Tabouret
Kandis perfoliata (L.) Kerguélen (tabouret perfolié, monnoyère à feuilles embrassantes)
Photo prise le 16/04/06 à Bélesta-de-la-Frontière

Les tabourets sont des plantes de la famille des brassicacées (ou crucifères), autrefois toutes classées dans le genre Thlaspi, réparties maintenant dans trois genres différents : Thlaspi, Kandis et surtout Noccaea. Qu’il désigne un siège ou une plante, le mot “tabouret” est un diminutif de “tambour”. Concernant la plante, il s’agit sans doute d’une image liée à la forme arrondie et concave des fruits (des silicules), semblables à des tambourins. Ces fruits sont en tout cas la principale caractéristique des tabourets : ils sont comprimés perpendiculairement à la cloison et plus ou moins échancrés au sommet. Ils s’ouvrent par deux valves concaves en forme de carène. Chaque loge contient de deux à huit graines. Les fleurs sont généralement blanches, petites, à sépales dressés et à pétales égaux. La forme des fruits fait que les tabourets sont parfois aussi appelés “monnoyères”.

Espèces décrites ici :

Kandis perfoliata (L.) Kerguélen (tabouret perfolié, monnoyère à feuilles embrassantes) : petite plante de 10 à 20 cm, annuelle ou bisannuelle, poussant au bord des chemins, dans les cultures et les prés, avec une préférence pour le calcaire. On la reconnaît surtout à ses feuilles caulinaires très embrassantes, les oreillettes faisant le tour de la tige. Les feuilles basales sont pétiolées. C’est une plante glabre, au feuilles un peu glauques. Très petites fleurs blanches (floraison de mars à avril). La silicule est très échancrée, un peu en forme de coeur. Nom catalan : traspic perfoliat. Photo prise à Bélesta-de-la-Frontière le 16/04/06.

Thlaspi arvense L. (tabouret des champs, monnoyère) : plante annuelle glabre de 10 à 40 cm, très commune dans toute la France mais un peu plus rare dans le Midi. Tige dressée, simple ou peu ramifiée. Feuilles oblongues, parfois entières, le plus souvent irrégulièrement dentées, les caulinaires embrassant la tige par deux oreillettes aiguës. Fleurs blanches très petites (3 à 4 mm) en grappe serrée, qui s’allonge considérablement au moment de la fructification, en même temps que les pédicelles. Les silicules sont très grandes, largement ailées tout autour, à échancrure profonde et étroite. Graines noires à maturité (5-6 par loge). Floraison d’avril à septembre. Nom catalan : traspic de camp. Photo prise à Rennes (jardin des Plantes) le 16/06/06.
Retour à la liste des fleurs
Retour à la page d’accueil