Aude, ainsi qu'en Savoie et dans le Dauphiné. Dans l'Aude, il semble désigner celui qui est originaire de Dénat, commune du Tarn. Signification : le nom se décompose en 'd'en At', et désigne le domaine d'At (Atto, nom de personne d'origine germanique), le nom étant précédé de la particule 'en' utilisée comme marque de respect. Pour les Denat des Alpes, l'explication est forcément différente : il pourrait s'agir, selon M.T. Morlet, d'un hypocoristique de noms de baptême tels qu'Audin ou Jourdain.
Denaveaux    Pourrait désigner celui qui est originaire de Navaux, hameau à Thilay (08). Variantes : Denavaut, Denavaux, Denaveau, Denaveaut. Ces noms se rencontrent presque toujours dans le Nord-Pas-de-Calais.
Denayer    Porté dans le département du Nord et en Belgique, désigne en néerlandais un couturier. Variantes : Denaeyer, Deneyer, De Naeyer, De Nayer.
Dendary    Nom porté dans les Pyrénées-Atlantiques. Variantes : Dendarie, Dendarys. Désigne celui qui est originaire de Dendaria, hameau de la commune de Béguios (64). Formes voisines : Dendarin, Dendariaena, Dendarieta. Sens du toponyme : le lieu où habite le tailleur, le couturier (basque dendari).
Dendievel    Patronyme porté surtout dans le département du Nord. C'est un nom flamand formé avec l'article den (accusatif de "de" = le) suivi de dievel (= le diable). Un étrange surnom dont on ne trouve pas l'équivalent en français, et qui pourrait évoquer un personnage très rusé, mais sous toute réserve.
Deneau    Porté dans l'Eure-et-Loire et la Mayenne, désigne celui qui est originaire de la comune de Neau (53) ou d'un lieu-dit portant le même nom. Sens probable : étang, marécage.
Deneaux    Porté notamment dans l'Aisne, désigne celui qui habite un lieu-dit (les) Neaux, toponyme rencontré à Condé-sur-Aisne (02). Signification probable : lieu marécageux. Voir aussi Deneau.
Denéchaud    Le nom est porté dans la Gironde, en Poitou-Charentes et dans le Maine-et-Loire. Variantes : Denéchau, Denéchaut, Denécheau, Denicheau. Sens incertain. Peut-être un diminutif de Denis, mais rien de bien évident. On pensera aussi à celui qui est originaire de Néchaud, hameau à Montmorillon (86). Il existe également un hameau appelé Dénéchaud à Saint-Vivien-de-Monségur (33), mais il semble formé à partir du nom de famille.
Deneef    Ou Denef. Nom flamand signifiant "le neveu". La forme Deneve (ou Denève) devrait avoir le même sens, mais peut aussi être une variante de Denaive (voir ce nom).
Denekre    Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, le nom est plus courant sous les formes Denecker, Deneckere. Il semble correspondre au moyen néerlandais nekker (= génie malfaisant des eaux), c'est du moins l'opinion couramment admise.
Denelle    Porté surtout dans le Nord-Pas-de-Calais, devrait être l'équivalent de Denesle, Denesles (27, 76), désignant celui qui est originaire de l'une des nombreuses localités appelées Nesle, Nesles. Voir Denoyelle pour le sens du toponyme. Variantes : Denele et sans doute aussi Denel.
Denépoux    Surtout porté dans la Charente (notamment à Montbron), devrait désigner celui qui est originaire de Népoux, hameau à Coussac-Bonneval (87), pas très loin de Montbron. Un autre hameau porte le même nom à Compreignac (87).
Denesson    Nom rare porté dans l'Ardèche, où il est attesté depuis le début du XVIIe siècle. Il pourrait désigner celui qui est originaire de Nesson, hameau ou ferme à Tournon-sur-Rhône (07). C'est d'autant plus plausible qu'une famille s'appelle "de Nesson" à Éclassan au XVIIe siècle. Il faudrait cependant être sûr que le toponyme est antérieur au nom de famille.
Denet    Le nom est surtout porté dans les Vosges, on le rencontre aussi dans la Sarthe et dans l'Oise. Difficile d'avoir une certitude. Peut-être une aphérèse de Adenet, diminutif du prénom Adam.
Deneubourg    Surtout porté dans la Somme et dans le Nord, désigne celui qui est originaire de Neubourg (= le nouveau bourg), nom d'une commune de l'Eure et de nombreux hameaux, écrits également Neufbourg. C'est en Normandie que le toponyme est le plus répandu. Variante : Deneufbourg (60, 80).
Deneuve    Le nom est surtout porté dans la Seine-Maritime. Il renvoie sans doute à un lieu-dit "Neuve", peut-être avec le sens de marécage (= "noue"), ou encore comme forme courte de noms tels que Neuveville (la ville neuve).
Deneuville    Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l'Aisne, désigne celui qui est originaire de Neuville (= la ville neuve), nom de très nombreuses communes. Avec un sens à peu près voisin : Deneuvillers (59), celui qui est originaire de Neuviller(s). Variante : Deneufville (76).
Deneux    Fréquent dans la Somme et le Pas-de-Calais, désigne celui qui est originaire de Noeux, nom de deux communes du Pas-de-Calais, la plus connue étant bien sûr Noeux-les-Mines. Etymologie : bas-latin d'origine celtique nauda = lieu marécageux.
Denglehem    Désigne celui qui est originaire d'Englehem, ancien village de la commune de Mentque-Nortbécourt (62). Signification du toponyme : le hameau, le village d'Engel, nom de personne germanique.
Deniard    Nom porté surtout dans l'Ille-et-Vilaine. Sans doute un dérivé de Daniel (voir Deniau), plutôt qu'un dérivé de Denis.
Deniau, Deniaud    Variante de Daniau, qui est lui-même un diminutif de Daniel (voir ce nom). On trouve beaucoup de Deniau dans le Loir-et-Cher et de Deniaud dans l'Ouest (44, 85, 35).
Deniel    Porté en Bretagne, c'est une variante du prénom Daniel.
Denimal    Assez fréquent dans le département du Nord et en Belgique, le nom désigne celui qui est originaire de Limal, dans le Brabant wallon, localité également appelée Nimal.
Denime    Nom assez rare, presque exclusivement rencontré das la Marne. Sans doute celui qui est originaire de Nime, mais que représente Nime ? Pour l'instant, je n'ai pas de réponse, sinon bien sûr la ville de Nîmes, mais ça fait un peu loin !
Deninotti    Nom italien rare porté essentiellement dans le Piémont (ce qui ne signifie pas qu'il en soit forcément originaire). Il semble formé de la préposition "de" et du nom Ninotti, forme plurielle de Ninotto, sans doute diminutif de Giovanni (= Jean), mais peut-être aussi d'Antonio ou de Saturnino.
Denion    Nom surtout porté dans la Loire-Atlantique, où l'on trouve aussi la forme plus rare Denio. Il s'agit d'une variante de Danion, Danio, diminutif breton (56) du nom de baptême Daniel. On trouve aussi en Bretagne les variantes Daniou, Danioux.
Denis     Nom de baptême popularisé par l'évêque et martyr de Paris, qui, décapité, porta lui-même sa tête jusqu'au lieu où serait ensuite bâtie la cathédrale Saint-Denis. Vient du latin Dionysius, lui-même issu du grec Dionysos, le dieu correspondant au Bacchus latin.
Denisse    Variante du prénom Denis porté en Belgique et dans le département du Nord. Diminutifs : Denissel, Denisselle (62).
Denizot    Diminutif de Denis, porté en Bourgogne (21, 71) et dans la Haute-Saône. Variantes ou formes voisines : Denisot, Denissot (89, 87), Deniziot (52, 51). Avec d'autres suffixes : Denisard, Denisart (02, 51, 80), Denisau (36), Deniseau (41), Deniselle, Denissel, Denisselle (62), Deniset (39, 25, 10), Denison (76, 59), Denisson (18), Denizard (03, 51, 77, 18), Denizart (02, 80, 60), Denizault (41), Denizeau (79, 71, 41), Denizeaux (45), Denizet (51, 52), Deniziaut (75), Denizo (22), Denizon (03, 77, 51), Denizou (87).
Denjean    Le nom est fréquent dans l'Ariège. On le rencontre en Bourgogne sous la forme Danjean. On peut en faire l'équivalent de Don Juan : il s'agit en effet du prénom Jean, précédé du mot 'dam', forme de politesse attribuée à une personne éminente de la ville ou du village.
Denmat    Nom porté en Bretagne (22, 56), plus courant sous la forme Le Denmat. Autre variante : Le Denemat (29). Il signifie mot à mot "homme bon" (den = homme + mad = bon). C'est en quelque sorte l'équivalent du français Bonhomme.
Denne    Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et la Somme, c'est un nom de sens incertain. Parmi les pistes possibles, on envisagera un Danois (néerlandais deen), le fils de Henne (= Henri), ou encore un éventuel hameau appelé (H)enne.
Denner    Surtout porté dans la Moselle, le nom est considéré comme une variante de Danner, lui-même variante bas-allemande de Tanner. Ce dernier nom est un dérivé soit de Tann (moyen-haut-allemand "tan" = la forêt), soit de Tanne (= le sapin), des toponymes très fréquents en Allemagne et en Alsace-Moselle.
Dennerlein    Nom allemand parfois écrit Dannerlein. Il paraît s'agir du diminutif d'un nom de personne germanique formé sur la racine "degan" (= guerrier), soit Degenher, Denher (racine "hari" = armé), soit Degenhard, Denhert (racine "hard" = dur).
Denneulin    Désigne celui qui est originaire d'Annoeulin, nom d'une commune du département du Nord (dérivé du nom de personne germanique Anulo). Variantes : Denneullin, Deneulin.
Dennielou    Surtout porté dans le Finistère, c'est un diminutif de Denniel (également écrit Deniel), autre forme du prénom Daniel.
Denois    Au début du XXe siècle, c'est dans la Vendée que le nom était le plus répandu. Mais on en trouve de nombreuses formes anciennes dans diverses régions, notamment dans la Marne et la Meuse, où il s'écrivait apparemment Dénois. Dans ce cas, il faut penser au mot "noie", avec le sens de lieu humide, marécage. Sans accent, on peut envisager une variante de Denis, mais aussi l'ancien français "denois" (= qui renie), ou encore "denoi" comme variante de "donoi" (= plaisir, en particulier plaisir amoureux). À noter la forme voisine Denoix, recontrée dans la Corrèze et la Dordogne (où un lieu-dit s'appelle le Denoix à Montcaret).
Denoizay    Porté dans l'Indre-et-Loire et la Vienne, désigne celui qui est originaire de Noizay, nom d'une commune de l'Indre-et-Loire et d'un hameau dans le même département (commune de Noyant-de-Touraine). Signification : peut-être le domaine de Nautius, nom de personne latin, mais plutôt un lieu planté de noyers, comme l'indique la forme Nogarentum (IXe siècle).
Denonin    Nom assez rare porté en Île-de-France, également écrit Denonain. On trouve dans l'Indre-et-Loire les formes Denonnin, Denonnain. Il paraît s'agir d'un diminutif de Denon (89, également Guadeloupe et Guyane), nom de personne de sens incertain (peut-être hypocoristique de Adam).
Denoor    Nom flamand rencontré parfois en Picardie. Il signifie le Norvégien, et désigne donc celui qui est originaire de Norvège.
Denot    Nom porté dans l'Ouest (35, 50) ainsi que dans la Meuse et le Béarn. Autant dire que les significations peuvent être très variées. En Béarn, il s'agit sans doute de celui qui est originaire de Not, nom de hameaux dans les Landes (Pontenx-les-Forges, Vieux-Boucau-les-Bains, Sabres). On trouve également un hameau appelé Not en Lorraine, à La Bresse (88). Mais d'autres solutions sont possibles : le fils de Not (nom de personne d'origine germanique), ou encore un diminutif de Denis.
Denoual    Nom porté surtout dans l'Ille-et-Vilaine et dans la Manche. Voir Denouel.
Denoueix    Porté dans le Limousin, désigne celui qui est originaire de Noueix, hameau à Saint-Laurent-les-Églises (87).
Denouel, Dénouel    Nom assez fréquent en Bretagne. Selon le dictionnaire des noms bretons de Deshayes, ce serait un nom de guerrier, qui pourrait signifier monde valeureux,  (en vieux breton la forme d'origine serait Dumuual). Il est vrai en effet qu'on rencontre la graphie Donoal au XIIe siècle. Cependant, on ne peut négliger une autre hypothèse, qui ferait de Denouel une variante de Denoël (= le fils de Noël), hypothèse d'autant plus plausible que le patronyme Nouel est fréquent en Bretagne (44 notamment, mais aussi 22, département où les Denouel sont le plus nombreux). Ceci expliquerait en outre la présence, parfois, d'un accent sur le premier e : dans ce cas il s'agirait d'une variante de Desnouel (= le domaine des Noël), patronyme rencontré également dans l'Ouest.
Denouette    Porté en Seine-Maritime, désigne celui qui habite un lieu-dit (la) Nouette ou en est originaire. Le toponyme très fréquent, désigne en Normandie une petite source, un petit ruisseau (dérivé du gaulois *nauda = lieu humide).
Denoyelle    Fréquent dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l'Oise (variante : Denoyelles), désigne celui qui est originaire de Noyelle ou Noyelles, nom de localité très répandu dans cette région. Signification : plusieurs interprétations ont été données, la plus pertinente étant sans doute le latin novalia (terre nouvellement défrichée). A retenir aussi le germanique niwialho, avec le sens de prairie humide en bord de rivière.
Denoyer    Porté dans la Seine-Maritime et dans l'Aisne, c'est, tout comme Denoyers (76), une variante de Desnoyer, Desnoyers (celui qui habite un lieu-dit les Noyers).
Denoyes, Denoyés    Le nom se rencontre surtout en Languedoc-Roussillon (34, 66). C'est visiblement une variante de Desnoyer, Desnoyers (voir ce nom).
Dentressangle    C'est dans l'Ardèche que le nom a toujours été le plus répandu. Autres formes : Dantressangle, Dantressangles, Dentresangle, mais aussi Entresangle, Entresangles, Entressangle, Entressangles, Entressengle, Entressengles, Antresangle, Antressangle. Il s'agit d'un toponyme disparu aujourd'hui, latinisé en "inter Cingulis", nom médiéval du hameau de Vertrosc, dans la commune nord-ardéchoise de Vanosc (source : Michel Guigal, site geneardeche.org). On précisera qu'en Ardèche le mot "sengle" (ou "sangle") semble désigner une bande de terre, une terre cultivée en terrasse (du latin "cingulus" = ceinture).
Denuet    Nom porté dans le Cher, rencontré aussi en Haute-Saône. Désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit appelé le Nuet, la Nuée, les Nuées, le Nouet, tous ces mots désignant un bois de noyers. Le toponyme est surtout fréquent en Franche-Comté, on le trouve cependant aussi dans l'Allier.
Denuit    Porté en Bourgogne (21), désigne celui qui habite un lieu-dit Nuit(s) ou en est originaire. On pensera évidemment à Nuits-Saint-Georges (21), ou encore à Nuits (89). Le sens du toponyme est incertain, mais il devrait désigner une plantation de noyers (latin "nucetum").
Denux    Rencontré surtout dans le Gers, désigne celui qui est originaire du hameau de Nux, commune de Barran, ou encore du village de Lannux (même département). Sens du toponyme : lieu où pousse le noyer (latin nux, occitan notz = noix).
Deogracias    Le nom est originaire d'Espagne, on le rencontre dans les Pyrénées-Atlantiques sous la forme Deogratias. Il signifie "(rendons) grâces à Dieu", et a été utilisé comme nom de personne. On connaît notamment un saint Deogratias (san Deogracias en castillan) qui fut évêque de Carthage au Ve siècle. Équivalent italien : Diograzia (très rare).
Déom, Deom    Le nom est surtout porté en Moselle. On le rencontre aussi en Belgique. On trouve plus rarement les formes Deum, Déum. Il s'agit, c'est du moins l'opinion généralement admise, d'un surnom de chantre, celui qui chante le Te Deum.
Dépale    Nom rencontré dans la Corrèze et la Creuse, plus fréquent sous les formes Depalle, Dépalle (03, 23) et Dépalles (03). Dans l'Allier, pas de problème, il s'agit de celui qui est originaire d'Epalle, nom de deux hameaux à Arfeuilles et Châtel-Montagne. En Limousin, on peut penser à un hameau appelé La Palle à Parsac (23).
Deparcy    Désigne celui qui est originaire de Parcy (commune de Parcy-et-Tigny dans l'Aisne). Signification : le domaine de Patricius, nom d'homme latin (suffixe -acum > -y).
Depardieu    Le nom est surtout porté dans le Centre (18, 41, 45). Il devrait désigner celui qui est originaire d'un lieu-dit (la) Pardieu ou la Part-Dieu. On connaît la Part-Dieu à Lyon, mais on trouve aussi la Pardieu à Clermont-Ferrand, ou encore la Part-Dieu à Poissy (78) et à Chatuzange-le-Goubet (26). Reste à savoir ce que le toponyme désignait exactement : peut-être une terre ecclésiastique, ou encore le lieu où étaient recueillis les produits de la dîme. A noter que le dictionnaire de M.T. Morlet pense plutôt au fils de celui qui s'appelait Pardieu, surnom donné selon elle à celui qui prononçait souvent le juron 'Par Dieu'. Dernière précision : un hameau s'appelle les Pardieux à La Chapelotte (18).
Deparis    Surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais et le Haut-Rhin, désigne le plus souvent celui qui est originaire de Paris. On pensera dans quelques cas au fils de celui qui s'appelle Paris (voir ce nom).
Départ    Le nom peut être originaire de deux régions : d'une part les Landes, de l'autre la Marne et l'Oise (variante : Départe). Il semble, au moins dans les Landes, qu'il s'agisse d'un toponyme : plusieurs hameaux s'appellent (le) Départ dans ce département. Le mot "départ" signifie "séparation" en ancien français ("despart" en occitan), le toponyme pourrait désigner une terre partagée ou encore une limite. Reste à savoir si le sens est le même dans le Nord-Est.
Departout    Porté dans les Côtes-d'Armor au moins depuis le début du XVIIe siècle, c'est un nom dont le sens précis m'est inconnu.
Depasse    Nom porté dans le nord de la France et en Belgique. Désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit (le) Pas(se) = le passage. Variante : Depas.
Depaul    Surtout porté dans le Nord et en Haute-Saône, également présent dans les Landes où on trouve la variante Depau (qui pourrait éventuellement correspondre à celui qui vient de Pau), désigne le fils de Paul.
Depauw, De Pauw    Nom qui signifie en flamand le paon. En principe sobriquet s'appliquant à un personnage vaniteux.
Depay    Il semble que ce soit dans le Rhône que le nom ait toujours été le plus répandu, mais on en trouve des mentions dans d'autres régions, notamment dans le Sud-Ouest (40, 64). Il devrait renvoyer à un lieu-dit (le) Pay, toponyme assez fréquent désignant un sommet, une colline (l'un des nombreux avatars du latin "podium").
Depelsemacker    Porté dans le département de l'Aisne et en Belgique, le nom désigne en néerlandais un pelletier. Variantes : De Pelsemaeker, Depelsemaeker. Le travail des peaux est également à l'origine des noms Depelsenaire, Depelseneer, Depercenaire.
Depétasse    Porté dans la Haute-Marne, désigne sans doute celui qui est originaire de Pétasse, hameau à Villegusien-le-Lac (52).
Depeyre    C'est dans les Hautes-Alpes et en Provence que le nom est le plus répandu, mais on le rencontre aussi dans le Sud-Ouest (variante : Depeyres). Deux possibilités : soit le fils de Peyre (= Pierre), soit celui qui habite un lieu-dit (la) Peyre, toponyme fréquent avec le sens de rocher.
Depienne    Originaire de la localité de Pienne, dans la Somme ou dans le Pas-de-Calais.
Depierreux    Porté dans les Ardennes et le sud-est de la Belgique (variantes : Depiéreux, Depireux), désigne celui qui habite un lieu-dit Pierreux (ou formes voisines), toponyme évoquant un lieu pierreux.
Depiesse    Originaire de Belgique (province de Luxembourg), le nom se rencontre en France dans la Marne et en Lorraine, mais il y est assez rare. Variantes anciennes : Depièce, Despiesse. Sens incertain : peut-être celui qui est originaire de l'une des communes françaises appelées Épiez (deux communes en Lorraine), Épieds ou Épiais (le toponyme paraît correspondre au latin "spicarium" = grenier à grains). On ne peut cependant négliger un éventuel rapport avec le mot "pièce" (pièce de terre ?).
Depincé    Surtout porté dans l'Ille-et-Vilaine, désigne celui qui est originaire de Pincé, nom de plusieurs hameaux, notamment au Loroux (35), à Mée (53) et aux Loges-Marchis (50). C'est aussi le nom d'une commune de la Sarthe. Forme voisine : Depincey (50).
Dépine    Rare et porté aujourd'hui dans le Lyonnais, désigne celui qui habite un lieu-dit (l') Epine (voir Delépine pour le sens). En composition : Dépine-Dagaz (73, voir aussi Dagaz).
Depis    Le nom est surtout porté dans le Gers. Il désigne celui qui est originaire de Pis, nom d'une commune de ce département et de plusieurs hameaux (à Sarragachies, Montesquiou, Bellegarde et Castéra-Lectourois). Le toponyme semble évoquer un lieu planté de pins. Forme voisine : Depiets (40).
Deplanque    Nom surtout porté dans la Somme et le Pas-de-Calais. Voir Delplanque pour le sens. Variantes : Deplanques, Deplanck, Deplancke, Deplancq, Deplancque, Deplanke, Deplanques.
Deplaude    Porté dans la Loire (variante : Desplaudes), le nom s'est aussi écrit Déplaude, Desplodes, Desplaude. Il semble correspondre à un toponyme : plusieurs hameaux s'appellent "les Plaudes" ou "la Plaude", mais ils se trouvent en Poitou. Il existe cependant un hameau nommé "Plode" à Véranne (42). Je ne connais pas le sens du toponyme.
Depocat    Nom de famille porté au Québec. Désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Poucat, nom de deux hameaux du Gers (communes de Clermont-Pouyguillès et Haget). Il existe aussi un hameau Les Poucats à Rabastens-de-Bigorre (65). Le nom de famille Poucat se rencontre également dans le Sud-Ouest, mais il y est très rare. Etymologie obscure.
Depoilly    Surtout porté dans la Somme, désigne celui qui est originaire de l'une des nombreuses localités françaises apppelées Poilly ou Pouilly. Le toponyme est généralement expliqué à l'aide d'un nom de personne latin (Paullius, parfois Pavilius + suffixe -acum), mais certains auteurs pensent, au moins dans certains cas, à une racine celtique *pol avec le sens de marécage.
Depoix    Porté en Picardie, désigne celui qui est originaire de Poix (voir ce nom).
Depond    Le nom est surtout porté dans l'Indre, tout comme sa variante Depont. Mais on le rencontre aussi dans le Loir-et-Cher, en Picardie et dans le Nord-Pas-de-Calais (variante : Depondt). On peut le considérer comme une variante de Dupont ou Desponts, mais on n'oubliera pas que Pont (ou Pond) peut parfois être un prénom, variante de Pons (voir ce nom).
Depontailler    Ou Depontaillier. Surtout porté dans l'Aube, désigne sans doute celui qui est originaire de Pontailler-sur-Saône (21). Sens du toponyme (Pontiliacus en 872) : le domaine de Pontilius, nom de personne latin.
Deponthieu    Nom assez rare (60, 51, 55), rencontré aussi sous la forme Depontieu (59). Il désigne celui qui est originaire de l'ancien comté de Ponthieu, en Picardie.
Depoorter    Porté en Belgique et dans le département du Nord, le nom correspond au moyen néerlandais "poorter, porter", avec le sens de "bourgeois" (voir Bourgeois pour le sens). Variantes : Depoortere, Deporter, Deportere, et sans doute aussi Depooter, Depootere (qui peuvent éventuellement être des dérivés du verbe "poten" = planter).
Depoterre    Porté en Belgique, c'est une forme un peu francisée d'un nom flamand. Il devrait s'agir de Depotter, De Potter (= le potier), mais d'autres explications sont possibles : celui qui plante (du néerlandais "poten" = planter), mais surtout une variante de Depoorter (voir ce nom).
Depp    Porté en Alsace, c'est un hypocoristique de Dibbern, nom de personne germanique (Dietbern : diet = peuple + bern = ours). Variante : Deppe. Diminutif : Deppel.
Depraetere    Porté dans le département du Nord et en Belgique, c'est un nom flamand correspondant au moyen néerlandais "prater, preter", avec le sens de garde-champêtre. Variantes : Depraete, Depraeter, Depraetre, Depraitere, Depraitre, Depratere, Depratre, Depreter, Depretere, Depretre, Depretter, Deprettere, Depreytere, De Praeter, De Praetere, De Preter, De Pretre. À notre cependant qu'il existe un autre mot "prater" avec le sens de bavard, babillard.
Depré    Rencontré dans des régions très diverses (62, 73, 85), désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Pré (= le pré). Variantes : Deprey, Deprez (59), Deprés (62, 74, 39).
Depriester    Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique, c'est l'équivalent flamand de Leprêtre (voir ce nom). Variantes : Depriestre, De Priester.
Depuille    Nom porté en Picardie. Variantes : Depulle, Depouille. Difficile de se faire une certitude. Il y a en France beaucoup de lieux-dites Puille ou Pouille, mais aucun en Picardie. Par contre, dans cette région, le mot "pouille" désigne une poule. C'est sans doute dans cette direction qu'il faut trouver la signification du nom.
Depuydt    Assez courant dans le département du Nord (variante : Depuyt), c'est un sobriquet flamand évoquant la grenouille (néerlandais flamand "puit" = grenouille, précédé de l'article défini "de").
Dequéant    Surtout porté dans le Pas-de-Calais, désigne celui qui est originaire de Quéant, localité du même département. Le sens du toponyme est incertain. Solution généralement proposée : le nom de personne gaulois Catus, suivi de "magos" (= marché, puis agglomération).
Dequeker    Porté dans le département du Nord et en Belgique, le nom désigne en néerlandais un joueur de trictrac ("queker"). Variantes : Dequecker, Dequeecker, Dequeeker.
Dequen    Porté dans l'Oise et dans la Somme, pourrait désigner celui qui est originaire de la commune d'Equennes, dans la Somme. Signification du toponyme : les chênes.
Deragne    Surtout porté dans le Puy-de-Dôme, désigne celui qui habite Eragne, nom d'un lieu-dit à La Tour-d'Auvergne (63), à condition toutefois que ce lieu-dit soit antérieur au nom de famille. Avec le même sens : Eragne, Erragne.
Derail, Dérail    Nom surtout porté en Haute-Loire. Variantes : Déraille, Deyrail, Dairail. Désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit Eyral, Eyrail (= terre en friche), mais je n'arrive pas à le situer dans cette région. Le toponyme est par contre assez courant en Dordogne.
Derain    Le nom est porté à la fois en Saône-et-Loire et dans le Nord-Pas-de-Calais (variante rare : Derrain). Le plus souvent, il correspond à l'ancien français "derrain" (= dernier) et désigne le dernier-né de la famille. Pour la Bourgogne, on pensera cependant aussi au mot "rain" qui, le plus souvent utilisé au pluriel (= branches, rameaux), désigne dans cette région un bois ou la lisière d'un bois. On choisira ce dernier sens pour expliquer le nom Derains (58).
Deram    Porté dans le département du Nord, c'est un nom flamand désignant le bélier (moyen néerlandais "ram"), surnom possible d'un homme violent ou impulsif.
Deramaix    Surtout porté dans le département des Ardennes et en Belgique, désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Ramais, Ramaix ou Ramay (sans doute lieu boisé, ombragé), qu'il faut peut-être rechercher en Belgique. A noter que le nom est parfois noble : une famille "de Ramaix" avait un château à Grune (commune de Nassogne, province de Luxembourg) au XVIIIe siècle.
Derambure    Surtout porté dans la Somme (variante : Derambures), désigne celui qui est originaire de Rambures, commune du même département. Signification : soit l'habitation (germanique bûr) de Hramno, nom de personne germanique (racine hramn = corbeau), soit l'habitation de branchages (ancien français raim = branche).
Derancourt    Surtout porté dans le Pas-de-Calais (variantes : Derencourt, Drancourt, Dramcourt, Drencourt), le nom désigne celui qui est originaire de Rancourt, nom de plusieurs localités dont une commune de la Somme et un hameau à Honnecourt-sur-Escaut (59). C'est aussi le nom de deux communes de l'Est (88, 55).
Déranton    Le nom, rare, est porté en Lorraine. Sens obscur, du moins pour moi. Je ne vois rien d'autre qu'une éventuelle déformation de Duranton (voir ce nom).
Deras, Derasse    Rencontré également sous les formes De Ras, De Rasse, c'est un surnom flamand désignant celui qui est rapide (néerlandais ras).
Deray    Pourrait désigner celui qui est originaire d'un lieu-dit (le) Ray (= source jaillissante). Le nom est porté dans des régions très diverses (80, 25, 79).
Derbois    Le nom est surtout porté en Picardie (02). Variante rare : Dherbois. Désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit Herbois ou Rebois (d'autres formes sont possibles, par exemple avec des finales en -ais ou -ay), toponyme restant à localiser.
Derché    Nom porté dans les Vosges, autrefois présent en Alsace où l'on trouvait la variante Dergé. Sans doute un nom de localité, mais je ne sais laquelle. Par contre, la forme sans accent Derche (59, 62, 80) renvoie à la commune d'Erches, dans la Somme.
Dercourt    Dans la Somme, où le nom était le plus porté autrefois, désigne celui qui est originaire d'Ercourt, commune du même département. À envisager aussi, si le nom vient du Pas-de-Calais, celui qui est originaire de Récourt (62), sens qu'on retrouve dans Derecourt, Derécourt, Drécourt.
Dereat, Déréat, Le Déréat    Nom breton, surnom désignant une personne agréable, plaisante.
Derebergue    Désigne celui qui est originaire de Rebergues, commune du Pas-de-Calais. Sens du toponyme : la colline (berg = montagne) de Ross, nom de personne germanique formé sur la racine hrod (= gloire), éventuellement sur hros (= cheval).
Deredain    Nom rare porté en Charente-Maritime, également écrit Deredin (19, 37) et Deredempt (87). Cette dernière forme permet de mieux comprendre le patronyme, qui désigne le fils de Redempt (ou Rédempt), ancien nom de baptême à valeur mystique (Redemptus, participe passé du latin redimere = racheter, cf. le mot "rédemption"). On trouve également dans cette région les noms de famille Redempt (87) et Redin (86). Il existe un saint Rédempt, ami de saint Grégoire le Grand, qui était évêque de Ferentino près de Rome. Il mourut en 586.
Deredec, Dérédec    Surnom breton (29) donné à une personne rapide (deredeg = accourir).
Deremarque    Surtout porté dans la Meuse (Les Islettes), semble désigner le fils de celui qui s'appelle Remarque, graphie erronée de Remacle (voir ce nom).
Deremetz    Patronyme porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Variante : Deremez. Ce devrait être une autre forme de Derumez (voir Drumez).
Derenty    C'est dans le Pas-de-Calais que le nom est le plus répandu. Il désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Renty, le plus souvent la commune du même nom, dans le Pas-de-Calais, sur l'Aa.
Derepper    Nom flamand (néerlandais) ayant pu désigner celui qui apprête le lin (cf. moyen-bas-allemand "reppe" = drège, sorte de peigne pour le lin). Mais on envisagera plutôt une variante de Dereeper (= cordier, moyen néerlandais reep = corde).
Déret    Le nom est surtout porté dans l'Allier, la Sarthe et le Loiret. On le trouve aussi mentionné dans les Deux-Sèvres, avec les variantes  Desré, Derré, de Rheay. Difficile de savoir lequel de ces noms est le plus proche de la forme d'origine. Je préfère m'abstenir.
Dereuder    Nom flamand porté dans le Nord-Pas-de-Calais, également écrit Dereudder, Dereuddre, Dereudre. C'est sans doute une variante de Derudder, Deruddre, des noms qui, comme Deridder (voir ce nom), désignent un chevalier, un cavalier.
Dereure    Nom porté dans l'Allier (variante Dereur). On trouve aussi dans cette région le patronyme Reure (également présent dans la Loire). Désigne celui qui est originaire d'une localité appelée (la) Reure, toponyme fréquent dans la Saône-et-Loire, rencontré aussi dans l'Ain et la Loire. Sens obscur.
Dereux    Surtout porté dans le département du Nord et en Belgique, le nom s'écrit aussi Dereu, Desreux, Desroeux. Il désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit Reu, Reux, Roeulx, toponyme wallon ayant le sens de terre essartée. Le mot vient du germanique rode, et se rencontre en Champagne sous la forme Reut. Avec le même sens : Dureu, Dureuth, Dureux (59).
Deriat    Les plus anciennes mentions connues situent le nom dans l'Isère. Il pourrait renvoyer à un lieu-dit (le) Riat, mais je ne trouve rien qui corresponde dans cette région (des hameaux s'appellent "le Riat", mais dans le Tarn et la Nièvre).
Derick    Porté dans le département du Nord et en Belgique, c'est un équivalent flamand du prénom Thierry. Variantes : Dericke, Dericq, Dericque (toutes ces formes peuvent aussi être des variantes de De Rijck, Derijck = le riche). Avec génitif de filiation : Derichs, Derickx. Avec double génitif : Dericksen, Derickxen.
Deridder, De Ridder    Patronyme qui signifie en flamand le chevalier, le cavalier. Il faut le comprendre soit au sens propre, soit éventuellement comme un sobriquet (voir Cavaillé pour de plus amples informations). Autres formes : Ridder, Ridders (et peut-être aussi Riddez).
Derieux    Désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Rieux (du latin rivus = cours d'eau). C'est dans le département du Nord que le nom est le plus répandu, on le rencontre aussi en Bretagne. De nombreuses communes françaises se nomment Rieux.
Deriez    Surtout porté en Vendée, devrait désigner celui qui est originaire de Riez (aujourd'hui Notre-Dame-de-Riez), commune du même département. En principe, le toponyme a le sens de terre en friche, il faudrait quand même le vérifier à l'aide de mentions médiévales.
Derilly    Rare et porté dans l'Aisne, désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Rilly. Il devrait s'agir ici de Rilly-sur-Aisne (08, autrefois Rilly-aux-Oies).
Derivery    Surtout porté dans la Somme, désigne celui qui est originaire de la commune de Rivery, dans le même département. A noter aussi un hameau du même nom à Aumale (76). Sens possible du toponyme : le domaine de Rifarius, nom de persone germanique (E. Nègre).
Derly    Surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, la Somme et l'Eure, désigne celui qui est originaire d'Herly, nom de deux communes du nord de la France (80, 62). Sens du toponyme : le domaine d'Herilo, nom de personne germanique.
Dermenghem    Le nom est surtout porté dans le Pas-de-Calais. Variantes : Dermeinghem, Derminghem. Il paraît désigner celui qui est originaire d'Hermelinghen, commune du même département.
Dern    Assez rare, le nom est porté dans la Moselle et le Bas-Rhin. Il pourrait désigner celui qui est originaire de Derne, localité proche de Dortmund. Autre possibilité : variante de Tern, forme courte de l'ancien prénom Matern (latin Maternus).
Dernis    Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, c'est un nom de sens incertain. Peut-être celui qui est originaire d'Erny (Erny-Saint-Julien, dans le Pas-de-Calais). Les noms de famille Derny et Dernys existent dans la même région.
Dernoncourt    Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans la Marne. Variantes : Dernoncour, Darnoncour. Désigne sans doute celui qui est originaire de Larivière-Arnoncourt (52), autrefois Arnoncourt-sur-Apance. Autres communes possibles : Harnoncourt, dans la province belge de Luxembourg, et éventuellement Hernicourt dans le Pas-de-Calais, à l'origine du nom de famille Dernicourt.
Dérobert    Ou Derobert. C'est dans la Haute-Savoie que le nom est le plus répandu. Il désigne celui qui appartient à la famille, à la maison, au domaine ou à la ferme des Robert. Avec le même sens : Desrobert.
Derobertmazure    Le nom est originaire de Belgique. En France, on le rencontre notamment dans l'Oise et les Yvelines. Variantes : Derobertmasure, Derobert-Masure, Derobert-Mazure (avec ou sans trait d'union). Il désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit Robert Masure (la demeure, le domaine de Robert), qu'il faut sans doute situer dans le Hainaut, vers Ellezelles, où le nom est mentionné dès le XIVe siècle.
Deroche    C'est dans la Saône-et-Loire que le nom est le plus répandu. Variante : Deroches. Il désigne celui qui habite un lieu-dit (la) Roche ou en est originaire. Très répandu, le toponyme a le sens de rocher, généralement forteresse bâtie sur un sommet rocheux.
Derock    Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Variante : Derocq. Il peut s'agir d'une variante de Deroeck (voir ce nom), mais on pensera aussi à celui qui habite un lieu-dit (la) Roche.
Deroeck, De Roeck    Porté dans le département du Nord et en Belgique, il semble que ce soit un surnom néerlandais (flamand) comparant la personne à un freux, espèce de corneille (du francique *hrôk). Voir aussi Derock.
Deroff, Déroff    Le nom est porté dans le Finistère (variante : Dérof). C'est un toponyme désignant un lieu où pousse le chêne (breton derv, moyen breton deru). Avec le même sens : Le Derf, Le Derff (56), Le Déroff (29).
Derollepot    Porté notamment dans l'Oise, devrait désigner celui qui est originaire de Rollepot, hameau à Frévent (62).
Derome    Surtout porté dans le Pas-de-Calais et les Ardennes (variante Deromme dans l'Oise), pourrait être un surnom donné à celui qui est allé en pèlerinage à Rome. A noter cependant qu'en Belgique comme en France il existe de nombreuses localités appelées Rome ou Rôme (par exemple le hameau de Rôme au Mont-Saint-Adrien, dans l'Oise), et que le nom peut très bien désigner celui qui est originaire de l'un de ces lieux. Le patronyme est présent au Québec depuis 1652, avec l'arrivée d'un Derome dit Descarreaux.
Deronce    Désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit (la) Ronce, toponyme fréquent évoquant un lieu où poussent les ronces. C'est dans la Saône-et-Loire que le nom de famile, plutôt rare, est le plus répandu.
Deronchene, Deronchêne, Deronchaine    On rencontre ce nom dans le département du Nord et en Belgique. Il designe celui qui est originaire d'une localité appelée Rond-Chêne (il en existe notamment une à Esneux, province de Liège). Il peut également s'agir d'une déformation de Ronchères (nom d'une commune de l'Aisne).
Deroo    Egalement Dero, surnom flamand donné à celui qui a le teint rouge ou plutôt les cheveux roux (néerlandais ro, roo, même sens).
Deroose    Egalement De Roos, De Roose, Derose, le nom signifie en néerlandais "la rose" (sans doute enseigne de maison).
Deroover    Surtout porté en Belgique, ce patronyme flamand signifie "le voleur, le brigand" (moyen néerlandais roover).
Deroualle    Le nom est surtout porté dans la Loire-Atlantique. Variante : Deroual. Il peut désigner celui qui habite un lieu-dit Roual, Roualle, nom de divers hameaux et lieux-dits (sens probable : cascade, chute d'eau). Mais on pensera surtout à une variante de Droual (patronyme assez courant dans le Morbihan), nom de personne breton attesté sous la forme Dronuualoe dans le cartulaire de Redon (racines : dron = fort, vigoureux, sens attesté en irlandais + uual = valeur, source A. Deshayes, voir bibliographie). Ce nom de personne se retrouve dans les noms de famille Derouallière, Droualière, Drouallière (= le domaine de Deroual, Droual). Un hameau s'appelle la Drouallière à Arthon-en-Retz (44).
Deroubaix    Porté en Picardie, dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique, le nom désigne bien sûr celui qui est originaire de Roubaix. Sens du toponyme : nom composé d'origine germanique, formé des racines rausa (= roseau) et baki (= ruisseau).
Derouet    Le nom est porté en Mayenne et dans la Sarthe, ainsi que dans le Cher. Selon M.T. Morlet, ce serait une forme régressive de Drouet (voir ce nom). Variante ou matronyme : Derouette (18, 45). Diminutif : Derouetteau (49).
Derouiche    Nom arabe (darwîsh) désignant un derviche (religieux musulman membre d'une confrérie). Le mot, d'origine persane, signifie au départ 'pauvre'.
Derouin    Surtout porté dans la Sarthe et le Maine-et-Loire, c'est une variante de Drouin (voir ce nom) avec ajout d'un e épenthétique. Variante : Derouint. Diminutifs : Derouineau, Derouiniot.
Deroulède    Porté en Dordogne, écrit aussi Déroulède, désigne celui qui est originaire de Roulède, hameau à Corgnac-sur-l'Isle (24).
Deroullers    Le nom est porté dans le département du Nord. Variantes et formes voisines : Deroulers, Deroulez, Derolet, Deroletz, Derolez, Derollez. Tous ces noms renvoient à des localités : on pensera notamment à Roulers, forme française de Roeselaere (commune belge de la Flandre occidentale), et à Rollez, village du Pas-de-Calais.
Deroy, De Roy    C'est dans le Nord-Pas-de-Calais que le nom est le plus répandu. Même si d'autres hypothèses sont parfois envisagées, le plus logique est d'y voir le fils de celui qui s'appelle Roy.
Derquenne    Porté dans le département du Nord, devrait désigner celui qui est originaire de la commune frontalière belge d'Erquennes (Hainaut). Variante : Derquennes.
Derré    Le nom est notamment porté dans la Sarthe et les Deux-Sèvres (variante : Desré). Il devrait renvoyer à un lieu-dit "les Rés", avec deux sens possibles : soit "les ruisseaux", soit "les fours", ces deux sens étant attestés en ancien français. On envisagera aussi l'ancien français "derree, desree" (= denier) ou le participe "desreé (= troublé, égaré). Dans le département du Nord, le nom Derre désigne celui qui est originaire de la commune d'Erre (59).
Derrey    Nom rencontré à la fois dans le Sud-Ouest (32) et en Normandie (76). Le sens me paraît assez obscur. M.T. Morlet propose une variante de desroi (= désarroi) désignant celui qui est sorti du bon sens, qui a perdu la raison. Pour ma part, je préfère m'abstenir. On trouve également le nom Derey dans les mêmes régions. On peut évidemment, à partir de cette seconde forme, penser au fils de celui qui s'appelle Rey. Mais je le répète, mieux vaut rester prudent.
Derrien    Patronyme breton (29), ancien nom de baptême correspondant au vieux breton Dergen (= de haute lignée). Variantes : Dérian, Dériand, Derrian, Derriand, Derriant (56), Dérien (29, 35). Diminutifs : Derriano, Dériano (56), Derriennic, Dériennic (22).
Derrips    Curieux nom porté dans les Hautes-Pyrénées depuis la fin du XVIe siècle. Il faut peut-être le rapprocher des noms savoyards Derippe, Desrippes, dans lesquels "rippe" est un toponyme avec le sens de lande, terre inculte, broussailles.
Derruau    C'est dans l'Aveyron que le nom est le plus répandu. Il désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit (le) Ruau, (les) Ruaux. Signification : petit ruisseau.
Dersoir    Surtout porté dans le Maine-et-Loire, le nom semble signifier "d'hier soir", si on en croit le dialecte angevin ancien (arsoir, ersoir, hersoir = hier soir, terme attesté dès le XIIIe siècle). Reste à comprendre ce que cela pourrait signifier pour un surnom.
Dert    Patronyme porté en Dordogne et dans le Lot-et-Garonne. Aucune idée précise. Pourrait désigner celui qui est originaire d'un lieu-dit Ert, Hert, toponyme qui semble évoquer une terre inculte. Deux hameaux du Cantal s'appellent l'Hert.
Derubbel    Nom rare porté en Belgique (variante : De Rubbel). Sens incertain. Peut-être celui qui est originaire de Rubelles, commune française de Seine-et-Marne, mais cela semble douteux. Je ne vois pas non plus ce que pourrait donner un lien avec le néerlandais "ribbel" (= côtelette).
Derue    Surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Rue, nom d'une commune de la Somme et de divers hameaux. Signification : formé sur le mot 'rue', le toponyme semble désigner un village de forme allongée, les maisons étant réparties des deux côtés d'une seule rue.
Derumez    Voir Drumez.
Derumigny    Désigne celui qui est originaire de Rumigny (voir ce nom). Le nom de famille est surtout porté dans l'Aisne.
Derunes    Porté dans l'Ille-et-Vilaine au moins depuis le XVIIe siècle, pourrait désigner celui qui est originaire de Runès, à Lannion (22).
Derval    Porté dans le Morbihan et les départements voisins (44, 35), désigne celui qui est originaire de Derval, commune de la Loire-Atlantique. Le toponyme est, selon Dauzat et Rostaing, un dérivé de la racine celtique *dervo (= chêne), tandis qu'E. Nègre y voit un nom de personne germanique, Deorwaldus.
Dervaux    Nom surtout porté dans le département du Nord, ainsi que dans les Vosges. Variantes : Derveau, Derveaux, Derveeuw, Derviaux, Dervieau. Peut désigner celui qui est originaire de Reveau, localité à Chapelle-à-Oie (Hainaut) ou d'un lieu-dit (le) Rival (= le ruisseau), (les) Rivaux.
Dervillé, Derville    Le nom Dervillé est porté dans les départements du nord de la France. Il devrait désigner le plus souvent celui qui est originaire d'Ervillers (62) ou d'Arvillers (80). Variantes : Dervilers, Dervillée, Dervillers, Dervillez, et sans doute aussi Dervillier, Dervilliers (noms surtout rencontrés à la Réunion). Le nom de famille Derville est quant à lui en principe plutôt belge, et semble une variante de Darville, désignant celui qui est originaire de diverses localités belges portant ce nom (en particulier une commune de la province de Luxembourg).
Dervin    Nom assez fréquent dans les Ardennes. Désigne celui qui est originaire de Revin, commune du même département. Autre possibilité, une variante de Dervyn (voir ce nom).
Dervyn    Nom rencontré dans le Nord-Pas-de-Calais. Désigne sans doute le fils d'Hervyn, variante du nom de personne d'origine germanique Herrewyn (hari = armée + win = ami). Autre possibilité, celui qui est originaire de Revin, dans les Ardennes.
Déry    Le nom est surtout porté dans l'Allier. C'est une variante de Dhéry, désignant en principe celui qui est originaire d'une localité appelée Héry. On pensera par exemple à deux communes dans la Nièvre et l'Yonne. Sens probable du toponyme : le domaine d'Arrius (ou Arius), nom de personne latin. Les noms Déry et Dhéry sont également présents dans les Ardennes et en Belgique.
Derycke    Assez fréquent dans le département du Nord et la Belgique, c'est un surnom flamand correspondant au français Leriche (voir ce nom). Variantes : Deryck, Deryckx (génitif de filiation), Derijck, Derijcke, Deryke. Dérivés : Derycker, Deryckère.
Dès    Le nom est porté dans l'Aude et les départements voisins (09, 34). Sens incertain. On peut penser à un toponyme formé sur le latin 'aquis' (à l'origine de Aix), précédé de la préposition 'de' (d'), mais cela reste à confirmer.
Desabaye    Ou Désabaye, Desabaÿe. Le nom est originaire de Seine-Maritime, ou du moins de Normandie, on le rencontre aussi en Martinique. Il est tentant de faire le rapprochement avec le mot "abbaye", mais rien de vraiment évident, même si la forme ancienne Désabayes va dans le même sens.
Désabres    Surtout porté dans le Cher, désigne sans doute celui qui habite un lieu-dit 'les Abres' (= les arbres). Formes voisines : Désabre (23), Désarbre (42), Désarbres (39, 69), Désalbres (82).
Desaever, De Saever    Egalement Desaver, De Saver. Semble une flamandisation de l'ancien français safre (= glouton, adonné au plaisir). De est l'article flamand correspondant au français "le".
Desage, Desages    Nom plutôt méridional, rencontré notamment dans le Périgord. Il désigne celui qui habite un lieu-dit les Ages, toponyme très fréquent dans cette région, avec le sens de haie, bosquet. Le toponyme et le nom de famille peuvent aussi se rencontrer en Lorraine, avec le même sens.
Desai    Très rare, le nom est surtout porté dans le département du Nord. C'est ue variante de Deshayes, constatée au XIXe siècle à Bertry (59) : Louis-Napoléon Deshayes, originaire de Chartres, voit son nom transformé en Deshais, puis Desai (source : généalogie familiale Desai).
Desailly    Surtout porté dans le nord de la France (62, 80), également présent en Belgique, désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Sailly. De très nombreuses communes portent ce nom, elles se situent pour la plupart dans les deux départements évoqués plus haut. Signification du toponyme : nom de domaine gallo-romain, formé avec le suffixe -acum sur un nom de personne, qui peut être soit le latin Sallius, soit le gaulois Salico.
Desaint    Porté en Picardie et dans le Nord-Pas-de-Calais (variantes : Desain, Desains, Dessain, Dessains, Dessaint, Dessaints), désigne celui qui est originaire de l'une des nombreuses communes de ces régions appelées Sains. Signification du toponyme : sanctuaire, église où on conservait des reliques.
Desaintaubin    Désigne celui qui est originaire de Saint-Aubin, nom de très nombreuses communes en France. Rare, le nom est surtout porté dans l'Oise (on le rencontre aussi dans l'Eure au XVIIe siècle). Ce type de formation avec agglutination de la préposition au nom de la localité commençant par "Saint" semble caractéristique de la Picardie et de la Normandie, à quelques exceptions près. On trouve de la même façon les noms suivants : Desainriquer, Desainriquier (60, 80), Desaintdenis (50), Desaintfucien, Desaintfuscien (80, 76), Desaintgermain (50), Desaintghislain (59, 62), Desaintjan (22), Desaintjean (60, 62, 69), Desaintjeors, Desaintjores (14, 50), Desaintléger (76, 80), Desaintloup (62), Desaintmartin (51, 03), Desaintomer (80, 60), Desaintpaul, Desaintpol (80, 27), Desaintpern (22), Desaintpierre (86), Desaintquentin (60), Desaintusage (80).
Desandrouins    Nom porté en Belgique, qui pourrait venir de l'Argonne. Désigne celui qui est originaire du domaine ou de la ferme des Androuin. Ce dernier nom est un patronyme d'origine germanique, Androwin (andr = emprunt au grec andros, homme + win= ami). Le nom de famille Androuin est surtout porté dans le Maine (49, 72).

Retour à la page d'accueil du dictionnaire