A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par A

Aabdi-Adine
Adjadi-Alegre
Aleins-Ancion
Anclade-Arjo
Arlen-Audigou
Audin-Azzouz


Audin Porté dans le Nord et dans l’Aisne ainsi que dans l’Allier, c’est un nom de personne d’origine germanique, Aldin (racine ald = vieux). Diminutifs : Audinat (03), Audinay (972), Audineau (85, 17, 59), Audinel (78, 95, 61), Audinelle (60, 95, 27), Audinet (86, 79), Audinette (24), Audignon (33, 40, 87), Audinot (88, 80). Forme sans doute d’origine italienne : Audino (06, 83). A noter aussi Audinos (38).
Audisio Le patronyme est fréquent dans le Piémont et les Alpes-Maritimes. C’est un nom de personne d’origine germanique formé sur la racine “ald” (= vieux). Variantes rares : Aldisio, Audizio.
Audoin Porté surtout en Charente et en Limousin, c’est un nom de personne d’origine germanique, Aldowin (ald = vieux + win = ami). Variante : Audouin (49, 86, 79).
Audoire Ce nom est une variante de Audouard, nom de personne d’origine germanique, documenté sous la forme Aldoward (composé des racines ald = vieux et ward = qui garde), ou encore de Audier (ald + hari = armée). Il est porté dans l’Ouest (85, 33). Variante : Audoir.
Audon Surtout porté dans le Centre (41, 36), c’est un nom de personne d’origine germanique formé sur la racine “ald” (= vieux). Diminutifs : Audonneau, Audonnet (Poitou-Charentes, Limousin).
Audoual Rare, le nom est notamment porté dans l’Aude, avec quelques mentions anciennes dans la Haute-Garonne. Vu sa rareté, il est difficile de tenter une interprétation. A priori, je pencherai pour un nom de personne médiéval d’origine germanique, soit une variante d’Audouard avec passage de r à l, soit un éventuel *Aldowald (ald = vieux + waldan = gouverner), qu’on retrouve peut-être dans le nom Audaldus, mentionné dans le cartulaire de Conques.
Audoux Agglutination de doux et de l’article contracté. Fils du doux, surnom donné sans doute à une personne affectueuse. Il peut aussi s’agir d’un nom de personne d’origine germanique (voir Odoul). C’est dans la Vienne que le nom est le plus répandu.
Audouy Nom de personne d’origine germanique, Aldowin (ald = vieux + win = ami). Patronyme surtout porté en Languedoc (11, 31, 82).
Audoy Le nom, rare, semble avoir été surtout porté dans le Sud-Ouest. Il pourrait s’agir d’une variante d’Audouy (voir ce nom). La forme Audoye, portée dans l’Ariège, pourrait pour sa part renvoyer à un lieu-dit situé à Rabat-les-Trois-Seigneurs.
Audra Le nom est surtout porté dans la Drôme. On le retrouve dans le toponyme Audrans, nom d’un hameau à Vesc (26), écrit Laudra sur la carte de Cassini puis L’Audran en 1821. On le rapprochera des formes Audrapt (38) et Audras (43, 07, 69), ce dernier nom semblant correspondre au hameau des Autras à Léotoing (43). Sens incertain. Difficile de dire si les toponymes sont antérieurs aux noms de famille. M.-T. Morlet explique Audra par le nom de personne d’origine germanique Althramn (ald = vieux + hramn = corbeau).
Audren Fréquent dans le Finistère, c’est un ancien nom de personne breton qui signifie mot à mot ‘de haute lignée’ (alt = élevé + roen = lignée). Variantes : Audrain (44), Audran, Audrin (56).
Audrerie Surtout porté en Limousin (19, 87), paraît désigner celui qui est originaire de Laudrerie, hameau à Saint-Pardoux-Corbier (19) dont le nom s’est aussi écrit L’Audrerie. Si la forme d’origine est bien Laudrerie, le toponyme devrait désigner une ladrerie (= léproserie).
Audrit Assez rare et porté en Meurthe-et-Moselle, semble une variante de Audry (voir ce nom).
Audroin Nom porté en Bretagne (56, 35). Variantes : Audroing, Audrouin, Audrouing (Bretagne), Audrouhin (Bourgogne). Désigne le fils de Droin, Drouin, diminutifs du nom d’origine germanique Droue (voir Drouet).
Audry Nom de personne d’origine germanique, Aldric (ald = vieux + ric = puissant). On le rencontre dans le Cher, mais aussi dans la Saône-et-Loire et les Charentes, ainsi qu’en Provence. Variantes : Audric (13, 81, 34), Audri (13, 41, 24), Audrix (24).
Audubon Porté autrefois en Vendée, le nom est aujourd’hui présent en Loire-Atlantique. Sens obscur.
Audureau Nom porté dans l’Ouest, notamment en Vendée. Variantes : Audurau (64), Auduraud (16), Audurieau (17). Sens incertain. M.T. Morlet propose le fils de celui qui s’appelle Dureau, un nom qui peut être un diminutif de l’adjectif ‘dur’ ou un toponyme (plusieurs hameaux s’appellent Dureau).
Audy Surtout porté en Dordogne et en Corrèze, c’est une forme occitane de Audin (voir ce nom).
Auer Ce nom allemand ou alsacien pourrait désigner l’aurochs, boeuf sauvage longtemps présent en Europe centrale (surnom d’un homme rude selon M.T. Morlet). Mais il est sans doute préférable d’y voir celui qui habite un lieu-dit Au(e), toponyme avec le sens de prairie en bord de rivière, saulaie.
Auffinger Porté notamment dans le Bas-Rhin, le patronyme devrait renvoyer à un nom de localité. Reste à savoir laquelle. On pensera éventuellement à Aulfingen, en Allemagne (Bade-Wurtemberg), mais il existe en Bavière un village appelé Aufing, qui semble mieux convenir.
Auffret Nom de personne d’origine germanique, Adalfrid (adal = noble + frid = paix). C’est en Bretagne (22) que le nom est le plus répandu. Variantes : Auffray, Auffrays, Auffred, Auffroy, Aufray, Aufret, Aufroy.
Aufrère Fréquent dans l’Indre, désigne le fils du frère, comme Alasoeur le fils de la soeur. Variante : Aufrères.
Augagneur Porté dans le Lyonnais et le Charollais, désigne le fils de celui qui s’appelle Gagneur (nom qui avait au Moyen Âge le sens de “laboureur”).
Augault Nom rare porté dans la Mayenne, attesté dans l’Ille-et-Vilaine depuis le XVIe siècle. C’est un nom de personne d’origine germanique (Adalgaudus dans le polyptyque d’Irminon), formé sur les racines “adal” (= noble) et “gaut” (= du peuple goth). À noter aussi quelques mentions anciennes dans l’Allier, où le nom devrait plutôt désigner le fils de celui qui s’appelle Gault (“au Gault”).
Augé, Auger Nom de personne d’origine germanique, Adalgari (adal = noble + gari = lance). Le nom Augé est répandu dans le Languedoc. Quant aux Auger, on les trouve en Poitou-Charentes. Diminutifs : Augeraud, Augereau, Augeron (Vendée, Poitou-Charentes), Augerot.
Augen Nom de famille porté dans la Moselle. Un rapport avec l’allemand “Auge” (= œil) est possible mais improbable. On pensera plutôt à une variante de noms tels qu’Auen, qui sont au départ des toponymes liés à l’eau (cf. l’allemand Aue = prairie humide, saulaie). À noter aussi, parmi les toponymes, qu’une localité allemande de Bade-Wurtemberg s’appelle Auggen.
Augendre Signifie au Gendre, et désigne donc le fils de Gendre (voir ce nom). C’est un patronyme fréquent dans le Centre (36, 18).
Augier Nom de personne d’origine germanique (voir Augé) fréquent dans le sud-est de la France (06, 84, 26).
Augis Surtout porté dans le Centre (41, 45), c’est un nom de personne germanique, Adalgisus (adal = noble + gis = flèche), popularisé notamment par un saint confesseur en Thiérache. Diminutifs probables : Augiseau, Augizeau (Vendée).
Augnet Nom rencontré dans la Seine-Maritime. Son sens me demeure obscur. Peut-être un toponyme (= aunaie).
Augris Surtout porté dans la Vienne et la Haute-Vienne, désigne le fils de celui qui s’appelle Gris (= qui a les cheveux gris).
Augueux Désigne le fils de celui qui s’appelle Gueux (voir ce nom). Le nom semble originaire du Morvan.
Auguin Nom porté dans l’Ouest, surtout en Vendée. Désigne sans doute le fils de Guin, nom de personne d’origine germanique, Wino (win = ami).
Auguste Nom de baptême correspondant au latin “augustus” (= saint, majestueux, vénérable), popularisé par le premier empereur romain. Comme nom de famille, il est relativement rare, la forme populaire correspondante étant Aoust (voir ce nom). Cependant, on le rencontre parfois dans l’Est, où c’est une variante d’August, lui-même considéré comme une forme courte d’Augustin. Il a pu aussi être donné à des enfants trouvés, comme semblent le laisser supposer des noms composés tels qu’Auguste dit Fulaine, Auguste dit Jacquemin, Auguste dit Marquis, Auguste dit Mottet. Enfin, il a été souvent donné à d’anciens esclaves noirs après 1848 dans les Antilles (en particulier à Haïti) et à la Réunion.
Augustin Nom de baptême popularisé par saint Augustin, docteur et père de l’église (latin Augustinus, diminutif de Augustus = Auguste). Le nom est fréquent en Guadeloupe et en Martinique, tout comme le patronyme Auguste. On rencontre aussi des Augustin en métropole, notamment en Moselle.
Augy Surtout porté dans le Cher, désigne celui qui est originaire d’Augy-sur-Aubois, commune du même département. Sens probable du toponyme : le domaine d’Albius, nom de personne latin. Deux autres communes s’appellent Augy (02, 89) et peuvent expliquer le nom dans d’autres régions.
Aujaleu Aucune certitude pour ce nom, qui pourrait être rapproché de l’occitan aujol (= aïeul), à moins d’y voir une agglutination de au + jaleu (qui signifierait gelé ou jaloux ??).
Aujard Nom surtout porté dans la région lyonnaise et en Vendée. C’est une variante de Augard, nom de personne d’origine germanique, (Adalgard : adal = noble + gard = maison, enclos). Le patronyme Augard se rencontre notamment dans la Saône-et-Loire et dans l’Orne.
Aujean Nom assez répandu dans le Centre (en particulier dans l’Indre). Désigne le fils de Jean (= au Jean).
Aujol Le nom correspond à l’occitan “aujòl” (= aïeul). Il est surtout porté en Corrèze (où c’est aussi un lieu-dit à Sainte-Fereole). Variante rare : Aujols (46). Les divers dérivés ont le sens de grand-père (occitan “aujolet”) : Aujolas, Aujoulas (30), Aujolat, Aujoulat (48), Aujolet, Aujollet, Aujoulet (12, 15).
Aujoux Porté dans l’Indre, désigne le fils de celui qui s’appelle Joux. Quant au nom Joux (01, 58), il semble que ce soit au départ un toponyme désignant une hauteur (latin jugum).
Aulagnier Très présent dans le Forez, tout comme ses variantes Aulagner et Aulagnet, le nom renvoie à un toponyme désignant un lieu planté de noisetiers (latin avellana = noisette). Autres variantes : Aulanier, Aulasnier (43, 45, 13).
Aulas Nom porté dans la région lyonnaise (variante Aulaz dans l’Ain). Il semble s’agir d’un toponyme, nom de domaine formé avec le suffixe -atis sur le nom de personne latin Aulus. Une commune s’appelle Aulas, mais elle se trouve dans le Gard.
Aulet Nom assez rare, porté notamment dans la Vienne. Difficile d’en connaître l’origine géographique exacte. On le rencontre en 1700 dans le Loiret. A noter aussi de nombreuses mentions dans le Calvados. Selon le dictionnaire de M.T. Morlet, c’est un diminutif du patronyme Aulard (58), nom de personne d’origine germanique (Audalhard : audal = richesse + hard = dur). Il existe des hameaux appelés Aulet, mais dans le Sud-Ouest (64), avec le sens de ‘bois de chênes verts’ (latin ilicetum). Le nom de famille Aulet existe avec ce sens en Catalogne.
Auliac Surtout porté dans la Corrèze et le Lot, désigne celui qui est originaire d’Auliac, nom de plusieurs hameaux dans cette région : il en existe une dizaine dans le Cantal (en comptant la variante Aulhac), un dans la Corrèze (à Treignac), un dans le Lot (à Peyrilles) et un dans le Lot-et-Garonne (à Beaugas). Sens possible du toponyme : le domaine d’Allius, nom de personne latin.
Aulié Patronyme surtout porté dans le Lot. On peut hésiter entre plusieurs solutions : d’abord un nom de personne d’origine germanique, Audalhari (audal = aud = richesse + hari = armée). Ensuite une variante de Olier, Ollier (potier ou marchand d’huile). Enfin, puisque l’on n’est pas si loin de la Gascogne, précisons qu’en gascon un aulher est un berger.
Aulivier Variante rare du prénom Olivier rencontrée çà et là dans diverses régions.
Aulmann Nom allemand ayant sans doute désigné un potier, tout comme Auler (moyen-haut-allemand üle = pot).
Aulner Nom surtout porté dans la Moselle qui correspond au métier de potier (dérivé du latin olla = pot, moyen-haut-allemand ûle). Variantes : Eulner, Euler, Euller.
Aulnette Rencontré dans l’Ille-et-Vilaine, désigne celui qui habite le lieu-dit l’Au(l)nette. C’est notamment le nom d’un hameau à Iffendic (35). Pour le sens, on peut penser à un bois d’aulnes, mais on envisagera plutôt un hydronyme : de nombreuses rivières s’appellent l’Au(l)nette, terme dérivé du gaulois “onno” (= cours d’eau). Variante : Aunette.
Aumard C’est dans le Massif Central (43, 63) ainsi que dans le Cher que le patronyme est le plus répandu. Il s’agit d’un nom de personne d’origine germanique, variante de Audemar (voir ce nom).
Aumaréchal Nom surtout porté dans le Centre (36, 18, 23). Désigne le fils du maréchal, autrement dit du maréchal ferrant (sens attesté dès 1086).
Aumasson Surtout porté dans le Cher, désigne le fils de celui qui s’appelle Masson, diminutif de Thomas (= au Masson).
Aumay Très rare en France, le nom semble avoir été plus fréquent au Québec, avec entre autres variantes Aumais, Homay, Omay. On peut penser qu’il s’agit d’un toponyme désignant un bois d’ormes. Mais, comme les plus anciennes mentions semblent se situer dans le Berry, on peut aussi envisager une forme “au May”, construction fréquente dans cette région (voir May pour le sens). À noter qu’un hameau s’appelle la Croix de l’Aumay au Pêchereau (36).
Aumelas Rare et porté dans l’Hérault, désigne sans doute celui qui est originaire d’Aumelas, commune du même département. Sens du toponyme : lieu planté en ormes.
Aumoitte Nom rencontré dans l’Orne et dans l’Oise. Désigne le fils du moitte, ce dernier nom étant une variante picarde du mot maître. Le patronyme Moitte se rencontre dans la Sarthe et dans l’Orne.
Aumont Surtout porté dans le Calvados et dans l’Orne, le nom est souvent considéré comme une variante de Haumont, toponyme fréquent dans la moitié nord de la France (= le haut mont, la haute colline). Autre possibilité : un nom de personne d’origine germanique, Adalmund (adal = noble + mund = protection) ou Altmund (ald = vieux), comme semble le suggérer la variante Aumond (50, 79).
Aunac Porté dans le Tarn-et-Garonne et les départements voisins (46, 47), désigne celui qui est originaire d’une localité ainsi appelée. On pensera notamment à un village de l’Aveyron (commune de Condom-d’Aubrac), éventuellement à un hameau de l’Ariège (commune de Seix), voire à la commune d’Aunat, dans l’Aude, la liste n’étant pas forcément exhaustive (à noter aussi la commune d’Aunac, mais elle se trouve dans la Charente). Signification du toponyme : le domaine d’Aunus, nom d’homme gaulois.
Aunet Rencontré dans la Drôme et dans l’Ouest, c’est un toponyme qui désigne un bois d’aulnes (variante Aunay). Le nom existe aussi en Norvège (= ferme désertée).
Aunez Nom rare porté dans les départements de la Somme et du Nord, également présent dans le Morbihan. Il devrait s’agir d’une variante de Aunet, Aunay, toponymes désignant un bois d’aulnes.
Aunis Surtout porté dans l’île de Ré, désigne celui qui est originaire de l’Aunis, ancienne province située entre le Poitou et la Saintonge.
Aunoble Porté dans le Cher, fait partie des nombreux noms berrichons commençant par l’article contracté “au” (au féminin “à la”), désignant un enfant par le nom ou l’activité de l’un de ses parents. Ici, il s’agit du fils du noble, ou de celui qui s’appelle Lenoble.
Aupaix Nom porté en Normandie (14, 76), rencontré aussi sous les formes Haupais (50) et Haupaix (76, 80, 14). Sens incertain, mais il devrait s’agir d’un nom de personne féminin d’origine germanique, Alpaidis, mentionné dans plusieurs textes médiévaux.
Aupetit Désigne le fils de celui qui s’appelle Petit. Le nom est très répandu dans le Limousin (23, 87).
Aupied Nom porté en Bretagne (35, 44, 56). Désigne le fils de Pied, patronyme rencontré également dans l’Ouest. Pied est ici certainement un nom de baptême, qui doit correspondre soit au prénom Pierre, soit plutôt à Piat (voir ce nom).
Aupin Difficile d’interpréter ce nom, que les plus anciennes mentions situent dans l’Ariège, et qui a ensuite été porté dans l’Aude, notamment à Villasavary. M.-T. Morlet y voit une forme “au pin” (la maison située près d’un pin), mais ce type de formation n’est guère usité dans la région concernée. Le nom a également été porté dans l’Ille-et-Vilaine, où ce devrait être une variante d’aubépin (= aubépine), comme l’indique le hameau de l’Aupin à Loigné-sur-Mayenne (53), également écrit autrefois l’Aubépin.
Auplat Porté dans la région lyonnaise (69, 71, 42), devrait désigner le fils de celui qui s’appelle Plat (voir ce nom).
Auragnier Nom assez rare porté notamment dans la Drôme. C’est une déformation d’Aulagnier (voir ce nom).
Aurain Assez rare, ce nom est surtout porté dans l’Ouest (44, 49, 72). On le rencontre beaucoup plus souvent sous la forme Orain, toponyme qui semble désigner une source, une fontaine ou un cours d’eau. C’est en tout cas une certitude en Bourgogne et en Franche-Comté, où le toponyme est fréquent (une commune de la Côte-d’or s’appelle Orain).
Aurand Porté dans la Haute-Loire et les départements voisins (42, 63), c’est un nom de personne d’origine germanique, Audhramn (aud = richesse + hramn = corbeau), rencontré dans l’Aveyron sous la forme Auran. Autres variantes : Orand (26, 38, 56), Oran (49, 33, 30).
Auray Le nom est porté notamment dans le Rhône, le Puy-de-Dôme et l’Allier, on le rencontre aussi dans la Loire-Atlantique. En Bretagne, on pensera à celui qui est originaire d’Auray (56). Ailleurs, on peut aussi penser à un toponyme : un lieu-dit de l’Allier s’appelle Auray à Molles, et il est possible que, dans le Rhône, Auray soit une graphie erronée d’Avray (commune de Saint-Just-d’Avray). A envisager aussi une variante graphique du nom de personne Aureil (latin Aurelius), porté par un évêque du Puy.
Aure, Auré Sous la forme Auré, le nom est surtout porté en Vendée et désigne celui qui est originaire d’Auré, nom de plusieurs lieux-dits en Poitou-Charentes (également nom de commune sous la forme Auray). Sans accent, il devrait s’agir d’un lieu balayé par le vent (ancien français aure, haure).
Aurégan Surtout porté dans les Côtes-d’Armor, c’est un ancien nom de baptême breton féminin, signifiant ‘à la peau dorée’ (aur = or + ken = peau).
Auriac Voir Dauriach.
Auriault Nom rencontré dans le 86 et le 79 essentiellement : sans doute au Riault, le fils de Riault (voir ce nom).
Aurientis Le nom est surtout porté dans le Tarn-et-Garonne, où il est attesté depuis le XVIIe siècle (Saint-Hubert, commune de Durfort-Lacapelette). Sens obscur.
Aurières C’est dans l’Aveyron que le nom est le plus répandu. Variante : Aurière (47, 19). Il s’agit d’un toponyme ayant désigné un lieu où l’on trouvait de l’or. Un village du Puy-de-Dôme s’appelle Aurières, mais il est possible qu’un hameau du Rouergue porte le même nom.
Aurigo Porté à Nice et en Ligurie, désigne sans doute celui qui est originaire d’Aurigo, dans la province d’Imperia (Ligurie).
Auriol Le nom est fréquent dans le Tarn et dans l’Aude, ainsi que dans les Pyrénées-Orientales. On admet le plus souvent qu’il s’agit d’un sobriquet comparant l’individu à un loriot, soit en raison de la beauté de son chant, soit en raison de son infortune conjugale (vu la couleur de cet oiseau). Il est cependant possible que la couleur dorée soit un symbole de majesté (dans ce cas le nom serait formé directement sur l’adjectif latin aureolus), indissociable de l’auréole. C’est d’autant plus plausible qu’au Moyen Âge il était fréquemment utilisé comme nom de baptême.
Aurissergues Très rare, le nom paraît originaire du Cantal, tout comme ses variantes Laurissergues, Lauressergues. C’est sans doute l’équivalent de Laurichesse, hameau à Trizac (15) et nom de famille, dont la forme primitive pourrait être “l’Aurissergue”. Reste à expliquer ce toponyme, ce qui serait plus facile à l’aide de formes anciennes, mais je n’en connais pas.
Aurousseau Nom assez fréquent dans la Nièvre et la Creuse. Variantes : Auroussaud (23), Aurousseaux (02). Désigne le fils de Rousseau (= au Rousseau).
Auroux Désigne le fils de celui qui s’appelle Roux ou qui est roux. Le nom est surtout porté dans le Cher. Variante : Aurous.
Auroy Porté dans le Berry, désigne le fils (article contracté “au”) de celui qui s’appelle Roy (voir ce nom). Variantes : Auroi, Auroix.
Aury Surtout porté dans les Deux-Sèvres et plus généralement dans l’Ouest, présent aussi dans l’Yonne et les Vosges, devrait être dans la plupart des cas une forme du nom de personne Auric, variante d’Alaric (voir ce nom).
Ausens Rare, le nom est porté en Espagne. Aucune idée sur sa signification ni sur son origine géographique exacte.
Ausilio Nom italien porté notamment dans la région napolitaine et en Calabre. Il correspond au latin “auxilium” (= aide, soutien) et a été utilisé comme nom de baptême au Moyen Âge. Pluriel de filiation : Ausili (Marches, Lazio). Matronyme : Ausilia (Naples).
Ausimour Le nom est porté dans les Pyrénées-Atlantiques (variantes : Auzimour, Ausimourt, rencontrée dans le nom composé Ausimourt-Poeylaut). Je n’en connais pas la signification.
Auspitz Souvent porté par des Juifs askhénazes, désigne celui qui est originaire d’Auspitz, nom allemand de la ville tchèque de Hustopece (avec un acccent sur le c), en Moravie.
Aussanaire Nom porté dans la Creuse et le Berry. Variante : Aussannaire. Selon un type de composition fréquent dans cette région, il désigne le fils du “sanaire”, terme occitan signifiant “châtreur” (celui qui châtrait les bêtes).
Aussaresses Nom surtout porté dans le Tarn, écrit aussi Aussaresse, Aussairesses, ou encore Ausseresse, Ausseresses (Aude). Il pourrait s’agir d’un toponyme : on trouve un lieu-dit Puech d’Aussaresse à Lacaune (81). Le nom renvoie apparemment à l’occitan “ausseresa”, désignant l’auxerrois, principal cépage entrant dans la composition des vins de Cahors. Spécifique à la région, ce terme semble très ancien, puisque certains le font remonter à l’évêque d’Auxerre Didier, originaire de Cahors (VIIe siècle).
Ausseil, Ausseill Sobriquet catalan, comparaison d’un individu avec un oiseau, soit pour son habileté à siffler, soit pour la légèreté de sa mémoire.
Aussenac Désigne celui qui est originaire d’Aussenac, nom d’un hameau à Plaigne, dans l’Aude. A noter la présence d’un autre hameau, En Aussenac, à Viviers-lès-Montagnes (81). En principe, la finale -ac montre qu’on a affaire à un ancien domaine gallo-romain.
Ausset C’est dans le Lot que le nom est le plus répandu, mais on le trouve aussi dans diverses régions occitanes. Sens incertain. C’est le nom d’un hameau ou d’une ferme à Lalbenque (46), mais rien ne dit que le toponyme soit antérieur au nom de famille. À envisager éventuellement le sens d’oiseau (à rapprocher du gascon “auset”). M.-T. Morlet fait dériver le nom de l’occitan “aus” (= laine des moutons), ce qui paraît douteux.
Ausseur Nom porté dans le Centre (18, 36). Variante : Ausseurs. Semble une forme plurielle de Alasoeur, Alasseur, Alassoeur, surnom caractéristique de cette région et désignant le fils de la soeur.
Aussiètre Porté dans la Creuse, l’Indre et le Cher, le nom s’écrit aussi Aussiette, Auxiètre, Auxiette. Sens incertain. Il semble appartenir à la catégorie des noms de la Marche et du Berry formés avec un article défini contracté marquant la filiation, suivi d’un nom, mais lequel ? André Alabergère (voir bibliographie) pense à “sciette”, dérivé de “scie”, et y voit l’éventuel surnom d’un scieur de long.
Aussy Surtout porté dans l’Eure, devrait désigner celui qui est originaire d’Aussy (aujourd’hui Val-Aussy), hameau de Saint-Étienne-l’Allier, dans le même département. Voir Daussy pour le sens du toponyme et pour d’éventuelles autres possibilités.
Austin Nom porté dans le Pas-de-Calais et surtout en Angleterre. C’est le plus souvent une contraction du nom de personne Augustin. Autre possibilité : nom de personne d’origine germanique formé sur la racine aust (= l’est). Variantes anglaises : Austen, Austing, Austins.
Austruy Surtout porté dans l’Aveyron, c’est un nom de personne d’origine germanique formé sur la racine austr = de l’est, avec une finale qui pourrait être “wit” = large. Variantes : Austrui, Austruit.
Austry Porté dans le Rouergue (12, 81), c’est un nom de personne d’origine germanique, latinisé en Austrinus (fréquent dans le cartulaire de l’abbaye de Conques), formé sur la racine “austr” (= l’est).
Autard Surtout porté dans le Vaucluse, c’est un nom de personne (prénom) d’origine germanique, Aldhard, Althard (ald = vieux + hard = dur).
Autef, Auteffe, Autephe C’est dans le Limousin que l’on rencontre ce nom. Hélas, je suis incapable de lui donner une signification. Le Limousin étant la région où l’on trouve le plus de noms commençant par l’article au (= le fils de), on peut penser qu’il s’agirait du fils de Tef, Teffe. On rencontre en effet le patronyme Teffe dans le Centre (37), mais là encore je n’arrive pas à trouver sa signification !
Autenzio Nom italien très rare porté dans le Lazio. Je n’en connais pas le sens.
Autereau Nom porté dans la Somme, l’Aisne et la Seine-et-Marne. Il s’agit sans doute d’un diminutif de Autier (voir Authier). Cependant, vu la localisation géographique, il pourrait aussi s’agir de celui qui est originaire d’Outreau (62), du latin Ultra aquam (de l’autre côté de l’eau), qui s’écrivait parfois Autreau.
Autesserre Le nom est porté dans le Sud-Ouest (47, 81, 82). Variantes : Auteserre (15), Autheserre, Authesserre (12), Hauteserre, Hautesserre (24). Il désigne celui qui est originaire de Hauteserre, nom de hameaux à Auzits (12), Ytrac (15), Dontreix (23), Caussade (82), également château à Cieurac (46). Sens du toponyme : le haut plateau escarpé.
Autet Porté notamment en Cerdagne (66), c’est un diminutif de l’adjectif catalan “alt” (occitan “aut”), utilisé en toponymie pour désigner une petite hauteur, une colline. Variante : Altet. A noter que le nom Autet est également porté dans l’Ouest (17, 85), avec un sens qui n’est pas forcément le même.
Autheman Patronyme porté dans le Sud-Est (04, 06, 13). C’est un nom de personne d’origine germanique, Alteman (ald = vieux + man = homme). Variante portée aujourd’hui aux Etats-Unis : Authement.
Autheville C’est dans la Dôme et l’Ardèche que le nom est le plus répandu. Même si la graphie n’est pas exactement la même, il devrait désigner celui qui est originaire de l’une des nombreuses localités appelées Hauteville (= la ville haute, le village haut). Pour l’Ardèche, c’est le nom de deux hameaux à Alboussière et Saint-Laurent-du-Pape. Pour la Drôme, c’est un hameau et un ancien château à Veaunes. Le nom de famille est également porté dans les Alpes-de-Haute-Provence (variante : Auteville).
Authier, Authié, Autié, Autier Nom de personne d’origine germanique, Aldhari (ald, alt = vieux + hari = armée). On le rencontre le plus souvent dans le Sud-Ouest (Autier est aussi présent dans les Ardennes).
Autin On rencontre ce nom soit en Normandie (76), soit dans le Forez. En Normandie c’est une variante de Austin, forme contractée du prénom Augustin. Il en est sans doute de même dans le Forez (cf le château de Saint Autin à Tournus, 71).
Autogue Nom rare porté dans le Cher. Aucune idée, hélas. On est dans une région où les noms formés avec l’article contracté ‘au’ sont nombreux. Mais que pourrait vouloir dire ‘le fils de Togue’ ?
Autonès Nom porté dans les Pyrénées-Orientales, où on trouvait aussi autrefois la forme Autounès. Il semble avoir un rapport avec l’automne (mais lequel ?), ce n’est cependant pas une certitude.
Autourde Nom rare porté dans la Creuse et dans l’Indre. Variante : Autorde (18). Formes voisines : Autor (23), Autord (42). Désigne le fils de celui qui s’appelle Tourde, Torde, Tord (un nom qui signifie grive en occitan).
Autran Porté dans le Sud-Est, c’est un nom de personne d’origine germanique, sans doute Austramnus (austr = de l’est + hramn = corbeau). À envisager aussi celui qui est originaire d’Autrans, commune de l’Isère (même étymologie). Variantes : Autrand, Autrant.
Autret Fréquent dans le Finistère, c’est un ancien nom de personne. Voir Kerautret pour le sens.
Autrive Nom porté dans le Loir-et-Cher et la Seine-Maritime. Variante de Auterive, Hauterive, toponyme fréquent en France (= la rive haute).
Autrusseau Nom porté en Charente-Maritime et en Haute-Vienne. C’est pour M.T. Morlet un diminutif d’autrusse, forme régionale d’autruche (sobriquet pour celui qui a un long cou). Autre possibilité : le fils de Trusseau (= au Trusseau), variante du nom Trousseau rencontrée précisément en Charente-Maritime.
Autugelle Porté dans la Meuse, le nom, plutôt rare, me laisse perplexe. Des formes anciennes seraient les bienvenues pour tenter d’en savoir plus.
Auvergne Désigne une personne originaire de cette région.
Auvie Très rare, le nom est aujourd’hui porté dans l’Allier, mais il n’en paraît pas originaire. Il pourrait s’agir d’une déformation d’Auvy ou de Lauvie (voir ces noms).
Auvinet Assez courant en Vendée et en Poitou-Charentes, c’est un diminutif d’Auvin, sans doute nom de personne d’origine germanique, Aldwin (ald = vieux + win = ami), mais d’autres noms germaniques sont possibles. On le rencontre en Italie (région de Naples) sous la forme Alvino, et en Angleterre sous les formes Alvin, Alwyn.
Auvitu Nom surtout porté dans le Cher, qui désigne le fils de Vitu, Vitou, forme populaire du prénom Victor.
Auvity Porté dans le Cher, désigne le fils de Vity (nom rencontré en Limousin), qui semble lui-même un diminutif de Vite, Vitte, variantes régionales de Guy.
Auvray Nom de personne d’origine germanique, Aelfraed, latinisé en Alveredus, Alvaradus (alb = elfe + rad = conseil).
Auvy Le nom est surtout porté dans la Somme (également 10, 59). Sens incertain. La finale -y, dans cette région, correspond le plus souvent à un nom de localité, mais je ne trouve rien qui corresponde.
Auxemery Porté dans la Haute-Vienne, le nom s’écrit aussi Auzemeri, Auzemerie, Auzemery. Il semble désigner le domaine ou la ferme appartenant aux Emery (nom de personne, voir Hemery pour le sens).
Auxenfans Le nom est porté dans la Somme et les départements voisins (62, 60). Variantes : Auxenfants, Ozenfant. Il devrait désigner celui qui habite la maison des enfants, par opposition à celle des parents.
Auxion Patronyme porté dans le Gers, qui est aussi le nom d’un hameau dans le même département (commune de Barran). Le nom semble correspondre à une racine hydronymique préceltique, que l’on retrouve dans le toponyme Auxon (commune de Haute-Saône).
Auzac Rare, le nom désigne celui qui est originaire de Lachapelle-Auzac, dans le département du Lot. Sens du toponyme : le domaine d’Avitius, nom d’homme latin.
Auzanne Voir Auzanneau.
Auzanneau On trouve aussi la forme OZANNEAU, qui est équivalente. C’est un diminutif de AUZANNE, OZANNE (= fils d’AUZANNE). Quant à ce nom OZANNE, il est en quelque sorte la traduction française de Hosanna, acclamation qui symbolise la fête des Rameaux (cri poussé lors de l’entrée du Christ à Jérusalem). On a pu donner ce nom à un enfant né au moment des Rameaux, mais c’était de toute façon un nom de baptême assez répandu au moyen âge. Le nom Auzanneau semble venir des Deux-Sèvres ou de la Vienne.
Auzerais Porté dans le Calvados, le nom se rencontre sous les formes Auzeray dans la Sarthe et Ozeray dans la Manche. Il s’agit d’un toponyme, sans doute avec le sens de ‘oseraie’.
Auzeville Désigne celui qui est originaire de la localité du même nom. On trouve la commune d’Auzeville dans la Haute-Garonne, et celle d’Auzéville dans la Meuse. Le toponyme est également présent dans la Manche et la Seine-Maritime. Mais vu la répartition géographique du nom de famille, il s’agit bien de la Haute-Garonne. Je ne connais hélas pas l’étymologie de ce toponyme, du moins de sa première partie.
Auzias Variante d’Elzéar (voir ce nom) portée dans le Sud-Est (84, 06).
Auzié Porté notamment dans le Lot, c’est sans doute un nom de personne d’origine germanique, Aldhari (ald = vieux + hari = armée). Variante : Auzier (87).
Auzolat Très fréquent à Rivesaltes, le nom est occitan et est un diminutif de Auzol, qui semble une variante de Audoul, nom de personne d’origine germanique, Aldwulf (ald = vieux + wulf = loup).
Auzon Porté dans les Hautes-Pyrénées, désigne sans doute celui qui est originaire d’Auzon, hameau à Monléon-Magnoac, ou encore de la commune d’Ozon (65). Le toponyme Auzon est très répandu en France : outre une commune de la Haute-Loire (qui a donné son nom à une famille d’Auzon), il renvoie à plusieurs hameaux et surtout à des rivières (il s’agit en effet d’un hydronyme). En composition : Delbosc d’Auzon (30).
Auzoux Porté en Normandie (27, 76), c’est un nom de personne d’origine norroise, variante probable de Ozouf (Asulfr : âss = nom de divinité + ulfr = loup). Voir aussi Ozoux pour une autre possibilité.
Auzuret Le nom est porté dans les Deux-Sèvres et la Vendée. On trouve dans le Maine-et-Loire la forme voisine Auzureau. Sens incertain. Peut-être un toponyme, à rapprocher de formes telles que Ouzouer (nom de plusieurs communes), qui désignent un oratoire.
Avan Porté dans le Finistère, c’est un ancien nom de personne breton et gallois, attesté dans divers cartulaires médiévaux et qui est à l’origine du hameau de Lanavan à Mahalon (29) et de Llanafan au Pays de Galles. Saint Afan est un saint très vénéré par les Gallois, mais dont on ne sait quasiment rien : on en fait généralement le cousin ou le disciple de saint David, patron du Pays de Galles. On a trouvé une tombe qui semble la sienne, où il est présenté comme évêque (Sanctus Avanus episcopus). Je ne connais pas l’étymologie du nom.
Avarguez Nom porté en Espagne où il est très rare. Semble correspondre au mot catalan (également basque) abargues, qui désigne un banc utilisé pour l’égrenage du maïs.
Avci Nom turc désignant un chasseur (“avci”).
Aveline On rencontre le nom surtout dans la Sarthe, l’Eure-et-Loir et les départements voisins. Il est également présent dans la Seine-et-Marne et la Marne. Il peut évoquer la noisette sauvage, ou aveline, mais dans bien des cas on devrait avoir plutôt affaire à un nom de personne féminin, porté par une sainte qui fut abbesse de Saint-Maurice de Sens (forme latinisée : Avellina).
Avellaneda Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Avellaneda, toponyme fréquent en Espagne avec le sens de bois de noisetiers (latin abellana, avellana = noisette, noisetier).
Avenard Nom porté dans la Loire-Atlantique et dans l’Ile-de-France. Désigne un producteur d’avoine.
Avenel Le nom est assez courant en Normandie (76, 61). Il est visiblement lié à l’avoine, soit comme toponyme, soit pour désigner un producteur ou un marchand d’avoine. Avec vocalisation de la finale : Aveneau (53), Avenaud, Avenaux, Aveniau. Avec un autre suffixe : Avenet (37).
Averadère Porté dans la Haute-Garonne, le nom paraît se rapporter à un toponyme, mais il n’y en a aucun qui corresponde vraiment. Il pourrait s’agir du hameau d’Averanède (= bois de noisetiers), dans la commune de Marquefave (31), avec métathèse du d, mais ce n’est bien sûr qu’une hypothèse.
Averède Porté dans les Hautes-Pyrénées, c’est un toponyme désignant un bois de noisetiers. A noter à Lourdes le ruisseau d’Aberède.
Averlant Nom surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, également présent en Belgique (variantes : Averlan, Averland, Haverland, Haverlandt, Haverlant). Semble correspondre au néerlandais averland (= haute terre), surnom donné dans le Plat Pays à celui qui vient de l’étranger.
Averous Porté notamment dans le Tarn et l’Aude (variante : Averoux), le nom se rencontre aussi sous la forme Averos en Roussillon. Il correspond en principe à l’ancien occitan “averós” (= avare).
Aversenq C’est dans le Tarn et la Haute-Garonne, que le nom a toujours été le plus porté, tout comme ses variantes Averseing, Aversenc et Averseng. Il correspond à l’adjectif occitan “aversenc”, désignant un lieu exposé au nord, éventuellement celui qui habite au nord. À noter un lieu-dit “l’Aversenc” à Belflou (11).
Averty Le nom est porté en Vendée et dans les départements voisins (44, 56). Variante : Avertis. On peut évidemment penser au surnom d’un homme prudent, averti, mais il y a de fortes chances pour que ce soit une variante de Avertin (37, 50), également Avertain, nom de personne d’origine latine popularisé par un saint ermite berrichon mort à Troyes vers 528, puis par un autre saint au XIIe siècle. Une commune de l’Indre-et-Loire s’appelle Saint-Avertin.
Avexy Nom rare rencontré dans le Cher. Correspond à un lieu-dit de ce département, situé dans la commune de Graçay.
Avez Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l’Aisne, c’est une variante de Avet, Havet (voir Havard pour le sens).
Avezard Surtout porté dans le Loiret, le nom se rencontre aussi sous les formes Avisard (27) et Avizard (58). Sens incertain : peut-être un dérivé du nom de personne Avit (latin Avitus), ou encore le surnom d’une personne habile.
Avezou Le nom vient du sud-ouest, c’est une certitude : il y a en France 152 abonnés au téléphone qui portent ce nom, et près de la moitié vivent dans un territoire qui semble rayonner autour du Lot-et-Garonne (27 abonnés), avec également 17 abonnés dans la Gironde, 15 dans le Lot et 14 en Dordogne. Il s’agit sans doute d’un diminutif formé sur le toponyme Avers, qui signifie en occitan versant exposé au nord (du latin adversus).
Avias Porté dans l’Ardèche, devrait désigner celui qui habite une localité ainsi appelée : le nom de famille est cité au XVe siècle sous la forme ‘de Avias’ à Mirabel (07). Reste à savoir où se trouvait ce village ou ce hameau.
Avice Voir Avisse pour le sens. Le nom est porté dans l’Ouest (72, 50, 14, 35). Diminutifs : Aviceau (72, 61), Avisseau (28, 41, 37).
Avignon Surtout fréquent dans la Lozère, ne désigne pas forcément toujours celui qui est originaire de la cité papale, car plusieurs hameaux portent le même nom. Le toponyme viendrait pour certains d’une racine pré-indo-européenne av-, évoquant un cours d’eau (d’autres proposent ab- = rocher), mais on peut aussi penser à un nom d’homme latin, Avenius.
Avila Fréquent en Espagne, désigne celui qui est originaire de la ville ou de la province d’Avila. Le sens du toponyme demeure obscur. La ville, très ancienne, aurait été fondée par les Phéniciens. Variante : Davila.
Avinès Nom porté dans le Pas-de-Calais, dont la terminaison a pourtant des allures méridionales. Difficile de se faire une idée : peut-être celui qui vient d’Avignon, ou encore celui qui transporte du vin. En fait, le nom demeure bien énigmatique.
Avisse Porté en Normandie et en Picardie, c’est un nom de personne féminin d’origine germanique, Adelwis (adal = noble + wis = sage, avisé) ou Hadowis (had = combat).
Avit, Avy Du latin Avitus, c’est un nom de baptême popularisé par un saint très renommé depuis l’Orléanais jusqu’au Sud-Ouest. Il se retira en Auvergne et prit, avec saint Calais, l’habit monastique dans l’abbaye de Menat. Les deux saints vinrent ensuite à l’abbaye de Miscy, non loin d’Orléans, dont saint Avit fut élu abbé. Mais il se démit bientôt de cette dignité pour aller vivre en reclus dans le pays de Dunois. Il mourut en 530 et fut enterré à Orléans. Le patronyme Avit se rencontre surtout dans la Haute-Loire, tandis qu’Avy est fréquent dans le Vaucluse. A noter cependant que, pour Avy, un autre sens est possible, celui de grand-père, aïeul (occitan avi).
Avizou, Avisou On trouve surtout ce nom dans le Tarn et l’Aveyron. Peut-être un surnom désignant celui qui est avisé, de bon conseil.
Avocat Le nom est porté en Savoie (en composition : Avocat-Gros). Outre son sens actuel, il a désigné, notamment dans l’Italie voisine (Piémont et Lombardie), un fonctionnaire ou un magistrat chargé des affaires commerciales, ou encore un officier placé par le seigneur à la tête d’une commune (équivalent du bailli). C’est sans doute ce dernier sens qu’il faut retenir pour le nom de famille. Formes italiennes : Avogadro, Avogadri (Lombardie). Avec métathèse : Avrogado. On trouve en Champagne-Ardenne la forme équivalente Advocat.
Avoine Surnom probable d’un producteur d’avoine (éventuellement celui qui habite un lieu-dit Avoine). Le nom est surtout porté dans la Manche (variante : Avoinne).
Avoiron Porté dans le Puy-de-Dôme, le nom devrait désigner celui qui habitait un lieu-dit “l’Avoiron”, nom d’une montagne entre Boudes et Saint-Hérent, dans le même département.
Avolio Le nom est très fréquent en Italie à Naples et dans le nord de la Calabre. Il paraît correspondre à “avolio”, variante calabraise du mot “avorio” (= ivoire), surnom éventuel pour celui qui vend ou travaille l’ivoire. Mais Avolio est aussi un nom de personne médiéval rencontré dans les chansons de geste, solution qui pourrait être la meilleure.
Avon Patronyme fréquent dans le Sud-Est (13, 30, 84). C’est un ancien nom de baptême, issu du latin Abundius (abundus = abondant), popularisé par un saint dont on ne sait hélas quasiment rien, mais qui a donné son nom a des communes de la Loire et de la Haute-Loire (Saint-Haon). Variantes : Avond (43, 13), Avons (26), Avont (43) et peut-être Avonde (50, 89). Diminutif : Avondet (13). Formes italiennes : Avondo, Avondetto, Abbondio, Abbondi, Abondio, Abondi. En Italie, le nom est lié à sant’ Abbondio, mort en 468, évêque et patron de Côme.
Avonture Nom rare porté dans le Nord. C’est une variante du patronyme Aventure (26), lui aussi très rare. Autre forme : Aventur (33). Ces noms sont à rapprocher de l’italien Ventura, avec le sens de “bonne fortune” (prénom augural, destiné à porter chance).
Avril Le nom renvoie au mois d’avril. En principe, il a désigné un enfant né en avril, mais, vu sa fréquence par rapport aux autres noms de mois utilisés comme noms de personnes, il faut sans doute lui voir aussi une valeur symbolique (le renouveau, en rapport avec la floraison) et une utilisation comme nom de baptême.
Avrillon Diminutif d’Avril (voir ce nom) porté surtout en pays savoyard, également rencontré en Centre-Ouest, où l’on trouve aussi les diminutifs Avrillaud, Avrillault, Avrilleau, Avrilleaud.
Avron Le nom est porté dans le Pas-de-Calais. Variantes : Avrons, Havron. Il s’agit selon M.T. Morlet d’une variante de Haveron avec le sens de folle avoine. Autre possibilité : un nom de personne formé sur le latin Aper (aper = sanglier), qui a donné notamment le patronyme Evre (saint Evre fut un évêque de Toul).
Ay Nom énigmatique dans sa sécheresse, que l’on retrouve comme toponyme en Catalogne sous la forme All. Semble venir du nom de personne latin Allius.
Ayache Nom de personne arabe, souvent porté par des juifs séfarades. Il signifie “le très vivant” (arabe `ayyâsh). Variantes : Aiach, Aiache. Dérivés : Aiachi, Ayachi, Ayachia.
Ayad, Ayadi Nom arabe qui correspond soit à ‘ayyâd (= celui qui soutient), soit à `ayyâd (= celui qui participe à la fête). Le suffixe -i de Ayadi marque l’appartenance.
Ayala Assez courant en Espagne, c’est sans doute un toponyme renvoyant à une vallée de la province d’Álava, au Pays basque espagnol. Selon le linguiste Joan Coromines, le toponyme correspondrait à une racine ibéro-basque *aial, désignant le genêt scorpion.
Ayasse Porté dans les Alpes-de-Haute-Provence et le Vaucluse, semble un toponyme désignant un lieu où pousse l’érable (latin acastus). Il existe un hameau appelé les Ayasses à Vaunaveys-la-Rochette (26). Autre possibilité : une variante de agace (= la pie), surnom donné à une personne bavarde.
Ayats Un nom rencontré dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne, qui est visiblement un toponyme : c’est l’ancien nom de La Preste (commune de Prats-de-Mollo), ou encore celui d’un plateau près de Vic. Sens incertain (peut-être un lieu où les eaux sont abondantes). Le nom de famille Ayat en est parfois une variante, mais on le recontre surtout dans le Puy-de-Dôme, où il désigne celui qui est originaire de la commune d’Ayat (toponyme généralement rattaché au nom de personne germanique Agius). Enfin, porté à Prats-de-Mollo, le patronyme Ayax devrait être une variante de Ayats (le rapprochement avec le prénom Ajax semble douteux).
Ayault Le nom est surtout porté dans les Deux-Sèvres. On le rencontre aussi sous la forme Hayault (86, 79, 49). Formes voisines : Hayaud (49), Hayaux (70), Hayeault (61). Il semble s’agir d’un toponyme, diminutif de ‘haie’.
Aybar Porté dans les Pyrénées-Atlantiques, c’est un toponyme, variante du basque Aibar, nom d’une commune et d’une vallée en Navarre (cf. le basque “ibar” = vallée). A noter cependant que, selon le dictionnaire de Pierre Lhande (voir bibliographie), le terme pourrait aussi désigner celui qui est originaire d’Aibe, nom ancien de la commune d’Aroue.
Aycard Patronyme très fréquent en Provence, tout comme sa variante Aicard. C’est un nom de personne d’origine germanique, Aichard (aic < aigan = posséder + hard = dur).
Aye On rencontre le nom dans l’Eure-et-Loir, mais aussi dans les Alpes (38, 05). Dans cette dernière région, il a le sens de bois, forêt. Ailleurs, c’est un synonyme de haie. Dans tous les cas, il s’agit d’un toponyme devenu nom de famille.
Ayela Nom espagnol rencontré surtout à Alicante. Difficile d’en comprendre le sens. Peut-être faut-il le rapprocher d’Ayala (voir ce nom) ? À noter aussi l’existence de deux communes appelées Ayelo (également nom de famille) dans la province de Valence.
Ayer Nom porté notamment dans la Haute-Savoie, présent aussi autrefois dans la Moselle et dans la Sarthe. Pour la Sarthe, c’est une variante de Ahier, lui-même variante de Athier, nom de personne germanique. Ailleurs, le sens est plus incertain. On peut aussi envisager un nom de personne germanique (reste à savoir lequel), ou encore un dérivé de “haie”. À noter que le nom est aussi porté en Grande-Bretagne, où il a le plus souvent le sens d’héritier.
Aygalenc Nom rencontré dans l’Aveyron et le Cantal. Variantes : Aygalencq, Aygaleng, Aygalenq. Désigne celui qui habite un lieu-dit l’Aigal, l’Aygal (= canal, rigole, terre irriguée).
Ayhens Nom rare porté dans les Pyrénées-Atlantiques. Variante : Ayhintz. Il devrait correspondre au basque “aihentze” (= lieu planté en vignes).
Aylen Patronyme anglais, également écrit Aylin, Ayling, utilisé comme nom de personne au Moyen Âge et signifiant “noble”.
Ayman Nom de personne arabe qui signifie ‘très heureux, béni’. La racine est y.m.n (= la droite, le côté qui porte chance). Dérivé : Aymani. Variantes : Aïman, Aïmane.
Aymard Nom de personne d’origine germanique, Haimhard (haim = maison + hard = dur), surtout porté dans le Limousin. Variantes : Aymars, Aymart. La forme Aymar (15, 66) peut aussi en être une variante, mais devrait plutôt correspondre au patronyme Aimar (voir ce nom).
Aymé Fréquent dans le Vaucluse et les départements voisins, c’est un ancien nom de baptême, variante du prénom Aimé (latin Amatus = aimé). Il fut notamment popularisé par saint Aimé (début du VIIe siècle), un grenoblois qui fonda avec le comte Romaric un monastère à Remiremont (88). Il finit ses jours en ermite au fond d’une crevasse, recevant sa nourriture à l’aide d’une corde.
Aymerich Nom de personne d’origine germanique, Haimric (haim = maison + ric = fort, puissant), qui est également à l’origine de Henri.
Aymes Porté notamment dans les Alpes-de-Haute-Provence (également présent en Languedoc), c’est un nom de personne d’origine germanique, cas-sujet de Aymon (voir Aimond).
Aynard Surtout porté dans le Rhône, le nom est également présent dans l’Aude et le Tarn-et-Garonne. C’est un nom de personne d’origine germanique, Aginhard (agin = lame de l’épée + hard = dur).
Aynès, Aynés Porté en Saône-et-Loire et dans le Lyonnais, le nom est également présent en Catalogne. Sens incertain. Peut-être une variante de Ayné, nom de personne d’origine germanique (Aginhari : agin = lame de l’épée + hari = armée).
Ayoub Nom de personne arabe, parfois porté par des juifs séfarades. C’est l’équivalent du nom biblique Job (arabe ‘ayyûb), qui vient de l’hébreu ‘iyyov = haï. Dérivé : Ayoubi.
Ayraud Nom porté dans l’Aude ainsi que dans l’Ouest (85, 79). Pour le sens, voir Airaudo. Variantes : Ayral (12, pour un autre sens possible voir Layral), Ayrald (48), Ayrau (32), Ayrault (79, 86), Ayraut (06), Ayreau, Ayreault (79).
Ayrolles Voir Eyrolle pour le sens. Le nom est surtout porté dans l’Aude et le Lot. Variantes : Ayrole, Ayroles (46), Ayrolle. Diminutif : Ayroulet (07).
Ayter Très rare et porté dans les Pyrénées-Orientales (Saint-Cyprien), le nom est un peu plus fréquent en Catalogne (variante : Aiter). C’est un nom de personne d’origine germanique, Aecther selon le dictionnaire d’Alcover-Moll (aect- : sans doute un allongement de ag-, ac- = lame de l’épée + hari = armée).
Ayxeres Nom catalan rare, également écrit Aixeres, Eixeres. Je n’en connais pas le sens précis. On signalera cependant que les mots “aixera” et “eixera” sont attestés comme variantes de “xera” (= fête) par le dictionnaire d’Alcover et Moll.
Azaïs, Azay Nom occitan. Serait un surnom signifiant celui qui est à l’aise, du latin adjacens (M.T. Morlet). Peut-être faut-il envisager une autre solution : le nom de personne féminin d’origine germanique Adalhaid, qui est également à l’origine des noms de famille Alais, Allais, Azalais.
Azalot Rare, le nom est porté dans le Pas-de-Calais, où il est attesté en 1569 à Montenescourt (Guillaume Azalo). Il devrait s’agir du diminutif d’un nom de personne germanique formé sur la racine “adal” (= noble). Forme voisine : Azaloux (59).
Azalou Rare et porté dans le Nord-Pas-de-Calais, le nom est un peu plus fréquent sous la forme Azaloux. Autre variante : Azalot. Le nom est déjà mentionné au XVIe siècle sous la forme Azalo. Sens obscur. Peut-être un ancien nom de personne (cf. le nom Azalus dans le polyptyque d’Irminon).
Azam Nom très fréquent dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne (également Asam). C’est une variante régionale du nom de baptême Adam. On rencontre la forme Azan en Provence. Il s’agit d’une mutation consonantique assez courante dans le Midi et notamment dans le Tarn : ainsi le nom Adémar y est devenu Azémar. Attention : Azam peut aussi être un nom de personne arabe (forme similaire : Azzam) avec le sens de “volontaire, déterminé” (parfois aussi nom donné au lion).
Azambourg Surtout porté dans le Loiret, ce n’est pas un nom de localité, mais un ancien prénom féminin, nom de personne d’origine germanique (Adanburg : ad = noble + burg = forteresse).
Azar Le plus souvent porté par des juifs séfarades, c’est une forme raccourcie du nom biblique Eleazar (‘el`azar = Dieu a aidé). Porté par des musulmans, il pourrait être une déformation de Azhar (azhar = brillant, éclatant). Dérivé : Azari.
Azaubert Rare, le nom est plus fréquent sous la forme Azalbert, portée notamment dans l’Aude. C’est une variante d’Adalbert (87), nom de personne d’origine germanique (adal = noble + berht = brillant) qui a donné aussi Albert, Aubert.
Aze Porté en Normandie, notamment dans le Calvados, c’est un nom de personne d’origine germanique (scandinave), Azzo (norrois ass = nom de divinité païenne), que l’on retrouve dans le nom de la commune d’Azeville (50).
Azeau Nom porté dans l’Aude, où il est présent au XVIIe siècle dans plusieurs communes. C’est un nom de personne d’origine germanique, Adelo (racine adal = noble).
Azelart Porté dans le Pas-de-Calais et l’Oise, c’est un nom de personne d’origine germanique, Adalhard (adal = noble + hard = dur).
Azema, Azemar, Azémard Nom de personne d’origine germanique, Adamar (adal = noble + mar = célèbre). Les trois formes sont fréquentes dans le Tarn, et plus généralement en Languedoc.
Azens Porté dans les Hautes-Pyrénées, semble une variante du nom de baptême Assens (voir ce nom).
Azeroual Le nom désigne en berbère celui qui a les yeux bleus. Il est souvent porté par des juifs originaires de l’Oranais.
Azevedo Nom portugais. Désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. Le toponyme est très fréquent et vient de azevo (= le houx, du latin acrifolium). Variante espagnole : Acevedo.
Aziez Semble une variante du nom Aziz (`azîz), qui signifie en arabe très cher, aimé.
Aziz Nom arabe (`azîz) signifiant l’honoré, le très aimé (c’est l’un des plus beaux noms de Dieu). Dérivé : Azizi (= de Aziz).
Aznar, Asnar Peu de renseignements, sinon que ce nom est fréquent dans toutes les Pyrénées. Pourrait renvoyer à un nom de personne d’origine latine, Asinarius (< asinus). Une origine basque n’est cependant pas à exclure : Henri Guiter, philologue catalan, évoquait acenari = renard.
Aznavourian Patronyme arménien désignant le fils (suffixe -ian) d’Aznavour, nom de baptême formé à partir de la racine “azn” (= noble).
Azoulay Nom surtout porté en Provence, où on trouve aussi la forme Azoulaï. C’est un patronyme porté par des Juifs séfarades, (et plus rarement par des Arabes). Parmi les nombreuses explications proposées, on envisagera surtout une racine d’origine arabe signifiant “bleu” (qui a donné le français “azur” ou le castillan “azul”), et secondairement berbère “izil” (= bon). Azoulay se rencontre fréquemment dans les listes médiévales de Juifs méditerranéens, notamment en Espagne.
Azrou Nom berbère désignant une muraille rocheuse. De nombreuses localités marocaines s’appellent Azrou.
Azuelos Porté par des Juifs d’Afrique du Nord, en particulier au Maroc, le nom semble venir d’Espagne, mais il est documenté à Fès dès le XVIe siècle. Très proche d’Azoulay (voir ce nom), il semble lié à l’adjectif “azul” (= bleu). On envisage parfois un surnom pour celui qui a les yeux bleus.
Azzalini Nom porté dans le nord de l’Italie, notamment dans les provinces de Trévise et de Sondrio. Forme similaire : Azzalin (provinces de Turin et de Rovigo). C’est un diminutif d’Azzali (provinces de Parme et Crémone), nom de famille dont Azzari semble être une variante, et qui pourrait évoquer celui qui travaille l’acier (“azal” en dialecte vénitien). À envisager aussi un dérivé de Azzo, Azzi, nom de personne d’origine germanique (racine ad = noble). De Felice (voir bibliographie) signale encore une autre piste : le mot “azza”, nom d’une ancienne arme, également variante régionale de “ascia” (= hache).
Azzarelli Diminutif de Azzaro, Azzari, patronyme italien difficile à interpréter avec certitude. Il pourrait s’agir de celui qui produit ou vend de la bourre (azaro, variante septentrionale de acciaio, nom de métier ancien dérivé de acce). Autre hypothèse, celui qui manie la hache (azza, variante de ascia). Le nom Azzarelli se rencontre en Sicile, en Ombrie, et, sporadiquement, dans l’Italie du Nord.
Azzeddine Nom de personne arabe également écrit Azdine, Azedin, Azedine, Azzeddin, Azzedin, Azzedine. Il signifie “la puissance, l’honneur de la religion”.
Azzi Fréquent en Afrique du Nord, notamment au Maroc, c’est un dérivé de l’arabe `azîz (= très cher, très aimé). Attention cependant : Azzi est aussi un nom italien, forme plurielle de Azzo, nom de personne d’origine germanique (racine ad = noble).
Azzopardi Fréquent à Malte, le nom s’est répandu en Afrique du Nord au XIXe siècle. Il semble logique d’y voir un nom italien, pluriel d’Azzopardo (nom porté à Trieste), que De Felice considère comme un patronyme composé de Azzo, nom de personne d’origine germanique (racine ad = noble), et de Pardo, variante de Bardo (autre nom germanique, hypocoristique de Lombardo, Longobardo). Cependant, une tradition dont je ne sais si elle repose sur des preuves veut que le nom soit une italianisation de Safardi, terme désignant des Juifs séfarades venus d’Espagne, convertis au christianisme après 1492. Une certitude : malgré la présence de grands félins sur certaines armoiries familiales, le nom n’a rien à voir avec le léopard (italien “pardo”).
Azzoug, Azoug Nom de personne kabyle, qui semble correspondre à un mot signifiant “sourd” (aeZZug).
Azzouz Nom arabe (`azzûz), diminutif de Aziz (voir ce nom).

Retour à la page d’accueil du dictionnaire