A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par M

Maalaoui-Malbo
Malbos-Marcout
Marcoux-Maso
Masoin-Mazet
Mazevet-Mervay
Merveille-Millar
Millard-Mondel
Mondet-Morin
Morincome-Myrtho

Malbos    Porté dans le Gard et l'Ardèche, c'est un toponyme avec le sens de 'mauvais bois'. Plusieurs hameaux s'appellent Malbos, dans l'Ardèche (commune de Mayres) ou dans le Gard (Portes, Bagnols-sur-Cèze). Avec un sens identique, on trouve aussi les noms Malbois (49, 84), Malbosc (31, 83) et Malbot (63).
Malbranque    Le nom est surtout porté dans le Pas-de-Calais et la Somme. Variantes : Malbranc, Malbranche, Malbrancke, Malbrancq, Malbrancque, Malbranke. Il signifie "mauvaise branche", sans doute comme toponyme (mauvais bois). À envisager aussi, secondairement, un sobriquet (= de mauvaise lignée).
Malby    Nom porté dans le Tarn-et-Garonne et plus généralement dans le Sud-Ouest (on le trouve à Toulouse au moins depuis 1500). C'est une variante de Malvy, nom de personne d'origine germanique (Amalwin ou Madalwin), ou latine (Malvinus, dérivé de malva = la mauve).
Malcavet    Porté aujourd'hui en Normandie (76), c'est une variante de Malcavat (22, 29, 44). On trouve également Malcava dans l'Orne. Sens obscur. A tout hasard, signalons une piste : en ancien français le mot cavete désignait un coquin, un pendard. Peut-être donc un "mauvais pendard".
Malcoste    Le nom, porté en Bretagne (29, 56), est un toponyme ayant le sens de mauvaise côte. Il semblerait que les noms Malcos et Malcoz (29) en soient des déformations.
Maldeme, Maldémé    Nom porté en Lorraine (54, 88). Variante ancienne : Maldemay. Sans doute un toponyme, que l'on trouve par exemple dans le hameau de la Maldemé à Le Poiré-sur-Vie (85). Signification : peut-être la mauvaise demeure. On trouve d'ailleurs un hameau appelé la Maldemeure à Champigné (49). Seul problème : les deux hameaux cités sont bien loin de la Lorraine, où le patronyme est présent dès le XVIIe siècle.
Maldonado    Ce nom signifie en espagnol 'défavorisé' (par la nature ?). C'est un sobriquet en principe péjoratif, dont le sens précis reste à déterminer.
Malé, Maler     Le É final renvoyant en principe au suffixe -ER, nous avons regroupé ces deux noms. Etymologie délicate à définir (on reconnaît souvent qu'une étymologie pose problème quand les dictionnaires oublient de mentionner le nom). Première hypothèse, un lieu planté de pommiers (en latin malum = pomme, mais ce mot avait déjà été remplacé depuis longtemps par poma). Autre hypothèse, sans doute plus probable, un nom de personne d'origine germanique, Madalhari, raccourci en Malhari (madal = conseil, réunion + hari = armée).
Malecki    Nom polonais dérivé de "malec" (= jeune garçon), lui-même formé sur "maly" (= petit). A noter que Malec est également un nom de famille très répandu (variante : Malek).
Malecot, Malécot    Nom porté dans le Maine-et-Loire et les départements voisins (85, 79, 35). Variantes : Malescot (85, 43), Mallécot (35). Il faut sans doute lui voir le sens de mauvais repas (le mot escot a désigné un repas, un festin au XIIIe siècle), surnom possible d'une mauvaise auberge ou d'un mauvais aubergiste. De nombreux hameaux s'appellent Malécot ou Malescot.
Malegarie    Le nom est surtout porté dans les Pyrénées-Atlantiques, où un hameau s'appelle Malegarie à Lahourcade. Difficile d'y voir une mauvaise poule ("garia", variante gasconne de "galina" = poule). On pensera plutôt à l'ancien français "margerie" (= marguerite, prénom ou nom de fleur, occitan "margarida"). Variante : Malagarie (en composition dans le nom Malagarie-Cazenave).
Malejka    Nom polonais formé à partir de l'adjectif "maly" (= petit) ou de son dérivé "malec" (= jeune garçon).
Malek    Nom arabe très courant, qui signifie "roi" (malik) et fait partie des noms mystiques donnés à Dieu. Autre possibilité : malâk (= ange). Le nom Malek est également fréquent en Pologne, où il signifie "petit".
Malenfant    Voir Bonenfant.
Malenfer    Porté dans l'Est (54, 39, 70). Peut-être un toponyme, 'le mauvais enfer', le terme 'enfer' étant fréquent pour désigner une mauvaise terre, une mauvaise vallée. C'est cependant loin d'être une certitude. Variante : Malenfert (54, 08).
Malengrez    Nom surtout porté dans le Pas-de-Calais. Voir Malingrey pour le sens.
Maleplate    Porté dans les Hautes-Pyrénées, notamment à Montoussé au XVIIe siècle, le nom s'écrit aussi Malaplate. Il s'agit sans doute d'un toponyme. En occitan, "mala" signifie "mauvaise". Quant à "plata", terme qui au départ signifie "lame, plaque", le mot peut désigner en toponymie un plateau, une bande de terre entre deux escarpements, une pente sur le flanc d'une montagne. Il existe un gouffre de Malaplatte à Bagnères-de-Luchon (31), mais le terme a pu exister ailleurs.
Malerba    En principe, le nom est originaire soit de Corse, soit d'Italie, où il est assez fréquent dans les Pouilles, en Lombardie et en Ligurie. C'est l'équivalent du français Malherbe (= mauvaise herbe), le plus souvent toponyme, éventuellement surnom pour une personne mauvaise. Le nom est parfois porté en Espagne, mais il y est très rare.
Malesherbes    Le nom renvoie à la commune de Malesherbes, dans le Loiret. Le toponyme (Malis Herbis en 1256) a le sens de "mauvaises herbes".
Malesky    Ou Maleski. Nom polonais sans doute dérivé de maly (= petit), souvent employé, notamment sous la forme Malec, pour désigner un jeune homme. Le nom de famille Maly est porté à la fois en Pologne et en Tchécoslovaquie.
Malet    Un nom qui pose problème. Pour ma part, j'y verrai bien un diminutif de mal (= mauvais, méchant). Le malet, à l'époque médiévale, serait en quelque sorte le mauvais enfant, par opposition au "bonet". Le rapport avec le latin maletum (champ de pommiers) me semble moins pertinent, encore qu'il y ait en France de nombreux lieux appelés le Malet. Autre possibilité : diminutif du nom de baptême Malo (voir Maclou). C'est dans le sud de la France que le nom est le plus répandu (66, 12 notamment).
Maleville    Nom rencontré notamment dans le Périgord. Désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Maleville. Un village de l'Aveyron porte ce nom, mais aussi de nombreux hameaux dans presque toute la France. Signification du toponyme : le mauvais domaine, le mauvais village (latin villa). Variantes : Malleville (76, 11), Malville (56), Marville.
Maleyran    Surtout porté en Gironde, devrait désigner celui qui est originaire de Maleyrand, hameau à La Roche-Chalais (24). Il peut aussi, comme Maleyre, désigner celui qui est originaire du Maleyre (nom de deux hameaux corréziens, à Darnets et à Saint-Martial-de-Gimel). On trouve également en Corrèze le nom de famille Maleyrie, qui renvoie à la Croix de la Maleyrie, hameau à Sadroc (19).
Malfait    Nom porté dans le département du Nord, également présent dans les Vosges. Sobriquet appliqué à celui qui a un physique peu agréable (contraire de Bienfait).
Malfatto    Nom italien porté en Piémont et en Ligurie, la forme plurielle Malfatti étant surtout présente dans le Trentin et la Toscane. C'est un surnom donné à celui qui a un physique disgracieux (sens de l'italien malfatto).
Malfay    Porté dans l'Ardèche, c'est en principe un toponyme avec le sens de "mauvais hêtre" ("fay" correspond au latin "fagus"). Un hameau s'appelle Malfay à Saint-Prix, dans le même département. Il pourrait être à l'origine du nom de famille.
Malfondet    Surtout porté dans la Saône-et-Loire, ce devrait être un toponyme avec le sens de mauvais creux, mauvais ravin. Deux hameaux s'appellent Malfondé, mais ils se trouvent dans le Lot-et-Garonne (Anzex, Barbaste). A noter aussi le hameau de Malfondu à Saint-Jean-Roure (07).
Malfoy    Nom surtout porté dans le Pas-de-Calais et la Somme. Variantes : Malfoi, Malfois. Désigne celui en qui on ne peut avoir confiance (male = mauvaise + foi). C'est le contraire de Bonnefoy.
Malfray    Variante de Maufray (voir Maufroy) portée dans le Centre (45, 41) et la région lyonnaise. Variantes ou formes voisines : Malfrait, Malfreyt (43), Malfroid, Malfroy (39).
Malgonne    Nom porté dans la Loire-Atlantique, où un hameau s'appelle Malgonne à Issé. Reste à savoir si le toponyme est antérieur au nom de famille ou si c'est l'inverse. Quant au sens, il est incertain. À noter les formes voisines Malgorn, Maligorne, qui correspondent au breton "maligorn" (= limaçon).
Malgorn    Nom porté dans le Finistère, notamment sur l'île d'Ouessant. Il correspond sans doute au breton "maligorn", désignant le limaçon. Avec le même sens : Maligorne (56).
Malgouyres    Le nom est surtout porté dans l'Aveyron (également 81, 48), où il s'écrit aussi Malgouyrès. Il devrait désigner celui qui vient de Mauguio (Malgorio en 1392). Variantes : Malgouyre (12, 82), Malgoyre (46), Malgoire, Malgoires (46, 48, 30), Malgouires (48), Malgourès, Malgouries, Malgouris.
Malgrain    Porté notamment dans le Calvados (également 77, 78), c'est le contraire de Bongrain (78), et sans doute le surnom donné à celui dont la terre ne produit pas de bonnes récoltes.
Malherbe    Fréquent dans les Ardennes, rencontré aussi en Normandie et dans la Sarthe, désigne celui qui est originaire d'une localité ainsi appelée, nom porté par de très nombreux hameaux. Sens du toponyme : lieu où l'herbe est mauvaise. Variante : Malherbes.
Malheux    Nom assez rare, surtout porté dans l'Eure où on trouve également la forme Lemalheux. On le rencontrait aussi autrefois en Seine-Maritime. Variante : Malheu (35, 50). Sans doute forme normande du mot "malheur", il a pu être le surnom d'un homme malheureux. A noter le hameau des Malheux à Épaignes (27), le toponyme étant apparemment formé sur le nom de famille.
Malhomme    Surtout porté dans l'Aisne (également Haute-Loire, Moselle et Gers), le nom peut bien sûr désigner un mauvais homme (sobriquet), mais on pensera le plus souvent à un lieu-dit, avec le sens de mauvais orme (voir Lhomme).
Malhouitre    Le nom est porté dans la Seine-Maritime, où il est attesté depuis le XVIIe siècle sous la forme Malhuitre. Variantes : Malouitre, Malluitre. S'il ne s'agit pas de la déformation d'un autre nom, il signifie "mauvaise huître", surnom possible pour un marchand de coquillages.
Malibert    Patronyme porté dans les Hautes-Pyrénées. Selon M.T. Morlet, c'est un nom de personne d'origine germanique, sans doute Madalberht (madal = conseil, réunion + berht = brillant). Cependant, on trouve en Limousin la forme Malivert qui laisse penser à une autre origine : soit le mauvais hiver, mais je n'y crois guère, soit plutôt le mauvais aulne (Malivern, de vern = aulne en occitan), toponyme devenu patronyme. On rencontre le nom de famille Maliverne dans le Loiret.
Malicorne    Le nom est surtout porté dans l'Orne (également 45, 50). Il désigne celui qui est originaire de Malicorne, nom de trois communes en France (03, 72, 89) et de nombreux hameaux. L'étymologie traditionnelle y voit une forme 'mal y corne' que chacun interprète à sa façon (en gros, lieu où il est peu recommandé d'appeler pour qu'on vous ouvre). Le nom Malicornet, porté dans l'Indre, renvoie pour sa part à la commune de Malicornay, dans le même département.
Malidin    Surtout porté en Vendée, le nom peut aussi s'écrire Malidain, Malidan. Je n'en connais pas le sens. À envisager éventuellement un lien avec l'ancien français "malidoine" (= maladroit, bon à rien).
Malige    Le nom est surtout porté dans la Lozère. Forme similaire : Maliges. Il devrait désigner celui qui est originaire de La Malige, hameau à Saint-Alban-sur-Limagnole, dans le même département. Sens obscur. Frédéric Mistral signale un mot "malige" qui aurait eu en ancien provençal le sens de "malaise, infirmité".
Maligne    Le nom est surtout porté dans la Corrèze et la Dordogne. Il peut correspondre à l'adjectif occitan "maligne", qui signifiait "mauvais, méchant" au Moyen Âge, puis qui a pris le sens de "malin". Mais il y a de fortes chances pour que ce soit un toponyme : plusieurs hameaux ou lieux-dits, en Limousin et en Périgord, s'appellent "la Maligne" : à Hautefort et Saint-Germain-du-Salembre (24), ou encore à Saint-Martin-Terressus (87). Reste à comprendre le sens précis de ce toponyme.
Malin    Aucun rapport avec l'adjectif malin, qui n'apparaît dans la langue qu'à la fin du XVe siècle. Il s'agit en fait d'un nom de personne d'origine germanique, Madalin, diminutif de Madal (= réunion, conseil), transformé en Maalin par amuïssement du d intervocalique. Le nom est surtout porté dans l'Ain, la Somme et le Pas-de-Calais.
Malingrey    Surtout porté dans la Meuse, c'est un diminutif de Malingre (77 notamment), désignant apparemment une personne en mauvais état, malade, éventuellement chétive, maigre : cependant, le mot est tellement rare au Moyen Âge qu'il faut se méfier de cette interprétation, même si elle peut sembler évidente. Un autre mot "malingre" a désigné une variété de pomme (cité par le dictionnaire de Cotgrave, 1611). Malinge (49) et Malingue (62) sont considérés comme des variantes de Malingre. Autres diminutifs : Malingreau, Malingret, Malingriaux (59).
Malingue    Nom de famille surtout porté dans le Pas-de-Calais (Hesdin, Boyaval). Semble une forme picarde de l'adjectif "malingre", donc un sobriquet s'appliquant à un individu chétif. On trouve d'ailleurs le patronyme Malingre dans un secteur géographique voisin, ainsi que les diminutifs Malingreau, Malingret (59). Cette signification est cependant incertaine, car l'adjectif "malingre" ne se rencontre pratiquement jamais au Moyen Âge, sinon comme nom de famille ! Voir aussi Malingrey.
Malirat    Surtout porté dans l'Aveyron, désigne celui qui est originaire de Malirat, hameau à Villefranche-de-Rouergue, dans le même département. Un autre hameau porte ce nom à Capdenac (46).
Malis     Semble une transformation du nom Melis, fréquent en Catalogne. Selon Moll (els Llinatges catalans), il s'agirait d'un nom de personne d'origine arabe, Malih. Equivalent castillan : Meliso.
Malissard    Le nom est surtout porté dans la Corrèze, où il devrait désigner celui qui est originaire de Malissard, hameau à Lafage-sur-Sombre (19). Le toponyme a le sens de mauvais essart (essart = terre défrichée), comme on le voit pour la commune de Malissard dans la Drôme (Mal Eyssart en 1514). Variantes : Malichard (18), Malissart (51), et sans doute Malisart (59), qui peut aussi être un dérivé de Malisse (voir ce nom).
Malisse    Nom porté dans l'Yonne et le Loiret, rencontré aussi en Belgique. Semble correspondre au mot "malice", qui signifiait en ancien français "méchanceté". Le nom de famille Malice existe également en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais. On peut aussi penser à l'ancien français "malis", qui a désigné le pommier, et qui est à l'origine de plusieurs toponymes en Normandie. Dérivé : Malicet (08, 59).
Malissen    Nom porté dans la Haute-Vienne. Variantes : Malissain, Malissein, Malissin. Semble désigner celui qui est originaire du Malissin, ancien hameau à La Jonchère-Saint-Maurice (87).
Mallada    Désigne celui qui habite un lieu-dit la Mallada, toponyme catalan désignant un abri naturel pour les troupeaux et les bergers.
Mallafré    Le nom est originaire de Catalogne, où il s'écrit en principe Mallafrè. Variante : Mallofrè. C'est un nom de personne d'origine germanique, sans doute Amalafrid (amal = zélé, laborieux + frid = paix).
Mallambic    Le nom, très rare, est attesté en Gironde (Lansac) depuis la fin du XVIe siècle. Il est un peu plus courant sous la forme Malambic (variante ancienne : Malambit). Tous ces noms renvoient sans doute à Malembits, nom de famille porté dans le Lot-et-Garonne, désignant probablement celui qui est originaire de Malambits, hameau à Mauléon-d'Armagnac, dans le Gers (Malembit sur la carte de Cassini), ou encore de Malembit, hameau à Montsoué (40). Sens possible du nom : les mauvais parages (cf. le catalan "ambits").
Mallard, Mallart     voir Maillard.
Mallarmé    C'est dans le département du Nord, en Lorraine et en Franche-Comté que le nom est le plus répandu. Variantes : Malarmé, Malarmet, Malarmey. Il paraît désigner celui qui est mal armé (surnom de médiocre guerrier ?), mais on pensera aussi à celui qui a l'âme mauvaise (ancien français "arme" = âme).
Mallaroni    Nom porté en Corse du Sud, où on trouve aussi la variante Malleroni, plus rare. Je n'en connais pas le sens. À noter l'existence, en Ligurie, des noms Mallarino et Mallarini, qui semblent formés sur la même racine.
Malle    Surtout porté dans l'llle-et-Vilaine et le Pas-de-Calais, pourrait être un toponyme avec le sens de terrain marneux (attesté en Normandie).
Mallegol    Surtout porté dans le Finistère, le nom s'écrit aussi Mallegoll. Autre variante : Malegol (22). Son sens n'est pas d'une grande clarté. Si on le décompose, on obtient le mot breton "mall" = urgent, urgence, suivi de "koll" ("goll" après mutation consonantique) = perdu, perdant, perte. Ce qui ne veut pas dire grand-chose ! Si le second l n'était pas étymologique, on pourrait penser à la mouture ("mal") perdue, surnom éventuel d'un meunier, mais ce n'est apparemment pas le cas : A. Deshayes signale une forme Malhegol au XVe siècle.
Malléjac    Le nom est surtout porté dans le Finistère. Variantes : Malléjacq, Maléjac, Maléjacq. Comme l'indique la finale -ac, il devrait renvoyer à un toponyme désignant un ancien domaine gallo-romain, reste à savoir où celui-ci se trouve. Il y a bien un hameau qui se nomme Malijac, mais il se trouve dans le Vaucluse (Lapalud). Albert Deshayes (voir bibliographie) propose la commune de Malansac (56), en s'appuyant sur une graphie "Mallechac" rencontrée en 1160 (forme citée au XVIIIe siècle par dom Morice).
Mallémont    Surtout porté dans les Yvelines (variante : Malémont), le nom semble désigner celui qui est originaire de Malémont, hameau à Macqueville (17). Il existe également un cours d'eau 'le Malémont' à Sainte-Sévère (16).
Mallen    Nom porté notamment dans la Drôme et la Savoie, à rapprocher de Mallein, rencontré pour sa part dans l'Isère. Variante : Mallens. Peut-être un toponyme. A noter l'existence de hameaux Les Mallens à Triors et à Châtillon-Saint-Jean (26). On trouve également la Maison Mallein à Châtonnay (38). Il semble cependant, à la lecture de ces lieux, que l'anthroponyme soit antérieur au toponyme. Reste à en connaître la signification.
Malleron    Nom porté dans le Cher, dont le sens est incertain. Il pourrait s'agir, comme Malleret, d'un toponyme désignant un lieu planté de pommiers (latin malus). M.T. Morlet en fait pour sa part un diminutif de Mallier (au moyen âge, nom donné au cheval de poste, et sans doute à celui qui consuisait une voiture transportant malles et bagages).
Mallet    Nom très répandu dans presque toute la France. Vu la fréquence du patronyme (plus de 22.000 naissances en cent ans), il semble difficile d'en faire un porteur de malles, comme le suggèrent Dauzat et M.T. Morlet. On peut envisager un diminutif de Malo (voir Maclou), mais là encore ce n'est guère vraisemblable, sauf cas particuliers. Restent deux possibilités : soit un diminutif de mal (= méchant, mauvais), soit une variante de Maillet (surnom de celui qui manie cet outil, par exemple un forgeron). Voir également Malet. Variante : Mallez (59, 62).
Mallevay    Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Variantes : Mallevaes, Mallevaey, Mallevais, Mallevays, Malvaes. Sens obscur. Peut-être un toponyme. On envisagera aussi la solution "mal levé", éventuel surnom moqueur pour un petit homme.
Mallevialle    Variante nord-occitane de Maleville, Malleville (le mauvais domaine, le mauvais village), portée dans l'Aveyron, le Cantal et la Corrèze. Variantes : Maleviale, Malevialle, Malleviale. Divers hameaux de la Corrèze portent ce nom : à Eygurande, Saint-Aulaire, Le Lonzac.
Mallié    Porté dans le Sud-Ouest (33, 47, 12), c'est une variante de Mallier (35, 49, 03), un terme qui désignait au moyen âge un cheval portant une malle ou que l'on mettait dans le brancard d'une malle de poste. Comme nom de famille, il a dû s'appliquer au conducteur de la malle de poste.
Mallinjoud    Nom savoyard également écrit Malinjoud, Mallinjod, Malinjod. On l'explique généralement par l'ancien français "malingeus" (= malingre). Ce n'était cependant pas l'avis de Félix Fenouillet (voir bibliographie), qui y voyait un nom de personne germanique, Maningoldus (à rapprocher du nom allemand ou alsacien Mangold ?). À l'appui de cette hypothèse, on peut noter qu'un village s'appelle Manigod à Thônes (74).
Malmanche    Nom rencontré dans la Charente et la Vienne. Sobriquet désignant sous toute réserve le possesseur d'un outil mal emmanché, à condition que manche soit ici masculin. A noter l'existence en Dordogne d'une forme Malemanche, apparemment féminine : que pourrait dans ce cas désigner le sobriquet Malemanche ? Peut-être tout simplement un manchot.
Malmedy    Porté en Belgique, le nom désigne celui qui est originaire de la ville de Malmédy (province de Liège). Variantes : Malmedier, Malmendier. Le toponyme est mentionné pour la première fois dans une copie du Xe siècle d'un texte de 648 sous la forme monasterio Malmundario. il faut le rattacher à un adjectif latin malmundarius, dont le sens est incertain (sans doute un lieu malsain, par exemple un marécage).
Malmenaide    Porté dans le Puy-de-Dôme, le nom de famille s'écrit aussi Malmenayde, Malamenède, Malameneide, Malamnède (noms également présents dans l'Hérault). Formé sur l'occitan "mainada", il a le sens de mauvais troupeau ou mauvaise famille (mauvais enfants), et paraît être un toponyme. Un hameau s'appelle Malmenaide à Saint-Martin-des-Olmes (63).
Malmezat    Porté dans le Cantal, désigne sans doute celui qui est originaire de Malmeza, lieu-dit à Malbo, dans le même département.
Malmonté    Le nom est surtout porté en Moselle, où l'on trouve la forme voisine Malmonty. On rencontre aussi des Malmontet dans l'Aveyron : pour cette dernière forme, le sens est clair : on a affaire à un toponyme désignant une mauvaise colline (mal + montet, diminutif de mont). Il devrait en être de même pour les autres noms, même si un sobriquet n'est pas à exclure.
Malnati    Nom italien porté en Lombardie, notamment dans la province de Varèse. Il désigne certainement celui qui est originaire de Malnate, commune de la même province.
Malnoult    Porté dans l'Eure-et-Loir, le nom se rencontre aussi sous les formes Malnou (28), Malnoue (45), Malnoux (49), Malnoë (44, 56, 49). C'est un toponyme avec le sens de 'mauvais marécage'.
Malnoury    Variante de Maunoury (voir ce nom), surtout rencontrée en Côte-d'Or.
Malochet    Patronyme surtout présent dans l'Allier. C'est un diminutif de Maloche, rencontré également aux abords du Massif Central (mais plus au sud), qui doit correspondre au nom commun mailloche (gros maillet de bois). Le nom a donné naissance dans l'Allier à un lieu-dit, les Malochets, autrement dit le domaine habité par la famille Malochet (commune de Cosne-d'Allier). Il est possible que certains Malochet soient originaires de ce lieu-dit.
Maloigne    Porté dans la Somme, le nom s'écrit aussi Malloigne, Maloine, Maloingne. Sens incertain. On peut retenir le sens de "mauvais bois" ("mal" + "loigne", variante de l'ancien français "leigne"), mais sans la moindre certitude. M.-T. Morlet voit dans Maloine un matronyme formé sur Maloin, nom de personne germanique (Madalwin).
Maloron    Sans doute originaire du Puy-de-Dôme ou de la Creuse, le nom s'écrit aussi Malauron (formes anciennes : Mallauron, Malloron). C'est un diminutif de Malaure (voir ce nom), soit comme toponyme, soit comme nom de personne.
Malot    C'est dans la Saône-et-Loire et les départements voisins que le nom est le plus répandu (variante : Malod en Savoie et dans l'Ain), mais on le rencontre aussi dans la Marne, en Haute-Normandie, en Picardie et en Belgique. Plusieurs sens semblent possibles : un diminutif de "mal" (= mauvais), ou encore l'ancien français "malot" (= guêpe, taon). Mais on pensera aussi à un nom de personne, soit un diminutif de noms germaniques formés sur la racine "madal" (= conseil, réunion), par exemple Malard, soit, plus rarement, une variante de Malo (voir Maclou). Diminutif : Malotet (51). Avec doublement du l : Mallot (03).
Malouin    Très rare et porté dans le Calvados, désigne celui qui est originaire de Saint-Malo.
Malplat    C'est dans le Gard que le nom est le plus répandu (variante : Mauplat). Il semble s'agir d'un toponyme avec le sens de 'mauvais plateau', sans doute le hameau de Mauplat à Sumène (30).
Malquit    Nom rare que les plus anciennes mentions situent dans la Haute-Saône (notamment à Senargent) et dans la Meuse. Variantes : Malquy et surtout Malcuit (lui aussi très présent à Senargent autrefois). Sens incertain. M.-T. Morlet envisage pour Malcuit le surnom d'un mauvais boulanger, mais rien ne dit que ce soit la forme initiale, d'autant qu'on peut faire un rapprochement avec des noms tels que Malguid, Malguy, Mauguit ou Mauguy, portés dans l'autres régions. Pour ces derniers noms, on peut penser à l'adjectif "mal" (= mauvais) suivi de Guy, mais aussi à des noms de personnes germaniques, par exemple Amalgis ou Madalgis.
Malric    Porté dans l'Aveyron et le Tarn, c'est sans doute une forme courte d'Amalric (voir ce nom), par fausse déglutination (le nom a été compris comme "à Malric"). Autre possibilité : le nom Madalric (madal = conseil, réunion + ric = puissant). Varante dauphinoise : Malriq.
Malrieu    Porté notamment dans l'Aveyron (variante : Malrieux, 31), c'est un toponyme avec le sens de mauvais ruisseau, mauvaise rivière.
Malsert    C'est un toponyme ardéchois, signifiant le mauvais sert. Reste à savoir ce qu'était un sert, terme que l'on retrouve dans le patronyme Dussert, présent dans l'Ardèche et l'Isère, ainsi que dans divers lieux-dits de ces deux départements. Sans doute une variante de l'occitan serra (> serre) qui désigne une ligne de crête, un plateau abrupt. 
Maltais    Le nom est essentiellement porté au Québec. On pourrait penser à celui qui est originaire de Malte, mais le premier porteur du nom au Québec s'appelait Jean-Baptiste Malteste. Voir Malteste pour le sens.
Maltat    Porté notamment dans la Nièvre, devrait désigner celui qui est originaire de Maltat, commune de Saône-et-Loire. Le toponyme, pour lequel je ne dispose d'aucune graphie médiévale, est rattaché par Gérard Taverdet à la vaste famille des noms de lieux en Martr-, évoquant un cimetière (voir Martre et Martret).
Malteau    Sans doute diminutif de Malet, Mallet (voir ces noms), le patronyme, très rare, semble avoir été surtout porté dans la Marne.
Malterre    Patronyme surtout présent dans la Creuse, mais rencontré aussi en Bourgogne. Désigne celui qui habite le lieu-dit la Male Terre (= la mauvaise terre) ou qui en est originaire. Le nom de famille Maleterre se rencontre également en Dordogne, mais aussi en Bretagne (29) et en Lorraine (54).
Malteste    Nom rare dont on trouve beaucoup de mentions anciennes dans l'Ouest, notamment la Vendée et le Morbihan, ainsi qu'en Bourgogne (21). Formes similaires : Maltête (44, 89), Malthête (85), et sans doute aussi Maltet (03, autrefois aussi 21). Formes plus méridionales : Malateste (47), Malatesta (Corse, Italie). C'est un surnom avec le sens de "mauvaise tête", également nom de personne en Italie au Moyen Âge.
Malverti    Relativement rare, ce nom italien est porté dans la province de Modène (Emilie-Romagne). Sens incertain. Peut-être une déformation de Malberti, patronyme rencontré en Lombardie (équivalent du français Maubert, voir ce nom).
Malvin    Porté notamment en Normandie (76, 50) le patronyme est peu répandu. C'est un nom de personne d'origine germanique, Madalwin (madal = réunion, conseil + win = ami) ou Amalwin (amal = laborieux, zélé). Les formes voisines Malvino et Malvini sont présentes en Italie (Lombardie, Ligurie), mais y sont très rares. Le sens de "mauvais vin", parfois évoqué, paraît douteux.
Malvoisin    Le nom est surtout porté dans le Pas-de-Calais et dans le Loiret. On le rencontre sous la forme Mauvoisin dans les Landes, le Morbihan et la Manche. Il signifie 'mauvais voisin', le mot 'voisin' ayant sans doute ici le sens de hameau à proximité du village. A noter, entre autres, le hameau de Mauvoisin à Clermont (40), et celui de Malvoisin à Ploërdut (56), Mauvoisin entrant également en composition dans le nom de trois commune des Yvelines. Formes similaires : Malvésin, Malvézin (15), Malvézy (66, 46), Mauvézin (33, 65).
Malvolti    Nom italien assez rare (Toscane, Emilie-Romagne), rencontré aussi sous la forme Malavolti. Il s'agit de pluriels de filiation formés sur Malavolta (Emilie-Romagne, sud des Marches), Malvolta, sans doute des toponymes avec le sens de mauvais virage, ou encore mauvaise voûte.
Malvy    Deux origines géographiques différentes pour ce nom : d'une part le Lot et la Dordogne, où on pourrait avoir affaire à un toponyme (Malvie) évoquant soit la mauve, soit un mauvais chemin. On trouve divers lieux-dits (la) Malvie en Dordogne, à Marsac, Mauzens et Cladech. D'autre part la Marne et les Ardennes. Dans un cas comme dans l'autre, on pensera surtout à une variante du nom de personne Malvin (voir ce nom).
Malzahn    Ce nom d'origine allemande est une variante de Molzahn, désignant celui qui est originaire d'une localité ainsi appelée (nom de deux communes en Mecklembourg-Poméranie occidentale : Groß Molzahn, Klein Molzahn).
Mamalet    Surtout porté en Corrèze, le nom signifie apparemment "petite mamelle". Peut-être un toponyme pour désigner une colline arrondie. A noter que le dictionnaire de M.T. Morlet rapproche le nom voisin Mamelet de l'ancien français mamelin, qui désignait quelqu'un d'efféminé (on trouve le nom de famille Mamelin dans le Nord-Pas-de-Calais).
Maman    Le nom de famille est fréquent dans la communauté juive d'Afrique du Nord, notamment au Maroc. On propose généralement celui qui est originaire de Meaman, localité de la province d'Orense, en espagnol Benaflalo. J'avoue ne pas connaître cette localité, dont je ne trouve aucune trace. Une autre piste consisterait à rattacher le nom à la racine arabe '.m.n, contenant l'idée de foi, de confiance (mûman = croyant).
Mamberti    Porté en Corse et plus rarement en Italie, c'est un nom de personne d'origine garmanique, Manberht (man = homme + berht = brillant). On le trouve en France sous la forme Mambert (Cantal, Martinique).
Mambrini    Porté dans la moitié nord de l'Italie, c'est en Lombardie que le nom est le plus fréquent. On le rencontre aussi en Corse. Il est présent en Vénétie sous la forme Mambrin. C'est un ancien nom de personne médiéval, qui apparaît dans les romans chevaleresques italiens : dans l'Orlando furioso, Mambrino est un chevalier païen porteur d'un casque magique. Je ne connais pas l'étymologie du nom.
Mamert    Patronyme surtout porté dans le Bordelais, rencontré aussi dans le Pas-de-Calais. Correspond au nom de personne latin Mamertus, porté notamment par un évêque de Vienne (Dauphiné), qui aurait institué en Gaule la procession des Rogations (Ve siècle). Il semble que le nom se soit souvent confondu avec Mammès (voir ce nom), comme l'indique la mention "Mammer le pastéeur" (Paris 1292).
Mammès    Nom porté notamment dans l'Aube, plus courant sous les formes Mamès (79), Mamet, Mammet (43, 23), Mametz, Mamez, Mammez (Nord-Pas-de-Calais). C'est un nom de baptême correspondant à saint Mamas ou Mammès, berger de Cappadoce, martyr au IIIe siècle, dont la cathédrale de Langres aurait possédé la tête. Le nom a pu être parfois confondu avec Mamert (voir ce nom).
Mamprin    Non italien originaire de Vénétie, plus rarement écrit Manprin. Il devrait s'agir d'une variante de Mambrin (voir Mambrini pour le sens).
Manach    Porté dans le Finistère, le nom se rencontre aussi sous la forme Manac'h. Il désigne en breton un moine (grec monakhos, bas-latin monachus), sans doute sous forme de sobriquet.
Manadé    Nom assez rare porté dans le Sud-Ouest (31, 32). Il désigne celui qui conduit un troupeau (occitan manada = troupeau de bovidés).
Manaï    Nom arabe rencontré aussi sous la forme Mannaï. Pourrait se rattacher à la racine consonantique m.n.y = voeu, à l'origine de munya(t), pluriel munâ, tous les deux prénoms féminins. Mais aucune certitude.
Manaire    Localisé dans les Alpes-Maritimes, le nom est à rapprocher de Manaira (présent à Sospel depuis le début du XVIe siècle). En occitan, une manaira est une cognée (surnom possible pour un bûcheron), et un manaire est un gardien de génisses. Reste à savoir si le patronyme Manaire est une variante de Manaira, ou s'il s'agit de deux formes différentes.
Manalich    Nom catalan écrit le plus souvent Mañalich, parfois Manyalich. Sens incertain. Il semble cependant qu'on ait affaire à un nom de personne d'origine germanique, à rapprocher peut-être du castillan Manrique (en principe : man = homme + ric = puissant).
Manaranche    Porté dans le Puy-de-Dôme, désigne celui qui est originaire de Manaranche, hameau du même département (commune de Tauves). Difficile pour moi de me prononcer sur le sens du toponyme, faute de données anciennes. La finale -anche devrait cependant correspondre au latin -anica, souvent utilisé pour former des noms de domaines à partir d'anthroponymes.
Manaudou    Très rare, le nom est difficile à localiser (quelques mentions en Bourgogne, mais postérieures à 1900). Il semble cependant qu'on ait affaire à un patronyme du Sud-Ouest, diminutif de Manaud, Manaut (voir ce nom). On précisera qu'un hameau s'appelle Manaudon à Saint-Paul-sur-Save (31), le toponyme étant écrit "Manaudou" sur la carte de Cassini.
Manaut    Fréquent dans le Sud-Ouest (variante : Manaud), c'est un nom de personne d'origine germanique, Manwald (man = homme + waldan = gouverner). Formes similaires : Manau, Manal, Manalt.
Manavit    Le nom est porté dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne. Variantes ou formes voisines : Maneby (19, 63), Manevie, Manevit (19, 15), Manevy (43, 42, 19). Sens incertain. Comme c'est souvent le cas dans ces régions, on ne peut exclure un toponyme (reste à le trouver). On pensera cependant à l'ancien français manevi (= dispos, alerte, ardent) ou à l'occitan septentrional manubi (= manouvrier).
Manca    Surtout répandu en Sardaigne, c'est un surnom appliqué à un gaucher (équivalent sarde de l'italien Mancini).
Mancardi    Porté dans les Alpes-Maritimes, le Piémont et la Ligurie, c'est un pluriel filiatif de Mancardo (Piémont), surnom possible pour un gaucher ("manca" = la main gauche), éventuellement pour un manchot, une personne estropiée (sens ancien de l'italien "manco", également ancien français "manc"). A noter cependant que les patronymes en -ardo sont sont bien souvent des noms de personnes d'origine germanique.
Manceau    Le nom est porté dans la Sarthe, le Maine-et-Loire et l'Eure-et-Loir. Il désigne souvent celui qui est originaire du Mans ou du Maine (les deux noms ayant la même origine). Autres possibilités : aphérèse de Clémenceau, Clémanceau (diminutif de Clément), ou petit domaine rural (diminutif de manse). Variantes ou formes voisines : Mançaux (76), Manceaux (08), Mancel (50). Matronyme : Mancelle (76, 60).
Manchard    Egalement écrit Manchart, le nom est aujourd'hui rare (59, 62). On le rencontrait autrefois surtout dans l'Ille-et-Vilaine. Sens incertain : peut-être le surnom d'un manchot ("manche" en ancien français). A envisager aussi un dérivé de Dimanche (= Dominique) formé par aphérèse.
Manchon    Diminutif de Manche, pour lequel le sens de manche d'outil semble inapproprié. Il devrait s'agir d'un hypocoristique de Dimanche (= Dominique). Le nom Manche est assez répandu dans le Nord, on trouve les Manchon en Normandie (76, 27).
Manchy    Le nom, rare, est porté dans la Somme. On me signale sa présence autrefois dans le Var. Sens incertain. Il existe un lieu-dit le Fond de Manchy à Allery (80).
Mancino, Mancini    D'origine italienne ou corse, c'est un surnom appliqué à un gaucher. Diminutifs : Mancinelli, Mancinella.
Mancion    Le nom est surtout porté dans l'Eure-et-Loir (également 41, 58). Sans doute un toponyme correspondant au latin mansio, avec le sens de maison, domaine rural. A envisager éventuellement : celui qui est originaire du Mans.
Mancip, Mancipoz    Voir Massip.
Mançon    Nom porté dans la Sarthe et l'Orne, ainsi que dans le Pas-de-Calais. Variante : Manson (50). M.T. Morlet pense, au moins pour Manson, à un diminutif du nom de baptême Amans, avec aphérèse de la première syllabe. A noter que Manson peut aussi être un toponyme : un hameau de la Manche s'appelle le Manson (commune du Teilleul). Ce pourrait être une variante de Mansion, Mancion (= maison, domaine rural).
Mandagaran    Porté dans les Pyrénées-Atlantiques, c'est un nom basque dont le sens m'échappe. Si le premier élément (manda) semble avoir le sens de 'mulet' (mando, qui devient manda en composition), le second (garan) signifie 'grain', à moins d'y voir le mot 'garano' (= poulain, cheval, étalon), ce qui ne m'avance guère. Si quelqu'un pouvait connaître la solution !
Mandavy    Assez rare, le nom est surtout présent en Haute-Vienne. On trouve en Moselle les formes Mandavid, Mandavit (ce dernier nom étant également présent autrefois en Haute-Vienne). C'est sans doute une variante de Manavit (voir ce nom).
Mandel    Ce nom allemand souvent porté par des juifs askhénazes signifie 'amande'. Pour les juifs, il faut sans doute y voir une variante de Mendel (voir ce nom). On le trouve en composition dans le nom Mandelbaum (= amandier), lui aussi souvent porté par des israélites.
Mandereau    Patronyme surtout porté dans le Centre (36, 18, 41). C'est un diminutif de Mandier (38, 83, 79), nom de personne d'origine germanique (Mandhari : mand = joie + hari = armée).
Manderlier    Porté en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais, le nom désigne un vannier (ancien français "mandelier"), celui qui fabriquait des mandes, sortes de grandes corbeilles à poignées. Avec le même sens : Mandelier (71), Manderrier (08).
Mandet    Nom porté dans l'Allier et les départements voisins. Il doit s'agir du diminutif d'un nom de personne d'origine germanique, Mando (mand = joie). Autre hypothèse, un diminutif par aphérèse d'un nom comme Armand.
Mandiaux    Rare, le nom est surtout porté en Belgique. Ce devrait être un hypocoristique de noms de personnes terminés par -mand (par exemple Amand) ou commençant par la racine germanique Mand- (Mandfried). Variante : Mandiau.
Mandin    Nom fréquent en Vendée et dans les départements voisins. Il s'agit sans doute d'un hypocoristique du prénom Armand (voir ce nom). Autre possibilité : diminutif du nom germanique Mand(e), formé sur la racine mand = joie. Doubles diminutifs : Mandinaud, Mandineau (Poitou-Charentes).
Mandine    Nom porté dans les Bouches-du-Rhône (rencontré aussi dans les Alpes-Maritimes, avec sa variante italienne Mandina). Il s'agit en principe d'un matronyme, hypocoristique d'Armande (voir Armand), ou encore formé sur le nom germanique Mande, Mando (racine mand < mendi = joie). On me signale l'existence d'un lieu-dit Mandine près d'Arles, mais il devrait être formé sur le nom de personne.
Mandirac    Surtout porté dans le Tarn, c'est certainement un toponyme (suffixe -ac). Il existe un lieu appelé Mandirac, mais il se trouve dans l'Aude, entre Narbonne et Gruissan.
Mandon    Fréquent dans la Haute-Vienne (également 07, 63), c'est un nom de personne d'origine germanique, Mando (racine mendi = joie). Diminutifs : Mandonnaud, Mandonnet.
Mandot    Nom surtout porté dans le Maine-et-Loire. On trouve en Bretagne la forme voisine Mandeau. Semble le diminutif d'un nom de personne d'origine germanique, Mando (racine mand = joie). Autre possibilité, diminutif de Mandé (voir Maudez, dont Mandé est une variante).
Mandran    Le nom est porté dans l'Isère. Variantes : Mandrand, Mandrant. Sens incertain. Peut-être un gardien de troupeau, un berger (à rapprocher de l'italien "mandriano" ou de l'ancien français "mandrier"). À noter également que le mot "mandre" désigne en occitan un renard, parfois aussi un gueux, un mendiant, tout comme son dérivé "mandron". La même incertitude s'applique au nom Mandrin, originaire lui aussi de l'Isère.
Mandrier    Le nom est surtout porté dans la Moselle (variante : Mandrié). Il correspond à l'ancien français mandrier (= berger).
Mandrillon    Le nom est surtout porté dans le Jura. Il devrait s'agir du surnom donné à un mendiant, un homme déguenillé (dérivé de mandrille, lui-même déformation de mandille = haillon, occitan mandilha). A envisager aussi un diminutif de l'ancien français mandrier (= berger).
Mandy    Le nom est porté dans l'Ain et dans l'Orne, ainsi qu'en Guadeloupe (variantes Mandi, Mandil). Il pourrait s'agir, tout comme Mandin (85, 44, 79), d'un diminutif du nom de personne d'origine germanique Mando (racine mand = joie). Autre solution, notamment pour Mandil : l'ancien français mandil (= petit manteau).
Manebard    Patronyme porté en Martinique, qui semble l'équivalent de Mannebarth, un nom rencontré dans la Marne et les Ardennes. Il devrait s'agir d'un nom de personne d'origine germanique, Manberht formé des racines man (= homme) et berht (= brillant).
Maneché    Nom porté en Seine-Maritime, rencontré sous la forme Manechez dans le Nord-Pas-de-Calais. C'est une variante de Manassé, Manessé, nom de personne d'origine biblique qui a souvent été utilisé comme prénom dans le Nord. Manassé (qui signifie en hébreu 'Dieu n'a pas oublié') était dans la Bible le fils de Joseph et le frère d'Ephraïm, ancêtre d'une demi-tribu d'Israël.
Manehouville    Originaire de la commune de Manéhouville, dans la Seine-Maritime.
Maneix    Equivalent limousin de Manet, diminutif du nom de personne d'origine germanique Man (Mano = homme).
Manelphe    Le nom est porté dans le Tarn et la Haute-Garonne. Variante : Manelfe. Il semble correspondre à l'occitan manefle, terme désignant un personnage flatteur, flagorneur, mais qui avait au Moyen Âge le sens de héraut, messager (sens attesté en catalan). A noter qu'un hameau s'appelle Manelphe à Ambres (81).
Manens    Le nom est porté dans le Tarn et les départements voisins. Il peut désigner celui qui est originaire du hameau de Manens (commune de Préserville, 31), à condition que le toponyme soit antérieur au patronyme. Le plus souvent, pour ce nom comme pour Manen (81, 13, 30), Manenc (31, 15, 11), Manenq (12, 81), Manent (04, 65, 66), on pensera plutôt à l'équivalent occitan du français "manant" (au Moyen Âge : paysan attaché à une terre, puis propriétaire terrien, homme riche, ce dernier sens se retrouvant dans l'ancien occitan "manent").
Manente    Nom italien qui corespond au français "manant", et désigne le paysan attaché à une terre (par la suite, il a simplement eu, en Italie du nord, le sens d'exploitant agricole). Le nom Manente est surtout porté en Vénétie. Le pluriel filiatif Manenti est très fréquent en Lombardie, mais on le rencontre aussi au sud de la Sicile.
Manet    On rencontre ce nom de famille à la fois dans le Nord et aux abords du Massif Central (24, 43). On peut le considérer comme un diminutif du nom de personne d'origine germanique Mano (man = homme), mais c'est le plus souvent un toponyme. En Normandie et sans doute dans le Nord il désigne un manoir. Je ne sais pas s'il en est de même plus au sud (il semble qu'il s'agisse plutôt d'un ruisseau). De très nombreux hameaux s'appellent (le) Manet.
Manetti    Deux possibilités pour ce nom italien (également Manetto) : soit un diminutif de Maino, nom de personne d'origine germanique (magin = force), soit une italianisation de Mainet, nom de personne médiéval ayant servi dans la littérature épique à désigner Charlemagne jeune.
Manevitch    Egalement Manewitch, Manewitz. Surtout porté par des juifs askhénazes, devrait désigner celui qui est originaire du village russe de Maniowce, dont Manewitz est le nom yiddish (source : Benzion C. Kaganoff). On rattache parfois aussi le nom à la racine germanique man (= homme).
Manfé    Nom porté en Lorraine (57, 54). Sens incertain. Je n'ai rien à proposer de solide, même si je pense à un diminutif de Manfroi (voir ce nom).
Manfroi    Surtout porté en Lorraine (54, 57), c'est un nom de personne d'origine germanique, Manfrid (man = homme + frid = libre). On le rencontre dans le Nord et dans l'Aisne écrit Manfroid, Manfroy. Il est fréquent en Italie et en Corse sous la forme Manfredi (diminutifs : Manfredini, Manfredotti).
Mange, Mangé    On trouve le nom Mange surtout dans l'Est, où il est un hypocoristique de Demange (= dimanche, mais surtout Dominique). On rencontre aussi le nom Mangé, apparemment en Savoie, dont l'origine est tout autre. Il pourrait s'agir d'un nom d'origine germanique, *Mangari (Man = homme + gari = lance), mais il faut également envisager l'hypothèse retenue par M.T. Morlet, pour qui le nom Mangier évoquerait le repas que le vassal devait plusieurs fois par an à son suzerain (on a du mal cependant à comprendre comment cela a pu donner naissance à un patronyme).
Mangeon    Diminutif de Mange, forme courte de Demange (= Dominique), porté en Lorraine (88, 54). En composition : Mangeonjean (Mangeon + Jean). Avec d'autres suffixes et toujours dans la même région : Mangeat, Mangel, Mangenet, Mangeney, Mangenot, Mangeol, Mangeolle, Mangeot, Mangin. Les noms Mangeard et Mangeart (Champagne) doivent sans doute être ajoutés à cette liste, mais M.-T. Morlet en fait pour sa part des dérivés du verbe "manger".
Mangez    Nom surtout porté dans le département du Nord, où on trouve aussi les formes Mangé, Manger. On peut penser que Manger est un nom flamand désignant un marchand, un commerçant (moyen néerlandais "manger"). Mangé et Mangez peuvent en être des variantes, mais on envisagera aussi des diminutifs de Demange (= Dominique), variantes de Manget.
Mangiagalli    Nom italien surtout porté dans la région de Milan. Au sens propre celui qui mange les poules, au sens figuré un voleur de poules, la dernière interprétation semblant la meilleure. Dans la même série, Mangiavacca et Mangiavacchi (Toscane) s'attaquent aux vaches, Mangiameli aux pommes. Voir aussi Mangiapan.
Mangiapan    Egalement Mangiapane, c'est un surnom italien dont la traduction est claire : 'celui qui mange le pain'. Mais le verbe mangiare peut avoir dans cette expression un sens figuré (piller, dérober, exploiter). Difficile de donner la bonne interprétation. Diminutif : Mangiapanelli.
Mangin    Diminutif de Demange (= Dominique) très fréquent en Lorraine (54, 88 notamment). Diminutifs : Manginat, Manginot.
Mangolf    Nom rare rencontré dans la Creuse (également présent en Lorraine). C'est un nom de personne d'origine germanique, apparemment *Managwulf (manag = beaucoup + wulf = loup).
Mangon    Le nom est souvent porté en Belgique. On le rencontre en France dans la Manche et la Charente (également 02, 69). Il correspond dans le Nord au métier de boucher (sens attesté par le dictionnaire de Godefroy, mais qui n'a peut-être pas dépassé les limites des parlers wallon, picard et normand). Dans d'autres régions, on envisagera peut-être un nom de personne germanique, ce qui semble le cas pour l'italien Mangone, dérivé de Mango (il existe un saint Mango à l'origine de plusieurs paroisses italiennes).
Mangou    Nom porté dans les Deux-Sèvres. On trouve en Charente les variantes Mangout, Mangoux. Il devrait s'agir d'une variante de Mangolf (voir ce nom).
Manguette    Porté en Belgique et dans le Nord, c'est le diminutif d'un nom de personne, reste à savoir lequel exactement. M.T. Morlet propose pour Manguet (36, 49) le nom d'origine Managaut. Herbillon et Germain pensent au prénom féminin Ermengarde, lui aussi d'origine germanique. A envisager aussi une variant de Manget, diminutif de Demange (= Dominique).
Manguy    Surtout porté en Vendée (variante : Manguis), également présent dans la Sarthe, c'est un nom de sens incertain. On peut penser à une variante du breton Menguy (voir ce nom), mais la forme voisine Manguin (61, 72) laisse supposer une autre signification.
Manh    Nom vietnamien dont le sens m'est inconnu.
Manibal    Nom porté dans l'Hérault ainsi que dans le Rouergue. Il devrait s'agir d'un toponyme signifiant 'le grand vallon'. On trouve de nombreuses formes voisines : Maneval (07, 42, 43), Manhaval (12), Manheval (15), Manhiabal, Maniabal (34), Maniaval (15, 34).
Maniel    Nom assez rare porté notamment dans les Pyrénées-Orientales, où on le rencontrait surtout à Passa. Sens incertain. Peut-être une déformation de Manuel (= Emmanuel).
Manier    Porté dans la Somme et le Nord-Pas-de-Calais, c'est un nom de personne d'origine germanique, Maginhari (magin = force + hari = armée). On le trouve dans le Sud-Ouest sous la forme Manié (46, 81).
Manière    Fréquent en Bourgogne (21), le nom est à rapprocher des formes Manières (24, 79, 66), Magnère (03, 21), Magnères (66, 46), Magnière (88, 03). C'est un toponyme avec le sens de "manoir" ou de "demeure rurale, ferme". Plusieurs communes françaises s'appellent Magnières, Maisnières, Masnières ou encore Mesnières, ainsi que de nombreux hameaux.
Maniez    Le nom est surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais. On le rencontre aussi dans la Marne (variante : Maniey). Cest une variante de Manier (voir ce nom).
Maniglio    Nom italien originaire de la province de Lecce (Pouilles), où on trouve aussi la forme Maniglia. On peut évidemment penser à l'italien "maniglia" (= poignée), mais le sens du surnom n'est pas d'une grande clarté. On envisagera plutôt un diminutif de Manno, nom de personne d'origine germanique (racine man = homme) assez fréquent dans le sud du pays.
Manigold    Porté notamment dans le Haut-Rhin et la Marne, c'est un nom de personne d'origine germanique, Manigwald, Managwald (manag = beaucoup + waldan = gouverner). Variantes : Mangold, Mangodt, Mangolte (Alsace-Lorraine). On le rencontre aussi sous les formes Manigaud (03, 42, 01), Manigault, Manigaut, Manigot (89, 18, 36).
Manilève    Surtout porté dans le Tarn, le nom correspond apparemment au verbe occitan manlevar (= emprunter, mais aussi jurer, prêter serment en levant la main, catalan manllevar). A noter aussi que le mot manleva peut désigner la bascule d'un puits. Il existe dans le Lot un lieu-dit la Manilève (commune de Sabadel-Latronquière), qui incite à penser que notre nom pourrait être un toponyme. On rencontre le nom de famille Lamanilève dans le Lot.
Manin     Porté dans l'Isère et les départements voisins, c'est sans doute un diminutif formé à partir du nom de personne germanique Manno (racine man = homme). Diminutifs : Maninet (26) et sans doute Maninat (65, 03), Manignat (03), dont le nom Manignal semble être une déformation. On trouve en Italie les formes similaires Manino, Manini, Mannino, Mannini.
Maniot    Nom rare porté notamment en Champagne. Il faut sans doute y voir une variante de Magnot et Maignot, des noms rencontrés surtout en Bourgogne, probables diminutifs de Magne, Maigne (= grand, également nom de personne).
Maniquaire    Patronyme surtout porté dans la Nièvre. Désigne celui qui fabrique des maniques, un mot qui en ancien français peut avoir plusieurs sens : gantelet, brassard d'acier, menottes, bracelet, également manche d'outil.
Maniquet    Porté dans la Loire, désigne sans doute celui qui est originaire du hameau du Maniquet à L'Étrat (42).
Manise    Le nom est porté dans les Ardennes. Il devrait désigner celui qui est originaire de Manise, hameau ou lieu-dit à Haybes, dans le même département. Porté dans la Meuse, le nom Manisse pourrait avoir la même origine.
Manivel    Porté dans les Côtes-d'Armor, c'est un nom dont le sens m'est inconnu. Il existe bien des lieux-dits ou hameaux appelés Manivel, Manivelle, mais ils se trouvent pour la plupart dans le sud de la France (probable déformation de Magnival, Manival, la grande vallée). À noter aussi, toujours en Bretagne (22, 35), l'existence du nom Malivel, l'un des deux noms (mais lequel ?) pouvant être une déformation de l'autre.
Mankouri    Nom porté en Algérie, formé avec le suffixe d'appartenance -i sur un nom arabe qui pourrait être mankûr (= ignoré). Autre possibilité : manqûr (= creusé).
Mann    Patronyme fréquent en Allemagne et dans l'Est. C'est un nom de personne d'origine germanique qui signifie homme. D'autres sens sont possibles, notamment celui de vassal. Variante : Manne. On trouve en Belgique les formes génitives Mannen, Mannens.
Mannarà, Mannara    Lorsque le nom porte un accent final, il s'agit d'une variante de Mannalà, patronyme sicilien rencontré aussi sous la forme Mandalà, que De Felice considère comme un nom de personne d'origine arabe (amân allâh = protection de Dieu). Sans accent, le nom, porté dans la région de Salerne, désigne une hache (la mannara ou mannaia était autrefois la hache du bourreau).
Manneché    Variante de Maneché (voir ce nom).
Mannessier    Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais et la Somme. Variantes : Mannessiez, Manessier, Manessiez. C'est un ancien nom de personne (voir Maneché pour le sens).
Manneville    Nom porté dans des régions très diverses (76, 31, 54 notamment). Variantes : Maneville (11, 71), Magneville (34). Désigne celui qui est originaire de Manneville, nom de plusieurs communes normandes, ou encore de Magneville, nom de deux hameaux de la Haute-Garonne (Bellegarde-Sainte-Marie et Montaigut-sur-Save). Sens du toponyme : le grand domaine, le grand village (latin magna villa).
Mannhart    Le patronyme est porté en Alsace (67). Variantes rares : Mannhard, Manhard. On trouve aussi en Allemagne la forme Manhart. C'est un nom de personne d'origine germanique composé des racines man (= homme) et hard (= dur).
Mannig    Dérivé de Mann (voir ce nom), le nom est porté aujourd'hui en Seine-Maritime. Il était autrefois présent dans le Haut-Rhin (Wasserbourg au début du XVIIIe siècle). Autre forme : Manning, beaucoup plus fréquente.
Mannone    Surtout porté en Sicile (province de Trapani), ce nom italien est un dérivé de Manno, Manni, noms de personne d'origine germanique qui correspondent à la racine "man" (= homme), soit directement, soit comme aphérèses de noms tels que Alemanno. On trouve la forme plurielle Mannoni en Corse et en Sardaigne.
Manon    Le nom est surtout porté dans la région bordelaise (33, 17), on le rencontre aussi dans l'Isère et en Savoie. Il semble correspondre au nom de personne germanique Manno (racine man = homme). À envisager aussi une variante de Magnon (voir Magnoux). Le rapport avec le prénom féminin Manon (= Marie, Marianne) est à exclure, sauf peut-être pour les Manon présents à la Réunion.
Manoury    Nom porté en Normandie (76, 61 surtout). Variante : Mannoury (14, 61), souvent transformée en Maunoury. Il désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit (la) Manoury ou la Manourie. A noter le hameau de la Manourie à Bricqueville-la-Blouette (50), ceux de Manoury à Ypreville-Biville et à Hattenville (76), ou encore la Petite Manoury au Plessis-Belleville (60). Reste à savoir le sens de ce toponyme, visiblement caractéristique de la Picardie et surtout de la Normandie, où l'on trouve aussi plusieurs endroits appelés 'Lieu Manoury'.
Manouvrier    Nom surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais (variante : Manouvriez) et dans la Creuse. Désigne celui qui travaille avec ses mains, le mots ayant très vite été utilisé avec le sens d'ouvrier agricole (également celui qui est corvéable). Autres formes : Maneuvrier, Manoeuvrier (18).
Manoux    Nom de personne d'origine germanique, Manwulf (man = homme + wulf = loup). Le patronyme est surtout porté en Corrèze (également 33, 69).
Manquat    Les plus anciennes mentions situent le nom dans l'Allier (variantes anciennes : Mancat, Manqua). On le rencontre par la suite dans d'autres régions, notamment dans l'Isère. Sens incertain : on pourrait penser au surnom d'un manchot (le suffixe -at est fréquent en Bourbonnais), mais je n'en ai pas la moindre certitude.
Mans    Quand il est porté dans le Nord-Pas-de-Calais, ce nom est le génitif du néerlandais Man (voir Mann pour le sens), ou encore une variante picarde de Masse = Maxime (du moins si on en croit le dictionnaire étymologique de Ménage). Mais on le rencontre aussi dans le Sud (09, 34 notamment), où c'est une aphérèse du prénom Amans (voir ce nom).
Mansat    Originaire du Massif Central (63, 23), ce nom correspond à l'ancien français manse (= exploitation rurale, à l'origine de l'occitan mas) accompagné du suffixe -at, fréquent en Auvergne. Il s'agit d'un toponyme devenu patronyme, qui pourrait correspondre à la commune de Manzat, dans le Puy-de-Dôme, département où l'on trouve aussi le lieu-dit le Manzat. Quant à la Creuse, on y rencontre le village de Mansat, près de Bourganeuf, qui est peut-être la piste la plus sérieuse.
Mansbendel    Nom porté surtout à Mulhouse, où il est présent depuis 1646. Il s'agit au départ d'un nom allemand, Malsbenden, venu de Cologne (merci à l'internaute qui m'a communiqué ce renseignement). Quant à Malsbenden, c'est un toponyme qui signifie prairie marécageuse, selon Bahlow (Deutsches Namenlexikon). Une localité porterait ce nom, près de Kermeter (Rheinland).
Manse    On me signale le nom comme étant porté aux Pays-Bas. En France, on le rencontre surtout en Béarn (65) et en Languedoc (30, 34). Il devrait s'agir d'une forme savante du mot 'mas' (= domaine rural, latin mansus). Pour le Béarn, on pensera aussi à un ancien nom de personne, Mans, d'étymologie obscure.
Mansion    C'est en Moselle que le nom est le plus répandu, mais on le trouve aussi dans d'autres départements (41 notamment) ainsi qu'en Belgique. Il correspond en principe à l'ancien français mansion (= demeure, maison), mais on peut aussi penser à un nom de personne d'origine germanique, Mantio (racine man = homme).
Mansot    Le nom est surtout porté dans la Saône-et-Loire. Il devrait s'agir d'un diminutif de Clément, à rapprocher de formes telles que Clémansot ou Clémensot (deux noms attestés autrefois dans la même région). Autres possibilités : petit domaine rural (diminutif de "manse") et, dans l'Ouest, celui qui est originaire du Mans ou du Maine (voir Manceau).
Mansour    Nom de personne arabe, manSûr, signifiant "victorieux" (celui qui a été assisté par Dieu, que Dieu a rendu victorieux), c'est l'un des qualificatifs du prophète Mohammed. Dérivés : Mansouri, El Mansour, El Mansouri (également Elmansour, Elmansouri, Elmanssouri).
Mansu    Porté notamment dans les Ardennes, c'est un nom rare de sens incertain. Peut-être une variante de Mansuy (voir ce nom).
Mansuy    Nom fréquent en Lorraine (54, 88). Variantes : Mansuis (55, 51, 39), Mansuit (57). C'est un ancien nom de baptême correspondant au latin mansuetus (= bienveillant), popularisé par saint Mansuy, qui fut le premier évêque de Toul (IVe siècle) et qui serait originaire d'Ecosse (fête le 3 septembre).
Mansy    Porté dans le département du Nord et en Belgique, semble une variante de Mansuy (voir ce nom). Autre possibilité : celui qui est originaire de Mancy, dans la Marne.
Manteau    Nom surtout porté en Poitou, également présent dans l'Aisne. Surnom donné au porteur d'un manteau, à un marchand de manteaux. Variante : Manteaux (60), Mantaux (80, 70), Mantel (62, 80).
Mantegna    Ce nom italien est sans doute d'origine sicilienne. Sens probable : nom de personne augural (Dio ti mantegna = Dieu te garde).
Mantey    Surtout porté dans la Haute-Saône, semble un diminutif formé sur mante (sorte de manteau court, à capuchon et sans manches, surnom possible pour le fabricant ou le porteur d'un tel manteau). Variantes : Mantet, Mantez, Manthey.
Mantovan    De la même façon que Padovan désigne celui qui est originaire de Padoue, ce nom italien désigne celui qui est originaire de Mantoue. Il est surtout porté en Vénétie. On trouve parfois la forme Mantovano, mais la forme la plus répandue est Mantovani, nom très fréquent dans toute l'Italie du Nord.
Mantrant    Rare et porté notamment dans la Vienne, le nom est plus fréquent sous la forme Mantrand. On trouve aussi la variante Mantran. Sens obscur.
Manuel    Forme avec aphérèse du nom de baptême Emmanuel (voir ce nom), très fréquente dans la France du sud.
Manvieu    Patronyme porté dans le Calvados (variante : Manvieux). Peut désigner celui qui est originaire de Manvieux, près de Bayeux, mais c'est aussi un ancien nom de baptême, comme l'attestent deux villages : Saint-Manvieu-Bocage, près de Vire, et Saint-Manvieu-Norrey, près de Caen. La forme d'origine est Manovic, nom de personne d'origine germanique (man = homme + wic = combat). Saint Manvieu fut évêque de Bayeux au Ve siècle.
Many    Porté dans l'Oise et les Ardennes, pourrait désigner celui qui est originaire de Many, nom d'une commune de la Moselle, mais il faut savoir que Many est aussi une variante de formes telles que Manil, Mainil, toponyme très répandu qui désigne une maison rurale, un petit domaine agricole (latin mansionile). Le nom 'du Many', rencontré dans certains actes, nous invite à chosiir cette seconde solution.
Manyach    Nom catalan porté notamment à Céret (66). Surnom donné à celui qui est gentil, doux (catalan manyac).
Manyeres    Nom porté dans les Pyrénées-Orientales. Variantes : Manieras, Manyeras. Voir Manière.
Manzagol    Celui qui est originaire de Manzagol, nom d'un village de la Corrèze (un puy porte également ce nom).
Manzone    Surtout porté dans le Piémont, ce nom italien est plus courant sous la forme plurielle Manzoni (Lombardie). C'est un dérivé de l'ancien prénom Amanzio, qui correspond au latin Amantius et que l'on retrouve dans le français Amans.
Mappas    Patronyme rencontré en Limousin (87) et en Périgord (24). C'est d'ailleurs tout à fait normal, puisque un hameau situé à la limite des deux régions porte ce nom. Je ne connais pas les formes anciennes du toponyme, mais il ressemble beaucoup à des lieux-dits fréquents dans le Sud, appelés le Malpas (= le mauvais passage). On rencontre également le patronyme Mapas en Charente, l'origine semble la même.
Maqsoudi    Nom afghan à rattacher à l'arabe maqSûd (= but, dessein, objectif).
Maquaire    Variante de Macaire (voir ce nom) portée notamment dans l'Oise et le Pas-de-Calais. Autres formes : Maquair, Maquer, Maquère, Maquerre.
Maquestiau    Porté dans le Nord-Pas-de-Calais (variante : Maquestiaux), c'est un diminutif de Maquest (Belgique), sans doute variante de Maquet (voir ce nom). Un nom formé à partir de Questiaux (voir ce nom) semble très improbabe.
Maquet    Nom assez fréquent dans le Nord-Pas-de-Calais et dans la Somme. Variantes : Macquet, Maquette. Sens incertain : il peut s'agir d'un diminutif de Macquart (voir ce nom), ou encore d'un dérivé de l'ancien français maque (forme picarde de mache = masse d'arme). M.T. Morlet propose aussi le sens de 'meule, tas de foin'.
Maquin    Surtout porté dans l'Aisne, devrait être un nom de personne d'origine germanique, Makin (formé sur la racine mag = force selon M.-T. Morlet). Ce nom de personne se retrouve dans le hameau de Maquinghen à Baincthun (62), à l'origine des noms de famille Maquinghem et Maquinghen. Diminutif : Maquinet (10, 54, 57).
Maquoi    Rare en France (08), le nom est porté en Belgique. Il peut s'agir d'une variante de Macoir, autre forme du prénom Macaire. Variantes probables : Maquoy, Macquoy. A noter cependant que les terminaisons en -oi, -oy sont souvent liées à un toponyme.
Marabelle    Le nom est surtout porté dans le Lot. Ce devrait être une déformation de Marabal (voir Maraval), éventuellement de Mirabel (voir ce nom).
Marache    Porté dans l'Aisne et les départements voisins, également présent dans la Dordogne, c'est un toponyme désignant un lieu marécageux. Diminutif : Marachet (24). Avec le même sens : Marage (76, 08), Maraget (Franche-Comté).
Maraffa    Ce nom italien rare est difficile à situer géographiquement, ce qui rend son interprétation très malaisée. La maraffa est un jeu de cartes populaire en Romagne. Maraffa est également le nom d'un village à Collecchio (province de Parme). Il semble cependant que le nom de famille soit originaire du Sud, tout comme la variante Marraffa (Pouilles) et les diminutifs Maraffino, Marraffino, Marraffini. Dans ce cas, il est possible qu'on ait affaire à un nom de personne équivalant à l'arabe Maarouf (voir ce nom). À signaler également le nom Maruffa, lui aussi très rare, qui pourrait correspondre au village de Maruffa, dans la commune de Monte di Malo (Vénétie), mais qui est aussi porté en Campanie.
Marafin    Vu la rareté du nom, il est difficile d'en connaître l'origine géographique exacte. Il semble signifier 'mauvaise fin' et pourrait être un toponyme. Il existe des hameaux appelés Marafy en Dordogne (Monsec, Vieux-Mareuil) et dans la Haute-Vienne (Saint-Victurnien). A noter aussi le hameau Château de Notz Marafin à Saulnay (36).
Marais    Toponyme très fréquent désignant un lieu marécageux. Le nom de famille est surtout porté en Normandie (76, 27, 14), et plus généralement dans l'ouest de la France.
Maranci    Nom italien relativement rare, surtout porté à Syracuse (Sicile). Les formes Marancio et Marancia existent, mais elles sont encore plus rares. Il devrait s'agir d'une forme méridionale de l'italien arancio (= oranger), à rapprocher de Marangio, Marangi, très fréquents dans les Pouilles (Tarente).
Marandeau    Nom rencontré en Vendée et dans le Maine-et-Loire. C'est un diminutif de marand, marande, termes qui désignent généralement des étangs (éventuellement des marais salants, ce qui correspond assez bien à la région).
Marandon    Porté notamment dans l'Indre et le région lyonnaise, ce devrait être un toponyme avec le sens de petit étang, petit marécage. Deux hameaux de la Loire s'appellent Marandon, à Saint-Genest-Lerpt et à Saint-Marcel-de-Felines, un autre a pour nom Le Marendon (Rivas). On trouve aussi La Marande à Noailly (42). A noter enfin le hameau de Marandon à Montastruc-Saves (31).
Marangon    Nom italien porté en Vénétie et dans le Piémont. On trouve également les formes Marangone (Frioul) et surtout Marangoni (toute l'Italie du Nord). C'est un nom de métier correspondant au mot "marangón'' (= charpentier, menuisier en dialecte vénitien).
Marano, Marani    Nom italien pour lequel on a émis plusieurs hypothèses. La plus vraisemblable est une variante de Marrano, désignant un juif converti. Mais il faut aussi penser à Maran (Frioul), terme désignant une ville bâtie autour d'une place (l'équivalent de nos bastides). Autre hypothèse : variante de Merano, localité de Calabre.
Marat    Dans la plupart des cas, on a affaire à un toponyme désignant un marais. A notre cependant que la commune de Marat (63) a une autre origine, puisqu'elle est écrite Mazarat en 1247. Le nom de famille est surtout porté en Picardie et dans le Nord-Pas-de-Calais, mais il est également présent en Dauphiné. Le révolutionnaire Jean-Paul Marat est né en Suisse, son nom s'est d'abord écrit Mara et il serait originaire de Sardaigne (signification : mare, marais).
Maratrat    Le nom est surtout porté dans la Nièvre. On le rapprochera des autres formes bourguignonnes Maratray, Maratrey. Ces noms s'écrivent aussi Malatrat, Malatrait, Malatray, Malatras, Malatré (Bourgogne, Champagne, Lorraine). Il semble s'agir de toponymes (noms de divers hameaux dans l'Ain et la Haute-Loire notamment), peut-être avec le sens de 'mauvais chemin'.
Maratuech    Nom porté dans le Lot. C'est une variante de l'occitan maladrech, maladuech, désignant une personne maladroite.
Maraval    Il s'agit d'un toponyme. Plusieurs hameaux ou lieux-dits portent ce nom en Languedoc. Il s'agit en principe d'une déformation de Malaval (= la mauvaise vallée). C'est dans le Tarn et les départements voisins (12, 34) que le nom est la plus répandu. Variante : Marabal (47).
Marbec    Surtout porté dans les Bouches-du-Rhône, c'est une variante de Malbec, Maubec, toponyme très répandu qui signifie mot à mot "mauvais bec". On estime généralement qu'il a désigné une forteresse inexpugnable, bâtie sur un piton rocheux (un bec).
Marbeuf    Egalement écrit Marboeuf, le nom est porté dans la Vendée et les départements voisins (44, 79). C'est un nom de personne d'origine germanique, latinisé en Marbodus (mar = célèbre + bod = messager), porté notamment par un évêque de Rennes du début du XIIe siècle (cité à plusieurs reprises dans le cartulaire noir d'Angers). On pensera aussi à un toponyme : une commune de l'Eure s'appelle Marbeuf, ainsi qu'un hameau à Bussac-Forêt (17). D'autres hameaux se nomment Marboeuf : à Boisredon et Saint-Martial-sur-Né (17), ainsi qu'à Geneston (44). A noter aussi Le Marboeuf, hameau à Champagne-Mouton (16).
Marbezy    Porté dans l'Aveyron, le nom se rencontre aussi sous la forme Marvezy. C'est un toponyme, équivalent de Mauvoisin (= le mauvais hameau plutôt que le mauvais voisin). Autres formes : Malvesin, Malvezin (15), Malvesy, Malvezy (66, 12, 11), Malbezy (09) et peut-être Malbezin (59, 62). Malvezy est un hameau à Salles-sur-l'Hers (11). On trouve Malvézy à Beaugas (47). On pensera aussi à la commune de Malvezie (31), ainsi qu'aux nombreux hameaux appelés Mauvezin, Mauvesin.
Marc, March    Il s'agit du nom de baptême Marc (latin Marcus, formé à partir du nom du dieu Mars), popularisé par l'évangéliste. La forme March est en général catalane ou occitane. On la rencontre aussi en Angleterre, où c'est le plus souvent une anglicisation du français "marche" (= frontière, limite). A noter enfin qu'en Bretagne le nom Marc (Le Marc), Marc'h, March a une origine différente : il signifie "cheval" (marc'h) et a été popularisé par le roi Marc, présent notamment dans le roman de Tristan et Iseut.
Marcadieu    Nom porté dans le Sud-Ouest (40, 64). Désigne celui qui est originaire d'une localité appelée (le) Marcadieu, toponyme ayant le sens de "petit marché" (mercadiu). De nombreux hameaux portent ce nom, notamment dans le Gers et les Hautes-Pyrénées. Variantes : Mercadieu (40, 33), Mercadiel (47, département où l'on trouve le hameau de Mercadiel, commune de Dausse).
Marcaillou    Le nom est surtout porté dans l'Ariège. Variantes ou formes voisines : Marcailhou, Marcailloux, Marcaillon. Sens incertain. Il semble s'agir d'un toponyme. M.T. Morlet propose "mauvais caillou" (mal > mar). A envisager aussi un dérivé de Margail (voir ce nom) avec assourdissement du g.
Marcaire    Le nom est porté dans l'Est, aujourd'hui dans le Jura et la Haute-Saône, autrefois surtout dans les Vosges. C'est un terme régional désignant un garçon vacher, celui qui trait les vaches. Le même métier se dit Malker en Alsace (Melker en allemand). Variante : Marquaire (88).
Marcassin    Porté dans la Somme, c'est un nom de sens incertain. On pense évidemment au marcassin, mais ce nom désignant le jeune sanglier n'est apparu qu'à la fin du XVe siècle, ce qui invite à la prudence.
Marcassus    Nom béarnais d'origine toponymique. Il est composé de "marca" (voir Lamarque pour le sens) et de "sus", qui signifie "au-dessus", parfois aussi "au sud". À signaler les hameaux ou fermes de Marcassus à Ardizas (32), à Bénac (65) et à Saint-Nicolas-de-la-Grave (82). En composition : Marcassus de Puymaurin, Puymaurin étant soit une commune de la Haute-Garonne, soit un hameau à Monbardon (32). À noter que le nom de famille Marquesuzaa (64) a un sens similaire.
Marcastel    Surtout porté dans l'Aveyron, devrait désigner celui qui est originaire de Marcastel, hameau à Montpeyroux (12). Signification du toponyme : équivalent de "mal castel" (= le mauvais château).
Marcat    En Italie, le nom est porté en Lombardie et en Vénétie, mais il y est plus fréquent sous la forme Marcato. Selon De Felice (Dizionario dei cognomi italiani), c'est un dérivé du prénom Marco (= Marc). En France, où le sens pourrait être le même, il a été porté dans les Vosges au moins depuis le début du XVIIe siècle.
Marcau    Porté dans les Pyrénées-Atlantiques et dans le Doubs, devrait correspondre au nom de personne germanique Marcwald (marc = territoire, limite + waldan = gouverner). Le même nom est à l'origine de Marcaud (Bourgogne) et de Marcault (28).
Marcaurelle    Le nom est très rare (deux abonnés au téléphone en France aujourd'hui). Son origine géographique n'en est donc que plus difficile à trouver. Quant au sens, la tentation est grande d'y voir le nom de personne latin Marc-Aurèle (Marcus Aurelius). Mais il semble plus raisonnable d'envisager la déformation d'un autre nom : peut-être le toponyme Marconnelle (nom d'une commune du Pas-de-Calais), mais plus certainement le nom de famille Marcorelle, Marcorelles, présent en Languedoc (surtout département de l'Aude). Il s'agit au départ d'un nom de lieu, sans doute Marcorelles (également écrit Marc Aurèle) à Sainte-Eulalie-de-Cernon (12).
Marcé     Variante de Mercer (transformation du é en a, fréquente en Roussillon), qui représente un nom de métier, le mercier (latin *merciarius = boutiquier). Au Moyen Âge, le mercier ne se contente pas de vendre boutons et autres menus objets, c'est un marchand, souvent ambulant, vendant un peu de tout.
Marceau    Nom fréquent dans de nombreuses régions de France. C'est dans la Nièvre qu'on le rencontre le plus souvent. Il s'agit d'une autre forme du nom de baptême Marcel. Popularisé par plusieurs saints, Marcel est un nom de personne d'origine latine, Marcellus, diminutif de Marcus. On trouve le patronyme Marcel surtout dans la Drôme et le Sud. La variante Marceaux est essentiellement bourguignonne.
Marcelin    Diminutif de Marcel (voir Marceau) porté dans diverses régions (c'est aujourd'hui en Guadeloupe et en Martinique qu'il est le plus répandu). Autre forme : Marcellin (Sud-Est). Avec d'autres suffixes : Marcelat (71), Marcelaud, Marcellaud (87, 24, 23), Marcelet (70), Marcelon, Marcellon (33, 23), Marcelot, Marcellot (18, 23), Marcelou (33, 24).
Marceron    Variante de Merceron, dérivé de Mercier (= marchand). Le nom se rencontre notamment dans le Loiret, la Gironde et le Lot-et-Garonne. Formes voisines : Marcerou (11, 45), Marcereau (44), Marcerat (10), Marserou, Marsserou (09, 11), Marseron.
Marchais    Désigne selon les dictionnaires celui qui est originaire d'une localité ou habite un lieu-dit appelé Marchais. Sens du toponyme : lieu marécageux (bas-latin mercasium, à rattacher sans doute au francique marisk). C'est dans le Centre-Ouest que le nom est le plus répandu (37, 36, 17). Variantes : Marchai (17), Marchaix, Marcheix (87), Marcais (72, 53). Il existe cependant une autre possibilité, du moins pour le Berry, où l'adjectif marchais signifie rusé.
Marchal    Nom fréquent dans l'Est. C'est une forme contractée de Maréchal, nom qui désigne un maréchal-ferrant.
Marchan    Plus courant sous la forme Merchan, le nom désigne en Espagne un marchand (castillan "merchán", emprunté au français).
Marchand     Très fréquent dans toute la France, ce nom désigne évidemment un marchand. Origine : le latin mercatus (marché) a sans doute donné le verbe *mercatare, dont le participe présent *mercatantem est devenu marcheant, puis marchand.
Marchandiau    Diminutif de Marchand (voir ce nom), le nom est surtout porté en Saône-et-Loire. Variantes : Marchandiaux, Marchandeau (ce dernier nom étant aussi porté en Vendée). Avec d'autres suffixes : Marchandel (51), Marchandet (73), Marchandon (87, 33, 21), Marchandot (88, 54, 25), Marchandou (24).
Marchandise    Porté en Picardie (02, 80), le nom désigne par métonymie un marchand.
Marchaterre    Le nom est porté dans la Charente, mais n'y apparaît que tardivement. C'est un surnom de militaire désignant un fantassin (sens attesté). À noter qu'un personnage des Chouans, de Balzac, s'appelle Marche-à-terre.
Marche    Nom que l'on rencontre à la fois dans les Deux-Sèvres et dans la Corrèze. Désigne celui qui est originaire d'une localité ou d'un lieu-dit ainsi appelé. En ancien français, le mot marche signifiait frontière, limite.
Marché    On rencontre ce nom dans l'Indre-et-Loire. Peut-être celui qui habitait près du marché, ou encore le surnom d'un marchand. Mais il peut s'agir d'une variante de Marchais, toponyme désignant un lieu marécageux.
Marchebout    Pourrait désigner celui qui est originaire de Marchebault, hameau à Beaugency (45). A noter aussi le hameau de la Marchebot à Vivy (49). Le nom de famille est attesté dans le Loiret en 1635, on le rencontre ensuite surtout dans l'Yonne et les Yvelines.
Marchelie    Nom rare porté en Dordogne. Semble un toponyme, dérivé de marcheil (= marécage, prairie humide), mais aucun lieu-dit connu ne paraît correspondre.
Marchenoir    Désigne celui qui est originaire de Marchenoir, nom d'une commune du Loir-et-Cher. Variante : Marchenoy. Sens du toponyme : le marchais (= marécage, étang) noir, si l'on en croit les formes ancienne (Marchassus nigrus, 1104).
Marcheret    Très rare aujourd'hui, le nom semble avoir été porté dans la Marne et la Haute-Marne. C'est une variante de Merceret (21, 73), diminutif de Mercier (= marchand).
Marchese    Plus courant sous la forme plurielle Marchesi, ce nom italien correspond au français marquis. Il s'agit soit d'un sobriquet ironique, soit de celui qui dépendait d'un marquis (qui possédait des terres dépendant d'un marquis, ou encore domestique d'un marquis). Dérivés : Marcheselli, Marchesiello, Marchesini.
Marchesseau    Diminutif de Marchais (voir ce nom) rencontré en Charente-Maritime. Autres diminutifs : Marchaisseau (37), Marchessaud, Marchessaux, Marchesseaud, Marchesson, rencontrés pour la plupart dans la région charentaise. Egalement Marchessou, Marchessoux (87, 23).
Marchetto    Diminutif italien de Marco (= Marc). Autres formes : Marchetti, Marchello, Marchelli, Marchin, Marchini, Marcuccio, Marcucci, Marcuzzo, Marcuzzi, et bien d'autres !
Marchewka    Nom d'origine polonaise, formé sur marchew (= carotte). Plutôt qu'à un producteur de carottes, il faut sans doute penser à un surnom donné à un rouquin.
Marchi    Forme plurielle de Marco, qui correspond au prénom Marc.
Marchix    Le nom est surtout porté dans les Côtes-d'Armor. Il désigne visiblement un marché (toponyme devenu nom de famille), comme l'atteste la présence de diverses places du Marchix, par exemple à Nantes, à Fougères ou à Dinan, où se tenaient d'importants marchés.
Marchon    Le nom paraît avoir des origines géographiques diverses. On le rencontre notamment dans la Creuse, le Centre (28, 45) et la Seine-et-Marne. Dans la plupart des cas, il devrait s'agir d'un diminutif de Marc.
Marciano    Nom italien surtout porté dans la province de Naples, présent également en Sicile et au sud de la Calabre. Il devrait s'agir d'un nom de personne (latin Marcianus) porté par un saint qui fut le premier évêque de Frigento. A noter cependant que diverses localités s'appellent Marciano, ce qui pourrait être une autre explication pour le nom de famille. On précisera enfin que le nom peut aussi être accentué sur la dernière syllabe (Marcianò), -anò étant selon De Felice l'équivalent du suffixe grec -anós.
Marcillaud, Marsillaud    Patronyme assez fréquent en Limousin (également 24, 17). C'est un diminutif de Marcille, Marsille, ancien nom de baptême formé sur le latin Marcilius (diminutif de Marcius).
Marcillière    Porté notamment dans la Marne, devrait être un toponyme désignant le domaine de celui qui s'appelle Marcille (voir Marcillaud), mais c'est loin d'être une certitude.
Marcilly    Surtout porté dans l'Aube, désigne celui qui est originaire de Marcilly, nom de plusieurs communes. Ici, il pourrait s'agir de Marcilly-le-Hayer (10). Signification : le domaine (suffixe -acum >- y) de Marcilius, nom d'homme latin.
Marcinkowski    Au départ de ce patronyme polonais, on trouve le nom de personne Marcin, équivalent du français Martin, qui a donné naissance à plusieurs toponymes. En principe, les Marcinkowski sont originaires d'une localité appelée Marcinków ou Marcinkowo.
Marcipont    Porté dans le Nord (variante : Marchipont), désigne celui qui est originaire de Marchipont (commune de Rombies-et-Marchipont, 59). Marchipont est également un village du Hainaut (commune d'Honnelles). Signification du toponyme : peut-être le pont de Maurusinus, nom d'homme latin. Le hameau du Nord est cité pour la première fois en 1142 sous la forme Morcinpont.
Marco, Marcos    Formes italienne et espagnole du nom de baptême Marc. Les deux formes peuvent aussi être portugaises.
Marcodini    Nom assez rare porté dans le nord du Piémont. On trouve aussi, mais il est encore plus rare, le singulier Marcodino. Il paraît s'agir d'un nom composé formé de Marco (= Marc) et du nom de personne d'origine germanique Odino, Odini (Piémont, Ligurie, racine od = richesse). Le second élément peut aussi être Dino (forme courte de noms tels que Bernardino, Corradino ou encore Riccardino, Gherardino), fréquent comme nom de famille sous la forme Dini.
Marcombe, Marcombes    Surtout porté dans le Cantal, désigne celui qui est originaire de Marcombes, hameau de la commune de Valette (15). Sens du toponyme : la mauvaise combe.
Marcon    Assez répandu dans le Forez, c'est sans doute un diminutif de Marc, formé avec le suffixe -on fréquent dans cette région. A noter cependant que M.T. Morlet propose un nom de personne d'origine germanique, Marco, Marconis (formé sur marca = frontière).
Marconi    Patronyme italien dérivé de Marco (suffixe augmentatif -one, le i final marquant la filiation), qui correspond au prénom Marc.
Marcorelles    Le nom est porté dans le Sud, notamment dans l'Aveyron. Variante : Marcorelle. Il désigne celui qui est originaire de Marcorelles, hameau à Sainte-Eulalie-de-Cernon (12), également lieu-dit à La Bastide-Pradines (12). Variante : Marcourel. Sens possible : dérivé du germanique "marka" (= limite).
Marcot    Diminutif du prénom Marc rencontré surtout dans les Vosges.
Marcotte    Assez courant en Picardie, c'est un diminutif du prénom Marc, éventuellement un matronyme. Autre possibilité : sobriquet lié à la belette (wallon marcote). Variante anglaise : Marcott.
Marcou    Soit un diminutif de Marc, soit plutôt un nom de personne d'origine germanique, Marcwulf (marca = frontière + wulf = loup). Patronyme assez fréquent dans l'Hérault et le Tarn, où l'on trouve aussi la variante Marcoul. Il existe un saint Marcou (Marculfus) qui aurait évangélisé la Basse-Normandie au VIe siècle, et don les reliques passaient pour guérir des écrouelles. À noter aussi qu'en Berry on appelait "marcou" ou "marcoul" le septième enfant mâle d'une famille (sans qu'il y ait eu de fille entre temps), dont on pensait qu'il avait des pouvoirs surnaturels.
Marcourt    Porté dans le Pas-de-Calais et la Somme, également présent en Belgique et à la Réunion, désigne celui qui est originaire de Marcourt (écrit aussi Marcour), localité belge de la province de Luxembourg. Variante : Marcour.
Marcout    Autre forme de Marcou, portée notamment dans le Nord et la Haute-Saône. A noter qu'un lieu-dit s'appelle Saint-Marcout à Saint-Crépin-aux-Bois (60).


Retour à la page d'accueil du dictionnaire