A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par B

Ba-Banguillot
Banhares-Bascou
Bascourt-Beauregard
Beaurepaire-Benavente
Benayoun-Berouard
Béroudia-Bienvenu
Bière-Blomme
Bloncourt-Bonventre
Bonvila-Bouillon
Bouin-Boutboul
Bouteculet-Breuque
Breure-Bruteul
Brutus-Bystry


Banhares, Banharès Le nom paraît venir de l’Aveyron. Il désigne sans doute de celui qui est originaire d’un lieu-dit (à localiser géographiquement) où il y a des bains (sources thermales), l’équivalent du pyrénéen Bagnères.
Banks Nom de famille anglais. Désigne celui qui habite un lieu-dit Bank(s), toponyme ayant le sens de remblai, petite butte, ou encore de bord de rivière.
Bannholtzer Nom allemand qui en France est porté dans l’Aube (variante : Banholtzer). Autres formes, en Alsace ou en Allemagne : Banholzer, Bannholzer. Signification : celui qui habite un lieu appelé Bannholz, terme désignant un bois réservé au seigneur. Deux communes allemandes portent ce nom, l’une en Bavière, l’autre en Bade-Wurtemberg.
Bannier Nom fréquent en Bretagne (22). Désigne en principe le héraut chargé de proclamer les bans. On peut aussi envisager un rapprochement avec le breton banner (= lanceur), mais cela paraît moins probable. Variantes : Banner, Le Banner, Le Bannier.
Bannwarth Porté notamment dans le Haut-Rhin, le nom a dû désigner une sorte de garde-champêtre (celui qui garde le ban, territoire de la commune). Variante : Bannwart (qui signifie garde-champêtre en allemand moderne). Formes francisées : Bangard, Bangert.
Banon Le nom a deux souches différentes. L’une dans les Alpes-de-Haute-Provence, où c’est un toponyme, nom d’une commune de ce département (étymologie incertaine : peut-être une racine celtique qu’on retrouve dans l’occitan “bana” = pointe, corne, peut-être le nom de personne germanique Bano). L’autre souche se trouve en Lorraine, en particulier dans les Vosges, où le nom de famille est attesté depuis le XVIe siècle. M.-T. Morlet propose un dérivé de “banne” (= corbeille), mais on pensera aussi au nom de personne germanique Bano, Banno, qu’on retrouve dans la commune de Bannoncourt (55).
Banquart Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l’Oise, pourrait être le surnom d’un charretier (ancien français bancart = banc de chariot, puis chariot, tombereau). Variantes : Banckaert, Bancquart.
Banquet C’est dans le Sud-Ouest que le nom a toujours été le plus répandu, en particulier dans le Tarn et en Aquitaine. Il devrait s’agir d’un toponyme (plusieurs hameaux s’appellent Le Banquet), diminutif de “banc”, sans doute avec le sens de bande de terre cultivée, plate-bande (sens attesté par F. Mistral) ou élévation de terre le long d’un chemin. À envisager secondairement un petit banc ou une métaphore pour désigner un dolmen.
Banroques Porté dans l’Aveyron, désigne celui qui est originaire de Banroques, hameau à Entraygues-sur-Truyère (12).
Bansac Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Bansac, peut-être la commune de Bansat, dans le Puy-de-Dôme.
Bansept Patronyme porté en Alsace et dans les Vosges. C’est une contraction de Bandesapt, désignant celui qui est originaire de Ban-de-Sapt, nom d’une commune des Vosges. Signification : “Ban” désigne une circonscription administrative féodale (terme fréquent en Lorraine), et “Sapt” évoque le sapin. Variante : Banzet (l’équivalence des noms Bandesapt, Bansept, Banzet est attestée par plusieurs actes du XVIIIe siècle).
Bansillon Le nom, également écrit Banssillon, est surtout porté dans le Rhône. C’est une variante de Bancillon, Bancilhon (voir Bancel pour le sens).
Bantegnie Nom porté dans le département du Nord. Variantes : Bantegnies, Bantegny, Banteignie, Banteigny, Bantignie, Bantignies, Bantigny. Il désigne celui qui est originaire de Bantigny, commune du même département. Mentionné sous la forme Bantineis en 1064, le toponyme désigne le domaine de Banto, nom de personne d’origine germanique (avec double suffixe -iniacas).
Bantresque Sobriquet relativement rare, qui semble représenter une personne au ventre rebondi. Le mot ventresca, qui désigne les boyaux, les tripes, est en effet souvent employé dans ce sens : Mira aquell home, quina ventresca que té ! (cité par Alcover-Moll).
Bantze Egalement Bantz, Bantzen, le nom est porté dans le Bas-Rhin et la Moselle. On trouve les formes Banz et Banze dans le Haut-Rhin. Selon M.T. Morlet, c’est un nom de personne d’origine germanique, Banzo (racine band, bant = lien).
Banus Porté en Gironde, paraît être une variante soit de Banos, nom de famille landais renvoyant à la commune de Banos (40), soit de Banuls (64), nom de famille et toponyme évoquant un étang (voir Banyuls).
Banyuls Porté dans les Pyrénées-Orientales, désigne celui qui est originaire de Banyuls (Banyuls-sur-Mer sans doute, éventuellement Banyuls-des-Aspres). Signification du toponyme : étang, marécage (la plupart des lieux portant ce nom ou un nom voisin ont possédé ou possèdent un étang).
Bapst Renconté en Alsace-Lorraine, c’est une déformation de Papst, qui signifie pape en allemand. Comme pour tous les noms de dignités, plusieurs interprétations sont possibles : sobriquet ironique pour une personne aux allures trop solennelles, nom donné au vainqueur d’un jeu, et la liste n’est pas close. Variantes : Babst, Papst.
Bapt Le nom est considéré comme une apocope de Baptiste. On le rencontre en Auvergne et dans le Limousin. On le trouve aussi dans l’Est, où c’est une variante de Bapst (voir ce nom).
Baptiste Nom de baptême, évidemment, qui renvoie à Jean-Baptiste. Le nom est surtout répandu à la Réunion, dans l’Allier et en Lorraine. On le rencontre aussi dans les Pyrénées-Orientales, porté le plus souvent par des familles gitanes. Formes similaires : Baptist (59), Baptista (84, 971, sans doute francisation de l’italien Battista), Baptisto (974), Baptistus (971). En composition : Baptiste dit Alcidran (92), Baptiste-Joseph-Augustin (34), Baptiste-Gissot (81). Diminutifs : Baptistin (971), Baptistini.
Baqué Forme du Sud-Ouest correspondant à vaquer, vacher = gardien de vaches.
Baquedano Graphie castillane du nom basque Bakedano. C’est un toponyme, nom d’une localité en Navarre. Je n’en connais pas la signification.
Baquet Nom surtout porté dans la Somme. Variantes : Bacuet, Bacuez, et surtout Bacquet, Bacquez (62). C’est un surnom évoquant un petit bac (bateau pour traverser un cours d’eau), qui désigne soit un passeur, soit un lieu.
Baquiast Nom de famille rare. Pourrait désigner celui qui est originaire du Baquiat, hameau à Castéra-Verduzan, dans le Gers. Le patronyme Basquiat, encore plus rare, semble en être une variante par métathèse.
Bar C’est dans le département du Nord que le nom est le plus répandu. Il s’agit d’un toponyme fréquent (dans cette région on pensera notamment à une commune des Ardennes), qui correspond à une racine oronymique *barr, avec le sens de sommet, hauteur. Le nom de famille est également présent dans les Alpes (Savoie, Piémont), où il a le même sens (“bar” = sommet en dialecte du Val d’Aoste).
Bara Nom assez courant dans le département du Nord et en Belgique. Serait le surnom d’un homme rusé, trompeur (ancien français barat = ruse, tromperie). A noter aussi le wallon bara (= bélier). Bara est également un nom de personne arabe (barâ’ = pur, dérivé Baraoui). C’est aussi un nom polonais (soit hypocoristique de Bartlomiej, soit dérivé de l’allemand Bär = ours). Quelques Bara enfin en Italie (signification obscure).
Baraban Le nom est porté dans la Meurthe-et-Moselle, où il est attesté au moins depuis la fin du XVIe siècle. Variantes rares : Barabant, Barraban, Barraband, rencontrées dans des régions diverses. M.-T. Morlet fait de ce nom une variante de Barrabas, nom de personne hébreu porté par le brigand gracié au détriment du Christ. Il est vrai que le nom de famille Barabas est également porté en Lorraine, mais on peut s’étonner qu des gens aient porté un tel patronyme (sauf s’ils ont joué le rôle de Barrabas dans des mystères). La solution est peut-être ailleurs. Au Moyen Âge le mot “baraban” a désigné une sorte de chaudron ou de timbale (sur laquelle on frappait pour annoncer quelque chose), et on notera qu’en occitan le mot “barraban” a eu le sens de fripon, maquignon, lourdaud (sens attestés dans d’autres régions).
Barabé, Barrabé Nom porté presque exclusivement en Normandie (76) qui semble être une déformation de Barnabé, sous l’influence de Barabas (le brigand qui fut libéré à la place de Jésus). Barnabé (un lévite chypriote dont le premier nom fut Joseph) était le compagnon de prédication de saint Paul. Son nom signifierait fils (bar) de prophétie (nabwh), plutôt que fils de consolation, comme le laissent penser les textes religieux.
Barachin Le nom est mentionné dans la Vienne au XVIe siècle. On le trouve aussi dans le Tarn-et-Garonne et en Haute-Savoie, où il est plus fréquent sous la forme Barrachin (variante : Barrachim). On trouve dans l’Aisne la forme Baraquin. On pensera à l’ancien français barraquin (sorte de vase ou de plat), mais aussi à un diminutif de baraca, barraca (cabane, baraque).
Baradat serait une variante de Baladat, lieu entouré de fossés.
Baradel Nom italien porté en Vénétie et dans le Frioul, rencontré aussi sous la forme Baradello. Il faut sans doute le rapprocher de Baratelli, nom porté dans la province de Varese, et en faire un dérivé de Baratto (voir ce nom).
Barage Nom assez rare rencontré en particulier dans la Nièvre, la Haute-Vienne (variante : Barrage) et la Seine-et-Marne. C’est soit le surnom de celui qui percevait le droit de barrage (droit de passage prélevé sur les denrées), soit un toponyme évoquant le lieu où se percevait ce droit.
Baragnon Nom rare qui semble venir du Gers, où l’on trouve aussi la forme Baragnes. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Baragnon, nom d’un hameau à Montbartier (82). Pour Baragnes, on pensera à des hameaux à Auvillar et Escazeaux (82) ou à Miradoux (32). Sens du toponyme : lieu clôturé (occitan baranha = haie).
Barajas Nom d’origine espagnole. Désigne celui qui est originaire de Barajas, nom de diverses localités, notamment dans les provinces de Cuenca et de Madrid. Sens du toponyme : pourrait se rattacher au latin tardif varalia (= lieu clôturé), mais c’est loin d’être une certitude.
Baral Le nom est surtout porté dans l’Ardèche, département où un cours d’eau s’appelle le Baral. Il y a cependant de fortes chances pour que Baral soit ici une variante de Barral ou de Béral (voir ces noms). A noter le hameau du Barral à Gilhoc-sur-Ormèze (07).
Baralle Surtout porté dans le département du Nord, désigne celui qui est originaire de Baralle, localité du Pas-de-Calais. Le toponyme (Barala au XIe siècle) pourrait avoir le sens de lieu clôturé selon Dauzat et Rostaing.
Barallon Porté dans la Loire et la Haute-Loire, le nom s’écrit aussi Baralon, Barrallon, Barralon. C’est sans doute un toponyme, diminutif de “barralh” (= enclos, palissade en occitan). Le terme “barralhon” peut aussi désigner un banc de sable à l’extrémité d’une rivière. Un dérivé de “barral” (= tonneau) est possible, mais plus improbable.
Barambones Assez rare, le nom est porté en Espagne. Son sens m’est inconnu. Peut-être un dérivé filiatif (suffixe -es) d’un ancien prénom qui aurait été Barambon (attesté à quelques reprises) et qui pourrait être d’origine germanique.
Baran Très répandu en Pologne, le nom signifie “bélier” en polonais, surnom possible pour un homme violent, emporté, ou encore surnom métonymique d’un berger.
Baranger Variante de Béranger (voir ce nom) rencontrée essentiellement dans le Maine-et-Loire.
Baranowski Nom polonais : celui qui est originaire de la localité de Baranow (toponyme très fréquent en Pologne formé sur baran = mouton).
Baraque En principe, le nom désignait dans le Sud et le Sud-Ouest un abri de berger ou de paysan, souvent en pierres sèches, et donc celui qui y séjournait.
Baras, Barras Le nom se rencontre parfois dans le Lot, mais c’est dans le Nord qu’il est le plus fréquent. Dans ce dernier département, il semble correspondre à l’ancien français barat (= ruse, tromperie). Dans le Lot, on pensera éventuellement à un toponyme (avec le sens d’éperon rocheux ou de barrière). Dans tous les cas, le sens du patronyme demeure à mon avis très incertain.
Baratchart Egalement Baratchar, Baratciart. Nom basque désignant sans doute le lieu situé entre, parmi (-arte) les jardins (baratze).
Baratchegaray Nom basque désignant le jardin (baratze) situé en haut (garai).
Barate Il n’y a en principe dans ce nom catalan aucun rapport avec le beurre (le mot français baratte n’existe que depuis le XVIe siècle). Il faut le rattacher au verbe catalan baratar (= échanger, faire du troc), ou plutôt au nom occitan barata (= échange, mais aussi tromperie). Il est fort possible que ce soit un surnom appliqué à quelqu’un de très roublard.
Baratte Nom assez répandu dans le Nord et en Normandie. Il faut le rattacher à l’ancien français barat (= ruse, tromperie, fourberie), et y voir un surnom donné à un personnage rusé. Le sens actuel (récipient pour faire le beurre) ne date que du XVIe siècle (première attestation en 1549).
Baratto Nom italien surtout porté dans le nord du pays (Vénétie), également présent dans la région napolitaine. On trouve le pluriel filiatif Baratti en Lombardie. Il désigne celui qui fait du troc, qui vend des choses de peu de valeur (italien “baratto”). Sont également présents en Italie (et en France), avec un sens sans doute similaire : Barat (Vénétie), Barattieri (Lombardie), Barattero, Baratteri (Piémont), Barattino (Piémont), Barattini (Ligurie, Toscane, Emilie-Romagne), Barattolo (Campanie), Barattola (Marseille). Par contre, le nom Baratta (rare, mais existe dans toute la péninsule), a en principe le sens de dispute, rixe, également tromperie. Il peut être à l’origine de certains des dérivés ci-dessus.
Baratz Porté par des Juifs askhénazes souvent roumains, le nom pourrait désigner celui qui est originaire de Barateaz, en Roumanie. Une autre solution en fait un acronyme de Bar Rabi Tzadok (le fils du rabbin Tzadok, forme yiddish nom de personne hébreu Zadok = juste, sincère).
Barazer Nom porté en Bretagne. Variantes : Barazeur, Le Barazer. Désigne un tonnelier (sens conservé en breton moderne).
Barba Le nom paraît tout simple, et on a vite fait d’y voir un sobriquet donné à un barbu, ce qui est d’ailleurs exact en Espagne ou en Italie, où le nom est assez courant. Mais en France, c’est dans l’Aisne et la Moselle qu’il est le plus répandu. Il faut donc pour ces régions lui donner une autre interprétation : soit un matronyme correspondant à Barbera (sainte Barbe, très populaire dans le nord de la France et en Belgique), soit un toponyme. Il existe en effet une localité appelée Barba dans la province de Namur, et une rivière des Vosges porte aussi ce nom.
Barbagelata Essentiellement porté en Corse et en Ligurie (variante : Barbagelatta), le nom signifie en italien ‘barbe gelée’, curieux surnom dont l’explication n’est pas évidente (on pense généralement à une barbe blanche).
Barbaise Porté dans les Ardennes (variante : Barbaize), désigne celui qui est originaire de Barbaise, commune du même département. Signification probable du toponyme : le domaine de Barbatius, nom d’homme latin.
Barbana Nom italien porté dans le Frioul. Il désigne celui qui est originaire de la petite île de Barbana, située dans la commune de Grado (province de Gorizia). Barbana possède un sanctuaire dédié à la Vierge, lieu de pèlerinage très connu dans cette région.
Barbance Le nom est surtout porté dans l’Aveyron, où il paraît correspondre à un toponyme : un hameau s’appelle Barbance à Espeyrac (12), on trouve d’autres lieux-dits dans le Cantal. Je n’en connais pas le sens.
Barbançon Nom porté notamment en Charente-Maritime. C’est une forme avec métathèse de Brabançon (= originaire du Brabant). Variantes : Barbanchon (14, 61), Barbanson (48), et peut-être Barbason (08).
Barbant Le nom est surtout porté dans la Haute-Vienne. Il pourrait très bien désigner celui qui est originaire de Saint-Barbant, nom d’une commune de ce département. On précisera qu’il n’y a jamais eu le moindre saint Barbant, et que le village s’est d’abord appelé Sainte-Barbe (Barban étant le cas-régime médiéval de Barbe). A noter aussi qu’un hameau s’appelle Barbant à Saint-Laurent (23), et que le nom de famille est également porté dans la Haute-Saône. Autre solution : celui qui est originaire du Brabant (avec métathèse du r).
Barbara Porté notamment dans l’Yonne et dans les Vosges, le nom renvoie au prénom féminin Barbe (du latin barbarus = barbare), popularisé par sainte Barbe, chrétienne enfermée dans une tour de son château par son père et décapitée par celui-ci. Sa tour ayant échappé à l’incendie et à la foudre, sainte Barbe est la patronne des pompiers et des artilleurs.
Barbary Le nom a toujours été fréquent en Dordogne, on le rencontre aussi dans le Nord et en Belgique (variantes : Barbry, Barbery). C’est le plus souvent une variante de Barbarin (86, 17), lui-même diminutif de Barbare (80, 59). Ce dernier nom correspond au latin “barbarus” (= étranger, barbare) et a dû être utilisé comme nom de personne (Barbarus est un cognomen latin, Barbaro un prénom italien). Autres diminutifs et dérivés : Barbaran, Barbarand, Barbarant (18), Barbaras (57, 68), Barbarat (03), Barbaray, Barbarey (76), Barbareau (85), Barbarel (01), Barbaret (58, 69), Barbarit (85), Barbaron (33, 82), Barbarot (54, 57, 76), Barbarou (82), Barbaroux (13, 83). La forme Barbari peut être une variante de Barbary, mais c’est aussi le pluriel italien de Barbaro. Certaines des formes citées ci-dessus pourraient être des toponymes.
Barbason C’est dans les Ardennes que le nom est le plus porté (également 51, 21). Le dictionnaire de M.T. Morlet propose un dérivé de Barbas, surnom donné à un barbu. Pourrait être plutôt, comme Barbanson, une forme avec métathèse de Brabançon (originaire du Brabant).
Barbat Le nom est assez fréquent dans le Puy-de-Dôme. Il correspond au latin “barbatus” (= barbu), soit comme surnom, soit comme nom de personne (il existe un saint Barbat, évêque de Bénévent au VIIe siècle). À noter aussi qu’un hameau s’appelle Barbat à Vollore-Ville (63).
Barbaudy Porté dans les Pyrénées-Atlantiques, le nom désigne un barbu selon M.T. Morlet. On envisagera aussi un diminutif de Balbaud (31), nom qui devrait signifier “bègue”.
Barbaza Le nom est surtout porté dans l’Aude. Tout comme Barbazan (65, 66, 31), il désigne celui qui est originaire de Barbazan, nom de communes dans les Hautes-Pyrénées et la Haute-Garonne. Signification probable du toponyme : le domaine de Barbatius, nom d’homme latin. À noter que Barbazan et sa variante Barbasan ont été utilisés comme prénoms, puis noms de famille, en Artois et en Belgique : peut-être faut-il y voir un lien avec le personnage nommé Barbasan, qui apparaît dans les ballades de Christine de Pisan, et qui correspond à Arnauld Guillem de Barbazan, gouverneur de Champagne, de Brie et de Laonnais au début du XVe siècle.
Barbazange Porté en Corrèze (variantes : Barbazanges, Barbezange, Barbesange, Barbasange), désigne celui qui est originaire de Barbazanges, nom de hameaux à Chaumeil et à Saint-Victour (19). Signification probable : le domaine de Barbatius, nom d’homme latin.
Barbé Nom béarnais qui désigne un barbier.
Barbeau Sans doute le surnom d’un porteur de barbiche (ancien français barbel, diminutif de barbe). Le patronyme est fréquent dans l’Ouest (85, 79, 49). Variantes : Barbault, Barbeaud, Barbeault. On trouve dans d’autres régions les formes Barbau, Barbaut, Barbaux (59, 62) et Barbeaux (39, 88).
Barbecannes Nom porté dans le Lot-et-Garonne, où il s’écrit aussi Barbecanne. On trouve dans les Landes les formes similaires Barbacane et Barbacanne. On a affaire à un toponyme renvoyant au mot “barbacane”, élément avancé de fortification souvent de forme semi-circulaire. Un hameau s’appelle Barbacanne à Mant (40). Il existe aussi un lieu-dit “la Barbacane” à Cahors.
Barbedienne Nom surtout porté en Bretagne (22, 56). La définition donnée par Dauzat semble la bonne : surnom attribué à celui qui prononçait souvent le juron “barbedienne”, forme atténuée de “barbedieu” (par la barbe de Dieu). De la même façon, on employait “pardenne” (parguienne chez Molière) pour dire “pardieu”. Les formes Barbedet et Barbedette (35, 44, 53) pourraient avoir le même sens.
Barbéoc’h Nom porté dans le Finistère, écrit aussi Barbéoch. Sens incertain. A. Deshayes évoque ce qu’écrivait dans les années 1900 Joseph Loth, qui décomposait le nom en barw (= barbe) + buoc’h (= vache). Autrement dit ‘barbe de vache’, un sobriquet qui n’est pas bien clair.
Barbera, Barberà Egalement écrit Barbarà, ce nom désigne celui qui est originaire de Barberà del Vallès, localité de Catalogne. Sens du toponyme : le domaine de Barbarius, nom d’homme latin.
Barbereau Le nom est souvent considéré comme un diminutif de “barbier”. A noter cependant qu’il est surtout porté en Vendée, où on trouve aussi la forme Barbareau, dont il paraît être une variante (voir Barbary pour le sens). Variante : Barberaud (17).
Barbères Le nom est notamment porté dans le Sud-Ouest. On le trouve sous les formes Berbère et Berbères dans le Lot-et-Garonne. Autre variante : Barbère (33). C’est un toponyme assez fréquent depuis la région toulousaine jusqu’à la Vendée (plusieurs hameaux, notamment dans la Haute-Garonne sous la forme La Barbère). Signification obscure. Le rapport avec le prénom féminin Barbe (également Barbera, Barbara) est tentant, mais rien ne dit que ce soit la bonne solution.
Barberousse Porté dans le Cher, fait partie des surnoms permettant d’identifier un individu par une caractéristique de sa barbe. On trouve en Bourgogne la forme Barbenoire (21), qui devient Barbanegre en Gascogne (64). Blanchebarbe et Brunebarbe se rencontrent pour leur part en Picardie. Plus surprenant, Barbedroite, porté dans l’Eure-et-Loir.
Barbet Fréquent dans de nombreuses régions, le nom est surtout porté dans le Nord et dans la Sarthe. C’est un diminutif de barbe, surnom donné à un barbu. Variantes : Barbey (Normandie), Barbez (Nord). En composition, on recontre le nom Barbet-Massin, où Massin est un diminutif de Thomas.
Barbezier Porté dans le Gard et l’Hérault, le nom correspond à l’ancien occitan “berbiguièr”, désignant un berger. Avec le même sens : Barbizier, Berbezier, Berbichier, Berbigier, Berbiguié, Berbiguier, Berbizier.
Barbier Nom de famille très fréquent correspondant au métier de barbier (celui-ci s’occupait de la barbe, mais pratiquait aussi la petite chirurgie). Le métier est attesté au XIIIe siècle.
Barbieri D’origine corse ou italienne, le nom correspond au métier de barbier. Variantes : Barbiero, Barbero, Barberi. Forme latinisée : Barberis.
Barbillon Porté en Lorraine, désigne le porteur d’une barbe ou d’une barbiche. Formes voisines : Barbillat (18, 54), Barbillot.
Barbin Sobriquet désignant un homme barbu. C’est un diminutif (*barbinus) formé sur le latin barba. Le nom est fréquent notamment en Loire-Atlantique et en Savoie.
Barbiot Porté dans le Lot (variante Barbio) et dans la Nièvre, pourrait désigner, tout comme Barbot (35, 86), celui qui a des difficultés d’élocution. A noter cependant que tous ces noms sont aussi des toponymes évoquant un lieu boueux, où l’on patauge.
Barbissou Nom rencontré dans le Périgord. C’est un diminutif de Barbis, Barby, désignant une personne barbue.
Barboteu Peut-être un sobriquet ayant désigné une personne qui bredouille, qui articule mal. C’est en tout cas le sens du verbe barbeter, barboter en ancien français. Le nom semble occitan, et correspond au français Barboteau, Barbotteau. A noter qu’au Moyen Âge la barbote était aussi une barque munie d’un pont, mais la première mention ne date que du XIVe siècle. Autre solution : un toponyme avec le sens de lieu boueux, où l’on patauge. A noter le hameau de Barboteux à Figarol (31). Enfin, il convient de noter que Barbot est aussi un nom de personne médiéval (Barbotus dans divers cartulaires), ce qui pourrait être la meilleure explication : voir Barbotin.
Barbotin Le nom est fréquent dans l’Ille-et-Vilaine et la Vienne, on le rencontre plus généralement dans l’Ouest (mais il est aussi présent dans le Nord). Variante : Barbottin (36, 86). C’est un diminutif de Barbot (35, 86). On peut envisager un sobriquet pour celui qui bredouille (voir Barboteu), mais il faut savoir que Barbot et Barbotin sont des noms de personnes (prénoms) assez courants au Moyen Âge, attestés à plusieurs reprises dans le cartulaire de Redon et les divers cartulaires d’Angers (cartulaire noir, cartulaire de Saint-Aubin) sous les formes Barbotus, Barbotinus. C’est donc cette solution qu’il faut surtout retenir (reste à préciser l’étymologie du prénom, qui semble venir du latin “barba” = barbe). La forme Barbotte (Bourgogne) est soit une variante de Barbot, soit un matronyme (Barbota est également attesté comme prénom féminin). À noter les noms de famille italiens Barbotto (Piémont) et Barbotti (à Ancône, dans les Marches), dont le sens m’est inconnu mais qui paraissent avoir la même origine.
Barbudeau Nom rare porté dans la Haute-Vienne. C’est un diminutif de Barbud (30), Barbut (07, 48, 24), surnom donné à un barbu. Variantes : Berbudeau, Berbuteau (17).
Barby Peut-être un sobriquet désignant un homme barbu. Le nom semble venir de l’Ariège, ou encore de la Dordogne, et serait alors une variante du français Barbin. On trouve aussi des Barby en Allemagne, mais l’origine n’est sans doute pas la même (une commune d’Allemagne s’appelle Barby). À envisager aussi, et peut-être surtout, le nom de personne latin Balbinus, à l’origine de Bauby, nom également porté dans l’Ariège.
Barcanan Aucune idée sur ce nom très rare, dont je n’arrive pas à trouver l’origine géographique.
Barcelo Nom catalan. Désigne celui qui est originaire de Barcelone, Barceló étant une forme masculinisée de Barcelona.
Barcilon Nom rare porté dans le Vaucluse. Paraît désigner celui qui est originaire de la Barcillonne, hameau à Beaumes-de-Venise (84).
Barcons Le nom est porté en Catalogne, notamment dans la région de Barcelone. Il devrait s’agir d’une variante de Bracons, nom de famille et toponyme (il existe un col de Bracons dans la serra d’Aiats). Le sens en est obscur, selon le dictionnaire d’Alcover-Moll.
Bard Porté notamment dans l’Ardèche, la Haute-Loire et le Puy-de-Dôme, c’est le plus souvent un toponyme, nom de plusieurs hameaux. Signification : glaise, argile, boue. Il peut aussi s’agir d’un nom de personne d’origine germanique, Bardo (racine bard = hache de guerre pour les uns, géant pour les autres).
Bardaille Nom rare rencontré dans le Nord-Pas-de-Calais, de sens obscur. A rapprocher peut-être du picard berdale, sobriquet donné à celui qui a un gros ventre.
Bardasaryan Nom arménien assez rare, dont la forme la plus courante est Baghdassarian. Autres graphies : Baghdasarian, Bagdassarian, Baghdassaryan, Bardasarian, Bardassarian. C’est un dérivé filiatif (suffixe -ian) du nom de personne Baghdassar (= Balthazar, voir Baltazar pour plus de précisions).
Bardetis Surtout fréquent à Baixas, semble une forme latinisée de Bardet, pour lequel les interprétations ne manquent pas. J’en retiendrai deux : un diminutif du nom de personne d’origine germanique Bard (Bardo, dont la racine pourrait être bart = hache, en tant qu’arme). Un diminutif de l’occitan barda (= bât), désignant peut-être un bourrelier.
Bardiaux Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais ainsi que dans le Puy-de-Dôme. C’est en principe un nom de personne d’origine germanique, formé sur Bardo (racine bard = hache de guerre). On pensera aussi à l’ancien français ‘bardeau’, sorte de mesure (Godefroy). Variante : Bardiau (71, 58).
Bardin C’est dans le Cher que le nom est le plus répandu, mais on le trouve aussi dans plusieurs autres régions. C’est un diminutif de Bardo, nom de personne d’origine germanique (racine bard = hache de guerre pour les uns, géant pour les autres).
Bardon Fréquent en Corrèze et en Dordogne (également 85, 44), c’est le cas-régime du nom de personne d’origine germanique Bardo (racine barta = hache de guerre)
Bardot Nom fréquent dans l’Allier mais aussi dans l’Est (88, 90). Sans doute dans la plupart des cas un diminutif de Bard, Bart, nom de personne d’origine germanique (barta = hache). Il peut cependant s’agir parfois d’un toponyme (cf le hameau du Bardot à Senaide, dans les Vosges), avec le sens de terrain argileux
Bardou Nom rencontré dans la France méridionale (81, 34). On peut le rapprocher de Bardoux, nom de personne d’origine germanique (voir ce nom), mais il s’agit aussi d’un toponyme, dérivé de l’occitan bard (= la boue). Il y a d’ailleurs en Dordogne un village qui s’appelle Bardou. A noter cependant l’existence d’un lieu-dit La Chapelle-Saint-Bardou à Rians (18), qui me pousse en définitive à préférer un nom de personne, mais de façon très timide.
Bardoul Nom de personne d’origine germanique (voir Bardoux) porté dans l’Ouest (35, 49 notamment). Variante : Bardoult (22). Diminutifs : Bardoulat (16, 87), Bardoulaud (23), Bardouleau, Bardoureau (37), Bardoulet (60, 19).
Bardoux C’est dans la Somme que le nom est le plus répandu, mais on le trouve également dans d’autres régions. Il s’agit d’un nom de personne d’origine germanique, Bardwulf (bard = hache ou géant + wulf = loup).
Bardu Nom surtout porté dans la Vienne et la Haute-Vienne. Pour le sens, voir Bardou et Bardoux. Le nom existe aussi en Bretagne (29), mais il paraît être arrivé tardivement dans cette région.
Bardus Très rare, le nom se rencontre en Charente-Maritime et en Guadeloupe. Apparemment une forme latinisée de Bardu, Bardou (voir ces noms).
Bardy Nom de personne d’origine germanique, Bardinus, formé sur Bardo (voir Bardou), avec le suffixe -inus.
Baré Le nom est surtout porté dans les Ardennes et s’écrit aussi Barré. On le rencontre également en Belgique. Il devrait correspondre à l’adjectif “bar(r)é”, qui avait en ancien français le sens de “rayé, bigarré”. C’est en particulier le surnom qu’on avait donné aux carmes, lors de l’arrivée de ces religieux en France, à cause de leurs vêtements bigarrés. Le nom de famille Barez (Nord, Belgique) devrait avoir la même origine.
Bareil Porté notamment dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales, pourrait désigner celui qui est originaire de Bareil, hameau à Carla-Bayle (09). Le nom de famille est également présent en Vendée. Sens incertain. Le toponyme ariégeois pourrait avoir le sens de petite vallée (voir Bareille).
Bareille Fréquent dans le Sud-Ouest (09, 64, 65, 40), le nom s’écrit aussi Bareilles, Bareilhe, Bareilhes. C’est un toponyme, peut-être avec le sens de petite vallée (voir Vareilles), mais on pensera aussi au gascon “barelha” avec le sens de gaulis (forêt intermédiaire entre le taillis et la futaie) ou encore de pente boisée. Une commune des Hautes-Pyrénées s’appelle Bareilles.
Barel Surtout porté dans la Loire et les Alpes-Maritimes, également très présent dans l’Ouest (35, 44), c’est le plus souvent un diminutif du nom de personne d’origine germanique Baro (racine ber = ours ou *bar = homme libre). Le nom Barrel (69, 73) devrait avoir le même sens. Cependant, dans les deux cas, on peut parfois envisager un toponyme (= lieu clôturé). Formes italiennes : Barella (matronyme), Barello, Barelli (Barèl est également présent en Vénétie).
Barelle Porté dans l’Oise et le Nord-Pas-de-Calais, c’est un nom de sens incertain. Un dérivé de “barre” semble à exclure. On pensera à l’ancien français “barele”, variante de “berele” (sorte de jeu, bataille, ébats amoureux). Le mot “barele” est également attesté avec le sens de jument.
Barentin C’est dans la Sarthe que le nom est le plus répandu (également 28, 61). Variante : Barantin. Il peut désigner celui qui est originaire de la commune de Barentin (76), ou encore du hameau du même nom à Meulers (76). Le sens du toponyme est incertain. On le rattache soit au nom d’homme latin Barus (Dauzat/Rostaing), soit au nom d’homme latin d’origine celtique Birrantinus (Nègre).
Barenton Surtout porté dans l’Aisne, le nom se rencontre aussi sous la forme Baranton (28). Il désigne celui qui est originaire de Barenton, nom de trois communes dans l’Aisne et d’une autre dans la Manche. A noter aussi des hameaux à Ancinnes (72) et à Malestroit (56). Le sens du toponyme est incertain. Dauzat et Rostaing y voyaient un dérivé du nom de personne latin Barus. Nègre pensait pour sa part à un dérivé du nom de personne celtique Birrantus.
Barès Difficile de trouver l’origine géographique du nom. Cependant, il semble méridional ou du moins occitan (variante de Barrès), et désignerait celui qui est originaire d’une localité nommée Barre ou la Barre, plusieurs communes portant ce nom (48, 81, mais aussi 50, 27, 70, 39. Cependant la finale -ès semble vraiment occitane).
Baret Fréquent à la Réunion, c’est dans l’Isère que le nom est le plus répandu en France métropolitaine. Il s’agit d’un diminutif du nom de personne d’origine germanique Baro (racine ber = ours), fréquent en Italie et en Corse sous les formes Baretto et Baretti (double diminutif : Barettini).
Baretge Porté dans les Pyrénées-Orientales, le nom désigne celui qui est originaire de Baretges, hameau à Saugnac-et-Cambran (40), ou encore de divers endroits appelée Barège(s), nom entre autres d’une commune des Hautes-Pyrénées (signification : petite vallée). Il y avait autrefois beaucoup de Baretge à Collioure, il en reste encore à Brouilla (66). Les noms rares Bretxa, Bretxe, autrefois Bretge, pourraient en être des variantes.
Bareth Nom porté en Lorraine (88, 54). Il faut sans doute le rattacher à l’allemand Bär (= ours), fréquent comme nom de personne au moyen âge.
Barets Nom de famille gascon porté notamment dans les Landes. Tout comme Bareit et Bareits, c’est un toponyme avec le sens de terre en friche (occitan “varèit”).
Barff Correspond au moyen anglais barwe, toponyme désignant une colline ou un tumulus (ancien anglais beorg).
Bargerie Nom rare porté en Corrèze. Sans doute l’équivalent de “bergerie”, et donc un toponyme devenu nom de famille. On trouve également en Limousin le nom de famille Barger. Attention cependant : en occitan “barger” peut aussi être l’équivalent de “vergier” (= verger).
Barguès Porté dans le Rouergue et le Quercy, le nom semble à rattacher à l’ancien occitan et catalan “barga”, désignant une meule de foin. A noter aussi le pluriel “bargues”, avec le sens de macque pour broyer le chanvre.
Bariani Le nom est porté en Corse, on le rencontre aussi dans le nord de l’Italie, notamment en Lombardie. Il devrait désigner celui qui est orignaire de la commune de Bariano (Lombardie, province de Bergame), éventuellement de Castelnovo Bariano (Vénétie).
Baribaud Le nom est porté en Poitou-Charentes et en Vendée. Variantes : Baribault, Baribeau, Baribeaud, Baribeaux, Barribaud, Barribault (à noter aussi les formes voisines Baribas et Barabeau). Sens incertain. L’origine pourrait être la même que pour Baraban (voir ce nom).
Barichou Nom rare porté dans la région toulousaine. C’est apparemment un diminutif de Baric (32, 82 notamment), qui a en gascon le sens de ‘baril, barrique’ (occitan barrica). On pensera notamment au surnom d’un homme ventru. Variantes : Barichon, Barrichon.
Barigand Nom rare porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Variante : Barigant. C’est une autre forme de Baligand (voir Baligean pour le sens).
Barigny Nom rare porté dans la Loire-Atlantique. Pourrait désigner celui qui est originaire de Barigné, hameau à Loué (72).
Baril Assez courant, le nom est porté notamment en Loire-Atlantique et en Seine-Maritime. Plusieurs possibilités : soit une métaphore pour un homme petit et rondouillard, soit une métonymie pour un tonnelier ou un bon buveur. Variante : Barril (38, 74). Le patronyme est à l’origine de nombreux dérivés : Barillat (74), Barillaud, Barrillaud (87), Barillaux (78), Barillé (44, 85), Barilleau (41, 17, 72), Barillec (29, 56), Bariller (49, 53, 72), Barillet (45, 28), Barilley (39), Barillier (37, 78), Barilliet (45, 94), Barilliot (69), Barillon (85), Barillou (17), Barilloux (69), Barilly (08, 62), Barrilier (35), Barrillier (77), Barrilliet (45), Barrilliez (10), Barrillio (56), Barrilliot (51, 52), Barrillon (05, 69, 37), Barrillot (69, 78).
Barillère Porté dans l’Ouest (44, 85, 16), désigne celui qui habite un lieu-dit la Barillère (le domaine d’un nommé Baril, éventuellement une tonnellerie). C’est en particulier le nom de hameaux à Ardelay (85) et à Mouzillon (44).
Barin Nom attesté dans des régions très diverses, notamment le Nord-Pas-de-Calais, le Poitou, la Savoie ou le Languedoc. Dans la plupart des cas, il devrait s’agir d’un ancien nom de personne (prénom), équivalent de Bénigne (voir Berain pour en savoir plus). Ainsi, une commune du Jura s’appelle Saint-Baraing, nom souvent écrit autrefois Saint-Barin. À noter que Barin est aussi un nom italien porté en Vénétie (on trouve également en Italie du Nord les formes Barina et Barini, et beaucoup plus rarement Barino). De Felice (voir bibliographie) rattache Barini à Barone (= baron), mais on n’oubliera pas que “barin” ou “berin” sont des mots désignant l’agneau dans les langues régionales du nord de l’Italie.
Bariou Le nom est porté dans le Finistère. C’est un ancien nom de personne, formé selon A. Deshayes sur la racine barr (= sommet) et qui a dû avoir le sens de ‘éminent’.
Baris Nom rencontré dans le Sud-Ouest (40, 64) qui semble correspondre à Barri, Barry, patronyme désignant celui qui habite le barri (équivalent du faubourg dans les langues occitanes).
Baritaud Nom porté en Poitou-Charentes, en Vendée et dans le Limousin. Variantes : Baritau, Baritault, Baritaut, Baritaux, Bariteau, Bariteaud, Baritheau, et sans doute aussi Baritel et Barithel (Normandie, Savoie), ou encore Barideau (37). Avec un autre suffixe : Bariton (63), Baritou (34). À noter aussi la présence du nom en Piémont sous la forme Baritello. Tous ces noms correspondent aux mots occitans “baruta”, “barutèl” (variantes : “baritel”, “balutel”), qui désignent un blutoir, tamis pour la farine. “Barutel” est parfois aussi attesté avec le sens de “moulin” (F. Mistral). On devrait donc avoir affaire au surnom d’un meunier, éventuellement à un toponyme évoquant un moulin.
Barjat Rare, le nom est porté dans la Loire. Il s’agit certainement d’un toponyme, peut-être une variante de Barjac, patronyme porté notamment dans la Lozère, nom de diverses communes (48, 30, 09). Signification probable : le domaine de Bargius, nom d’homme gaulois.
Barjon Le nom est notamment porté dans la Loire, l’Isère et la Drôme. Variante : Bargeon (63, 03, 38). Ce devrait être un dérivé de l’ancien français ‘barge’ (= meule de foin, et par extension hangar).
Barjot Surtout porté dans l’Yonne et dans la Nièvre, le nom pourrait être un dérivé de l’ancien français ‘barge’ (= meule de foin, et par extension hangar). Autre possibilité : surnom d’un batelier (ancien français bargot = petite barque).
Barkallah Porté notamment en Tunisie, fait partie des nombreux noms arabes terminés par Allah. Celui-ci signifie “que Dieu le bénisse, lui porte chance !”. Variantes : Barakallah, Barekallah.
Barkats, Barkatz Nom porté par des juifs d’Afrique du Nord. Correspond à l’arabe baraka(t) = bénédiction.
Barker En général, ce nom anglais correspond au métier de tanneur (bark = tan). Dans certains cas, il peut désigner un berger (déformation du nom français).
Barlahan Un nom rencontré en Normandie, mais qui semble une variante de Barlaam, Barlam (Sud-Ouest et Catalogne notamment, mais aussi Pays-Bas). Barlaam est un nom de personne araméen (signification possible : fils du peuple) popularisé par plusieurs saints. Le plus connu est un ermite de Mésopotamie fêté le 27 novembre, associé à saint Josaphat ou Joasaph : le roi Joasaph vivait prisonnier de son père dans une captivité pleine de délices, mais Barlaam le convertit et l’entraîna dans sa vie érémitique. Leur légende a été popularisée dans un roman grec du XIe siècle, traduit ensuite en latin et dans la plupart des langues européennes. Un autre Barlaam (fête le 19 novembre) aurait eu la main brûlée par des charbons ardents à Césarée en 304. Un troisième, plus tardif, était un moine basilien du XIVe siècle.
Barle Nom surtout porté en Bourgogne (58, 71), où le mot “barle” désigne un lieu pour parquer les bestiaux (source : Pégorier, voir bibliographie). Autre sens possible : tonnelet (Forez). On ne confondra pas ce nom avec Barles, qui est porté dans le Sud-Est et désigne celui qui est originaire de Barles (04).
Barlet Le nom est notamment porté dans la Loire et la Lozère, ainsi qu’en Savoie. Il semble que ce soit un toponyme (lieu où pousse le cresson, ancien français berle). On en fait parfois un diminutif de ‘baril’, surnom pour un homme ventru ou pour un fabricant de tonneaux. Formes italiennes : Barletta, Barletto, Barletti.
Barlinge Nom très rare dont on trouve quelques mentions dans le Lot et la Dordogne. Formes voisines, elles aussi très rares : Barlingue, Barlange, Barlangue. Il paraît s’agir d’un toponyme : un hameau s’appelle La Barlangue à Saint-Jean-le-Comtal (32). Sens incertain, même si un rapport semble possible avec l’occitan “barlac” (flaque, mare, bourbier).
Barmès, Barmes Le nom est surtout porté dans le Haut-Rhin. Il y est attesté depuis le début du XVIIIe siècle, reste à savoir s’il en est réellement originaire. Sens obscur. Une origine germanique le rapprocherait du mot “barm”, ayant désigné au Moyen Âge le bord d’une digue, d’une rivière. Une origine suisse pourrait renvoyer au savoyard “barme” (= grotte, variante de “balme”).
Barnave Porté dans la Drôme, désigne celui qui est originaire de Barnave, commune du même département. Le toponyme est formé des deux mots gaulois “barros” (= sommet) et “nava” (= vallée), et devrait évoquer une hauteur dominant une vallée. Les noms Barnavol et Barnavon, eux aussi présents dans la Drôme, désignent les habitants de Barnave. Un hameau s’appelle Les Barnavons à Bouvières (26).
Barnay Fréquent dans la Saône-et-Loire et la région lyonnaise (69, 42), désigne celui qui est originaire de Barnay, nom d’une commune de Saône-et-Loire.
Barneaud Le nom est surtout porté dans les Alpes-de-Haute-Provence. On le rencontre sous la forme Barneoud dans les Hautes-Alpes. Voir Bernaud pour le sens. Formes voisines : Barnaud (26), Barnault (45), Barnaux (49), Barnoud (38).
Barnerias, Barnieras Nom auvergnat. Il s’agit soit d’un diminutif, soit d’un nom de domaine formé sur le patronyme Barnier, qui est lui-même une variante de Bernier (voir ce nom).
Barnes Fréquent en Angleterre, c’est un toponyme évoquant un lieu où se trouve une grange, ou encore, par métonymie, celui qui travaille dans une grange. Il peut aussi s’agir d’une forme génitive de Barne, surnom qui semble désigner un jeune homme, ou encore un membre des classes les plus pauvres de la société.
Barnetche Nom basque porté dans les Pyrénées-Atlantiques (notamment à Hasparren). Comme beaucoup de patronymes basques, il évoque une caractéristique de la maison. Ici c’est la maison (etxe) située dans un lieu profond, encaissé, ou encore la maison située en bas (barne = lieu profond, situé tout en bas, ou encore situé à l’intérieur).
Barnier Fréquent dans l’Isère et dans la Drôme, c’est une variante de Bernier (voir ce nom). Forme italienne ou italianisée : Barnieri (originaire peut-être de Ligurie).
Barniol Nom porté dans la Haute-Garonne et en Catalogne. Il s’agit sans doute d’un toponyme équivalent à Verniol, Verniole (= bois d’aulnes, dérivé de l’occitan ou du catalan vern). On trouve par exemple la commune de Verniolle dans l’Ariège. La transformation du v en b est en effet très fréquente, de même que celle du e initial en a. Le patronyme Verniol existe dans le Cantal, et a pu se transformer en Barniol à la suite d’une migration en terre toulousaine ou plus au sud. Autre hypothèse, moins crédible, un nom de personne d’origine germanique (Berneold < Bernwald : bern = ours + wald < waldan = gouverner).
Barnoin Porté en Provence, le nom s’écrit aussi Barnouin. C’est un nom de personne d’origine germanique, Bernwin (bern = ours + win = ami).
Barnole On évoque en général un matronyme formé sur un nom de personne d’origine germanique : Ber(n) = ours + Wulf = loup (ou Wald = gouverner). Cette étymologie est douteuse, car je ne crois guère aux matronymes se développant sans que le patronyme soit représenté. Aussi faudrait-il envisager une autre hypothèse, et penser à un dérivé de vern (= aune), le suffixe -ola étant souvent utilisé pour former des noms de lieux. Donc, sans doute un lieu planté d’aunes.
Baroche Le nom est surtout porté dans la région parisienne et en Bourgogne (89, 71). Il désigne celui qui est originaire de (la) Baroche, nom d’une commune, La Baroche-sous-Lucé (61), et de divers hameaux en France. La commune de l’Orne est mentionnée en 1150 sous la forme Bazocha, qui correspond à l’ancien français basoche (= église, du latin basilica), croisé avec paroche (= paroisse).
Baroin Surtout porté dans la Saône-et-Loire (variante : Barouin), c’est un nom de personne d’origine germanique, Berowin (racines ber = ours et win = ami).
Barolle Nom porté en Haute-Saône. M.T. Morlet y voit un matronyme formé sur barol (= baril, surnom possible pour un marchand ou un fabricant, ou encore sobriquet pour une personne grosse). A noter cependant l’existence du mot comme toponyme, peut-être avec le sens de ‘barrière’. Il existe plusieurs hameaux Barolle dans le Lot-et-Garonne, également les Grandes et les Petites Barolles à Saint-Genis-Laval (69).
Baron Titre de noblesse employé comme sobriquet pour désigner une personne hautaine (ou encore celui qui était au service d’un baron, qui détenait des terres appartenant à un baron). Le mot avait cependant un autre sens au Moyen Âge, et pouvait désigner un homme, surtout considéré en tant que mari. Le patronyme doit correspondre à ce second sens dans de nombreux cas. A noter enfin que Baron peut aussi être un patronyme juif (forme contractée de Bar Aaron = le fils d’Aaron). Le nom de famille est très répandu en France, il est particulièrement présent en Bretagne et dans le Nord.
Barondeau Le nom est surtout porté à la limite du Bas-Rhin et des Vosges. Variante : Barondiot (forme ancienne : Barondiau). Il s’agit en principe d’un diminutif de Baron (voir ce nom), le d étant dû à l’influence de l’adjectif “rond”.
Baronnier Nom rencontré dans la région Rhône-Alpes. On le considère comme un diminutif de Baron, sobriquet s’appliquant à un homme fier, hautain (cependant le mot a longtemps désigné un homme brave, aux allures nobles, et il est difficile de savoir lequel des deux sens l’emporte ici). Une précision pour Baronnier : il pourrait s’agir de celui qui dépend d’un baron, ou encore de celui qui habite un lieu-dit le Baronnier, la Baronnière (le domaine de Baron ou du baron). A noter le hameau du Baronnier à Meys (69).
Barou C’est dans la Loire et les départements voisins que le nom est le plus répandu, on le rencontre aussi dans le Sud-Ouest. Dans cette dernière région, c’est une variante de Baron (voir ce nom). Dans le Forez, on pensera plutôt au nom de personne germanique Baro.
Barouch, Barouh Patronyme porté le plus souvent par des Juifs originaires d’Afrique du Nord. Correspond à l’hébreu barûkh (= béni).
Baroukhel Nom hébreu signifiant “béni de Dieu” (ou “Dieu bénit”) qui a été notamment été porté en Algérie (Oran). Variantes : Baroukel, Barouquel.
Baroux Nom porté dans le Pas-de-Calais et la Somme. C’est une variante de Beroux, nom de personne d’origine germanique (Berwulf : ber = ours + wulf = loup).
Baroz Porté notamment dans l’Isère (variante : Barroz), fait partie des nombreux dérivés de “barre” (= barrière) désignant souvent un lieu clôturé.
Barquin, Barquín Le nom désigne en espagnol un soufflet de forge, et a dû s’appliquer par métonymie à un forgeron.
Barra C’est le plus souvent un nom de famille italien, assez répandu en Piémont et en Campanie. Son sens devrait être identique au français Barre (voir ce nom). Mais il y a aussi des Barra en Belgique et dans le département du Nord, le nom étant alors une variante de Bara (voir ce nom, voir aussi Baras). À noter enfin quelques Barra ou Bara en Bretagne, où il s’agit d’un ancien nom de personne correspondant au vieux breton “bara” (= fureur, colère, source A. Deshayes).
Barrachon Nom difficle à situer géographiquement vu sa rareté, rencontré aussi sous la forme Barachon (03, 54), à rapprocher de Barrachin (74). M.T. Morlet évoque un marchand ou un fabricant de vases. Un dérivé de barraca ou baraca (= cabane) paraît être cependant une solution intéressante.
Barragué Porté notamment dans les Pyrénées-Orientales (Saint-Laurent-de-la-Salanque), le nom est d’origine béarnaise. On envisagera une variante de Barraqué (64, 65), terme qui devrait désigner soit l’habitant d’une baraque, soit celui qui qui construit des baraques (cabanes, souvent en pierres sèches). Mais il est possible que Barragué ait son propre sens, à rapprocher de baraguera (claie servant à fermer un parc, enclos).
Barraja Porté dans le Sud-Est, c’est un nom italien qui pourrait être d’origine sicilienne. Je n’en connais pas la signification.
Barral Fréquent dans tout le Languedoc, c’est un toponyme désignant un lieu clôturé, un enclos (occitan barralh). Variantes : Barrail, Barrailh. On peut aussi envisager dans certains cas un nom de personne d’origine germanique (voir Barrault).
Barrand Le nom est surtout porté dans le Doubs. C’est apparemment le participe présent du verbe barrer, mais difficile de savoir comment l’interpréter.
Barraquand, Barracand Nom porté dans la Drôme et l’Isère. Désigne celui qui fabrique ou vend du bouracan (ou baracan), grosse étoffe de laine. Le mot vient de l’arabe, c’est au départ une étoffe de poil de chameau. On rencontre aussi le nom Barracan dans les Bouches-du-Rhône.
Barratin Nom rare porté dans la région lyonnaise, plus fréquent sous la forme Baratin (42, 45, 89). Sans doute le surnom d’un homme rusé, trompeur (dérivé de l’occitan et de l’ancien français barat).
Barrau Le nom est surtout porté dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne. C’est une variante de Barral (voir ce nom), toponyme très fréquent en Languedoc ou de Barrault (voir ce nom).
Barrault Nom de personne d’origine germanique, Berwald (ber = ours + wald < waldan = gouverner), mentionné sous la forme Baroald en 693. C’est dans la Vienne, et plus généralement dans l’Ouest, que le nom est le plus répandu. Variantes : Barraud (71, 85), Barraut (71, 51), Barreau (85, 79, 81), Barreaud (17, 85, 79), Barreault (79, 37, 53). Variantes avec un seul r : Baraud (16, 85), Barault (71, 89, 86), Baraut (71), Bareaud (79), Bareault (49).
Barre Il s’agit à l’origine d’un toponyme, avec le sens de barrière, enclos, éventuellement éperon rocheux. Le nom Barre est très fréquent en Vendée, où se trouve une commune appelée La Barre-de-Monts.
Barré Porté dans le nord de la France, a dû désigner celui qui a un vêtement rayé, bigarré. C’est en particulier le nom qu’on a donné aux Carmes lors de leur arrivée en France (1259) à cause de leur vêtement bigarré de noir, de jaune et de blanc. Le nom Biarré semble en être une variante picarde.
Barreau Voir Barrault.
Barrère, Barrière, Barrera Désigne celui qui habitait près de la barrière, ou encore celui qui avait la charge de celle-ci. La barrière est en effet un élément essentiel de la vie économique médiévale, puisque c’est là que sont perçus les droits sur les marchandises entrant et sortant de la ville.
Barreres Nom catalan : voir Barrère.
Barrès Le nom semble venir de l’Aveyron ou de la Lozère. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Barre (peut-être Barre-des-Cévennes en Lozère). Sens du toponyme : sans doute un éperon rocheux (également lieu clôturé).
Barret Nom très courant, porté notamment dans l’Allier. Désigne celui qui habite un lieu-dit (le) Barret ou est originaire d’une localité portant ce nom. Sens du toponyme : voir Barrès.
Barreteau Diminutif de Barret (voir ce nom) fréquent en Vendée et dans les départements voisins.
Barrett Fréquent en Angleterre, le nom est de sens incertain. On pense souvent à un nom de personne d’origine germanique, équivalent du français Béraud (voir ce nom). Cependant, dans les textes anciens, on le rencontre le plus souvent sous la forme Barat, qui serait d’origine française (voir Baratte).
Barri Le nom se rencontre surtout en Limousin, tout comme sa variante Barris, également présente dans les Pyrénées-Orientales. Il désigne celui qui habite le lieu-dit (le) Barri. Sens du toponyme : le faubourg, le noyau d’habitation situé en dehors de la ville fortifiée.
Barriau Surtout porté dans l’Indre et les départements voisins (18, 23), également présent en Normandie, devrait être une variante de Barrault, éventuellement de Barral (voir ces noms). Formes similaires : Barriaud (23, 87), Barriault (89), Barriaux (14, 76).
Barrié Nom porté dans le Lot et le Tarn-et-Garonne, plus fréquent sous la forme Barrier (63, 37, 38, 73). A désigné celui qui avait la charge de la barre ou barrière, lieu où était perçu un droit de péage à l’entrée d’une ville ou d’un village.
Barrielle Le nom est porté en Provence (13, 84). Variantes : Barrièle, Barriel. C’est un toponyme (surtout rencontré dans le Gard) à rattacher sans doute à l’occitan barri (= faubourg).
Barrière Voir Barrère pour le sens. Le nom est fréquent, notamment dans la Haute-Vienne, la Dordogne et la Gironde. Variantes : Barrières (47, 87, 82), Barrieras (87, 64). Dérivé : Barriéraud (87). Forme italienne : Barriera (06, 83).
Barrin Le nom de famille semble se répartir sur trois foyers différents : d’une part le Nord-Pas-de-Calais, de l’autre le Poitou (86), et enfin la Provence (13, 83). Il était également porté autrefois en Bretagne (35, 44). On pensera à un diminutif de “barre”, avec le sens possible de “barrière”, mais il convient de rester prudent, d’autant que la signification n’est pas forcément la même selon les régions.
Barriol Surtout porté dans la Haute-Loire, c’est un toponyme désignant un petit faubourg (diminutif de l’occitan “barri” : groupe d’habitations situé juste au-delà des remparts, faubourg). A noter le hameau des Barriols dans la commune de Saint-Julien-Chapteuil (43), déjà mentionné en 1210.
Barrios Désigne celui qui habite un lieu-dit (los) Barrios ou en est originaire. Le toponyme, très fréquent, évoque un faubourg et pourrait venir de l’arabe bârrî (= extérieur). Variante : Barrio.
Barriquand Sans doute une variante de Barraquand (voir ce nom), le rapport avec le mot ‘barrique’ semblant douteux. Le nom est porté dans la Loire, tout comme sa variante Barriquant.
Barrois Assez fréquent dans la Marne et le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui est originaire du Barrois (région de Bar-le-Duc).
Barron Variante de Baron (voir ce nom) portée dans diverses régions (notamment 62, 79, 63).
Barroso Très fréquent en Espagne et au Portugal, désigne celui qui habite un lieu-dit ainsi appelé ou en est originaire. Le toponyme, lui aussi fréquent, correspond à l’adjectif “barroso” (= argileux). Avec le même sens : Barro, Barros, Barrosa.
Barrot Porté dans des régions assez variées, c’est dans le Vaucluse, le Gard et la Lozère que le nom est le plus répandu, ainsi que dans les Pyrénées-Atlantiques. C’est un diminutif du mot “barre”, mais il est difficile de savoir avec quel sens précis. Peut-être un oronyme évoquant une petite crête. On notera qu’en occitan un “barrot” est aussi une petite brique.
Barrow Désigne celui qui est originaire d’une des nombreuses localités anglaises portant ce nom. Signification la plus fréquente du toponyme : bosquet, bocage.
Barruet Le nom paraît originaire du Loiret. Il s’agit d’une variante de Berruyer, un nom qui désigne celui qui vient du Berry.
Barry Nom surtout porté dans le Gard et en Limousin. Désigne celui qui habite le lieu-dit (le) Barri. Sens du toponyme : le faubourg, le noyau d’habitation situé en dehors de la ville fortifiée.
Barry (2) Nom porté en Angleterre, où il a souvent le même sens qu’en français (= faubourg). Cependant, s’il vient d’Irlande, il peut s’agir d’une anglicisation du gaélique O’ Beargha (= descendant de Beargh, surnom qui signifie voleur, pillard) ou de O’ Baire (Baire = ancien nom de personne).
Barrymore Nom irlandais qui renvoie à l’ancienne baronnie et île de Barrymore (aujourd’hui the Great Island), dans le comté de Cork.
Barsac, Barsacq Nom assez fréquent dans les Landes, également présent dans l’Ardèche. Désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. On a le choix notamment entre Barsac dans la Gironde et un petit village du même nom dans la Drôme. Sens du toponyme : le domaine (suffixe -acum) de Barcios (nom de personne gaulois). Variantes : Barzac, Barzacq.
Barsive Très rare, le nom paraît originaire du Lot-et-Garonne, département où un hameau s’appelle Barsive(s) à Houeillès. Il semble possible que le toponyme soit à l’origine du nom de famille. Reste à en comprendre le sens.
Bart Fréquent dans le Nord-Pas-de-Calais et la Franche-Comté, c’est sans doute, tout comme Barth (Alsace-Lorraine) un hypocoristique de Barthélémy. Autre solution, proposée par M.T. Morlet : un nom de personne d’origine germanique, Bardo (racine barta = hache de guerre).
Bartaire Porté dans l’Eure-et-Loir, le nom était autrefois présent dans le Puy-de-Dôme et le Cantal, dont il paraît originaire (variantes : Bartayre, Barthaire, Bretaire). Le suffixe occitan -aire correspond le plus souvent à une activité, à un métier. Peut-être celui de briquetier (dérivé de bard = argile utilisée pour la confection des briques). A noter cependant l’existence d’un lieu-dit Barthaire à Saint-Poncy (15), qui pourrait être à l’origine du nom de famille (à moins bien sûr que ce ne soit l’inverse).
Bartali Diminutif italien de Bartolomeo (en français Barthélémy).
Bartalot Nom rare rencontré notamment dans les Landes (mais est-ce la région d’origine ?), plus fréquent sous la forme Barthalot (13). Forme voisine : Barthalou (64). On peut hésiter entre deux significations : soit un diminutif de Barthélémy, soit une variante de Berthelot (voir ce nom).
Barthalay, Berthalay Il s’agit en principe d’une forme courte du prénom Barthélémy, rencontrée essentiellement dans l’Isère. Variantes : Barthalais (38, 05), Barthelaix, Barthelas, Barthelat (03), Barthelay (69, 87), Berthalays (12).
Barthe, Barthes, Barthès Nom caractéristique du Sud-Ouest, qui est un toponyme désignant un buisson, un bosquet, un terrain couvert de broussailles. Origine obscure : peut-être une racine préromane bar (= pierre) ou barda (= boue, fange). De nombreux lieux-dits ou localités portent ce nom.
Barthélémy Nom de baptême popularisé par l’un des apôtres du Christ, dont le martyre aurait été particulièrement horrible, puisqu’il fut écorché vif. Vient de l’araméen Bar-Tolmaï (= fils de Tolmaï, grand-père biblique d’Absalon). Formes voisines : Barthélème (ou Barthélémé, Alsace), Barthélémi (Guyane, Var), Barthélémie (82), Barthelemio (13).
Barthelin Diminutif de Barthel (= Barthélémy) ou du nom d’origine germanique Bertaud. C’est dans le Loiret que le nom était apparemment le plus porté autrefois, mais on le rencontrait aussi en Lorraine. Autres diminutifs voisins : Barthelaix, Barthelas, Barthelat (03), Barthelay (69), Barthelet (25), Barthelon (38), Barthelot (30, 48, 45), Barthélémot (Bourgogne, Jura).
Barthère, Barthere Toponyme désignant un lieu broussailleux (voir Barthe), le nom est surtout porté dans le Sud-Ouest (31, 47). Variante : Barthères (32).
Barthez Le nom semble originaire du Tarn. Il désigne celui qui habite un lieu-dit la Barthe (voir ce nom).
Barthly Nom porté dans le Haut-Rhin. C’est un diminutif de Barthel (67, 68), hypocoristique de Barthélémy formé par apocope.
Bartholomé Porté en Alsace et en Savoie, c’est une des nombreuses formes du prénom Barthélémy (voir ce nom). Formes voisines : Bartholmé (Alsace), Bartholmey (Champagne), Bartholomaus (Alsace), Bartholomeus (Nord), Bartholomey (Bourgogne), Bartholomy (62). Diminutif : Bartholomot (70).
Bartholomew Forme anglaise ou flamande du prénom Barthélémy (voir ce nom).
Bartholus Nom porté notamment en Moselle. C’est une forme latinisée de Barthol (= Barthélémy).
Barthomeuf Une assez étonnante variante du nom de baptême Barthélémy, qui semble originaire de la Haute-Loire. J’avoue difficilement comprendre la présence du f final.
Barthonny Porté dans le Lot-et-Garonne, c’est un diminutif de Barthon (23), variante de Berthon (voir ce nom). Avec un autre suffixe : Barthonnet, Barthonet (23, 86).
Barthou Le nom est surtout porté dans le Lot-et-Garonne (variante : Bartou) et dans l’Hérault. C’est une variante de Berthou (voir ce nom). Autres formes : Barthout, Barthoux (Limousin, Auvergne).
Barthoulot Surtout porté dans le Doubs, devrait être un diminutif de Barthélémy (voir aussi Berthelot). Avec un autre suffixe : Barthoulat.
Bartissol Fréquent à Rivesaltes (66), le nom semble languedocien, et doit venir du Sud-Ouest : en effet deux hameaux s’appellent Bartissol, à Aguts (81) et à Revel (31). Il devrait s’agir d’un toponyme formé sur l’occitan barta (= buisson, lieu broussailleux), avec le suffixe occitan -issòl.
Bartoli Forme plurielle de Bartolo, forme italienne avec apocope de Bartolomeo (= Barthélémy). Dérivés : Bartolaccio, Bartolacci. Variante : Bartali.
Bartolini Diminutif de Bartolo (voir Bartoli).
Barton Nom anglais désignant celui qui est originaire de Barton, nom d’une dizaine de communes anglaises. Signification probable : enclos pour stocker l’orge (ancien anglais bere = orge).
Bartosik Patronyme polonais, diminutif de Bartos, nom de famille qui devrait correspondre au prénom Barthélémy. Autres dérivés de Bartos : Bartosiak, Bartosiewicz, Bartosinski. La forme similaire Bartosz donne pour sa part les noms Bartoszek, Bartoszewicz, Bartoszewski.
Baruch, Baruche Variantes de Barouch (voir ce nom).
Barulat Patronyme très rare porté dans la Sarthe. Difficile de se faire une idée. Peut-être un dérivé de Beroul (voir ce nom), mais cela m’étonnerait.
Barus Nom porté dans le Sud-Ouest (31, 81), dont le sens n’est pas clair. Variante : Barrus (83, 88). Selon M.T. Morlet, il s’agirait d’une forme latinisée désignant celui qui est originaire d’une localité appelée Bar, Bars (deux communes de la Dordogne et du Gers s’appellent Bars, ainsi qu’un hameau de l’Aveyron). A noter cependant que l’italien Barusso est rattaché par De Felice (Dizionario dei cognomi italiani) au mot ‘baron’, dont il serait une variante ou un dérivé. Il semble en tout cas que Barus soit à l’origine des noms Barussaud, Barusseau, Barusseaud, Barrusseau (16, 86, 87).
Barutel Le nom est surtout porté dans le Tarn et la Haute-Garonne. Voir Baritaud pour le sens. Formes similaires : Barutau, Barutaud, Barutaut, Baruteau, Baruteaud, Baruthel, Baruton, Barutot (tous ces noms sont portés dans le Sud-Ouest, en Languedoc-Roussillon, parfois aussi en Poitou-Charentes et en Savoie). Forme piémontaise : Barutello.
Bary Dans la France méridionale, le nom est une variante de Barry (voir ce nom). Cependant, c’est dans la Meurthe-et-Moselle qu’il est le plus répandu, et je ne suis pas sûr qu’il puisse avoir le même sens. Peut-être vaut-il mieux envisager une variante de Baril (voir ce nom). Il y a également des Bary en Belgique, où ils pourraient désigner celui qui est originaire de Barry, localité du Hainaut.
Barzagli Nom italien porté çà et là en Toscane et en Émilie-Romagne. Il pourrait correspondre au mot “berzaglio”, variante ancienne de l’italien “bersaglio”, qui désigne une cible (surnom d’archer ?).
Bas Nom fréquent dans l’Ain et la Haute-Saône. Sobriquet désignant un homme “court sur pattes”. Attention cependant : Bas est aussi une variante francisée de l’allemand Bapst (= Baptiste), arrivée en Franche-Comté depuis le canton suisse de Fribourg.
Bas (2) Nom turc qui signifie “tête, chef”. On le retrouve également en Algérie sous la forme bâsh (= chef).
Basahel Nom porté au Yemen. Ba est sans doute ici un raccourci de bû, abû : père, homme. Le nom Basahel désignerait donc l’homme de la plaine (abû sahl), ou encore l’homme du rivage (abû sâHil).
Basaïa Nom italien originaire de Vénétie (Legnano, Villa Bartolomea). Je n’en connais pas le sens.
Baschenis Ce nom italien est présent à Bergame depuis le XVe siècle, et a été illustré par toute une dynastie de peintres. La commune d’origine de la famille est Averara (province de Bergame), où il y a d’ailleurs encore des Baschenis aujourd’hui. Je n’ai pour l’instant aucune certitude sur la signification du nom, qui paraît cependant correspondre à l’allemand Baschen (= Sébastien).
Baschoux Le nom est porté dans le Centre (45, 41). Variantes : Baschou, Baschon. Toutes ces formes semblent des variantes de Bascou, Bascon (= originaire du Pays Basque).
Baschung Le nom, porté dans le Haut-Rhin depuis plusieurs siècles, devrait être un hypocoristique du prénom Sébastien (Baschtian), tout comme les formes voisines Basch, Baschle et Baschy.
Bascou Désigne une personne originaire du Pays Basque.

Retour à la page d’accueil du dictionnaire