A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par B

Ba-Banguillot
Banhares-Bascou
Bascourt-Beauregard
Beaurepaire-Benavente
Benayoun-Berouard
Béroudia-Bienvenu
Bière-Blonce
Bloncourt-Bonventre
Bonvila-Bouillon
Bouin-Boutboul
Bouteculet-Breuque
Breure-Bruteul
Brutus-Bystry


Bouin, Boin Patronymes surtout portés en Normandie et en Picardie. Ce sont des formes de Bodin, Boudin (amuïssement du d), nom de personne d’origine germanique dérivé de la racine bod (= messager).
Bouis Nom typiquement provençal, qui désigne celui qui habite le lieu-dit (le) Bouis, ou qui en est originaire. Sens du toponyme : lieu où le buis est abondant.
Bouishak Ce nom marocain très rare désigne le père (abû, bû) de celui qui s’appelle Ishak, Ishaq, équivalent arabe (isHâq) du nom biblique Isaac (voir ce nom). A noter que Bouishak est aussi un oued près de Meknès.
Bouisse Celui qui habite le lieu-dit (la) Bouisse ou qui en est originaire (bouisse = lieu où le buis est abondant). Une commune porte ce nom dans l’Aude. Quant au patronyme, on le rencontre surtout en Corrèze et dans le Cantal, ainsi que dans le Gard.
Bouisset Diminutif de Bouisse (lieu où pousse le buis), rencontré surtout dans le Tarn, mais présent dans tout le Languedoc.
Bouisson Variante de Buisson (voir ce nom) portée notamment dans le Sud-Est (13, 83). Avec une variante du suffixe : Bouissou (12, 66, 84), Bouissoux (11, 09), Bouissous (19).
Bouix Variante de Bouis ou de Boix, désignant un lieu où pousse le buis. Patronyme rencontré surtout dans l’Ardèche et les Pyrénées-Orientales.
Boujarel Surtout porté dans les Alpes-de-Haute-Provence, le nom s’écrit aussi Bougearel (13, 06), Bougerel (84). Ces noms sont à rapprocher de Bougarel, Bougarelle (03), et sans doute aussi Bougerol, Bougerole, Bougerolle, Bougerolles (03), ces derniers noms correspondant au hameau des Bougerolles à Marcillat-en-Combraille (03). Reste à comprendre le sens de tous ces noms, ce qui n’est pas facile. Frédéric Mistral y voyait des dérivés d’un mot “bouga” auquel il donne le sens de “métayer”. À envisager aussi l’ancien français “bouge”, avec le sens de “terre inculte”.
Boujot Porté surtout dans la Loire, c’est un diminutif de Bouge, toponyme qui évoque une terre inculte. Variante : Bougeot (Franche-Comté). Le mot bouge peut aussi désigner un grand sac de toile grossière, ce serait alors le surnom d’un fabricant de ce genre de sac.
Bouju Le nom est surtout porté dans les Deux-Sèvres et dans la Sarthe. Variantes : Boujut (16), Boujus (49, 53) et sans doute Boujou (19). Il pourrait s’agir d’un surnom donné à un homme ventru (ancien français boge, bouge = partie bombée de diverses choses, également baril). Autre possibilité : toponyme dérivé de bouge = jachère, friche (prélatin bodica).
Boukhours Le préfixe arabe bou- signifie en principe “père”, mais il est souvent utilisé avec le sens d’homme. Ici, il désigne l’homme à la boucle d’oreille (arabe khurS ou khirS).
Boukobza Surtout porté par des juifs originaires de Tunisie et du Constantinois, le nom signifie en arabe dialectal l’homme au pain (bû-khubza). Variantes : Bokhobza, Boukabza, Boukhebza, Boukoubza, Boucobza, Bocobza, Bokobza.
Boul Tout dépend de la région où le nom se rencontre. Dans la Sarthe, où il est assez répandu, c’est un nom de lieu-dit désignant un endroit où pousse le bouleau. Mais en Moselle, où il est encore plus fréquent, il correspond plutôt à l’alsacien Boll, nom de personne d’origine germanique (Bolo = ami, frère).
Boulafrad Surtout algérien, le nom comporte le préfixe “bou” (arabe “abû”) signifiant “le père de”, parfois simplement “l’homme”. Le deuxième élément, Lafrad (également nom de famille), doit être décomposé en “Al-Afrad”, où “afrad” correspond sans doute à la racine f.r.d avec le sens de “seul, solitaire, unique”.
Boulagnon On trouve ce nom dans le Sud-Ouest (40, 32), mais aussi dans l’Ain et la Haute-Loire, ce dernier département étant apparemment le berceau du nom. Aucune idée précise, hélas. Faut-il rattacher le nom au bouleau ? Faut-il y voir une déformation de bolenge (= blutoir, surnom d’un meunier ou d’un boulanger) ? Peut-être y a-t-il encore d’autres solutions. A noter qu’un hameau de la Drôme s’appelle Boulagne.
Boulais Toponyme désignant un bois de bouleaux (voir Boulay), le nom est surtout porté dans l’Ouest (35, 85, 76). Avec le même sens : Boulai, Boulaie (41).
Boulangeot Porté en Lorraine (54, 88), c’est un diminutif de Boulange (même région), qui correspond sans doute au métier de boulanger. Formes voisines : Boulangeat, Boulangée, Boulanget, Boulangey.
Boulanger Il s’agit bien sûr d’un nom de métier, qui n’apparaît dans les textes qu’au XIIe siècle (latin médiéval bulingarius en 1120). Le mot vient d’une forme picarde boulenc (= boulanger), issue elle-même du néerlandais bolle (= pain rond). Avant le XIIe siècle, on disait surtout en français “pestour” pour désigner ce métier. C’est tout naturellement en Picardie que le nom est le plus répandu.
Boularand Le nom est surtout porté dans le Rouergue, où l’on trouve aussi la forme Boularan. Son sens n’est pas très clair. M.T. Morlet propose le métier d’arpenteur (variante de l’occitan bolaire), mais il n’est pas impossible qu’il s’agisse d’un nom de personne d’origine germanique (racines bolo = ami, frère + hramn = corbeau). A noter l’existence d’un hameau ou d’un quartier Boularan à Castres (81).
Boulard Nom de personne d’origine germanique, Bolohard (bolo = ami, frère + hard = dur), porté surtout en Normandie, également présent de la Picardie à la Belgique. On envisage parfois d’autres hypothèses, notamment un dérivé du verbe d’ancien français boler (= tromper), surnom donné à un personnage rusé, trompeur. La première solution paraît cependant la plus solide. Variante : Boulart (62, 59, 02). Diminutifs : Boulardet, Boulardin, Boulardot. Le nom Boulardier devrait pour sa part désigner celui qui est originaire de l’un des nombreux hameaux appelés la Boulardière (= le domaine, la ferme de Boulard).
Boulay, Bouley Le nom désigne un lieu planté de bouleaux. Cet arbre se disait en effet boul, boule en ancien français (latin betulla, ayant donné *betullus en latin populaire). De nombreuses communes portent ce nom. Quant au patronyme, on le trouve un peu partout en France, notamment dans les Vosges, la Sarthe et l’Orne pour Boulay, en Bourgogne et dans la Manche pour Bouley.
Boulbin Le nom est surtout porté dans les Côtes-d’Armor, où il s’écrit aussi Le Boulbin. Variantes : Boulbain (22), Boulben (56, 29). Diminutif : Boulbennec (22). On l’interprète généralement (cf. A. Deshayes, voir bibliographie) comme un surnom donné à celui qui a une grosse tête (vieux breton “borr” = corpulent + “penn” = tête). A noter cependant qu’on pourrait avoir affaire à un toponyme : il existe à Saint-Agathon (22) un hameau appelé Ar Boulbin (ar = le). La carte de Cassini signale dans cette commune deux hameaux différents, l’un appelé Bourbain, l’autre Le Boubin.
Bouldet Comme sa variante Boulday, le nom est porté dans l’Ouest (49, 44, 85). Autre forme : Bouldé (22, 44, 49). Il devrait s’agir d’un toponyme avec le sens de bourbier ou de source bouillonnante (hypothèse de M.T. Morlet).
Bouldoires Le nom est surtout porté dans l’Aveyron. Variantes et formes voisines : Bouldoire, Bouldouire, Bouldouyre, Bouldoyre, Boudoire. C’est un toponyme : un hameau s’appelle Bouldoire au Neyrac (12). Le terme désigne un bourbier (occitan “boldoira”).
Boulé Sans doute variante de Boulay (voir ce nom).
Boulebsel Nom arabe qui paraît désigner le père (préfixe “bû”) de celui qui s’appelle “al absal” (= celui qui est très courageux).
Boulègue Surtout porté dans la Corrèze, le nom se rencontre aussi dans le Forez sous les formes Bollègue, Boulaigue, également Boulaygue dans le Var. Variante ancienne : Bolégue. C’est un toponyme (cf. La Boulègue à Castéra-Lectourois, dans le Gers), peut-être dérivé de l’occitan “bolèg” (= camomille), mais plutôt lieu boueux, gorgé d’eau, à rapprocher de l’occitan “bolhaca” (= mare, flaque), ou encore variante de Beulaygue, Beulaygues (82), (= qui boit l’eau). Un hameau s’appelle Beulaygue à Labastide-Saint-Pierre (82).
Boulerice Porté au Québec, le nom est une déformation du patronyme breton Le Bourhis (premier porteur du nom au Québec : Jean Le Bourhis, né à Brest en 1658). Voir Bourhis pour le sens.
Boulesteix Nom originaire du Limousin. On peut envisager une variante de Balester (= arbalétrier), mais le suffixe -eix semble mener à d’autres pistes. Peut-être un toponyme, qui désignerait soit un bois de bouleaux, soit un lieu bourbeux.
Boulestreau C’est un nom caractéristique de l’ouest de la France, et notamment du Maine-et-Loire. Il semble que ce soit une variante régionale du nom BALETRIER, signifiant arbalétrier. En effet, arbalète est un nom composé, arc baliste, dans lequel baliste vient du latin BALLISTA (= machine de jet), très tôt transformé en *BALLISTRA dans la plupart des langues romanes. Ainsi, chez moi, en pays catalan, le nom correspondant est BALLESTER, et chez les Espagnols BALLESTEROS.
Boulet Très répandu dans toute la France, c’est dans le Nord-Pas-de-Calais, la Normandie et la Lozère que le nom est le plus fréquent. Plusieurs explications semblent possibles. D’abord un diminutif du mot “boule”, surnom évoquant la rotondité. Ensuite un toponyme (= bois de bouleaux). Enfin un nom de personne germanique, diminutif de Bolo (= ami). On peut aussi envisager, dans le Midi, un lien avec les champignons (occitan et catalan “bolet”).
Boulfroy Le nom est surtout porté dans la Somme. Variantes : Boulefroy, Boullefroy (60, 80). On le rencontre dans la Sarthe sous la forme Boulfray. C’est un nom de personne d’origine germanique, Bolofrid (bolo = ami, frère + frid = paix).
Boulicot Patronyme fréquent dans l’Allier. Variantes : Boulicaud, Boulicault, Boulicaut (03, 21, 71). Sens incertain, mais on peut faire le rapprochement avec l’ancien français bolicques, qui désignait les tripes. Il pourrait donc s’agir d’un marchand de tripes.
Boulier, Boullier Surtout fréquent dans l’Ouest, semble désigner un fabricant de boules. Rien de bien certain, mais le rapport avec les boules est lui presque évident.
Boulin Sans doute le diminutif d’un nom de personne d’origine germanique, Bol (= ami). On ne peut cependant exclure totalement des dérivés de boule (sobriquet désignant une personne arrondie) ou de boul (= bouleau).
Boulineau Diminutif de Boulin (voir ce nom) porté surtout en Vendée. Variantes : Boulinaud, Boulineaud (Charentes).
Boulinguez L’une des nombreuses formes d’un nom du nord de la France (62, 59 surtout) désignant le métier de boulanger (voir Boulanger).
Bouliou Le nom est surtout porté dans les Côtes-d’Armor. Sans doute le surnom d’une personne rondouillarde (boull = boule). Le dictionnaire d’A. Deshayes envisage aussi un diminutif de Le Boulc’h (celui qui a un bec de lièvre).
Boulland Variante de Bolland (voir ce nom), le nom de famille est porté notamment dans la Manche et les Yvelines. Les formes Boulan, Bouland, Boullan devraient avoir le même sens.
Boullencourt Désigne celui qui est originaire de Boulancourt, commune de Seine-et-Marne, également hameau à Longeville-sur-la-Laines (52) et lieu-dit à Aizy-Jouy (02).
Boullot, Boulot Il s’agit en principe d’un sobriquet donné à une personne un peu grosse (dérivé de boule). C’est dans la Manche que le nom est le plus répandu.
Boulnois Le nom est assez fréquent en Picardie (80, 02) et dans le Pas-de-Calais. Variantes : Boulnoix, Boulnoy. Il désigne celui qui est originaire de Boulogne-sur-Mer ou du Boulonnais. Avec le même sens : Boullonnois, Boulonnais, Boulonne, Boulonnois.
Boulogne Fréquent dans le Pas-de-Calais et la Somme, désigne celui qui est originaire de la ville de Boulogne-sur-Mer (62) ou d’autres communes et hameaux de cette région portant le même nom. Variantes : Boullogne, Boulougne, Boulongne et sans doute Boulongue.
Boulon Nom porté dans l’Ardèche et les départements voisins. C’est vraisemblablement un toponyme, qui évoque au départ un cours d’eau, un torrent. Il existe dans la région concernée des hameaux appelés Boulon à Saint-Laurent-du-Pape (07) et à La Laupie (26), ainsi qu’un lieu-dit à Saint-Julien-Molhesabate (43). Le toponyme est également très répandu dans l’Isère.
Boulonnois, Boullonnois Originaire de Boulogne ou du Boulonnais.
Bouloumié Désigne sans doute celui qui est originaire de la Bouloumié, nom d’un hameau dans le Tarn (commune de Burlats). Etymologie incertaine. En dialecte toulousain ancien, le mot bouloum avait le sens de tas, monceau. Voir aussi Bolomé.
Bouloumois Nom rare porté dans la Drôme. C’est apparemment un toponyme : un bois ou une forêt s’appelle Bouloumoi à Soyans (26).
Boulounaud Apparemment originaire de la Haute-Vienne, c’est un diminutif de noms tels que Boulon, Boullon ou Boulou, qui sont en général des hydronymes (noms de cours d’eau) formés sur la racine préceltique *bol. On peut noter, non loin du Limousin, le toponyme Boulouneix (commune de La Gonterie-Boulouneix, 24), qui doit certainement son nom à la proximité d’une rivière appelée le Boulou. On précisera enfin que si les noms de famille Boulon et Boullon sont surtout portés dans l’Ardèche, c’est dans la Haute-Vienne qu’il y a le plus de Boulou (ce dernier nom étant aussi porté en Bretagne).
Bouloux Le nom est surtout porté dans la Vienne. Il pourrait s’agir d’un toponyme (cf. la commune du Boulou dans les Pyrénées-Orientales). On envisagera aussi un nom de personne germanique formé sur la racine bolo (= ami, frère).
Boulvé Nom porté dans le Lot et le Tarn-et-Garonne. Variante : Boulvès. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée le Boulvé. On trouve dans le Lot la commune du Boulvé, mais aussi un hameau du même nom à Saint-Laurent-Lolmie. Autre hameau, le Boulvé dans le Tarn-et-Garonne (commune de Sauveterre). Le sens du toponyme m’est inconnu.
Bouly Egalement écrit Boully, le nom est porté dans la Somme et le Nord-Pas-de-Calais, ainsi qu’en Saône-et-Loire et dans l’Ain. Il devrait s’agir d’une variante de noms tels que Bouloy, désignant un bois de bouleaux, et donc un toponyme devenu nom de famille. Ce n’est cependant pas une certitude.
Boumann Egalement Boumanne. Variante de l’allemand Baumann portée dans le Nord-Pas-de-Calais.
Boumediene Mot à mot le père (bou) de Mediene ou de Madian, en arabe classique ‘abû madyan. Madian est un personnage biblique, fils d’Abraham et de Qetoura, éponyme de la tribu des Madianites (cette tribu est aussi appelée Madian). Les arabes ont donné le nom de shu`ayb ‘abû madyan (Petit peuple Père de Madian) au beau-père madianite de Moïse, Jéthro. A noter que ‘abû madyan est aussi un saint médiéval de l’Islam. Variantes du nom de famille : Boumedienne, Boumeddiene (on trouve aussi parfois le nom Medienne).
Boumendil Egalement Boumandil. Nom porté par des juifs d’Afrique du Nord. Il signifie en arabe l’homme au turban, au foulard (arabe mindîl, algérien mandîl).
Bounaix Nom porté en Corrèze. Diminutif de Bon (voir Bo), équivalent à Bonnet.
Bounard Le plus anciennes mentions du nom le situent dans le Vaucluse. C’est une variante de Bonard (voir Bonnard).
Bounet Variante béarnaise de Bonet (voir ce nom), le nom est également porté en Guadeloupe.
Bounouh Egalement écrit Abou Nouh, Abounouh, désigne en arabe le père (abû, bû) de celui qui s’appelle Nouh, nom de personne fréquent, équivalent arabe (nûH) de Noé, personnage biblique.
Bouny Surtout porté en Limousin (87, 19), correspond au français Bon, dont il peut éventuellement être un diminutif (variante de Bonin). Voir Bon.
Bouquereau Le nom est surtout porté dans l’Indre, où il peut aussi s’écrire Bouquerot. On trouve également la forme plus rare Bouqueraud. C’est sans doute un toponyme avec le sens de “bosquet”, ou encore un terme désignant un bûcheron. Formes similaires : Bouquerel, Bouquerelle (61, 80), Bouquerand, Bouquerod (39), Boquerel, Boqueret (56, 37).
Bouquet C’est dans le Pas-de-Calais que ce nom est le plus répandu. De même que Bocquet, Boquet, il faut le considérer comme une variante picarde de bosquet (= petit bois). Donc, celui qui est originaire d’une lieu-dit (le) Bouquet. On rencontre également le nom dans la Lozère, où il peut éventuellement désigner celui qui vient du village de Bouquet (30), dont le sens est le même.
Bouquin Surtout porté dans le Cher et les départements voisins, également présent en Bourgogne, ce devrait être un toponyme avec le sens de “bosquet”. De nombreux lieux-dits, notamment des bois, s’appellent “(le) Bouquin”. Un diminutif du mot “bouc”, solution parfois proposée, paraît peu probable. Diminutifs : Bouquinaud, Bouquineau, Bouquinet (Centre, Poitou-Charentes).
Bour Nom que l’on rencontre surtout dans la Moselle. Peut-être celui qui est originaire de Bour, commune du Luxembourg. Mais il doit plutôt s’agir d’une variante de l’allemand Bauer (= paysan), proche du flamand Boer (prononcé et écrit parfois Bour).
Bourabier Le nom est surtout porté en Charente, où on le rencontre depuis le XVIIIe siècle. Il était également présent dans l’Oise vers 1900. Variante : Bourrabier (45, 56). Aucune idée précise quant à la signification. Le rapport avec la bourre (et éventuellement le métier de bourrelier) est possible, mais ce n’est qu’une timide hypothèse.
Bourachot C’est dans l’Allier que le nom est le plus répandu. Variantes : Bourachaud, Bourrachaud, Bourrachot. On le considère comme un dérivé du mot bure, désignant celui qui est vêtu de bure ou un fabricant de cette étoffe grossière.
Bourak Variante de Barouch (voir ce nom), portée parfois aussi par des musulmans (dérivé : Bouraki).
Bourand Surtout présent dans l’Yonne et le Loiret, ce devrait être un nom de personne d’origine germanique, peut-être Bozhramn (bos = mauvais, méchant + hramn = corbeau).
Bouras Nom arabe formé du préfixe bou (= le père de, parfois simplement homme) et du mot ra’s (= la tête, algérien râs). Dérivé : Bourassi.
Bourbaud Rare, le nom est porté dans les Charentes. Variantes ou formes voisines : Bourbault, Bourbeau, Bourbeaud. On trouve dans le Nord-Pas-de-Calais les formes Bourbiaux, Bourbiot. C’est un toponyme avec le sens de lieu bourbeux.
Bourbier Le sens de “bourbier” paraît probable pour ce nom porté en Picardie (80, 60). Ce serait donc un toponyme devenu nom de famille. Seul problème, il n’y a pratiquement aucun lieu-dit Bourbier ou Bourbière dans cette région.
Bourbigot Nom porté dans le Finistère, où on trouve aussi la forme Bourbigou. Le mot breton “bourbig” désigne la blennie (poisson d’eau douce et du littoral à grosse tête). Bourbigot pourrait en être un diminutif.
Bourbon Sauf très rares exceptions, aucun rapport avec les rois de France. C’est en effet un toponyme très fréquent évoquant des sources bouillonnantes, des sources d’eau chaude. On rencontre notamment le patronyme dans la région lyonnaise et dans le Cher.
Bourbon-Busset (de) Nom composé évoquant l’Allier, avec les communes de Bourbon-l’Archambault (d’où la famille des Bourbon tire son nom) et de Busset.
Bourbonnais Surtout porté dans l’Indre et le Puy-de-Dôme, devrait désigner celui qui est originaire du Bourbonnais ou d’une commune appelée Bourbon (03, 71).
Bource Variante de Bourse, sans doute le surnom d’un fabricant ou d’un marchand de bourses. Nom rencontré dans l’Ouest (56, 53, 35).
Bourchak Nom composé avec le préfixe Bou (arabe classique ‘abû = père de) sur rashâq, qui signifie élégance, prestance. A noter que Bou peut aussi signifier tout simplement ‘l’homme’, donc peut-être l’homme élégant.
Bourcheix Porté dans le Puy-de-Dôme, c’est une variante de Bourchet, toponyme désignant sans doute un petit bourg. Le Dictionnaire des noms de famille en Puy-de-Dôme signale un lieu-dit Bourchet à Beaumont, le nom de famille étant pour sa part surtout porté à Aubière.
Bourcier Désigne un fabricant ou un marchand de bourses. Le nom est surtout porté dans le Maine-et-Loire (également 72, 89, 44). Variante : Bourciez.
Bourda Porté dans les Pyrénées-Atlantiques, désigne celui qui habite un lieu-dit Bourda (= la ferme, voir Bordes). Variantes : Bourde (38, 64), Bourdes (31, 82).
Bourdaraud Le nom désigne une petite ferme ou l’exploitant d’une ferme, d’une métairie (borderie). On le rencontre notamment en Charente et dans le Puy-de-Dôme. Variantes : Bourdareau (16), Bourdarot (63).
Bourdarias C’est dans la Corrèze que le nom est le plus répandu. Il s’agit d’un toponyme occitan dont la forme française est “borderie”, avec le sens de métairie ou ferme (ancien français “bordier” = métayer). À noter, en Corrèze, le hameau de la Bourdarias à Saint-Ybard et celui de las Bourdarias à Lubersac. Formes voisines : Bourdarie (46), Bourdaries (81), Bourderie, Bourdery (23), Bourdariat, Bourderiat (38).
Bourdas Les plus anciennes mentions situent le nom dans l’Eure-et-Loir, où il est présent au XVIe siècle. C’est l’équivalent de Bourdais (35, 53, 49), toponyme évoquant une ferme (voir Bordes).
Bourdaudhui Nom porté dans l’Aisne, avec de nombreuses variantes : Bourdaud’hui, Bourdaudui, Bourdeaud’hui, Bourdeaud’huy, Bourdeaudui, Bourdeauduy. Il doit s’agir d’un ancien nom de localité, mais pour l’instant je n’ai rien trouvé en France. Par contre, le dictionnaire des noms de famille en Belgique romane signale en Belgique la ferme de Bourdeaud-hui à Anvaing, dans le Hainaut.
Bourdeau Nom assez répandu dans les Deux-Sèvres et la Vienne, ainsi qu’en Loire-Atlantique. C’est un diminutif de Borde, Bourde, toponyme désignant une ferme, une métairie. Variantes : Bourdau, Bourdaud, Bourdeaud, Bourdeaut (44, 23, 87), Bourdault, Bourdaut, Bourdaux. Sans vocalisation de la finale : Bourdel (34, 76, 44).
Bourdeauducq Egalement Bourdauduc, Bourdauducq. Pourrait être une variante de Bourdaudhui (voir ce nom). On rencontre le patronyme dans le département du Nord.
Bourdelier Patronyme surtout présent dans la Nièvre. Désigne l’habitant d’un bordel, nom qui désigne au moyen âge une petite ferme. Voir Bordes pour une définition plus complète.
Bourdelle, Bourdelles Pour le sens, voir Bordes (Bourdelle est un diminutif). On rencontre les Bourdelle dans le Limousin (87, 19). Quant aux Bourdelles, ils sont présents en Auvergne (63) et dans le Sud-Ouest (47). Il existe une commune appelée Bourdelles dans la Gironde (également Bourdeilles en Dordogne). On ne confondra pas ce nom avec Bourdellès (22), qui devrait désigner celui qui est originaire de Bordeaux.
Bourdelon Porté notamment dans la Drôme et le Vaucluse, c’est un diminutif de “bourdel” (= petite ferme). Variante : Bourdellon (05). Avec d’autres suffixes : Bourdelat (51, 77), Bourdelaud, Bourdeleau, Bourdeleaud (16, 17), Bourdeleix (23), Bourdelet (78, 51), Bourdelot, Bourdellot (91, 92), Bourdeloux (19), dont Bourdeloup (28, 91) pourrait être une déformation.
Bourdely Nom porté dans l’Ardèche. C’est un diminutif ou une forme latinisée de Bourdel, Bourdelle (voir Bordes pour le sens).
Bourderonnet Très rare et difficile à localiser, c’est un diminutif de Bourderon (89), qui désigne une petite ferme (ou un petit fermier). Forme voisine : Bourderionnet (36), lui-même diminutif de Bourderiou, Bourderioux (36, 41, 45). Ces noms sont sans doute formés sur Bourderie, lui-même dérivé de bourdier (= fermier).
Bourdet Porté notamment en Corrèze (variante : Bourdeix), en Vendée et dans les Pyrénées-Atlantiques, désigne celui qui habite un lieu-dit (le) Bourdet. Signification : petite ferme (voir Bordes). Formes féminines : Bourdette, Bourdettes (Gascogne).
Bourdiec, Le Bourdiec Nom breton. Désigne celui qui habite une ferme. C’est l’équivalent breton de noms comme Bourdier, Laborde, Bordes etc… Voir Bordes.
Bourdier Celui qui habite dans une borde (= ferme, maison rurale isolée). Voir Bordes.
Bourdieu Surtout porté dans les Pyrénées-Atlantiques (également 09, 32, 33), c’est un toponyme avec le sens de petite ferme (dérivé de l’occitan “borda”). Variante : Bourdieux (32). En composition : Bourdieu-Laplace, Bourdieu-Mazères, Bourdieu-Puyade.
Bourdillat Surtout porté dans l’Yonne, c’est un dérivé de borde (= ferme), qui a dû désigner une petite ferme ou un fermier.
Bourdin Nom très répandu, notamment dans la Sarthe et les Deux-Sèvres. On le considère en général comme un dérivé de l’ancien français “bourde” (“borde”) = mensonge, récit destiné à abuser les gens. Il s’agirait donc du surnom d’un menteur. A noter aussi que, dans le Poitou, le mot “bourdin” désigne un âne, mais il faudrait savoir si cette acception remonte au Moyen Âge. De toute façon, vu la grande fréquence du nom, aucune de ces deux solutions ne donne vraiment satisfaction. Il semble plutôt qu’on ait affaire à un nom de personne d’origine germanique qui devrait être Burdinus, dérivé du nom Burdo. Diminutifs : Bourdinaud, Bourdineau, Bourdineaud (Limousin, Périgord), Bourdinot.
Bourdiol Porté dans l’Hérault (également 48, 15), devrait être un toponyme avec le sens de petite ferme (dérivé de l’occitan borda).
Bourdoiseau Le nom est surtout porté dans la Mayenne et les départements voisins (49, 72). C’est un diminutif de Bourdois (35, 86), lui-même dérivé de Bourde, qui peut avoir plusieurs sens : soit un toponyme avec le sens de ‘ferme, métairie’, soit un terme d’ancien français désignant une plaisanterie, mensonge. Dans ce cas, un bourdois serait un plaisantin, un homme trompeur.
Bourdon Un nom très répandu. Le bourdon étant le bâton du pèlerin, il est vraisemblable que le patronyme désigne par métonymie un pèlerin. Autre possibilité : un toponyme, avec le sens de petite ferme (nom d’une commune de la Somme et de nombreux hameaux). C’est dans le Pas-de-Calais et la Seine-Maritime que le nom est le plus répandu.
Bourdoncle Désigne celui qui est originaire de Bourdoncle, nom de divers hameaux du Tarn-et-Garonne (à Cazals, Montricoux et Saint-Antonin-Noble-Val). On trouve également le hameau des Bourdoncles à Giroussens (81). C’est dans le Rouergue que le nom de famille est le plus répandu. Sens du toponyme : sans doute un diminutif (suffixe latin -uncula) formé à partir de borda (= ferme).
Bourdonnais Surtout porté dans les Côtes-d’Armor, de même que les variantes Bourdonnay et Bourdonnec, le nom peut désigner le porteur d’un bourdon (bâton de pèlerin). C’est aussi un toponyme assez répandu (sans doute avec le sens de petite ferme).
Bourdouil Rare, le nom paraît être originaire des Pyrénées-Orientales. Il était porté au XIXe siècle à Torreilles. Variantes : Bourdoul, Bourduil. C’est le nom d’un ancien village à Oreilla (66), dont la forme catalane est Bordoll (également nom de famille). Ce toponyme est mentionné sous la forme Bardolio au Xe siècle, puis Bardol au XIe siècle (sens incertain, peut-être un nom de personne germanique).
Bourdoulous Nom porté en Bretagne (29), également écrit Bourdouloux, Le Bourdoulous, Le Bourdouloux (29, 22). Il paraît désigner celui qui est originaire de Bordeaux (Bourdel en breton). Avec le même sens : Bourdoulès (29), Bourdellès, Le Bourdellès (22).
Bourdu Le nom est porté dans l’Allier et la Haute-Vienne. On trouve dans la Creuse les formes Bourdue et Bourdut. Peut-être un toponyme avec le sens de terre en friche (occitan bordiu). Un hameau s’appelle la Chaux Bourdue à Rougnat (23). A noter le nom voisin Bourduge, désignant celui qui est originaire de Bourduge, hameau à Cisternes-la-Forêt (63).
Bourefils Nom arabe dont la forme a été francisée. Si le début ne pose aucun problème (bou = père de, éventuellement homme), il est difficile d’interpréter refils sans se tromper, et donc je ne prendrai pas ce risque. On rencontre plus fréquemment la variante Bourefis.
Bourel Patronyme fréquent dans le département du Nord, rencontré aussi sous la forme Bourelle (62). On a tendance le plus souvent à y voir le surnom d’un bourrelier, mais la solution pourrait être ailleurs. Il doit s’agir d’un ancien nom de baptême (voir Borreil). Le rapport avec un bourreau, parfois évoqué, semble beaucoup moins crédible.
Bourely Le nom est porté en Provence (30, 84, 13). Formes similaires : Bourelli, Bourelly, Borelly, Borély. Il devrait s’agir d’un nom de personne, diminutif ou forme latinisée de Borel (voir Borreil), ou encore forme francisée de l’italien Borelli.
Boureni Peut désigner le père (‘abû) de Rani (arabe rânî = celui qui observe), mais semble plutôt une déformation de Boughani (le père de Ghani, arabe ghânî = riche, libre de tout besoin). Le préfixe ‘abû peut aussi signifier tout simplement l’homme (donc soit l’homme qui observe, soit l’homme riche).
Bourez Nom porté dans le département du Nord. Variantes : Bouret, Bouretz, Bourey. Pourrait se rattacher à l’ancien picard bouret (= baquet), surnom d’un fabricant de baquets, ou plus probablement à la bourre (étoffe grossière, nom d’un fabricant ou d’un vendeur).
Bourg Le nom de famille est surtout porté dans le Limousin et en Auvergne, mais on le trouve dans de nombreuses autres régions. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Bourg, toponyme ayant au départ le sens de forteresse, puis celui de ville, village.
Bourgade Matronyme formé sur Bourgat, ou plutôt toponyme correspondant au nom commun bourgade. C’est dans l’Aveyron que le nom est le plus répandu.
Bourgadieu Je n’ai jamais rencontré ce nom, mais il s’agit visiblement d’un toponyme, peut-être le bourg dédié à Dieu, mais plutôt un diminutif de bourgade. Patronyme originaire du Sud-Ouest.
Bourgat Surtout porté dans les Pyrénées-Orientales, c’est un dérivé de “bourg” (qui vient lui-même du germanique “burgs”, latinisé en “burgus”). Peut-être un diminutif (= petit bourg).
Bourgaud Pour le sens, voir Burgaud. Le patronyme est porté dans l’Ouest (44, 49). Variantes : Bourgault (53), Bourgaut (88, 35), Bourgaux (55).
Bourgeix Porté notamment en Dordogne et sans doute originaire du Limousin, le nom devrait être l’équivalent de Bourget (= petit bourg), éventuellement de Bourgeois (voir ce nom).
Bourgeois Désigne l’habitant du bourg, éventuellement caractérisé par les privilèges dont il jouit, les bourgeois formant une classe sociale intermédiaire entre la paysannerie et la noblesse. Le nom est très fréquent dans toute la France, en particulier en Picardie, en Bourgogne et en Franche-Comté, et a sans doute parfois être utilisé comme nom de baptême. Variantes : Bourgois (59, 62, 76), Bourgoy (71), Bourguois. Matronymes : Bourgeoise, Bourgoise (14, 50). Diminutifs : Bourgeoisat, Bourgeoiset (Champagne, Bourgogne). En composition : Bourgeois de Boynes, Bourgeois de Lavergne, Bourgeois de Moléron, Bourgeois dit Dessus, Bourgeois-Dessus, Bourgeois du Marais, Bourgeois-Armurier, Bourgeois-Gavardin, Bourgeois-Jacquet, Bourgeois-K’Maur, Bourgeois-Moine, Bourgeois-Philipet, Bourgeois-Philippet, Bourgeois-Pin, Bourgeois-République, Bourgeois-Romain.
Bourgery Le nom est porté dans les Ardennes et s’écrit aussi Bourgerie. Il s’agit certainement d’un toponyme, mais celui-ci est inconnu dans les Ardennes. Il existe de nombreux lieux appelés la Bourgerie, la Bourgeraie, mais ils se situent en Basse-Normandie et dans le Centre. À noter, entre autres, la petite commune de Bourgeray (28). Le toponyme semble formé à partir du nom de personne féminin germanique Bourge, assez courant dans les régions évoquées.
Bourges Avec un accent sur le E, ce serait l’équivalent catalan ou occitan de Bourgeois. Mais l’accent semble absent dans la plupart des cas rencontrés. Aussi, il s’agit sans doute de personnes originaires de la ville de Bourges.
Bourget Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée (le) Bourget (= le petit bourg), toponyme très fréquent en France. C’est dans le Maine-et-Loire et en Vendée que le nom de famille est le plus répandu. Diminutifs : Bourgeteau, Bourgetel, Bourgetelle, Bourgetil, Bourgeton.
Bourgin C’est dans la Loire que le nom est le plus répandu. Il peut s’agir d’un toponyme, diminutif de “bourg”, mais on pensera surtout à une variante du nom de personne Bourguin (voir ce nom).
Bourgne Le nom correspond à l’occitan “bornha”, variante de “borna”, qui désigne un creux, une cavité, également une source ou un ruisseau. Le nom de famille est notamment porté dans la Drôme et le Puy-de-Dôme, département où un hameau s’appelle la Bourgne (Vernet-la-Varenne). Dérivés : Bourgnet (16), Bourgnon (23), Bourgnou, Bourgnoux (46).
Bourgneuf Surtout porté dans la Mayenne, désigne celui qui est originaire du Bourgneuf (= le bourg neuf), nom d’une commune du même département. Le toponyme est très fréquent en France : c’est aussi le nom de deux autres communes (44, 73), et de nombreux hameaux.
Bourgninaud Porté dans la Creuse, c’est une variante de Bourguinaud (= originaire de Bourgogne), due sans doute à une lecture fautive du u.
Bourgogne Le nom désigne celui qui est originaire de Bourgogne. On le rencontre notamment en Haute-Saône, mais aussi en terre bourguignonne (21, 71). Etymologie : latin tardif Burgundia, le territoire des Burgondes. Dérivés : Bourgognon, Bourgoignon, Bourgognat (Auvergne, Berry), Bourgougnon, Bourgounion (Bourbonnais).
Bourgoin, Bourgouin Désigne le plus souvent celui qui est originaire de Bourgogne. Peut éventuellement dans des cas précis s’appliquer à celui qui est originaire de Bourgoin (commune de l’Isère). À envisager aussi le nom de personne germanique Burgwin (burg = forteresse + win = ami).
Bourgoise Le nom est porté dans la Manche. On le rencontre sous la forme Bourgeoise dans le Calvados. C’est un matronyme formé sur Bourgeois.
Bourgueil Surtout porté dans l’Indre-et-Loire et les départements voisins, désigne celui qui est originaire de Bourgueil, dans le même département.
Bourguelat Nom très rare rencontré à Coudray (45) depuis la fin du XVIIIe siècle. Difficile de se prononcer sans données antérieures, car il peut s’agir d’un nom dont la graphie s’est modifiée. Parmi les possibilités, notons Bourgelas, lieu-dit à Sost (65), qui semble à l’origine des noms de famille Bourgela, Bourgelas et Bourgelat.
Bourguet Porté en pays occitan (30, 40, 81 notamment), c’est un toponyme, diminutif de bourg (= le petit bourg).
Bourguignon Désigne celui qui est originaire de Bourgogne. Très répandu dans de nombreuses régions de France, on trouve le nom surtout dans les Ardennes et la Moselle.
Bourguin C’est dans les Ardennes et les départements voisins que le nom est le plus répandu, on le rencontre aussi dans le Morbihan. Il semble s’agir d’un nom de personne germanique, Burgwin (burg = forteresse + win = ami). À envisager aussi le surnom d’un Bourguignon (variante de Bourgoin).
Bourhis Nom fréquent dans le Finistère. Il correspond au breton bourc’his, qui signifie bourgeois, autrement dit l’habitant du bourg par rapport aux hameaux voisins. Un sens politico-social n’est cependant pas exclu (voir Bourgeois). Variantes : Bourghis, Le Bourhis.
Bouriane Egalement écrit Bourianes, Bourianne, Bouriannes, Bourriane, Bourrianne (et sans doute aussi Bouriames), le nom désigne celui qui est originaire de la Bouriane, région du Lot. Outre le Lot, c’est dans l’Ariège et l’Aude que l’on rencontre les diverses formes de ce nom.
Bouriant Surtout porté dans le Cher, parfois dans l’Allier (variante : Bouriand, forme ancienne : Bourian), c’est un nom de sens incertain. Peut-être un toponyme : il existe un ancien manoir de Bouriand, mais en Bretagne (Bédée, 35). On peut aussi penser à la région du Lot appelée “la Bouriane” ou “Pays bourian”. Mais rien de tout cela ne nous rapproche du Cher.
Bouriau Le nom est surtout porté dans l’Ouest (44, 85). Variantes : Bouriaud (44,87, 16), Bouriault (18, 86), Bouriaux (71, 87), Bourieau (85, 17), toutes ces formes se rencontrant aussi avec deux r : Bourriau, Bourriaud, Bourriaux, Bourrieau. A noter aussi les formes Bouriel, Bourriel (35). Plusieurs possibilités : soit une petite ferme (diminutif de bourie, variante de borie), soit un nom lié à la bourre ou à la bure. Voir aussi Bourel.
Bourie Variante de Borie (voir ce nom), le nom de famille est surtout porté dans les Pyrénées-Atlantiques. En composition : Bourie-Habaillou.
Bourigault Nom porté dans le Maine-et-Loire et la Sarthe. Variantes : Bourigau (72, 33), Bourigaud (44, 53), Bourigaut (37), Bourigeau (33), Bourigeaud (16, 87), Bourrigaud (33, 17, 85), Bourrigault (49, 72, 37). Il faut sans doute le rattacher à Bourrin, un terme qui a désigné l’âne dans ces régions (à rapprocher de l’occitan borro, borra). Formes voisines : Bouriquet, Bourriquet (23). Signification : soit celui qui est têtu comme un âne, soit un ânier.
Bourilhon Le nom, rare, est aujourd’hui porté dans le Var et le Gard. On me signale sa présence autrefois dans le Sud-Ouest (47). On le rencontre sous la forme Bourillon dans le Loiret et la Sarthe. Le nom paraît désigner celui qui fabrique la bourre (éventuellement un bourrelier) ou la bure. Mais il existe aussi en toponymie : un cours d’eau du Loiret s’appelle le Bourillon.
Bourineau Le nom est surtout porté dans la Vienne. On peut en faire un diminutif de “bourine” (= petite maison rurale, surtout en Vendée), mais on pensera plutôt à un diminutif de Bourin, Bourrin (voir ce nom).
Bouriot Nom surtout porté en Franche-Comté (25,70). C’est une contraction de Bourillot (Bourgogne), patronyme de sens incertain mais qui paraît venir de bourril, terme qui a désigné toute étoffe présentée sous forme de flocons, et notamment la bourre. Peut-être le surnom d’un bourrelier. La forme Bourriot se rencontre dans la même région mais aussi en Aquitaine, où elle semble renvoyer au hameau de Bourriot à Lugaut (40).
Bourjade Nom surtout porté dans le Tarn et dans l’Aude. Désigne celui qui habite un lieu-dit (la) Bourjade, équivalent du français bourgade. A noter qu’un hameau de l’Ardèche s’appelle la Bourjade (commune de Saint-Pierre-Saint-Jean).
Bourlard Rencontré surtout dans l’Oise et dans le Nord (variante : Bourlart), désigne soit celui qui tient une massue (picard bourle), soit un personnage moqueur, trompeur (ancien français borle = raillerie, tromperie). On rencontre dans la même région le patronyme Bourle.
Bourlès Malgré les apparences (finale -ès), il s’agit d’un nom breton. Selon Deshayes (dictionnaire des noms de famille bretons), il s’agit d’un surnom désignant celui qui a une forte voix.
Bourlier Contraction de bourrelier (nom de métier). Le nom se rencontre notamment dans la Haute-Marne et dans la Sarthe.
Bourlieux Nom porté dans le Morbihan. Aucune certitude quant à la signification. Peut-être le surnom d’un homme rusé, moqueur (ancien français burle = moquerie).
Bourlion Nom porté dans le Rhône et l’Isère, rencontré aussi dans les Deux-Sèvres. Sens incertain : il existe des hameaux appelés Bourlion à Étoile-sur-Rhône (26) et à Gond-Pontouvre (16), reste à savoir si le toponyme est antérieur au nom de famille ou si c’est l’inverse. A noter un autre hameau appelé Bourlione à Corbas (69), le nom de famille Bourlione et sa variante Bourlionne existant d’ailleurs aussi. Voir également Bourlon.
Bourlon Nom porté dans la Marne, ainsi que dans la Somme et le Nord-Pas-de-Calais. Désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. On pensera en particulier à une commune du Pas-de-Calais, mais le toponyme se rencontre aussi en Belgique sous la forme Borlon. Sens incertain : pour la commune de Bourlon, la première mention connue (Burislono, 878) laisse penser qu’on a affaire à un nom de personne germanique, peut-être Busilo.
Bourlot Le nom est surtout porté dans la Creuse (variantes : Bourliot, Bourliout). Dérivé : Bourloton (86, 79, 16). Il semble que ce soit un diminutif de Bourel (voir ce nom).
Bourmaud Le nom est porté dans l’Ouest, notamment en Vendée. Variantes : Bourmault, Bourmaut (72), Bourmeau (85), Bourmeaux (22). Sens incertain. Il est tentant d’en faire une variante de Bourneau, nom d’une commune de Vendée (et nom de famille), toponyme dérivé de bourne (= source, conduit d’eau). Le dictionnaire de M.T. Morlet penche pour un dérivé de bourbe (= bourbier, marécage).
Bournaison Nom rare porté dans la Meuse. Apparemment un dérivé de bournais, bournois, qui désignait en ancien français une terre argileuse, glaiseuse.
Bourne Porté dans l’Isère, c’est un toponyme, variante de Borne (voir ce nom). En composition : Bourne-Branchu, Bourne-Chastel.
Bourneix Porté dans le Limousin (Corrèze notamment), c’est l’équivalent de Bournet, diminutif de Bourne, Borne, terme désignant une source dans le Massif Central. Il existe un hameau appelé le Bourneix à Darnets (19), on trouve aussi des hameaux en Dordogne (Nanthiat, Saint-Saud-Lacoussière, Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac) ou dans la Haute-Vienne (Le Chalard).
Bournet Diminutif de “borna”, nom occitan d’origine celtique, voire pré-celtique, qui désigne une source, un ruisseau, mais qui peut aussi avoir le sens de cavité. Le nom de famille est porté dans les Pyrénées-Orientales et l’Aude, ainsi qu’en Auvergne.
Bournier Surtout porté dans le Puy-de-Dôme, le nom était aussi présent autrefois en Haute-Savoie, on le rencontre également en Franche-Comté et en Languedoc. En Haute-Savoie et en Franche-Comté, c’est une variante de Burnier (voir ce nom). Ailleurs, il en est peut-être de même, mais on pensera aussi à un nom de métier (celui qui creuse, occitan “bornaire”).
Bourniole Peut-être un dérivé de borne (voir Bournet), à moins qu’il y ait un rapport avec l’adjectif borgne (borni). Autre possibilité, un matronyme formé sur le patronyme Borniol, qui semble d’origine latine (Burnius > *Burniolus).
Bournisien Porté dans le Pas-de-Calais, en Picardie et en Seine-Maritime, le nom s’écrit aussi Bournissien, Bournizien. Il semble désigner celui qui est originaire du Boulonnais (voir Boulnois), la forme primitive étant alors Boulnisien. De la même façon, le Ternois a donné naissance au nom Ternisien.
Bournonville Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans les Ardennes. Désigne celui qui est originaire de la commune de Bournonville (62). Sens du toponyme : le domaine appartenant à Bornulf, nom de personne d’origine germanique. Variantes : Bornoville, Bournouville, Bournoville.
Bouron Un nom caractéristique de la Vendée, même si on peut le trouver dans d’autres régions. Selon le dictionnaire de M.T. Morlet, il s’agit d’un nom de personne d’origine germanique, Boro, Borano, qui signifie né, engendré. Dans certains cas, il faut cependant penser aussi à une variante de Buron (= grande cabane en pierres sèches).
Bourquard Nom porté dans le Territoire de Belfort et dans le Doubs. Matronyme : Bourquarde. Diminutif : Bourquardez. C’est un nom de personne d’origine germanique, Burghard (burg = forteresse + hard = dur). Variantes : Bourcard (68), Burkard, Burkardt, Burkart, Burkarth, Burkhaert, Burkhard, Burkhardt, Burkhart (Alsace-Lorraine surtout, sauf Burkhaert).
Bourque Surtout porté dans le Doubs, également présent au Québec, c’est une probable variante de Bourg (voir ce nom).
Bourquin Nom surtout porté en Franche-Comté et dans les Vosges. C’est un dérivé du germanique “burg” (= forteresse), sans doute utilisé comme nom de personne, et qui devrait être l’équivalent de Bourgain, Burguin (Burgwin : burg + win = ami). S’il vient du Nord, il peut aussi correspondre au néerlandais Boerkens (dérivé de boer = paysan).
Bourras Nom porté à la fois dans les Landes et en Bourgogne (71). Pour le sens voir Borras. Variante : Bouras.
Bourrassol Diminutif rare de Bourras (voir Borras) porté dans la Lozère et la Haute-Loire.
Bourrat Même problème que pour Borras (voir ce nom). Il faut y voir soit un individu fabriquant ou vendant de la bure (ou encore de la bourre), soit un nom de personne d’origine germanique (bod = messager + rad = conseil).
Bourré Nom de personne d’origine germanique, Bodrad (bod = messager + rad = conseil).
Bourreau Le nom est fréquent dans les Deux-Sèvres et dans les départements du Centre et de la Loire (37, 41, 49). On peut certes y voir un bourreau, mais il faut plutôt en faire une variante de Bourrel (11, 81, 34), qui semble avoir été un nom de baptême au Moyen Âge (voir Borreil). Le rapport avec la bourre ou la bure, souvent mentionné par les dictionnaires spécialisés, ne semble pas convenir, vu la fréquence du patronyme. Variante : Boureau (37, 85, 79).
Bourrelly Nom porté en Provence. C’est un nom de métier, celui de bourrelier. On trouve de nombreuses variantes dans le même secteur géographique : Bourreli, Bourrelli, Borelli, Borelly, Borrelli, Borrelly, Borreli, Borrely.
Bourret Peut-être une variante de Bourrat, mais le suffixe diminutif semble indiquer autre chose. Pourquoi pas le petit d’un animal, le mot signifiant “veau” près du Massif Central et parfois “agneau” ailleurs ? Il existe aussi un adjectif occitan “borret”, qui signifie de couleur noirâtre. A noter enfin qu’il peut s’agir d’un toponyme : une commune s’appelle Bourret dans le Tarn-et-Garonne, ainsi qu’une rivière dans les Landes. Le nom de famille est présent dans toute la France du Sud, mais c’est dans l’Ardèche et le Vaucluse qu’il est le plus fréquent.
Bourriague Nom porté dans le Sud-Ouest, notamment dans le Lot-et-Garonne. La finale gasconne -ague (éventuellement basque) laisse penser qu’il s’agit d’un nom de lieu associé à un végétal : peut-être des meules de blé de ou de foin (occitan burra), mais ce n’est qu’une hypothèse. A noter le hameau du Bouriage à Peyrillat-et-Millac (24).
Bourrier Le nom correspond au métier de bourrelier. On le rencontre en Languedoc (30, 34, 48) mais aussi en Haute-Marne. Avec le même sens : Bourriez (62).
Bourrin Le nom est surtout porté dans la Loire et les départements voisins (07, 69). Variante : Bourin (03). Son sens est incertain. Il faut sans doute le rattacher au latin “burrus” (= roux), qui a aussi été utilisé comme nom de personne. Dérivés : Bourinat (23), Bourineau (86), Bourinel (24), Bourinet (16, 87, 86), Bourrinet (24, 86).
Bourrion Nom surtout porté en Moselle. Semble un diminutif de Bourry, nom de personne d’origine germanique équivalent de Baudry (voir ce nom).
Bourset C’est dans l’Ardèche que le nom est le plus répandu. Il désigne en principe un fabricant ou un marchand de bourses. Mais il peut aussi s’agir d’un toponyme évoquant un bois (sans doute une saulaie), nom de divers hameaux dans l’Ain, la Nièvre et la Haute-Saône.
Boursicot, Boursiquot Le nom boursicot désigne au moyen âge une petite bourse, et plus particulièrement la poche qui figurait à l’avant des braies portées par les hommes. On peut penser un surnom donné à un fabricant de bourses ou de braies, ou encore à une allusion grivoise au contenu du boursicot. C’est dans le Morbihan que le nom Boursicot est le plus répandu (variante Boursico). Quant aux Boursiquot, plus rares, on les trouve en Charente-Maritime. Variantes : Boursicaud (87), Boursicaut (44, 56), et sans doute Boursigaux (02).
Boursier Originaire du Centre (18), le nom désigne un fabricant ou un marchand de bourses.
Boursignon Diminutif de bourse. Quelques actes anciens semblent situer l’origine du nom dans le Cher. Sans doute un surnom désignant un marchand de bourses.
Boursin On rencontre le nom surtout dans le Pas-de-Calais et dans l’Yonne. Sans doute le surnom d’un fabricant de bourses. Variante : Bourcin (53, 88, 42).
Boursoul Semble désigner celui qui est originaire de Boursoul , hameau à Ploubazlanec (22). Autres possibilités : Boursul à Bono (56), et la commune de Bourseul (22).
Bourteel, Bourteele Nom porté dans le département du Nord. Sens incertain, mais on peut penser à une variante régionale de noms commençant par Bert- (allemand berht = brillant).
Bourtguize Porté par des juifs originaires d’Afrique du Nord, le nom se rencontre aussi sous la forme Portuguez, et désigne celui qui vient du Portugal. On rencontrait aussi les variantes Bourdeguise et Boudegiz, le b initial remplaçant le p, inconnu de la langue arabe.
Bourton Le nom est porté en Belgique, on le rencontre aussi en France (54, 59). Il est plus courant sous la forme Burton (variante : Burtont) et désigne en principe un Breton (métathèse du r).
Boury Le nom est assez fréquent à la fois dans l’Indre et dans la Somme. Dans ce département, on pensera surtout à celui qui est originaire de Boury-en-Vexin (60), éventuellement du hameau du Boury à Origny-en-Thiérache (02). Pour l’Indre, un hameau s’appelle le Petit Boury à Déols (36), il y a également le Boury à Ardon (45). Signification pour Bourry-en-Vexin : le domaine de Burrius, nom d’homme latin.
Bous Surtout porté en Seine-Maritime et dans le Nord, c’est un nom de personne d’origine germanique, Boso (racine bos = mauvais, méchant).
Bouscail Le nom, très rare, est porté dans les Pyrénées-Orientales (variantes : Buscail, Buscaill), mais les plus anciennes mentions connues le situent dans l’Aude. À noter aussi la variante Bouscal, portée dans l’Aveyron. Il désigne un petit bois, ou encore le menu bois dont on fait les fagots. De nombreux hameaux et bois du Rouergue s’appellent “le Bouscal”. Diminutifs : Bouscaillou, Bouscailloux (24, 47).
Bouscatel Surtout porté dans la Haute-Garonne, désigne celui qui est originaire du Bouscatel, nom de plusieurs hameaux dans le Cantal et le Sud-Ouest. Dans la Haute-Garonne, il en existe dans les communes de Gauré, Saint-Pierre-de-Lages et Péchabou. Sens du toponyme : le petit bois (diminutif de Bouscat).
Bouscaud Le nom est surtout porté dans la Gironde. Variantes : Bouscau, Bouscaut. C’est un toponyme avec le sens de buisson, petit bois.
Bousch Surtout porté dans la Moselle, c’est une forme un peu francisée de l’allemand Busch, toponyme désignant un bois, un bosquet, un buisson.
Bouschbacher Originaire d’une localité s’appelant au départ Buschbach (= la rivière du bois). Il existe en Allemagne plusieurs communes nommées Buchbach, mais le nom Bouschbacher, rencontré surtout en Moselle, renvoie plutôt à la commune de Bousbach dans ce même département, tout près de la Sarre.
Bousez La finale -ez semble montrer que le nom vient du Nord. C’est un nom de personne d’origine germanique : soit un diminutif de Bos, Bozo (= mauvais , méchant), tout comme Bouset ou Bouset, soit le nom Bozhari (bos = mauvais + hari = armée).
Bouskila Le nom vient de l’arabe shakila(t), désignant une rouelle, pièce de tissu que les juifs portaient sur leur vêtement au Moyen Âge en France et en Afrique du Nord. Bouskila signifie donc ‘l’homme à la rouelle’, le nom étant porté par des juifs d’Afrique du Nord. Variantes : Bouchekila, Bouskela, Bouskelha, Bousquila.
Bousoltane Désigne en arabe le père (préfixe bou-) de Soltane, autre forme de Sultan, nom de personne qui signifie “roi, seigneur” (sulTân).
Bousquau Nom porté en Béarn, diminutif de Bousque (bosc = bois), désignant un petit bois. Donc celui qui habite un lieu-dit (le) Bousquau ou qui est originaire d’une localité ainsi appelée. On trouve plus fréquemment le forme Bouscat.
Bousquet, Bosquet Diminutif de Bosc(h), bois, avec le suffixe -et. Nom très fréquent dans l’Aveyron, et plus généralement en Languedoc et en Roussillon.
Bousquier Le nom est surtout porté dans le Gard. On trouve la forme similaire Bousquié dans l’Aveyron. Autre variante : Bosquier (48). Dérivé de l’occitan “bosc” (= bois), il peut désigner celui qui vit ou travaille dans les bois, un bûcheron, mais on envisagera aussi un toponyme avec le sens de “lieu boisé”, à rapprocher des formes féminines Bousquière, Bousquières (12, 30).
Boussac Voir Bouzac.
Boussange, Boussanges Nom porté dans l’Allier et la Creuse, également présent dans le Nord. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Boussange(s). Un hameau s’appelle Boussange à Gandrange (57), un autre Boussanges à Reterre (23). C’est ce dernier hameau qui semble le berceau de la plupart des porteurs du nom. Sens du toponyme : le domaine de Buccius (nom latin) ou de Boso (nom germanique).
Boussard Voir Bossard pour le sens. Le nom est surtout porté dans le Finistère et la Sarthe. Variante : Boussart (59). Diminutif : Boussardon (Limousin).
Boussargues Désigne celui qui est originaire de Boussargues, nom de hameaux à Pont-Saint-Esprit et à Sabran (30), également lieu-dit à Argelliers (34).
Boussarie Le nom est surtout porté dans la Dordogne, tout comme sa variante Bousserie (autre variante : Boussery). Il désigne celui qui est originaire de la Boussarie, nom de deux hameaux ou lieux-dits en Dordogne : à Neuvic et à Villars. Sens du toponyme : soit un lieu où pousse le buis, ou encore un lieu buissonneux, soit le domaine ou la ferme de celui qui s’appelle Boussier (nom de famille rencontré parfois dans cette région).
Boussaye Le nom désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit La Boussaye. C’est le nom de deux hameaux à Crouzilles (37) et à Prinçay (86). Sens probable du toponyme : lieu buissonneux.
Bousseau Le nom est assez fréquent en Vendée et dans les départements voisins. Il devrait s’agir d’un diminutif de Bousse, nom de personne d’origine germanique formé sur la racine bos (= méchant, mauvais). Variantes : Boussau, Boussaud, Boussault, Boussaut, Bousseaud.
Bousselet Porté notamment dans l’Orne, c’est un probable diminutif de Bousseau (voir ce nom). Avec d’autres suffixes : Bousselot (57), Bousselin (55).
Boussey Nom assez rare, rencontré dans des régions assez diverses. C’est en Bourgogne qu’il semble le plus présent, et il y désigne celui qui est originaire de la commune de Boussey. Sens du toponyme : lieu où pousse le buis (autre possibilité : domaine de Buccius). Le toponyme est très fréquent, on trouve aussi en Savoie la variante Bussey.
Boussez Nom porté dans le Sud-Ouest (64). Variante : Bousses, Boussès (32, 40, 65). C’est un toponyme désignant un lieu où pousse le buis. A noter, entre autres, des hameaux à Caumont et à Noilhan, dans le Gers.
Boussière, Boussières Nom porté dans le Sud-Ouest et dans l’Hérault. Désigne celui qui est originaire de (la) Boussière, (les) Boussières, toponyme assez fréquent évoquant un lieu où pousse le buis.
Boussillon Le nom est trop rare pour qu’on puisse connaître avec certitude son origine géographique, même s’il paraît localisé dans le Bordelais. Il renvoie à un nom de hameau ou de lieu-dit. On trouve deux hameaux appelés le Boussillon dans la Haute-Loire (Pinols et Saint-Germain-Laprade), et un troisième à Buisson (Vaucluse). Sens du toponyme : sans doute un diminutif de buisson.
Boussin Nom de famille rencontré surtout dans l’Ille-et-Vilaine. Pourrait désigner celui qui est originaire du hameau du Boussin dans la commune du Buret (53), mais rien ne dit que le toponyme ne soit pas issu du nom de famille. À envisager un nom de personne d’origine germanique (Bosin, racine boso = mauvais, méchant), ou encore le surnom d’un bossu (sens possible pour le nom Bossin, porté dans l’Indre-et-Loire).
Boussingault Il s’agit d’un nom d’origine germanique, dont les dictionnaires pensent qu’il correspondrait à un ancien nom de lieu-dit. BOSIN est un nom qui pourrait être formé sur BOS (= méchant), et GAULT vient de WALD (= bois, forêt), avec palatalisation du W en G.
Boussion Désigne celui qui est originaire de Boussion, hameau à Trémentines (49) ou des Boussions à Thoiré-sur-Dinan (72). C’est d’ailleurs dans ces deux départements que le nom est le plus répandu. Signification : sans doute une variante ou un diminutif de buisson.
Boussiquet Nom porté dans l’Indre-et-Loire et la Vienne. C’est une forme altérée de Boursiquet, de même que Boussicaud, Boussicault, Boussicot sont des variantes de Boursicaud, Boursicault, Boursicot. Pour le sens, voir Boursicot.
Boussiron C’est en Charente que le nom est le plus répandu. Il semble s’agir d’un toponyme vendéen : il existe des hameaux ainsi appelés à La Pommeraie-sur-Sèvre (le Haut Boussiron et le Bas Boussiron) et à Saint-Malô-du-Bois (la Bretonnière Boussiron). Reste à savoir le sens précis du mot, et si le nom de famille n’a pas précédé le nom de lieu (auquel cas il pourrait s’agir d’un dérivé de bosse, busse = tonneau).
Boussogne Porté autrefois dans la Haute-Vienne, devrait être un toponyme avec le sens de lieu buissonneux ou encore lieu où pousse le buis. Un bois s’appelle la Boussougne à Bassignac-le-Haut (19).
Bousson Le nom est notamment porté dans le Jura et l’Isère, on le rencontre aussi en Suisse. Tout comme le savoyard Bosson, c’est un toponyme désignant un buisson ou un bosquet (sens attesté en Savoie pour bosson). Le toponyme est également présent en Bourgogne, où un hameau s’appelle le Bousson à Quarré-les-Tombes (89).
Boussougant Nom porté dans les Côtes-d’Armor, dont la forme ancienne Boussougan est attestée à Pommerit-Jaudy (22) depuis le début du XVIIe siècle. Autres formes anciennes : Boutsougan, Boutzougan. Sens obscur. Si on considère les deux dernières formes, il pourrait s’agir d’un toponyme dont le premier élément serait “bod” (= demeure), d’autant que la finale -ougan pourrait correspondre à l’ancien nom de personne breton Ogan(t). Mais il n’y a aucun lieu qui corresponde, donc mieux vaut s’abstenir.
Boussuge Désigne celui qui est originaire de Boussuges, hameau situé au Montat, dans le Lot. C’est dans le Cantal que le nom est le plus répandu. Variantes : Boussuges, Boussugue, cette dernière forme correspondant plutôt à un hameau du Gard (Le Vigan). Sens du toponyme : lieu buissonneux, couvert de fourrés, ou bien terrain bosselé.
Bouster Le nom est surtout porté en Moselle. Variante ancienne : Boustert. Sens incertain. Il existe un lieu-dit Bousters (également écrit Busters) à Achen (57), c’est sans doute une piste. Formes voisines : Buster, Bustert (71).
Boutade Porté en Dordogne, le nom s’écrit aussi Laboutade. Il devrait désigner celui qui est originaire de La Boutade, hameau à Auriac-du-Périgord (24). Le mot (occitan “botada”) désigne un ruisseau d’arrosage, une écluse, un réservoir de moulin.
Boutantin Nom surtout porté dans l’Aisne. C’est un diminutif de Boutant (patronyme rencontré pour sa part en Charente), qui semble devoir être rattaché au verbe bouter (= frapper, pousser, mettre). Difficile d’en comprendre le sens exact. Autre possibilité, un nom de personne d’origine germanique qui serait formé à partir de la racine bod, bot (= messager).
Boutard Nom de personne d’origine germanique, Bodhard (bod = messager + hard = dur), porté dans le Loir-et-Cher et dans l’Ouest (44, 72, 76). On le rencontre également sous la forme Botard (77, 45), mais les variantes les plus fréquentes sont Bodard et Boudard.
Boutault Nom de personne d’origine germanique, Botwald (bod = messager + waldan = gouverner), porté notamment dans la Vienne et la Nièvre. Autres formes : Boutau (33), Boutaud (87, 86, 36), Boutaut (16, 58), Bouteau (44, 86, 36), Bouteaud (36), Bouteaux (89, 79, 59). Diminutifs : Boutaudon, Boutaudou (87, 24, 16).
Boutboul Variante du nom Aboutboul (voir Abitbol). Autres formes : Botbol, Botebol, Botebole.

Retour à la page d’accueil du dictionnaire