Musée de St Michel de Llotes :

Glossaire des termes agricoles cités dans les diverses pages du site

Ados : Talus de terre rapportée, destiné à protéger les cultures contre les intempéries. Bande de terre soulevée par la charrue.

Age: Pièce de la charrue à laquelle s’ajustent le soc et les autres pièces travaillantes, et qui est reliée au dispositif d’attelage. Pièce de l’araire reliée au dispositif d’attelage (étym. frq *hagja, qui a donné aussi “haie”).

Aiguille à lier : Cheville de bois servant à lier les gerbes. Autrefois les gerbes étaient liées avec un lien de paille de seigle et, pour arrêter ce lien, après une dernière torsade de ses deux extrémités, on se servait de cette cheville.

Altise : Insecte coléoptère sauteur, qui cause des dégâts dans les vignes et les potagers (lat. emprunté au grec “haltikos” = “bon sauteur”).

Amendement : Opération visant à améliorer les propriétés physiques d’un sol, notamment par un apport de calcaire.

Andain : Ligne régulière formée par les herbes que le faucheur coupe et rejette sur sa gauche.

Anthracnose : Maladie de la vigne, appelée aussi charbon, rouille noire, provoquée par certaines espèces de champignons microscopiques (du grec “anthrax” = charbon).

Araire : Instrument aratoire dont les parties travaillantes sont symétriques à l’axe de l’age. Généralement en bois, l’araire est utilisé pour opérer des labours peu profonds et pour recouvrir les semences.

Aréomètre : Instrument qui sert à calculer le poids spécifique d’un liquide. En vinification, l’aréomètre Baumé est utilisé pour calculer le poids de sucre contenu dans le moût, et partant le degré alcoolique qu’aura le vin après fermentation. L’emploi de l’aréomètre s’accompagne de celui d’un thermomètre, la densité du moût variant en fonction de sa température.

Attelle : Partie du collier des chevaux à laquelle les traits sont attachés.

Avaloire : Pièce de harnais qui descend derrière les cuisses du cheval de limon et sur laquelle il s’appuie pour freiner ou faire reculer le véhicule (étym. a. fr. avaler : descendre).

Balle : Enveloppe des graines de céréales (étym. gaulois *balu ); syn. glume.

Baril : Petit tonneau (étym. lat. pop.barriculus ).

Barrique : Tonneau de 225 litres en principe (barrique bordelaise). Etym. gascon barrico.

Bât : Dispositif que l’on place sur le dos des bêtes de somme pour le transport de leur charge (étym. bas-lat. bastum, de bastare : porter).

Bêche : Outil de jardinage composé d’un fer large et tranchant, adapté à un manche, qui permet d’effectuer un labour profond (étym. obscure).

Bident : Houe ou fourche à deux dents.

Billon : Ados formé dans un champ par la charrue, entre deux raies (étym. bille, du lat. pop. bilia : tronc d’arbre).

Biner : Donner une seconde façon aux terres, aux vignes ; briser la terre pour l’ameublir et pour la désherber.

Binette : Outil de jardinage servant au binage de la terre (voir “serfouette”).

Bineuse : Machine agricole destinée au binage.

Bricole : Courroie du harnais que l’on applique sur le poitrail du cheval (étym. italien briccola ).

Bride : Pièce du harnais fixée à la tête du cheval pour le diriger (étym. allem. bridel : rêne).

Bridon : Bride légère à mors brisé.

Butter : Disposer la terre en petites buttes ; garnir une plante de terre qu’on élève autour du pied.

Calcimètre-acidimètre : Appareil mis au point par le chimiste Bernard et permettant, à l’aide de bicarbonate de soude, de déterminer l’acidité d’un moût.

Canadienne (herse) : Sorte de scarificateur dont les dents souples effectuent plutôt un binage qu’un hersage.

Carrelet : Soc en forme de règle quadrangulaire (avec une ou deux pointes) utilisé pour labourer avec certains araires.

Cavaillon : Voir “décavaillonneuse”.

Chanfrein : Partie antérieure de la tête du cheval, qui s’étend du front aux naseaux (étym. obs.)

Charrue : Instrument aratoire où, contrairement à l’araire, les parties travaillantes sont situées d’un seul côté de l’age. Charrue et araire se composent de trois parties essentielles : mancherons, sep et age. Le sep supporte le soc et le versoir. La charrue est souvent munie en outre d’un coutre fixé sur l’age, en avant du sep.

Chaubage : Technique primitive de battage qui consiste à saisir tout ou partie de la gerbe et à en frapper la tête sur une surface dure (planche, chevalet, rebord de tonneau…).

Chauler : Amender la terre à l’aide de chaux.

Chausser : Voir “butter”.

Chlorose : Etiolement des plantes provoqué par leur décoloration.

Cloque : Maladie du pêcher, causée par un champignon du groupe des ascomycètes. Les feuilles atteintes se recroquevillent et deviennent cassantes, prenant une couleur jaune, puis rougeâtre. D’autres cloques s’attaquent aussi au poirier ou au peuplier, à l’aulne etc…

Cochylis : Papillon dont la chenille dévore les feuilles de la vigne (lat. emprunté au grec = “coquillage”)

Coffin : Etui rempli d’eau où le faucheur place sa pierre à aiguiser.

Coryneum : Champignon qui attaque les arbres fruitiers à noyaux et provoque la maladie appelée “criblure”, marquée par l’apparition de taches violacées sur les feuilles, au printemps.

Coulant : Rejeton d’une plante rampante, en particulier le fraisier.

Coutre : Fer tranchant situé à l’avant du soc de la charrue pour fendre la terre.

Croupière : Longe de cuir que l’on passe sous la queue d’un cheval, d’un mulet, et qui, fixée au bât, empêche celui-ci de remonter sur le garrot.

Culière : Sangle fixée au derrière du cheval pour empêcher le harnais de glisser.

Cultivateur : Machine aratoire équipée de petits socs réversibles, servant au labour superficiel.

Décavaillonneuse : Charrue servant à labourer les cavaillons, c’est-à-dire les bandes de terre situées entre les pieds de vigne, que la charrue normale ne peut labourer.

Déchausser : Enlever la terre à la base d’une plante.

Déchausseuse : Petite charrue pour déchausser les pieds de vigne.

Déchaussoir : Sorte de houe pour déchausser les arbres.

Demi-muid : Futaille d’une capacité d’environ 600 litres.

Densimètre : Appareil de mesure mis au point par Gay-Lussac, et vulgarisé par Salleron sous le nom de mustimètre, pour le calcul de la densité du moût (voir “aréomètre”).

Dental : Nom spécifique du sep de l’araire.

Dérayer : Laisser une raie ouverte en traçant, dans un champ, le dernier sillon de la charrue.

Dérayure : Sillon ou raie qui sépare deux champs labourés, et qui sert aussi à l’écoulement des eaux.

Dossière : Partie du harnais d’un cheval posée sur le dos, qui sert à soutenir les brancards.

Douelle : Petite douve de tonneau (on dit aussi “douvelle”)

Douille : Pièce de métal creuse et le plus souvent cylindrique qui sert à adapter un instrument à un manche (étym. frq *dulja ).

Douve : Planche servant à la fabrication des tonneaux (étym; bas-lat. doga, récipient)

Educateur : nom donné à celui qui élève des vers à soie.

Egrappage : Opération ayant pour but de séparer les grains de raisins de leurs rafles avant de les jeter dans la cuve.

Enclumette : Petite enclume que l’on plante en terre pour taper la faux.

Enrayure : Première raie tracée par la charrue dans le champ.

Etançons : Pièces verticales qui réunissent l’age d’une charrue aux pièces travaillantes (sep, versoir) (étym. de l’a. fr. ester, se tenir, rester).

Eudémis : Papillon dont la chenille est nuisible à la vigne (étym. grec = “beau corps”).

Extirpateur : Machine servant à extirper, c’est-à-dire à arracher les mauvaises herbes avec leurs racines.

Faner : Retourner un végétal fauché (notamment l’herbe pour le foin, lat. fenum = foin), pour le faire sécher.

Faux : Outil formé d’une lame arquée fixée au bout d’un long manche, dont on se sert pour couper le fourrage et les céréales (étym. lat. falx ).

Faux armée : Faux à laquelle est fixée une armature en bois ou en métal (râteau ou ramassette), qui permet de recueillir les céréales venant d’être coupées et de les coucher sur le champ de façon régulière, ce qui facilitera le travail de ramassage et de gerbage.

Feuillette : Tonneau dont la capacité varie de 110 à 140 litres.

Foudre : Grand tonneau (étym. all. fuder ).

Foulage : Opération ayant pour but d’écraser le raisin afin de mettre en liberté le jus sucré renfermé à l’intérieur des grains. Pratiqué d’abord à pieds nus, le foulage s’est fait ensuite de façon mécanique.

Fouloir : Machine servant à fouler le raisin.

Fourche : Instrument à main, formé d’un long manche muni de deux ou plusieurs dents (lat. furca). Les fourches étaient très différentes selon l’usage qu’on en faisait : faner, manipuler les gerbes, la paille, le foin (construction de meules), chargement ou déchargement, distribution à l’étable etc… Beaucoup de fourches étaient monoxyles (une seule pièce de bois, souvent du micocoulier).

Frontal : Partie de la bride qui passe sur le front du cheval.

Glucomètre : Un des nombreux types d’aréomètres permettant de mesurer la quantité de sucre des moûts (voir “aréomètre”).

Graine : terme utilisé en sériciculture pour désigner l’oeuf du ver à soie.

Guéret : Dans un labour à la charrue, partie du sol contre laquelle s’appuie le sep, mais qui n’est pas soulevée par le soc.

Guides : Lanières de cuirs, attachées au mors du cheval, et servant à le diriger.

Harnais : Equipement d’un cheval de selle, de trait, et par extension de tout animal de travail (éty. a. scand. *her-nest )

Herse : Instrument à dents fixées à un bâti, qu’un attelage traîne sur une terre labourée pour briser les mottes, enfouir les semences.

Houe : Pioche à lame assez large, dont on se sert pour les binages.

Houe américaine : Instrument multisocs, au bâti réglable en largeur, permettant de labourer ou de biner des bandes étroites. Appelée aussi “pilter”, du nom de son principal distributeur.

Joug : Pièce de bois qu’on met sur la tête des bœufs pour les atteler (étym. lat. jugum ).

Licol (licou) : Pièce de harnais, lien que l’on met autour du cou des bêtes de somme pour les attacher (étym. lie- cou, du verbe lier).

Limon : Chacun des deux brancards entre lesquels on attelle le cheval (étym. prob : radical gaul. lem : traverse).

Limonier : Cheval de trait destiné à l’attelage.

Marc : Résidu des fruits dont on a extrait le jus pour la fabrication de vin, d’huile etc…

Martingale : Courroie du harnachement du cheval, qui relie la sangle (sous le ventre de la bête) à la muserolle (étym. provençal : martegalo : de Martigues).

Mildiou : Maladie de la vigne causée par un champignon. Son nom d’origine, “mildiew”, nous permet de comprendre que cette maladie, appelée aussi “rot”, est d’origine américaine. Le mildiou se combat grâce au sulfate de cuivre, mélangé à la chaux (bouillie bordelaise ou bourguignonne).

Montants : Partie de la bride qui va du mors aux côtés du frontal.

Mors : Levier qui passe dans la bouche du cheval et qui, en agissant sur les barres, sert à le diriger (étym. de mordre ).

Moût : Jus de raisin qui vient d’être exprimé et n’a pas encore subi la fermentation alcoolique.

Muid : Futaille de la capacité d’un muid. Etym. lat. modius.

Muraille : Dans un labour à la charrue, partie extérieure de la motte de terre soulevée par le soc.

Muserolle : Pièce de harnais (partie de la bride) qui se place sur le chanfrein (étym. italien : muso, museau).

Mustimètre : Le mustimètre Salleron (ou densimètre de Gay-Lussac) est un aréomètre à poids constant, permettant de connaître le poids en sucre d’un litre de moût (voir “aréomètre”).

Oeil : Partie de la douille d’un outil qui reçoit le manche.

Oeillère : Plaque de cuir attachée au montant de la bride et empêchant le cheval de voir sur le côté.

Oïdium : Maladie de la vigne provoquée par un champignon, apparue en France en 1847. L’oïdium, se combat grâce aux pulvérisations de soufre.

Ouiller : Remplir un tonneau à mesure que le niveau baisse. (étym. formé sur “œil “)

Palonnier : Barre transversale aux extrémités de laquelle on fixe les traits des chevaux.

Pellicule : Peau du grain de raisin, contenant du tanin et des acides, ainsi que, dans ses cellules intérieures, la matière colorante du vin. Elle contient aussi une matière odorante qui donne au vin son parfum.

Phylloxéra (phylloxera vastatrix) : Insecte hémiptère, puceron parasite dont les piqûres sur les racines de la vigne font naître des nodosités qui, en quelques années, provoquent la mort du cep. Venu d’Amérique, le phylloxéra a été observé pour la première fois en 1864, à Nîmes. En quelques années, il a détruit l’essentiel du vignoble méridional.

Pilter : Voir “Houe américaine”.

Pyrale : Papillon type d’une famille de lépidoptères dont les chenilles s’attaquent aux végétaux : pyrale de la vigne, pyrale du pommier (appelée carpocapse). Origine : lat. “pyralis” = “insecte vivant dans le feu”.

Rafle : Grappe de raisin sans ses grains (ensemble du pédoncule et des pédicelles).

Rasette : Petit soc fixé en avant du coutre d’une charrue et qui sert à couper les mauvaises herbes (dér. de “raser”).

Reculement : Courroie de harnais qui permet au cheval d’entraîner la voiture en reculant.

Regain : Herbe qui repousse dans la prairie après les premières coupes.

Reille : Soc lancéolé particulier à l’araire (étym. lat. regula ).

Ridelle : Châssis à claire-voie disposé de chaque côté d’une charrette afin de maintenir la charge (étym. all. médiéval reidel : rondin).

Sarclée (culture) : Culture disposée en lignes, pour faciliter la destruction des mauvaises herbes par le sarclage ou le binage.

Sarcler : Arracher les herbes nuisibles en extirpant les racines à l’aide d’un outil (étym. lat. sarculare ).

Scarificateur : Machine servant au scarifiage, c’est-à-dire à briser la croûte durcie sur le sol entre les labours et les hersages et le moment des semailles. Le scarificateur fend le sol en raies profondes et étroites. (étym. lat. scarificare )

Sellette : Pièce de harnais supportant la dossière qui soutient le brancard.

Sep : Partie du bâti de la charrue reliée aux étançons et glissant par son talon sur le sol, et par son contre-sep le long de la muraille.

Serfouette : Outil de jardinier servant à labourer légèrement, et composé soit d’une houe (panne) et d’une langue, soit d’une langue et d’un bident.

Serfouir : Sarcler ou biner avec la serfouette (étym. cerfouir, du lat. circumfodere : fouir autour).

Serpe : Outil tranchant composé d’un fer plat large, à bout droit ou recourbé, emmanché dans une poignée de bois et employé par les jardiniers, les vignerons, les treillageurs, les bûcherons, les élagueurs… pour couper les branches de moyenne grosseur (étym. lat. pop. sarpa, correspondant au grec harpê, faux)

Serpette : Petite serpe servant à tailler ou à émonder les arbres fruitiers, à couper les grappes de raisin.

Soc : Lame métallique triangulaire qui tranche horizontalement la terre (étym. gaul. *soccus).

Sous-barbe : Pièce de harnais qui réunit les deux montants du licol.

Sous-gorge : Partie de la bride qui passe sous la gorge du cheval.

Sous-ventrière : Courroie attachée aux deux limons d’une voiture et qui passe sous le ventre du cheval.

Surdos : Pièce de harnais : bande de cuir qui sert à retenir les traits.

Surfaix : Sangle servant à maintenir une charge sur le dos d’une bête.

Tanin (tannin): Substance contenue essentiellement dans la rafle, la pellicule du grain et surtout les pépins. Le tanin permet la conservation des vins et contribue à la formation de leur bouquet lors du vieillissement. Les vins blancs, que l’on fait cuver sans les organes solides, sont beaucoup moins riches en tanin que les vins rouges.

Tarare : Appareil qui sépare les grains de la balle par la ventilation, à l’aide d’un système de trémies, de cribles et de grilles (étym. obscure : p-ê onomatopée du bruit de la machine).

Tendilles : Equivalent des étançons. Le terme s’applique essentiellement à l’araire.

Têtière : Partie inférieure de la bride qui passe derrière les oreilles et soutient le mors.

Timon : Longue pièce de bois disposée à l’avant d’une voiture ou d’une charrue selon un axe longitudinal et de chaque côté de laquelle on attelle une bête de trait.

Traits : Pièce de harnais reliant le collier aux limons ou au palonnier.

Trousse-queue : Pièce de harnais : morceau de cuir dans lequel on passe la queue d’un cheval pour la relever.

Véraison : Maturation du raisin, qui commence à prendre sa couleur.