Colchiques et crocus
Crocus nudiflorus Sm. in Sowerby (crocus d’automne, crocus à fleurs nues)
Photo prise le 12/09/05 aux Bouillouses

Même s’ils se ressemblent beaucoup, les colchiques et les crocus sont des plantes appartenant à des familles différentes : les Colchicaceae pour les colchiques, les Iridaceae pour les crocus. Si je les ai rassemblés ici, c’est que beaucoup d’entre nous appellent à tort « colchiques » les fleurs poussant en grand nombre à l’automne dans les prés de nos montagnes, alors que ce sont en réalité des crocus. La distinction est facile à faire au niveau des organes reproducteurs : les crocus n’ont que trois étamines, contre six aux colchiques ; ils ont un seul style, à trois stigmates souvent découpés en fines lanières, tandis que les colchiques ont trois styles.

Pour le reste, il est vrai que les plantes se ressemblent : ce sont des monocotylédones vivaces par leur bulbe, dont les fleurs portent six tépales (trois sépales et trois pétales à peu près identiques). Les espèces qui fleurissent à l’automne ont la particularité de développer leurs feuilles et leurs fruits au printemps de l’année suivante.

On précisera que le terme « colchique » regroupe en fait trois genres différents : Colchicum (dont Colchicum autumnale), Bulbocodium (Bulbocodium vernum) et Merendera (Merendera montana et Merendera filifolia). Quant aux crocus (genre Crocus), ils comportent notamment le safran (Crocus sativus).

Le mot colchique renvoie à la Colchide, pays de la magicienne et empoisonneuse Médée, sans doute en référence au fait que les colchiques sont des plantes très toxiques. Quant à crocus, il correspond au grec krokos et au latin crocus, qui désignaient le safran.

Espèces décrites ici :

Crocus nudiflorus Sm. (crocus d’automne, crocus à fleurs nues) : espèce surtout pyrénéenne, également présente dans les Cévennes, poussant dans les prés et les bois clairs jusqu’à l’étage subalpin. Les fleurs, solitaires, violettes ou bleu violacé, peuvent atteindre 20 cm. Elles ont un tube blanchâtre très long, entouré par une gaine membraneuse. Étamines à filet blanc et à anthères orange. Style orange à stigmates très ramifiés. Floraison de septembre à novembre. Nom catalan : safrà bord. Photo prise aux Bouillouses le 12/09/05

Merendera montana (L.) Lange (colchique des Pyrénées) : cette espèce ne se rencontre peut-être pas dans notre département. Elle est par contre très abondante dans les prés humides des Pyrénées centrales et du nord de la péninsule ibérique, de préférence sur sol calcaire. Fleurs solitaires ou par deux, à tépales roses assez étroits. 6 étamines à anthères jaunes, trois longs styles blancs, entièrement libres. Floraison en août-septembre. Nom catalan : còlquic dels Pirineus. Photo prise à Barèges (65) en août 2005.

Colchicum neapolitanum (Ten.) Ten. (colchique de Naples). Synonyme : Colchicum arenarium. Plante méridionale poussant dans les lieux secs et sablonneux, assez rare dans notre département. Les trois ou quatre longues feuilles, dressées ou étalées, poussent au printemps, entourant un fruit de la grosseur d’une noisette. Les fleurs rosées apparaissent à l’automne. Elles sont solitaires ou par 2-3, assez grandes, à divisions lancéolées-oblongues. Nom catalan : inconnu. Photo prise à Maury le 02/05/10.
Colchicum alpinum DC. (colchique des Alpes) : plante de 5 à 15 cm, fleurissant en été dans les prés des hautes montagnes des Alpes. Fleurs à six tépales roses striés, lancéolés-oblongs, ne dépassant pas 3 cm. Étamines à anthères jaunes. Le feuilles, généralement au nombre de deux, sont dressées autour du fruit. Elles sont lancéolées à linéaires-lancéolées. Photo prise en Italie (province de Cuneo) le 07/08/08.
Retour à la liste des fleurs
Retour à la page d’accueil