Mouron d’eau

Samolus valerandi L. (mouron d’eau, samole de Valerand)
Photo prise le 21/05/08 à Saint-Paul-de-Fenouillet

Le genre Samolus appartient à la famille des primulacées (famille de la primevère). Il est représenté par une seule espèce, Samolus valerandi, le mouron d’eau ou samole de Valerand. C’est une plante vivace glabre de 20 à 60 cm, à tige dressée, d’un vert clair, poussant dans les lieux marécageux, au bord des sources et des cours d’eau, avec une préférence pour les eaux salines et le calcaire. Les feuilles sont entières, à court pétiole, ovales, les unes disposées en rosette basale, les autres alternes le long de la tige. Les fleurs blanches, très petites (3 mm environ), sont disposées en racèmes (grappes). Elles sont portées par des pédicelles un peu coudés munis de bractéoles. Calice vert, soudé à l’ovaire, accrescent, à cinq dents triangulaires. Corolle soudée jusqu’à la moitié, à cinq lobes arrondis, à gorge verte comportant cinq écailles alternant avec les lobes. Cinq étamines à anthères jaunes. Le fruit est une capsule s’ouvrant au sommet par cinq valves.

L’origine du nom Samolus est obscure, peut-être celtique. Le qualificatif valerandi renvoie à Valerand Dourez, botaniste flamand du XVIe siècle. À noter que les feuilles basales peuvent se consommer en salade, mais sont plutôt amères. Enfin, précisons que le terme “mouron d’eau” peut aussi désigner une véronique, Veronica anagallis-aquatica.

Noms catalans : dolcet, enciamet de la Mare de Déu.


Samolus valerandi L. (mouron d’eau, samole de Valerand) : vue d’ensemble de la plante. Photo prise à Saint-Paul-de-Fenouillet le 21/05/08.

Retour à la liste des fleurs
Retour à la page d’accueil