Le dictionnaire des noms : les nouveautés

(mise à jour le 27/11/08)


Adorno Nom italien rencontré d'une part à Gênes, où il est présent depuis le Moyen Âge, de l'autre en Sicile, dans la région de Syracuse. Deux explications semblent possibles. On pensera d'abord à l'italien "adorno" (= orné, paré, élégant, parfois aussi beau, gracieux), qui devrait expliquer aussi le prénom Adorno. En Sicile, par contre, il peut s'agir du mot "adornu" (ou "atornu") qui désigne un rapace, en principe la bondrée apivore.
Allombert Le nom est essentiellement porté dans l'Ain (Lalleyriat et communes voisines). Variante : Alombert. Variante ancienne : Alhumbert. Cette dernière forme, qui paraît antérieure aux autres, laisse supposer que le nom désigne le fils de celui qui s'appelle Humbert (voir ce nom), autrement le fils à l'Humbert. En composition : Allombert-Blaise, Allombert-Blanc, Allombert-Goget, Allombert-Maréchal.
Aloise C'est dans la plupart des cas un nom italien originaire de Calabre (province de Cosenza). Sans doute l'équivalent d'Aloisio, Aloisi (= Louis). On trouve en Campanie les formes apparemment similaires Alise, D'Alise.
Alousque Le nom est porté à la limite du Tarn et de l'Aveyron (Pampelonne et villages voisins). Il pourrait correspondre à l'occitan "lusc" (qui serait ici prononcé "lousque"), désignant une personne qui louche, précédé d'une préposition ou d'un article contracté. Autre possibilité : le mot "osca", désignant une encoche, une entaille (en particulier l'encoche faite autrefois par les boulangers sur une baguette ou un bâton pour compter les pains achetés).
Audas Le nom est surtout porté dans la Seine-et-Marne, mais les plus anciennes mentions connues semblent le situer dans l'Indre et l'Indre-et-Loire. Variante : Audax. Cette dernière forme laisse penser qu'il pourrait s'agir d'un nom de personne, popularisé par saint Audax (audax = audacieux), martyr en Lombardie au IIIe siècle, fêté le 19 juillet. Autre possibilité : variante d'Abdas (voir ce nom).
Baguet Le nom est surtout porté dans la Loire-Atlantique et la Vendée, mais on le rencontre aussi dans l'Aube et les Vosges, ainsi que dans divers autres départements. Selon M.-T. Morlet, c'est un diminutif de Bague, nom de personne germanique (Bago, racine "bag" = dispute, combat). Attention cependant : "bague" est dans certaines régions une variante de "bègue", et il est également possible que "baguet" soit une variante de "baquet" (bateau plat au Moyen Âge).
Bahaud Nom rare porté en Loire-Atlantique, plus fréquent sous la forme Bahuaud. Sens incertain. Il pourrait s'agir d'un nom de personne germanique, Bagwald (bag = dispute, combat + waldan = gouverner), à rapprocher de Bagaud. Variantes : Bahuau, Bahuault, Bahuaut (Poitou).
Balse Porté notamment dans le Lot, devrait être un toponyme avec les sens de falaise, précipice, également creux circulaire sur les plateaux calcaires (occitan "balç, balça").
Barjolle Porté dans la Loire-Atlantique et la Vendée, le nom s'écrit aussi Barjole. C'est sans doute un diminutif du mot "barge", sachant que celui-ci peut avoir plusieurs sens : meule de paille, ou hangar rudimentaire pour stocker la paille, mais aussi petite barque. Ce dernier sens pourrait être confirmé par l'expression vendéenne "se faire barjole" (= faire une bonne pêche, une bonne journée).
Bastgen L'une des formes allemandes de Bastian (= Sébastien). Avec la même formation (Bast + suffixe -gen), on trouve en Belgique et au Luxembourg la variante Bestgen.
Baudelot Surtout porté en Picardie et dans les Ardennes, c'est, comme Baudel, un diminutif de noms formés sur la racine germanique "bald" (= audacieux), par exemple Baudouin. Le nom est présent en 1270 à Ypres (Baudeloet le fondeur de chandelles).
Bellouard Le nom est notamment porté en Poitou-Charentes, en Vendée et dans la Loire-Atlantique. C'est un nom de personne germanique, sans doute Biliward (bili = doux, aimable + wardan = gouverner). Variantes : Bélouard, Béluard, Blouard. On trouve aussi en Savoie la forme Belluard, qui devrait avoir la même origine.
Bettache Nom d'Afrique du Nord (Maroc surtout), parfois porté par des Juifs séfarades. Autres formes : Battach, Bettach. Selon Maurice Eisenbeth (voir bibliographie), il correspond à un mot arabe signifiant "courageux".
Bettayeb Equivalent du nom arabe Bentayeb (voir ce nom). Variantes graphiques : Bettaieb, Bettaïb.
Boitheauville Le nom est porté dans le nord des Yvelines (Mantes et environs). Il désigne celui qui est originaire de Beauthoville, hameau de la commune de Guitrancourt (78), dans le même secteur géographique. Le toponyme est mentionné sous la forme Boitteauville sur la carte de Cassini (XVIIIe siècle) et dans les mémoires de Lavoisier.
Bolzan Nom italien surtout porté en Vénétie. Il désigne en principe celui qui est originaire de Bolzano, chef-lieu de la province du même nom, en Trentin-Haut-Adige. On trouve çà et là les formes similaires Bolzano et Bolzani.
Bordaberry Nom basque ayant le sens de "ferme neuve" (borda = ferme, métairie + berri = neuf), à rapprocher de noms gascons tels que Bordanave ou Bordenave.
Borjon Le nom est surtout porté dans l'Ain. Variantes : Borgeon, Bourgeon, Bourjon (01, 71). Il semble s'agir d'un diminutif de "bourg", donc un toponyme devenu nom de famille. En composition : Borjon-Guillerminet, Borjon-Piron, Borjon-Privé.
Borsenberger Le nom est surtout porté dans la Moselle, où il est présent depuis plusieurs siècles. Variante : Borsemberger. Il désigne sans doute celui qui est originaire d'une localité s'appelant Borsenberg (Berg = montagne), mais je n'en trouve aucune qui corresponde.
Bossois Le plus anciennes mentions (début du XVIIe siècle) situent le nom à Montdauphin (77), à la limite de la Brie et de la Champagne. Il pourrait s'agir d'une variante de Boussois, nom désignant sans doute celui qui est originaire de Boussois, hameau de la commune de Mouroux (77).
Bossoreille Le nom est porté dans le Maine-et-Loire, où on le rencontre aussi sous la forme Bossoreil. On trouve aussi des variantes anciennes telles que Bousoreille ou Boussoreille, à rapprocher du nom Boursoreille, porté en Charente-Maritime. Sens incertain : faut-il y voir le verbe "borser" (= cabosser) suivi de "oreille" ? Ou bien s'agit-il d'un autre nom déformé, n'ayant rien à voir avec l'oreille ? Je n'en sais trop rien. Il semble que ce soit parfois un toponyme. À noter par exemple le hameau de Bourse Oreille à Clefs (49).
Boucharinc Le nom est surtout porté dans la Lozère. Variantes : Boucharenc, Boscharinc. Autres variantes ou formes similaires : Boucharens, Boucharins (07), Boucharin, Boucharine (15), Bouscaren, Bouscarain, Bouscharain (34). Il correspond à l'occitan "bosc" (= bois) et à son dérivé "boscarenc" (= des bois, sylvestre, boisé). Il peut désigner celui qui habite ou travaille dans un bois, une forêt, mais il devrait plutôt s'agir d'un toponyme. Divers hameaux s'appellent Boucharin(c), par exemple à Araules (43), où le toponyme est mentionné à diverses époques : le Boscharenc (1314), Bouscharenc (1608), Boucharinc (1861). Autres hameaux du même nom à Tournon-sur-Rhône et Saint-André-en-Vivarais (07).
Boucourt Porté en Seine-Maritime, devrait désigner celui qui est originaire de Boucourt, hameau à Bénesville, dans le même département.
Bournigal Le nom est surtout porté dans la Loire-Atlantique. Variantes : Bournigaud, Bournigault, Bornigal. Sens incertain, mais il est tentant de faire un rapprochement avec l'occitan "borniquel", désignant une personne à la vue très basse.
Boursereau Porté en Vendée et dans la Loire-Atlantique, paraît désigner un fabricant ou un marchand de bourses (sens attesté en moyen français pour "bourserot"). À envisager aussi une déformation de Boussereau (dérivé de buis ou de bois).
Bourven Le nom est porté dans le Finistère. C'est un toponyme avec le sens de "bourg blanc" (bourc'h, ou vourc'h + gwenn). Dans la plupart des cas, il devrait renvoyer à la commune de Bourg-Blanc, dans le même département, Ar Vour'ch-Wenn en breton). Autre possibilité : le hameau de Boulven, à Châteauneuf-du-Faou (Boulven existe aussi comme nom de famille).
Boutillet En France, le nom est porté dans la Vienne et dans l'Indre. On le rencontre aussi au Québec (venu apparemment de Seine-Maritime). Dans le Centre, il s'agit d'un diminutif de "bouteille" (voir Bouteille) avec le sens de "petit bois". En Normandie, il s'agit d'une probable variante de Boutillier (voir Bouteiller pour le sens).
Branchaud Le nom est porté en Charente-Maritime, il est également présent au Québec (le premier porteur venait de Macqueville, en Charente-Maritime). Il peut s'agir d'un toponyme dérivé de "branche", mais on pensera aussi à une variante de Blanchaud (nom rencontré dans l'Indre), probable diminutif de "blanc". À noter le lieu-dit "les Branchauds" à Beauvais-sur-Matha (17).
Briault Egalement écrit Briaud, le nom se rencontre dans la Vienne, et plus généralement en Poitou et dans le Centre. Il s'agit sans doute d'une contraction de Bériault (ou Bériaud), lui-même probable variante de Bérault (voir ce nom).
Budillon Ou Boudillon. Le nom paraît originaire de l'Isère (Tullins au XVIe siècle). Sens incertain. À envisager un diminutif de "budel" (= boyau, boudin), solution proposée par M.-T. Morlet. Le sens de "jeune veau" est également envisageable ("budelou" chez F. Mistral). On peut aussi noter qu'il existe des lieux-dits "le B(o)udillon" à Chatte (38) et à Digne (04).
Caffart Le nom est porté dans le Pas-de-Calais et les départements voisins. Variante : Caffard, nom également présent dans la Nièvre et dans le Tarn. Le rapport avec le mot "cafard" (au départ hypocrite, faux dévot, prêtre défroqué) est peu vraisemblable, car ce mot n'apparaît dans la langue que vers le début du XVIe siècle, alors que Cafart est déjà mentionné comme nom de personne au XIIIe siècle à Audenarde. Donc, sans doute un nom de personne germanique, à rapprocher peut-être de Gaffard ou Gavard, Gavart (voir ces noms).
Cavillon Le nom est surtout porté dans la Somme, où il désigne celui qui est originaire de Cavillon, commune du même département. Signification selon E. Nègre (voir bibliographie) : le domaine de Cavilius, nom de personne latin. À envisager aussi un éventuel diminutif de "cave" (= creux, caverne).
Chabenet Le nom est porté en Berry et en Limousin, région où on trouve plus souvent la forme Chabanet. Il devrait s'agir d'un toponyme, diminutif du nord-occitan "chabane" (= cabane). À noter, dans l'Indre, le village de Chabenet (commune du Pont-Chrétien-Chabenet), ainsi qu'un hameau du même nom à Lignac, non loin du village de Chabanne.
Chajar Rare, le nom de famille est surtout marocain. C'est également un prénom féminin. Il correspond à l'arabe "shajar" (= arbre).
Charnier Le nom est surtout porté dans le Maine-et-Loire et les Hautes-Alpes, mais on le rencontre aussi dans d'autres départements (58, 63, 77, 89 etc.). Plusieurs sens sont envisageables, avec deux racines possibles : soit un dérivé de "charne" (= "charme", arbre), pouvant désigner soit un échalas, soit éventuellement un bois de charmes. Soit un dérivé de "charn" (= "chair"), avec au moins deux sens attestés : celui de boucher, charcutier, et celui de cimetière.
Cheul Porté dans l'Ille-et-Vilaine depuis le début du XVIIe siècle, pourrait être une déformation de Chuel, lui-même variante attestée (22, 29) du nom breton Juhel (voir ce nom).
Cini Nom italien très répandu en Toscane. On trouve aussi, surtout dans le sud du pays, les formes Cino et Cina. Il s'agit d'un prénom médiéval, Cino, attesté depuis le XIIe siècle, lui-même forme courte de noms tels que Pacino, Baroncino, Leoncino, etc. La forme avec préposition Di Cino est présente dans les Abruzzes. Diminutifs : Cinelli, Cinotti, Cinuzzi (Toscane, Lazio notamment).
Cormorèche Le nom est porté dans l'Ain, tout comme sa variante Cormarèche. Il devrait désigner celui qui est originaire de Cormaresche, nom d'un village détruit qui se trouvait non loin de Saint-Martin-le-Châtel. Le toponyme est cité en 1497 sous la forme Cormareschia (source : dictionnaire topographique de l'Ain). Il est à rapprocher de Cormaranche et Cormoranche, nom de deux communes du même département. Ces toponymes sont formés de "co(u)r" (= domaine rural), suivi d'un nom de personne germanique (Maro ou Mulo selon les auteurs) et d'un suffixe servant à former des noms de lieux.
Dalto Nom italien originaire de Vénétie (province de Trévise). Il devrait renvoyer à un toponyme désignant un sommet, une hauteur ("alto"). Les noms Da Dalt et Da Dalto, portés dans la même province, devraient avoir le même sens.
Dasvin Porté dans la Nièvre, désigne celui qui est originaire d'Asvins, hameau situé à Châteauneuf-Val-de-Bargis, dans le même département.
Dayrose Le nom est présent dans la région de Dax (Landes) depuis la fin du Moyen Âge, porté par une famille qui semble noble. On le rencontre souvent sous la forme "d'Ayrose" au XVIe siècle. Il devrait donc renvoyer à un nom de lieu, peut-être le village d'Ayros, dans les Hautes-Pyrénées.
Debeaupuis Nom surtout porté dans l'Oise. Voir Beaupuis pour le sens.
Debizet Porté dans l'Allier et le Puy-de-Dôme, le nom s'écrit aussi Desbizet. Il semble désigner celui qui est originaire des Bizets, hameau situé à Pionsat (limite entre le Puy-de-Dôme et l'Allier), ou encore celui qui appartient à la famille, au domaine d'une famille appelée "les Bizet", qui a donné son nom au hameau. C'est d'ailleurs à Pionsat qu'on trouve les plus anciennes mentions du nom (1586, mariage de Louis Desbizet).
Dervieux Le nom est concentré depuis le XVIe siècle dans la région de Condrieu, au sud du département du Rhône. Il est attesté dans cette même région sous la forme Darvieux (autres graphies : Darvieu, Dervieu). Il pourrait désigner celui qui est originaire d'Arvieux, commune des Hautes-Alpes. Autre possibilité : Arvieu, dans l'Aveyron.
Dezon Le nom paraît originaire du Limousin ou du Périgord, où il s'écrit aussi Dezons. Il devrait désigner un lieu où poussent les ormes (occitan "olm", dont "on" est une variante). Avec le même sens : Deson, Desons, ou encore Deshons (34, 84).
Di Stefano Très répandu en Sicile et plus généralement dans la moitié sud de l'Italie, désigne le fils de Stefano (= Etienne).
Dindinger Porté en Alsace, le nom est à rapprocher de Dintinger et Dentinger, rencontrés dans la même région et qui en sont parfois des variantes. Il renvoie à une localité : on a notamment le choix entre Dinding (Bavière) et Dentingen (Bade-Wurtemberg), ou encore la commune de Denting, en Moselle (parfois écrite Dinting sur d'anciennes cartes). Signification probable du toponyme : le domaine de Dandus, nom de personne germanique.
Droszcz Nom polonais renvoyant au mot "drozd", qui désigne la grive.
Duse Nom italien porté dans la région de Venise et à Trieste, où on trouve les formes similaires Dose et Doz. Le mot "dose" signifie en vénitien "doge", mais, venant du latin "dux", il peut aussi avoir le sens de chef, guide (cf. l'italien "duce").
Ecomard Porté dans la Loire-Atlantique, également présent dans la Vendée, le nom s'écrit aussi Ecoumard. Il existe un hameau de ce nom à Remouillé (44, Ecoumard sur la carte de Cassini) qui pourrait être à l'origine du nom de famille (à moins que ce ne soit l'inverse !). Etymologie obscure (peut-être un ancien nom de personne germanique).
Fernekess Nom rare, également écrit Fernekès, qu'on rencontrait en Allemagne et en Alsace et qui s'écrit aussi Fernkaes, Fernekaes. Il devrait signifier "fromage vieilli" (firn + Käse), surnom possible de producteur ou de marchand.
Fierabras Le nom a été surtout porté dans la Loire-Atlantique et en Normandie. On pensera d'abord à un prénom médiéval, popularisé par un héros de chanson de geste, le géant Fierabras, fils du roi païen Balan, vaillant guerrier vaincu par Olivier puis converti au christianisme. Le nom pourrait correspondre au latin "fera bracchia" (bras redoutable). Seconde possibilité : le sens actuel de "fanfaron", attesté dès le XIVe siècle, issu d'une métaphore avec ce personnage.
Fontarive Le nom est porté depuis le XVIIe siècle dans le Loiret, notamment à Gien, ainsi que dans la Vienne. Il semble lié à la toponymie ("font" = source, fontaine, aussi bien en pays occitan que dans le Centre), mais je ne trouve aucun lieu qui corresponde.
Fraeye Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique, le nom est plus courant sous la forme Defraeye (également De Fraeye, Defraye, De Fraye, Defraeys). C'est un surnom correspondant au néerlandais "fraai" (= joli, mignon), précédé ou non de l'article défini "de".
Fullin Nom italien rencontré en Vénétie et dan le Frioul. On trouve aussi dans ces régions les formes Folin et Follin, dont Fullin pourrait être une variante. Dans ce cas, il s'agit probablement d'un hypocoristique de Christophe (Cristofolin > Folin).
Gradaive Le nom est porté en Charente-Maritime (Les Essards depuis le début du XVIIe siècle). On le rencontre aussi sous la forme Gradève. Sens obscur. Il existe un hameau appelé Les Gradèves à Nieul-lès-Saintes, mais il y a de fortes chances pour que le toponyme provienne du nom de famille.
Gratias Le nom est porté depuis plusieurs siècles dans le Lot. Il est tentant de le rapprocher de l'expression "Deo gratias" et d'y voir un surnom lié à la pratique religieuse. Mais la solution est peut-être tout autre.
Guarino Assez rare, ce nom espagnol est l'équivalent de Garin et Guérin (voir ces noms). Autre forme : Guarinos.
Guetta Nom porté par des Juifs séfarardes (est de l'Algérie, Tunisie), également écrit Goeta, Gouetta. Maurice Eisenbeth (voir bibliographie) y voit un nom de tribu (gwîTâ') originaire du Gharian, en Tripolitaine. Mais le même auteur donne une autre indication intéressante en évoquant le personnage d'Isaac Gouetta, talmudiste du XVIIIe siècle dont les ancêtres vinrent en Orient de Huete, commune espagnole de la province de Cuenca. Il est possible que Guetta soit une transformation de Huete.
Guindeuil Le nom est surtout porté dans la Vienne et l'Indre-et-Loire. Variante probable : Guindeux (86). Sens incertain, mais un rapport semble possible avec des mots tels que "guindol(e)" ou "guindoux", qui désignent la cerise dans cette région. C'est également à la cerise qu'on pensera pour des noms tels que Guindolet, Guindollet (03), Guindou (45).
Guinguené Le nom est notamment porté dans l'Ille-et-Vilaine. Il pourrait désigner celui qui est originaire de Goinguenet, hameau situé à Saint-Carreuc (22), écrit Goinguené sur la carte de Cassini. Reste à savoir si ce hameau est antérieur au nom de famille, ce qui est loin d'être certain. Une autre solution est d'y voir un ancien nom de personne breton, qui apparaît à plusieurs reprises dans le cartulaire de Redon avec des graphies très variables (Jungeneu, Junkeneus, Junkueneus, Jungoneus, Jungueneus), et qui serait formé sur les racines "iun" (= désir) et "keneu" (= jeune guerrier), selon A. Deshayes, qui donne la même origine aux noms Guingueneau et Guingueno.
Herlédan Le nom est porté dans le Finistère, notamment à Névez, où il est présent depuis le XVIe siècle et a donné naissance à un hameau (Kerherlédan). Variante : Hernédan (depuis le XVIIe siècle). Sens obscur.
Hunger Si on le rencontre en Alsace ou en Allemagne, le nom devrait désigner un Hongrois (voir Unger). Mais c'est dans la Manche qu'il est le plus répandu, et on devrait y avoir affaire à un nom de personne germanique, Hungerius (hunn = ours + gari, geri = lance), mentionné dans divers cartulaires médiévaux de cette région.
Ingé Également écrit Ingé, le nom est porté en Normandie et dans les départements voisins (28, 91). C'est un nom de personne germanique, probablement norrois, peut-être variante de Hunger (voir ce nom), mais on pensera plutôt à Insgerius, nom qui apparaît dans le cartulaire de l'abbaye de Tiron (28).
Ipparrigary Nom basque formé sur la racine ip(h)arr (= le nord), qui devrait désigner un lieu situé ou exposé au nord, à rapprocher de noms plus courants tels qu'Iparraguire (voir ce nom).
Jarny Dans certains cas, le nom désigne celui qui est originaire de Jarny, commune de Meurthe-et-Moselle. Mais c'est en Vendée qu'il est le plus répandu. Il pourrait s'agir d'un diminutif de Jarnier, lui-même probable variante régionale de Garnier (voir ce nom).
Kibar D'origine turque dans la plupart des cas, le nom devrait correspondre à l'adjectif "kibar", qui signifie "galant, courtois".
Kutz Porté en Alsace-Moselle, c'est le plus souvent une forme courte du prénom Konrad (voir Conrard pour le sens). Autre possibilité : le moyen bas-allemand "kutze", qui correspond au mot Kutsch" (= voiture, carrosse), surnom de cocher ou de fabricant.
Laencuentra Nom espagnol rare, qui semble originaire d'Aragon (Huesca). Il est visiblement formé de l'article "la" et de "encuentra", terme à rapprocher du catalan "encontra" (= contraire, direction contraire), mais qui pourrait aussi avoir le sens de terre inculte, ingrate (sens attesté en aragonais pour "encuentro"). Il devrait en tout cas s'agir d'un toponyme.
Lahue Également écrit Laheu, Laheux, Lahu, le nom est surtout porté dans le sud de la Loire-Atlantique. Diverses variantes anciennes montrent qu'il faut le décomposer en "La Hue". Reste à savoir ce que "hue" veut dire ici : le mot est attesté en ancien français pour désigner une sorte de bateau. Il est aussi, sous la forme "huhe", une variante de "huage, huée" (cris pour débusquer le gibier ou les loups). On peut enfin y voir une variante du mot "houe" (également attestée sous la forme "heue").
Lahuec Surtout porté dans le Finistère, le nom semble correspondre au breton "avueg", dérivé de "avu" (= foie), désignant au départ celui qui a un gros foie, puis un sot. Le nom Le Nahuec (avec juxtaposition de l'article français et de l'article breton "an") a la même origine.
Landeau Le nom est porté dans la Sarthe et les départements voisins. On peut y voir un toponyme, dérivé du mot "lande", mais il peut aussi s'agir du diminutif d'un nom de personne germanique formé sur la racine Land- (= pays), soit Lando, soit Landulfus, Landramnus, etc. Formes voisines : Landaud, Landeaud, Landaux (87), Landault (41), Landel, Landelle (53, 35, 44).
Lavezzi Le nom est porté en Corse, on le rencontre aussi dans le nord de l'Italie, notamment en Lombardie. Toujours en Italie du Nord, on trouve également la forme Lavezzo. Le terme dialectal "lavezzu" est identique à l'italien "laveggio". Il a d'abord désigné la stéatite, ou pierre ollaire, puis les récipients de cuisson fabriqués avec cette pierre ou en terre cuite. Ensuite, il s'est appliqué en particulier à une grande poêle assimilable à un chaudron. Le surnom devrait désigner un marchand ou un fabricant de ces ustensiles (tout comme son dérivé Lavezzari). Il peut aussi avoir une origine topographique (cf. le mont Lavezzo en Corse).
Lavoux Les plus anciennes mentions connues situent le nom dans la Haute-Vienne. Il peut désigner celui qui est originaire de Lavoux, commune de la Vienne, mais on pensera aussi à Lavoux, nom d'un hameau à Balledent (87), le sens du toponyme n'étant pas le même dans les deux cas. Pour la commune de la Vienne, il s'agit d'un lavoir (Lavatorio, 1068, Laveour, 1286). Le hameau de la Haute-Vienne a quant à lui le sens de vallée ("la vau"), Lavoux étant une déformation de Lavaux (cf. carte de Cassini). Il est d'ailleurs possible que les noms de famille Lavoux et Lavaux aient une origine commune.
Le Creurer Porté dans les Côtes-d'Armor, le nom a dû désigner celui qui utilise un crible (breton "krouer"), ou encore un fabricant de cribles.
Lecugy Le nom est porté dans la Haute-Vienne (Bessines-sur-Gartempe au moins depuis le début du XVIIe siècle). Selon M.-T. Morlet, "cugi" est ici une forme dialectale de "cousin", ce qui paraît plausible (l'auvergnat connaît la forme très proche "cuzi").
Lehugeur Porté en Basse-Normandie, également écrit Lehujeur, le nom devrait désigner un crieur public, un héraut (ancien français "hucheor", avec sonorisation du ch en j, assez courante dans cette région).
Lenci Nom porté en Corse, également présent en Italie (Toscane, Lazio). C'est la forme plurielle de Lencio, probable hypocoristique de Lorenzo. Les Lenci de Corse seraient originaires de Florence et se seraient installés à Morsiglia au XVe siècle. Le patronyme s'est aussi écrit Lenche, nom qui s'est implanté notamment à Marseille au XVIe siècle.
Lorteau Nom porté dans la Loire-Atlantique, également présent en Vendée et dans les Charentes. Il devrait correspondre à une forme plus ancienne "l'orteau" (= le petit jardin). On trouve les noms Orteau et Horteau en Charente-Maritime.
Malapaire Assez rare et porté dans l'Allier, devrait être un toponyme avec le sens de "mauvaise pierre" (mauvais rocher). Avec le même sens : Malapère, Malapeyre (46, 47), Malepeyre (19).
Marionneau Diminutif masculin de Marion, le nom est assez courant en Vendée et en Poitou-Charentes. Variante : Marionnaud.
Marme Nom porté notamment dans l'Allier et l'Hérault. On trouve parfois aussi la forme Marmé. Il peut s'agir d'un toponyme correspondant à l'occitan "marme" (= marbre), mais on pensera aussi à une variante de Merme (voir Mermet pour le sens).
Mauté Le nom semble originaire de l'Orne. Il est également présent dans la Sarthe (variante : Mauthé). Le mot "mauté" est attesté en dialecte normand avec le sens de "méchanceté. Reste à savoir si c'est vraiment la bonne solution. À noter aussi que "mauté(e)" est parfois une variante de "mouté" (= humidité).
Menière, Ménière Surtout porté dans la Haute-Saône, devrait être une variante de Mensière (voir Manière pour le sens).
Meyleuc Le nom est surtout porté dans le Cantal. Variantes : Meyleu, Meylheuc, Meylhoc, Meilhoc. Il devrait s'agir d'une forme occitane archaïque ou régionale ("meiloc") correspondant au français "milieu" et évoquant la situation d'une maison ou d'un hameau.
Mollica Nom italien originaire de la région de Messine et du sud de la Calabre. Il semble correspondre au mot "mollica", désignant en italien la mie de pain (surnom possible de boulanger, éventuellement d'une personne molle).
Momesso Nom italien porté en Vénétie, qui devrait désigner celui qui est originaire de Momesso, hameau à San Biagio di Callalta (province de Trévise).
Momo Nom italien porté en Piémont. Il désigne sans doute celui qui est originaire de Momo, commune de la province de Novare.
Naizat Nom rare porté dans l'Ain, dont on ne trouve aucune mention vraiment ancienne (rien avant le XIXe siècle, à ma connaissance). Difficile dans ces conditions de se faire une idée. Peut-être un toponyme, on pensera notamment au hameau de Neyzac, dans la Haute-Loire (commune de Saint-Julien-Chapteuil).
Olu Porté dans le Finistère, devrait être un diminutif du prénom Olivier.
Oraison Rare, le nom désigne celui qui est originaire d'Oraison, commune des Alpes-de-Haute-Provence. Le toponyme (Auraisonio en 1126, Aurason en 1178) pourrait être formé, selon E. Nègre, sur le nom de personne latin Aurasius. Une autre explication (Rostaing) y voit une racine pré-indo-européenne (ar = hauteur), suivie des suffixes -aus et -ione.
Ouillon Porté dans la Haute-Loire, le nom s'écrit aussi Ouilhon, Oulion, Oullion. Il désigne sans doute celui qui est originaire d'Oulion, village de la commune de Saint-Hostien (43). Le toponyme (locus de Olivo, 1462, Oliou, 1468) est lié soit à la présence peu probable de l'olivier, soit à un nom de personne (voir Olive).
Partarrieu Le nom est surtout porté dans les Pyrénées-Atlantiques. Variantes : Partarrieux, Portarrieu. Variante ancienne : Partarieu. C'est un toponyme désignant en gascon un lieu près de la rivière ("part arriu"). Le dénombrement de Gaston Fébus (1385) signale un Guilhem de Part-Ariu à Gerderest.
Passet Le nom est surtout porté dans le Gard et l'Hérault, mais on le rencontre aussi dans diverses autres régions. Dans tous les cas, il semble avoir le sens de "petit pas", le mot "pas" devant ici désigner un passage, un chemin. Ce serait donc un toponyme devenu nom de famille.
Perrussot Porté notamment dans la Saône-et-Loire, le nom est plus fréquent sous la forme Perruchot. Deux solutions sont possibles : soit un diminutif du prénom Pierre, soit un toponyme avec le sens de terrain pierreux (diminutif de "perruche, perrusse").
Pleuvry C'est dans la Sarthe que le nom a toujours été le plus répandu. Il devrait désigner celui qui est originaire de la Pleuverie, nom d'un ancien hameau à Pontvallain, dans le même département (le hameau est cité en 1836 dans le Dictionnaire topographique de la Sarthe). A priori, le toponyme semble lié à la pluie ou aux eaux de pluie.
Plu Porté notamment dans la Sarthe, la Mayenne et l'Eure-et-Loir, c'est une contraction de Pelu (même région), sobriquet pour un homme velu. On trouve également dans la région les dérivés Pluet, Peluet, Peluard, Peluau.
Poncia Nom italien porté dans la région du lac de Côme. Il devrait s'agir d'un toponyme, le terme dialectal "poncia" désignant soit la proue d'un bateau, soit une avancée de terre, sens qu'il faut sans doute préférer ici.
Rechignac Ou Réchignac. Porté dans la Dordogne et la Charente-Maritime, désigne celui qui est originaire de Rechignac, nom de hameaux à Brantôme et à Chaleix (24). Variante : Rechiniac. On trouve aussi dans la Creuse le nom Rechignat, qui soit renvoie à un des lieux précédents ou à un village disparu, soit au hameau de Rechignat à Sermentizon (63).
Rivron Porté dans le Maine-et-Loire et les départements voisins, c'est une variante de Riveron (nom également présent dans l'Isère), probable diminutif de rive ou de rivière. Deux hameaux s'appellent Riveron, à Archiac (17) et à Souday (41).
Roquebert Surtout porté dans les Landes, désigne celui qui est originaire de Roquebert, nom de divers hameaux du Sud-Ouest. Deux sens possibles : soit la roche verte (roche = forteresse bâtie sur un rocher), soit plutôt la roche de Bert(o), nom de personne germanique. Présent également dans les Landes, Roquevert devrait en être une variante, tout comme Rocabert (64).
Roulois Le nom est porté dans la Mayenne et les départements voisins (variante : Roullois). Il pourrait désigner celui qui est originaire de Roullais, ancien fief à Brecé (53). M.-T. Morlet signale aussi un hameau appelé Roullois à Ernée (35), mais je n'en trouve aucune trace. Sans doute similaire, le nom de famille Roullais se rencontre dans l'Ille-et-Vilaine et la Loire-Atlantique.
Sarpy Les plus anciennes mentions connues situent le nom dans le Lot-et-Garonne (Fumel), où il s'est d'abord écrit Sarpi. Selon F. Mistral, Sarpi est une variante du prénom Sulpice (voir ce nom). À noter cependant qu'on ne trouve aucune mention du nom de famille avant les années 1700, ce qui laisse supposer une possible migration (il existe des Sarpi en Italie, le sens du nom m'est inconnu).
Sassine Le plus souvent libanais, c'est un prénom ou un nom de famille porté généralement par des chrétiens, en latin Sisinnius ou Sissinius. Divers saints se sont appelés Sassine ou Sisinnius, ainsi qu'un pape du début du VIIIe siècle (dont le pontificat ne dura que trois semaines).
Schweikert Le plus souvent allemand, le nom ne peut être dissocié des formes voisines Schweiker, Schweiger, Schweigert. Plusieurs solutions sont possibles. Il peut s'agir d'un nom de personne germanique, Swindger (swind = vigoureux + ger = lance). À envisager aussi le surnom d'un homme taciturne (allemand "schweigen" = se taire), ou celui qui exploitait une ferme (moyen haut-allemand "sweige").
Sinico Nom italien porté en Vénétie, dans la province de Vicenza. Sens incertain, mais il pourrait s'agir d'un toponyme : un hameau s'appelle Sinico dans la commune de Zermeghedo (même province).
Sonnic Porté dans le Morbihan, c'est un diminutif de Sonn, Le Sonn, Sounn, des noms qui correspondent à l'adjectif breton "sonn" (= droit, raide, ferme, solide).
Stachowiak Nom polonais dérivé de Stach, probable forme courte du prénom Stanislaw (Stanislas). À envisager secondairement le prénom Eustachy (Eustache). La même racine est à l'origine des noms Stachnik, Stachnick, Stachowicz, Stachowski, Stachula, Stachura.
Surbled Porté en Normandie, le nom s'écrit aussi Surblé, Surblet. Le lien avec le blé (du blé sur, aigre ?) semble douteux. Il est fort possible qu'on ait plutôt affaire à un diminutif du nom de personne Sibille, sous sa forme Subille, avec présence d'un r épenthétique. Ainsi, on rencontre dans l'Ille-et-Vilaine le nom de famille Surbillet, qui est certainement la variante d'un ancien Subillet. Signalons aussi que le mot "sublet" a désigné en Normandie un sifflet.
Taglietti Nom italien assez courant en Lombardie. Sens incertain. Le mot "taglietto", est un diminutif de "taglio" (= action de tailler), terme qui peut lui-même avoir de nombreux sens. Celui d'entaille, encoche est ici possible.
Taillée Porté dans le Maine-et-Loire et les Deux-Sèvres, c'est un toponyme, terme régional pouvant désigner une touffe de bois, mais aussi un chemin non empierré conduisant aux prairies ou une digue enserrant des marais (source : Pégorier, voir bibliographie). Plusieurs hameaux de Poitou-Charentes s'appellent (la) Taillée, c'est également le nom d'une commune de Vendée.
Tanchoux Nom de famille porté dans le Berry, où il s'écrit aussi Tanchou. Peut-être un toponyme avec le sens de "petit étang" (forme avec aphérèse de "estanchou"). Un hameau s'appelle Tanchou à Saint-Flovier (37), mais rien ne dit qu'il soit antérieur au nom de famille.
Tanné Ou Le Tanné. Nom breton porté notamment dans le Finistère. Il s'agit d'un dérivé de "tan" (= le feu), sans doute utilisé comme nom de personne. Sont également formés sur cette racine les noms Tanneau, Tanno, Tannou, Tanou (également Le Tanno, Le Tannou, Le Tanou).
Tanous Ou Tannous. Nom porté au Liban et en Tunisie. C'est, du moins pour les populations chrétiennes, une forme correspondant au prénom Antoine.
Tayan Le nom est porté dans le Sud-Ouest. Tout comme Tajan, il peut désigner celui qui est originaire de Tajan, commune des Hautes-Pyrénées (sens probable du toponyme : le domaine de Taius, ou Tadius, noms de personnes latins). On ne peut cependant négliger un éventuel lien avec Taillant (voir ce nom).
Tellado Porté en Espagne, le nom semble originaire de Galice. Il devrait s'agir au départ d'un microtoponyme, le mot "tellado" ayant en galicien le sens de "toiture".
Templier Le nom est surtout porté dans la Loire-Atlantique, ainsi que dans quelques départements du Centre et de Normandie. Il a pu désigner réellement un templier, mais on pensera plutôt à celui qui travaillait pour les templiers ou exploitait une terre leur appartenant.
Tenenbaum Surtout porté par des Juifs askhénazes, c'est une variante de Tannenbaum, désignant le sapin en allemand. Autres formes : Tanenbaum, Tennenbaum.
Teodori Forme du prénom Théodore portée en Italie centrale (Lazio, Marches). La forme Teodoro, beaucoup plus rare, se rencontre plutôt dans le sud de la péninsule.
Toigo Nom italien proté dans la province de Belluno (nord de la Vénétie). Je n'en connais pas le sens.
Tondu Porté notamment dans la Haute-Saône, la Seine-et-Marne et dans le Centre, a pu désigner un clerc (celui qui est tonsuré), mais on pensera aussi au surnom d'un enfant ou d'un jeune homme (cf. l'italien Tosi). On trouve l'équivalent Tondut dans la Lozère et l'Hérault. Il est probable que le nom Tonduf, rencontré en Limousin, en est une autre variante.
Trotté Ou Troté. Le nom est surtout porté dans la Sarthe. Sens obscur. Difficile d'en faire le participe passé du verbe "trotter". Peut-être un toponyme : un moulin et un hameau s'appellent Trotté à Saint-Pierre-des-Nids, dans la Mayenne (non loin de la Sarthe).
Turriani Nom italien rare, rencontré au nord de la Toscane et parfois en Sardaigne. Il désigne celui qui est originaire d'une localité ou d'un lieu-dit "la Torre" (la tour). Ainsi, le bienheureux Antonio della Torre, né à Milan au XVe siècle, est plus connu sous le nom de Turriani (ou Turriano). À noter qu'on rencontre plus fréquemment la forme Torriani (Lombardie).
Vanderbach Porté dans l'Aube depuis le début du XVIIIe siècle, le nom est originaire d'Allemagne (Xanten, à la frontière avec les Pays-Bas). Il désigne celui qui est originaire d'un lieu appelé Bach (= ruisseau, cours d'eau), la composition du nom étant un mélange de néerlandais et d'allemand.
Vécrigner Rare et porté dans la Moselle, c'est une francisation de Veckringer (également écrit Weckringer), nom désignant celui qui est originaire de Veckring (autrefois Weckring), commune du même département. La même localité explique le nom de famille Vécrin (qui apparaît dans un acte comme variante de Veckringer).
Verdenne En France, le nom est porté dans la Haute-Marne, mais on le rencontre aussi en Wallonie, dont il semble provenir. Dans ce cas, il désigne celui qui est originaire de Verdenne, localité de la province de Luxembourg.
Vertu Le nom est surtout porté dans les Vosges. Il s'agit apparemment d'un surnom évoquant la vaillance, le courage, la force (sens médiévaux de "vertu"). On trouve l'équivalent Vertut dans le Lot.
Wambergue Le nom est porté dans le Pas-de-Calais et les départements voisins. Variantes : Vambergue, Vambairgue. Il semble qu'on ait affaire à un toponyme, mais je n'en trouve aucun qui corresponde vraiment, sinon peut-être le hameau de la Wembergue, à Saint-Amand-les-Eaux (59). On notera que, dans cette région, le terme "wambergue" (également "wembergue, embergue, enberque") désigne un élément de toiture.
Wils Porté en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais, c'est une forme courte du néerlandais Willem (= Guillaume). Variante : Wiels.