A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par M

Maalaoui-Malbo
Malbos-Marcout
Marcoux-Maso
Masoin-Mazet
Mazevet-Mervay
Merveille-Millar
Millard-Mondel
Mondet-Morin
Morincome-Myrtho

Morincome    Patronyme porté dans les Landes. Variantes : Morincomme, Maurincome, Maurincomme. C'est soit un nom composé des deux prénoms Morin (Maurin) et Côme, soit un toponyme (la combe de Morin).
Morineau    Diminutif de Morin (voir Morin et Maury), le nom est surtout porté en Vendée. Autres diminutifs : Morinais (35, 22), Morinat (89, 58), Morinaud (17), Morinaux (44, 56), Morinel (63), Morinet (16, 61, 77), Moriniaux (35), Morinon (69), Morinot (18, 89).
Morinerie (de la)    Désigne celui qui est originaire d'une localité appelée la Morinerie ou qui en a détenu la seigneurie. Le toponyme est assez répandu dans l'Ouest et dans le Centre : 15 hameaux s'appellent la Morinerie (surtout dans la Manche, mais aussi dans les départements 27, 28, 35, 36, 37, 45, 49). Dans l'hypothèse d'une seigneurie, il faut retenir le château de la Morinerie (Ecurat, 17). Sens du toponyme : le domaine ou la ferme de Morin. Le nom de famille de la Morinerie est surtout porté en Champagne.
Morinière    Désigne celui qui habite le lieu-dit la Morinière ou qui en est originaire. Sens du toponyme : le domaine, la ferme de Morin. Le nom de famille est très fréquent dans l'Ouest (44, 49, 85). On trouve en Normandie la variante Lamorinière. Parmi les nombreuses pistes possibles, signalons le hameau de la Morinière, en Vendée (Chavagnes-en-Paillers).
Morio    Le nom est surtout porté dans le Morbihan. Variante : Moriou (29). Dans son dictionnaire des noms de famille bretons, A. Deshayes en fait un dérivé du breton mor (= la mer, surnom possible pour un marin). On ne peut cependant négiger l'hypothèse d'une forme équivalente à Moreau (voir ce nom).
Moris    Une forme savoyarde du prénom Maurice (on la rencontre également dans la Haute-Marne), dont on trouve quelques rares mentions en Italie.
Morise, Morisse    Variantes du nom de baptême Maurice, fréquentes en Normandie. On trouve aussi la forme Moriss dans le Nord-Pas-de-Calais. Dérivés : Moriseau (45), Moriseaux (59, 51), Moriset (74), Morisod (01), Morison (42), Morisot (52, 70), Morissard (49), Morissat (10), Morissaud (44), Morisseau (85), Morisseaux (02), Morisset (79, 86), Morisson (44), Morissot (69, 83). Doubles diminutifs : Morissonnaud, Morissonneau (16, 17).
Morisetti    Nom rare porté tout au nord de l'Italie, à la limite du Piémont et de la Lombardie, près du Lac Majeur. C'est un diminutif de Morisio, Morisi, qu'il faut sans doute considérer comme des variantes de Maurizio (= Maurice). L'origine est de toute façon le latin "maurus" (voir Moro).
Moritz    Variante du nom de baptême Maurice portée en Alsace-Lorraine. On trouve dans le Nord la variante Morits.
Morize    Variante du nom de baptême Maurice, portée surtout dans l'Eure-et-Loir. Diminutifs : Morizeau, Morizet.
Morlaas    Porté dans les Pyrénées-Atlantiques, désigne celui qui est originaire de Morlaas, commune du même département. On trouve dans les Landes la forme voisine Morlaes.
Morlac    Porté dans le Loiret, désigne celui qui est originaire de Morlac, nom d'une commune du Cher. Signification possible pour le toponyme : le domaine de Maurellus, nom de personne latin.
Morlat    Nom de famille surtout présent dans l'Allier. C'est un diminutif de Morel (voir ce nom).
Morlet    Un des nombreux diminutifs de Morel (voir ce nom), surtout porté dans la partie nord de la France.
Morlon    Surtout porté dans la Meurthe-et-Moselle, le nom se rencontre aussi dans la Creuse et le Cher. C'est le plus souvent une forme contractée de Morelon (voir Morel). Pour la Creuse, on pensera plutôt à celui qui est originaire du Morlon, hameau à Bazelat (23).
Morlot    Le nom est porté en Lorraine (88, 54). C'est une forme contractée de Morelot (21), diminutif de Morel (voir ce nom).
Mormentyn    Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, semble un diminutif de Mormand (62), nom qui lui-même est obscur. Peut-être une variante de Moerman, Moermann, Moermans (= l'homme des marais ?).
Mormille    Rencontré aussi sous la forme Mormile, c'est un patronyme italien dont la signification m'échappe.
Mornat    Le nom est surtout porté dans l'Allier. Il paraît désigner celui qui est originaire d'une localité ainsi appelée, peut-être Mornat, hameau à Saint-Pardoux (23). Autre possibilité : contraction de Morinat (58), diminutif de Morin.
Mornet    Assez fréquent en Vendée, c'est une contraction de Morinet, diminutif de Morin. De la même façon et dans la même région, Morneau renvoie au nom Morineau.
Moro    Fréquent en Italie (forme plurielle : Mori), c'est soit un surnom appliqué à celui qui est noir comme un maure, soit un nom de baptême issu du latin Maurus (même sens), que l'on retrouve dans le français Maur. Diminutifs : Moretto, Moretti, Morettini, Morello, Morelli, Morellini.
Morón    Porté en Espagne, le nom peut venir de moro (= maure), mais c'est plutôt un toponyme, par exemple Morón de la Frontera en Andalousie (signification incertaine, on pense en général à une racine arabe).
Moroni    Très répandu en Lombardie et plus généralement dans la moitié nord de l'Italie, c'est la forme plurielle de Morone, dérivé (augmentatif) de Moro (voir ce nom).
Moroux    Nom porté en Bretagne (56, 22, 44). C'est un sobriquet qu'on peut apparemment traduire par "morveux" (à rattacher à l'ancien français morveus). Variantes : Morous, Le Morous, Le Moroux.
Morrin    Variante de Morin (voir ce nom), le patronyme, très rare, semble avoir été surtout porté en Bretagne (29), en Basse-Normandie et dans l'Isère.
Morris    Variante du nom de baptême Maurice rencontrée notamment dans la Meuse. Diminutifs : Morrison, Morrisson, Morrisset.
Morrison    Désigne en anglais le fils de Morris, équivalent du prénom français Maurice.
Mortagne    C'est dans l'Orne et en Vendée que le nom est le plus répandu. On rencontre la forme voisine Mortaigne dans la Seine-Maritime et le Nord-Pas-de-Calais. Il désigne celui qui est originaire de l'une des nombreuses communes appelées Mortagne. Signification généralement donnée au toponyme : lieu peuplé par les Mauritani, qui seraient des mercenaires venus d'Afrique du Nord, ou domaine de Mauritanus, nom d'hommme latin.
Mortelette, Mortellette    Originaire du Nord-Pas-de-Calais, le nom est une variante (éventuellement matronyme) de Mortelet, Mortellet, apparemment diminutif de Mortel. L'adjectif mortel signifiait cruel en ancien français, c'est sans doute le sens du patronyme Mortel. A noter cependant que Mortelet et Mortelette sont aussi des noms de localités rencontrés en Belgique : Mortelet à Rongy (Hainaut) et Mortelette à Boussu-en-Fagne (province de Namur), à rattacher peut-être au moyen néerlandais moortel (= terre grasse).
Mortemousque    Nom rare porté dans le Sud-Ouest (24, 46, 47). Le sens est apparemment clair ("mouche morte"), encore que la présence de l'adjectif devant le nom soit rare en occitan. Peut-être un sobriquet difficilement compréhensible, peut-être aussi un toponyme, lui aussi peu clair. Un lieu-dit s'appelle Mousque morte à Lasbordes (11).
Mortenson    Sans doute d'origine danoise ou suédoise, le nom désigne le fils de Morten, patronyme correspondant à Martin. On trouve également en Scandinavie la forme Mortensen (Norvège, Danemark).
Mortet    Nom qui vient probablement de la Haute-Marne. Son sens n'est pas très clair, tout comme pour le patronyme Mort, dont il semble être un diminutif. Il est cependant assez probable que Mort soit une variante erronée du nom de baptême Maur. Lorédan Larchey (Dictionnaire des noms) signalait au XIXe siècle qu'il avait trouvé Mort comme nom de baptême dans un calendrier médiéval.
Morteveille    Porté dans la Sarthe et dans la Mayenne, désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Morteveille, ou encore Mortevieille, Morteville. Dans la région concernée, on pensera à Morteveille, hameau à Thimert-Gatelles (28). Le second élément du toponyme est -ville (domaine rural, puis agglomération). Le premier correspond apparemment à l'adjectif "morte", mais pourrait renvoyer aussi au nom de personne "Mauritius" (= Maurice).
Mortier    Patronyme très répandu dans le Nord-Pas-de-Calais (variante Mortiez). Désigne celui qui est originaire d'une localité portant ce nom (le Mortier, les Mortiers), très répandu dans la France du Nord. Sens du toponyme : lieu boueux, marécage.
Morton    Rencontré dans la Vienne, désigne celui qui est originaire de Morton, commune du même département. A noter que le nom de famille est également porté en Guadeloupe et à la Réunion.
Mortreuil    Nom porté en Normandie (76, 27), également présent en Picardie et dans le Nord sous la forme Mortreux. C'est une variante de Montreuil, toponyme très fréquent dans la région, issu du latin monasteriolum (= petit monastère). Il existe d'ailleurs dans le Nord un lieu-dit appelé Mortreux (commune de Jolimetz) sans parler des communes de Mortroux dans la Creuse et en Belgique (province de Liège). Le rapprochement fait depuis Dauzat avec un ancien plat appelé morteruel, mélange de pain et de lait, paraît inadapté.
Mortureux    Le nom est surtout porté dans la Côte-d'Or, où il est attesté au moins depuis le XVIe siècle. De même que Mortreuil est une variante de Montreuil, Mortureux devrait être une variante de Montureux, Monthureux, nom de diverses communes dans l'est de la France (Haute-Saône, Vosges). Sens du toponyme : petit monastère (voir Mortreuil).
Morvan    Nom de personne breton fréquent dans le Finistère. Mentionné sous la forme Morman dans le cartulaire de Redon, mais aussi Moruuan en 869, son interprétation est assez malaisée. Si le premier élément ("mor") signifie "grand" plutôt que "mer", le second peut être soit "man" (= pensée, âme), soit, selon Albert Deshayes, le vieux breton "uuan" (= poussée, assaut). Variante : Morvant (56). Diminutifs : Morvannic, Morvannou (29).
Morville    Surtout porté aujourd'hui dans les départements d'Outre-Mer, le nom était autrefois localisé dans un vaste secteur allant de la Moselle à la Picardie. Il désigne celui qui est originaire de Morville, nom de nombreuses localités françaises. Huit communes portent ce nom, sans compter plusieurs hameaux. Sens du toponyme : le domaine (villa) de Maurus, nom de personne latin.
Morvillier    Le nom est d'origine picarde, tout comme les variantes ou formes voisines Morviller, Morvillers, Morvillez, Morvilliers. Il désigne celui qui est origionaire d'une localité ainsi appelée, peut-être la commune de Morvillers, dans l'Oise. Sens du toponyme : le hameau, le village ("villier") de Maurus, nom de personne latin. À noter que deux autres communes s'appellent Morvilliers (10,28).
Morzière, Morzières    Nom porté dans le Cantal. Désigne celui qui est originaire de Morzières, lieu-dit situé dans la commune de  Cros-de-Ronesque (même département).
Mosca    Très répandu dans toute l'Italie (à l'exception de la Sardaigne, de la Calabre et de la Sicile), le nom évoque la mouche, les motivations du surnom étant incertaines : on pensera surtout à un individu de petite taille, éventuellement à un homme ennuyeux. Pluriel de filiation : Moschi (Toscane). Variantes méridionales : Musca (Lecce), Muscas (Sardaigne).
Moscati    Nom italien, pluriel de filiation de Moscato, qui semble évoquer un lieu où pousse le raisin muscat. Mais le mot ayant pu avoir d'autres significations au moyen âge, il convient de rester prudent.
Moscovici    Deux solutions pour ce nom à finale roumaine (variante : Moskovici) porté en principe par des juifs askhénazes. Soit celui qui est originaire de Moscou, soit plus probablement le fils de celui qui s'appelle Mosko (= Moïse dans les langues slaves). Les noms Moscovitch et Moscovitz ont la même signification, tout comme Moskovich, Moskovitch, Moskowich, Moskowicz, Moszkowicz, Moskowics, et bien d'autres variantes.
Moser    Nom allemand rencontré aussi en Autriche (et même en Italie). Chez nous on le trouve en Alsace-Lorraine. Désigne celui qui habite un lieu-dit Moos, Mos, toponyme très fréquent qui évoque un terrain boueux ou une tourbière. Une commune du Haut-Rhin s'appelle Moos. Variante : Mooser.
Moses    Forme surtout alsacienne de Moïse (hébreu mosheh), un personnage qu'il est inutile de présenter. Nom porté en principe par des juifs, mais on le rencontrait aussi au moyen âge comme nom de baptême chrétien. L'étymologie populaire biblique est : tiré (des eaux), du verbe mashah. Mais il est possible que ce nom dérive de la racine égyptienne m.s.i = être engendré (par Dieu).
Mosnay    Nom rencontré dans les Deux-Sèvres. Il s'agit certainement d'un toponyme. Désigne celui qui est originaire de Mosnay. On trouve la commune de Mosnay dans l'Indre, mais d'autres lieux-dits peuvent porter le même nom. A signaler également Mosnac, en Charente-Maritime. C'est un nom de domaine gallo-romain formé avec le suffixe -acum.
Mosnier    Porté dans le Puy-de-Dôme et les départements voisins (03, 43), le nom désigne un meunier. Variante : Mosnié (03).
Moss    Fréquent en Grande-Bretagne, le nom peut avoir deux sens différents : soit une autre forme de Moses (= Moïse), soit un toponyme signifiant tourbière.
Mossard    Nom présent dans la Loire-Atlantique, la Vendée et le Loir-et-Cher, ainsi que dans le Doubs. Sens incertain, comme pour Moussard et Mussard (voir ce nom).
Mossay    Porté dans le département du Nord et en Belgique, c'est sans doute un toponyme désignant un lieu humide, où pousse la mousse.
Mossion    Porté notamment en Charente-Maritime, pourrait être une variante de Maussion (voir ce nom). A noter un hameau ou une ferme appelé Chez Mossion à Meux (17).
Most    Si le nom est allemand ou alsacien, c'est l'équivalent du français "moût", employé en Allemagne pour désigner le vin doux ou le cidre (surnom éventuel de producteur ou de marchand, ou encore nom d'enseigne). S'il est polonais, ce qui est plus rare, il devrait correspondre au mot "most" (= pont) ou être, chez des Juifs askhénazes, un équivalent de Moshe (= Moïse).
Mostefaï    Nom arabe, dérivé de Mostafa (voir Mustapha pour le sens).
Mot    Le nom est surtout porté dans l'Ariège et l'Aude. L'interprétation de noms si courts est toujours malaisée. S'agit-il de l'adjectif "mot" qui signifie en occitan "émoussé, sans cornes" ? S'agit-il d'une forme courte d'un nom tel que Guillemot ? Difficile de savoir. En tout cas un hameau s'appelle Le Mot à Saint-Pé-Delbosc (31).
Motais, Mothais    Assez fréquent dans l'Ille-et-Vilaine, il s'agit sans doute d'un toponyme désignant une motte (colline naturelle ou artificielle sur laquelle était élevée une fortification).
Motard     Nom de personne d'origine germanique, Mothard (muot = esprit, âme + hard = dur), surtout porté en Poitou-Charentes (variante : Mothard). Avec le même sens : Mottard (71, 73, 85), Mottart (59, 08). Matronyme probable : Motarde (18).
Motellier    Les plus anciennes mentions situent le nom dans le Doubs, notamment à L'Isle-sur-le-Doubs. Sens incertain. Peut-être un dérivé de "motel, motelle", termes désignant en ancien français une petite butte (diminutifs de "motte"). À envisager éventuellement une déformation de Montellier, nom entre autres d'une commune de l'Ain (Le Montellier).
Motheau    Surtout porté aujourd'hui dans la Vienne, le nom était également présent autrefois dans les départements voisins (36, 37, 79) ainsi que dans l'Orne. Il s'agit en principe d'un toponyme avec le sens de petite butte, motte castrale (butte artificielle surmontée d'un château ou d'une tour). Formes similaires : Moteau (36, 86), Motteau (36, 94).
Motheron    Le nom est porté dans le Loir-et-Cher et le Nord-Pas-de-Calais. C'est un toponyme désignant une petite butte (motte castrale). Variantes : Motteron (41), Motron (78).
Mothré    Patronyme assez rare rencontré dans l'Yonne et dans l'Aube. On rencontre aussi la variante Motré (18, 36). Selon M.T. Morlet, c'est un nom de personne d'origine germanique, Modrad, Motrad (muot = esprit, âme + rad = conseil. Diminutif : Motret (18).
Motillon    C'est dans la Vienne et les Deux-Sèvres que le nom est le plus répandu. Il s'agit en principe d'un diminutif de 'motte', toponyme désignant une butte, souvent artificielle, sur laquelle s'élevait une fortification.
Motreff    Désigne celui qui est originaire de Motreff, dans le Finistère, à dix kilomètres de Carhaix. Sens du toponyme : sans doute un nom composé de moch (= porcs) et de treff (= hameau, village), autrement dit le hameau aux cochons.
Motte    Nom fréquent en France, notamment dans le Nord et en Normandie (76). Désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit (la) Motte, toponyme désignant une butte, souvent artificielle, surmontée d'une fortification. Variante plus rare : Mote (76). On trouve avec le même sens l'italien Motta.
Mottet    Diminutif de Motte (voir ce nom) porté notamment dans la Drôme et les départements voisins, rencontré aussi en Normandie. Variante : Mottey (71).
Mottier    Rencontré à la fois dans la Mayenne et en pays savoyard (variante Mottiez), le nom pourrait correspondre à l'ancien français motier (= qui doit le service de mote, de réparation des chaussées). Il me semble cependant plus vraisemblable d'y voir un nom de personne d'origine germanique, formé avec les racines mod = coeur, courage, et hari = armée.
Mottot    Le nom est notamment porté dans l'Aube. C'est un toponyme avec le sens de petite butte (en principe motte castrale, tertre isolé et souvent artificiel sur lequel était construite une fortification). Variantes et formes voisines : Motot (58, 71), Motteau, Moteau (36).
Moubarak    Nom de personne arabe, mubârak, qui signifie "celui qui est béni".
Mouchard, Mouchart    Ces noms se rencontrent surtout en Normandie et dans le Nord-Pas-de-Calais, également en Vendée. Leur sens n'a jamais été vraiment éclairci : difficile d'en faire des dérivés du mot mouche. Le rapport avec le verbe moucher est lui aussi peu convaincant. Peut-être, ce qui est phonétiquement possible en Normandie et en Picardie, des variantes de Mussard (voir ce nom). En pays catalan, Mouchart est une variante de Muxart, Muchart (voir ce nom).
Mouchati    Peut-être libanais, ce nom arabe assez rare. On peut en faire un dérivé de Chati (peut-être shâTi' = la plage, mais mu- n'aurait ici aucun sens), mais on pensera surtout à un dérivé de mushT (= peigne, archet).
Mouche     En pays catalan, il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Rien à voir avec la mouche, en effet. Autrefois, ce nom s'écrivait Muixa, mais il s'est curieusement francisé. Il faut le rattacher au catalan moix, qui peut avoir plusieurs sens. Employé comme nom, il désigne un chat. Comme adjectif, il signifie tantôt mou, abattu, tantôt hypocrite, trompeur (d'une fausse douceur, un peu comme le chat). Difficile de choisir entre les deux sens. Etymologie incertaine, vient peut-être du latin musteus (= relatif au moût, doux comme le moût). Si par contre le nom est français, c'est bien sûr un sobriquet lié à la mouche, et désignant vraisemblablement une personne agaçante.
Moucheboeuf    Le nom est surtout porté dans la Gironde. Variante : Mouchebeuf. C'est un surnom bizarre, qui désignerait en principe celui qui chasse les mouches autour des boeufs (moyen français "esmoucher", verbe cité par le dictionnaire de l'Académie en 1694 avec comme exemple "esmoucher un cheval"). A noter qu'un hameau s'appelle Moucheboeuf dans la commune du Fieu (33).
Mouchel    Très fréquent dans la Manche, désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit (le) Mouchel, toponyme évoquant une petite colline, un monceau (variante de moncel). De nombreux hameaux de la Manche s'appellent le Mouchel. Le nom de famille était si répandu à Saussemesnil et à Tourlaville qu'il a donné naissance à de nombreux noms composés : Mouchel dit Binet, Mouchel dit Desriettes, Mouchel dit Grainville, Mouchel dit Grosdos, Mouchel dit Hagard, Mouchel dit Labbé, Mouchel dit Leguerrier (ou Mouchel-Leguerrier), Mouchel dit Muscadin, Mouchel dit Simon, Mouchel dit Vallon (également Mouchel-Simon, Mouchel-Vallon), Mouchel-Finet, Mouchel-Cadet. Diminutifs : Mouchelet, Mouchelin (Normandie, Picardie).
Moucheron    Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique. Variantes : Moucheront, Mouqueron (Picardie). A priori, ce serait un sobriquet donné à un homme tout petit (comme un moucheron), mais il faut se méfier des apparences. Il y a en effet de fortes chances pour que le nom désigne celui qui est originaire de la ville de Mouscron, dans le Hainaut.
Mouchet    Porté notamment en Haute-Savoie et dans les Pyrénées-Atlantiques, le nom n'a sans doute rien à voir avec la mouche. C'est un toponyme fréquent dans ces régions (nom de plusieurs hameaux), mais le sens n'en est hélas pas bien clair.
Mouchnino    Nom juif séfarade qui était porté notamment dans l'Oranais. Variantes : Mosnino (Tunisie), Almosnino (sud de l'Algérie). Sens incertain : on a parfois proposé une origine arabe, le terme pouvant désigner un orateur. Une famille de rabbins nommés Almosnino vivait à Salonique au XVIe siècle.
Mouchon    Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais ainsi que dans la Haute-Loire. Dans le Nord (et en Belgique), il paraît correspondre au wallon mouchon (= oiseau). Dans le Velay, on pensera plutôt à un toponyme, sans doute avec le sens de colline, hauteur. Un hameau s'appelle le Mouchon à Montagny (42).
Mouchoux    C'est un nom surtout porté dans l'Yonne et dans l'Ille-et-Vilaine. On le trouve aussi dans le Sud-Ouest sous les formes Mouchou, Mouchous. Dans cette région, c'est un toponyme, nom de plusieurs hameaux béarnais (également Mouchous à Estadens, 31). Par contre, dans les pays de langue d'oïl, il est difficile de se faire une idée : dans son dictionnaire, M.T. Morlet propose celui qui a la morve au nez et qui se mouche tout le temps.
Mouchtir    Porté notamment au Maroc, le nom est formé sur la racine arabe sh.T.r (= partager en deux, acheter). Son sens précis ne m'est pas connu.
Mouclier    Originaire de Charente-Maritime, le nom est un dérivé du mot moucle, qui désigne la moule dans cette région (latin musculus). Sans doute un mytiliculteur, à condition que ce métier ait existé au moyen âge.
Moudat     voir Modat.
Mouffrais    Variante de Mauffray (voir Maufroy), le nom semble avoir toujours été extrêmement rare (une mention à Saint-Judoce, 22, au XIXe siècle).
Mouflette    Le nom est surtout présent dans l'Oise, où on trouve plus souvent la forme Mouflet. Sens incertain : l'adjectif "mouflet" est attesté en ancien français avec le sens de "tendre, mollet" (notamment pour le pain), sens conservé en picard pour l'adjectif "mouflu". Un mouflet était aussi un camouflet, une gifle. Une mouflette était une petite moufle. En dehors de son sens actuel, le mot "moufle" a aussi désigné une meule de blé ou un gros visage arrondi. Difficile de faire un choix !
Mougeat    Tout comme Mougeot, c'est un hypocoristique de Demouge, forme lorraine du prénom Dominique. Le nom est porté dans les Vosges et la Meurthe-et-Moselle.
Mougenot    Porté notamment dans la Haute-Saône et dans les Vosges, c'est un diminutif de Mougin (voir ce nom). Autres diminutifs voisins, portés dans la même région : Mougené, Mougenel, Mougenet, Mougenez.
Mougeot    Diminutif de Demouge (= Demange = Dominique) très répandu dans les Vosges. Variante ou matronyme : Mougeotte.
Mougin    On rencontre ce nom dans le Doubs et dans les Vosges. C'est un diminutif de Mouge, qui est lui-même un hypocoristique formé par aphérèse sur Demouge, variante de Demange (= dimanche, mais surtout Dominique). On trouve aussi dans les Vosges le matronyme Mougine et les diminutifs Mouginet (également dans le 54) et Mouginot.
Mouhat    Nom de famille porté surtout dans le Territoire de Belfort. Pour le sens, voir Mouhot.
Mouhot    Patronyme porté dans le Doubs, de sens incertain. Pourrait désigner celui qui grimace, ou qui se moque (de l'ancien français moe = lèvre, bouche. A noter qu'au moyen âge faire la moue signifiait se moquer).
Mouillaud    Le nom est porté dans le Puy-de-Dôme et les départements voisins (variante : Mouilhaud). C'est un toponyme désignant un lieu humide, marécageux. Formes voisines : Mouillaux (26, 87, 15), Mouilleau (85, 44).
Mouillefarine    Un joli surnom, rencontré dans l'Aube, qui désigne sans doute un mauvais meunier, coupable de mouiller la farine pour tromper les paysans sur le poids de la mouture.
Mouilleron    Porté en Charente-Maritime et en Loire-Atlantique, désigne celui qui est originaire d'une localité portant ce nom. On pensera notamment aux communes de Mouilleron-le-Captif et Mouilleron-en-Pareds (85), ou encore au hameau de Mouilleron à Royan (17) et à celui de la Ville-ès-Mouilleron à Pornichet (44). Sens du toponyme : diminutif de "mouillère" (= pré humide, marécageux). Ce dernier mot est à l'origine des noms de famille Mouillère (53, 49) et Mouillères (81, 31).
Mouillet    Le nom est surtout porté dans la Haute-Marne. C'est en principe un toponyme désignant un terrain humide, marécageux. On trouve la forme voisine Mouilley dans l'Aube.
Moujart    Porté dans la Charente, le nom s'écrit aussi Moujard. Il semble originaire de Lorraine (54), où on trouve les formes voisines Moujeard, Mougeard. Dans ce cas, il correspond au prénom Dominique (voir Mougeot).
Moukhtafi    Nom arabe rencontré aussi sous les formes El Moukhtafi, Mukhtafi, El Mukhtafi. Il semble plus fréquent au Proche-Orient qu'en Afrique du Nord. Je n'en connais pas le sens.
Moulaine    Nom surtout porté dans le Lot. On trouve la variante Mouleine dans le Cantal. C'est un toponyme désignant une fondrière, un marécage (occitan molena).
Moulard    Le nom de famille est fréquent dans la Loire, où c'est une variante de Molard, toponyme désignant dans la région Rhône-Alpes un tas de pierres ou une colline arrondie. Mais on le rencontre aussi dans d'autres départements, en particulier la Mayenne, l'Eure-et-Loir et le Nord (dans ce département on trouve les variantes Moulaert et Moulart, ainsi que la forme Moularde). Le sens en est forcément différent, mais il n'est pas clair. On peut penser au mot "molard", attesté par le dictionnaire de Godefroy avec le sens de "rémouleur". Pour les Moulard du Nord et de Belgique, Herbillon et Germain (voir bibliographie) proposent un terme dialectal désignant un homme mou, sans vigueur, mais envisagent aussi Moulard, localité du Hainaut proche de la frontière française. À noter aussi l'existence, dans l'Eure-et-Loir, de la commune de Moulhard et d'un écart appelé Moulard à Saint-Hilaire-sur-Yerre (Mollehart en 1200).
Mouleyre    Surtout porté dans la Haute-Loire, c'est un toponyme évoquant un pré marécageux (une mouillère). A noter dans la Haute-Loire de nombreux lieux-dits et deux hameaux, à Saint-Étienne-Lardeyrol et à Saint-Pierre-Eynac. Le toponyme est également très répandu dans le Bordelais.
Moulhade    Nom porté dans la Haute-Loire. Variantes : Moulhiade, Mouilhade. On trouve les formes Mouillade et Mouliade dans l'Aveyron. Dans la Haute-Loire, il désigne celui qui est originaire de La Moulhiade, hameau à Chomelix, lieu déjà mentionné au XIIe siècle (La Mollada, vers 1180). Sens du toponyme : lieu marécageux.
Moulin    Fréquent en Ardèche, le nom désigne par métonymie un meunier, ou encore celui qui habite auprès d'un moulin.
Moulinard    C'est dans la Haute-Vienne que le nom est le plus répandu. Il désigne celui qui habite un lieu-dit (le) Moulinard, dérivé de "moulin". Pour la Haute-Vienne, on pensera au hameau de Moulinard à Boisseuil. Forme voisine : Moulinat (23),
Moulinas    Le nom est porté en Provence (13, 84). C'est un toponyme ayant désigné un grand moulin, peut-être une forge. De très nombreux hameaux s'appellent (le) Moulinas. Dans le Vaucluse il en existe deux, à Camaret-sur-Aigues et à Uchaux.
Moulineau    Porté en Vendée et en Poitou-Charentes, c'est un toponyme avec le sens de "petit moulin". Pour la Vendée, on notera des hameaux portant ce nom à Sallertaine et à Talmont-Saint-Hilaire. Variante : Moulineaud (17). Avec un autre suffixe : Moulinot (Bourgogne).
Moulinec    Assez rare et porté surtout dans le Finistère, c'est un diminutif de Moulin (= le petit moulin).
Moulineuf    Porté notamment dans la Sarthe (variante : Moulinneuf), désigne celui qui habite un lieu-dit Moulineuf (= le moulin neuf), nom de divers hameaux, notamment dans le Loir-et-Cher. Rencontré dans la Creuse, le nom Moulinjeune paraît avoir le même sens : un hameau s'appelle Moulin-Jeune à Saint-Pierre-Chérignat (23).
Moulinier, Molinier    Nom occitan. Voir Moliné, Moliner.
Moullec    Nom breton porté dans le Finistère (varante : Moulec). Voir Le Moullec pour le sens.
Moulon    Surtout porté dans le Cher, c'est un toponyme, nom de diverses communes dans la Gironde, le Loiret (Moulon) et la Charente-Maritime (Moulons), également cours d'eau dans le Cher (cf. la commune de Saint-Georges-sur-Moulon).
Mouloud    Nom de personne arabe qui peut signifier nouveau-né (mawlûd), mais qui désigne la plupart du temps un enfant né lors de la fête du mawlid (arabe dialectal mûlûd), cérémonies précédant l'anniversaire de la naissance du prophète Mohammed.
Mouls    Surtout porté dans l'Aveyron, c'est en principe un toponyme désignant un lieu humide, marécageux (occitan mol, molh).
Mounal    C'est dans le Lot que le nom est le plus répandu (reste à savoir s'il en est vraiment originaire). En général, les noms commençant par Moun- dans le Sud-Ouest sont des diminutifs avec aphérèse de Ramon (= Raymond). Mais la finale -al montre qu'on a plutôt affaire à un adjectif. Peut-être une aphérèse de "comunal", avec le sens de bois communal. En tout cas, un bois s'appelle le Mounal à Chaumeil (19).
Mounger    Variante américaine du nom anglais Monger, qui désigne un marchand (également Manger, Munger, en allemand Manger, Menger).
Mounié    Variante de Monier, Mounier (= meunier) portée notamment dans l'Aude et le Tarn-et-Garonne.
Mounier    Nom fréquent en Ardèche. Pour le sens, voir Monier.
Mounim    Nom de personne arabe (mun`im) signifiant "celui qui donne, qui accorde sa grâce". C'est l'un des noms divins, et il s'emploie assez rarement seul. On trouve plus fréquemment le nom composé Abdelmounim (= serviteur de Dieu le bienfaiteur).
Mounir    Ecrit également Munir, c'est un nom de personne arabe qui signifie 'lumineux' (munîr). C'est l'un des qualificatifs du prophète Mohammed, appelé sirâj munîr (= flambeau lumineux). Dérivé : Mouniri.
Mounissens    Porté en Gironde, devrait désigner celui qui est originaire de Mounissens, hameau à Saint-Pierre-d'Aurillac (33).
Mouquet    Fréquent dans la Seine-Maritime et la Somme, c'est peut-être un diminutif de Mouque, forme picarde ou normande de Mouche, surnom dont on pense qu'il a été donné à celui qui est importun comme une mouche. A noter cependant des hameaux ou lieux-dits (le) Mouquet à Bénarville, Gueures et Barentin (76), ainsi qu'à Ovillers-la-Boisselle (80). Le toponyme pourrait avoir le sens de petite colline.
Moura    Fréquent en pays gascon, c'est un toponyme masculin (cf. les formes Dumora, Dumoura) désignant un lieu humide, marécageux (latin "mollis" = mou). On le rencontre aussi dans le Nord-Pas-de-Calais où, bien que n'ayant pas la même étymologie, il semble avoir le même sens (ancien picard "moure" = marais).
Mouracas    Apparemment c'est une graphie erronée de Mouragas, variante du patronyme catalan Moragas (voir ce nom).
Mourad    Nom de personne arabe. Signifie 'celui qui est désiré, recherché' (murâd). Dérivé : Mouradi. Variante : Murad.
Mouradian    Patronyme arménien, désigne le fils de Mourad, nom de personne d'origine arabe (voir ce nom).
Mouragues     voir Moragas.
Mourain    Nom porté en Vendée, également présent dans l'Aisne et les Yvelines. Sans doute un surnom donné à celui qui a le teint brun (dérivé de More = maure), ou tout simplement une variante de Maurin, Morin.
Mouraire    Assez rare, le nom est notamment porté dans le Cantal. Il est plus fréquent sous la forme Muraire (83, 04, 06), et devrait désigner un maçon.
Mourareau    Nom surtout porté dans l'Ariège. Variantes : Mourarau, Mourareu, Morarau, Morareau. C'est un diminutif de Morer (= le mûrier).
Mourcou    Nom très rare porté dans le département du Nord. Il paraît désigner celui qui est originaire de Mourcourt, village belge du Hainaut dont le nom wallon est Mourcou.
Moureau    Variante de Moreau (voir ce nom) porté en Saône-et-Loire, ainsi que dans le Morbihan et la Loire-Atlantique. Variantes ou formes voisines : Moureaud, Moureaux (56 surtout), Mourot (54, 88), Mouraud (44), Mouraut (56), Mouraux (39).
Mourenas, Mourénas    Nom porté dans les Hautes-Alpes et dans le Vaucluse (variante : Morénas). Désigne dans la plupart des cas celui qui est originaire de Mornas, commune du Vaucluse renommée pour son château-fort. Mais le toponyme se rencontre dans d'autres endroits (cf le lieu-dit le Morenas à Saint-Laurent-en-Royans, dans la Drôme). La commune de Mornas est mentionnée sous la forme Morenatus en 818. Sens du toponyme : soit un lieu où poussent les ronces, les mûres, soit un dérivé du nom de personne latin Maurus, soit encore la racine pré-indo-européenne mor-, évoquant une hauteur, un rocher (cette dernière solution est généralement retenue par les spécialistes).
Mouréreau    Nom assez rare rencontré dans le Var, l'Aude et l'Hérault. Apparemment un diminutif de Mourer, Mourère, désignant un lieu où abondent les mûres, les ronces.
Mouret    Très fréquent dans toute la France méridionale, le nom est un diminutif de More (latin maurus = noir comme un maure), souvent utilisé comme nom de baptême.
Mourez    Nom surtout porté en Franche-Comté. Comme pour tous les noms en Mor-, Mour-, on peut hésiter entre deux solutions : soit un diminutif de More (= brun comme un maure, éventuellement prénom Maur), soit un lieu où pousse le mûrier. Variante : Mourey.
Mourgues    Nom fréquent dans la Lozère et le Gard, également porté dans le Sud-Ouest (47 notamment). Forme singulière : Mourgue (07, 43). C'est un toponyme très répandu dans les pays de langue d'oc (plusieurs dizaines de hameaux). Le mot morgue désigne en occitan un moine, et il doit s'agir de lieux ayant possédé autrefois un petit établissement monastique.
Mourier    Originaire ou habitant du lieu-dit (le) Mourier, qui désigne un endroit où les mûres sont abondantes. On rencontre le patronyme dans de nombreuses régions de France, notamment aux confins du Massif Central (07, 42, 87), mais aussi dans la Somme, où il pourrait désigner celui qui est originaire de Mouriez (commune du 62). C'est également en Picardie que l'on rencontre le nom Dumouriez. Attention cependant, car le toponyme picard a un sens tout différent : il signifie le mont de Richier (Mons Ricarii au XIIe siècle).
Mouriès    Le nom est porté en Provence (13, 84) ainsi que dans le Tarn. Variante : Mouriez (13, 83). Il désigne dans la plupart des cas celui qui est originaire de la commune de Mouriès (13), d'autres lieux-dits ayant pu porter le même nom. Signification du toponyme : lieu où poussent le mûrier ou les ronces.
Mouriquand    Nom rare porté dans la Drôme et le Vaucluse. On trouve aussi la variante Moriquand dans le même secteur géographique (26, 38). Il s'agit d'un diminutif de More, qui désignait celui qui avait le teint brun comme un maure. C'est l'équivalent dauphinois de moricaud (qui existe lui aussi comme nom de famille), qui n'avait alors aucune valeur péjorative.
Mourizard    Le nom est porté dans le Vaucluse. Variantes : Mourisard, Mourizat. Sans doute un dérivé de Mourize, une des formes du prénom Maurice. À noter l'existence d'un hameau Mourisard à Sorgues (84). Le nom Mourize est pour sa part porté dans le Centre et la Moselle.
Mourlane    Originaire des Pyrénées-Atlantiques, le nom s'écrit aussi Mourlanne, Morlane, Morlanne. C'est un toponyme, peut-être la commune de Morlanne (64), mais il existe plusieurs hameaux portant ce nom, par exemple Mourlane à Arudy (64) et à Gabarnac (33). Le sens du toponyme est incertain.
Mourlevat    Nom porté dans la Loire et le Puy-de-Dôme, rencontré aussi dans le Jura. Variante : Morlevat (71, 58). Surnom donné à un personnage vaniteux. C'est le participe passé du verbe occitan morlevar (être vaniteux, mot à mot lever le museau).
Mourlot    Le nom est surtout porté dans la Haute-Saône, où il était déjà assez fréquent au XVIIe siècle. Sens probable : diminutif de Morel (voir ce nom), équivalent de Morelot.
Mourocq    Le nom est porté dans la Manche. Il semble désigner celui qui est originaire de Mourocq, hameau à Tessy-sur-Vire, dans le même département (sens possible : mauvais rocher). On notera cependant que le nom était porté à Guingamp (22) au début du XVIIe siècle. Une origine bretonne renverrait sans doute au mot "morhoc'h" (= marsouin, dauphin).
Mouron    Porté notamment en Saône-et-Loire (variantes : Mouront, Mourron), désigne celui qui habite (le) Mouron, toponyme assez courant en Bourgogne, avec le sens de sommet rocheux. C'est d'ailleurs le nom d'une commune, Mouron-sur-Yonne (58).
Mourthé    Rare et porté dans les Pyrénées-Atlantiques (variante : Morthé), ce devrait être un toponyme. Deux hameaux s'appellent Mourthé, à Amou et à Horsarrieu (40). Sens incertain.
Mouscardes    Ou Mouscardès, Mouscardés. Le nom est surtout porté dans le Landes. C'est un dérivé du gascon "moscart", qui désigne le taon, sans doute un toponyme désignant un lieu où il y a beaucoup de taons. On pensera d'abord à la commune de Mouscardès (40), mais un hameau porte également ce nom à Gamarde-les-Bains (40). À noter aussi le nom voisin Mouscardits (64), qui a le même sens. Un hameau s'appelle Mouscardis à La Bastide-Clairence (64).
Mousel    Porté autrefois dans le département de la Moselle, également présent en Belgique et au Luxembourg, le nom s'écrit aussi Musel, Mosel, et devrait évoquer la rivière de la Moselle (allemand Mosel).
Mousis    Le nom est porté dans les Pyrénées-Atlantiques. Variante : Mousist (en composition : Mousist-Tuya). Je n'en connais pas le sens.
Mousli    Nom de personne arabe, sans doute graphie simplifiée de Mouslih (arabe muSliH, celui qui cherche à réconcilier, à faire le bien. Source : Geoffroy, le Livre des prénoms arabes). A envisager aussi : celui qui est originaire de Mossoul, en Irak (arabe al mawSil, dérivé du verbe waSala = unir, réunir, le nom étant apparemment lié à la présence d'un pont joignant les deux rives du Tigre).
Mousnier    Déformation de Mounier, un nom qui correspond à la profession de meunier. On rencontre les Mousnier dans le Périgord, le Limousin et en Vendée.
Mousny    Le nom est surtout porté dans l'Oise. On trouve la forme Mouny dans l'Aisne. Il devrait s'agir d'une forme wallonne correspondant au métier de meunier.
Moussa    Nom de personne arabe très répandu (mûsâ) qui correspond au personnage biblique de Moïse (hébreu mosheh). Dérivé : Moussaoui (celui qui appartient à la famille ou à la tribu de Moussa).
Moussac    Le nom est surtout porté dans la Vienne et dans le Rouergue ou le Quercy (12, 82 notamment). Il désigne celui qui est originaire de Moussac, nom de deux communes (dans le Gard et la Vienne) et de divers hameaux : à Coupiac et à Roquefort-sur-Soulzon (12), à Charme (16), à Masclat et à Payrignac (46), à Anthe (47), à Touffailles (82), à Montmorillon et à Saint-Romain (86). Sens probable du toponyme : le domaine de Mottius, nom de personne latin.
Moussard    Outre Paris, le nom se rencontre surtout dans le Morbihan et la Haute-Saône. Plutôt qu'à un dérivé du mot 'mousse' (endroit moussu, humide), on pensera à une variante de Mussard (voir ce nom). Voir aussi Mousseau.
Moussay    Surtout porté dans la Mayenne, désigne celui qui est originaire d'une localité portant le même nom. On pensera notamment à la commune de Moussé, dans l'Ille-et-Vilaine.
Mousseau    Diminutif de "mousse", mais surtout variante de "monceau" (= petite colline), c'est le plus souvent un toponyme. Mais dans certaines régions, le nom a pu désigner dès le Moyen Âge un apprenti, un domestique (voir Moussou). Le nom est fréquent en Poitou-Charentes, dans le Maine-et-Loire et en Vendée. Variantes : Moussaud, Moussault, Mousseaud, Mousseault, Mousseaux.
Moussel    Nom porté en Normandie (14, 27, 61) et en Franche-Comté (25). C'est un toponyme désignant le plus souvent une petite colline (variante de "moncel, monceau"), très répandu dans l'Eure (hameaux à Lieurey, Bois-Anzeray, La Guéroulde, Arnières-sur-Iton, Vernon, Marcilly-la-Campagne).
Mousset    Fréquent dans les Deux-Sèvres (également 45, 17, 41, 72, 42), c'est un toponyme très répandu désignant peut-être un lieu humide, où pousse la mousse, mais on pensera aussi à une variante de "moncet" (= petite colline).
Moussey    Désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Moussey. C'est le nom de trois communes (10, 57, 88), mais, vu la localisation du patronyme dans le Lyonnais, on pensera plutôt à un lieu-dit de la commune de Villeneuve-de-Marc (38). Moussey peut aussi être une variante de Moussy (voir ce nom).
Moussière    Le nom est surtout porté dans l'Allier, où on trouve aussi la forme Moussier. On le rencontre également dans la Loire et l'Ardèche. C'est un toponyme très fréquent désignant un lieu humide, où pousse la mousse. L'équivalent Moussié est surtout présent dans le Lot.
Mousson    C'est dans la Creuse que le nom est le plus répandu, mais on le trouve aussi dans l'Allier et dans les Côtes-d'Armor, ainsi que dans d'autres régions. Il s'agit le plus souvent d'un toponyme désignant un lieu humide, où pousse la mousse.
Moussou     Un nom catalan en voie de disparition, qui correspond au catalan mosso, désignant un domestique chargé d'une tâche précise, ou un ouvrier agricole habitant la propriété où il travaille. Au départ, il avait simplement le sens de jeune homme, apprenti. Vient du castillan mozo (= garçon) qui a donné aussi le nom masculin français mousse.
Moussy     Patronyme désignant une personne originaire de Moussy. On n'a que l'embarras du choix, car beaucoup de communes portent ce nom : il y en a dans la Marne, la Nièvre et le Val d'Oise, mais aussi en Seine-et-Marne (Moussy le Neuf et le Vieux) et dans l'Aisne (Moussy-Verneuil). Comme la plupart des toponymes en -y, c'est au départ un nom de domaine gallo-romain comportant le suffixe -acum, accolé à un nom de personne (ici Muscius ou Mussius).
Mousty    Le nom est porté en Haute-Garonne, mais on le rencontre aussi dans les Ardennes et la Moselle. Dans tous les cas, il s'agit d'une variante de 'moustier' (= monastère), et donc d'un toponyme devenu nom de famille.
Moutard    Nom rencontré surtout dans l'Indre et dans l'Yonne. Désigne par métonymie un fabricant ou un marchand de moutarde. Le mot est attesté depuis le début du XIIIe siècle. Variantes : Moutarde (08, 77, 23), Moustard (10), Moustarde (19, 50), Mouterde (01, 69). Le métier est également indiqué par les noms Moustardier (30, 34, 78) et Moutardier (37, 89).
Moutarlier    Le nom est surtout porté dans le Doubs (également 80, 76). Il devrait s'agir d'une variante de Montarlier, désignant celui qui est originaire de Montarlier, hameau de la commune de Courlans (39), également lieu-dit à Longeville (25).
Moutat    Le nom est porté dans l'Allier et le Cher. Il est certainement lié au hameau des Moutats, à Viplaix (03), village situé à la limite de ces deux départements. Reste à savoir si le nom de famille est antérieur au hameau. Il semble de toute façon qu'on ait affaire à un toponyme (divers hameaux d'autres départements s'appellent "le Moutat") désignant une petite éminence (diminutif de "motte").
Moutawakil    Nom arabe également écrit Moutawakkil, El Moutawakil, El Moutawakkil. Il correspond à l'arabe "mutawakkil" (= celui qui place sa confiance en Dieu).
Moutelière    C'est dans l'Ille-et-Vilaine que le nom, rare aujourd'hui, a toujours été le plus répandu. Il désigne celui qui est originaire de La Moutelière, nom de hameaux à Durtal et La Chapelle-Saint-Laud (49), ou encore à Saint-Denis-d'Orques (72). À noter aussi La Moutellière à Coulimer (61), et sans doute d'autres lieux-dits. Sens probable du toponyme : terrier de fouine ou de belette (ancien français "mostoile", puis "moustele").
Mouth    Porté dans la Moselle, c'est une forme francisée de Muth (voir ce nom).
Moutoir    Le nom est assez rare, on le trouve notamment dans la Somme mais ce n'est pas forcément la région d'origine. C'est un toponyme ayant le sens de monastère (autre forme : Moustoir), rencontré plutôt dans l'Ouest.
Mouton    Le nom est très répandu dans le Nord-Pas-de-Calais. Deux possibilités : soit celui qui est doux ou frisé comme un mouton (également gardien de moutons), soit un hypocoristique du prénom Jacques (Jacquemot, Jamot > Jamouton > Mouton). Variante : Mouthon (74, 88).
Moutonnet    Surtout porté en Picardie, le nom y est un diminutif de Mouton (voir ce nom). On rencontre aussi le nom de famille en Provence, soit avec le même sens, soit plutôt comme toponyme (= petite colline, diminutif de "mont"). Des hameaux s'appellent le Moutonnet à Grignan (26) et à Notre-Dame-des-Millières (73).
Moutoussamy    Le nom est porté dans les départements d'Outre-Mer (974, 972, 971). Variantes : Moutousamy, Moutoussany, Muthusami, Muthusamy. C'est l'un des nombreux noms composés d'origine indienne (sans doute tamoul) formés sur le mot "muthu" (= perle). Sens possible : le maître des perles.
Moutreux    Variante de Montreux, c'est un toponyme ayant le sens de petit monastère (latin monasteriolum). On pensera évidemment aux diverses communes de Montreux (54, 68, 90). C'est dans la Meurthe-et-Moselle et l'Ille-et-Vilaine que le nom est le plus répandu.
Moutrille    Nom très rare porté en Bourgogne (21). Ce devrait être l'équivalent de formes telles que Moutreuil (72, 61), toponyme avec le sens de petit monastère.
Mouttet    On rencontre le nom surtout dans le Sud-Est (13, 83). Tout comme Mottet (26, 42, 76), c'est un diminutif de Motte (voir ce nom).
Mouveau    Nom surtout porté dans le Nord. Variantes : Mouvaux, Mouveaux et sans doute Mouvault. Désigne celui qui est originaire de la commune de Mouvaux (écrit aussi Mouveaux), entre Lille et Roubaix.
Mouy    Le nom est surtout porté dans le Pas-de-Calais et la Somme. Variante : Mouys. Il devrait désigner celui qui est originaire de Mouy, nom d'une commune de l'Oise (également village en Seine-et-Marne).
Mouyart    Nom porté en Belgique. C'est une forme francisée de Moeyaert, Moyaert, surnom flamand appliqué à un personnage prétentieux (moyen néerlandais mooyaert).
Mouynet    Surtout porté dans la Haute-Garonne, le nom s'écrit aussi Moynet. Il semble s'agir d'un diminutif de "moine" (voir Lemoine).
Mouysset    Le nom est assez fréquent dans l'Aveyron et le Tarn. Variantes : Moisset, Mouisset (81, 82). Il désigne en occitan celui qui a les oreilles courtes (dérivé de "moisse" = raccourci, écourté), mais surtout l'émouchet et diverses variétés de faucons et d'éperviers. On pensera aussi à un toponyme dérivé de "moisse" (= lieu humide).
Mouzet    Le nom est surtout porté dans la Creuse, on le rencontre aussi dans la Marne. Sens incertain. Selon le dictionnaire de M.T. Morlet, c'est une variante régionale de Mouret (voir ce nom).
Mouzon    Le patronyme est porté dans la Meuse (également 51, 52). Il désigne celui qui est originaire de Mouzon, commune des Ardennes, ou d'un hameau portant le même nom. Le toponyme est un dérivé de Meuse (le fleuve arrose la commune).
Moxel    Nom rare porté dans le Bas-Rhin. Sens obscur.
Moy    Nom très fréquent en Bretagne (22), où il correspond à un ancien nom de personne (Moe) dont l'étymologie est obscure, et qui semble avoir été porté par un saint local. On trouve aussi le patronyme en Picardie, où il désigne celui qui est originaire de Moy, commune de l'Aisne (latin Modiacum, ancien nom de domaine gallo-romain). Enfin, en Roussillon, il correspond à Moll (voir ce nom).
Moyà    Deux possibilités pour ce nom catalan : soit un ancien nom de baptême (voir Moyano), soit celui qui est originaire de Moyà (province de Barcelone).
Moyano    Fréquent en Espagne, c'est sans doute un ancien nom de baptême issu du latin Modianus (à l'origine de l'italien Modiano), lui-même dérivé de Modius (latin modus = mesure). Autre possibilité : celui qui est originaire de Moya ou Moyà, nom de plusieurs localités espagnoles.
Moyen    Les localisations anciennes de ce patronyme sont très variables, ce qui entraîne des sens sans doute différents. En Lorraine, on pensera à celui qui est originaire de la commune de Moyen (54). Il existe une localité du même nom en Belgique (province de Luxembourg). Dans bien des cas, cependant, il doit s'agir d'un surnom permettant de situer un enfant dans la hiérarchie familiale.
Moyenin    Porté dans l'Ain et souvent écrit Mognenin au XVIIe siècle, désigne celui qui est originaire de Mogneneins, commune du même département. Au moins deux explications pour le toponyme : le domaine de Muniawin, nom de personne germanique non recensé, ou encore le domaine de Modoinus, autre nom germanique. Les divers auteurs s'accordent à voir dans la finale le suffixe -ingos, lui aussi germanique, servant à former des noms de domaine. Première mention : Villa Moianinca (923-26).
Moyenneville    Désigne celui qui est originaire de Moyenneville, nom de communes dans la Somme, l'Oise et le Pas-de-Calais. Deux sens possibles : 1. La ville, le domaine situé au milieu, sans doute entre deux autres agglomérations. 2. Le domaine de Medon, nom de personne germanique. Ce second sens semble à retenir au moins pour la commune du Pas-de-Calais (Medonivilla en 680).
Moyer    Le nom est porté dans le Centre (41, 37). Il a dû désigner un métayer (dérivé de l'ancien français "moie" = moitié). Un hameau s'appelle Moyer à Verrie (49), d'autres La Moyère à Dangy (50) et à Peze-le-Robert (72), ou encore Moyère à Saint-Pierreville (07). Ce dernier lieu semble à l'origine du nom de famille Moyère, lui aussi porté dans l'Ardèche. Autre nom voisin : Moyerie (69).
Moynier    Surtout porté dans les Hautes-Alpes (également 13, 04, 30, 34), le nom désigne un meunier, sens que lui donne Mistral dans son Trésor du Felibrige.
Moyon    Surtout porté dans la Loire-Atlantique et la Seine-Maritime, le nom devrait désigner celui qui est originaire de la commune de Moyon, dans la Manche. Sens probable : le domaine de Modius, nom d'homme latin.
Moysan    Fréquent dans le Finistère, c'est l'ancien cas-régime de Moïse (voir ce nom), utilisé en Bretagne comme nom de baptême. Variantes : Moyzan, Mozan, Moisan, Moizan, Moizant, et sans doute aussi le savoyard Moizand.
Moyse    Variante de Moïse (voir ce nom) portée surtout en Franche-Comté (25), rencontrée aussi en Bretagne.
Moyset    C'est un diminutif de Moyse (voir ce nom) surtout rencontré dans le Val-d'Oise, mais qui était autrefois très présent dans l'Est (88 notamment) et pourrait, comme Moyse, venir de Franche-Comté.
Mozet    Surtout porté dans les Ardennes, désigne celui qui est originaire de Mozet, localité belge de la province de Namur, dans la vallée du Samson.
Mozzi    Nom italien apparemment formé avec la terminaison -i sur Mozzo, qui signifie jeune garçon, puis plus tard domestique, apprenti, mais dont l'apparition dans la langue semble tardive. On envisagera donc aussi un hypocoristique de Giacomo, à partir d'une forme Giacomozzi. la forme Mozzo se rencontre surtout en Vénétie, tandis que les Mozzi sont plutôt lombards.
Mozziconacci    Nom assez répandu en Corse, notamment à Sartène. C'est un dérivé péjoratif du mot "muzzicone", qui désigne un trognon, un moignon, un tronçon, une souche. Reste à savoir si on a affaire à un sobriquet (surnom de manchot ?) ou à un éventuel toponyme.
Mrabet, El Mrabet    Nom arabe qui correspond à mrâbt, forme dialectale de murâbit = sacré, également homme pieux, saint, ermite (mais aussi cigogne, animal autrefois sacré). On retrouve le sens d'ermite dans l'italien Morabito. Le nom est également à l'origine des deux principaux sens du français marabout (religieux ou oiseau).
Mrejen    Nom porté par des Juifs originaires du Maroc. Il devrait correspondre à l'arabe "marjân", qui désigne le corail, et dont "mrîjan" est un diminutif.
Mroz    Très fréquent en Pologne, c'est le plus souvent un hypocoristique du prénom Ambrozy (= Ambroise). A envisager aussi le polonais 'mroz' (= givre), surnom possible pour un homme aux cheveux blancs. Dérivés : Mrozek, Mrozik, Mrozinski, Mrozowski.
Muchart    Nom porté en Roussillon, c'est un dérivé de moix (voir Mouche). Sobriquet désignant quelqu'un de malin, qui trompe facilement son monde.
Mucig    Bien que surtout porté dans le Gers, ce nom semble avoir une autre origine géographique. Il devrait s'agir d'une variante de Mussig, désignant celui qui est originaire de la commune de Mussig, dans le Bas-Rhin.
Muck    Le nom est surtout porté en Alsace (variante : Mucke), on le rencontre aussi dans le Territoire de Belfort et en Belgique. Il correspond en principe à l'allemand Mücke (= mouche, moucheron), surnom probable pour un homme tout petit ou pour un importun. Autre possibilité : surnom d'un homme capricieux (allemand Mucke = caprice).
Muckensturm    Porté en Alsace, désigne celui qui est originaire de Muggensturm, petite ville allemande de Bade-Wurtemberg située non loin de Strasbourg. Graphie déformée : Muckensturn. En composition : Muckensturm-Haegeli. Le toponyme semble évoquer un lieu abondant en mouches (Mücken = mouches + Sturm = assaut), mais il s'agit visiblement d'une déformation, la première graphie connue étant Mugetstrum (1193).
Muet    C'est dans l'Isère que le nom a toujours été le plus répandu. Même s'il faut se méfier des solutions trop faciles, il semble s'agir du surnom d'un muet. Il existe certes un hameau appelé "le Muet" à Montaud (38), mais ses formes anciennes (Les Muets, Les Muis) laissent penser qu'il est formé à partir du nom de famille.
Muffat    Nom fréquent en Haute-Savoie. Sans doute le surnom d'un personnage joufflu (sens attesté pour l'adjectif mouflart), plutôt qu'un fabricant de gants ou de moufles. On le trouve en composition dans les noms Muffat-es-Jacques, Muffat-Gendet, Muffat-Joly, Muffat-Meridol. Le nom est également présent en Italie sous la forme Muffatti (province de Sondrio).
Mugabure    Variante du basque Mugaburu, qui devrait désigner le lieu situé en haut, au-dessus, éventuellement au début ("buru") de la limite, de la frontière ("muga").
Mugnier    Nom de métier. Forme savoyarde désignant le meunier.
Mühl, Mühle    Porté en Alsace et en Moselle, le nom désigne un moulin (allemand Mühle), et souvent par métonymie un meunier, sens qu'on retiendra pour Mühlemann, Mühlmann (avec ou sans tréma). A noter que pour le nom Muhl (sans tréma), en Basse-Allemagne, Bahlow donne une autre définition et y voit une variante de Maul (= bouche, museau).
Muhlbach    Porté en Alsace-Lorraine, le nom désigne le ruisseau (Bach) du moulin (Mühle). Variantes : Muhlebach, Muhlenbach. Dérivé : Muhlbacher.
Muhlethaler    Rencontré également sous les formes Muhlenthaler et Muhletaler, désigne celui qui est habite un lieu-dit Muhl(en)ta(h)l, autrement dit la vallée (Tal) du moulin (Mühle). On notera des vallées appelées Muhlthal à Dabo (57) et à Oberbronn (67).
Muidebled    Le nom est surtout porté dans la Somme. Variante rare : Muideblé. Le muid est une ancienne mesure de capacité pour les grains. Quant au surnom, on peut l'interpréter de multiples façons : soit un marchand de grains, soit un officier chargé de prélever la dîme ou les droits de péage sur les grains, soit encore celui qui exploitait une terre ensemencée avec un muid de blé.
Muir    Principalement écossais, correspond à l'anglais Moore, toponyme ayant le sens de lande, terre inculte.
Muixi, Muixa, Muixe    Voir Mouche
Mula    Variante (Mulà) du catalan Molar, à rapprocher du castillan Muela  = meule de moulin. C'est en principe un toponyme (lieu où se trouve un moulin). Le rapport avec la mule est possible pour les formes non accentuées sur le a.
Mulard    Surtout porté dans le Pas-de-Calais et l'Indre-et-Loire, semble un surnom pour un personnage têtu (dérivé de 'mule').
Mulceu, Mulcio    Je mets ces deux mots ensemble sans trop savoir si j'ai raison ni sans trop savoir ce qu'ils veulent dire. Le second paraît castillan. Peut-être un lieu moussu ??
Mulè    Nom sicilien (variante rare : Molè) d'origine arabe. Il correspond en effet à l'arabe "mawlâ" (ou à la forme plus honorifique "mûlây") signifiant "seigneur et maître". Le dictionnaire de De Felice (voir bibliographie) précise qu'il est attesté en Sicile au XIIe siècle comme nom commun avec le sens de patron, chef, puis qu'on le rencontre au XVe siècle en Ligurie comme nom de personne ("domini Molei").
Mulem    Porté dans la Marne, le nom s'écrit aussi Mulhem, Mulheim, Muhlheim (Alsace), ou encore Mullem (Nord, Belgique). C'est un toponyme très fréquent (Mülheim, Mühlheim, Mullem) désignant un moulin.
Mulet    Nom porté surtout en Normandie (27, 76), également présent dans la Haute-Saône. Le sens du mot étant le même qu'aujourd'hui, il est logique de penser à un sobriquet désignant un personnage têtu. Etymologie : diminutif de l'ancien français mul, du latin mulus (= hybride mâle de l'âne et de la jument). Variante : Mullet (28, 59, 62).
Mulette    Le nom semble originaire de la Marne, et c'est un matronyme (nom transmis par la mère), féminin de Mulet (vor ce nom).
Mullenders    Nom flamand. Désigne celui qui s'occupait d'un moulin, donc vraisemblablement un meunier.
Mullenger    Nom anglais, sans doute d'origine germanique, qui désigne un meunier. Variante : Mullinger.
Muller     L'un des noms les plus fréquents en Alsace-Lorraine et en Allemagne. Correspond au métier de meunier.
Mullier    Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, la Somme et la Belgique, le nom désigne en principe un muletier (ancien français "mulier"). Variantes : Mulier, Muliez, Mullié, Mulliez, et sans doute aussi Mullière (qui peut éventuellement être un matronyme).
Mulpas    Porté en Belgique, semble une variante de Meulepas, toponyme désignant en néerlandais le sentier du moulin.
Multan    D'origine polonaise, correspond au mot ancien "multan", avec le sens d'épée courte et droite.
Multigner    Le nom est notamment porté dans le Loiret et la Seine-et-Marne. Variantes : Multignier, Multinier. Il devrait s'agir d'une déformation du mot "mulquinier" (moyen français "mullequinier"), terme désignant un tisserand en toiles fines (batiste notamment). Les noms de famille Mulquinier et Mulquignier sont attestés dans l'Oise au XVIIe siècle.
Multin    Nom porté dans l'Ain, également présent en Guadeloupe où l'on trouve la variante Mulletin. C'est un diminutif de Mulet, surnom dont on pense qu'il a pu être donné à celui qui est têtu comme une mule.
Multon    Nom surtout porté dans l'Indre. C'est une contraction de Muleton, diminutif de Mulet, surnom donné à un homme entêté ou à un conducteur de mules.
Munck, Münck    Tout comme ses variantes Munch, Münch, Munk, ce nom porté surtout en Alsace désigne un moine (sans doute utilisé comme sobriquet). Allemand actuel : Mönch.
Munerel    Diminutif de Munier (= meunier) porté essentiellement dans la Meuse. Variante ou matronyme : Munerelle. Avec d'autres suffixes : Muneret, Munerez, Munerot (Franche-Comté).
Mungai    Nom italien assez rare porté en Toscane (province de Pistoia), sans doute pluriel d'un éventuel Mungaio. Je n'en connais pas le sens. On le rapprochera de Mungo, patronyme présent en Calabre, lui aussi de sens incertain.
Münger    Nom porté dans le Haut-Rhin (également 39, 74). Sens incertain. On trouve également les noms de famille Müng, Münge (57, 67, 68), qui pourraient être des variantes de Münk (= moine).
Munier    Très répandu dans toute la France de l'Est, notamment en Lorraine, correspond au métier de meunier (dont munier est une variante régionale).
Munilla    Devrait désigner celui qui est originaire de la commune de Munilla, en Espagne (province de La Rioja).
Muniz    Ou Muñiz. Variante de Muñoz, avec un autre suffixe de filiation.
Munnier    Nom porté en Franche-Comté. Voir Munier.
Munoz, Muñoz    Patronyme castillan. Dérivé du nom de personne Munio avec suffixe de filiation. L'origine de Munio est controversée. On pensait autrefois au latin Munis (= serviable), mais certains y voient plutôt un nom basque (munho = colline), tandis que d'autres penchent pour l'arabe (munyâ = désir, souhait), solution beaucoup plus improbable. Variante : Muños.
Munsch    Porté dans le Haut-Rhin, rencontré aussi sous les formes Diemunsch, Diemunch, le nom est une altération de Mange, Demange (voir ces noms).
Muntadas    Nom catalan qui désigne celui qui habite un lieu-dit  la Muntada, les Muntades, ou qui en est originaire. Sens du toponyme : la montée, la côte.
Mur    Assez fréquent en Espagne, ce nom catalan est un toponyme avec le sens de muraille, lieu fortifié. Equivalent castillan : Muro (diminutif : Murillo), nom également porté en Italie (Campanie). Le nom est également présent en France (Languedoc, Béarn) avec le même sens.
Mura    Un nom porté surtout dans le Haut-Rhin, où il est présent depuis le XVIe siècle au moins. Les formes les plus anciennes (Morrau, Murrauw, citées par le CDHF du Haut-Rhin, puis Murraw, Murra) font penser à une germanisation des noms français Moreau ou Mureau. On pensera aussi à l'adjectif allemand mürrisch (= maussade, bourru), dont on retrouve le sens dans le nom de famille Murr.
Muracciole    Désigne celui qui est originaire de la commune corse de Muracciole. Variante : Muraccioli.
Murad    Deux possibilités : soit un nom de personne arabe (voir Mourad), soit une variante lyonnaise de Murat (voir ce nom).
Murard    Le nom est porté dans la Loire et le Rhône. Il était notamment très présent à Azolette (69), où il est à l'origine du hameau des Murards. C'est une variante de Meurard (38), à rapprocher de Morard (73, 38, 84), Mourard (13, 26, 38, 84). Il s'agit d'un nom de personne (Morardus dans les cartulaires de Saint-Chaffre et de Gap) à rapprocher de Morand (voir ce nom), mais avec modification du suffixe. De la même façon, Murand (07) est une variante de Morand.
Murat    Patronyme très fréquent dans l'Aveyron et la Loire, et plus généralement dans le Massif Central et les régions voisines. Désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Murat (= lieu enclos dans un mur, agglomération fortifiée). Le toponyme est lui-même très répandu (cinq communes et plusieurs hameaux).
Muratore    Nom Italien très répandu dans le Nord (Ligurie, Piémont, Lombardie) et en Sicile. Il correspond au métier de maçon. Avec pluriel de filiation : Muratori (surtout porté en Emilie-Romagne). On trouve aussi la forme Murador en Vénétie.
Murawski    Nom polonais pour lequel deux sens sont possibles : soit un dérivé de "murawa" (= pelouse), soit une variante de Morawski (celui qui est originaire de Moravie).
Mure    Désigne celui qui est originaire d'une localité appelée (la) Mure, toponyme très fréquent évoquant une fortification (en principe antérieure au moyen âge). C'est dans la région Rhône-Alpes que le nom est le plus répandu. Ce n'est guère étonnant, puisqu'on y rencontre les communes de La Mure (38) et de Lamure-sur-Azergues (69). Le patronyme est également porté en Alsace, où il pourrait être une variante de Murr, surnom donné à une personne de mauvaise humeur (allemand Mürrisch).
Mureau    Le nom est porté dans la Vienne et l'Indre-et-Loire. Variantes : Muraud, Murault, Mureault. C'est un dérivé du mot "mur", avec le sens probable de "muraille".
Mûre-d'Alexis    Le nom est originaire de l'Isère et peut s'écrire avec ou sans trait d'union, l'accent circonflexe étant une fantaisie inutile. Mure est ici un toponyme (= fortification) fréquent en Dauphiné. Autre nom composé rencontré dans l'Isère : Mure-Ravaud.
Murer    Nom porté en Italie. Correspond au métier de maçon (muraro, variante de muratore). La forme Murer est surtout portée en Vénétie. On trouve en Lombardie la variante Murè.
Muret    Désigne celui qui est originaire de Muret, toponyme très fréquent évoquant une petite fortification. C'est dans l'Isère que le nom est le plus répandu, mais on le trouve dans de nombreux autres départements. Trois communes françaises s'appellent Muret (02, 12, 31), ainsi que de nombreux hameaux. Pour l'Isère, on peut noter son existence dans les communes d'Eybens et de Saint-Egrève.
Murez    Surtout porté dans le département du Nord, le patronyme doit être interprété comme une variante de Muret. Reste à savoir ce que signifie ce dernier nom. Peut-être un toponyme ayant le sens de petite fortification (petit mur). Le Dictionnaire des noms de famille en Belgique romane signale cependant une forme Muret Brougart (1494), où le mot est visiblement employé come prénom. En fait, Muret pourait bien être une variante de Mouret, qui paraît avoir été utilisé lui aussi comme nom de baptême (diminutif de Maur).
Murgia    Bien que porté aussi en Italie du nord et dans le Lazio, c'est en Sardaigne que le nom est de très loin le plus répandu. En sarde, le terme murgia désigne la saumure. Il devrait donc s'agir d'un surnom donné à celui qui vend des aliments conservés dans la saumure (par exemple la morue). Autre hypothèse : celui qui est originaire de Murcia, en Espagne.
Murgier, Murger    Le nom vient de Savoie. C'est un toponyme fréquent qui désigne un tas de pierres ou un mur en pierres sèches.
Murillo    Diminutif de Muro, toponyme fréquent en Espagne où il désigne un lieu fortifié.
Murot    Le nom est surtout porté dans l'Yonne. Il s'agir en principe d'un diminutif du mot "mur", et donc un toponyme devenu nom de famille. Le terme désigne dans le Mâconnais un monticule de pierres ou de terre (source : Pégorier, voir bibliographie).
Murphy    Le nom correspond à l'irlandais O'Murchadha, le descendant de Murchadh, nom de personne formé des éléments muir (= mer) et cadh (= guerrier).
Murray    Désigne celui qui est originaire de la province de Moray, en Ecosse. Dans certains cas, peut aussi correspondre à l'adjectif anglais merry (= joyeux).
Murri    Nom italien qui semble provenir du sarde Murru : en Sardaigne, l'adjectif murru signifie gris, il s'agit donc d'un surnom donné à celui qui a les cheveux gris (également sobriquet pour une personne au visage renfrogné, qui fait grise mine).
Murtin    Surtout porté dans l'Ain (autrefois aussi dans le Jura), devrait être un diminutif de Muret, toponyme évoquant une fortification. Une commune s'appelle Murtin (Murtin-et-Bogny), mais elle se trouve dans les Ardennes (elle semble à l'origine des Murtin rencontrés en Belgique).
Muru    Porté en Espagne, correspond sans doute au basque "murru" (= mur, muraille, fortification), même s'il existe aussi un mot "muru" avec le sens de "tas, monceau". Avec article postposé : Murua. La forme "de Muru" renvoie à une localité qui pourrait être Muru-Astráin, près de Pampelune, ou encore Múrua, dans la province d'Álava.
Murville    Nom porté en Lorraine (54, 55). Désigne celui qui est originaire d'une localité ainsi appelée, sans doute la commune de Murville, dans la Moselle. Sens du toponyme : le domaine (villa) de Maurus, nom de personne latin.
Murzeau    Le nom est porté en Vendée (également 49, 79). Sens incertain, peut-être un toponyme : il existe une Vallée Murzeau à La Villedieu (17), et un hameau s'appelle le Murzeau à La Vineuse (71).
Murzereau    Porté dans la Charente-Maritime, le nom peut aussi s'écrire Musereau, Muzereau. Variante ancienne : Mursereau. À noter aussi la forme voisine Murzeau, surtout présente en Vendée (voir ce nom). Sens obscur, du moins pour moi.
Murzi    Nom de famille corse, parfois porté aussi en Italie, qui peut renvoyer soit au mot "murzu" (= la mousse, plante), soit à la commune de Murzo (toponyme qui viendrait du nom de personne latin Murrecius).
Mus    Porté notamment dans le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône, paraît désigner celui qui est originaire de la commune de Mus, dans le Gard, ou encore de celle de Murs, dans le Vaucluse. Signification : enceinte fortifiée (les deux lieux apparaissent dans les textes médiévaux sous la forme Muris = murs).
Muscat    Porté dans les Ardennes, le nom est également présent en Savoie. Son sens est incertain. Le rapport avec le musc ou le muscat paraît improbable. On pensera éventuellement à l'ancien français mousque, cité par Godefroy avec le sens de "moustache", divers liens avec la mouche étant également possibles.
Musemaque    Porté dans l'Oise, c'est une variante de Mismaque (voir ce nom).
Musenger    Le nom est porté dans la Manche et le Calvados. On le retrouve dans l'Orne sous la forme Musanger. Sens incertain : on pourrait le rattacher à l'ancien français musage (également musance), qui signifie vie joyeuse, dissipée. Autre possibilité : une variante de Mesanger (nom de famille porté dans la Sarthe), terme qui désignait un piège à mésange ou une cage. A noter qu'un hameau s'appelle la Musangère à Sourdeval (50).
Musial    Un nom polonais très courant, dont le sens demeure assez obscur. Pourrait correspondre au verbe musiec (= devoir), mais on a du mal à comprendre le sens du surnom.
Musil    Le nom est très répandu en République tchèque, on trouve l'équivalent Musial (avec un L barré) en Pologne. Il appartient à une catégorie très particulière de noms de personne slaves, formés à partir de verbes conjugués au passé. Il signifie mot à mot "il a dû", le sens précis étant difficile à interpréter pour nous. Parmi les noms tchèques formés de la même façon, on peut citer Pribyl (= il est arrivé) ou Navratil (= il est revenu).
Muslard    Le nom paraît avoir été surtout porté dans le Loiret. C'est une variante de Mulard (62, 37, 45, 61), un dérivé de 'mule' qui a pu s'appliquer à un homme têtu (ou tout simplement désigner un conducteur de mules). Autre forme : Mullard (45, 41, 28).
Musnier    Variante de Munier (= meunier) avec un s parasitaire, le nom est porté dans la Haute-Loire et dans l'Aube. Le nom Musner (25) semble avoir la même signification.
Mussard    Surtout porté vers la Normandie (départements 27 et 78), ce nom garde un sens incertain. On le rapproche en général du verbe musser, qui signifie en ancien français cacher. Un sobriquet donné à quelqu'un qui se cache (un timide ?) ou à quelqu'un qui cache ses biens (un avare), difficile de savoir.
Musschoot    Nom de famille porté en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais. Divers auteurs l'expliquent par un lieu-dit Musschoot situé à Wulverdinghe, dans le Nord. Je ne trouve pour ma part aucune trace d'un tel lieu, ce qui ne veut pas dire qu'il n'ait pas existé, d'autant que l'élément -schoote entre en composition dans certains toponymes, par exemple la commune de Hondschoote (59), où cet élément peut avoir le sens d'enclos ("schut") ou de bois humide (germanique "skauta"). Reste que, si on se fie au néerlandais moderne, le nom signifierait "poitrine de moineau" (mus + schoot). On peut aussi lui donner le sens de "cage à moineaux" (mus + schut = clôture, enclos).
Musseau    Le nom est porté en Vendée et dans la Loire-Atlantique. Variantes : Mussau (41), Mussaud (85, 17), Mussault (49, 72), Musseaux (16). Il devrait s'agir d'un toponyme avec le sens de trou, passage (notamment passage dans une haie), cachette. Voir aussi Mussard.
Musset    Le nom est fréquent dans la Loire-Atlantique et la Gironde (également 49, 85). Le sens devrait être identique à celui de Musseau (voir ce nom).
Musso    Nom italien très répandu en Sicile, en Ligurie et dans le Piémont. On trouve la forme Mussi en Lombardie, et le féminin Mussa dans le Piémont. Le sens n'est pas forcément le même selon les régions. En dialecte génois, le mot "mussu" est une variante de l'italien "mozzo" (= jeune garçon, domestique, apprenti), tandis qu'en sicilien c'est l'équivalent de "muso" (= museau, gueule). À envisager aussi un nom de personne correspondant au latin Mucius. Dérivés : Mussetta (Piémont), Mussetti (Lombardie, Piémont), Mussino (Piémont), Mussini (Émilie-Romagne, Lombardie), Mussone (Piémont), Mussotto (Piémont).
Mustapha    Egalement Mustafa, Moustapha. Nom de personne arabe (musTafâ) désignant celui qui a été choisi, qui a été élu. C'est l'un des noms donnés au prophète Mohammed.
Mustel    En ancien français, le mustel désigne le gras de la cuisse du boeuf, juste au-dessus du jarret. Il pourrait donc s'agir d'un surnom donné à un boucher, mais c'est loin d'être une certitude. Pour être complet, précisons que le mot signifiait aussi "mollet". C'est en Normandie (76, 27) que le patronyme est le plus porté.
Musu    Nom sarde qu'il est tentant de rapprocher du corse "musu" (= museau). Une certitude : il a été utilisé comme nom de personne au Moyen-Âge. On pourrait éventuellement penser au nom de personne latin Mucius (variante : Mutius), mais celui-ci a dû plutôt donner des formes telles que Muzzo, Muzzi (qui peuvent aussi avoir d'autres origines).
Musy    Nom surtout porté dans l'Ain et le Rhône, ainsi qu'en Savoie. Apparemment un toponyme, rencontré sous les formes Musy en Franche-Comté et Muzy plus au sud : il existe un lieu-dit Muzy à Chamelet (69). C'est également le nom d'une commune, mais dans l'Eure.
Muszynski    Fréquent en Pologne, peut désigner celui qui est originaire de Muszyna, ville située à la frontière de la Pologne et de la Slovaquie. Mais on pensera surtout à un dérivé du nom de famille Mucha, très répandu, qui correspond lui-même à 'mucha' (= la mouche).
Mutel    Surtout porté en Normandie (76, 27), paraît être le diminutif de l'ancien français "mut" (= muet), ou encore de "mute" (= rat, taupe). Variante ou matronyme : Mutelle (59). Avec vocalisation de la finale : Mutau (62), Mutaud, Muteaud (03), Mutaux (08), Muteau, Muteaux (59, 62, 02, 08). Diminutifs : Mutelet (54, 57, 08), Muthelet (71).
Muth    Porté en Alsace-Moselle, c'est un nom de personne ou un surnom correspondant au moyen-haut-allemand "muot" (= âme, courage, allemand moderne "Mut"). Avec le même sens : Muthe, Muthes, Muths. Dérivés : Muther, Muthmann.
Mutigney (de)    Originaire de la commune de Mutigney (Jura), ou encore de Mutigny (Marne). Le sens du toponyme est incertain : soit un domaine gallo-romain ayant appartenu à un éventuel *Muttinius, soit plutôt un dérivé de motte.
Mutin    Nom porté dans l'Ain et la Côte d'Or. Désigne-t-il un émeutier ? Peut-être, mais le mot mutin avec ce sens est apparu très tardivement (pas avant le XIVe siècle, peut-être même plus tard). Par contre le mot mute existe (c'est d'ailleurs un patronyme rencontré dans l'Isère). Il peut avoir le sens de taupe (surnom donné à une personne qui n'y voit rien ?), mais aussi celui de meute. Dans ce dernier cas, le mutin serait alors le domestique qui s'occupe de la meute des chiens de chasse.
Mutte    Surtout porté dans le département du Nord, pourrait désigner un muet (ancien français "mut"). A noter aussi le mot "mute" (= gros rat, surmulot, taupe).
Muxart    Nom catalan francisé en Muchart (voir ce nom).
Muyle    Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais, plus fréquent sous la forme Muylle. Il semble désigner celui qui est originaire de Muille, commune de la Somme. Mais une originie flamande n'est pas impossible (muil = gueule, ou encore mule, muyle = pantoufle).
Muzart    Le nom est surtout porté dans la Marne (également 80, 77). Variantes : Muzard (89, 86, 77), Musard (70, 85, 86), Musart (51, 62, 80). Plusieurs sens sont possibles pour l'ancien français "musart" : celui qui aime à s'amuser, un débauché, mais aussi quelqu'un d'irréfléchi, d'étourdi, et enfin un sot, un niais. Difficile de faire un choix.
Muzio    Nom italien surtout porté dans la province de Gênes (Ligurie). Il s'agit d'un nom de personne d'origine latine, Mutius, variante de Mucius (la correspondance Muzio/Mutius est attestée dans de nombreux textes). La forme plurielle Muzi se rencontre en Corse et dans le Lazio. Diminutif : Muziotti (Corse).
Muzzarelli    Diminutif d'un nom de personne italien Muzzio (latin Mucius), ou plutôt diminutif de Giacomo (= Jacques) : Giacomo > Giacomuzzi > Muzzi > Muzzarelli.
Myara    Surtout porté par des Juifs d'Afrique du Nord, le nom est également écrit Miara. Sens incertain. Maurice Eisenbeth y voyait celui qui est originaire de Miara, qui serait une localité espagnole. Le nom est mentionné à Meknès au XVIe siècle.
Mye    Porté dans le Puy-de-Dôme, le nom se rencontre aussi sous les formes My (03, 86) et Mie (79, 86). Dans un ouvrage consacré aux noms de famille du Puy-de-Dôme, P.H. Billy le considère comme une forme abrégée de Marie.
Myre    C'est en principe une variante de Mire (ancien français "mire" = médecin). Cependant, comme le nom est surtout porté en Guadeloupe, il convient d'être prudent.
Myrtho    Nom porté à la Réunion, où l'on trouve plus fréquemment la forme Myrthe. C'est un ancien prénom féminin évoquant le myrte, plante qui symbolisait la déesse Aphrodite. A noter, dans la gamme des prénoms végétaux, les formes Myrtil et Myrtile (également Mystille) portées en Martinique et en Guadeloupe.


Retour à la page d'accueil du dictionnaire