A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par A

Aabdi-Adine
Adjadi-Alegre
Aleins-Ancion
Anclade-Arjo
Arlen-Audigou
Audin-Azzouz

Aabdi, Abdi Nom arabe formé sur `âbid ou sur `abd (= serviteur de Dieu), avec le suffixe d’appartenance -i.
Aalberg Nom porté en Alsace. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Aalberg (berg = sommet, montagne), mais je ne trouve aucun toponyme qui corresponde vraiment. Le nom de famille se rencontre également en Scandinavie (Norvège notamment).
Aaron Nom porté surtout par des Juifs (à noter cependant une christianisation en Bretagne, où existe le village de Saint-Aaron, 22, et où un saint Aaron fut abbé au VIe siècle), qui renvoie à Aaron, le frère aîné de Moïse (hébreu ‘aharon d’étymologie obscure, à rattacher peut-être à arôn = coffre, arche).
Aba Nom d’origine italienne (Abà). Tout comme sa variante Abba (Abbà), c’est une apocope des formes Abate, Abbate (= abbé, voir Abad).
Abad (1), Abat Dérivés du latin abbate = abbé, qui dirige une abbaye. On peut s’étonner d’un tel nom de famille, les abbés ne se reproduisant pas, en principe. Mais d’une part ce n’était pas forcément le cas au Moyen Âge, et d’autre part il faut savoir que le nom abbé désignait aussi dans la société médiévale des fonctions n’ayant rien de religieux. Il peut enfin s’agir parfois d’un sobriquet, du domestique d’un abbé ou encore d’une personne dépendant d’un abbé, d’une abbaye en ce qui concerne les droits seigneuriaux. Notons enfin que, en pays gascon, il existait des abbés laïcs, chargés de percevoir les dîmes.
Abad (2) Nom arabe qui signifie serviteur (de Dieu) : arabe `abd, `abbâd.
Abadie, Abadia Monastère régi par un abbé. On peut penser que les personnes portant ce nom étaient des laïcs travaillant pour une abbaye, ou encore des gens habitant à proximité d’une abbaye. Le nom peut aussi désigner un villageois qui avait une abbaye comme seigneur. A noter cependant qu’en Gascogne, où le nom est très fréquent, l’abadia était la demeure de l’abbé laïc, imposant bâtiment situé le plus souvent près de l’église.
Abaléa Ecrit également Aballéa, c’est un nom breton porté dans le Finistère. Il désigne le fils (préfixe ab-) de Baléa, nom de personne porté par un saint sur lequel on ne sait pas grand-chose. Selon A. Deshayes, la forme ancienne serait Bachla (gallois bach = petit + lae = fidèle, religieux).
Abalhajj Le nom s’écrit aussi Abalhadj, Abelhadj. C’est une contraction de Abu al-Hajj, qui signifie en arabe “le père du pèlerin”, ou peut-être tout simplement “l’homme qui est allé en pèlerinage”.
Aballain Dérivé breton (29) du nom de baptême Alain, avec le préfixe ab- marquant la filiation. Variante : Abalain.
Abans Sans doute catalan, le nom devrait désigner la maison située à l’avant du village, mais c’est loin d’être une certitude.
Abar Malgré ses allures exotiques, ce nom est apparemment bien français. On le rencontre dans le Loiret au XVIIe siècle, et c’est dans la Somme qu’il est le plus répandu (nombreux porteurs aussi à la Réunion). M.T. Morlet le considère comme un nom de personne d’origine germanique, Hadberth (had = combat + berht = brillant), que l’on rencontre surtout sous les formes Abart, Habart, Habert. Je pense que si elle a raison pour Habert, il existe une autre solution pour Abar, Abart et Habart : le plus souvent il s’agit de la localité d’Habarcq, dans le Pas-de-Calais, et donc de celui qui est originaire de cette commune. Dès le XVe siècle on trouve une famille appelée tantôt (de) Habarcq, tantôt (de) Habart dans la commune d’Audinghen (62).
Abarca Porté notamment dans les Pyrénées-Atlantiques, pourrait être le surnom d’un savetier (basque abarka = savate, carbatine, en castillan abarca).
Abarnou Porté dans le Finistère, désigne le fils (préfixe ab-) d’Arnou. Il semble qu’Arnou soit une forme différente du prénom Arnaud. Renconté au IXe siècle sous la forme Arthnou, c’est un nom de personne celtique formé sur les racines arth (= ours) et gnou (= connu, réputé). Variante : Abharnou.
Abattu Patronyme porté dans l’Ardèche et dans la région lyonnaise. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Abattu, les Abattus, toponyme évoquant un bois défriché. On notera dans l’Ardèche le hameau des Abattus à Désaignes, et celui de la Blache des Abattus à Nozières. Variantes : Abatut, Abattut (11), qui semblent renvoyer à un hameau de Gruissan (les Abattuts).
Abbadie Voir Abadie pour le sens. Le nom est assez fréquent en Béarn. En composition : Abadie-Lacoste.
Abbal Nom porté en Languedoc, notamment dans l’Hérault, souvent mentionné dans le Tarn ou l’Aveyron aux XVIe et XVIIe siècles. Variantes : Abal, Abbail. Il faut sans doute y voir l’occitan “aval” (= en bas, en aval), surnom lié à l’habitation. Le doublement du b devrait être dû à l’influence du mot “abbé” (fréquemment écrit “abbat” alors que la graphie occitane correcte est “abat”). Un lien éventuel avec le prénom Abel semble douteux.
Abbas, Abbes, Abbaci Nom porté par un oncle du prophète Mohammed, ancêtre de la dynastie abbasside. Signifie au visage sévère, c’est un des noms du lion (`abbas). Mais on trouve aussi des Abbas, Abbes dans la région niçoise, qui correspondent au nom abbé (voir Abad 1), et enfin un hameau de l’Aveyron s’appelle Abbas (commune de Druelle). On notera aussi que Abbes peut être un nom allemand, forme génitive de Abbe (diminutif de Albrecht = Albert).
Abbey Nom anglais désignant celui qui habite près d’une abbaye, éventuellement celui qui y travaille. Variante : Abbay.
Abbott Le nom désigne en anglais un abbé (voir Abad, Abat pour l’explication). Variantes : Abbot, Abbatt, Abbett.
Abbou, Abou Nom de tribu marocaine (`abbû). Diminutif berbère formé sur Abdallah.
Abboud Porté notamment au Proche-Orient, c’est un augmentatif de l’arabe `abd (= serviteur), utilisé comme nom de personne avec le sens de “serviteur de Dieu”. Le sens probable d’Abboud est donc “très pieux”. Avec le même sens : Abbad.
Abdas Porté en Martinique, c’est un ancien prénom renvoyant à saint Abdas, évêque et martyr en Perse au début du Ve siècle (fête le 16 mai).
Abdelaoui Voir Abdellaoui.
Abdelazim, Abd el Azim Nom arabe qui signifie serviteur du Grand, du Magnifique (`aZîm, l’un des plus beaux noms de Dieu).
Abdelaziz Pour le sens de Abd(el), voir Abdelouhab. Signifie serviteur du Puissant, de l’Honoré (`azîz).
Abdelbaki, Abdelbaky, Abdelbaqui Nom arabe qui signifie serviteur de Dieu l’Eternel (al bâqî).
Abdelbari L’un des nombreux noms arabes formés avec `abd al (= serviteur du, suivi de l’un des plus beaux noms de Dieu). Celui-ci signifie serviteur du Créateur (bâri’).
Abdelbasset Nom qui signifie en arabe serviteur de Dieu qui aide à vivre (bâsiT).
Abdeldaim, Abdedaim, Abdeddaim Serviteur de Dieu l’Eternel (dâ’im).
Abdelfatah, Abdelfattah, Abdelfettah, Abdelfatteh L’un des plus répandus parmi les noms formés à partir des appellations glorieuses de Dieu dans l’Islam. Il signifie serviteur de Dieu le très Victorieux, de Celui qui donne la victoire (fattâH).
Abdelghani, Abdelghany Nom arabe. Signifie serviteur du Riche (ou de Celui qui enrichit), l’un des nombreux noms mystiques donnés à Dieu (ghaniyy).
Abdelhadi Nom arabe qui signifie serviteur du Guide (`abd al hâdî), hâdî étant l’un des 99 plus beaux noms de Dieu.
Abdelhafid Serviteur de Dieu le Gardien. L’un des nombreux noms de personnes musulmans formés à partir des noms glorieux donnés à Dieu (HafîZ).
Abdelhak Serviteur de Dieu l’Authentique (arabe Haqq).
Abdelkader Pour Abd(el), voir Abdelouhab. Le nom signifie serviteur du Puissant, de Celui qui est capable (qâdir).
Abdelkber Variante de Abdelkabir, Abdelkbir, qui signifie serviteur de Dieu le Très Grand (kabîr).
Abdelkhafir Ou Abd al Khafir : nom arabe qui signifie serviteur de Dieu le Protecteur (khafîr).
Abdelkhalek Nom de personne arabe. Désigne le serviteur de Dieu le Créateur (khâliq).
Abdelkrim Nom arabe, abréviation de Abd al Karim, qui signifie le serviteur du Généreux (karîm, l’un des plus beaux noms de Dieu).
Abdellaoui Pour Abd(el), voir Abdelouhab. Quant au suffixe -oui (ou -i), il marque l’appartenance, la descendance. Abdellaoui est donc un dérivé d’Abdallah, qui signifie serviteur de Dieu (`abd ‘Allah).
Abdellatif Nom de personne arabe (`abd-al-laTîf), qui signifie serviteur de Dieu l’attentionné, le bienveillant. Variante : Abdelatif.
Abdelmajid, Abdelmadgid Signifie serviteur de Dieu le Glorieux (majîd).
Abdelmalek Nom arabe très répandu, qui signifie serviteur (`abd) de Dieu le seul Roi (malik = roi).
Abdelnabey, Abdelnabi, Abdelnaby Signifie en arabe serviteur du Prophète (nabiyy, racine n.b.’ : annoncer).
Abdelnacer, Abdelnasser, Abdennasser Signifie serviteur de Dieu qui donne la victoire (nâSir, racine n.S.r : assister, donner la victoire).
Abdelnour, Abdelnor Nom arabe qui signifie serviteur de Dieu la Lumière (nûr).
Abdelouhab Nom arabe. Les noms commençant par Abdel renvoient tous à l’un des nombreux noms glorieux donnés à Dieu, précédé de l’expression `abd al signifiant serviteur de. Abdelouhab signifie ainsi serviteur du Généreux (wahhâb).
Abdelraouf, Abderraouf Serviteur de Dieu le Compatissant (ra’ûf), l’un des nombreux noms mystiques musulmans formés avec `abd (= serviteur).
Abderahman, Abderrahman, Abderrahmane Le sens est pratiquement le même que celui d’Abderrahim (serviteur de Dieu le Miséricordieux). La variante Abderakman est plutôt portée par des juifs (raHmân, rac. r.H.m).
Abderrafi Signifie serviteur de Dieu qui élève (râfi`) ou le Noble, l’Élevé (rafî`).
Abderrahim Un nom arabe très fréquent, qui signifie serviteur de Dieu le Miséricordieux (raHîm).
Abderrazak, Abderrazag Nom arabe qui signifie serviteur de Dieu le Nourricier, celui fournit toutes les richesses (razzâq, l’un des noms mystiques de Dieu).
Abdeslam Forme contractée d’Abdessalam (voir ce nom).
Abdessadak, Abdessadik, Abdessadok Nom arabe signifiant serviteur du Véridique, du Sincère (Sâdiq), l’un des noms glorieux donnés au Prophète Mohammed. On rencontre aussi le nom dérivé Abdessadki, avec le suffixe d’appartenance -i.
Abdessalem, Abdessalam Le serviteur de Dieu qui apporte la Paix. L’un des nombreux noms formés à partir des attributs mystiques de Dieu (salâm).
Abdias Nom très rare porté en Bretagne. Désigne en principe le fils (préfixe ab-) de celui qui s’appelle Dias, mais je ne trouve aucune trace de Dias en Bretagne. Sans doute un prénom ancien disparu.
Abdon Nom de baptême popularisé par saint Abdon, martyr à Rome avec son frère ou son ami Sennen au IIIe siècle. Le nom signifie en hébreu “serviteur” (de Dieu). Fête le 30 juillet. Assez rare, le patronyme est notamment portédans les Côtes-d’Armor, la Gironde et la Martinique.
Abdouche Il semble que l’on retrouve dans ce nom la racine arabe abd- (= serviteur) ou plutôt son équivalent berbère ‘âbid, avec un suffixe diminutif berbère -ouche. Signifierait donc fils du serviteur (serviteur de Dieu).
Abecassis Il s’agit d’un nom juif méditerranéen, assez fréquent en Espagne. Son étymologie prête à discussion, mais il y a de fortes chances pour qu’il signifie père âgé (araméen ‘abba’ = père + qashîsh = âgé). Autre possibilité souvent évoquée : père du prêtre (qassîs). Il faut aussi mentionner une tradition voulant que ce nom tire son origine de la cité d’Emek Kessis, où se seraient réfugiés des membres de la tribu de Benjamin (Josué 18:21). Variante : Abbecassis.
Abéjean Nom porté dans le Sud-Ouest (47, 31, 33). Variantes : Abéjian, Abéjan. Il paraît s’agir d’une déglutination de Labéjan, nom d’une commune du Gers (sens probable du toponyme : lieu exposé au vent du sud-ouest, occitan “labech”). On trouve le nom de famille Labéjean dans les Hautes-Pyrénées.
Abel C’est en Lorraine (57, 88) que le nom est le plus répandu, mais on le rencontre dans de nombreux autres départements (38, 07, 66, 67, 83 notamment). Il renvoie dans la plupart des régions au fils d’Adam et Eve, victime de la jalousie de son frère Caïn (assyrien habel = fils, ou bien hébreu hevel = souffle, éphémère). Cependant, en Allemagne et en Alsace, et sans doute aussi dans la Moselle, il s’agit plutôt d’une forme courte d’Albrecht (= Albert). Le nom Abel (avec son sens biblique) est présent aussi en Espagne. Formes néerlandaises (flamandes) : Abeel, Abeele. Avec génitif de filiation : Abeels, Abels. Autre forme marquant la filiation : Abelson (57, 67). En composition : Abel-Coindoz (38), Abel dit Delamarque (28).
Abela Patronyme maltais dont on pense le plus souvent qu’il correspond au nom biblique Abel. Mais, avec les noms maltais, il est difficile de se prononcer. La variante Habela a permis à certains d’y voir une forme de l’arabe Habbâl (= fabricant ou marchand de cordes).
Abelanet, Abellanet Du latin avellanetum = lieu planté de noisetiers, c’est un toponyme devenu nom de famille. On le rencontre dans les Pyrénées-Orientales et dans l’Aude.
Abelard, Abélard Surtout porté dans le Maine-et-Loire, le nom est considéré par Dauzat comme un dérivé d’Abel (voir ce nom), mais il pourrait s’agir plutôt d’un nom de personne germanique (Ebelhard, variante de Eberhard). Variantes : Abellard (49), Abeilard, Abeillard (14, 79), Ebalard, Eballard (35). Le nom a été popularisé par un théologien breton du XIIe siècle, célèbre pour ses amours avec Héloïse et leurs funestes conséquences. Variantes castillane et italienne : Abelardo.
Abellan Nom porté dans le Limousin et le Sud-Ouest, ainsi que dans l’Hérault. Désigne celui qui est originaire d’une localité ainsi appelée. C’est le nom d’une commune de l’Hérault (Abeilhan), mais aussi de divers hameaux sous les formes Avellan, Avellans (Avellan est aussi un nom de famille). On propose généralement comme étymologie un nom de domaine gallo-romain formé sur le nom d’homme latin Apilius. Le nom Abellan est également fréquent en Espagne, où il renvoie à des localités appelées Abella, Abellana.
Abeloos Le nom est porté en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais. Variante : Abbeloos. C’est le diminutif d’un prénom, mais on hésitera entre Abel et Abbe (forme courte de noms tels que Albert).
Abely Variante occitane (84, 13, 34) de Abelin (17, 86, 76), diminutif d’Abel (voir ce nom).
Abenaqui Le nom est porté en Guadeloupe. Il correspond au peuple des Abenakis (ou Abenaquis), indiens du Canada dont certains ont pu s’installer en Guadeloupe au XVIIIe siècle.
Aberce Très rare, c’est un ancien nom de baptême (en latin Abercius) popularisé par un évêque de Phrygie au IIe siècle (fête le 22 octobre).
Abert Porté notamment en Alsace (variante Aberth) et en Vendée, c’est un nom de personne d’origine germanique, Adberht, forme contractée de Adalberht. Sens identique à Aubert, Albert (voir Aubert).
Abessera Porté par des Juifs d’Afrique du Nord (Oranais, Maroc), le nom signifie l’homme (abû) à la natte (tapis) ou au panier tressé, en arabe HaSîra(t), Hsîra(t). Variantes : Abehassera, Abehcera, Abehsera, Abehserra, Abehsira, Abehssera, Abihsera, Abihsira, Abihssera, Abihssira, Abissera, Boussera (également porté par des musulmans), Boussira. Le nom de famille est attesté au Maroc depuis le début du XVIe siècle.
Abettan Porté par des juifs d’Afrique du Nord, c’est une variante de Bettan (voir ce nom). Forme voisine : Abittan.
Abeza Nom rare porté dans l’Aude. Quelques mentions aussi en Catalogne. Sens incertain. Peut-être un toponyme évoquant la vesce (castillan “aveza”).
Abgrall Nom breton surtout porté dans le Finistère, formé avec le préfixe de filiation ab- sur Grall, ancien nom de baptême qui pourrait correspondre à Gradlon, roi légendaire de la Cornouaille (Gradlon = plein de grâce). Variante : Abgral. En composition : Abgral-Abhamon, Abgrall-Abhamon.
Abhamon Nom breton porté dans le Finistère, formé avec le préfixe de filiation ab- sur le nom de personne Hamon (voir ce nom).
Abhervé Porté dans le Finistère, désigne le fils (préfixe ab-) d’Hervé. Voir Hervé pour le sens. Forme composée : Abhervé-Guéguen, Abhervéguéguen (29, voir Gueguen).
Abid Nom de personne arabe, également écrit Abed, désignant celui qui vénère Dieu (`âbid). Dérivés : Abidi, Abdi. Ces noms sont parfois aussi portés par des Juifs séfarades.
Abidat Nom arabe formé en principe sur la racine `a.b.d = esclave, serviteur, adorateur (de Dieu). Je n’en connais pas le sens précis.
Abijou Nom rare rencontré dans l’Hérault. C’est une cacographie d’Abisou, lui-même variante d’Avisou, nom surtout porté dans le Tarn. Il devrait s’agir d’un toponyme : un hameau s’appelle Avisou à Roumegoux (81), à rapprocher du mot rouergat “avís” (= bourgeon). Un éventuel *avisor (= celui qui avise) paraît improbable.
Abillard Nom porté en Vendée et en Charente-Maritime. Semble une variante d’Abélard (voir ce nom).
Abinal Nom occitan, rencontré au sud du Massif Central. Son sens m’échappe pour l’instant (peut-être un rapport avec l’avoine, ou un diminutif du nom de baptême Aubin ?).
Abisseror Voir Seror pour le sens. Variante : Abisror.
Abitbol, Abitboul Nom porté par des juifs originaires d’Afrique du Nord. Signifie mot à mot l’homme (le père) au tambour, au tambourin (algérien ‘abû Tbul). A dû désigner celui qui fabriquait ces instruments de musique.
Abiven Assez fréquent dans le Finistère (variante : Abivin), désigne le fils d’Iven (préfixe breton ab-). Voir Evain pour le sens d’Iven.
Abjean Désigne le fils (préfixe breton ab-) de Jean.
Ablin Forme contractée du nom Abelin (17, 86, 76), diminutif d’Abel. On trouve les Ablin dans l’Ouest (44, 17, 76). Matronyme : Abline (49, 44, 41). La forme Ablain (35, 56, 60) semble une variante de ce nom, mais pourrait être aussi une contraction du breton Abalain.
Ablonet Nom rare porté en Gironde. Je n’en connais pas le sens. Le premier porteur a été un enfant trouvé à Bayonne.
Abolivier Surtout porté dans le Finistère (variante : Abollivier), c’est un nom formé avec le préfixe breton ab- (= fils de) sur le prénom Olivier.
Aboly Le nom est porté en Afrique (Guinée, Côte-d’Ivoire). C’est hélas tout ce que je peux en dire.
Abondance Surtout porté en Savoie, désigne en principe celui qui est originaire de la commune d’Abondance (74). Origine : le latin Abundantius, nom de personne popularisé par un saint martyrisé sous Dioclétien (on précisera qu’Abondance est également un nom de baptême, autre solution possible pour le nom de famille).
Abos Rare, le nom est porté dans le Tarn et les Alpes de Haute-Provence. Il s’agit d’un toponyme, rencontre notamment dans le Sud-Ouest : un village s’appelle Abos dans les Pyrénées-Atlantiques, et on trouve un hameau Abots à Arcangues (65). Signification possible du toponyme : le domaine d’Avus, nom de personne latin (avec le suffixe gascon -os, considéré comme pré-celtique).
Abouab Ce nom juif séfarade est attesté en Espagne dès le XIIIe siècle (Abraham Aboab, 1263). Il correspondrait à un nom de lieu, Oum-el-Abouab, en Tunisie.
Abouchédid Désigne le père (arabe abû) de celui qui s’appelle Chédid (arabe shadîd = fort, robuste) ou encore Cheddid (augmentatif avec le sens de ‘violent’).
Aboud Nom originaire de Turquie. Désigne sans doute celui qui pratique la religion avec dévotion (arabe `abbûd).
Aboudaram Egalement Aboudharam, Aboudarham. Le nom, porté par des juifs venus de l’Oranais ou du Maroc, signifie en arabe l’homme au denier, peut-être le surnom d’un monnayeur.
Aboulker Porté en Afrique du Nord par des juifs séfarades, c’est un nom arabe signifiant “le père de l’heureux, du bien”, ou tout simplement “l’homme heureux”. La forme arabe de départ est ‘abû-‘al-khayr. Variante : Abulker.
Abouly Rare, le nom est notamment porté dans le Tarn-et-Garonne. On le rapprochera des patronymes Aboulin (48, 43), Aboulenc (31), Aboulinc, Abouling, Abouline (48). M.-T. Morlet propose pour Aboulin le fils de Boulin (“à Boulin”). On envisagera aussi un dérivé de l’adjectif occitan “àvol” (= mauvais, méchant et, en parlant d’une terre, meuble, friable), mais surtout un ancien nom de personne (voir Abuli).
Aboutboul Voir Abitbol.
Abraham Aucun problème pour l’origine, il s’agit du nom du célèbre patriarche biblique, père d’Ismaël et d’Isaac. Sens du nom : le père (‘av) d’une multitude (hamôn) de nations. Reste à savoir s’il a été porté uniquement par des juifs ou aussi par des chrétiens. La forte implantation du patronyme dans l’Ouest, notamment en Bretagne, semble indiquer qu’il s’agissait bien d’un nom de baptême chrétien. Il n’en est pas forcément de même dans l’Est où le nom est également assez courant.
Abrahamson Porté par des juifs askhénazes, le nom désigne le fils d’Abraham (voir ce nom). Variante : Abramson. Forme hispanisée : Abramzon. Avec des suffixes slaves : Abramoff, Abramovic, Abramovich, Abramovici, Abramovicz, Abramovitch, Abramovitz, Abramowicz, Abramowitch, Abramowitz, Abramowski, Abramski.
Abrahmi, Abrami Originaire d’Afrique du Nord, c’est un dérivé d’Abraham (voir ce nom) formé avec le sufixe -i, qui marque l’appartenance à une famille, à une tribu.
Abramo Forme italienne d’Abraham (voir ce nom), le patronyme est surtout porté en Sicile et dans le sud de la Calabre. Le pluriel filiatif Abrami se rencontre quant à lui surtout en Lombardie. Autres formes : Abràm (Trentin), Abramich (province de Trieste, où les noms Abrami et Abràm sont également assez répandus). Le nom Abramo est aussi porté en Espagne, mais il y est plus rare (variante catalane : Abram).
Abrant Forme altérée d’Abraham, rencontrée dans les Vosges (voir également Habrant pour une autre possibilité). On trouve aussi la forme Abran en Provence.
Abrassart Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l’Aisne (variante : Abrassard). Pourrait désigner le fils de Brassart (voir Brassard), mais ce type de formation ne correspond guère à la région où est porté le patronyme. On a proposé aussi un dérivé du verbe abrasser, abracier (= prendre dans ses bras), éventuel surnom d’un personnage affectueux.
Abravanel Diminutif d’Abravan, variante d’Abraham portée au moyen âge par les juifs espagnols. Variantes : Abravenel, Abrabanel, Abarbanel.
Abrazard Nom porté dans le Morbihan. On le rencontre dans le Nord-Pas-de-Calais sous la forme Abrassart (voir ce nom).
Abreu, de Abreu Patronyme portugais correspondant à l’ancien nom de personne d’origine germanique Avredo, qui semble être l’équivalent du français Alfred (aelf = elfe + rad = conseil).
Abribat Nom surtout porté dans l’Ariège, présent aussi en Roussillon. C’est peut-être le participe passé du verbe occitan et catalan abrivar (= se hâter), et donc un surnom donné à une personne hâtive, impétueuse. Mais c’est aussi le nom d’un hameau à Tourtouse, dans l’Ariège.
Abric Porté notamment dans le Gard et le Vaucluse, le nom correspond à l’occitan abric (= abri). C’est un toponyme qui semble avoir souvent désigné une bergerie. Il existe un hameau appelé l’Abric à L’Estréchure (30).
Abrigeon Apparemment dérivé de l’occitan abric (= abri), le nom est porté dans l’Ardèche. La forme “d’Abrigeon” semble montrer qu’il s’agit d’un ancien fief, reste à le localiser avec précision. À noter également la graphie Dabrigeon, rencontrée dans le même département, qui est aussi le nom d’un hameau ou d’une ferme à Jaujac (07).
Abril voir Avril.
Abriol Porté en Lozère, le nom est un dérivé d’Abril (= le mois d’avril), sans doute utilisé comme nom de baptême (donné à un enfant né en avril, également symbole de jeunesse, de renouveau). De la même façon on rencontre les noms Abrial (11, 43, 81), Abriel, Abrieu, Abrieux (24, 82, 30, 84), Abrioux (36).
Abry C’est en Savoie et en Franche-Comté que le nom est le plus répandu. Il devrait correspondre au nom de personne germanique Alberic, et serait donc une variante d’Aubry (voir ce nom). Autres solutions à envisager : un abri (voir Abric) ou le mois d’avril utilisé comme prénom (voir Avril).
Absalon Le patronyme est surtout porté en Guadeloupe et à la Réunion, mais on le rencontre aussi en Lorraine. Variantes : Absalom, Absolonio (971), Absolon (02). C’est un nom de personne biblique (ab-shalôm : ab = père + shalôm = paix), l’un des fils de David dans le livre de Samuel.
Absil Surtout porté en Belgique, c’est un nom de personne féminin d’origine germanique, Absildis. Le nom de famille normand Absire pourrait avoir la même origine (l > r par rhotacisme).
Abuli Nom catalan (Abulí) rencontré notamment dans la province de Girona. Sens incertain. Pourrait être le diminutif (*Avolinus) d’un ancien nom de personne d’origine gauloise (disons plutôt celtique), rencontré sous la forme Avolus.
Acampora Nom italien essentiellement porté en Campanie, où il semble désigner celui qui est originaire de Campora (commune de la province de Salerne).
Acariès Rencontré également sous les formes Accariès, Accariez, Accarias. Les plus anciennes mentions connues situent le nom dans le Gard, mais les Accarias et les Accarie sont assez fréquents dans le Vaucluse. A noter l’existence d’un château Accarias à Saint-Jean-d’Hérans (38). Sans doute un ancien nom de baptême d’origine grecque qui pourrait correspondre à Achaire (pour lequel M.T. Morlet donne une origine germanique).
Accard Nom de personne d’origine germanique porté surtout en Normandie (variante : Acard), en particulier dans l’Eure. Voir Achard pour le sens. Variante italienne : Accardo (Sicile, Campanie, Lombardie).
Accart Assez courant en Picardie, c’est une variante d’Accard, nom de personne d’origine germanique. Voir Achard pour le sens.
Accary Nom porté dans la région lyonnaise (42, 69) ainsi que dans le Pas-de-Calais. Selon M.T. Morlet, il s’agit d’un nom de personne d’origine germanique, Ascaric (asca = lance de frêne + ric = puissant). Variante : Acary (02, 62).
Accassard Nom rare porté dans la Haute-Loire. On trouve dans l’Ardèche la forme voisine Accassat. Aucune solution précise. Eventuellement le fils de celui qui s’appelle Cassard (voir ce nom).
Accault Nom de personne d’origine germanique, Acwald (ac = lame de l’épée + waldan = gouverner). Le nom est porté dans l’Yonne et la région parisienne.
Acciari Patronyme italien surtout porté dans le Lazio. On trouve aussi la forme Acciaro dans la même région, dans le nord de la Sardaigne et dans la province de Molise. Trois possibilités : soit celui qui fabrique ou vend de la bourre (italien “accia”), soit un surnom lié à l’acier, au fer (italien “acciaio”, également “acciaro”), soit encore un dérivé de “accia”, forme archaïque de “ascia” (= hache).
Accindinus Nom très rare porté en Belgique. Apparemment donné à un enfant trouvé au début du XIXe siècle, il semble faire partie de ces prénoms plus ou moins insolites choisis en feuilletant un dictionnaire des saints : Acindinus est le nom de deux martyrs, l’un fêté autrefois le 18 ou le 20 avril, l’autre le 2 novembre (saint Akindynos). Le prénom est connu en Espagne et en Italie sous la forme Acindino. Il vient du grec akíndynos (= sans danger, sûr).
Accoulon C’est dans la Somme que le nom semble le plus répandu. On l’y rencontre plus souvent sous la forme Acoulon. Il correspond à Coulon (voir ce nom), et pourrait désigner le fils de celui qui s’appelle Coulon (“à Coulon”), encore que ce type de formation soit rare en Picardie.
Acens voir Assens.
Acerbi Nom de famille italien, forme plurielle de Acerbo. Surtout porté dans l’Italie du Nord, il a le même sens que l’adjectif français acerbe (d’abord dur, pénible, puis aigre, blessant). Il peut également s’agir d’un surnom donné à un enfant prématuré (d’après De Felice, Dizionario dei cognomi italiani).
Acevedo Désigne en Espagne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. Une commune porte ce nom dans les Asturies, mais on rencontre plus souvent en toponymie les formes Acebedo et Azevedo. Signification : lieu où pousse le houx (espagnol ancien azevo).
Acezat Sous cette forme, le nom est porté dans les Pyrénées-Orientales, surtout en Conflent (Codalet, Marquixanes, Ria, Taurinya), on le rencontre aussi en Catalogne. Mais on trouve la graphie Assézat en Haute-Loire. On connaît une famille Assézat, originaire d’Espalion (Aveyron), venue s’installer à Toulouse vers 1530 et ayant fait fortune dans le commerce du pastel (cf. l’hôtel d’Assézat à Toulouse). En catalan ancien, l’adjectif “assesat” signifie “sensé, raisonnable, respectable”, c’est une explication plausible pour le nom de famille.
Ach Le nom est surtout porté dans le Finistère, où il est présent au moins depuis le début du XVIIe siècle (Plouguerneau). Le mot ‘ach’ désigne en breton le céleri, mais il semble qu’on ait affaire plutôt à Ac’h, terme dont le sens m’échappe et que l’on retrouve dans divers toponymes du pays des abers : Aber Ac’h, Kastell Ac’h. On rencontre également le nom Ach dans l’Est (57 notamment), avec un sens incertain : peut-être faut-il penser au mot Hacke = pioche, houe, ou à une apocope de Achard.
Achalé Nom surtout porté en Vendée. Variante : Achallé. C’est apparemment le participe passé du verbe achaler, qui avait dans cette région le sens d’ennuyer, importuner (sens conservé au Québec).
Achard Nom de personne d’origine germanique, Achard (ac = lame + hard = dur). C’est dans la Drôme et l’Isère que le nom est le plus répandu.
Acharles Désigne le fils de Charles. Le nom est porté dans l’Ain et la Saône-et-Loire.
Aché Nom de personne d’origine germanique, Achari (ac = lame de l’épée + hari = armée). Le nom est surtout porté dans le Sud-Ouest (47, 82). On le trouve également en Normandie et en Picardie (76, 60), de même que la forme Acher et sa variante Achez.
Achenza Assez fréquent dans le nord de la Sardaigne, c’est un nom dont la signification m’est inconnue.
Acheriteguy Nom basque formé sur axeri (= le renard), le suffixe -tegi signifiant maison. Il est possible que axeri soit ici un surnom, mais le phénomène est bien rare en basque. On préfèrera donc le sens de renardière. Autres noms formés sur axeri : Acheritobehere et son contraire Acheritogaray (behere = en bas, garai = en haut), dans lesquels l’élément -to n’est pas d’une grande clarté : le petit renard d’en bas et le petit renard d’en haut ?
Achin Le patronyme se rencontre dans les Hautes-Alpes, mais aussi dans le Nord et en Lorraine. Variante : Achain (02). C’est un nom de personne d’origine germanique, Acwin (ac = lame de l’épée + win = ami).
Achiq Nom qui signifie en arabe amoureux, passionné (`âshiq).
Achon Le nom semble avoir trois souches : l’une dans la Haute-Loire, les autres dans l’Aisne et la Charente-Maritime. Pour la Haute-Loire, il s’agit d’un toponyme : Achon est le nom d’un hameau à Yssingeaux (Apcho au XIVe siècle). Il pourrait en être de même dans la Charente-Maritime (un autre hameau s’appelle Achon au Barp, dans la Gironde). Dans l’Aisne, on pensera plutôt à un nom de personne, cas-régime de Ache (nom d’un saint qui aurait été martyrisé à Amiens). À noter que M.-T. Morlet envisage pour sa part un dérivé du mot “hache”.
Achotte Nom rencontré en Bourgogne (21). C’est une variante de Hachotte (Lorraine), qui désigne une petite hache, et donc celui qui utilisait cet outil ou le fabriquait. On trouve aussi la forme Hachot, plus rare, en Lorraine.
Achouline Variante rare de Assouline (voir ce nom).
Achour Originaire d’Afrique du Nord, le nom est surtout porté par des musulmans, mais aussi par des juifs. Deux possibilités : un nom de personne arabe, `ashûr (= aimable), mais aussi, du moins pour les musulmans, la fête de l’Achoura (`âshûrâ’), qui correspond au dixième jour du premier mois du calendrier musulman. C’est évidemment ce dernier sens qu’il faut retenir pour le nom de famille Achoura.
Acker Fréquent en Alsace, correspond au mot allemand Acker (= champ labouré). On peut le considérer soit comme un lieu-dit, soit comme un surnom donné à un cultivateur, un laboureur. Dérivés : Ackerer, Ackerman, Ackermann (= laboureur). Formes lorraines ou flamandes : Akerman, Akermann, Akermans, Akkermans, Akremann, Acreman, Acremann, Acremant.
Acolas Patronyme porté dans le Centre. Désigne le fils de Colas, aphérèse de Nicolas (= à Colas).
Acosta Nom espagnol à rapprocher du portugais Costa (celui qui habite une côte, un coteau).
Acquart Variante de Accard, forme picarde de Achard (voir ce nom), le patronyme est porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Autres formes : Acquaert, Acquard.
Acquatella Porté en Corse, le nom désigne une petite source. Plusieurs lieux-dits corses s’appellent Fontaine d’Acquatella, et c’est aussi le nom d’une commune (Penta-Acquatella).
Acquaviva Très fréquent en Corse, désigne celui qui habite un lieu-dit Acquaviva ou en est originaire. Sens du toponyme : source d’eau vive. Variante : Aquaviva.
Acquier Rencontré notamment dans l’Aveyron (variante : Acquié), c’est un nom de personne d’origine germanique, Achari selon M.-T. Morlet (ac = lame d’épée + hari = armée). L’existence de formes anciennes Atguié, Atquié invite plutôt à y voir le nom Adigari (voir Atgé).
Acuña Nom espagnol assez courant qui devrait être une variante de Cuña (le a initial pouvant correspondre à l’article galicien “a”). Le nom désigne un coin (pour fendre le bois). Voir Da Cunha pour le sens du nom de famille.
Adaire Surtout porté en Seine-Maritime, pourrait correspondre au nom de personne d’origine germanique, Adoarius (Adowar : adal = noble + wara = protection).
Adalbéron Rare le patronyme est porté dans les Côtes-d’Armor et le Calvados. C’est un nom de personne d’origine germanique, Adalbero (adal = noble + ber = ours), popularisé par deux évêques au Xe siècle.
Adam Le premier homme (‘adham = homme). Nom biblique formé sans doute sur l’hébreu ‘adhamah (= terre, argile rouge), ou ‘adhom (= rouge). C’est en Alsace-Lorraine que le nom est le plus répandu (67, 57).
Adamczyk Dérivé polonais du nom de baptême Adam (voir Adam). Autres formes rencontrées en France : Adamczak, Adamczewski, Adamowicz, Adamowitz, Adamski, Adamsky. On trouve également en Pologne la forme latinisée Adamus.
Adami Le nom correspond à Adam (voir ce nom) et peut avoir deux origines géographiques : au Luxembourg et dans la Moselle (où il est attesté au moins depuis le XVIIe siècle), c’est le génitif (marquant la filiation) de la forme latinisée Adamus. En Italie et en Corse, c’est le pluriel filiatif d’Adamo.
Adams Forme anglaise avec s de filiation du nom de baptême Adam. Variantes : Addams, Adhams. Dérivé : Adamson (le fils d’Adam ou d’Adams).
Adcock Hypocoristique anglais du prénom Adam. Variantes : Atcock, Hadcock.
Addad voir Haddad.
Addeo Très fréquent dans la région de Naples, devrait être un ancien nom de personne désignant celui qui s’est donné à Dieu. La forme Addei existe aussi, mais elle est plus rare.
Addison Désigne en anglais le fils d’Addy, hypocoristique du prénom Adam.
Adélaïde Fréquent en Martinique et en Guadeloupe, c’est un nom de baptême féminin devenu nom de famille à partir de 1848. C’est la forme savante d’un nom de personne d’origine germanique, Adalhaid (adal = noble + haid = lande). Les formes populaires sont Alais, Alix (et variantes).
Adelay Nom rare porté dans le Gers. C’est un nom de personne d’origine germanique, Adalhaid (adal = noble + haid = lande).
Adèle Surtout porté en Martinique et à la Réunion, c’est un prénom féminin (racine germanique “adal” = noble) devenu nom de famille à partir de 1848.
Adell Patronyme porté notamment dans le Tarn et l’Hérault. C’est un nom de personne d’origine germanique (racine adal = noble). On le rencontre aussi sous la forme Adel (67, 71).
Adelmard Nom rare porté dans l’Eure-et-Loir. Variantes : Adelmar (33 et Espagne), Adémar, Adémard. C’est un nom de personne d’origine germanique formé sur les racines “adal” (= noble) et “mari” (= célèbre).
Ader Fréquent dans le Gers, ce serait selon Dauzat un nom de personne d’origine germanique, Adowar (ad = adal = noble + wari = protection). A noter cependant que de nombreux hameaux du Gers s’appellent Ader (voir Dader).
Adil Nom de personne arabe (`âdil) qui signifie ‘juste, équitable’. C’est l’un des 99 beaux noms de Dieu. Variante : Adel.
Adine Surtout rencontré dans l’Yonne, c’est un matronyme formé sur Adin (08, 51), lui-même diminutif du nom de personne germanique Ade, Adde (Ado < adal = noble).

Retour à la page d’accueil du dictionnaire