Visite virtuelle du musée

Ressources animales et forestières

Jusqu’au milieu du XXe siècle, l’agriculteur des Aspres fut aussi viticulteur, sylviculteur et éleveur, vivant dans une sorte d’autarcie où rien n’était négligé pour subsister et améliorer l’ordinaire.

La forêt et les bois tout proches étaient riches en ressources : fagots pour le boulanger, bois utilisé pour le chauffage, mais aussi pour la confection des tonneaux ou des sabots, sans parler du charbon de bois. On avait aussi le liège, dont les gens de Céret feraient des bouchons, ou la racine de bruyère dont on ferait des ébauchons de pipes à Bouleternère.

Bois et forêts étaient aussi nécessaire aux troupeaux. Si les boeufs étaient plutôt rares, les moutons se comptaient par milliers, et chaque paysan élevait au moins une ou deux chèvres et un cochon.

D’autres enfin savaient tirer profit des abeilles, parsemant la garrigue de ruches qui fourniraient un miel très parfumé.

Si l’on ajoute les arbres fruitiers et les oliviers, les légumes potagers, le maïs, la pomme de terre, les haricots ou la betterave, on peut dire que le paysan n’avait vraiment pas le temps de s’ennuyer !

Cliquez sur les images pour les agrandir

Le tuer du cochon (en catalan, “matança del porc”)
L’évolution des ruches, jusqu’à la ruche à cadres
Ressources des Aspres: liège et ébauchons de pipes

Pour en savoir plus sur la “matança”, cliquez

Pour en savoir plus sur les ébauchons de pipes, cliquez

Suite de la visite :

Page d’accueil du musée
Photos agricoles
Musée (renseignements pratiques)
Histoire de l’agriculture
Page d’accueil
Cartes postales du Roussillon