A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par A

Aabdi-Adine
Adjadi-Alegre
Aleins-Ancion
Anclade-Arjo
Arlen-Audigou
Audin-Azzouz


Arlen Le nom est porté dans le Bas-Rhin (Hoerdt). Deux possibilités d’interprétation : soit un toponyme sans doute formé sur l’allemand Erle (= aulne), une commune du Bade-Wurtemberg s’appelant Arlen. Soit une forme génitive du nom de personne germanique Erl (vieux saxon erl = homme noble, guerrier, que l’on retrouve dans l’anglais earl = comte). On trouve en Moselle les noms de famille Arl, Arle.
Arles Originaire de l’une des nombreuses localités appelées Arles. C’est dans l’Aveyron et l’Hérault que le nom est le plus répandu. Il pourrait dans ce secteur renvoyer à un lieu-dit de la commune de Colombières-sur-Orb (34). Sens du toponyme : les petits autels (arulas), généralement évocateur d’un culte païen (mais d’autres solutions sont possibles).
Arloing Nom très rare porté notamment dans l’Allier, où un lieu-dit s’appelle Les Arloings, près de Creuzier le Vieux. Sens incertain, mais il paraît s’agir d’un nom de personne d’origine germanique, Erlwin (erl = noble, guerrier + win = ami).
Armand Nom de personne d’origine germanique, Hardman (hard = dur + man = homme) ou Hariman (hari = armée). Nom surtout porté dans la Drôme et l’Ardèche, ainsi que dans les Bouches-du-Rhône.
Armangau, Armangaud, Armengau, Armengaud, Armengol Nom de personne d’origine germanique, Armingaud (ermin = très grand + gaud = goth ou gald = salaire). Pour Armengol, le suffixe est peut-être -gald = salaire.
Armange Un nom rencontré dansl’Ouest, et qui semble venir du 49 ou du 53. On trouve aussi les formes Armanges, Harmange, Harmanges, Hermange, qui ont la même origine. La finale -ange(s) laisse penser qu’il s’agit d’un toponyme, nom de domaine gallo-romain formé avec le suffixe -anicas. La forme d’Armange, rencontrée au moyen âge, semble également confirmer qu’il s’agit d’un toponyme. Cependant, il n’existe aucune commune portant ce nom, même si on trouve Hardanges dans le 53. Par contre, il semble bien que le nom ait été utilisé autrefois comme nom de baptême. Bref, l’origine reste obscure.
Armani Porté en Corse et en Italie du Nord, c’est la forme plurielle d’Armano, équivalent du français Armand (voir ce nom). Variante : Armanni (Lombardie). On trouve également dans le Piémont les formes Armando et Armandi, qui semblent calquées sur le français. Diminutifs : Armanelli, Armanetti, Armanini. Dérivés formés sur Armando : Armandola, Armandoni.
Armany Rare et porté en Catalogne, pourrait être un diminutif d’Arman (= Armand). Dans le Sud-Est, c’est l’équivalent de l’italien Armani (même sens).
Armel Porté dans les Côtes-d’Armor, c’est un nom de personne breton composé des racines arth (= ours, puis sans doute guerrier) et mael (= prince), et popularisé par un saint gallois vénéré dans plusieurs paroisses.
Armellin Nom porté dans les Hautes-Alpes. Variante : Armelin (04). On retrouve le patronyme sous les formes italiennes ou corses Armellino, Armellini. Ce sont des diminutifs d’Armelli, un nom qui semble lui-même être formé sur le prénom féminin Armella (étymologie incertaine, peut-être le latin animula, diminutif de anima = âme, mais sous toute réserve).
Armentia Originaire d’Espagne, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Armentia, nom d’une commune de la province de Burgos, proche du Pays Basque. Le sens pourrait être le même que celui du basque Armendia (= la montagne pierreuse : arr = pierre + mendi = montagne + suffixe -a).
Armitage Nom anglais, variante du français ermitage. Il désigne celui qui habite auprès d’un ermitage, ou dans une localité appelée Armitage (nom d’une commune du Staffordshire).
Armond Le nom est rare. On le rencontre dans les Alpes-de-Haute-Provence, avec diverses variantes présentes à la Réunion (Armon, Armont). Il devrait s’agir d’une variante de Armand (voir ce nom), ou bien d’un autre nom de personne d’origine germanique formé sur les racines hard (= dur) et mund (= protection).
Armstrong Patronyme anglais ou écossais, apparemment un surnom donné à celui qui a des bras puissants, sans doute un guerrier valeureux (arm = bras + strong = fort, solide, autrement dit “fort des bras”).
Arnaiz Patronyme sans doute basque : c’est un diminutif de filiation du prénom Arnau (Arnaud). Variante : Arnaez.
Arnaldi Forme italienne correspondant au français Arnaud (voir ce nom). Singulier : Arnaldo.
Arnales Rare et porté dans le Sud-Ouest, le nom semble venir d’Aragon. Sens incertain : en Aragon on appelle “arnales” des sortes de ruches. A envisager aussi un dérivé filiatif du nom de personne Arnal.
Arnanz Porté en Espagne, pourrait être un dérivé filiatif de noms comme Arnal, Arnaldo (= Arnaud), mais c’est loin d’être une certitude.
Arnao Porté notamment en Sicile, mais présent aussi dans la péninsule ibérique, c’est un nom de personne d’origine germanique (arn = aigle + wald < waldan = gouverner), équivalent du français Arnaud.
Arnaud, Arnal, Arnau Nom de personne d’origine germanique (arn = aigle + wald < waldan = gouverner). Le patronyme est très répandu dans toute la France (13, 33, 85 notamment). Variantes : Arnault (Centre), Arnauld, Arneaud, Arneault. On trouve les Arnau surtout dans le Gers, et les Arnal dans l’Aveyron et les départements voisins.
Arnaudeau Diminutif du prénom Arnaud porté en Vendée et dans les départements voisins. Avec d’autres suffixes : Arnaudet (46, 24), Arnaudeix (17), Arnaudin (33, 40, 64), Arnaudy (09).
Arnaudiès Diminutif de Arnaud, avec un suffixe exprimant la filiation.
Arnaudinaud Double diminutif d’Arnaud (voir ce nom) typique de la Charente, seul département où le nom soit représenté. Arnaud > Arnaudin > Arnaudinaud.
Arné Porté dans les Hautes-Pyrénées, désigne celui qui est originaire d’Arné, commune du même département. Mentionné sous la forme Arnerio en 1290, le toponyme est de sens incertain. Il peut être formé sur le nom d’homme gaulois Arnos, mais on envisagera plutôt une racine prélatine ar(n), à l’origine du nom de plusieurs cours d’eau. Autre possibilité : un dérivé de arena (= sable).
Arness Ecrit à l’origine Aurness, le nom est norvégien. Je n’en sais pas plus.
Arnet Le nom est porté en Suisse ainsi qu’en Lorraine, notamment dans la Moselle, où l’on trouve aussi les formes Arnett, Arnette, Arnetz. Il correspond au nom de personne Arnold (voir Arnaud), peut-être avec une valeur collective (celui qui appartient à la famille ou à la maison d’Arnold).
Arnillas Nom espagnol qui devrait être une variante de Arenillas, nom de famille et toponyme très fréquent évoquant un lieu sablonneux. Plusieurs communes d’Espagne s’appellent Arenillas. À noter aussi la commune d’Arnilla dans la province d’Almería.
Arnod Variante d’Arnoud (voir Arnaud pour le sens) portée en Savoie. Diminutifs : Arnodin (45), Arnodinot.
Arnold Nom de personne d’origine germanique (voir Arnaud) porté en Alsace et dans la Moselle. Variantes : Arnhold, Arnholt. Forme latinisée : Arnoldy. Le même nom se rencontre en Italie sous la forme Arnoldi, très fréquente en Lombardie.
Arnoul Nom de personne d’origine germanique, Arnwulf (arn = aigle + wulf = loup), surtout porté autrefois en Lorraine (88 notamment). Variantes ou formes voisines : Arnulf, Arnulfi, Arnull, Arnulfi (Sud-Est pour la plupart) et sans doute Arnouil, Arnouilh (24). Voir aussi Arnoux.
Arnould C’est un nom de personne d’origine germanique, soit une variante de Arnaud (voir ce nom), soit le nom Arnwulf (arn = aigle + wulf = loup). Le patronyme Arnould est très fréquent en Lorraine, et sa variante alsacienne est Arnold. Autres formes : Arnoult (51), Arnoud (73), Arnout (59, 62).
Arnoux Nom de personne d’origine germanique, Arnwulf (arn = aigle + wulf = loup) porté surtout dans le Vaucluse et la Drôme, également présent en Vendée.
Arnozan Porté dans la Gironde, le patronyme désigne apparemment celui qui est originaire d’Arnauzan, hameau à Plieux, dans le Gers. Signification : nom de domaine gallo-romain, formé avec le suffixe -anum sur un nom d’homme qui pourrait être le gaulois Arnos.
Arnt Variante de Arndt, forme contractée d’Arnold, nom de personne d’origine germanique (voir Arnaud pour le sens). Autres formes : Arnd, Arntz.
Aroca Nom castillan, sans doute d’origine basque, signifiant lieu rocheux.
Arod Porté en Rhône-Alpes, c’est un ancien prénom correspondant au nom de personne d’origine germanique Hariwald (hari = armée + waldan = gouverner), qui a donné Harold, Arold. Avec le même sens : Aroud, Araud. M.-T. Morlet préfère le nom germanique Arawald (ara = aigle).
Aron Forme contractée de Aaron (voir ce nom) rencontrée surtout en Alsace. On trouve aussi le nom dans la Mayenne, mais là il désigne celui qui est originaire du village d’Aron, dans le même département.
Arondel Surtout porté dans la Manche, c’est un diminutif de l’ancien français aronde (= hirondelle), donc un surnom au sens incertain : peut-être celui qui est vif, agile. Variantes : Arondeau, Arrondeau (28), Arrondel (35), Arondelle, Arrondelle (60, 80).
Arons Nom porté dans le département du Nord. Il semble s’agir d’une variante d’Aaron, Aron (voir Aaron) avec un s flamand de filiation. Cependant, vu la rareté du nom et son extrême localisation, une autre hypothèse (ancien nom de localité) n’est pas à exclure.
Arouet Immortalisé par Voltaire, le nom n’est plus porté aujourd’hui mais pourrait être une variante d’Arrouet (44, 85). Ce dernier nom, de sens incertain, est sans doute un diminutif du mot “arrou”, qui désigne dans l’Ouest un ruisseau d’arrosage, parfois un abreuvoir. Rappelons que le nom Voltaire est une anagramme de L.I. Arouet, dans laquelle le v équivaut au u.
Arouimi Porté par des Juifs d’Afrique du Nord, le nom est plus fréquent sous les formes Ruimi, Ruimy, Rouimy, Rouimi. C’est un diminutif de l’arabe rûmiyy, désignant au départ celui qui vient de Rome, puis, par extension, celui qui vient d’Europe (cf. le mot “roumi”).
Aroun Nom arabe qui renvoie au nom biblique Aaron, frère aîné de Moïse et grand-prêtre des Hébreux au désert.
Arouxet Un nom béarnais (65) dans lequel le a initial semble prothétique, comme c’est souvent le cas en Béarn. Le nom serait alors Rouxet, peut-être un diminutif de Roux, sobriquet désignant un homme roux.
Arpaillange Nom surtout porté en Dordogne, rencontré aussi sous la forme Arpaillanges. Il désigne celui qui est originaire d’Arpaillange, hameau de la commune de Davignac, dans la Corrèze. Sens du toponyme : nom de domaine (suffixe -anica) formé sur le nom d’homme latin Harpilius.
Arpin Patronyme rencontré surtout en Savoie. C’est un ancien nom de baptême, correspondant au latin Alpinus (= des Alpes). Diminutif : Arpinon. Forme italienne : Arpino (également nom de localité dans le Lazio). En composition : Arpin-Pont, Arpin-Gonnet.
Arquembourg Surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, le nom peut aussi s’écrire Arcambourg, Arcambourque. Il devrait s’agir d’un nom de personne féminin d’origine germanique (Ercamburg dans le polyptyque d’Irminon) formé sur les racines ercan (= sincère, excellent) et burg (= protection). À noter cependant la présence en Normandie du nom “d’Arcambourg” (XVe-XVIIe siècles), qui laisse supposer l’existence éventuelle d’un lieu qui aurait porté ce nom.
Arquier Nom surtout porté en Haute-Garonne. Variante : Arquié (82, 66, 65). Désigne un archer ou un fabricants d’arcs. Voir aussi Alquier.
Arquillière Nom porté dans le département de la Loire. Variante : Arquillère. Paraît désigner celui qui est originaire de l’Arquillère, hameau à Longessaigne (69).
Arrach Porté en Afrique du Nord, le nom pourrait être une adaptation du latin Carus (= cher, aimé), transformé en (C)arrus.
Arrachart Nom porté en Picardie, rencontré aussi sous la forme Arrachard. Correspond à l’action d’arracher les arbres et les souches, soit comme nom de métier, soit comme lieu-dit.
Arrambourg Ecrit également Arambourg, le nom est porté notamment en Haute-Savoie et dans l’Ain (d’autres mentions anciennes le signalent dans les Vosges). Il désigne celui qui est originaire d’Arrambourg, ancien village proche d’Annecy.
Arrami Patronyme correspondant à l’arabe ‘ar-râmî, qui désigne un archer.
Arraou Le nom est porté dans l’Hérault (La Salvetat-sur-Agout) depuis le XVIIe siècle. Son sens est obscur. Il pourrait être d’origine béarnaise et désigner celui qui est originaire d’Arreau (65), mais d’autres solutions sont certainement possibles.
Arras Surtout porté dans les Hautes-Pyrénées, désigne celui qui est originaire de la commune d’Arras-en-Lavedan (65) ou d’un hameau portant un nom similaire. Ailleurs en France, on pensera aussi aux communes d’Arras dans le Pas-de-Calais et dans l’Ardèche. À noter qu’Arras est aussi un nom italien porté en Sardaigne. Je n’en connais pas le sens.
Arrault Surtout porté dans l’Indre-et-Loire, c’est selon Dauzat un nom de personne d’origine germanique formé sur les racines ara (= aigle) et waldan (= gouverner). A noter cependant que l’Arrault est le nom d’un hameau à Lussac-les-Châteaux (86), et que M.T. Morlet propose pour la forme voisine Arreau (17, 45) un toponyme avec le sens de jardin entourant la maison.
Arrebola Nom porté en Espagne, plus rarement écrit Arrevola. Je n’en connais pas le sens. Peut-être le diminutif d’Arreba, nom d’une localité de la province de Burgos (là encore, le sens ne m’est pas connu).
Arredondo Correspond à l’adjectif espagnol redondo (= rond). Peut-être le surnom d’une personne enveloppée, mais aussi un toponyme, nom d’une commune de la province de Cantabria, qui a pu désigner une enceinte circulaire.
Arrestier Le nom est surtout porté en Corrèze et dans le Lot. On le retrouve dans Arestier, hameau à Monceaux-sur-Dordogne (19), mais il se pourrait que le toponyme soit postérieur au nom de famille. En occitan, le mot désigne une pièce de la toiture (du latin arista = tuile d’angle). Peut-être le surnom d’un couvreur, hypothèse émise par M.T. Morlet. Variantes : Arestié, Arestier (46).
Arribard Le nom est porté en Bretagne (35, 56, 22). Variantes : Arribart, Aribard, Aribart. Malgré ses allures gasconnes, le nom est bel et bien breton, puisqu’il est présent à Tinténiac (35) depuis plusieurs siècles, et que sa première mention connue dans cette région remonte à l’an 1223 (cartulaire de Saint-Georges). On pensera à une forme primitive *an Ribard (= Le Ribard), d’aurant qu’on trouve dans les Côtes-d’Armor les noms de famille très proches Le Ribault, Le Ribaut. Les noms Ribard et Ribaut pourraient ici désigner un homme débauché, se livrant au plaisir (sens de l’ancien français “ribaut”, qui a aussi désigné un vagabond, un valet d’armée ou un soldat pillard).
Arribehaute Porté dans les Landes, désigne celui qui habite un lieu-dit Arribehaute ou Rivehaute (nom d’une commune des Pyrénées-Atlantiques), ou qui en est originaire. Signification : la rive haute (sans doute la rive la plus escarpée d’un cours d’eau).
Arribère Désigne celui qui habite un lieu-dit (l’)Arribère, toponyme gascon qui signifie ‘rivière’. De nombreux hameaux portent ce nom dans les Pyrénées-Atlantiques et dans les Landes.
Arricastres Le nom, apparemment originaire des Hautes-Pyrénées (Aucun, Bun), semble être un dérivé du mot “arric” (= ruisseau), autrement dit un toponyme. Mais je ne trouve aucun lieu qui corresponde.
Arrieudarré Porté en Béarn, c’est un toponyme ayant le sens de ruisseau, cours d’eau situé à l’ouest (plutôt que ruisseau de derrière). Variante : Arriudarré. Le ruisseau situé au nord s’appelle pour sa part Arrieudebat.
Arrighi Très courant en Corse, c’est la forme plurielle d’Arrigo, variante d’Enrico, nom de baptême italien qui correspond au français Henri. Diminutifs : Arrighetti, Arrighino, Arrighini, Arrigotti, Arrigucci. Augmentatifs : Arrigone, Arrigoni.
Arrio Nom porté en Corse (notamment à Ucciani). C’est une forme contractée d’Arrigo (voir Arrighi). Variante plurielle : Arrii. On le rencontre également en Espagne, en particulier au Pays basque, et là il s’agit d’un toponyme ayant le sens de rivière, cours d’eau.
Arrivé Nom rencontré notamment en Charente-Maritime. A l’époque où les noms de famille se sont formés, le mot signifie simplement “celui qui a atteint la rive”. Difficile de savoir quel est son sens en tant que surnom. M.-T. Morlet évoque pour sa part l’idée d’un homme vaniteux. A envisager aussi, comme pour Arrivat, un toponyme (lieu situé sur la rive).
Arrivetx Porté dans le Sud-Ouest, le nom s’écrit aussi Arrivet, Arrivets, Arrivetz, Arribet, Arribey. C’est un toponyme gascon avec le sens de petit ruisseau.
Arroniz Nom basque d’Espagne, écrit également Arronis, Aroniz et parfois Aronis. Il désigne celui qui est originaire d’Arróniz, localité de Navarre. Le sens du toponyme n’est pas très clair. Il paraît formé à partir d’un nom de personne qui serait, selon divers auteurs, le latin Arrus ou le basque Arrona (Arrona est également un nom de famille basque).
Arrospide Nom basque plus courant sous la forme Rospide. C’est un toponyme ayant sans doute le sens de chemin pierreux (arri, harri = pierre, bide = chemin), plutôt que ‘chemin de l’étranger’ (arrotz). En composition : Rospidegarai, Rospidegaray (= le chemin pierreux d’en haut).
Arrouch Porté par des Juifs d’Afrique du Nord, le nom peut avoir diverses graphies : Arouch, Arous, Arrous, Harosh, Haroch, Harroch, Haroche, Harroche, Harrous (liste non exhaustive). Il correspond en principe à l’hébreu “harosh” (= la tête, le chef), nom donné à un chef de famille ou de clan. À noter cependant une confusion possible avec Carus, Carrus, également portés par des Juifs séfarades, équivalents latins de “Habîb” (= cher, aimé).
Arrous Porté surtout dans les Pyrénées-Orientales (Mosset), le nom est d’origine gasconne, on le rencontre d’ailleurs aussi dans le Gers. C’est un surnom donné à celui qui a les cheveux roux ou blonds (gascon arros, occitan et catalan ros). Attention cependant, le nom peut aussi être porté par des Juifs d’Afrique du Nord. Dans ce cas, c’est une variante d’Arrouch (voir ce nom).
Arrouy Nom béarnais. Pour le sens, voir Larrouy.
Arroyo Nom castillan qui signifie ruisseau d’irrigation.
Arruda Nom portugais qui semble désigner celui qui est originaire d’Arruda dos Vinhos, dans la province de Lisbonne. Le mot ‘arruda’ désigne la rue (plante), mais il n’est pas sûr que cette plante soit à l’origine du toponyme.
Arruti Nom basque, rencontré aussi sous la forme Arrutia (avec article -a postposé). Le suffixe -ti évoque en principe un lieu abondant en quelque chose. Reste à comprendre le premier élément. Peut-être la racine (h)arr- (= rocher, pierre), et donc il s’agirait d’un toponyme désignant un lieu pierreux. Mais on pensera aussi au mot “arro”, désignant un précipice ou encore le bassin d’une rivière.
Arsac Surtout porté dans la Haute-Loire et les départements voisins (42, 07), désigne celui qui est originaire d’Arsac, nom de divers hameaux de la Haute-Loire, à Chaudeyrolles, Coubon, Saint-Jean-Lachalm, Yssingeaux. Un hameau s’appelle également Arsac à Auzers (15). Signification probable du toponyme : le domaine d’Artius, nom d’homme gaulois (ou de Arcius, Arsius, nom latin).
Arséguel Nom surtout porté dans l’Ariège. Désigne celui qui est originaire d’Arséguel, hameau à Justiniac, dans le même département. Sens du toponyme : sans doute une terre défrichée par brûlis.
Arsenault Forme erronée d’Archenault, rencontrée dans le Cher et le Loiret. Variante : Arseneault.
Arsène Assez rare en métropole (14), mais fréquent en Guadeloupe et en Martinique, c’est un nom de baptême issu du grec Arsenios (= viril).
Arsicaud Porté en Poitou-Charentes, le nom se rencontre aussi sous les formes Arsicault, Arsicaut, Arsicot, Arsiquaud. Ce pourrait être l’équivalent de noms tels qu’Artigau, Artigaud (Sud-Ouest, Limousin), avec le sens de terre défrichée par brûlis.
Arson Nom surtout porté en Normandie (76), également présent dans le Sud (34, 12). On y voit généralement un fabricant d’arçons (voir Larsonneur). Diminutifs : Arsonnaud (44), Arsonneau (17), Arsonneaud (33), Arsonnet (76).
Arsouze Nom porté en Limousin. Désigne celui qui est originaire d’Arsouze, nom de deux hameaux dans la Corrèze (Chamberet et Soudaine-Lavinadière), également hameau dans la Creuse (Châtelus-le-Marcheix). Variante : Arsouse (33). Sens du toponyme : sans doute terre défrichée par brûlis.
Arteaga Nom basque fréquent. C’est un toponyme qui peut avoir deux sens : soit un bois de chênes verts (“arte” + suffixe -aga), soit une terre défrichée (équivalent de l’occitan “artiga”).
Arteman Porté en Belgique, notamment dans la province de Namur, c’est un nom de personne d’origine germanique, équivalent de Hartmann (voir ce nom).
Arthaud Surtout porté en Dauphiné et en Savoie, c’est un nom de personne d’origine germanique, Hartwald (hard = dur + waldan = gouverner). Formes voisines : Arthaut, Artheau. Avec absence de h : Artau, Artaud, Artault, Artaut (86, 63), Artaux (51, 70), Arteau (16, 33), Arteaud (79, 63), Arteault (86).
Arthuys, Arthuis, Arthur, Arthus, Artus Ce patronyme renvoie au nom porté par le célèbre roi Arthur, immortalisé par les romans de la Table Ronde. L’origine serait le breton Arzhul, dérivé de arzh (= ours).
Artigala, Artigalas Dérivé de Artigue, avec le même sens (voir ce nom). C’est un nom porté en Gascogne (65, 47).
Artigau Porté dans les Pyrénées-Atlantiques (variante : Artigal, 65), c’est un dérivé de Artigue (voir ce nom).
Artigue, Artigues Nom du Sud-Ouest qui correspond à un toponyme désignant une terre en friche, ou une terre récemment défrichée par brûlis. L’origine du mot est obscure, vraisemblablement un terme préroman d’origine pyrénéenne. Variantes : Artiga, Artigas (Catalogne, Espagne), Artige, Artiges (Limousin, Velay).
Artola Nom basque qui peut désigner un bois de chênes verts (arte = chêne vert + suffixe -ola). Mais on pensera surtout à une bergerie, une cabane de berger, sachant que le mot “ardi” (= brebis) devient le plus souvent “art-” en composition. D’aillleurs, le mot “artolha” est attesté avec le sens de cabane de berger ou parc à brebis.
Artous Le nom est surtout porté dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne. Variante : Artoux (46, 81). Il renvoie à un toponyme, peut-être Arthous, nom d’un petit village et d’une ancienne abbaye à Hastingues, dans les Landes. Sens incertain, mais il paraît s’agir d’un dérivé du pré-latin *arte (= broussailles).
Artufel Nom porté dans les Bouches-du-Rhône et le Var. Variante : Artuphel. Ce patronyme est présent à Auriol (13) dès la fin du XIVe siècle. Aucune idée sur sa signification, hélas. Il existe en Catalogne un nom assez proche, Artafull, mais là encore je n’en connais pas le sens. A noter que, pour Artufel, Frédéric Mistral donnait cette définition : ‘provençal, vient d’Arteveldt, nom flamand’.
Arvault Porté notamment dans l’Indre, c’est l’équivalent d’Hervault (voir ce nom). Variantes : Arvaud (16, 17), Arvaux (45, 18).
Arvenne Nom assez rare porté dans la Charente. Il s’agit sans doute d’un toponyme, si l’on en croit la forme ‘d’Arvenne’ rencontrée dans la Creuse au XVIIIe siècle, mais je ne trouve rien qui corresponde. Peut-être une autre forme de Auvergne.
Arvicus Curieux patronyme porté en Belgique. C’est bien sûr une forme latinisée, mais difficile de savoir à quoi elle correspond.
Arviset Le nom est porté dans la Côte-d’Or, où il s’écrit aussi Alviset. Il devrait s’agir d’un diminutif d’Arvis (Alvis), probable nom de personne de personne germanique (Adalwis dans le polyptyque d’Irminon : adal = noble + wis = sage). Le nom Arvis (variantes Arvit, Arvy) est pour sa part porté dans la Corrèze, où il peut éventuellement s’agir aussi d’un toponyme : un hameau s’appelle Arvis à Bugeat (19).
Arzens Celui qui est originaire d’Arzens, dans l’Aude. Toponyme formé avec le suffixe -ingus sur un nom de personne germanique, Hartilo : le domaine appartenant à Hartilo.
Ascari Surtout porté en Emilie-Romagne, c’est un nom de personne d’origine germanique, Aschari (asc = frêne, lance de frêne + hari = armée).
Aschard Porté dans le Maine-et-Loire, le nom était également présent dans l’Isère au début du XVIIIe siècle. Il semble que ce soit une variante d’Achard (voir ce nom).
Aschenbrenner Le nom désigne en allemand un brûleur de cendres, sans doute celui qui produisait les cendres nécessaires à des industries telles que la verrerie (les cendres de fougères et d’autres végétaux fournissaient la potasse indispensable à la fusion du sable). Variantes : Aschenberner, Eschenbrenner.
Ascola voir Escola.
Asensio voir Assens.
Asimus Porté en Alsace-Moselle, le nom se présente parfois aussi, mais beaucoup plus rarement, sous la forme Asinus. C’est une variante du patronyme Asmus, lui-même aphérèse d’Erasmus, nom très en vogue à la Renaissance dans les pays germaniques (voir Erazmus).
Asla Nom basque désignant un lieu où poussent les ronces, les mûres (basque asi).
Aspar, Aspart, Asparo Origine apparemment inconnue, pour un nom pourtant assez courant. Semble formé sur une racine préromane asp-, qui pourrait être un oronyme (toponyme évoquant le relief).
Aspireault Le nom est porté au Québec. C’est une variante d’Aspirot, nom gascon porté dans les Pyrénées-Atlantiques (il y a aussi des Aspirot dans la Somme). Je n’en connais pas le sens.
Aspour Nom rare porté en Saône-et-Loire, variante de Asport, Aspord (Savoie, Dauphiné). Aucune certitude quant à ces noms, que l’on peut rapprocher de Aspart (66, 42), Aspert (63, 66), pour lesquels on ne dispose pas non plus de solutions satisfaisantes. Il pourrait s’agir d’un nom de personne, reste à en connaître les racines. Un hameau de Bourgoin-Jallieu (38) s’appelle Asport, mais le nom semble formé à partir du patronyme.
Assada Le nom est porté dans le Rhône. Variantes : Assadas, Assadat. Sens incertain. Si la forme d’origine est Assadat, on peut penser au participe passé du verbe francoprovençal “assadar” (= rassasier). On peut aussi envisager l’occitan “aissada” (= houe).
Assadi Dérivé de Assad, nom de personne arabe (‘asad) qui signifie lion. Autre possibilité : celui qui est très heureux (as`ad).
Assahli Porté au Maroc, le nom est issu de la racine arabe s.H.l, qui signifie “côte, rivage, bordure” et qu’on retrouve dans Sahel. Donc, celui qui vient de la côte, du Sahel.
Assailly Nom porté dans les Deux-Sèvres (variante : Assailhy) et dans l’Aisne. Il devrait s’agir d’un nom de localité, comme semble l’attester la forme d’Assailly, rencontrée dans les Deux-Sèvres vers 1600. Seul problème, il ne reste apparemment aucune trace d’une telle localité. On peut envisager éventuellement une variante de Sailly, nom de très nombreuses communes. On rencontre le nom de famille Assaillit dans l’Ariège, écrit également Assalit dans le Tarn. Cette dernière forme est intéressante, car elle est aussi portée dans les Deux-Sèvres : c’est apparemment le participe passé du verbe occitan assalir (= attaquer). A noter enfin l’existence d’un Marais d’Assailly à Coulon (79).
Assan Variante du nom Hassan (voir Hassani) portée essentiellement par des Juifs d’Afrique du Nord. Le dérivé Assani est pour sa part surtout arabe, il est fréquent à Mayotte.
Assandri Forme contractée d’Alessandri (= Alexandre) portée notamment dans le Piémont. On trouve plus rarement le singulier Assandro.
Assante Nom italien surtout porté dans la région de Naples. Je n’en connais pas la signification.
Assassin Curieux patronyme porté aujourd’hui en Île-de-France, rencontré en Seine-Maritime au XVIe siècle (Saint-Germain-sur-Eaulne, 1587). Difficile d’y voir un assassin, d’autant que le terme, avec son sens actuel, n’est pas apparu en France avant 1560. Peut-être une déformation de Sassin (45), que M.T. Morlet considère comme un diminutif formé sur le nom de personne germanique Sahso (= saxon).
Assayag Porté par des Juifs originaires d’Afrique du Nord, le nom désigne en arabe dialectal un bijoutier (aS-Sayâgh). Variantes : Assaya, Assayac, Sayag. Avec marque de filiation : Benassaia, Benassaya, Benassayac, Benassayag.
Asselbourg Rare, le nom est notamment porté dans la Marne (variante : Asselbur), on le rencontre aussi dans la Meuse, en Belgique et au Luxembourg. Il désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom, sans doute écrit Asselburg ou Hasselburg (trois commune allemandes s’appellent Hasselburg, dans la partie orientale du pays).
Asselin Nom de personne d’origine germanique (voir Esselin pour le sens) porté notamment dans le Loiret et en Normandie. Variante : Asselin (86). Matronymes : Asseline, Asselinne (50). Diminutif : Asselineau (45, 89).
Asselot Le nom est surtout porté dans la Manche, on le rencontre aussi en Saône-et-Loire. C’est un diminutif de Asse, nom de personne d’origine germanique (Azzo : racine ad = noble).
Assemat,Assémat Nom occitan, rencontré notamment dans le Tarn. C’est un dérivé du verbe acermar, qui signifie préparer, orner, mais aussi s’empresser. Ce dernier sens pourrait être à l’origine du patronyme.
Assens, Acens, Asensio Du latin Ascensio, nom de la fête de l’Ascension du Christ. Il semble qu’on ait donné ce nom de baptême aux enfants nés le jour ou la veille de cette fête.
Asseray Surtout porté dans le Maine-et-Loire, ce devrait être un toponyme, à rapprocher de Assérac, commune de la Loire-Atlantique. Autre possibilité : comme Asserin, diminutif de Assier, Asser, nom de personne d’origine germanique (Anshari : ans = nom de divinité + hari = armée).
Assibat Porté en Béarn, c’est un prénom médiéval d’origine incertaine. Michel Grosclaude propose un nom latin, Arsivus, Assivus, suivi du suffixe -at.
Assié Nom surtout porté dans le Tarn et l’Aveyron, rencontré aussi sous la forme Assier (81, 73, 51). C’est un nom de personne d’origine germanique, sans doute Anshari (ans = nom de divinité + hari = armée).
Assier Surtout porté en Savoie et dans le Tarn (variante Assié), c’est un nom de personne d’origine germanique, Anshari (ans = nom de divinité + hari = armée). La forme Asser (74) semble avoir la même origine.
Assirati Nom assez peu courant rencontré en Italie en Lombardie et en Emilie-Romagne. Aucune idée quant à sa signification. A noter un lieu-dit Assirato-Renato à Lucerne (Suisse).
Assollant Le nom, très rare aujourd’hui, semble originaire de la Creuse (Aubusson au XVIIIe siècle). Variantes : Assolent (63), Assoulant (82). Signification incertaine. Il pourrait s’agir du participe présent du verbe occitan assolar (= consoler, calmer), surnom éventuel d’un homme paisible, mais on pensera plutôt à un nom de personne féminin d’origine germanique, Anslindis (ans = nom de divinité + lind = doux), dont P.-H. Billy (voir bibliographie) précise qu’il est documenté en Auvergne sous les formes Asolendis, puis Assolendi.
Assoufi Correspond sans doute à l’arabe ‘aS-Sûfiyy, en français le soufi, membre d’une secte islamique. Les soufis étaient ainsi appelés car ils portaient un vêtement de laine (arabe Sûf). On peut aussi envisager d’autres hypothèses : un dérivé de ‘âsif (= triste), ou de `âSif (= violent, en parlant du vent).
Assouline Nom porté par des juifs originaires d’Afrique du Nord. Correspond à un mot berbère qui signifie “rocher”. C’est à la fois un nom de lieu et un nom de tribu. On notera, au sud de Marrakech, la tribu des Aït Tizguin Ouassouline.
Assoun, Hassoun, Hassoune Nom d’origine arabe, souvent porté par des juifs d’Afrique du Nord. Deux sens possibles : soit chardonneret (hassûn), soit très beau ou très bon (variante de Hassan).
Assour Rare, le nom est plus fréquent sous la forme Assor, portée par des Juifs d’Afrique du Nord. C’est une variante du patronyme Achour (voir ce nom).
Assous Sans doute originaire du Sous, région du Maroc méridional.
Assuied Nom porté par des Juifs méditerranéens, notamment en Tunisie, où il est attesté depuis le XVIIIe siècle. C’est un diminutif (as-swiyyad) formé sur l’arabe `aswad, qui signifie “noir”. Le nom Suied, également tunisien, a le même sens.
Aste Qu’il s’écrive Aste ou Asté, le nom est originaire de Gascogne. Dans le premier cas, il désigne celui qui est originaire d’Aste-Béon (64). Dans le second cas, plusieurs sens sont possibles : soit celui qui est originaire d’Asté (commune des Hautes-Pyrénées et hameau à Castillon-Debats, dans le Gers), soit un fabricant de lances, de broches ou autres objets pointus (occitan “ast”), soit encore un nom de personne, variante d’Astier (voir ce nom).
Astesiano Nom italien assez rare porté en Ligurie. Autres formes : Astesano, Astesani, Asteggiano, Asteggiani, Astegiano, Astegiani, Astesan, Astesana, Astezan, Astezano. Tous ces noms désignent celui qui est originaire de la ville ou de la région d’Asti (Piémont).
Astié Variante d’Astier (voir ce nom) portée surtout dans le Tarn et le Lot-et-Garonne.
Astier Nom de personne qui pourrait correspondre au germanique Asthari (ast = lance + hari = armée), mais qu’il faut sans doute rattacher plutôt au latin Asterius (dérivé de “aster” = étoile), popularisé par divers saints, notamment un ermite en Périgord (qui a donné son nom à la commune de Saint-Astier). Le patronyme est très fréquent dans l’Ardèche et la Drôme, ainsi qu’en Auvergne.
Astor Mentionné en 913 sous la forme Astorius. Semble correspondre à Asthar (ast = lance + hard = dur), nom de personne d’origine germanique, même s’il n’est pas interdit d’y voir un nom de rapace, l’autour (catalan astor, du latin acceptore).
Astorg Patronyme rencontré dans le sud du Massif Central, notamment dans l’Aveyron. C’est un ancien nom de baptême d’origine grecque, Eustorgios (= bon amour, qui aime bien), latinisé en Eustorgius, connu également sous la forme Eustorge. Saint Eustorge (fête le 18 septembre) fut un évêque de Milan cité par saint Athanase parmi les évêques d’Italie hostiles à l’arianisme et dont saint Ambroise fait l’éloge. Un autre Eustorge fut évêque de Toulon au IXe siècle. Variantes : Astorga, Astorgis, Astorgue, Astorgues.
Astoul Surtout porté dans l’Aveyron (également 82), c’est un nom de personne d’origine germanique, Astwulf (ast = lance + wulf = loup). Variante : Astoux (06).
Astrade Aujourd’hui très rare, le nom de famille a surtout été porté dans les Pyrénées-Atlantiques. C’est une variante du nom Estrade, désignant la maison ou le hameau situés au bord de la route.
Astre Porté dans l’Ariège et les départements voisins (11, 31, 66), également présent en Auvergne (63), pourrait être un nom de personne (latin Aster). A noter cependant que le nom s’est souvent écrit Astré, et qu’on trouve au XVIe siècle le nom de famille “d’Astré”, ce qui permet d’envisager un éventuel nom de lieu. Deux hameaux s’appellent Astre, à Cessenon-sur-Orb (34) et à Saint-Jory (31).
Astrologi Nom italien rare porté en Emilie-Romagne (province de Modène). On trouve plus fréquemment la forme Astrologo (Lazio, Abruzzes). C’est l’équivalent du français “astrologue”, sachant que pendant des siècles le terme a eu à la fois le sens de savant étudiant les astres et de devin.
Astruc, Astruch Fréquent en pays occitan et en Roussillon, le nom vient de “astre”, et signifie “né sous un bon astre, chanceux”. Il était très courant chez les juifs du Moyen Âge, soit comme prénom, soit comme patronyme, mais il a été aussi porté par des chrétiens. Matronyme : Astrugue. Variantes : Estruc, Estruch, Estru. En composition : Bonastruc (à rapprocher de Bonastre, porté dans la région toulousaine).
At Porté dans le Rouergue (81, 12), c’est un nom de personne d’origine germanique, Atto, mentionné à plusieurs reprises dans le cartulaire de l’abbaye de Conques (par exemple, sur un acte de 1083, deux signataires s’appellent Atto Matfredi et Atto Saxeti). Pour la racine, on hésitera entre “ald” (= vieux) et “adal” (= noble).
Atallah Nom d’origine arabe (parfois porté aussi par des Juifs) qui signifie ‘don, cadeau de Dieu’ (`aTâ’-allâh). Variantes : Ataallah, Ataoullah.
Atamaniuk Dérivé en principe ukrainien (suffixe -iuk) du nom de personne russe Ataman, qui signifie “chef militaire”.
Atgé Nom de personne d’origine germanique, Adigari (adi < adal = noble + gari = lance).
Atger Porté notamment dans la Lozère, c’est un nom de personne d’origine germanique. Voir Atgé pour le sens. Autres formes : Atgié, Atgier, Atget.
Athanase Le patronyme est surtout porté en Martinique, mais on le rencontre aussi dans la Manche. C’est un nom de personne d’origine grecque, Athanasios (= immortel). Il a été popularisé par plusieurs saints, dont un évêque d’Alexandrie et un martyr précipité nu dans un étang glacé à Sébaste (Turquie) avec 39 de ses compagnons (IVe siècle).
Athané Nom porté dans la Haute-Garonne. Variante : Athaner (66). Pourrait avoir le sens de “parent”, à rattacher au verbe occitan atanher (= appartenir, être parent). Mais ce n’est qu’une timide hypothèse. Autre timide hypothèse : un nom de personne d’origine germanique qui serait formé des racines atan (de adal = noble) et hari (= armée). A étudier aussi : un rapprochement avecle prénom Athanase.
Athaquet Surtout porté à Barcus (64), c’est la francisation du basque Athaket(a), dérivé de “athaka, atheka” (= passage étroit) formé avec le suffixe locatif -eta. Il y a d’ailleurs à Barcus un cours d’eau et un lieu-dit qui s’appellent Athaketa.
Athiel Nom de personne d’origine germanique sans doute formé sur Athal (= noble).
Atkinson Désigne le fils d’Atkin ou Adkin (également Adkins, Atkins), nom de personne anglais qui comporte déjà lui-même l’idée de filiation : Adkin = le fils d’Adam.
Atlan Essentiellement porté par des juifs séfarades, le nom vient de l’arabe atlan (= de noble naissance). Dérivé : Atlani.
Atmane, Atmani Nom arabe, variante de Othman(e), Othmani, Outmani : vient de `uthmân (= petit serpent), nom porté par le troisième calife de l’Islam.
Ato Nom surtout castillan, qui semble renvoyer à Audo, nom de personne germanique (ald = vieux).
Atoch Nom rare porté dans la Haute-Garonne. Je n’en connais pas le sens. Signalons cependant que atoc est une variante de l’occitan toc (= coup, mais aussi tache, marque sur la peau, le poil ou les cheveux).
Attachi D’origine marocaine, le nom est rare. C’est un dérivé de Attach, Attache, un patronyme souvent porté par des juifs et dont le sens est incertain. Sans doute faut-il le rattacher à l’arabe `aTâ’ (= don, présent).
Attali Dérivé en -i du nom Attal, qui désigne en arabe un portefaix (`attâl). Le nom est porté par des juifs séfarades d’Afrique du Nord.
Attanasio Patronyme italien qui correspond au prénom Athanase (du grec athanasios = immortel). Variantes : Atanasio, Atanasi, Attanà, Attanasi. Plusieurs saints ont porté ce nom, le plus célèbre étant Athanase d’Alexandrie, patriarche et docteur de l’église (295-373).
Attaud Le nom ne se rencontre qu’à la Guadeloupe (variante Attand qui semble correspondre à une graphie erronée). Il devrait s’agir d’un nom de personne d’origine germanique, *Atwald (at < adal = noble + wald < waldan = gouverner). Avec la finale – hard, on rencontre dans la Marne le patronyme Attard.
Attia Porté en Afrique du Nord par des juifs séfarades, c’est un nom d’homme arabe (`aTiya) signifiant “cadeau, don”. Variante : Attias.
Attou Surtout porté en Algérie (parfois par des Juifs séfarades), c’est un nom dont le sens m’est inconnu, d’autant qu’il est difficile de savoir s’il est arabe ou berbère. Quelques pistes, mais sans grande conviction : en berbère le mot “adhu” (= le vent), en arabe `aTa’ (= don).
Attoub Egalement écrit Atoub, le nom semble correspondre à l’arabe àtîb (= détracteur, censeur).
Attoug Généralement marocain (variante : El Attoug), le nom devrait être une variante d’Attouk, probable augmentatif d’Atik, Atek (arabe `âtik = noble, généreux). On me signale aussi le sens d’épris, passionné.
Attragit Le nom, plutôt rare, est porté dans le Cantal. Difficile d’en faire le participe passé des verbes occitans atraire (= attirer) ou tragir (= mâcher, couper). Signalons les formes apparemment voisines Atragie (59) et surtout Atrazic, Attrazic (48, 15), dont il faut rapprocher les noms Trazic, Trazit (48, 15). Hélas, elles ne me donnent pour l’instant aucune solution !
Auban Nom surtout porté dans le Midi, de la région toulousaine à la Provence. C’est une variante d’Alban par labialisation (= vocalisation du l). Quant à Alban, c’est un nom de baptême issu du latin Albanus (= de la ville d’Albe), popularisé par divers saints. Il existe plusieurs communes appelées Saint-Auban (04, 06, 26).
Aubanel Diminutif d’Auban (voir ce nom) porté notamment dans le Gard et la Drôme. Variante : Albanel (73, 63).
Aubé Sans doute une variante normande du nom de personne d’origine germanique Aubert (voir ce nom).
Aubelle Nom assez rare porté surtout en Côte-d’Or. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Aubelle (lieu où pousse le peuplier blanc, latin albellus). On trouve la forme Aubèle en Normandie et dans l’Allier. Le nom Aubel, porté dans les Vosges, devrait avoir le même sens.
Aubépart, Aubepart Surtout porté dans la Drôme et le Vaucluse, désigne celui qui est originaire d’Aubépart, hameau de la commune de Richerenches (84).
Auberger Porté dans l’Allier et le Puy-de-Dôme, désigne le fils du berger (ou de celui qui s’appelle Berger). Variantes probables : Aubergier (Sud-Est), Auberget (71, 03), Alberger (89).
Aubéric Patronyme porté en Provence. C’est un nom de personne d’origine germanique, Albaric (alb = elfe + ric = puissant).
Aubert Nom de personne d’origine germanique (adal = noble + berht = brillant, célèbre), fréquent dans toute la France. C’est dans les Bouches-du-Rhône, dans les Vosges et en Normandie qu’il est le plus répandu.
Aubertin Diminutif d’Aubert (voir ce nom) fréquent en Lorraine (54, 88). Variante : Aubertein (54, 55).
Auberville Surtout porté en Seine-Maritime, désigne celui qui est originaire d’Auberville, nom de plusieurs communes et hameaux dans ce département et dans le Calvados. Signification du toponyme : le domaine d’Osbern, nom de personne norrois, ou d’Aubert (voir ce nom).
Aubier Le nom est surtout porté dans l’Indre. Deux possibilités : soit un lieu où pousse le peuplier blanc, soit un nom de personne d’origine germanique (Albhari : alb = elfe + hari = armée). Autres formes : Aubié (47, 62), Aubiez.
Aubignat Désigne celui qui est originaire d’Aubignat, nom de trois hameaux dans le Puy-de-Dôme, à Saint-Floret, Mazoires et Saint-Ferréol-des-Côtes. Signification : nom de domaine gallo-romain formé avec le suffixe -acum sur Albinius (nom d’homme latin). On trouve avec le même sens le nom Aubignac, surtout porté dans l’Aveyron, où l’on trouve des hameaux Aubignac à Anglars-Saint-Félix, Bozouls, Curan et Saint-Geniez-d’Olt.
Aubin Nom de baptême issu du latin Albinus, lui-même dérivé de albus (= blanc). Il est très porté dans l’Ouest (44, 76 surtout). Saint Aubin, né à Vannes et évêque d’Angers au VIe siècle, fut l’un des principaux promoteurs du troisième Concile d’Orléans, qui réforma l’Eglise franque avec une grande fermeté. Variante : Aubain (17, 85). Diminutifs : Aubinais (44, 85), Aubinat (24, 64), Aubinaud (16, 85), Aubineau (85, 86, 49), Aubinel (31), Aubinet (47). Matronyme : Aubine (61).
Aublanc Désigne le fils de celui qui s’appelle Blanc (voir ce nom). Le nom est porté dans la Saône-et-Loire, la Dordogne, le Rhône et le Cher. Variantes : Aublan (24), Aublant (24, 18).
Aublet C’est dans l’Yonne que le nom est le plus répandu. Variante : Aubled (77). On peut penser au surnom d’un producteur de blé, tout comme pour Aublé (76). Mais il peut aussi s’agir d’une contraction de Aubelet, bois de peupliers blancs ou diminutif d’Albert, Aubert.
Auboeuf Surtout porté dans la Saône-et-Loire, désigne le fils de celui qui s’appelle Boeuf (voir ce nom).
Aubon Désigne sans doute le fils de celui qui s’appelle Bon (voir ce nom). Rare, c’est dans la Charente que le nom est le plus répandu. Les noms de famille Aubonneau (86) et Aubonnet (69), renvoient respectivement à Bonneau et Bonnet.
Aubouin, Auboin Deux possibilités : soit le fils de Bouin, Boin (voir ces noms), soit un nom de personne d’origine germanique, Albowin (alb = elfe + win = ami). On trouve le patronyme Aubouin en Poitou-Charentes. Quant aux Auboin, outre la Charente, on les rencontre en Lorraine (55).
Aubourg C’est dans la Seine-Maritime que le nom est le plus répandu. On le rencontre aussi dans le Centre (variante : Aubour). C’est un nom de personne féminin d’origine germanique, Adalburg, latinisé en Adalburgis (racines “adal” = noble + “burg” = forteresse). La forme Auburge (14) a le même sens, tout comme Aubierge (79). Une sainte Aubierge fut abbesse de Faremoutiers (77).
Auboyer Porté dans la Vienne et la Haute-Vienne, désigne soit le fils du bouvier, soit le fils de celui qui s’appelle Boyer (voir ce nom).
Aubrée Nom fréquent dans l’Ouest (35, 49, 76). Variante : Aubré. C’est un toponyme désignant un massif de grands arbres (en principe des peupliers blancs). Avec le même sens : Aubrais (50), Aubraye (14, 35, 50), Aubrays, Aubrey (50).
Aubregat Nom rare porté en Provence, également écrit Aubergat. C’est un ancien nom de personne, popularisé par un obscur saint Albergaty, honoré dans le Vaucluse, et qui a laissé son nom au hameau de Saint-Albergaty à Althen-des-Paluds (84).
Aubrespin Porté notamment dans la Haute-Garonne et le Vaucluse, le nom désigne en occitan l’aubépine (variante de “albespin”). C’est donc un toponyme devenu nom de famille. Variante : Aubrespy (34).
Aubrière Nom porté dans l’Ouest, des Charentes à la Normandie. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Aubrière, les Aubrières (plus d’une cinquantaine de hameaux). Sens du toponyme : sans doute un lieu planté d’arbres, peupliers, saules ou aulnes selon les régions, ou encore le domaine d’Aubry.
Aubril Le nom est surtout porté dans la Manche, on le rencontre aussi dans la Somme. Il semble s’agir d’un diminutif du nom de personne Aubry (voir ce nom), mais c’est loin d’être une certitude. A noter le hameau des Aubrils à Mortain (50).
Aubrun Assez fréquent dans l’Indre et la Creuse, désigne le fils de celui qui s’appelle Brun, ou le fils du brun (au Brun).
Aubry Nom de personne d’origine germanique, Albaric (alb = elfe + ric = puissant), rencontré surtout en Lorraine (88, 54).
Aubursin Porté dans le département du Nord (Saint-Amand-les-Eaux), c’est un nom dont je ne trouve aucune mention antérieure au XXe siècle. Sens obscur. Peut-être une déformation du nom Auburtin, porté dans la Moselle, qui devrait pour sa part être une variante d’Aubertin, diminutif d’Aubert (voir ce nom).
Aucante Surtout porté dans l’Indre, le nom peut aussi s’écrire Aucanthe (18). Les plus anciennes mentions connues le situent à Montgivray au XVIe siècle, il était aussi présent dans la Creuse et surtout l’Allier. Il désigne le fils de celui qui s’appelle Cante, nom de famille fréquent dans l’Allier et qui paraît avoir une origine topographique (occitan “cant” = coin).
Auchabie Porté dans la Corrèze et le Cantal, c’est un nom bien mystérieux pour moi. Aucune solution pour l’instant.
Auchatraire Porté en Limousin (23, 87), le nom est une agglutination de ‘au chatraire’, désignant le fils du châtreur (celui qui châtre les bêtes).
Auchecorne Voir Hauchecorne.
Aucher Assez fréquent dans la Haute-Vienne et la Vienne, c’est un nom de personne d’origine germanique, Alchari (alah = sanctuaire + hari = armée selon M.-T. Morlet). Variante : Auchier (24).
Auchoix Nom très rare rencontré en région parisienne, un peu plus fréquent sous la forme Auchois. Il vient de l’Oise, en particulier Boran-sur-Oise où il est mentionné depuis le début du XVIIe siècle. Sens obscur. À envisager celui qui vient de l’Auxois (ou Aussois), nom d’une région bourguignonne.
Auclair Un nom fréquent dans l’Allier, qu’il faut décomposer en AU + CLAIR, autrement dit le fils de Clair (voir ce nom).
Aucoin Nom porté dans des régions assez variées. C’est dans la Nièvre qu’il est le plus fréquent. Il s’agit le plus souvent d’une variante du patronyme Alcuin, nom de personne d’origine germanique, Algwin (alg < alah = temple + win = ami). Peut éventuellement désigner parfois le fils de celui qui s’appelle Coin(t) = joli, aimable, habile.
Aucordonnier Porté dans la Creuse, désigne le fils du cordonnier ou de celui qui s’appelle Cordonnier. De la même façon, Aucordier (23) est le fils du cordier.
Aucouturier Porté notamment dans l’Allier et le Puy-de-Dôme, désigne le fils du couturier ou de celui qui s’appelle Couturier (attention, couturier = cultivateur). Variante : Aucuturier (23).
Aucuit Nom porté dans le Centre (41), également présent en Limousin. Variante : Aucuy (36). Désigne le fils de celui qui s’appelle Lecuit (voir ce nom).
Auda Rare en Italie (Piémont), le nom est surtout porté dans les Alpes-Maritimes. C’est en principe un nom de personne féminin, équivalent du prénom Aude (racine germanique ald = vieux).
Audabram Nom porté dans l’Ariège (variante : Audebram), à rapprocher de formes telles que Audebrand (Poitou, Vendée) ou Audibran, Audibrand (Provence), noms de personnes d’origine germanique (ald = vieux + brand = épée).
Audaire Surtout porté en Vendée et dans la Manche, c’est un nom de personne d’origine germanique, sans doute Aldhari (ald = vieux + hari = armée). Voir aussi Audoire.
Audap Un nom béarnais désignant celui qui habite un lieu-dit Audap ou qui en est originaire. Le toponyme est d’origine basque (aldapa, altapa) et signifie versant escarpé, éventuellement colline ou coteau. On le rencontre surtout dans la vallée d’Aspe.
Audard Surtout porté dans le Tarn, c’est un nom de personne (prénom) d’origine germanique, Aldhard (ald = vieux + hard = dur). A noter qu’un saint Audard (dont le nom est parfois écrit Théodard) fut évêque de Narbonne au IXe siècle.
Audé Variante de Audié, nom de personne d’origine germanique (Aldhari : ald = vieux + hari = armée).
Audebault Nom de personne d’origine germanique, Aldabald (ald = vieux + bald = audacieux) porté en Poitou-Charentes et dans le Maine-et-Loire. Variantes : Audebaud, Audebeau, Audebeaud.
Audebert Nom de personne d’origine germanique, Aldeberht (ald = vieux + berht = brillant), fréquent en Dordogne, dans le Puy-de-Dôme et l’Indre-et-Loire. Variantes : Audibert (Sud-Est), Audubert (19, 47), Audoubert (09, 37, 65), Audivert (24, 31). Forme italienne : Audiberti. Diminutifs : Audubertaud, Aduberteau (16, 33).
Audegond Nom porté dans la Somme et le Nord-Pas-de-Calais. Variantes : Audegon, Audegont, Audegoud. Apparemment il s’agit d’un nom de personne d’origine germanique, dans lequel on reconnaît les racines ald (= vieux) et gund (= combat).
Audemar Patronyme porté notamment dans l’Aude et les Alpes-de-Haute-Provence. Variantes : Audema (34), Audemard (04, 38, 83), Audemart (73, 38). C’est un nom de personne d’origine germanique, Adalmar (adal = vieux + mar = célèbre). Variante normande : Audemer (nom rare aujourd’hui porté en Guadeloupe).
Audemont Nom de personne d’origine germanique, Aldemund (ald = vieux + mund = protection). Ce patronyme, assez rare, se rencontre dans la Vienne et dans l’Indre-et-Loire.
Audeon, Audéon Le nom est porté en Vendée. Variantes : Audheon, Odeon. Il y a de fortes chances pour que ce soit un nom de baptême, équivalent de Ouen (voir Oin) : à Dublin, l’église Saint Audeon est dédiée à saint Ouen. Ceci dit, la Vendée n’est pas l’Irlande, et d’autres solutions sont possibles.
Audet Diminutif du nom de personne d’origine germanique Alda, Aldo (racine ald = vieux), qui a donné le prénom féminin Aude. On trouve les Audet surtout dans le Centre (37).
Audevard Nom porté dans la Haute-Vienne et les départements voisins. Variante : Audevart. Il semble s’agir d’un nom de personne d’origine germanique formé sur les racines ald (= vieux) et ward (= gardien). On notera cependant que nous sommes dans la région où il y a beaucoup de noms formés avec l’article AU, et qu’il pourrait s’agir du fils de Devard (au Devard), patronyme rare porté lui aussi en Limousin (sens obscur).
Audiard Porté notamment dans la Haute-Loire, c’est un nom de personne féminin d’origine germanique, latinisé en Aldiarda ou Aldiardis. La forme initiale, selon M.-T. Morlet, est Aldigard (ald = vieux + gard = maison, enclos). Variante rare : Audiart (44).
Audibert Fréquent en Provence (13, 83, 04), c’est un nom de personne d’origine germanique, Aldeberht (ald = vieux + berht = brillant). Forme italienne : Audiberti.
Audidier Surtout porté dans la Vienne, désigne le fils de Didier (voir ce nom). Matronyme : Audidière.
Audier Surtout porté dans le Sud-Est (présent aussi dans l’Orne), c’est un nom de personne d’origine germanique (voir Authier).
Audiffren Porté en Provence (13, 83), c’est un nom de personne d’origine germanique, Aldifrid (ald = vieux + frid = paix), avec une nasalisation de la finale qu’on trouve également dans le nom Suffren. Variantes : Audiffred, Audiffret, Audiffrin.
Audifredi Rare en France comme en Italie, le patronyme vient du Piémont. C’est un nom de personne d’origine germanique, Aldifrid (ald = vieux + frid = paix). Variante : Audifreddi. Le nom est également présent dans les Alpes-de-Haute-Provence sous la forme Audiffred (variante : Audiffret).
Audigier Le patronyme est fréquent dans l’Ardèche. C’est un nom de personne d’origine germanique, Aldigari (ald = vieux + gari = lance), rencontré aussi sous les formes Audigié (46), Audigay, Audiguay, Audigey, Audiguey (33, 24), Audigé (31, 17), Audiger (37, 56, 44), Audiget, Audiguet (86), ces deux dernières formes étant sans doute des diminutifs.
Audignon Nom porté dans le Bordelais. Désigne celui qui est originaire de la commune d’Audignon, dans les Landes. Sens du toponyme : sans doute un ancien nom de domaine formé sur le nom de personne germanique Audin.
Audigou Patronyme breton (22, 29), diminutif d’Audic, que l’on peut éventuellement rattacher au vieux breton “alt” (= falaise, côte). Autre possibilité : un diminutif du nom de personne germanique Audiger (Aldigari : ald = vieux + gari = lance).

Retour à la page d’accueil du dictionnaire