A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par D

Da Costa-Dansot
Dantec-Davy
Dawance-Decroix
Decrop-Delavierre
Delavigne-Demay
Demaya-Desandrouins
Désannaux-Detournay
Detrait-Diner
Dingremont-Doudelet
Doudement-Ducarouge
Ducas-Dupas


Dupaty Surtout porté dans la Haute-Marne (également 45, 77, 89, 58), désigne celui qui habite un lieu-dit “le Paty” (plus fréquemment “le Pâtis”) ou en est originaire. Le toponyme a le plus souvent le sens de pâturage.
Dupau Nom porté dans les Landes, qui désigne le fils de Paul (en gascon Pau).
Duperche Surtout porté dans l’Eure, désigne celui qui est originaire du Perche, région boisée et vallonnée couvrant l’ouest de l’Eure-et-Loir et l’est de l’Orne. De sens incertain, le toponyme devrait désigner une futaie plutôt qu’un territoire partagé à la perche (ancienne mesure), hypothèse pourtant le plus souvent envisagée.
Duperrier Porté notamment dans la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie, désigne celui qui habite un lieu-dit le Perrier (= tas de pierres, carrière, chemin caillouteux).
Duperril Rare, le nom est porté en Haute-Savoie. Il désigne celui qui est originaire d’un lieu appelé “le Perril” (ou le Péril), terme qui devrait évoquer un endroit pierreux plutôt qu’un lieu dangereux. Un hameau s’appelle “le Péril” à Veyrier-du-Lac (74), il pourrait être à l’origine du nom de famille.
Duperrin Désigne le fils de Perrin (diminutif du prénom Pierre). Nom rencontré dans l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan.
Duperron Désigne celui qui habite le lieu-dit le Perron ou qui en est originaire. Sens du toponyme : grosse pierre, tas de pierres. Le nom est surtout porté dans la Loire et en Normandie (76, 27).
Dupeuble Nom surtout porté dans la région lyonnaise (variante : Dupeuple). Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Peuble, le Peuple (= le peuplier, latin populus).
Dupeyrat Dupeyrat = du peyrat (ou peirat), nom occitan (sans doute du Sud-Ouest) qui désigne un pierrier (monticule de pierres entassées lors des défrichements et labours).
Duphil Nom porté dans le Gers et la Gironde. C’est une variante de Dufilh (= du fils), patronyme rencontré dans la même région.
Duphloux Porté dans l’Allier, le nom s’écrit aussi Dupheloux, Dufloux. Forme ancienne : Dupheloup. Sens incertain. A envisager un lien avec l’ancien français “flos” (= terre inculte).
Duphot Nom porté dans la Creuse. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Phot ou le Fot, le Fôt. Il s’agit d’un toponyme assez répandu dans ce département : on trouve le hameau du Phot dans la commune de La Souterraine, mais aussi la Fot (commune de Noth) et surtout le Fôt (hameaux à Pionnat et à Saint-Amand, où existe aussi un moulin du Fôt, également lieu-dit la Goutte du Fôt à Saint-Agnant de Versillat). Le sens du toponyme est incertain : il se rattache apparemment à l’ancien occitan fos, fotz (= fontaine, mais aussi gouffre). A noter qu’on le rencontre aussi en Bretagne, où il désigne un lieu où les eaux se déversent.
Dupic Porté en Limousin et en Auvergne, désigne celui qui habite un lieu-dit le Pic (= sommet pointu).
Dupin Désigne celui qui habite un lieu-dit le Pin (lieu où pousse le pin, ou bien arbre remarquable par ses dimensions ou son isolement). Le patronyme est très fréquent dans les Landes et en Haute-Loire.
Dupire Nom porté en Picardie (variante Dupir). Désigne celui qui habite un lieu-dit le Pir(e) ou en est originaire. C’est un toponyme ayant le sens de chemin empierré.
Dupissot Le nom est rare, et les plus anciennes mentions connues le situent dans l’Orne (début du XVIIe siècle). Il désigne celui qui habite un lieu-dit “le Pissot” ou en est originaire. Le toponyme désigne un petit ruisseau, une source, une fontaine ou une cascade. Il est fréquent dans l’Orne, où une dizaine de hameaux s’appellent “le Pissot”. Variante : Dupisseau.
Duplaa Désigne celui qui habite un lieu-dit le Plaa, toponyme gascon très fréquent qui a le sens de ‘plateau’. Variantes : Dupla (également 09, 31), Duplas. Les noms Pla et Plaa ont le même sens, ainsi que Louplaa.
Duplaix Surtout porté dans le Cher, désigne celui qui habite un lieu-dit le Plaix (= la haie) ou en est originaire. On trouve avec le même sens les formes Duplais (18), Duplay (42), Dupleix (64, 86), Duplech, Dupleich, Dupleichs (64).
Duplan Désigne celui qui habite un lieu-dit le Plan (= plateau) ou qui en est originaire. Le nom est surtout porté dans l’Ardèche, où l’on trouve la variante Dupland. Forme voisine : Duplain (43, 25, 90).
Duplat Surtout présent dans le Nord-Pas-de-Calais et en Vendée, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Plat (= le plateau), toponyme très fréquent un peu partout en France.
Duplessis Désigne celui qui est originaire du Plessis, toponyme très fréquent correspondant à un enclos (plessis = clôture faite de branches entrelacées). Vingt-huit communes et environ trois cents hameaux portent ce nom, ce qui rend délicate la localisation du patronyme. Notons cependant que c’est dans la Nièvre qu’on rencontre le plus de Duplessis
Duplouy Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais et la Somme. Variantes : Duplouich, Duplouis, Duplouye, Duplouys. Il désigne celui qui habite un lieu-dit “le Plouy” (et autres formes similaires) ou en est originaire. Le toponyme a le sens de “plessis, clôture de branches entrelacées” (ancien français “ploich”).
Duponchel Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Ponchel, en picard le petit pont. Le nom est surtout porté dans la Somme et dans le Nord. Variantes : Duponcheel, Duponchelle, également Duponcel, Duponcelle (02).
Dupont, Dupond Contrairement à certaines idées reçues, ce n’est pas le nom le plus porté en France (il n’arrive qu’en vingtième position à peu près). Son sens ne pose aucun problème : originaire du lieu-dit Le Pont, ou personne habitant près du pont.
Dupontreuée Le nom est porté en Picardie, notamment dans la Somme. Variantes : Dupontreué, Dupontroué. Il renvoie évidemment à un toponyme, la forme ‘pont troué’ semblant évidente, bien qu’elle puisse être une graphie erronée de Pontruet, commune de l’Aisne.
Duport Le nom est surtout porté dans la Loire et dans les Landes. Il désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Port, toponyme ayant le sens de col, passage en montagne.
Dupourqué Porté en pays gascon, désigne celui qui appartient à la famille ou habite la maison, la ferme de celui qui s’appelle Pourqué ou de celui qui exerce le métier de porcher (en gascon, pourqué, porquer = porcher).
Dupouy Variante landaise de Dupuy (voir ce nom).
Dupoyet Porté dans la Loire et les départements voisins, désigne celui qui habite un lieu-dit “le Poyet” (= petite colline) ou en est originaire. Voir aussi Poyet.
Duprat Nom très fréquent dans le Sud-Ouest. Pour le sens, voir Dupré.
Dupré Celui qui possède un pré ou habite près du pré.
Dupriez Surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui habite un lieu-dit le Priez. Outre la commune de Priez dans l’Aisne, on pensera au hameau du Priez à Combles (80), ainsi qu’à plusieurs lieux-dits. Le toponyme (Periers en 1203) semble désigner un poirier (latin pirarius), mais l’hypothèse d’un pierrier (tas de pierres) n’est pas forcément à exclure. À noter aussi que les spécialistes belges voient en Priez un petit pré (ancien français “preel”).
Dupuch Désigne celui qui habite un lieu-dit le Puch, le Puech (= colline, hauteur, latin podium). Le nom se rencontre surtout dans le Limousin et le Bordelais. Variante : Dupuche, également portée en Picardie et dans le Nord-Pas-de-Calais, où l’on trouve les formes voisines Dupuich, Dupuichs.
Dupuet Nom rare porté dans l’Indre-et-Loire. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Puet, toponyme évoquant une petite colline. Dans le département concerné, il existe un hameau du Puet à Neuillé-Pont-Pierre. A noter aussi le Puay à Neuvy-le-Roi.
Dupuis Celui qui possède un puits ou habite près d’un puits. Nom très fréquent dans le Nord-Pas-de-Calais.
Dupupet Nom porté dans l’Ain (variante : Dupuped). Semble désigner le fils de celui qui s’appelle Pupet, Poupet (= qui a le visage poupin).
Duputel Porté notamment dans la Seine-Maritime, la Somme et le Pas-de-Calais, désigne celui qui habite un lieu-dit “le Putel” ou en est originaire. Sens du toponyme : mare, bourbier.
Dupuy Un nom très fréquent en France, au sud de la Loire. Désigne celui qui habite sur une colline (puy, du latin podium, cf Puig). Peut aussi plus rarement représenter une personne originaire du Puy.
Duquène, Duquêne Variantes de Duquesne (= du chêne) rencontrées en Normandie et en Picardie.
Duquenne Variante de Duquesne (= du chêne) fréquente dans le Nord et en Picardie (80, 60).
Duquesne Nom très courant dans le Nord-Pas-de-Calais. Désigne celui qui est originaire du lieu-dit le Quesne (variant nordiste du chêne).
Duquesnoy, Duquénoy Originaire du Quesnoy, nom de localité très fréquent en Picardie (= bois de chênes).
Duquette Le nom est aujourd’hui plus fréquent au Québec qu’en France. Il s’agit d’une variante (éventuellement matronyme) de Duquet, nom surtout porté dans le Doubs (également 60, 71, 80, 89). Signification : soit un diminutif de duc, titre de noblesse employé comme sobriquet, soit celui qui est originaire du Quet, un toponyme rencontré dans l’Isère.
Duquoc Nom assez rare surtout présent dans le Finistère. Pourrait désigner le fils de Cuioc, un ancien nom de personne breton dont l’origine demeure obscure, rencontré aussi à travers l’histoire sous les formes Quioc, Cuiec, Quiec, Le Quiec. Le rapport avec le coq est beaucoup plus improbable.
Durafour Nom très présent dans la région Rhône-Alpes. Il désigne celui qui est originaire du lieu-dit le Rafour (terme régional signifiant four à chaux).
Duranceau Porté dans la Vendée et les départements voisins, semble être un diminutif du nom de personne Durand. A noter cependant, dans la même région, l’existence du nom de famille Durance (44, 85), de sens assez incertain (ancien français “durance ” = durée ?), dont Duranceau pourrait être un diminutif.
Durand, Durant, Duran L’un des patronymes les plus courants. Il s’agit d’un nom de personne, vraisemblablement d’origine germanique, mais très tôt latinisé en Durandus, considéré comme un dérivé du verbe durare (= durer), avec le sens de endurant. La forme Duran est le plus souvent espagnole.
Durandaud Diminutif de Durand porté en Poitou-Charentes et dans le Périgord. Autres diminutifs : Durandal (18, c’est aussi le nom de l’épée de Roland), Durandel (70), Durandelle, Durandet (85), Durandeu (09), Durandin (90), Durandot (71).
Duranlot Également écrit Duranlo, le nom semble éteint aujourd’hui et était porté en Normandie (à noter cependant une mention dans la Nièvre au XVIIe siècle). Il pourrait s’agir d’une variante de Daranlo, Daranlot, nom de famille très rare, également nom de lieu : un hameau s’appelle Daranlo à Carentoir (56), un autre Le Daranlot à Viplaix (03). À noter aussi Le Dranlot, hameau à Culan (18).
Duranton Diminutif de Durand, Durant, porté notamment dans la Haute-Loire, l’Allier et l’Ardèche. Variante : Duranthon (43, 47). Avec d’autres suffixes : Durantau (33), Duranteau (85), Durantet (42), Durantin (03, 71), Durantou (82, 31, 47).
Durassier C’est dans le Maine-et-Loire et la Loire-Atlantique que le nom est le plus répandu. Variante rare : Duracier. Sens très incertain. Peut-être un dérivé du verbe “durer”, surnom d’un homme résistant, endurant.
Duray Le nom est assez courant en Belgique. En France, on le rencontre surtout dans la Loire, et parfois en Bretagne (22). Dans la plupart des cas, il devrait désigner celui qui habite un lieu-dit “le Ray” ou en est originaire. Le toponyme a en principe le sens de “ruisseau” (ancien français “rai”). Le nom Durey, présent notamment en Bourgogne, peut avoir le même sens mais peut aussi être une variante de Duroy (voir ce nom).
Durban Désigne sans doute une personne originaire de Durban-Corbières, dans l’Aude. Le toponyme Durban se rencontre dans d’autres régions du Languedoc. Son origine demeure obscure (nom gallo-romain en -an ou nom d’origine gauloise).
Durbec Fréquent en Provence, c’est un nom qui désigne le pinson, en provençal et en occitan. Sans doute un sobriquet s’appliquant à celui qui est gai comme un pinson !
Durcos Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Urcos ou Hurcos, peut-être Hurcos, hameau à Carcen-Ponson, dans les Landes.
Durdilly Porté dans le Rhône, devrait désigner celui qui est originaire d’Ordilly, hameau à Saint-Romain-de-Popey (69), écrit Urdilhy sur la carte de Cassini. Le nom de famille Dordilly, beaucoup plus rare, se rencontre dans la Loire.
Dureisseix Désigne celui qui est originaire du Reisseix, nom d’un hameau à Saint-Laurent-les-Églises (87). Pour le sens du toponyme, il semble s’agir d’un dérivé de l’occitan reisse, raiç (= racine), mais on peut aussi penser à reça (= scie, scierie). Variante : Dureissex.
Durel Porté en Normandie, notamment dans la Manche, c’est un diminutif de l’adjectif ‘dur’, surnom possible pour un homme au caractère dur.
Duret Diminutif de Dur, un sobriquet désignant un homme au caractère dur. Duret est le contraire de Doucet. On trouve surtout ce patronyme en Haute-Savoie et en Vendée.
Duretz Surtout porté dans le département du Nord et également écrit Durez, c’est peut-être une variante de Duret (voir ce nom). Autre possibilité : variante de Duriez (voir ce nom).
Durgueil Originaire de la commune d’Orgueil (Tarn-et-Garonne). Orgueil semble formé sur Orgos, un anthroponyme gaulois.
Durieu, Durieux Désigne celui qui est originaire du lieu-dit le Rieu (= le ruisseau, le cours d’eau, du latin rivus). La forme Durieu est fréquente en Haute-Loire, on la trouve aussi en Normandie et en Picardie. La variante Durieux se rencontre en Savoie et dans le Nord-Pas-de-Calais. On trouve dans le Sud-Ouest les variantes Durrieu, Durrieux. A noter en Dordogne les noms composés Durieublanc, Durieupeyrou, Durieupeyroux (le ruisseau blanc, le ruisseau pierreux).
Duriez Originaire du lieu-dit le Riez, toponyme évoquant un ruisseau, éventuellement un torrent. Autre possibilité : l’ancien français ries (= terre en friche). C’est dans les départements du nord de la France que le nom est le plus répandu.
Durif Nom porté en Auvergne et dans la région Rhône-Alpes. Désigne celui qui habite un lieu-dit le Rif (= le ruisseau, latin rivus).
Durigneux Le nom est surtout porté dans le département du Nord. Variante : Durignieux. Désigne celui qui habite un lieu-dit le Rigneux. Rigneux est un toponyme assez fréquent en Belgique, sans doute avec le sens de petit ruisseau (diminutif de rin).
Durin Nom porté dans l’Allier, ainsi que dans les Vosges et le Territoire de Belfort. Désigne dans la plupart des cas, comme Durain, celui qui est originaire d’un lieu-dit le Rain, le Rin (= le ruisseau). Un dérivé de l’adjectif ‘dur’ est improbable.
Durlet Difficile de se prononcer sur ce nom, surtout porté dans le département du Nord et en Belgique. La solution la plus simple est d’y voir un diminutif de Durel, lui-même diminutif de l’adjectif “dur”. Herbillon et Germain (voir bibliographie) proposent un toponyme (lieu situé sur la commune belge d’Hastière-Lavaux), mais on peut penser que ce toponyme vient du nom de famille.
Durlin Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais (variante : Durlins). Deux possibilités : soit le fils de Relin, nom de personne d’origine germanique (variante de Rolin, Rollin, voir Rollin). Soit un diminutif de Durel, considéré comme un sobriquet donné à un homme dur.
Durlique Nom porté dans l’Aisne et dans le Nord. Variante : Durlicq. Sans doute un surnom donné à celui qui est triste (wallon dûrlich, cité par le dictionnaire des noms de famille en Belgique romane).
Durlot Probable diminutif de Durel (voir ce nom), le nom est surtout porté dans l’Yonne.
Durmaz Fréquent en Turquie, devrait correspondre au verbe “durmak” (= rester, demeurer), traduisant l’idée d’immortalité, d’éternité.
Durocher Le nom est porté dans l’Ille-et-Vilaine, on le trouve aussi dans l’Yonne et la Marne. Il désigne celui qui habite un lieu-dit le Rocher, terme souvent associé à une fortification escarpée. Formes voisines : Duroc, Duroch (88 notamment), Durocq (52, 55), Duroche, Duroché (21, 51).
Duron Nom porté dans la Loire et la Haute-Loire. Désigne celui qui est originaire du Ron (variante Ronc), toponyme très répandu dans l’Ardèche et la Lozère, où il évoque un rocher. On trouve également des Duron dans le Nord-Pas-de-Calais, où le nom est une variante de Deron (sens incertain, peut-être celui qui est originaire de Ronne, Rhone, nom de diverses localités belges).
Duros Porté surtout dans les Côtes-d’Armor, désigne celui qui habite un lieu-dit le Ros ou qui en est originaire. Sens du toponyme : tertre couvert de bruyères ou de fougères, le plus souvent au-dessus de la mer. Variante : Durose.
Durot Fréquent dans le Nord-Pas-de-Calais, c’est un diminutif de l’adjectif ‘dur’, avec un sens qui reste à déterminer. A noter aussi l’existence de divers lieux-dits le Rot, par exemple à Esquerdes (62), sans doute avec le sens de terrain défriché.
Durotoy Nom porté dans la Somme. Désigne celui qui est originaire de la commune de Rothois, dans l’Oise, ou qui habite un lieu-dit le Rotoy. Sens du toponyme : rouissoir pour le chanvre ou le lin.
Durousseau Nom porté en Limousin, où il s’écrit aussi Duroussaud, Durousseaud. Il désigne le fils de celui qui s’appelle Rousseau (voir ce nom), ou encore celui qui appartient à sa famille, à sa maison, à son domaine ou à sa ferme. En composition : Durousseaud-Delacombe.
Duroux Assez fréquent dans le Limousin (19, 87), le nom est aussi porté dans le Nord et dans l’Ain. Il désigne le fils de celui qui s’appelle Roux, Leroux (voir ces noms).
Duroy Le nom est surtout porté dans la Mayenne et dans l’Orne. Variante : Duroi. Il désigne le fils de celui qui s’appelle Roy ou Leroy (voir Rey pour l’interprétation), ou encore celui qui habite un lieu dépendant du roi (et non d’un seigneur particulier).
Durr, Dürr Fréquent en Alsace, le nom correspond à l’adjectif allemand “dürr”, avec deux sens possibles : soit aride, desséché (toponyme), soit maigre, sec (sobriquet). On retient en général la seconde solution.
Durris Patronyme porté dans la Loire et l’Ardèche, ainsi que dans le Limousin, plus courant sous la forme Duris (36, 87, 40). Désigne celui qui habite le lieu-dit le Ris, variante de le Ri, le Ry (= le ruisseau, le cours d’eau, du latin rivus). Il existe des communes appelées Ris dans le Puy-de-Dôme et les Hautes-Pyrénées, et bien sûr de nombreux hameaux ou lieux-dits.
Durruty Nom basque désignant celui qui habite la maison située loin (du village). Urruti est un dérivé de urrun (= loin). Variantes : Durruti, Durruthy, Durroty.
Dursin Le nom est surtout porté dans le département du Nord, où on trouve les formes voisines Dursen, Dursent. Sens incertain. Dursin pourrait désigner le fils d’Ursin (nom de personne), et M.-T. Morlet voit dans Dursent le fils d’Ursent (autre nom de personne). Ce type de formation est cependant très rare dans la région concernée. A envisager éventuellement un dérivé ou un composé formé sur l’adjectif “dur”. Ainsi, l’adjectif “duracin” a été utilisé en moyen français pour qualifier des fruits à la peau dure.
D’Urso Très fréquent en Italie, notamment dans le Sud, désigne celui qui appartient à la famille d’un nommé Urso, nom de baptême issu du latin Ursus (= ours).
Durtete Le nom, porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Picardie, est plus fréquent sous les formes Durteste, Durtette, Duretete. C’est un sobriquet appliqué à celui qui a la tête dure (personne têtue).
Duruflé Surtout porté dans la Seine-Maritime, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit appelé (le) Ruflé. Il semble s’agir de Ruflé, hameau à Jonquerets-de-Livet (27). Autre posibilité : Le Rufflay à Evran (22). Le sens du toponyme est incertain. En ancien français, le mot “ruffle” et son diminutif “rufflet” désignent une sorte de pelle en fer (dictionnaire de Godefroy).
Durupt Porté dans les Vosges et la Haute-Saône, désigne celui qui habite un lieu-dit “le Rupt” ou en est originaire. Le toponyme, équivalent du mot “ru”, a le sens de “ruisseau”. Le nom de famille Durup, rencontré aujourd’hui surtout dans l’Yonne, semble en être une variante.
Durville Porté dans l’Yonne, paraît désigner celui qui est originaire d’Urville, dans l’Aube (d’autres localités s’appellent Urville, en Normandie et dans les Vosges). Signification du toponyme : le domaine ou levillage d’Uro, nom de personne germanique.
Dury Nom présent dans l’Allier et les départements voisins (71 notamment). Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Ry (= le ruisseau), ou qui y habite.
Dusautier Porté dans le département du Nord (variante : Dusautiez), le nom y est assez rare. On peut y voir le fils du garde forestier (ancien français “sautier”), mais on pensera aussi à une variante de Dusautois (voir ce nom) avec changement de suffixe.
Dusautois Porté dans le Pas-de-Calais et les départements voisins, le nom s’écrit aussi Dusauthoi, Dusautois, Dussautois, Dussautoy, formes auxquelles on rattachera Dusautoir et Dussautoir, noms portés eux aussi dans le Pas-de-Calais. Le mot “sautoir” a désigné une barrière en forme de croix de Saint-André empêchant le passage des bestiaux, mais que les gens peuvent franchir. Mais on peut aussi rattacher tous ces noms au latin “saltus” (avec le sens de bois, clairière). M.T. Morlet signale l’existence d’un ancien fief appelé le Sautois à Rosières (80).
Dusépulcre Plus courant sous la forme Dusépulchre, le nom, surtout porté en Belgique, désigne celui qui habite un lieu-dit Le Sépulcre ou en est originaire. Le toponyme évoque un tombeau ou une église dédiée au Saint-Sépulcre. Une ancienne paroisse de Nivelles s’appelle Le Sépulcre.
Dusnasi Nom italien très rare, qui semble originaire de la province de Turin, tout comme les formes voisines Dusnasio et Dusnasco. Sens obscur, du moins pour moi.
Dusoir Curieux nom trouvé notamment dans le Pas-de-Calais, le Calvados et la Marne. On me le signale aussi en Saône-et-Loire. Pourrait être un surnom donné à un enfant trouvé le soir (préférable à celui qui aime sortir le soir). On peut aussi penser à une contraction de Dusaussoir, Dusaulsoir (qui habite un lieu-dit le Saussoir, lieu planté de saules).
Dussaillant Le nom est surtout porté dans le Cantal. Variantes : Dusaillant, Dussailland. Il désigne celui qui habite un lieu-dit “le Saillant” ou en est originaire. Dans le Cantal, on pensera notamment aux hameaux du Saillant à Marcenat et à Andelat. Le toponyme est le participe présent du verbe occitan “salhir” (= sortir, jaillir, faire saillie), avec deux sens possibles : soit une source jaillissante, soit un rocher saillant (les deux sens sont attestés pour le mot “salhent” en occitan).
Dussart Nom fréquent dans le Nord-Pas-de-Calais. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée le Sart (= terre défrichée, du latin exsartum). On rencontre également la variante Dusart. Les formes Desart, Dessart exisent aussi, mais elles sont plus rares.
Dussau Porté dans le Sud-Ouest (40, 64), le nom est peut-être une variante de Dussaut (voir Sault pour le sens). Mais il peut aussi désigner celui qui est originaire d’Ussau (commune de Tadousse-Ussau, 64).
Dussaugey Nom porté en Haute-Savoie. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Saugey (= bois de saules < latin salictum, *salicetum). On trouve, avec le même sens, la forme Dussauge dans l’Ain (variante Dussange dans l’Yonne).
Dussault Deux solutions pour ce nom : dans les régions méditerranéennes, il s’agit de celui qui est originaire d’un lieu-dit le Sault (voir Sault). Ailleurs, il s’agit dans la plupart des cas d’une variante de Dussaule, désignant celui qui habite un lieu-dit le Saule (endroit possédant un saule remarquable). C’est dans l’Yonne et le Cher que le nom est le plus porté.
Dussaussois Nom surtout porté dans l’Aisne et dans les départements voisins. Variantes : Dussaussoy, Dussausoy, Dusausoit, Dusausoy, Dusaussois, Dusaussoy. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Saussoy (= bois de saules). Autres formes : Dusaussay, Dussaussay (Normandie), Dusausay (Lorraine).
Dusseaux Nom porté notamment en Seine-Maritime et dans le Nord. Variante : Dussaux (76, 40). Désigne dans la plupart des cas celui qui habite un lieu où pousse le saule (sauz < latin salix). Dans les Landes, la forme Dussaux peut désigner celui qui est originaire d’Ussau (Tadousse-Ussau, 64) ou encore se rapporter à Sault (voir ce nom).
Dusserey Le nom est surtout porté dans la Gironde, où il est attesté au début du XVIIe siècle. Il désigne apparemment celui qui est originaire d’un lieu-dit “le Serey”, peut-être le hameau de Serey à Labastide-Castel-Amouroux (47), commune proche de la Gironde.
Dusserre Le nom est notamment porté dans l’Ardèche et la Drôme, les Hautes-Alpes et les Bouches-du-Rhône. Il désigne celui qui habite un lieu-dit Le Serre ou en est originaire. Voir Serra pour le sens. A noter que le toponyme, généralement féminin, est masculin dans les régions évoquées. Il existe plusieurs dizaines de lieux-dits “le Serre” dans la Drôme. Les formes Dussère et Dussères devraient en être des variantes.
Dusson Surtout porté dans la Loire et les départements voisins, désigne celui qui est originaire d’Usson, nom de diverses localités dont une commune de la Loire (Usson-en-Forez). Le toponyme, d’origine celtique, est formé sur le nom d’homme gaulois Iccius et sur le mot “magos” (= marché). Autres communes portant ce nom : Usson (63) et Usson-du-Poitou (86).
Dussot Le nom est surtout porté dans la Loire et le Puy-de-Dôme. Il est attesté comme variante de Dussopt (63), lui-même à rapprocher de formes limousines telles que Dussous, Dussout, Dussoubs ou Dussoubz. Il correspond à un toponyme évoquant un creux, une fosse (latin “subtus” = en dessous). Divers hameaux du Puy-de-Dôme s’appellent (le) Sopt, à Saint-Gervais-sous-Meymont, Condat-les-Montboissier et Vollore-Montagne. À envisager aussi, dans certains cas, une variante de Dussaut, Dussault (voir ce nom).
Dussoulier Surtout porté dans la Haute-Vienne, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée le Soulier, toponyme évoquant une terrasse, une maison à étage, un grenier. Variantes : Dussolier (24), Dussollier (73, 74), Dussoullier (84), Dusoulié, Dusoulier (59, 89), Dusollier (59, 74).
Dussous Surtout porté dans la Haute-Vienne, le nom s’écrit aussi Dussoubs, Dussoubz, Dussout. Les formes telles que Dussoubs ou Dussoubz indiquent en principe qu’il s’agit de celui qui habite un lieu situé en dessous (par exemple en dessous du village).
Dussubieux Le nom est porté en Dordogne et en Charente. Il devrait renvoyer à un toponyme (le Subieu ?), mais je n’en trouve aucune trace. Deux hameaux s’appellent Soubie en Dordogne (communes de Menesplet et de Minzac). A noter que le terme “soubiu” désigne dans le Lavedan une clôture, une haie. Autre piste : on renconte le nom de famillle Soubieux dans le Loiret, mais son origine est elle aussi incertaine.
Dussurget Egalement écrit Dussurgey, le nom est porté dans la Loire. Il désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Surget (= petite source) ou qui y habite. On pensera notamment au Surget, hameau à Saint-Cyr-les-Vignes (42).
Dussussois Nom rare porté dans le Nord. Ce devrait être une variante de Dussaussois (voir ce nom).
Dusuel Le nom est porté en Picardie (80, 60). Variantes : Dussueil (76), Dussuel (73, 75, 30), Dussuelle (62, 80). Il désigne celui qui habite un lieu-dit le Suel ou en est originaire. Le toponyme peut désigner l’aire où l’on bat le blé, mais il a le plus souvent le sens de plateau élevé (latin solium = trône). Plusieurs hameaux s’appellent le Suel, notamment en Savoie (Villaroger), dans le Gard (L’Estréchure, Bagnols-sur-Cèze), en Ardèche (La Souche, Saint-Julien-du-Serre) et dans l’Isère (Saint-Michel-de-Saint-Geoirs).
Dutac Le nom est surtout porté dans le Calvados. Variante : Dutacq (61). Il désigne celui qui habite un lieu-dit “le Tac” ou en est originaire. A noter, dans l’Eure, les hameaux du Tac à Bouquetot et Flancourt, et celui du Tacq à Épreville-en-Roumois. Autre hameau dans l’Orne (Le Tac) à Survie. Je ne connais pas le sens du toponyme.
Dutartre Comme sa variante Dutarte, c’est dans la Saône-et-Loire que le nom est le plus répandu. Le mot tartre est une variante de tertre (petite colline) que l’on trouve en Bourgogne, mais aussi en Anjou et en Saintonge. Le nom de famille désigne celui qui est originaire d’une localité appelée le Tartre : un village de Saône-et-Loire s’appelle Le Tartre (à 17 km de Louhans).
Duteau Egalement Dutost (formes anciennes Duttost, Dutteau), le nom est porté en Poitou-Charentes (Charente-Maritime au XVIIe siècle). Il est à rapprocher de Dutaud, Dutault (Deux-Sèvres), ou encore de Dutaut (32). Il semble renvoyer à un toponyme (le Tost, le Taut) de sens incertain.
Dutech Nom porté dans le Sud-Ouest (31, 32, 82). Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Tech, nom de plusieurs cours d’eau, depuis les Hautes-Pyrénées jusqu’aux Pyrénées-Orientales. Comme pour beaucoup d’hydronymes, l’étymologie est obscure.
Duter Le nom est surtout porté dans la Marne. Il est également attesté en Saône-et-Loire, où on trouve plus fréquemment la variante Duther. Aucune idée sur sa signification.
Duterme En France, le nom est porté dans la Haute-Marne, on le rencontre aussi en Belgique. Il désigne celui qui habite un lieu-dit “le Terme” ou en est originaire. Le toponyme a normalement le sens de “borne, limite”, mais dans les Ardennes (et plus généralement dans le Nord) il désigne le plus souvent une petite colline, un tertre. Avec le même sens : Duterne (59).
Dutertre Fréquent dans plusieurs régions, notamment du Nord jusqu’à la Normandie, désigne celui qui habite un lieu-dit “le Tertre” (= petite colline). Avec le même sens : Duterte (59), Duteurtre (76).
Duteyrat Porté dans la Creuse, désigne celui qui habite un lieu-dit le Teyrat ou en est originaire. Un hameau s’appelle Teyrat à Saint-Laurent (23), on trouve aussi le Teyrat à Sencenac-Puy-de-Fourches (24). Signification : correspond à l’occitan terrat, sans doute avec le sens de petite butte (le mot terrat peut aussi désigner un toit).
Dutheil, Duteil Originaire du lieu-dit ou du village appelé le T(h)eil, toponyme désignant un bois de tilleuls ou un endroit où se trouve un tilleul. Le nom est fréquent dans le Limousin et les régions voisines, mais on le rencontre aussi dans l’Eure, ce qui est normal puisque plusieurs communes de Normandie s’appellent le Theil (Calvados, Manche, Orne, Eure). Etymologie : latin tilium. Avec le même sens : Duteuil, Duteuilh, Dutheuil (24, 33).
Duthiers Nom surtout porté dans la Haute-Vienne et la Charente, rencontré aussi sous la forme Duthier (37, 87). Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Thiers, le Tiers, un toponyme très fréquent qui semble évoquer un ancien droit seigneurial sur les forêts. La forme tier peut aussi avoir le sens de colline, attesté en ancien français.
Duthu Le nom est surtout porté dans les Hautes-Pyrénées. Variantes : Dutou, Duthou (également porté dans le Cher). Il désigne celui qui habite un lieu-dit le Thu, le Thou, toponyme ayant le sens de ravin, fossé.
Dutilleul Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Tilleul, endroit où pousse cet arbre. C’est dans le département du Nord que le nom est le plus répandu. On y trouve aussi les variantes Duthilleul, Duthilleux, Dutilleux, Dutillieux. A noter dans le Nord la localité du Tilleul (commune de Roubaix) et plusieurs communes du même nom en Normandie, où le patronyme est également bien représenté.
Dutillieut Variante de Dutilleul (voir ce nom), tout comme Dutillieu, Dutillieux (59 surtout).
Dutly Nom porté en Alsace (68), rencontré aussi sous la forme Duttly, qui paraît être un diminutif de l’allemand Düttle (du moyen-haut-allemand tutelin, tutte = pointe du sein, mamelon). Cela ne nous donne pas un sens très clair. A noter cependant que Düttler signifie flatteur, caressant (moyen-haut-allemand tüteler).
Dutoit Le nom est assez courant dans le département du Nord. Variantes : Duthoit, Duthois, Duthoy, Dutoict, Dutois, Dutoy. Il désigne celui qui habite un lieu-dit “le Toit” ou en est originaire. Le mot désigne par métonymie un édifice, ce qui était déjà le cas pour le latin “tectum”. Plusieurs sens médiévaux sont attestés : étable, puis porcherie, également cabane, maison. Le dictionnaire de Godefroy, à l’aide d’exemples précis, donne aussi le sens de forteresse.
Dutot Porté en Normandie, désigne celui qui habite un lieu-dit le Tot, toponyme désignant un petit domaine rural (pièce de terre avec habitation, vieux norrois topt).
Dutour Nom porté dans le Sud-Ouest et le Massif Central. Peut désigner un tourneur, mais on pensera plutôt à celui qui est originaire d’un lieu-dit le Tour, toponyme fréquent dont le sens n’est pas évident (M.T. Morlet propose un tournant). Rencontrée dans le Cantal, la forme Dutourd est sans doute une variante, mais peut aussi évoquer la grive (occitan tord).
Dutournier Le nom est surtout porté dans les Landes (variante : Dutournié). Il désigne en principe le fils du tourneur (= potier, occitan tornièr) ou celui qui habite la maison du tourneur.
Dutoya Patronyme d’origine gasconne. Variantes : Dutouya, Dutoyat. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Toya, lieu où poussent les ajoncs (occitan toja).
Dutrait On rencontre le nom dans diverses régions, en particulier en Basse-Normandie (14, 61), dans l’Indre et la Gironde. Il désigne celui qui est originaire du Trait, nom de divers hameaux et lieux-dits, ainsi que d’une commune de Seine-Maritime. Dans la plupart des cas, le toponyme devrait correspondre au latin “trajectus” (= traversée) et désigner un gué, le lieu où on traverse une rivière.
Dutrannoy Nom surtout porté dans l’Oise. Désigne celui qui habite le lieu-dit le Trannoy ou qui en est originaire. Sens du toponyme : bois de trembles (bas-latin tremulus > tremuletum). Il existe un hameau appelé Tranoy (commune de Saint-Acheul) et un autre nommé le Trannoy (Namps-au-Val), tous deux dans la Somme. Variantes : Dutrannois, Dutrannoit, Dutranois, Dutranoit, Dutranoy. La forme Dutrenois (52) a sans doute la même origine.
Dutreix Le nom est surtout porté dans la Haute-Vienne. Il désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Treix (sens incertain). On pensera notamment au hameau du Treix à Tarnac (19).
Dutremble Porté dans la région lyonnaise (42, 69, 71), également présent au Québec, désigne celui qui habite un lieu-dit le Tremble (lié à la présence de cet arbre). Avec un sens voisin (bois de trembles) : Dutremblay, Dutrembley (61, 18, 87, 14).
Dutrévis Surtout porté dans le Cantal, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Trevis (latin trivium = embranchement de trois routes, carrefour). Il existe un hameau appelé Trévis à Berbiguières (24).
Dutrieux Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Trieu (= terre en friche). Le nom est porté en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais. Variantes : Dutriau, Dutriaux, Dutrie, Dutrieu, Dutry.
Dutriol Porté autrefois dans l’Hérault mais surtout dans l’Ardèche, le nom renvoie à un lieu-dit Le Triol (occitan “triòl” = pressoir).
Dutrisac Le nom est porté au Québec, et je n’en trouve aucune trace ancienne en France. S’il renvoie à un toponyme, ce qui paraît logique, on peut envisager la commune de Trizac, dans le Cantal, mais sans la moindre garantie.
Dutrocq Nom porté dans le Gers. Variantes : Dutroc, Dutroq. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Troc, nom d’un hameau de la commune de Cabanac-et-Villagrains (33). Sens du toponyme : soit une variante de truc (= rocher élevé), soit un terme évoquant un pâturage obtenu à la suite d’un troc.
Dutron Le nom est surtout porté dans l’Ardèche. On le trouve aussi en Saône-et-Loire, tout comme le patronyme voisin Dutronc, qui semble être une variante. Il désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Tron, toponyme souvent associé à des collines, à des sommets, et qu’il faut peut-être rapprocher de l’occitan tron (= tonnerre). Le rapport avec un tronc d’arbre est sans doute erroné.
Dutrou Porté notamment dans la Haute-Vienne, désigne celui qui habite un lieu-dit “le Trou” ou en est originaire. Le toponyme peut avoir le sens de “lieu creux, cuvette”, mais dans cette région on pensera aussi à une variante de Tru, Truc, avec un sens totalement inverse (colline, montagne).
Dutruel Originaire du lieu-dit le Truel, qui désigne l’endroit où se trouve un pressoir. Il existe une commune portant ce nom dans l’Aveyron.
Dutt Porté en Alsace (67), c’est un nom de personne d’origine germanique, Dudo (formé sur theod = peuple).
Dutu Porté dans les Ardennes, le nom s’écrit aussi Dutus. Il devrait désigner celui qui est originaire d’un lieu-dit “le Tu”, terme qui dans cette région désigne le tilleul. Dans le Sud-Ouest, où le nom s’est parfois rencontré, il s’agit d’une variante de Duthu (voir ce nom).
Duval Désigne celui qui est originaire du lieu-dit le Val (= la vallée, le vallon). C’est l’un des noms de famille les plus répandus en France, notamment en Normandie. Avec le diminutif “vallet”, sont formés les noms Duvallet (76, 27), Duvalet (87, 27, 76), Duvaleix, Duvaley (24).
Duvaldestin, Duval-Destin Nom rencontré depuis le XVIIIe siècle dans l’Orne et les Yvelines. Il est formé par l’agglutination de Duval et de Destin. Si le sens de Duval ne pose aucun problème (= du vallon), celui de Destin est moins clair : c’est en tout cas un nom de famille porté en Normandie (14, 76).
Duvalleroy Nom porté dans le Calvados. Variante : Duvaleroy. Désigne celui qui habite un lieu-dit le Valleroy, un toponyme fréquent dans l’Est (nom de plusieurs communes), mais que je ne rencontre pas en Normandie. Plusieurs sens ont été proposés, notamment celui de lieu fortifié (bas-latin vallaria = remparts).
Duvaltier Originaire d’une localité appelée Le Valtier (commune d’Hondouville-sur-Iton, 27). Valtier pourrait être un patronyme (autre forme de Gautier).
Duveau Variante de Duval (voir ce nom) portée surtout dans le Maine-et-Loire et la Sarthe. Formes voisines : Duvault (86), Duvaut (Bourgogne), Duvaux (52, 88), Duveaux (72, 88).
Duverdier Porté dans la Dordogne et les départements voisins (33, 40), c’est l’équivalent de Duverger (celui qui habite un lieu-dit le Verdier, forme méridionale du mot “verger”).
Duverger Nom porté notamment dans l’Allier, la Loire et la Vienne. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée le Verger (même sens qu’aujourd’hui). Variantes : Duvergé (33, 34, 40), Duvergey (21), Duvergier (33, 89).
Duvernay Originaire d’un lieu-dit le Vernay (= bois d’aulnes). Le nom est surtout porté en Savoie et dans l’Ain. Avec d’autres terminaisons, on trouve les formes Duverneil, Duverneilh, Duverneix, Duverneuil, Duverneuilh (87), Duvernet (21, 39), Duverney (73, 74), Duvernois (58, 71, 39), Duvernoy (58, 70).
Duverne Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Verne, endroit caractérisé par un aulne remarquable ou bois d’aulnes. C’est dans la Haute-Saône et la Saône-et-Loire que le nom est le plus répandu.
Duvers Rare, le nom est porté en Bourgogne. Il désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Vers, toponyme fréquent (plusieurs communes s’appellent Vers) qui dans certains cas est une variante de vern (= aulne), mais qui en Bourgogne semble plutôt avoir le sens de pente, versant. Cette même hésiation entre l’aulne et la pente se retrouve avec le nom Duvert, porté dans le Massif Central (19, 63, 42, 07).
Duvieilh Le nom DUVIEILH est formé sur l’adjectif occitan VIEHL, qui signifie vieux. Il s’agit donc d’un surnom désignant sans doute celui qui était le fils du vieux. On trouve essentiellement ce nom dans les Hautes-Pyrénées, dans le secteur de Lannemezan.
Duvieux Le nom est rare (12, 87 surtout). On trouve aussi la forme Duvieu (14, 27). On pensera évidemment au fils du vieux, mais c’est sans doute une fausse piste. Il pourrait s’agir d’une variante de Dufieu (43, 47, 26), désignant celui qui habite un lieu-dit le Fieu (= le fief). Pour la Normandie, Vieu(x) est un toponyme assez courant, qu’il faut rattacher soit à vadum (= gué), soit à vicus (= hameau, village).
Duvigneau Rencontré dans les Landes et dans le Centre (37, 41), désigne celui qui est originaire d’une lieu-dit le Vigneau (= lieu planté en vigne), toponyme très répandu en France. Variantes : Duvignau (40, 64), Duvignaud (71, 85), Duvigneaux (37), Duvignot (58). Formes voisines : Duvignac, Duvignacq (40), Duvignère, Duvignères (33), Duvignon (39, 62), Duvignet.
Duviler Surtout porté dans le département du Nord, c’est une variante de noms tels que Duviller, Duvillers, également Duvilers, désignant celui qui est originaire d’un lieu-dit “le Viller”, toponyme fréquent avec le sens de “hameau” (latin “villare”).
Duviol Originaire du lieu-dit Le Viol (voir Viol). Origine géographique difficile à cerner (peut-être l’Isère ou le sud du Massif Central).
Duvivier Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée le Vivier (même sens qu’aujourd’hui). Le nom est surtout répandu dans l’Oise et dans le Nord. Variante : Duviviers (60).
Duvoisin Désigne celui qui habite un lieu-dit “le Voisin” (= petit hameau). Le nom est surtout porté dans la Haute-Vienne.
Duvouldy Porté dans le Rhône et la Loire, le nom s’écrit aussi Duvourdy. Il désigne celui qui est originaire du Vouldy, hameau à Saint-Jean-la-Bussière (69), ou encore de Vouldy, hameau à Joux (69). Le toponyme est également présent en Champagne : un quartier de Troyes s’appelle “le Vouldy”. Le nom semble évoquer une voûte (cf. l’ancien français “volti, voltif” = voûté).
Duwat Surtout porté dans le Pas-de-Calais (variante : Duwast), désigne celui qui habitait un lieu-dit le Wa(s)t (= terre en friche).
Duwelz Nom rencontré en Belgique. Sans doute une variante de Duwé, qui désigne celui qui habite le lieu-dit le Wé (= le gué) ou en est originaire.
Duwicquet Le nom est porté dans le Pas-de-Calais, où il pourrait désigner celui qui est originaire du Wicquet, ancien fief situé peut-être à Bruay-la-Buissière : le lieu est cité en 1333 (le fief Herbert du Wiquet) puis en 1400 (Le Wicquet à Bruay), ou encore en 1533 (Wicquet). Le mot “wicquet” désigne en picard un guichet, mais le sens de petit village paraît plus probable (diminutif de vic, wic). Variantes : Duwiquet, Duyquet, ou encore du Wicquet (du Wicquet de Rodelinghem), et dans certains cas Duviquet (nom également présent en Seine-et-Marne).
Duzan Porté en Aquitaine (variante : Duzans), désigne celui qui est originaire d’Uzan (64) ou d’Uza (40). Signification probable : le domaine d’Utius, nom d’homme latin.
Duzer Surtout porté dans les Hautes-Pyrénées, désigne celui qui est originaire d’Uzer, nom d’une commune de ce département. On trouve également dans les Landes les formes Duzert, Duzès. Plusieurs hypothèses ont été émises sur l’origine du toponyme (présent aussi en Ardèche). Il semble qu’on ait affaire à une racine pré-latine uc-, uz-, évoquant une hauteur, un lieu escarpé. C’est à la même racine qu’on doit les toponymes Uzès, Uzerche.
Dworak Ce nom polonais est l’équivalent du nom tchèque très répandu Dvorak. C’est un dérivé de “dwor” (tchèque “dvur”), terme désignant un manoir, une cour. Les mots “dworak” et “dvorak” ont le sens de “courtisan”. Le nom de famille pourrait cependant avoir un sens un peu différent (par exemple celui qui travaille à la cour ou au service d’un seigneur).
Dybich Nom polonais qui pourrait venir du mot “dyba” (= poteau, pilier). À envisager aussi le verbe “dybac” (= être en embuscade).
Dyon Patronyme rencontré dans la Saône-et-Loire et l’Isère notamment. Dans ce dernier département, il doit s’agir de celui qui est originaire du Dyon, hameau de la commune de Saint-Pierre-de-Bressieux. Ailleurs, il doit s’agir également d’un toponyme, car les localités appelées Dion ou Dyon sont assez nombreuses en France. Sens du toponyme : correspond au gaulois Divona (divinité des eaux, du celtique *divos = dieu).
Dziewinski Devrait désigner celui qui est originaire de Dziewin ou de Dziewin Duzy, nom de deux localités polonaises.

Retour à la page d’accueil du dictionnaire