L’orri d’Embullà

au-dessus de Villefranche-de-Conflent

Vue d’ensemble
Les piliers

Les orris sont de grandes cabanes rectangulaires, aux dimensions souvent impressionnantes, à vocation pastorale. On pense généralement qu’ils étaient utilisés pour la confection et le stockage des fromages. Celui que nous vous présentons ici est facile d’accès, et constitue un agréable but de promenade, d’autant plus que, une fois arrivé sur le site, il suffit de faire une centaine de mètres vers le nord pour découvrir une vue plongeante sur Villefranche-de-Conflent assez exceptionnelle.

Accès : soit en voiture depuis Cornellà de Conflent, soit à pied depuis Villefranche : suivre le chemin de l’autre côté de la Nationale, en face du premier parking. Après avoir traversé le canal de Bohère, le chemin serpente dans les bois, avant d’aboutir au plateau d’Embullà. On accède à la cabane en suivant, une fois qu’on est sur le plateau, un chemin qui se dirige vers le nord.

Description, faite par Pierre Ponsich (Etudes roussillonnaises, t.V, 1956, pp. 305-317):

Cabane impressionnante par ses dimensions, mais aussi par la couleur des pierres, calcaires et marbres rougeâtres, roses, ocres, blancs, bleutés (pierres dégrossies au marteau). Des talus permet d’accéder au toit, tout en servant de contreforts à la cabane. Celle-ci est de même type que celle de Bohère, au-dessus de Prades.

Dimensions intérieures : L= 9 m ; l = 3,80 m ; h = 3,25 m (3,05 m au centre).

La cabane se présente à l’intérieur comme une nef rectangulaire divisée en trois travées par quatre piliers laréraux de plan rectangulaire. A partir d’une certaine hauteur (2 m environ) les assises des murs latéraux de la cabane et des faces latérales des piliers convergent vers le centre de chaque compartiment, qui est ainsi couvert d’une fausse demi-coupole, qu’une grande dalle achève de fermer. Au-dessus du couloir central, les faces des piliers s’incurvent aussi en encorbellement, formant autant de demi-berceaux que ferment de grandes dalles plates, longues en moyenne de 1,60 m.

Une porte rectangulaire avec linteau de bois s’ouvre au midi. A l’extrémité opposée, une fenêtre rectangulaire ébrasée achève de donner à l’ensemble un aspect de chapelle, qui frappe au premier abord. Deux autres fenêtres analogues ont été ménagées dans les murs de la travée centrale. A moins d’un mètre de l’entrée, un orifice pratiqué dans le plafond paraît destiné à servir de cheminée.

Cabanes en pierres sèches
L’agriculture catalane

Index général