Les tribulations de Joseph Moreu

ou la vie d’un instituteur catalan au XIXe siècle

DE TREVILLACH A CAMELAS

Il reste maintenant à lui trouver un nouveau poste. On lui propose d’abord Saint-Martin, mais il refuse violemment : un séjour là-bas lui a suffi, et puis il prétend être fâché avec le maire du village. En juin 1852, on lui ordonne d’aller à Rabouillet, ce qu’il fait à contrecoeur, ainsi que l’indique la lettre presque insolente qu’il envoie au recteur:

“Je vous ai toujours demandé une commune d’un climat tempéré; ilparaît, Monsieur le Recteur, que vous n’avez pas voulu prendre note de ma déclaration, puisque nous avez voulu m’envoyer dans une des régions les plus élevées du département, dans un pays où règne un hiver perpétuel.”

Les gens de Rabouillet apprécieront… Mais Moreu a de la chance dans son malheur, car ni le maire, ni le curé de Rabouillet ne veulent de lui : ils souhaitent engager un nommé Authier,tisserand et accessoirement instituteur, sous prétexte qu’il est intégré à la population et qu’il chante très bien à l’église. Authier n’est pas breveté, mais les autorités municipales insistent tellement, et Moreu les combat avec tant de mollesse que l’inspection académique finira par céder. Voilà maintenant Moreu nommé à Brouilla, où il restera de septembre 1852 à juillet 1853. Nous ne savons pas grand-chose sur ce séjour, sinon qu’il fut inspecté juste avant son départ et que le rapport lui est relativement favorable, même s’il ne paraît pas très brillant en système métrique. Mais l’inspecteur ne lui promet pas un très long avenir dans l’enseignement, car il est atteint de surdité. Nous avons été frappés par le peu de livres utilisés par Moreu : une grammaire et un abrégé d’arithmétique. Pour le reste, trois ouvrages de religion et de morale: “l’Imitation de J.C”, “La Morale en action” et le Catéchisme du diocése. Ce sont les mêmes ouvrages qu’il utilise cinq ans plus tard à Camelas, avec un autre livre de morale et d’histoire très apprécié à l’époque, le “Télémaque” de Fénelon. C’est dire à quel point l’enseignement qu’on entendait donner aux enfants des campagnes était limité à former de bons petits chrétiens plutôt que des petits savants.

Le 19 août 1853, Joseph Moreu est nommé à Camelas. Il va y rester cinq ans, jusqu’aux scandales qui entraîneront son déplacement à Castellnou, puis sa radiation.

Les histoires qui font l’Histoire

Page suivante