A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par G

Ga-Gareau
Garel-Gehay
Gehenne-Gigat
Gigault-Goerens
Goerg-Goutet
Goutetoquet-Grieu
Griffard-Guhur
Guiard-Gydé

Gehenne    Nom assez rare porté dans l'Orne et dans le Nord. Il faut certainement le rapprocher de Gehanne, rencontré fréquemment dans le Calvados, et qui est un matronyme correspondant au prénom Jeanne (selon l'évolution Johannes > Jehan > Gehan). Le nom de famille Jeanne est d'ailleurs très répandu en Normandie.
Gehin, Géhin    Patronyme fréquent dans les Vosges et la Haute-Saône. Dauzat le rattache à l'ancien français gehine (= torture) et y voit le surnom d'un bourreau. Mais comment expliquer qu'il n'y ait eu des bourreaux que dans l'Est, et surtout qu'ils y soient si nombreux (3500 naissances en 100 ans) ? En fait, il doit s'agir d'un prénom, certainement une variante de Jean, que l'on trouve aussi sous les formes Jehin (68, 88) ou Jehain (Belgique, où de nombreuses mentions médiévales en font bien un prénom).
Geiregat    Porté en Belgique et dans le département du Nord (variante : Geeregat), c'est un nom dont le sens m'est inconnu.
Geis    Nom porté dans la Moselle et en Alsace. Sans doute une variante de Geiss, qui désigne par métonymie un chevrier (Geiss = chèvre). Les formes Geiser, Geisser ont le même sens.
Geiter    Rare et porté notamment dans le département du Nord, devrait désigner un chevrier (néerlandais "geit" = chèvre).
Gelade, Gélade    En France, les plus anciennes mentions situent le nom dans l'Aude et l'Ariège, ainsi que dans la Charente et le Lot-et-Garonne. C'est un toponyme, nom de nombreux hameaux et lieux-dits. Signification probable : terre exposée au nord et au gel. En Belgique, il y a aussi pas mal de Gelade, mais le sens est très différent : il s'agit d'une forme flamande du prénom Claude (variante : Gelaude).
Gélamur    Rare et porté dans les Hautes-Pyrénées, le nom s'écrit aussi Gellemur (variante ancienne : Gellemeur). Il désigne celui qui est originaire de Villemur, dans le même département, la forme "gela" étant une variante phonétique de "viela", forme gasconne du mot "ville". La graphie Gelamur est attestée dans certains textes anciens. De la même façon, la commune de Villenave-près-Béarn s'est aussi appelée Gellenave.
Gélard    Porté en Bretagne (22, 56), paraît correspondre au nom de personne germanique Geilhard (geil = ardent + hard = dur). A envisager aussi une variante de Gérard. Dérivés : Gélardon (22), Gélardin (Lorraine).
Gelas, Gélas    C'est dans l'Isère que le nom est le plus répandu. Il paraît correspondre au nom de personne latin Gelasius, popularisé par le pape Gélase et par un obscur saint Gelais, à l'origine du nom d'une commune des Deux-Sèvres.
Gelat, Gélat    Le nom est rare, on le rencontre notamment dans l'Aude et dans le Sud-Ouest. L'adjectif "gelat" signifie "gelé" en occitan. Deux possibilités pour le nom de famille : soit un surnom pour celui qui a toujours froid, soit un toponyme devenu nom de famille (lieu très froid, où il gèle fréquemment). À noter en Italie les noms similaires Gelato (région de Turin) et Gelati (Lombardie, Émilie-Romagne, nom également présent en Corse).
Geldof    Surtout porté dans le département du Nord et en Belgique, le nom s'écrit aussi Geldhof, Gheldhof, Gheldof. C'est un nom de personne d'origine germanique, Geldwulf, latinisé en Geldolfus (geld = redevance, rétribution + wulf = loup).
Gélébart    Porté dans le Finistère, c'est un nom de personne d'origine germanique (voir Gélibert pour le sens). Le nom Gelebert, le plus souvent catalan, a le même sens.
Gelgon    Nom rencontré dans les Côtes-d'Armor pour lequel je n'ai hélas aucune explication.
Gélibert    Nom de personne d'origine germanique, Geiliberht (geil = ardent + berht = brillant). Nom surtout porté dans la Drôme et l'Isère, également présent en Aquitaine.
Gelin, Gélin    Le nom désigne au moyen âge un poulet. Il peut s'agir d'un sobriquet donné à un personnage craintif. On peut aussi lui voir un sens métonymique (éleveur de volailles). Dans la plupart des cas cependant, on a affaire à un nom de personne d'origine germanique, variante de Geslain (voir ce nom). On rencontre les Gelin surtout dans la Saône-et-Loire et les Deux-Sèvres. Diminutifs : Gélinaud, Gélineaud (17), Gélineau (49), Gélinet (57, 86, 76), Gélinon (23), Gélinot (83). La forme Gélinas, plus rare, pourrait désigner un personnage efféminé (sens rencontré au XIIIe siècle), mais elle est attestée au Québec comme variante de Gélineau.
Gélinas    Surtout porté au Québec, le nom est un dérivé de Gelin (voir ce nom). Il semblerait qu'il vienne des Charentes, mais le premier porteur du nom au Québec, Gélinas dit Bellemare (1624), a un surnom qui évoque le nord de la France.
Gelis, Gélis    Nom rencontré dans le Tarn, la Haute-Garonne et les départements voisins. C'est un nom de baptême, l'équivalent du français Gilles (voir Gil).
Gelix, Gélix    Nom porté en Charente-Maritime et dans le Sud-Ouest. Variante du nom de baptême Gilles (voir Gil).
Gellée    Nom rencontré en Belgique, en Picardie et en Lorraine. Désigne sans doute celui qui habite un lieu-dit portant le même nom (= terre exposée au gel). La variante Gelée est plutôt normande.
Gellenoncourt    Nom porté en Lorraine (57, 88). Désigne celui qui est originaire de Gellenoncourt (54). Sens du toponyme : la ferme, le domaine (court) de Gislahramn, nom de personne d'origine germanique.
Geller    Porté en Alsace-Moselle, peut désigner celui qui est originaire de Geldern, ville allemande de Rhénanie du Nord-Westphalie. Autre possibilité : dérivé du verbe allemand "gellen" (= crier avec une voix perçante).
Gelmi    Fréquent en Lombardie, ce nom italien est le pluriel de Gelmo, forme contractée de Guglielmo (= Guillaume). Diminutifs : Gelmetti, Gelmini.
Gelos, Gélos    Porté dans les Pyrénées-Atlantiques, désigne celui qui est originaire de Gélos, nom d'une commune de ce département et d'un hameau à Saint-Pierre-d'Irube. Le sens du toponyme est incertain, mais on remarquera que la racine gel- est fréquemment associée à des cours d'eau dans les Pyrénées-Atlantiques, par exemple le Gélis et le Gélous.
Gelvé    Il s'agit apparemment de la transcription d'un nom allemand, qui pourrait être Gelfert, ancien nom de personne formé des racines gelf ( = combattant, celui qui défie) et hard (= dur).
Gely , Géli    Une des nombreuses formes correspondant au prénom Gilles (cf. la commune de Saint-Gély-du-Fesc, dans l'Hérault, S. Egidii en 1158). Le nom Gély est surtout porté dans la Lozère, l'Aveyron et l'Hérault, on le trouve également dans les Pyrénées-Orientales (Caramany, en composition Gély-Fort). Les Géli sont surtout présents dans le Tarn-et-Garonne. Variantes : Gelli, Gelly (34, 13).
Gémard, Gemard    Surtout porté en Vendée, le nom est généralement considéré comme une variante de Gemeau, Gémeau (même région), nom donné à un jumeau.
Gémarin    Les rares mentions anciennes situent le nom dans la Lozère, où il s'est parfois écrit Jémarin. Sens incertain : peut-être un diminutif de Gémar, variante de Gaymard (voir ce nom), mais seules des données généalogiques plus importantes pourraient nous permettre d'en savoir plus (l'hypothèse d'une déformation de Germain est également envisageable).
Gemayel    Egalement écrit Jemayel, El Gemayel, El Jemayel, ce nom arabe est surtout porté au Proche-Orient. C'est un diminutif de jamîl (= celui qui est beau).
Gemin, Gémin    Porté dans le Maine-et-Loire et en Bretagne (35, 44), le nom a dû désigner un jumeau (sens attesté au XVe siècle pour le pluriel "gemins", renvoyant au signe des gémeaux). À envisager secondairement une variante de Jamin (voir ce nom). Le nom Gemin est également porté en Italie (Vénétie). Là aussi le sens de "jumeau" paraît possible (attesté pour le mot ancien "gemino"). Autre forme italienne ou corse : Gemini. On retiendra également ce sens pour les diminutifs français Géminel (Lorraine) et Géminet (Allier).
Géminard    Le nom est porté dans la Lozère et dans le Gard (Cévennes). A priori, il semble s'agir d'un dérivé de Gemin (voir ce nom). À noter la présence d'un moulin de Géminard à Barre-des-Cévennes et d'un pont de Géminard à Saint-Maurice-de-Ventalon (48). La généalogie semble montrer qu'on a affaire à une famille protestante, chose courante dans les Cévennes. À noter aussi un lien possible avec le nom piémontais Geminardi.
Geminiani    Nom de personne italien, Gemignano, Geminiano, dérivé du latin geminus (= jumeau). Saint Geminiano fut évêque de Modène au IVe siècle. Autre forme courante : Gemignani.
Genaille    C'est dans l'Aisne que le nom a toujours été le plus répandu, notamment à Monceau-lès-Leups. Je n'en connais pas le sens.
Génain    Nom surtout porté dans le département du Nord (également 35, 09). C'est un hypocoristique d'un nom de baptême, peut-être Eugène, mais le plus souvent Jean (sous sa forme Jen-, Gen-). Variante : Genin, Génin (38, 55).
Genard    Le patronyme est porté notamment dans le Nord et l'Aisne, mais aussi dans l'Ain, la Vienne et le Calvados. C'est souvent un nom de personne d'origine germanique, Genhard (voir Genaud pour gen-, le second élément -hard signifie "dur"). A envisager aussi, surtout dans le nord de la France et en Belgique, un dérivé du prénom Jean. Variantes : Genar (80, 62), Genart, Genarte (59).
Genatiempo    Nom très rare porté en Italie (dans les environs de Naples), plus courant sous la forme Cenatiempo (voir ce nom).
Genaud    Le nom est surtout porté dans les Charentes. Variantes : Genault, Geneaud. Diminutifs : Genaudeau (85), Genaudet, Genaudy (01, 39), Genauzeau (17, 85). Il s'agit d'un nom de personne d'origine germanique, Genwald, dont le second élément correspond au verbe "waldan" (= gouverner), le premier étant assez obscur : M.-T. Morlet pense au celtique "genos" (contenant l'idée de naissance, de descendance, comme en grec). Longnon estimait que cette racine était forcément germanique, dans la mesure  où on la retrouve dans l'anthroponyme Genobaudes, l'un des plus anciens noms de personne germaniques connus (vers 290). On rencontre dans le nord de la France et en Belgique les formes Genaux, Geneau, Geneaux, qui peuvent avoir la même origine mais qui devraient plutôt être des diminutifs formés sur la racine Gen- (= Jean). A noter aussi la forme Genau (21).
Genay    Nom surtout porté dans les Vosges (Gérardmer notamment). Désigne celui qui est originaire d'une localité portant ce nom. Deux communes s'appellent Genay (Ain, Côte-d'Or), mais il y a aussi Geney dans le Doubs, et il est probable que certains hameaux doivent également s'appeler Genay ou Geney.
Gendarme    Le nom est notamment porté dans les Ardennes et la Marne (également 77, 57). Il désigne bien sûr un gendarme, sachant que le mot avait au Moyen Âge le sens de soldat à cheval fortement armé.
Gendebien    Porté en Belgique, le nom est aussi présent dans le département des Ardennes. Mentionné dans les textes anciens sous la forme "gens de bien", il a dû désigner une personne ou une famille réputée pour ses qualités morales.
Gendille    Porté en Limousin, le nom s'écrit aussi Gandille et paraît être un toponyme : un hameau s'appelle La Gandille à Lugarde (15). A noter aussi les hameaux de Gandille à Laveyssière (24) et à Tayrac (47), et celui des Gandilles à Dournazac (87). Sens incertain. Diminutifs : Gendillou, Gendillout, Gendilloux.
Gendre     Nom de parenté, qui semble désigner la personne ayant hérité de la maison du beau-père.
Gendron    Nom fréquent dans l'Ouest (85, 44, 53). C'est une variante ou un diminutif de Gendre (lien de parenté utilisé comme surnom, puis comme nom de famille). Diminutif : Gendronneau. Avec d'autres suffixes : Gendrau (06, 82), Gendraud (63, 86), Gendrault (41, 86, 79), Gendraux (79, 23), Gendreau (85, 86, 79), Gendreaud (24), Gendreaux (16), Gendrel (61), Gendret (77, 02, 71), Gendrillon (85), Gendrin (50), Gendrineau (16, 79), Gendrot (35, 72), Gendroz (25, 01) et sans doute Gendry (53, 49, 35).
Genebrières    Porté dans l'Aveyron, c'est un toponyme désignant un lieu où pousse le genévrier. Avec le même sens : Genèbre (24), Genébrier (03, 63).
Genelot    Porté dans la Saône-et-Loire, c'est un nom de sens incertain, diminutif de Genel, qui pourrait être un ancien nom de personne (mentionné sous la forme Genellus dans le Polyptyque d'Irminon).
Généreux    Nom rare, que les plus anciennes mentions situent en Limousin. Variante ancienne : Généroux (Poitou). On peut penser à un surnom lié à l'adjectif "généreux", mais il devrait s'agir d'un ancien nom de baptême, popularisé par un saint qui fut abbé en Poitou à la fin du VIIe siècle (fête le 10 juillet). Le nom vient du latin "generosus" (= de haute lignée, noble, magnanime). Une commune des Deux-Sèvres s'appelle Saint-Généroux. Les noms italiens Generoso et Generosi, assez rares, devraient correspondre eux aussi à un ancien nom de baptême.
Geneslay    Désigne celui qui est originaire de la commune de Geneslay, dans l'Orne, ou encore d'un hameau du même nom à Ancinnes (72). A noter aussi le hameau du Géneslé à Hérenguerville (50) et celui des Géneslés à Courgeoût (61). Signification probable : lieu où pousse le genêt.
Genessey    Nom rare rencontré dans l'Ain. Ce devrait être un diminutif de Genès (voir Genis). Variante : Genessay. Il pourrait cependant s'agir d'un toponyme, car on trouve dans le même département le hameau de Génissiat (commune d'Injoux).
Geneste    Fréquent en Corrèze et en Dordogne, rencontré aussi dans l'Allier, c'est un toponyme désignant un lieu où pousse le genêt. Formes voisines : Genest (03, 87), Genesta (47), Genestal (24), Genestié (24, 87), Genestier (63), Genesteix (23), Genestet (31).
Genet    Nom français pour lequel deux solutions sont possibles : soit un toponyme (lieu planté de genêts), soit un nom de baptême, variante de Geniès, Genès, Genis (voir ce nom).
Genête    Porté notamment dans l'Allier et dans l'Yonne, désigne celui qui est originaire d'une localité portant ce nom. On pensera entre autres à la commune de La Genête (71). Signification : lieu où pousse le genêt. Le genêt est également présent dans les noms Genetay (72, 35), Geneteau (33, 49), Geneteix (87), Genetet (71, 10, 52), Genetey, Genettais (27, 76), Genetier (71, 01, 69), Genettaz (73), Genette (42, 71), la plupart de ces noms pouvant être écrits avec ou sans accent.
Genevard    Désigne celui qui est originaire de Genève. Assez rare, il semble avoir été porté en Savoie et dans l'Ain.
Genevaz, Genevez    Nom savoyard désignant celui qui est originaire de Genève.
Geney    Porté en Franche-Comté (70, 25), désigne celui qui est originaire de Geney, nom d'une commune du Doubs. La forme Geneys (43) est quant à elle un nom de baptême (voir Genis) que l'on retrouve comme éponyme de la commune de Saint-Geneys (43).
Geneyton    Patronyme rare porté dans la Loire. On hésitera entre un diminutif de Genet, Geneys (nom de personne, voir Genis) et un lieu où pousse le genêt.
Gengembre    Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais, rencontré aussi dans la Haute-Marne. On le trouve aussi dans les Ardennes et en Lorraine sous la forme Gingembre. Il s'agit d'un surnom donné à un marchand d'épices.
Gengoux    Porté notamment dans l'Oise et la Meuse, c'est un nom de personne d'origine germanique, Gangwulf (gang = marche, course + wulf = loup). Variantes : Gengoul, Gengoult, Gengout (51, 55), Gangolf, Gangolff (57).
Geniaux    Nom surtout porté dans la Saône-et-Loire. Variantes : Geniau, Geniault, Geniaut. Dans son dictionnaire, M.T. Morlet en fait un diminutif du nom de personne d'origine germanique Genier (Genhari : gen = né de + hari = armée). Un hypocoristique du prénom Eugène n'est cependant pas à négliger.
Genicot    Ou Génicot. En France, c'est dans la Creuse que le nom, rare, est le plus fréquent. Il est plus répandu en Belgique. Dans les deux cas, c'est un diminutif de Jean. En Limousin c'est une variante de Janicot. En Belgique, c'est l'un des nombreux dérivés du thème Jen (Gen), avec comme variantes Gennicot et Jenicot.
Geniès    Voir Genis.
Genillion    Rare et porté dans la Drôme, le nom est plus courant sous la forme Genillon (01, 69, 63). Autre variante : Genilhon (07). Sens incertain. Peut-être un diminutif de Gelin ou Gillin, transformé par métathèse. On trouve cette métathèse dans Genillière, lieu-dit de la Drôme appelé aussi Gillinière (Saint-Christophe-et-le-Laris). A envisager aussi le nom de personne latin Genilius, que l'on retrouve selon Dauzat et Rostaing dans la commune de Génillé (37).
Genin    Fréquent en Lorraine, c'est un hypocoristique du nom de baptême Eugène.
Genis    Nom de baptême popularisé par plusieurs saints. Deux d'entre eux sont célèbres, et auraient été tous deux martyrisés sous le règne de Dioclétien, l'un à Arles, l'autre à Rome. Le nom fut aussi porté par un archevêque de Lyon (VIIe siècle). Etymologie : latin Genesius < grec Genesios (de genos = race, famille).
Genisson, Génisson    Nom porté dans la Seine-et-Marne et la Marne. Diminutif de génisse, désignant un bouvillon, un jeune taureau. Un sobriquet dont le sens est difficile à établir de façon certaine : peut-être un jeune homme bouillant ?
Genna    Porté dans diverses régions italiennes, c'est en Sicile (Marsala) que le nom est le plus répandu. La solution la plus logique est d'y voir une variante de Gianna (également porté en Sicile), nom de personne féminin correspondant à Jeanne. On envisagera aussi un toponyme : Genna Maria est un village protohistorique de Sardaigne ('genna' signifierait 'port'). Un site internet propose pour sa part une origine espagnole (nom d'un château brûlé à Cadix vers 1492), hypothèse que je n'ai pu vérifier mais qui me semble a priori douteuse.
Gennaro    Equivalent italien de Janvier, c'est le plus souvent un nom de baptême, popularisé par plusieurs saints. Le patronyme est fréquent en Sicile, ainsi que dans les régions du nord (Piémont, Vénétie surtout). Forme plurielle : Gennari (Corse, Lombardie, Emilie-Romagne notamment). Diminutif : Gennarino (rare, porté surtout en Sicile). Avec le même sens : Gennai et le dérivé Gennaioli (Toscane).
Gennerat    Semble un diminutif du nom de personne d'origine germanique Gennier (Genhari : gen, sens obscur + hari = armée). Nom rencontré dans l'Est, notamment dans l'Aube.
Genneteau    Nom porté dans le Centre-Ouest (18, 37, 49). Semble un hypocoristique du nom de baptême Eugène.
Genon    Hypocoristique d'Eugène (Eugène vient du grec Eugenios = de bonne lignée).
Genot    Porté notamment dans la Meurthe-et-Moselle et la Saône-et-Loire, c'est le plus souvent un diminutif de Gen, l'une des formes lorraines du prénom Jean. A envisager aussi : un diminutif du prénom Eugène ou d'un nom germanique formé sur la racine gen-, de sens incertain.
Genou    Nom de personne d'origine germanique, Genwulf (gen : origine obscure + wulf = loup). Ce nom a été popularisé par saint Genouph, ermite berrichon du IIIe siècle, dont les reliques auraient été déposées en 826 à Saint-Genou (36). Le nom Genou peut aussi être une variante de Genoud (voir ce nom).
Genoud    Patronyme surtout porté en Haute-Savoie. C'est un nom de personne d'origine germanique, Genwald (gen : origine obscure + wald = qui gouverne). On rencontre ailleurs la variante Genaud (16, 17).
Genouel    Nom porté surtout dans la Mayenne. Le dictionnaire de M.T. Morlet en fait un diminutif du nom de baptême Genou (voir ce nom). On pourrait également y voir une variante du nom breton  Guenael (qui a donné Guenal, Guennal), formé sur les racines uuin = béni et hael = noble.
Genouvrier    Le nom évoque le genévrier (toponyme). Relativement rare, il est surtout porté dans l'Ille-et-Vilaine.
Genreau    Variante de Gendreau (diminutif de Gendre), le nom est porté en Bourgogne. Variantes : Genraud, Genrault. Avec un autre suffixe : Genret. Le nom Genre, variante de Gendre, est pour sa part assez fréquent dans le Doubs.
Gensac    Surtout porté en Charente, désigne celui qui est originaire de Gensac, nom de six communes en France dont une dans le département de la Charente. Sens du toponyme : le domaine de Gentius, nom de personne latin.
Gensane    Nom catalan (Joch, Finstret) qui demeure énigmatique. Le rapprochement avec la gentiane (gençana) est possible mais pas très convaincant. Il s'agirait plutôt d'un matronyme formé sur le nom de personne d'origine latine Gençà (Gentianus < gens = famille). On trouve également à l'époque médiévale le patronyme Gensen, qui semble avoir la même origine (voir Gentien pour plus de précisions). Variante : Gensanne.
Genson    Porté à la fois en Lorraine et en Normandie, c'est une variante de Jeanson, Janson, diminutifs de Jean.
Gente    Surtout porté dans l'Aisne et dans la Somme, pourrait être une variante ou la forme féminine de l'adjectif 'gent' (en ancien français noble, bien né, puis courtois, aimable).
Genter    Porté en Alsace-Lorraine, notamment dans la Meuse, pourrait être une variante de Ganter (voir Gander). On pensera éventuellement aussi à celui qui est originaire de Gand (néerlandais Gent).
Gentet    Le nom est surtout porté dans le Jura et dans l'Yonne. Variantes : Gentey, Gentez. On pensera d'abord à un diminutif de l'adjectif 'gent' (en ancien français noble, bien né, puis courtois, aimable). Il pourrait cependant s'agir aussi d'une déformation de noms tels que Jantet (diminutif de Jean).
Genthial    Nom porté dans l'Ardèche (variante Gential). Correspond à Gentil (voir ce nom). Diminutifs : Gentialon, Genthialon.
Gentien    Nom surtout porté en Picardie (80, 60). Il s'agit d'un ancien nom de baptême (latin Gentianus < Gentius) popularisé par un martyr parisien (IIIe siècle) accusé d'avoir hébergé les saints Victoric et Fuscien, disciples de saint Denis. Le même saint est connu sous la forme Gence, qui a donné son nom à une commune du Limousin (Saint-Gence).
Gentil    Le nom est très fréquent dans toute la France, avec cependant une prédominance dans la Seine-Maritime, l'Isère et la Marne. Il signifie au départ "de race noble", mais il a assez vite évolué vers son sens actuel. Cependant, vers le XIIe siècle, on peut penser qu'il avait un sens moins affadi qu'aujourd'hui, et devait désigner un personnage valeureux. La variante Genty a le même sens, ainsi que l'italien Gentile, qui a été employé comme nom de baptême au Moyen Âge (c'est peut-être aussi le cas pour Gentil).
Gentile    Très répandu dans tout le sud de l'Italie, également fréquent en Lombardie et dans le Piémont, c'est un nom de baptême médiéval, éventuellement un surnom (voir Gentil pour le sens). Le pluriel filiatif Gentili se rencontre pour sa part surtout dans le Lazio et les Marches, ainsi qu'en Corse. Dérivés : Gentilella (Campanie), Gentiletti (Marches), Gentilezza (Lazio, = noblesse), Gentilini (Emilie-Romagne, Corse, nom porté aussi dans l'Aisne, avec la variante graphique Gentiliny), Gentilucci (Lazio, Marches), Gentileschi (Ombrie, Lazio).
Gentilhomme    Nom assez courant, porté surtout dans le Maine-et-Loire et la Haute-Saône. Au moyen âge, il ne comporte pas encore l'idée de noblesse, et désigne sans doute un homme qui montre de la générosité, de la noblesse dans ses sentiments (en gros, l'équivalent de l'anglais gentleman).
Gentillet    Porté dans le Sud-Ouest (64, 65), c'est en principe un diminutif de Gentil (voir ce nom), peut-être utilisé comme nom de personne. A noter cependant l'existence d'un hameau appelé Gentillet à Condom (32). Autres dérivés de Gentil : Gentillaud, Gentilleau (79), Gentillon (05, 38), ce dernier nom étant sans doute un toponyme, chef-lieu de la commune de Bénévent-et-Charbillac (05).
Gentric    Nom porté en Bretagne. Pourrait correspondre à l'ancien français gent (= noble, courtois), mais rien de bien sûr. Peut-être une racine bretonne qui reste à découvrir.
Genu    Surtout porté dans l'Ille-et-Vilaine, pourrait être le participe passé du verbe "genoir" (= engendrer), mais on pensera aussi à une variante de Chenu (passage de ch à g, phénomène phonétique assez fréquent).
Genuist    Ce nom et ses variantes se rencontrent dans la Mayenne, l'Orne et la Sarthe. Variantes : Genuis, Genuit, Genuy, Genuys, Genuyt. Sens incertain. Apparemment, on pourait avoir affaire au participe passé du verbe d'ancien français "genuir" (= engendrer), mais ce n'est pas une certitude et cela n'éclaire pas vraiment le sens du nom.
Geny    Le nom est porté en Lorraine (54, 88), on le rencontre aussi en Savoie. Dans cette région, c'est l'équivalent de l'ancien prénom Genis (voir ce nom). Pour la Lorraine, il en est peut-être de même, mais on pensera aussi à un toponyme (cf. la commune de Geney dans le Doubs et le hameau de Gény dans l'Aisne (Cuissy-et-Gény).
Geoffrenet    Nom rare porté dans le Centre (18, 45). C'est un diminutif de Geoffrin (52, 89 notamment), lui même hypocoristique de Geoffroy (voir ce nom).
Geoffrion    Diminutif de Geoffroy (voir ce nom) rencontré en Poitou-Charentes.
Geoffrit    Le nom est porté dans les Deux-Sèvres, parfois en Vendée. Variante : Joffrit. Il a toujours été assez rare. Sans doute une variante de Geoffroy (voir ce nom), la finale -it étant cependant assez étonnante.
Geoffroy    Nom de personne d'origine germanique, Gotfrid (got = du peuple goth ou god = dieu + frid = paix). Patronyme fréquent en Bourgogne et en Lorraine. Variantes : Geoffray (38, 69), Geoffrey (07), Geoffroi, Geoffroid, Geoffrois.
Georg    Forme du nom de baptême Georges portée en Allemagne. C'est en Alsace-Lorraine que le patronyme est le plus répandu.
Georgel    Diminutif de Georges très courant en Lorraine (54 et surtout 88). Autres diminutifs : Georgelet (08, 51), Georgelin (22).
Georgenthum    Nom alsacien pour lequel M.-T. Morlet propose "la possession de Georges", autrement dit un toponyme. À envisager aussi une germanisation de Georgeton, diminutif de Georges.
Georger    Porté en Alsace, c'est un dérivé patronymique (marquant la filiation) de Georg (= Georges). Avec le même sens : Jörger.
Georges, George    Nom de baptême issu du gerc Georgios (= laboureur). Saint Georges est un martyr chrétien dont le culte était très développé au Moyen-Orient. On ne connaît de lui que l'épisode légendaire au cours duquel il aurait tué à Beyrouth un dragon auquel une princesse allait être sacrifiée. Sa popularité en Europe date du retour des croisades, et il devint le patron de Venise, de Gênes, de l'Angleterre et de la Catalogne. En France, c'est en Lorraine (88, 54) que le nom de famille, avec ou sans s, a toujours été le plus répandu.
Georges-Picot    Nom composé de Georges et de Picot, ce dernier nom pouvant évoquer un petit pic (outil), mais on pensera plutôt à un diminutif de Pic, Picque, ancien nom de baptême.
Georget    Diminutif de Georges, porté surtout dans l'Indre-et-Loire et dans la Sarthe. Variante ou matronyme : Georgette (89, 974). Diminutifs : Georgeton (51, 87), Georgetout (87).
Georgy    Diminutif de Georges, rencontré notamment dans le Doubs et en Moselle (également Dordogne). Variante : Georgin (51, 52, 54).
Georjon, Geourjon    Diminutif de Georges, que l'on rencontre dans le Forez. Avec le même sens : Georgeon (88, 39).
Geraghty    Patronyme irlandais. C'est une forme anglicisée de Mag Oireachtaigh, le fils d'Oireachtaigh, terme signifiant "membre de l'assemblée".
Gérard, Gerard    Forme française de Girard (voir ce nom), patronyme très répandu dans les Vosges.
Gérardin, Gerardin    Diminutif de Gérard (voir Girard), que l'on rencontre surtout dans les Vosges et la Meurthe-et-Moselle. Diminutifs voisins : Gérardon (57), Gérardot (88, 51).
Géraud    Nom de personne d'origine germanique (voir Giralt) très répandu dans l'Ariège, ainsi qu'en Dordogne et en Corrèze. Variantes : Géraul (47), Gérauld (51, 55), Gérault (61), Géraut (64), Géraux (02, 80).
Gerbaud    Surtout porté dans la Creuse, la Vendée et le Vaucluse, c'est un nom de personne d'origine germanique, Gerbald (ger = lance + bald = audacieux). Variantes : Gerbault (36, 86, 79), Gerbaut (62, 88), Gerbaux (51), Gerbeau (33, 58), Gerbeaud (33, 85), Gerbeault (72, 21), Gerbeaut (21), Gerbeaux (08, 58), Gerboud (38), Gerbold.
Gerbaulet    Rare et porté notamment en Haute-Saône, c'est un diminutif de Gerbal (voir Gerbault pour le sens), rencontré aussi sous les formes Gerbolet (42, 69), Gerbollet (38, 39, 01).
Gerbault    Nom de personne d'origine germanique, Gerbald (ger = lance + bald = audacieux), surtout porté dans l'Indre et les départements voisins (86, 79).
Gerber    Fréquent en Alsace-Lorraine, c'est en principe un nom de métier, celui de tanneur (allemand Gerber, moyen-haut-allemand gerwer, formé sur le vieux-haut-allemand garawan = préparer). Il peut aussi s'agir d'une variante de Gerbert (voir ce nom).
Gerberon    Nom porté dans les Vosges (variante Gerberou). On le considère généralement comme un dérivé de gerbe, gerbier (tas de gerbes ou moissonneur). On peut aussi penser à un diminutif de Gerber(t), nom de personne (voir Gerbert).
Gerbert    Nom de personne d'origine germanique, Gerberht (ger = lance + berht = brillant), porté surtout dans l'Isère et la Drôme. Le pape Sylvestre II s'appelait Gerbert.
Gerbet    Le nom est porté en Bretagne (Morbihan surtout), ainsi que dans l'Ain, la Côte-d'Or et le Jura. Il s'agit sans doute d'un diminutif de Gerbert ou de Gerbaud (voir ces noms). À noter cependant que M.-T. Morlet en fait un diminutif de "gerbe" (surnom éventuel de moissonneur).
Gerbex    Nom savoyard, éventuellement originaire de Suisse, dérivé de "gerbe", sens doute avec le sens de "gerbier".
Gerbini    Nom italien qui semble renvoyer à Gerbini, localité sicilienne de la province de Catane.
Gerbod    Nom porté dans l'Isère. C'est un nom de personne d'origine germanique, soit variante de Gerboud (voir Gerbaud), soit une forme propre, avec la finale bod = messager.
Gerdemann    Porté en Allemagne et parfois aux Pays-Bas, le nom désigne selon Bahlow celui qui est originaire de Gerden, localité de Basse-Saxe. À envisager aussi un dérivé en -mann formé sur Gerd (= Gert), forme courte de Gerhard (= Gérard).
Gerente    Le nom est surtout porté dans l'Isère et la Drôme, ainsi que dans la Haute-Loire, où on trouve plus souvent la forme Gerentes. Variante : Gerante. Diminutifs : Gerentet, Gerenthon, Gerenton, Girenthon, Gerantet, Geranton. Il semble s'agir d'un ancien nom de personne (prénom), dont M.-T. Morlet nous dit qu'il est mentionné vers 791 en Bourgogne sous la forme Gerantius. Etymologie obscure. Le nom Gerente est également porté en Espagne : il y est rare, et pourrait désigner un administrateur, un intendant (espagnol "gerente").
Géret    Le nom paraît avoir deux souches : l'une dans le département de l'Ain, l'autre dans le Centre-Ouest, peut-être l'Eure-et-Loir. Sens incertain. Sans doute un diminutif de Gérard, comme le propose M.-T. Morlet, à moins que ce ne soit une variante de "guéret" (terre labourée). Dans les deux régions concernées, on trouve pas mal de formes voisines : dans l'Ain et les départements voisins Gérex, Gérey, Gereys. Dans le Centre-Ouest Géray, Géré. À noter les hameaux de Géré à Jarnosse (42), et de Géray à Vieuvy (53) et Oyé (71).
Gerez    Désigne sans doute celui qui est originaire de la ville espagnole de Jerez, ou encore de Gerez, au Portugal.
Gergaud    Porté en Bretagne (44, 35), le nom est considéré par M.T. Morlet comme une variante de Gargaud, qui serait un surnom donné à un gros mangeur (racine garg = gorge, gosier). Variante rare : Gergaut (56).
Géricault    Très rare, le nom peut aussi s'écrire Géricot. Difficile d'en connaître l'origine géographique exacte. Quant au sens, M.-T. Morlet y voit un diminutif de Gerico, nom de personne germanique.
Gerin, Gérin    Variante de Guérin, Garin (voir Guérin) surtout portée dans la région lyonnaise (42, 69, 26). Diminutif : Gerinon. Formes italiennes : Gerino, Gerini.
Gerl    Nom rare rencontré uniquement dans les Vosges. Il s'agit sans doute d'un nom de personne d'origine germanique, Gerli, Gerlo (dérivé de ger = lance), ou encore d'un diminutif de Gérard, qui vient de la même racine.
Gerlache    Porté en Belgique et dans le nord de la France (variante : Gerlaxhe), le patronyme se rencontre en Alsace sous la forme Gerlach. C'est un nom de personne d'origine germanique. Si la première racine (ger = lance) ne pose aucun problème, la seconde (-lach) est plus incertaine. On pense généralement à un terme ayant le sens de jeu, joute (gotique "laiks"). Il existe un saint Gerlach, ermite hollandais du XIIe siècle.
Gerland    Surtout porté dans l'Ardèche, c'est sans doute un nom de personne d'origine germanique composé des racines ger (= lance) et land (= pays) : un certain Gerlandus est cité comme témoin d'un acte vers l'an 1000 dans le cartulaire d'Ainay. On notera que Gerland est aussi le nom d'une commune de la Côte-d'Or.
Gerlier    Surtout porté en Haute-Savoie, paraît désigner un fabricant ou un porteur de gerles (ancien français et francoprovençal "gerle" = comporte pour les vendanges, cuvier, grande cruche).
Germa    Forme catalane de Germain (voir ce nom).
Germain    Ce nom français, qui correspond au catalan Germà, peut avoir deux significations. Soit il s'agit du nom de baptême Germanus (indiquant au départ une origine ethnique), soit du nom commun germanus (= frère). De toute façon, l'étymologie est la même dans les deux cas. C'est dans les Vosges et la Manche qu'il est le plus répandu.
Germanangue    Le nom est porté dans la Haute-Loire et le Puy-de-Dôme. Variantes : Germanangues, Germananque. Il désigne celui qui est originaire de Germanangues, hameau de la commune d'Ambert (63).
Germanaud    Porté en Poitou-Charentes, c'est un diminutif de Germain (voir ce nom). Variantes : Germaneau, Germaneaud, Germannaud, Germanneau.
Germany    Surtout porté aujourd'hui en Martinique, le nom se rencontre aussi dans le Gard et dans le Nord. C'est une variante de Germain (voir ce nom), la finale retranscrivant une forme latinisée.
Germinal    Surtout porté à la Réunion, rencontré aussi en Périgord, c'est un prénom, mais il peut aussi s'agir du nom donné à un enfant trouvé pendant le mois révolutionnaire de germinal.
Germini    Nom italien porté notamment en Emilie-Romagne. La forme Germino, plus rare, se rencontre dans le sud de la Campanie. Il devrait s'agir d'un ancien nom de baptême correspondant au latin Germinus (de germinare = germer, bourgeonner). Le nom de baptême Germino est attesté en Espagne et au Portugal.
Germond    Patronyme très répandu dans l'Eure-et-Loir et les départements voisins. C'est un nom de personne d'origine germanique, Germund (ger = lance + mund = protection).
Germont    Variante de Germond (voir ce nom) rencontrée notamment dans l'Orne.
Gernigon    Nom porté dans l'Ouest (35, 53, 22). Formes voisines : Gernigant, Gernigou. C'est un ancien nom de personne breton variante de Jarnigon (56, 53), formé sur les racines hoiarn (= fer) et peut-être uuocon (= accomplissement). Dans Gernigant, la seconde racine serait plutôt houuen (= aimable), selon A. Deshayes (Dictionnaire des noms de famille bretons).
Gerno    Surtout porté dans les Côtes-d'Armor, c'est la forme bretonne du nom de personne d'origine germanique Gernwulf (gern = ardent, zélé + wulf = loup). Variante : Gernot. Ce même nom est à l'origine de Gernoux, Gernioux (44).
Gerolami    Nom italien rare porté dans la province de Pordenone (à la limite de la Vénétie et du Frioul). On trouve plus fréquemment en Italie la forme Girolami (régions du centre). À noter aussi des Girolamo dans les Pouilles. Toutes ces formes correspondent à Gerolamo, équivalent italien de Jérôme.
Gérome, Gérôme    Autre forme de Jérôme (voir ce nom) portée surtout en Lorraine (88, 54). Variante : Géromme. Diminutifs : Géromet (32), Géromey (54, 88), Géromez (88).
Geronimi    Equivalent de Jérôme (voir ce nom), ce patronyme italien rare est porté presque exclusivement dans le nord de la Lombardie (province de Sondrio). Il est également présent en Suisse. La forme Geronimo, elle aussi très rare, se rencontre notamment dans les Pouilles.
Gerony, Gérony    Surtout rencontré en Béarn, ce patronyme correspond au prénom Jérôme (voir ce nom).
Gerphagnon    Désigne celui qui est originaire de Gerfagnon, hameau de Saint-Maurice-de-Lignon, dans la Haute-Loire. Variantes : Gerfagnon, Gerfanion, Gerphanion, Jerphagnon, Jerphanion.
Gerra    Nom assez rare, rencontré notamment en Italie dans les provinces de Parme et de Piacenza, en France en Savoie et autrefois dans l'Isère. Il pourrait s'agir d'un toponyme, identique au français Jarre (voir ce nom). Une commune suisse du Tessin s'appelle Gerra.
Gerst    Porté en Alsace et en Franche-Comté, le nom correspond à l'allemand Gerste (= orge), surnom probable pour un producteur d'orge. Avec le même sens : Gerster, Gerstmann, Gerstmans, Gerstmayer, Gerstenmaier, Gerstenmeyer, Gerstner.
Gerthoux    Porté notamment dans les Alpes-Maritimes et en Provence, le nom vient du Piémont (début du XXe siècle), mais n'est pas italien : les plus anciennes mentions connues le situent dans les Hautes-Alpes, où il est écrit Gertoux. Sens incertain. Le nom existe aussi en Béarn (variante : Gertou), où M. Grosclaude (voir bibliographie) le considère comme un toponyme dérivé du latin médiéval "gertum" (= lande, désert). Ce sens semble possible aussi dans les Alpes, mais aucun lieu-dit ne correspond. Par contre, des hameaux s'appellent Gertou à Bonnut et à Sallespisse (64).
Gervais     Nom de baptême d'origine latine (Gervasius), popularisé par saint Gervais, qui fut martyrisé sous le règne de Néron, en compagnie de son frère jumeau Protais. Gervais fut tué à l'aide de fouets garnis de plomb, tandis que Protais était décapité.
Gervaisot    Diminutif de Gervais (voir ce nom) porté dans la Haute-Marne et les départements voisins (51, 55). Variante : Gervaizot. On trouve dans la Sarthe, avec le même sens, les noms Gervaiseau et Gervaiseaux.
Gervasi    Variante catalane ou italienne de Gervais (voir ce nom).
Gervier    Surtout porté dans la Vendée, c'est sans doute l'équivalent du mot "gerbier" (amas de gerbes). Autre possibilité : diminutif de Gervais.
Gervin    Rare, le nom est surtout porté dans l'Ille-et-Vilaine. C'est un nom de personne d'origine germanique, Gervinus, également connu sous la forme Gerwin, formé sur les racines gari = lance et win = ami. On connaît un saint Gervin, moine bénédictin originaire de Laon, qui fut abbé de Saint-Riquier (mort en 1075). Variantes : Gervain et sans doute Gévrin (53), Grévin (80), par métathèse du r. Diminutif : Gervinet. Le nom de famille existe aussi en Italie sous les formes Gervino (Piémont) et Gervini, très rares.
Gervy    Surtout porté dans l'Ardèche, la Drôme et l'Allier, peut correspondre au prénom Gervais, mais on pensera aussi à une variante de Gervin (voir ces noms).
Géry    Forme occitane du prénom Gilles, rencontrée dans l'Ardèche et le Limousin (23, 87).
Gerzain    Le nom est porté en Île-de-France, mais il y est rare et ne semble y être présent qu'à partir du XVIIIe siècle. Il pourrait s'agir d'une variante du nom allemand Gerzen, désignant celui qui est originaire de Gerzen, localités de Bavière et de Basse-Saxe. Ce n'est évidemment qu'une hypothèse, impossible à vérifier sans données généalogiques.
Ges, Gès    Surtout porté dans les Landes, le nom se rencontre aussi sous la forme Gez (40, 65). Il désigne celui qui est originaire de Gès ou Gez, toponyme relativement courant dans le Sud-Ouest. Deux communes des Hautes-Pyrénées s'appellent Gez. Signification : pâturage fermé, enclos pour le bétail (équivalent gascon de 'jasse').
Gesche    Porté en Alsace-Lorraine, rencontré aussi en Belgique sous la forme Gesché, c'est un diminutif bas-allemand de Gilbert (Giselbert). Formes voisines : Giesecke, Gieseke.
Gescher    Porté en Allemagne ou aux Pays-Bas, désigne celui qui est originaire de Gescher, commune de Rhénanie du Nord-Westphalie, non loin de la frontière néerlandaise.
Geschwind    Porté notamment en Moselle, c'est le surnom d'un homme rapide (sens de l'adjectif allemand geschwind). Variantes : Geschvind, Geschwindt, Geschwine. En composition : Geschwindermann, Geschvindermann, ainsi que Geschwindenhammer (Alsace), surnom probable d'un forgeron rapide.
Geshors    Nom rare porté dans l'Ille-et-Vilaine, où il est attesté depuis le XVIe siècle. Sens incertain. Peut-être celui qui est originaire de Gisors, nom d'une commune de l'Eure (dont le nom apparaît sous la forme Gesors dans certains textes médiévaux) et d'un hameau à Vains, dans la Manche.
Geslain    Nom fréquent dans l'Ouest. Correspond au nom de baptême Gislain, Ghislain, qui est un nom de personne d'origine germanique, formé sur Gisalo (gisal = otage).
Geslin    Surtout porté dans la Mayenne et la Sarthe, c'est une variante de Geslain (voir ce nom).
Gesnouin    Plus rarement écrit Gesnoin, le nom est porté dans la Manche et le Calvados. Il semble que ce soit un nom de personne d'origine germanique, variante de Gernouin (nom rencontré autrefois dans l'Ille-et-Vilaine), formé sur les racines "gern" (= ardent, zélé) et "win" (= ami). L'amuïssement du r devant n est fréquent dans cette région, où Bernard devient Besnard et Bernier devient Besnier).
Gesret    Nom rencontré en Bretagne (22), où on trouve aussi la forme Gesrel. Aucune certitude sur ce nom. Peut-être une variante avec rhotacisme (l > r) de Geslet, Geslot, qui viennent d'un nom de personne d'origine germanique, Gisel (gisal = otage). Le nom Geslin, qui a la même origine, est très fréquent en Bretagne et en Normandie.
Gessa    Nom italien surtout porté dans le sud de la Sardaigne. Il désigne en sarde le mûrier (gèrsa, gèssa), et devrait être un toponyme devenu nom de famille.
Gesta    Porté dans le Gers et plus généralement en pays gascon, c'est un toponyme désignant un lieu où pousse le genêt (occitan "genesta", avec chute du n intervocalique fréquente en gascon). Autre forme : Gestas (nom d'une commune des Pyrénées-Atlantiques).
Geste    Surtout porté dans l'Yonne, le nom se rencontre dans le nord de la France (62, 80) sous la forme Gest. Sans doute une variante de Just (voir ce nom).
Gesteau    Nom assez rare porté en Mayenne. Il est à rapprocher des Gestain, Gestalain, Gestalen, Gestalin que l'on trouve en Bretagne. Dans tous ces cas, il semble que Gest soit une déformation du prénom Just (latin Justus). Donc Gesteau serait un diminutif de Just, et Gestain une variante de Justin. On trouve également en Bretagne la forme Jestin, où le rapprochement avec Justin est encore plus évident.
Gestède    Porté dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, c'est un toponyme gascon désignant un lieu où pousse le genêt. On pensera notamment au hameau de Gestède à Orthevielle (40).
Gestin    Porté en Bretagne, c'est une variante de Jestin, qui correspond au prénom Justin (voir ce nom). Autre forme : Gestain.
Gestreau    Le nom est surtout porté en Charente. Variantes : Gestraud, Gestreaud. Sens incertain. M.-T. Morlet propose une forme "gesteraud", diminutif de "gestier" = prétentieux. On peut aussi voir en "gesteraud" un dérivé de "gesteur" (= jongleur).
Gevaert    Porté en Belgique et dans le département du Nord, c'est la forme flamande d'un nom de personne germanique, Gifardus, formé sur les racines "giban" (= donner) et "hard" (= dur). Variantes : Gevaer, Gevaere, Gevaerts, Gevart, Gever, Gevertz.
Gevaudan, Gévaudan    Porté dans l'Ardèche et les départements voisins, le nom s'écrit aussi Gévaudant, Gévodant (43). Il désigne celui qui est originaire du Gévaudan, ancien comté situé entre la Margeride et l'Aubrac.
Gevensan    Aucune idée sur ce nom très rare, dont je ne connais pas l'origine géographique.
Gevraise    Nom assez rare rencontré dans la Sarthe. C'est une variante de Gervaise, formée par métathèse du r. Quant à Gervaise, c'est un matronyme formé sur Gervais (voir ce nom).
Gey    Le nom est surtout porté dans la Saône-et-Loire et la région lyonnaise. On le rencontre aussi sous la forme Gex (73, 69). Il peut s'agir d'un nom de personne correspondant au latin Caius, Gaius, mais c'est aussi un toponyme rencontré notamment dans l'Isère et dans le Doubs (le Gey, nom souvent associé à des lieux boisés) et dans l'Ain (où une commune s'appelle Gex). Le rapport avec le geai (oiseau) semble improbable.
Geymonat    Assez rare et surtout porté dans l'Ardèche, c'est un probable dérivé de Geymond (38), lui-même variante de Gimond (07), nom de personne germanique (voir Gimonet pour le sens).
Geyres    Porté en Gascogne, le nom y est plus fréquent sous la forme Geyre. C'est un toponyme désignant un lieu où pousse le lierre. A noter le hameau de Geyre à Lacq (64), qui pourrait être à l'origine du nom de famille.
Geze, Gèze, Gèzes    Nom porté dans le Sud-Ouest. Tout comme la forme voisine Gez, il semble s'agir au départ d'un nom de lieu. Plusieurs cours d'eau s'appellent Gez ou Gèze (la Gèze est un affluent du Gers, et c'est précisément dans le Gers que le patronyme est le plus répandu). Il y a également deux communes appelées Gez dans les Hautes-Pyrénées. On peut rattacher à la même racine la forme Gézat (65, 32). Variantes avec j : Jèze, Jézeau.
Gézolme    Patronyme rare porté dans les Deux-Sèvres. On le trouve aussi sous la forme Gizolme dans le Cantal et l'Indre. Il s'agit d'un nom de personne d'origine germanique, Gishelm, où l'on retrouve les racines gis (= flèche) et helm (= casque).
Ghadi    Egalement El Ghadi, Elghadi. L'un des nombreux noms de personne arabes désignant le lion (ghâdî).
Ghaffar    Patronyme arabe qui signifie "celui qui pardonne" (ghaffâr). C'est l'un des noms donnés à Dieu. Autres formes : Ghaffour, Ghafour, Ghafouri (variante turque avec suffixe de filiation arménien : Ghafourian), Ghafir.
Ghanem    Très courant en Afrique du Nord, le nom peut être arabe ou berbère. En arabe (ghânim), c'est un nom de personne désignant celui qui réussit, qui atteint son but. En berbère (aganim), il a le sens de roseau et pourrait être un surnom pour un homme élancé. Variantes : Ganem, Ghanam, Ghanim. Dérivés : Ghanmi, El Ghanmi, Ghanami, El Ghanami, Ghanemi, Ben Ghanem (ou Benghanem, le fils de Ghanem), Boughanem (le père de Ghanem ou l'homme au roseau). La plupart de ces noms peuvent aussi être portés par des Juifs séfarades.
Gharib    Nom de personne arabe (gharîb) rencontré aussi sous la forme El Gharib. Il signifie 'étrange, étonnant', ou encore 'étranger'. Il est formé sur la racine gh.r.b (= s'en aller), d'où un autre sens possible : celui qui vient de l'ouest (le lieu où le soleil s'en va, penser au Maghreb). Dérivé : Gharbi.
Gharsallah    L'un des nombreux noms musulmans formés sur Allah (Dieu) : ici il s'agit mot à mot de la plantation (ghars) de Dieu.
Ghazouani    Egalement El Ghazouani. Désigne sans doute celui qui est originaire de El Ghazouane, au Maroc, entre Safi et Agadir. L'étymologie pourrait être l'arabe ghazawân (= assaillant).
Ghelein    Porté dans le département du Nord, c'est une probable variante de Ghelen, Gielen, Guélin, diminutifs du prénom Gilles.
Ghelfi    Le nom est porté en Italie du nord, notamment en Emilie-Romagne et en Lombardie. On le retrouve aussi dans la France du sud-est et en Lorraine (54). Il semble équivalent à Guelfi, et a dû désigner un partisan des Guelfes dans leur lutte contre les Gibelins (le nom Ghibellini est également porté en Emilie-Romagne). Le nom "Guelfe" correspond à la famille princière allemande des Welfen.
Gherab    Nom arabe formé sur la racine consonantique gh.r.b (= s'en aller). Voir Gharib pour le sens.
Gherardi    Forme italienne du prénom Gérard, avec pluriel de filiation (-i). Dérivés : Gherardeschi, Gherardini.
Gherbai    Nom arabe à rattacher à gharbiyy (= de l'ouest), un mot que l'on retrouve dans le nom Maghreb.
Gherla    Nom italien très rare (quelques porteurs dans la province de Bologne). Il pourrait s'agir d'un toponyme : un ancien village, mentionné depuis 1085, s'appelle La Gherla en Vénétie (commune de Crespano del Grappa, province de Trévise).
Ghersi    Très répandu en Ligurie, le nom correspond au ligure ghersu, équivalent de l'italien guercio. C'est un surnom donné à celui qui louche (au moyen âge le terme a pu aussi désigner un borgne). Variantes : Gherci, Gherzi. Autres formes : Guercio (fréquente en Sicile), Guerci (Piémont et Lombardie). Diminutifs : Guercini, Guercin (penser au peintre le Guerchin).
Ghesquière    Nom fréquent dans le Nord et en Belgique. Variantes : Ghesquier, Ghesquières, Ghesquiers. C'est un toponyme picard désignant une terre en jachère.
Ghettem    Porté dans le département du Nord, le nom se rencontre dans la même région sous les formes Ghetemme, Ghestem, Ghestemme et sans doute Ghestin, Guestin. Il pourrait s'agir d'un toponyme, mais je n'en sais pas plus.
Gheysen    Nom porté dans le département du Nord et en Belgique (variantes : Geysen, Geysens, Geyssens, Gheysens, Gheyssens). Correspond au flamand Gijs, Gijsen, qui semble être un nom de personne d'origine germanique : soit gisal > gisl (= otage), soit une variante de Guy, Guys (wido = bois).
Ghielmini    Non italo-suisse porté surtout dans le Tessin. C'est un diminutif de Ghielmi, variante de Guglielmi (= Guillaume).
Ghignet    Porté dans le Pas-de-Calais, c'est une variante de Guignet (60, 17), nom de sens incertain. Peut-être un lieu où pousse le cerisier (guigne = variété de cerise), peut-être aussi celui qui cligne de l'oeil (ancien français guignier), mais on pensera aussi à un diminutif du nom de personne d'origine germanique Guin, Guine (racine win = ami).
Ghilaci    Nom originaire d'Afrique du Nord. C'est un dérivé du kabyle aghilas (= lionceau, panthère, et par métaphore homme courageux).
Ghilain    Variante de Ghislain, Ghislin, nom de personne d'origine germanique surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais (racine gisal = otage).
Ghilardi    Nom italien considéré parfois comme une variante de Gherardi (voir Gérard), mais qui semble plutôt correspondre au nom de personne d'origine germanique Wilihard (will = volonté + hard = dur).
Ghio    Nom italien fréquent en Ligurie (également Piémont, Lombardie). C'est l'équivalent de Guido (en français Guy), nom de personne d'origine germanique. Dérivés : Ghione (Piémont, Ligurie), Ghioni (Lombardie), Ghion (Vénétie), Ghiotto (Vénétie), Ghiotti (Piémont, Vénétie) et sans doute aussi Ghiozzi (Corse, Ligurie).
Ghiran    Le nom est porté dans les Alpes-Maritimes. C'est sans doute une italianisation des noms Guiran, Guirand, rencontrés en Provence. Signification probable : nom de personne d'origine germanique, Gerhramn (ger = lance + hramn = corbeau).
Ghirardi    Egalement Gherardi. Correspond en italien au prénom Gérard (nom de personne d'origine germanique). Variante : Ghirardo. Diminitifs : Ghirardelli, Ghirardini, Gherardini.
Ghiribelli    Porté en Toscane, c'est un nom dont le sens ne m'est pas connu. Le rapport avec le loir (ghiro) me semble douteux.
Ghisalberti    Nom italien surtout porté en Lombardie (province de Bergame). Il s'agit d'un nom de personne germanique formé sur la racine "gisal" (= otage), le second élément étant "berht" (= brillant). C'est une des variantes de Gilberto (Gilbert). La racine "gisal" se retrouve dans un autre nom bergamasque, Ghisleni, sans doute équivalent du Gislain français. Autres noms italiens formés sur cette racine : Ghiselli (cf. le prénom français Gisèle), Ghislieri, Ghisleri (le second élément étant sans doute "hari" = armée), à rapprocher de Gislearius dans le polyptyque d'Irminon. Il devrait en être de même pour Ghislandi (land = pays) ou Ghisolfo, Ghisolfi (wulf = loup), mais pour ces noms le premier élément peut aussi être "gis" (= flèche).
Ghisolfo    Nom italien assez rare porté en Ligurie, plus fréquent sous la forme Ghisolfi (Lombardie, Emilie-Romagne, Piémont, Ligurie). C'est un nom de personne d'origine germanique, Giswulf. Le second élément est "wulf" (= loup), le premier devrait être une forme courte de "gisal" (= otage). Ghisolfo et Ghisolfi sont également présents dans les Alpes-Maritimes.
Ghiste    Porté en Belgique et dans le Nord, pourrait correspondre à l'ancien français guiste, nom d'une ancienne mesure (surnom de mesureur). Mais on peut aussi penser, tout comme pour la forme voisine Ghisse, à une variante du nom de personne d'origine germanique Guisse (Wiso, de wid = bois).
Ghnassia    Porté par des Juifs d'Algérie, le nom se présente sous diverses variantes, Ganacia, Ganascia, Genassia, Ghenassia, Gnassia, Guenassia étant les plus courantes. Une seule certitude, le nom a été porté par des tribus de l'Algérois (Guenansa) et de l'Oranais (Ghenaïssia). Les rapprochements faits parfois avec l'espagnol ganancias (= bénéfices) ou l'italien ganascia (= mâchoire) ne reposent sur rien de concret.
Ghouli    Nom arabe à rapprocher sans doute de Ghali (ghâlî = cher, aimé).
Giacalone    Nom italien fréquent en Sicile, surtout dans la province de Trapani. Il est considéré par De Felice (voir bibliographie) comme un dérivé de Giaco, variante de Giacomo (= Jacques).
Giaccomo    Autre forme de l'italien Giacomo (= Jacques).
Giacobbi    Surtout porté en Corse, ce patronyme correspond soit à Jacques, soit à Jacob, les deux prénoms ayant de toute façon la même étymologie (hébreu ya`aqov, voir Jacob). Variantes : Giacobbe, Giacobi, Giaccobi. Dérivés : Giacobetti, Giacobini, Giacobinelli, Giacobone, Giacobazzi.
Giacomo    Patronyme italien qui correspond au prénom français Jacques. Pluriel de filiation : Giacomi. Dérivés : Giacomazzi, Giacomelli, Giacomello, Giacometti, Giacomin, Giacomini, Giacomino, Giacomoni, Giacomotti, Giacomuzzi.
Giacon, Giacòn    Assez fréquent en Vénétie (variante : Giaccòn), ce nom italien se renontre aussi sous les formes Giacone, Giaccone (Piémont) et Giaconi, Giacconi (Toscane, Marches). C'est un dérivé de Giaco, Giachi, Giacchi, formes courtes de Giacomo, Giacomi (= Jacques).
Giacopelli    Diminutif de Giacopo, qui correspond soit à Jacques, soit à Jacob (les deux prénoms ont la même origine). Autres diminutifs : Giacopello, Giacopetti, Giacopinelli, Giacopini.
Giajme    Porté autrefois dans le Piémont où il existe encore sous la forme Giaime, c'est une des nombreuses formes du prénom Jacques (italien Giacomo, provençal Giaume). La forme Giai, ou Giaj, rencontrée dans la même région, paraît avoir le même sens.
Gianfranceschi    Porté en Corse, c'est un nom de personne composé de Gianni (= Jean) et Francesco (= François). Autres noms formés de la même façon : Giambartolomei (Barthélémy), Giambernardi (Bernard, diminutif : Giambernardino), Giammarco, Giammarchi, Giamarchi (Marc), Giammartini, Giammertini (Martin), Giammatei (Matthieu), Giampaoli (Paul), Giampieri, Giampietri, Giampietro (Pierre), Gianastasio (Anastase), Giancamilli (Camille), Giancarlo, Giancarli (Charles), Giancaterina (Catherine), Giancoli (Nicolas), Giancristoforo (Christophe), Gianfilippo (Philippe), Giangiorgi (Georges), Giallonardi (Léonard).
Giang    Nom fréquent au Vietnam. Comme tous les noms vietnamiens les plus répandus, son sens est difficile à définir avec certitude. Notons cependant qu'il peut signifier 'rivière', également 'gingembre' (chinois jiang).
Giani    L'un des nombreux équivalents italiens du prénom Giovanni (= Jean), le nom de famille est surtout porté en Toscane et en Lombardie. On trouve dans les mêmes régions la forme Gianni, présente aussi en Vénétie, dans le Lazio et à l'extrême sud de la Sicile (Syracuse). Quelques dérivés : Gianetta, Gianetto (Piémont), Gianetti (Lombardie, Corse), Gianella (Piémont, Lombardie, limite de la Vénétie et de la Romagne), Gianello (Vénétie), Gianelli (Lombardie, Ligurie, Corse), Gianina, Gianino (Piémont), Gianini (Lombardie, Corse). Le nom Gianino a lui-même ses diminutifs : Gianinazzi, Gianinaz (portés en France, notamment en Savoie), Gianinetti (Piémont, Provence).
Gianiel    Rare en France, le nom semble originaire de Suisse, où il est plus fréquent. Il s'agit probablement d'un diminutif de l'italien Gianni (= Jean).
Giannettini    Porté en Corse, c'est un double diminutif de l'italien Gianni, l'une des nombreuses variantes de Giovanni (= Jean). Le nom Giannetti est également fréquent en Corse.
Gianoli    L'un des nombreux dérivés de l'italien Giani, variante de Gianni (= Giovanni, en français Jean). Le nom est porté dans le nord de la Lombardie. En France, il a fait souche en Moselle, avec comme variante Gianolli. Autre variante, rencontrée dans la Drôme : Gianoly. Forme voisine : Gianolio (Piémont, région niçoise), variante de Gianoglio (suffixe -oglio).
Giansoldati    Nom italien porté en Emilie-Romagne. C'est l'un des nombreux patronymes composés formés à partir du prénom Gianni (= Jean). En l'occurrence, on a affaire à un "Jean soldat".
Giard    Surtout porté dans la Manche, devrait être une variante de Girard ou de Gillard (voir ces noms).
Giarelli    Patronyme italien qui pourrait être un hypocoristique de Ruggiero (= Roger), hypothèse qui reste à vérifier.
Giaretta    Nom italien originaire de Vénétie. Faut-il y voir une petite jarre (italien "giara") ? Je n'en sais rien.
Giasson    Porté au Québec, c'est une variante de Chiasson (Poitou-Charentes), terme qui paraît évoquer une personne souffrant de problèmes intestinaux, à moins qu'il ne s'agisse d'un toponyme (mais je n'en trouve aucun qui corresponde).
Giaume    Forme provençale ou nissarde du prénom Jacques, rencontrée notamment dans les Alpes-Maritimes et le Var.
Giauque    Porté dans le Doubs, le nom est apparemment une variante de Jacques, originaire de Suisse.
Giausseran, Giausserand    Typique de la région niçoise, c'est un nom de personne d'origine germanique, Gauzehramn (gauz = gaut : du peuple goth + hramn = corbeau). Le nom se rencontre plus fréquemment en France sous la forme Josserand (01, 74), curieusement transformée en Josserond (74). Autres variantes : Jausseran, Jausserand (06, 83, 13), Josseran (12, 31), Gaucerand (34), Galceran (66 et plus généralement Catalogne).
Gibanel    Presque toutes les mentions anciennes situent le nom dans la Corrèze, notamment avec une famille "de Combarel du Gibanel". Il semble donc logique de penser que ce nom de famille désigne celui qui est originaire du Gibanel, hameau (et château) situé entre Argentat et Saint Martial-Entraygues (19). À noter cependant qu'il existe des hameaux appelés Gibanel à Saint-Illide (15) et à Prudhomat (46). Le sens du toponyme est incertain. On peut y voir un diminutif de Giban, Giband, nom de famille et hameau de la Haute-Loire, que le dictionnaire de M.-T. Morlet considère comme un nom de personne d'origine germanique. À envisager aussi un éventuel dérivé de l'occitan "giba" (= bosse). On précisera que le hameau de la Haute-Loire (à Pertuis) s'écrivait "la Gitbanda" ou "la Gibanda" au début du XIVe siècle.
Gibaru    Porté dans les Ardennes où il est attesté depuis le XVIIe siècle, c'est un nom de sens incertain. Peut-être le surnom d'un bossu, sachant que le mot "gibbar" a désigné la baleine en raison de sa bosse et que l'adjectif "gibereux" est attesté au XVIe siècle avec le sens de "bossu".
Gibault    Nom de personne d'origine germanique, Gibwald (giban = donner + waldan = gouverner). Le nom est surtout porté dans le Centre (36, 45). Variantes : Gibaud (87, 85, 16), Gibaut (77), Gibaux (76, 86, 10), Gibeau, Gibeaud, Gibeault (Limousin et Poitou-Charentes), Gibeaux (76).
Gibbs    Forme avec s filiatif de Gibb, nom de personne anglais, hypocoristique de Gilbert.
Gibel    Nom porté dans le Lot et la Haute-Garonne. Désigne celui qui est originaire du village de Gibel (31). Etymologie incertaine. On peut penser à un diminutif de l'occitan giba (= bosse, peut-être avec le sens de petite colline), ou encore à un nom de personne d'origine germanique, attesté sous la forme Gibellus (racine giban = donner), et que l'on retrouve en Italie (Gibello, Gibelli).
Gibelin    Nom assez courant en Lozère et dans le Gard. Semble désigner celui qui est originaire de Gibelin, nom de deux hameaux à Ribennes (48) et à Malons-et-Elze (30). C'est un diminutif de Gibel (voir ce nom).
Gibert    Nom porté en Catalogne. C'est un nom de personne d'origine germanique, sans doute Giliberht (gili = ardent + berht = brillant), qui est aussi à l'origine de Gilbert.
Gibier    C'est dans l'Aube que le nom est le plus répandu. Le rapport avec le gibier est possible, mais on pensera plutôt à un nom de personne d'origine germanique, Gibhari (giban = donner + hari = armée).
Giblasse    Nom rare porté dans l'Eure, également écrit Giblas, forme qu'on rencontre aussi dans l'Aube, avec comme variante Giblat. Autre forme : Giblaisse. Sens incertain, mais on peut penser à un diminutif de nom de personne d'origine germanique commençant par la racine "gib" (giban = donner). À noter cependant l'existence d'un lieu-dit "le Giblas" dans le Loiret (commune de Vitry-aux-Loges).
Giboin    Le patronyme est porté dans le Var et dans le Maine-et-Loire. Variantes : Giboint (24), Gibouin (49, 86). C'est un nom de personne d'origine germanique, Gibwin (giban = donner + win = ami).
Giboire    Nom présent dans l'Ille-et-Vilaine. Semble correspondre à Gibouard, nom de personne d'origine germanique, Giboward (gib = don + ward = gardien).
Gibon    Assez courant dans la Mayenne, c'est le cas-régime du nom de personne germanique Gibo (racine giban = donner). Variante : Gibbon (61, 14).
Giboudeau    Le nom est surtout porté dans le Jura. Variantes : Giboudaud, Giboudeaux, Giboudot. C'est un diminutif de Giboud, variante de Gibaud (voir Gibault pour le sens).
Giboulet    Nom porté notamment dans le Gard et le Rhône, ainsi que dans la Haute-Saône. Il s'agit en principe d'un diminutif de Gibou, Gibol, nom de personne d'origine germanique (Gibwulf : giban = donner + wulf = loup). Formes voisines : Gibouleau (85, 17), Giboulon (36), Giboulot (21, 71).
Giboutet    Le nom est rare. Il est mentionné en Franche-Comté (25, 90) depuis le XVIIe siècle, on le rencontre plus tard en Seine-et-Marne. C'est un diminutif de Gibout, nom de personne d'origine germanique, probable variante de Gibaud (voir Gibault).
Gibrat    Nom de personne d'origine germanique, Gebarat (= conseiller ?).
Gibson    Désigne en anglais le fils de Gibb, hypocoristique de Gilbert.
Gicquaire    Le nom est porté dans l'Ille-et-Vilaine (attesté à Nouvoitou depuis 1596). Variante : Gicquère. Il devrait s'agir d'une variante de Gicquel (voir ce nom) sous l'influence du suffixe -aire.
Gicquel, Giquel    Nom très fréquent en Bretagne. C'est une forme contractée de Jézéquel, en vieux breton Judicael. Quant à Judicael, le nom signifie fils de Iudhael (avec le suffixe -ic intercalé). Sens de Iudhael : le seigneur (iud) généreux, noble (hael). Le nom Judicael fut porté par un saint, roi de Bretagne (fils de Iudhael) qui se fit moine et se retira à Gael, où il mourut (VIIe siècle).
Gicquiaud    Nom porté en Bretagne (44, 56, 35). Variantes : Gicquiau, Gicquiaux, Gicquaud, Gicqueau, Gicqueaux. C'est une autre forme de Gicquel (voir ce nom).
Gidel    Porté notamment dans le Puy-de-Dôme, c'est un diminutif de Gide (voir Gidon).
Gidoin    Porté surtout dans le Loiret (variante : Gidouin), c'est un nom de personne d'origine germanique, Gilduinus (voir Gédouin pour l'étymologie).
Gidon    Le patronyme est surtout porté dans la Haute-Loire, on le rencontre aussi dans la Manche. C'est le cas-régime ou un diminutif de Gide, Gidde (13, 83, 69), nom de personne d'origine germanique (Gido, racine gid = chant). M.T. Morlet précise cependant que Gide peut aussi être une variante du prénom Gilles.
Giebel    Nom porté en Moselle. A pu avoir le sens de fronton, pignon (allemand moderne Giebel), mais aussi celui de crâne. Reste à savoir comment interpréter le surnom. Autre possibilité : ancien nom de personne formé sur la racine germanique gib (= don, présent).
Gien    C'est en Saône-et-Loire que le nom est le plus répandu. Il semble désigner celui qui est originaire de Gien-sur-Cure, dans la Nièvre (ou bien sûr de Gien dans le Loiret). Le toponyme Gien est de sens incertain. On envisage souvent une forme gauloise devo mago (= le marché de Dieu, placé sous la protection d'un dieu).
Gierek    Nom polonais pour lequel deux pistes semblent possibles : on peut le rettacher à des noms de personnes d'origine germanique tels que Gerhard ou Gerald, mais aussi aux noms tchèques jiri, Jirek (= Georges).
Giers    Le nom, très rare en France, semble originaire de Belgique. Ce devrait être une variante de Geerts, Gierts, formes courtes de Geeraert (= Gérard) avec un s marquant le génitif.
Gierts    Porté en Belgique, c'est un hypocoristique du prénom Gérard (Geeraerts), rencontré aussi sous la forme Geerts. Le s final est un génitif de filiation.
Giet    Nom porté dans des départements très variés (18, 88, 74 !). En Savoie, c'est un toponyme évoquant un alpage ou un gîte de montagne. Ailleurs, le sens est plus incertain : peut-être l'ancien français giet, qui désignait un impôt annuel, et donc celui qui était chargé de percevoir cet impôt.
Gieules    Surtout porté dans l'Aude et le Tarn (variante : Gieulles), le nom se rencontre aussi en Béarn, où l'on trouve la forme voisine Gieure, dont Gieules pourrait être une variante : dans ce cas, il s'agit d'un toponyme évoquant le lierre.
Gieysse    Nom rare porté dans l'Aveyron, rencontré aussi sous les formes Gieisse (12), Geysse (81, 34), et qu'il faut rapprocher également de Gieusse (81). Sans doute un lieu-dit où poussent les gesses (occitan gèissa). Autre possibilité : dérivé de gèis (= gypse).
Giffard    Patronyme porté en Normandie et en Bretagne. Popularisé par un évêque de Laon au VIIe siècle, c'est un nom de personne d'origine germanique, Gibhard selon M.T. Morlet (giban = donner + hard = dur). Variante : Giffart (Picardie).
Gifreu    Nom de personne d'origine germanique, Giffrid, latinisé en Gifredus (gib = don + frid = paix).
Gigaden    Nom rare porté dans le Finistère. C'est une variante de Jégaden (voir ce nom).
Gigant    Nom porté à la Réunion, dans les Yvelines et les Vosges notamment. C'est une forme ancienne du mot 'géant' (penser à 'gigantesque'), surnom donné à un homme à la carrure impressionnante. Variantes : Gigan (974, 61), Gigand (03, 69, 45). Formes italiennes : Gigante, Giganti. Dérivés : Gigandet (25, 90), Gigandon (69).
Gigat    Autrefois porté dans l'Isère et le Rhône, le nom désigne selon Frédéric Mistral celui qui a de longues jambes (dérivé de "gigue").


Retour à la page d'accueil du dictionnaire