Glaïeul
Gladiolus dubius Guss. (glaïeul douteux)
Photo prise le 01/05/06 à Cases-de-Pène

Comme les tulipes, les iris ou les narcisses, on a parfois du mal à penser que les glaïeuls puissent pousser en dehors des jardins. C’est pourtant le cas, toutes ces fleurs se rencontrent dans les Pyrénées-Orientales, où elles ont le plus souvent une affection particulière pour les terrains calcaires et rocailleux, à végétation basse, autrement dit la garrigue. Elles sont certes plus petites que les espèces cultivées, mais leur rencontre est une perpétuelle source d’émerveillement pour le promeneur, surtout s’il est en même temps un peu botaniste.

Les glaïeuls sont des plantes bulbeuses qui appartiennent au genre Gladiolus, de la famille des iridacées. Le nom signifie en latin “petit glaive, petite épée”, allusion aux feuilles plates et pointues comme des épées. Les fleurs, roses à pourpres, sont groupées en épis unilatéraux plus ou moins fournis et entourées de deux bractées vertes. Elles ont six tépales (sépales et pétales identiques) soudés à la base et s’ouvrant en deux lèvres. Il y a trois étamines entourant un style à trois stigmates.

Noms catalans : gladiol, espaseta.

Principales espèces du genre Gladiolus en France :

Gladiolus communis L.

Gladiolus dubius Guss.

Gladiolus illyricus W.D.J.Koch

Gladiolus imbricatus L.

Gladiolus italicus Mill.

Gladiolus palustris Gaudin

Gladiolus dubius Guss. (glaïeul douteux) : il semble que ce soit à cette espèce qu’appartiennent les petits glaïeuls (20 à 50 cm) poussant dans les environs de Cases-de-Pène, où leur présence est bien connue des botanistes. C’est une espèce protégée, dont la cueillette est strictement interdite. Photo prise à Cases-de-Pène le 01/05/06

Gladiolus sp. : fleur vue de face. Photo prise à Bélesta le 15/05/06.

Retour à la liste des fleurs
Retour à la page d’accueil