Visite virtuelle du musée

Les labours

Céréales ou vigne, peu importe : il faut remuer sans cesse la terre pour la rendre plus productive. Commencés dès la fin de la récolte, les labours se poursuivent tout au long de l’année, permettant d’enfouir les engrais, de recouvrir les semences, d’aérer le sol, de le rendre plus meuble et de détruire les plantes nuisibles.

Utilisé dès la plus haute antiquité, l’araire en bois fut pendant des siècles le seul instrument aratoire connu des régions méditerranéennes. Mais il ne permettait pas d’effectuer des labours profonds et fut concurrencé à partir du XIXe siècle par des charrues de plus en plus sophistiquées : charrue de fer à un soc, charrue brabant double, charrues multisocs.

Après les labours profonds de l’hiver, viennent les hersages et les roulages, puis de fréquents binages, qui nettoieront la terre et la maintiendront meuble en surface.

Mais, sur les coteaux pentus, sur les parcelles trop étroites ou trop caillouteuses, les charrues demeurent inefficaces. Une seule solution : le travail à la main à l’aide de la houe, outil magique dont l’homme a su multiplier les formes à l’infini, pour l’adapter à tous ses besoins.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Salle des labours : araires et charrues
Charrue brabant double
Divers types de jougs
Salle des labours : herses, charrues diverses, rouleau Crowskill
Bêches et houes
Epandeur d’engrais et semoir

Pour en savoir plus sur l’araire et la charrue, cliquez

Suite de la visite :

Page d’accueil du musée
Photos agricoles
Musée (renseignements pratiques)
Histoire de l’agriculture
Page d’accueil
Cartes postales du Roussillon