Visite virtuelle du musée

La moisson et les autres récoltes

Pendant des siècles, faire son pain fut la tâche essentielle de l’agriculteur. Le début de la moisson, fixé en Roussillon à la date hautement symbolique du 24 juin (solstice d’été), avait donc des allures de fête : une fois de plus, l’homme avait arraché à la nature sa subsistance, ses efforts étaient presque récompensés… Encore fallait-il franchir les dernières étapes :

Et d’abord couper les blés, opération qui s’effectua longtemps à l’aide d’une faucille, puis de la faux. Les épis coupés étaient liés en gerbes, puis apportés sur l’aire.

Là commençait la cérémonie épuisante du battage, ou dépiquage : les plus pauvres devaient se contenter du fléau, les autres utilisant boeufs et chevaux qui tiraient de lourds rouleaux.

Restait ensuite à séparer le grain des restes de paille, des poussières et autres déchets : c’était le vannage, pour lequel on utilisait de grands cribles.

Le blé serait ensuite apporté au moulin, transformé en précieux sacs de farine, puis en pain, plus ou moins noir selon les céréales récoltées.

Dans les années 1900, la plupart des tâches ont été simplifiées par les progrès techniques, batteuses et tarares notamment. Par contre, on n’aura guère eu le temps d’apprécier les avantages des moissonneuses, apparues au moment où les céréales avaient presque entièrement disparu des plaines roussillonnaises.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Les instruments de la moisson et des foins
Le geste du faucheur avec la grande faucille (volant)
Fourches, râteaux, rouleaux à battre
Poids et mesures
Divers types de mesures
Principales variétés de graines produites autrefois

Suite de la visite :

Page d’accueil du musée
Photos agricoles
Musée (renseignements pratiques)
Histoire de l’agriculture
Page d’accueil
Cartes postales du Roussillon