Vipérine
Echium vulgare
Echium vulgare (vipérine commune)
Photo prise le 17/06/05 à Marcevol

Les vipérines (genre Echium, famille des Boraginaceae) sont des plantes très velues surtout représentées par la vipérine commune (Echium vulgare), qui pousse abondamment dans les lieux secs, plus ou moins rocailleux, dans les friches et au bord des chemins. Elle fleurit de mai à août, et est très commune dans toute la France. Les noms Echium et vipérine renvoient tous deux à la vipère : les quatre nucules du fruit ont chacune la forme d’une tête de vipère, et le style bifide évoque une langue de vipère. De plus, on croyait autrefois que la plante pouvait neutraliser le venin de vipère.

Espèces du genre Echium en France (noms acceptés, source Tela Botanica) :

Echium arenarium Guss.

Echium asperrimum Lam.

Echium calycinum Viv.

Echium creticum L.

Echium italicum L.

Echium plantagineum L.

Echium sabulicola Pomel

Echium vulgare L.

Espèces décrites ici :

Echium vulgare L. (vipérine commune) : plante bisannuelle à tige dressée (30 à 80 cm), plus ou moins ramifiée, à poils raides et piquants. Feuilles entières alternes, beaucoup plus longues que larges, lancéolées, elles aussi très velues. Fleurs en cymes unipares scorpioïdes (une des caractéristiques des boraginacées).Petit calice velu à cinq dents. Corolle à cinq lobes irréguliers d’une couleur allant du bleu au mauve. Cinq (parfois quatre) étamines saillantes, long style bifide. Le fruit est composé de quatre nucules. Noms catalans : viperina, llengua de bou, llengua de llebre. Photo prise à Marcevol le 17/06/05

Echium arenarium Guss. (vipérine des sables) : petite plante bisannuelle velue, ramifiée dès la base, à tiges couchées, poussant dans les sables du littoral méditerranéen. La tige et le calice ont des poils hérissés, tandis que les feuilles ont des poils appliqués. Ces dernières sont pétiolées à la base (limbe spatulé), semi-embrassantes dans le haut de la tige (limbe lancéolé). Les fleurs, petites, ont des teintes variant du bleu violacé au rose pourpré. La corolle dépasse assez peu le calice. Floraison de mars à mai, parfois aussi à l’automne. Nom catalan : èquium arenari. Photo prise au Barcarès le 18/04/10.

Echium asperrimum Lam. (vipérine très rude, vipérine des Pyrénées) : plante de 30 à 80 cm, toute couverte de poils blanchâtres hérissés et piquants, qui pousse dans les lieux arides du Midi, à basse altitude. Très ramifiée, elle fait penser à un petit sapin lorsqu’elle est suffisamment élevée. Nombreuses feuilles basales ovales-oblongues en rosette. Feuilles caulinaires étroites, presque linéaires, souvent un peu réfléchies. Les fleurs, assez petites, ont une corolle rose pâle en général striée de violet. Les filets des étamines sont rouges, ce qui permet de faire la distinction avec Echium italicum, à corolle également rose mais à filets d’un rose très pâle. Nom catalan : inconnu. Photo prise à Baixas le 23/05/07.

Echium asperrimum (vipérine très rude, vipérine des Pyrénées) : fleur (on voit que deux étamines seulement dépassent la corolle). Photo prise à Baixas le 23/05/07.

Echium creticum L. (vipérine de Crète, vipérine du Midi) : plante annuelle ou bisannuelle de 20 à 50 cm poussant dans les lieux sablonneux et caillouteux de la région méditerranéenne. Elle est soit peu rameuse, soit ramifiée dès la base. Les tiges sont hérissées de longs poils tuberculeux à la base. Les feuilles oblongues portent des poils appliqués. La plante se reconnaît immédiatement à ses fleurs de grande taille (2 à 3 cm), de couleur rouge ou violacée. Petit calice hérissé. Corolle à long tube. Les étamines ont des filets rouges et velus. Comme dans l’espèce précédente, seules deux étamines sont saillantes. Floraison d’avril à juin. Noms catalans : viperina, èquium crètic. Photo prise à Saint-Hippolyte le 22/04/11.
Echium creticum L. (vipérine de Crète, vipérine du Midi) : fleurs. Photo prise à Saint-Hippolyte le 22/04/11.
Echium virescens DC. (détermination incertaine) : cette grande plante pouvant atteindre jusqu’à deux mètres est originaire des îles Canaries, où on rencontre d’autres espèces voisines (E. acanthocarpum, E. webbii). Abondamment plantée en région méditerranéenne, elle y est peut-être en cours de naturalisation. Les feuilles sont nombreuses, aussi bien en rosette basale que le long de la tige blanchâtre. D’un vert grisâtre, elles sont ovales, allongées, terminées en pointe. L’inflorescence a l’apparence d’un épi très dense et allongé. Fleurs variant du bleu au rose. Contrairement à E. acanthocarpum, les fruits ne sont pas épineux. Photo prise à Ille-sur-Tet le 23/04/08.
Echium virescens DC. : détail des fleurs. Photo prise à Ille-sur-Tet le 23/04/08.
Retour à la liste des fleurs
Retour à la page d’accueil