Corroyère
Coriaria myrtifolia L. (corroyère, corroyère à feuilles de myrte, redoul)
Photo prise le 25/04/06 à Saint-Martin

La corroyère à feuilles de myrte est le seul représentant en France du genre Coriaria, lui-même seul membre de la famille des coriariacées. Elle doit son nom au fait que son écorce et ses feuilles ont longtemps été utilisées pour le tannage du cuir.

C’est un arbrisseau mesurant de 1 à 2 mètres, à rameaux quadrangulaires à angles saillants, qui pousse surtout en région méditerranéenne, sur les coteaux, le long des chemins ou dans les bois secs. Les feuilles sont opposées, entières, à limbe ovoïde terminé en pointe et portant trois nervures principales. Les fleurs, verdâtres, à cinq sépales et cinq pétales, sont groupées en racèmes (grappes). L’arbrisseau est polygame, portant à la fois des fleurs mâles et hermaphrodites. Si les premières se fanent très vite, les secondes conservent leur calice et leur corolle, qui deviennent charnus et entourent le fruit jusqu’à sa maturité, en se colorant de rouge, puis de noir, tout comme le fruit. Ce dernier est une baie à cinq loges. Floraison d’avril à juin. Fruit à maturité pendant l’été.

L’ensemble de la plante est très toxique, contenant de la coriamyrtine. C’est vrai en particulier pour le fruit, dons l’ingestion peut être mortelle. À noter que les chèvres qui broutent les feuilles présentent ensuite les symptômes de l’ivresse, d’où le nom d’emborrachacabras donné en castillan à la corroyère.

Coriaria myrtifolia L. (corroyère, corroyère à feuilles de myrte, redoul) : inflorescences. Nom catalan : roldor. Photo prise à Saint-Martin le 25/04/06.
Coriaria myrtifolia L. (corroyère, corroyère à feuilles de myrte, redoul) : formation des fruits. Photo prise à Prugnanes le 29/04/08.
Retour à la liste des fleurs
Retour à la page d’accueil