A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par D

Da Costa-Dansot
Dantec-Davy
Dawance-Decroix
Decrop-Delavierre
Delavigne-Demay
Demaya-Desandrouins
Désannaux-Detournay
Detrait-Diner
Dingremont-Doudelet
Doudement-Ducarouge
Ducasse-Dupas


Delavigne Porté en Normandie et en Picardie (27, 61, 80), désigne celui qui habite un lieu-dit la Vigne (rappelons qu’au moyen âge on plantait des vignes partout, y compris dans des territoires qui ne leur étaient guère favorables).
Delay Rencontré dans l’Isère, mais aussi dans l’Ardèche et la Haute-Saône, ce nom semble désigner celui qui est originaire de Lay ou Laye, toponyme très fréquent qui signifie la haie, ou peut-être la clairière.
Delaye Comme Delay, ce patronyme correspond à un toponyme signifiant la haie. Il est fréquent dans la région lyonnaise. On rencontre aussi la variante Delayes dans diverses régions (52 notamment).
Delayen Porté dans la Somme, l’Oise et le Nord-Pas-de-Calais (variante : Delayens), le nom semble picard, ce qui exclut a priori une forme flamande en -en. Il semble renvoyer à un toponyme, mais toutes les formes Layen, Layens désignent des lieux du Sud-Ouest.
Delaygue Surtout porté dans l’Ardèche (variante : Delaygues), désigne un lieu-dit situé près de l’eau (près d’une rivière ou d’un étang). Avec le même sens : Delaigue, Delaigues (43, 63, 07).
Delbaere Porté dans le département du Nord et rencontré aussi sous la forme Delbaer, c’est une variante de Delebarre (celui qui habite près de la barrière).
Delbarre Voir Delebarre.
Delbauve Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique, le nom s’écrit aussi Delbauf, Delbauffe, Delbauwe, Delbouve, Delbove, Delboven. Voir Debove pour le sens.
Delbelle Rare et porté dans le Nord-Pas-de-Calais, devrait désigner le fils de celui qui s’appelle (le) Bel, (le) Belle (voir Bel), sachant que Belle peut aussi être une aphérèse du prénom féminin Isabelle.
Delbergue Nom porté dans le département du Nord et en Picardie. Variantes : Delberghe, Delbergues, Deleberghe. Désigne soit celui qui habite sur la berge de la rivière si le nom est de formation romane, soit celui qui habite sur une hauteur s’il est de formation germanique.
Delbert Désigne le fils du Bert. Quant à Bert, c’est soit un nom de personne d’origine germanique (Berht = brillant), soit un diminutif formé par aphérèse sur des noms comme Robert, Albert. Le patronyme Delbert est surtout porté dans le Cantal.
Delbosc Surtout porté dans le Sud-Ouest, c’est l’équivalent occitan de Dubois (originaire d’un lieu-dit el Bosc = le bois). Variantes : Delboscq, Delbosq (47).
Delbouille Porté en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui habite un lieu-dit “la Bouille”, toponyme ayant le sens de bourbier, marécage. Avec le même sens : Delboulle (80, 76).
Delbovier Porté en Belgique, désigne celui qui habite un lieu-dit le Bovier (wallon bovîre), terme évoquant un enclos pour les boeufs.
Delboy Porté notamment dans l’Ariège et le Tarn-et-Garonne, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Boy, toponyme très fréquent dans le Sud-Ouest dont le sens n’a jamais été vraiment éclairci : il semble difficile d’en faire une variante du français ‘bois’. Peut-être un pâturage pour les bovins, peut-être un gouffre bourbeux. Les noms de famille Boy et Boye sont également très répandus (09, 64, 82 notamment).
Delbrayelle Nom rencontré dans la Somme et le Pas-de-Calais. Désigne celui qui habite le lieu-dit la Brayelle ou qui en est originaire (plusieurs lieux-dits ou hameaux dans le Nord-Pas-de-Calais). Sens du toponyme : diminutif de braye = marais, lieux bourbeux (du gaulois braco).
Delbrel Sens identique à Dubreuil (voir ce nom). Le nom de famille est notamment porté dans le Tarn-et-Garonne, le Lot et le Lot-et-Garonne. Variantes : Delbreil, Delbreilh.
Delbreuf Le nom est porté dans le Pas-de-Calais. Variantes : Delbreuve, Delbroeuve. Les formes anciennes De le Breuve, De le Broeuve semblent renvoyer à un nom de lieu. Mais je n’en trouve aucune trace et la signification m’en échappe.
Delbruyère Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui habite un lieu-dit la Bruyère (lieu où pousse la bruyère) ou qui en est originaire. On trouve la variante Delabruyère dans la Marne.
Delcaire Le nom est porté en Corrèze. Il est plus fréquent sous la forme Delcayre (46). Voir Caire pour le sens.
Delcambre Surtout porté dans le département du Nord, le nom s’écrit aussi Delchambre, Delecambre, ainsi que Delachambre (80). Il désigne celui qui habite un lieu-dit “la Chambre”, toponyme très fréquent qui a pu désigner un château, une demeure importante, ou encore un domaine dépendant directement du roi.
Delcamp En français du champ, désigne celui qui possède un champ ou habite près d’un champ. Nom d’origine occitane.
Delcasso Surtout porté dans les Pyrénées-Orientales (variante : Delcassou), également présent dans les Pyrénées-Atlantiques, c’est l’équivalent de Ducasse (voir ce nom), évoquant un lieu où pousse le chêne. Avec le même sens : Delcasse (82, 31, 46).
Delchet Le nom est porté dans le Cantal, où on trouve les formes voisines Delché, Delcher, cette dernière étant la plus répandue. Tous ces noms désignent celui qui habite un lieu-dit “le Cher” ou en est originaire. Sens du toponyme : rocher (occitan “quer”, racine pré-indo-européenne “kar”). Divers hameaux du Cantal s’appellent (le) Cher, à Anglards-de-Salers, au Monteil et à Chalvignac. Avec le même sens : Delchié (46), Delchier (19).
Delclos Issu du latin clausum, ce nom (formé avec l’article del) désigne une parcelle fermée, à proximité de la maison, et, par extension, une ferme. Donc, celui qui habite un lieu-dit le Clos ou en est originaire. Le nom de famille se rencontre dans les Pyrénées-Orientales et le Limousin.
Delcluse Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Variantes : Delcluze, Delecluse, Delecluze (également Delécluse, Delécluze), Delescluse. Il désigne celui qui habite un lieu-dit l’Ecluse, et peut éventuellement être le surnom d’un éclusier.
Delcor Nom de famille surtout porté dans le Lot et les départements voisins (82, 12). Son sens semble identique à celui de Delcorn (46), et évoque un lieu-dit “le Corn” (= angle, coin). A noter que le nom Delcor se rencontre aussi en Belgique, où il paraît évoquer le coudrier (wallon “côre”).
Delcorps Curieux nom porté notamment dans la Somme et en Belgique. Sans doute une variante de Delcor, celui qui habite un lieu-dit “le Cor(e)”, endroit où pousse le coudrier.
Delcos Nom rare porté dans les Pyrénées-Orientales, rencontré sous la forme Delcous dans la région toulousaine. Désigne celui qui habite un lieu-dit el Cos (occitan còs = petite colline, monticule).
Delcour Le nom est surtout porté dans le département du Nord, où on trouve plus fréquemment la forme Delcourt (variante : Delcourte). Il désigne celui qui habite un lieu-dit “la Cour” ou en est originaire. Sens du toponyme : domaine rural, ferme.
Delcroix Très fréquent dans le département du Nord, désigne celui qui habite un lieu-dit la Croix ou en est originaire. Sens du toponyme : soit le lieu où se trouve une croix, soit un carrefour. Variantes : Delecroix, Delacroix.
Delcuvellerie Nom porté dans le département du Nord. Désigne celui qui habite le lieu-dit la Cuvellerie = lieu où l’on fait les cuves, les tonneaux, ou domaine appartenant à un nommé Cuvelier (nom qui correspond au métier de tonnelier).
Deldebès Ou Deldébès. Nom porté dans le Tarn-et-Garonne. On trouve dans le Rhône la forme Deldevez, qui a le même sens. Désigne celui qui habite un lieu-dit le Debès, le Débès, terme qui désignait un bois ou un pâturage réglementé par le seigneur.
Deleage Un nom essentiellement porté dans l’Allier. Il semble que ce soit une variante de Delage (= de la haie), dans laquelle le mot age (= haie) a été confondu avec eage (= âge).
Deléan Nom surtout porté en Haute-Savoie. Variantes : Deléand, Deléans, Deléant. Le dictionnaire de M.T. Morlet explique ce nom par l’ancien français ‘de laiens’ (= de là-bas), désignant le lieu éloigné du village. Pour ma part je connais effectivement l’adverbe laenz, leenz, leanz, mais il signifie dedans, à l’intérieur, et c’est apparemment ce sens qu’il est préférable de retenir.
Deléarde Nom rare porté dans le département du Nord. On trouve aussi la forme Deléard, qui semble équivalente. Sens incertain : peut-être celui qui est originaire d’un lieu-dit (le) Léard, nom de nombreux hameaux dans l’Ouest (44, 49 et surtout 72).
Deleau, Delleau On peut envisager bien sûr celui qui habite au bord de l’eau, mais comme c’est dans le Nord de la France que ce nom est le plus répandu, il faut aussi penser à une éventuelle variante de Delauw (surnom flamand donné à une personne molle, du moyen néerlandais laeu = indolent).
Delebarre Fréquent dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit la Barre (en picard, le est aussi un article féminin). Sens du toponyme : lieu clôturé.
Delebecque Surtout porté dans le Nord et en Belgique (variantes : Delbec, Delbeck, Delbecke, Delbecq, Delbecque, Delbecques, Delbeke, Delbeque, Delebecq), désigne celui qui habite le lieu-dit le Becq, terme picard désignant un ruisseau (racine germanique baki).
Deléchère Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit (la) Léchère, toponyme très répandu en région de parler francoprovençal, où il désigne un étang. Le nom de famille est porté dans l’Ain, il était présent en Haute-Savoie (Chilly) en 1633.
Delecoeuillerie Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Variantes : Delecoeullerie, Delecueillerie, Delcueillerie, Delcullerie. Il correspond à l’ancien français cueillerie (action de cueillir, récolte, mais aussi prélèvement des impôts en nature), qui devrait désigner ici le lieu où le seigneur ou le clergé percevaient leur part des fruits de la récolte. Rappel : en picard l’article ‘le’ est également féminin.
Delécolle Le nom est porté dans la Somme, le Nord et la Belgique, ainsi que dans l’Yonne. Variante : Delécole. Formes anciennes : Delescolle, De Lescolle. Il désigne celui qui habite un lieu-dit l’Escolle (l’École) ou en est originaire. Difficile de donner une exacte définition du toponyme au Moyen Âge. Il ne désigne certainement pas une école au sens où nous l’entendons aujourd’hui, mais peut-être un établissement religieux, sorte de séminaire. Le sens de cabaret est également attesté, mais paraît rare.
Delécray Surtout porté dans la Haute-Saône, le nom s’écrit aussi Delecray, Délécray (cette dernière graphie semblant la plus ancienne). Il renvoie à un lieu-dit “les Crays” (crays = terrain pierreux, en particulier dans la région de Vesoul et en Bourgogne).
Deledda Le nom est porté en Sardaigne, surtout dans le nord de l’île. On le rencontre en Corse sous la forme Deleda, très rare. Il pourrait s’agir d’un matronyme, forme sarde de l’italien “diletta” (= aimée, chérie, variante ancienne “deletta”). Les noms de famille Deletto, Diletto et Diletta existent d’ailleurs en Italie.
Delefortrie Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Variantes : Deleforterie, Delforterie, Delfortrie, Delfortry, Delaforterie. Désigne celui qui habite un lieu-dit la Forterie ou en est originaire. Signification : forteresse, généralement avec le sens de prison.
Delemer Nom surtout porté dans la Somme et dans le Nord. On le rencontre aussi sous la forme contractée Delmer (62). Si l’on en croit la graphie, le nom désignerait celui qui habite près de la mer (“le” est féminin en picard). Mais il doit plutôt s’agir ici du mot d’origine néerlandaise mere (également maere) qui désigne un étang, une mare. Avec le même sens : Delemar, Delemare, Delemarre (59, 80, 62).
Delémont Le nom est surtout porté en Franche-Comté. Variante : Delémonte. Sans doute celui qui habite un lieu-dit “les Monts” (= les sommets, les collines).
Delémontex Le nom, assez rare, est surtout porté en Haute-Savoie (variante : Delémontez). On trouve aussi la forme Delémontey en Haute-Saône. Il désigne apparemment celui qui est originaire d’un lieu-dit les Montets (= les petits sommets).
Delenclos Le nom est porté dans la Somme et les départements voisins (62, 76). Il désigne celui qui habite un lieu-dit “l’Enclos”, toponyme très répandu dans cette région. A noter, entre autres, le hameau de l’Enclos à Bernieulles (62). Signification : enclos, terrain soustrait à la vaine pâture, éventuellement lieu fortifié.
Delencre Porté dans le département du Nord, le nom pourrait évoquer un lieu ou l’on met les bateaux à l’ancre, ou encore une enseigne de maison (équivalent flamand : Van den Ancker).
Delenne Le nom est surtout porté dans l’Ardèche, le Gard et la Lozère. Il devrait désigner celui qui est originaire de Lenne, hameau à Malarce-sur-la-Thines (07), écrit Lene sur la carte de Cassini. Lène et Lenne sont des toponymes assez courants, souvent noms de cours d’eau. Selon Ernest Nègre (voir bibliographie), il s’agirait de rivières aux eaux coulant tranquillement, doucement (adjectif occitan “lene” = doux). Comme pour de très nombreux cours d’eau, une origine préromane, voire préceltique, n’est cependant pas à exclure.
Delente Le nom est porté dans l’Orne et les départements voisins (14, 53). Variante rare : Delante. Il désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit “l’Ente”, toponyme fréquent dans cette région, sans doute avec le sens de “jeune arbre” (arbre nouvellement greffé).
Deleón Ou De León, León. Désigne en espagnol celui qui est originaire de la province ou de la ville de León. Le toponyme a désigné au départ un lieu de garnison pour les légions romaines (il vient en effet du latin legio, accusatif legionem).
Delépée, Delepée, Delepez Nom rencontré dans le Nord et en Belgique. Peut désigner le porteur d’une épée, mais surtout celui qui est originaire de la localité appelée l’Epée (un hameau porte ce nom dans l’Orne). Etymologie : peut-être le latin spicarium (= grenier).
Delepierre Fréquent notamment dans le Nord et dans l’Aube, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit la Pierre (= le rocher). Variantes : Delapierre (Normandie, Bourgogne), Delepiere (Nord), Delpierre (Nord-Pas-de-Calais, Somme, Vosges). Autre solution, dans certains cas : celui qui appartient à la famille ou à la maison, au domaine des Pierre (ceux qui s’appellent Pierre), sens possible pour Delespierre (59).
Delépine Surtout fréquent dans l’Ouest (35, 49), désigne celui qui est originaire du lieu-dit L’Epine ou qui y habite. Epine = lieu planté d’arbrisseaux piquants ou d’aubépines.
Deleporte Voir Delporte.
Delepouve Nom surtout porté dans le Pas-de-Calais, où il s’écrit aussi Delpouve. Les mentions les plus anciennes le situent à Remilly-Wirquin et dans les communes voisines de Cléty et Dohem. Il renvoie à un ancien lieu habité appelé “le Pouve”, fréquemment mentionné dans le terrier de Remilly-Wirquin. On trouve, toujours dans le Pas-de-Calais et dans le canton de Saint-Omer, deux hameaux appelés “le Poovre”, l’un à Acquin, l’autre au Haut-Loquin. Contaminés par le français “pauvre”, ces toponymes sont flamands, leur forme ancienne étant Ophove, avec comme sens probable “la ferme du haut”.
Delerce Nom porté en Haute-Savoie et en Franche-Comté. En Haute-Savoie, la plupart des familles portant ce nom proviennent du village de Saint-Jean-d’Aulps, près de Morzine. Il pourrait désigner l’utilisateur d’une herse (outil agricole), éventuellement celui qui gardait la porte de la ville ou du village (et montait ou baissait la herse). Une autre solution consiste à y voir celui qui est originaire de l’Essert-la-Pierre, hameau à Saint-Jean-d’Aulps, ce qui suppose une métathèse et un phénomène d’attraction du mot “herse”. Variantes : Delherce, Delerse.
Deleria Porté notamment à Bordeaux, pourrait désigner celui qui est originaire de Lería, en Espagne (Castilla-León), ou de Leiria au Portugal.
Delès Le nom est essentiellement porté à Sournia (P-O). Quant à sa signification, difficile de se prononcer. A tout hasard, risquons originaire d’Alès, mais sans grande conviction.
Delesgues Nom porté dans l’Indre et dans le Cher, mais qui, sous la forme Delesgue, semble originaire de la Creuse (Saint-Sébastien). Il renvoie certainement à un toponyme, mais difficile de savoir lequel. On peut penser que le s est parasitaire, et dans ce cas on aurait affaire à une variante de noms liés à l’eau tels que Delaigue, Delègue (voir Delaygue pour le sens). Autrement, on peut se dire que “lesgue” est une variante de l’occitan “lesca”, qui, dans certaines régions, a le sens de terre abandonnée ou inculte.
Delest Nom porté dans les Landes. Semble une graphie erronée de Deleste, qui désigne celui qui est originaire de Lesté. Trois hameaux des Landes s’appellent Lesté, à Castets, Sainte-Marie-de-Gosse et Sort-en-Chalosse. Sens du toponyme : peut-être un cours d’eau marécageux.
Delestre Nom surtout porté en Seine-Maritime (également 49). Désigne celui qui habite un lieu-dit l’Estre (ancien français estre = cour, maison).
Delestrée, Delétrée Voir Deletrez.
Delesty Le nom semble originaire de l’Ardèche, où l’on trouve la forme similaire Delestit. Il devrait renvoyer à un toponyme (Lestit, l’Estit ?) qu’il me reste à tenter de localiser.
Delétang Le nom désigne celui qui habite près d’un étang ou qui est originaire d’un hameau appelé “l’Étang”. C’est dans l’Indre-et-Loire, les Vosges et la Sarthe qu’il est le plus répandu. Avec le même sens : Delétain (02, 77), Delétant (03).
Delétoile Egalement écrit Delétoille, le nom est porté dans la Somme et les départements voisins. Il désigne celui qui est originaire de la commune de L’Étoile (80). Signification du toponyme : probablement un grand carrefour, où aboutissent plusieurs routes ou chemins.
Deletraz Comme l’indique la finale -az, le nom est savoyard. Désigne celui qui est originaire du lieu-dit l’Etraz (route pavée ancienne, du latin strata). Nombreux hameaux à Saint-Vital, La Table, Epierre, Bozel, Villard-sur-Doron (73) et Demi-Quartier (74).
Deletrez C’est un nom typique du nord de la France : quasiment toutes les familles actuelles vivent dans le 62 et surtout dans le 59. Quant à son origine, il signifie mot à mot de la route : DE l’ETREZ, groupe dans lequel ETREZ doit être compris comme venant du latin STRATA (la route), qui a donnée d’abord ESTREE, puis ETREZ après l’amuïssement du S. Quat à la finale -EZ, elle est caractéristique du Nord. La personne qui s’appelait DELETREZ avait donc sa maison au bord de la route, ou bien, et c’est plus probable, elle était originaire d’un hameau, d’un lieu-dit qui se serait appelé ETREZ ou LETREZ. On trouve pas mal de communes ayant des noms similaires ou voisins, par exemple ETREZ dans l’Ain, mais aussi beaucoup de LETTREE, ESTREE etc…
Delettre Porté notamment dans l’Aisne, également présent en Belgique, c’est une variante de Delaitre, Delattre (voir ce nom). Le nom Delette devrait avoir le même sens.
Deleu Porté notamment dans la Somme, le Nord et en Belgique, il semble que ce soit une flamandisation de Leleu (= le loup), avec transformation de l’article. Variante : De Leu.
Deleuse Variante de Deleuze (voir ce nom) portée notamment dans les Alpes-Maritimes.
Deleuze Nom porté dans la Lozère, le Gard et l’Hérault, où il désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Euze (= l’yeuse, le chêne vert). On le trouve aussi dans le nord de la France et en Belgique, où il semble correspondre à la commune de Leuze, dans l’Aisne.
Deleye Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, devrait désigner celui qui est originaire de la rivière la Lys (néerlandais “Leie”).
Deleys Rare et porté dans la Meurthe-et-Moselle, devrait désigner celui qui est originaire de Ley (57) ou de Leyr (54). Signification probable : haie, clairière.
Delezir, Délézir Nom porté dans le Morbihan. Variantes : Délézire, Délaizir, Le Délézir, Le Délaizir. Semble correspondre à un terme d’ancien français rencontré au XIIe siècle sous la forme deliteor (= jouisseur, celui qui se délecte). Bref, un bon vivant.
Delfarriel Nom originaire du Lot-et-Garonne, à rapprocher des formes voisines Delfariel, Delfargueil, Delfarguiel, portées dans le même département. Il désigne celui qui habite un lieu-dit “le Farriel” ou “le Farguiel”, toponyme lié au fer (petite forge ?). Plusieurs hameaux de cette région s’appellent (le) Farguiel : à Anthe et Cazideroque (47), à Montaigu-de-Quercy (82) et à Valprionde (46).
Delfau Voir Dufau. C’est dans le Lot que le nom est le plus répandu. Variantes : Delfaud (24), Delfaut (15, 48), Delfaux (24).
Delfolie Le nom est picard, et il désigne celui qui est originaire de La Folie (l’article le est féminin en picard). Le toponyme, fréquent en Normandie et en Picardie, pourrait désigner une terre tellement difficile à travailler que c’est folie de vouloir le faire. Mais il paraît plus raisonnable de penser qu’il correspond à un endroit feuillu, un bois ou une forêt.
Delforn Porté dans les Pyrénées-Orientales, c’est l’équivalent du français Dufour : celui qui tient le four banal ou qui habite près du four.
Delfraissy Porté notamment dans le Cantal, désigne celui qui est originaire de Fraissy, nom d’un hameau à Ally (15), toponyme qui évoque un bois de frênes.
Delgado Nom portugais ou espagnol. Peut-être un sobriquet désignant celui qui est grand ou plutôt mince (sens de l’adjectif portugais delgado).
Delgat Le nom est rare et paraît avoir deux origines : d’une part la région toulousaine, où il pourrait correspondre à l’adjectif occitan “delgat” (= mince), mais on pensera aussi au chat (gat) et au gué (ga). De l’autre le nord de la France et la Belgique, où “gat” pourrait être un toponyme flamand avec le sens de “trou”. A noter, toujours dans le Nord, la forme Delgatte, soit variante de Delgat, soit correspondant au mot “gatte” (= chèvre en Flandre).
Delghust Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais, où l’on trouve les variantes Delguste et Delgutte. Le dictionnaire des noms de famille en Belgique romane y voit le fils (article contracté del) d’Auguste, dont Gust(e) est un hypocoristique. L’hypothèse est assez plausible.
Delgove Le nom est porté dans la Somme et les départements voisins (62, 76). Variante : Delegove (59, 62). Il désigne celui qui habite un lieu-dit la Gove, ou en est originaire. Le nom “gove” signifie en ancien picard grotte, cavité profonde.
Delguel Porté en Dordogne, désigne celui qui habite un lieu-dit le Guel, toponyme qui pourrait avoir le sens de gué (cf. le catalan gual).
Delhaye voir Delahaye.
Delhelle Surtout porté dans le Pas-de-Calais, désigne sans doute celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Helle (ancien français helle = barrière). Helle peut aussi être un terme flamand avec le sens de ‘enfer’ (fréquent en toponymie).
Delhomez Nom du Nord-Pas-de-Calais. Désigne sans doute celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Homez, variante du normand l’Homais (lieu planté d’ormes).
Delhomme Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Homme (= l’orme). C’est dans la Vienne que le nom est le plus répandu. On le rencontre aussi dans l’Ardèche et la Drôme.
Delhommeau Surtout porté dans l’Ouest (72, 85, 53, 49), désigne celui qui habite au lieu-dit l’Hommeau, autrement dit l’Ormeau (= l’orme). Variante : Delhommel (53). Avec le même sens : Delhomel, Delhomelle, Delhommelle (80).
Delhorme Variante de Delorme (lieu où se trouve un orme) rencontrée dans le Lyonnais.
Delhoste Signifie “de l’hôte”, sans doute celui qui tient une auberge. Le nom est porté dans le Sud-Ouest (40, 64) et dans les Pyrénées-Orientales. Avec le même sens : Delhote (87).
Delhotte Le nom est porté en Belgique, essentiellement dans la province de Namur. C’est peut-être l’équivalent de Delhoste (voir ce nom), mais Herbillon et Germain (voir bibliographie), qui voient dans Delhoute une variante de Delhotte, rattachent le nom au wallon “hote” (“houte”), avec le sens de hutte, abri.
Delhoume Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Houme (= l’orme). Le nom de famille est surtout porté dans le Limousin et le Poitou. Variante : Delhourme (24). Diminutifs : Delhoumeau, Delhoumeaud (= de l’ormeau, Poitou-Charentes).
Deliège Désigne celui qui est originaire de Liège. Le nom est assez courant dans l’Oise et le Nord-Pas-de-Calais.
Delienne Surtout porté dans le Pas-de-Calais, le nom semble renvoyer à la vallée de la Lienne, dans les Ardennes belges, c’est en tout cas le seul lieu actuel qui corresponde. Première mention connue : 1569, Nicolle de Lienne, “damoiselle de Mussem” (Mussem était une paroisse de la commune d’Ecques).
Deliessche Surtout porté dans le département du Nord, semble désigner celui qui est originaire de Licques, dans le Pas-de-Calais (Lisches, Leisceae au XIIe siècle). Le toponyme (Liska en 1072) pourrait désigner un lieu marécageux, où pousse la laîche (carex, du germanique *liska). Autre possibilité : le domaine de Liscus, nom d’homme gaulois.
Delignières, Delignière Celui qui est originaire de Lignières, toponyme très fréquent porté par plusieurs communes françaises. Le nom signifie champ de lin. C’est dans la Somme que le patronyme Delignière(s) est le plus répandu, ce qui est un peu normal puisqu’on y trouve à la fois les communes de Lignières et de Lignières-Châtelain.
Deligny Surtout porté dans le Pas-de-Calais, désigne celui qui est originaire de Ligny, nom de nombreuses communes, dont quatre dans le Pas-de-Calais et deux dans le Nord. Sens du toponyme : sans doute domaine gallo-romain (suffixe -acum) appartenant à Linius ou à Latinius, noms d’homme latins. On a parfois envisagé aussi une terre où l’on cultive le lin, ou encore une racine prélatine *lin évoquant un cours d’eau. Variantes ou formes voisines : Delignie, Delignies (59).
Delille Essentiellement porté dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui est originaire de Lille.
Delion Le nom est notamment porté dans le Loiret, la Seine-et-Marne et l’Ille-et-Vilaine. Il désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Lion (cinq communes en France, dont deux dans le Loiret, ainsi que plusieurs hameaux). Le sens du toponyme est le même que celui de Lyon (Lugdunum : forteresse dédiée au dieu Lug, le sens de Lug étant cependant incertain).
Delirant Nom porté dans la Haute-Vienne et la Vienne. On trouve également dans la Vienne la forme Lirand. Il semble qu’on ait affaire à un toponyme, mais je ne trouve rien qui corresponde, sinon une improbable déformation de Lizant, village de la Vienne.
Delisau Nom porté en Catalogne (notamment à Vic et Manresa). Sens incertain, peut-être un nom de personne d’origine germanique, Adalsad (adal = noble + sad = repu, rassasié). Si le nom n’est pas catalan, on peut envisager celui qui est originaire de Lisau, toponyme rencontré en Gascogne (c’est le nom d’un cours d’eau à Arricau-Bordes, Pyrénées-Atlantiques), sachant cependant qu’il n’y a pas de Delisau en France.
Delisle C’est en Normandie et en Bretagne que le nom est le plus répandu (50, 76, 35, 22), mais on peut le rencontrer dans d’autres régions. Il désigne celui qui habite une île ou un lieu-dit l’Île (avec parfois le sens de terre au milieu d’une rivière).
Delissalde, Délissalde Nom rare porté en Pays basque. Désigne celui qui habite le lieu-dit Elissalde (voir ce nom).
Delissen Le nom est flamand (néerlandais). On le considère comme un diminutif de Dielis, forme brabançonne de Gielis (= Gilles, du latin Egidius). Autres variantes du nom : Dielissen, Dellis, Dellisse, Dilis, Dilissen, Delijs, Delys, Dellys, Thelis, Thelissen, Thiljis, Thylys, Tiles, Tilis, Tilisen, Tillitse, Dillens, Diel, Diels, Diehl, Diele, Diellens, Dille, Dillens etc.
Delizy Patronyme porté dans l’Aisne et la Seine-et-Marne. Désigne celui qui est originaire de Lizy, nom de deux communes françaises qui se trouvent justement dans ces deux départements (dans le 77, le nom complet est Lizy-sur-Ourcq). Sens du toponyme : nom de domaine gallo-romain, Lisiacum, formé sur le nom de personne latin Lisius.
Della Giustina Nom italien porté en Vénétie, dans la province de Trévise. Il est formé à partir du prénom féminin Giustina (Justine), désignant celui qui appartient à la famille de Giustina.
Della Rovere Nom italien relativement rare. On le trouve notamment dans les Abruzzes et en Ligurie. Voir Rovere pour le sens.
Dell’Agnola Assez rare et porté dans le nord de la Vénétie, désigne celui qui appartien à la famille d’Agnola, forme féminine de Agnolo, lui-même variante vénitienne du prénom Angelo (en français = ange). Le nom de famille Agnoli est assez répandu dans l’Italie du Nord (on le trouve aussi en Campanie).
Dell’Aira Nom porté en Sicile. En italien, le mot aira désigne une graminée (la canche), mais en Sicile ce devrait être une variante de l’italien “aia” (= aire).
Dell’Anna Désigne en italien celui qui appartient à la famille d’Anna (= Anne). Le nom est très répandu dans le sud des Pouilles (à l’extrémité du “talon de la botte”).
Dell’Aquila Un nom italien désignant le plus souvent celui qui est originaire de la ville de l’Aquila, dans les Abruzzes. Eventuellement aussi le fils de celui qui s’appelle (l’) Aquila, qui peut avoir le même sens ou être un surnom donné à celui qui ressemble à un aigle (pour son regard, son intelligence ou son nez, par exemple).
Dellavalle Fréquent dans le Piémont, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit la Valle (= la vallée). Variante plus fréquente : Della Valle (Campanie, Lombardie notamment).
Dellevi Le nom est porté en Martinique. Aucune idée quant à sa signification.
Delleville Nom très rare, qui désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Elleville. On pensera notamment à Elleville, hameau à Saint-Martin-des-Champs (78). Autre possibilité : celui qui habite la ville (de la ville).
Delliaux Surtout porté dans le Pas-de-Calais (Audighem), le nom renvoie sans doute à un toponyme, reste à savoir lequel. La solution la plus simple et apparemment la plus juste est de le décomposer en “de l’iau” (celui qui habite au bord de l’eau).
Delmail Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique. Variante : Delmaille. Le rapport avec le mot mail (gros marteau, maillet) semble logique, peut-être pour désigner par métonymie une forge.
Delmarty Porté notamment dans le Cantal (également 42, 46, 12), désigne celui qui appartient à la famille de Marty (= Martin). Variante : Delmarti (42).
Delmas Variante occitane du catalan Mas, avec l’article del (voir Mas).
Delmer Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui habite un lieu-dit Mer, Meer, toponyme ayant le sens d’étang, marécage (néerlandais “moer”, moyen néerlandais “mere”). Variantes : Delmert, Delmeire, et peut-être même Delmaire, qui pourrait n’avoir aucun rapport avec un maire.
Delmetz Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, c’est l’équivalent de Dumez (voir ce nom). Variantes : Delmeiz, Delmet, Delmez, et sans doute aussi Delmay, Delmé, Delmée.
Delmoitié Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Variante : Delmoitiez. Sans doute le surnom d’un métayer (celui qui possède une terre à mi-fruit). Le dictionnaire des noms de familles en Belgique romane signale en 1284, à Ypres, un certain Henri de le Moitiet de maison.
Delmotte Surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l’Aisne, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit la Motte (petite colline sur laquelle était construite une fortification), toponyme très fréquent dans toute la France. Variantes : Delamothe, Delamotte, Delemotte, Delmote.
Delmouly Désigne celui qui habite un lieu-dit le Mouly (= le moulin), éventuellement surnom d’un meunier. On trouve surtout le nom dans le Lot et le Lot-et-Garonne, ainsi que dans l’Aveyron. Variante : Delmoly (12).
Delobbe Porté en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais, le nom s’écrit aussi Delobe, Delobes. Il devrait désigner celui qui est originaire de Lobbes, localité du Hainaut située entre Charleroi et Maubeuge.
Delobeau Nom porté surtout dans le département du Nord. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Aubel, l’Obel (= lieu où pousse le peuplier blanc), contracté en Lobel, Lobeau, Lobelle. A noter par exemple le hameau de Lobeau à Cappelle-en-Pévèle (59). Variantes : Delobal, Delobaux, Delobel, Delobbel, Delobelle.
Deloche Porté dans l’Ardèche et la Haute-Savoie, désigne celui qui est originaire de Loche, toponyme fréquent dans ces régions. On notera par exemple des hameaux à Roiffieux et à Soyons (07), ou encore à Chevaline (74). Loche est une agglutination de l’Oche (‘oche’ étant un terme qui servait à désigner un verger, une terre fertile ou un enclos près du vilage, latin médiéval olca, olchia, d’origine gauloise). Avec le même sens : Delouche (43, 45).
Deloffre Assez courant dans le département du Nord, désigne sans doute celui qui est originaire de Loffre, commune du même département. Variantes : Deloffe, Deloffer. Selon E. Nègre, le toponyme correspond au nom de personne germanique Lotfridus.
Deloi Porté dans les Landes, devrait désigner celui qui appartient à la famille d’un nommé Eloi, ou encore celui qui habite la ferme d’Eloi.
Deloince Nom porté dans le Centre, surtout dans le Loiret, également présent en Seine-et-Marne. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Loince. On a le choix entre le hameau de Loince (Nançay, 18) et celui de Loinces (La Selle-sur-le-Bied, 45, commune où l’on trouve aussi le moulin de Loince). Sens du toponyme : à rattacher sans doute à la rivière du Loing. On trouve d’ailleurs pour le nom de famille une variante Deloingce, portée aujourd’hui dans l’Oise. On peut aussi envisager un rapport avec le lynx (oince en ancien français).
Delolme Porté dans la Haute-Loire et les départements voisins (07, 42), désigne celui qui habite un lieu-dit “l’Olme” ou en est originaire. Le toponyme correspond au français “orme” (latin “ulmus”). Plusieurs hameaux s’appellent l’Olme dans la région concernée, notamment dans la Loire.
Delom Tout comme ses variantes Delhom, Delhome, Delolm, c’est un nom porté en Languedoc et en Auvergne (Cantal) et formé sur le mot “olm” (= orme), dont “om” est une variante. Autrement dit, celui qui habite un lieu-dit “l’Olm” ou “l’Om”, ou qui en est originaire. L’orme est également présent dans les noms voisins Delomais (37), Delomas (89), Delome (03, 26), Delomel, Delomelle, Delomez, Delommel, Delommez (62, 80, 59), Delomme (16, 80), Delommeau, Delommot (49, 53, 72).
Delompré Porté dans la Haute-Marne, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Longpré, Lompré (= le long pré), toponyme très fréquent et nom de plusieurs communes.
Delon Le nom est porté dans les Vosges, mais aussi dans les Cévennes. Dans les Vosges, comme l’indique la forme ancienne Délon, il s’agit d’une aphérèse d’Adélon, nom de personne d’origine germanique formé sur la racine “adal, adel” (= noble), qui a donné aussi le prénom Adèle. Dans les Cévennes, le sens est peut-être le même, mais on pensera aussi à une déformation de Delom (voir ce nom).
Delonca Porté notamment dans les Pyrénées-Orientales, semble désigner celui qui est originaire d’un lieu-dit Lonca, qui pourrait se situer dans les Hautes-Pyrénées (voir Lonca).
Delonelle, Delonnelle Nom rencontré dans la Marne. Peut-être de l’onelle, qui désignerait un lieu où poussent les aulnes.
Delong Lorsque le nom est porté dans la Somme, il désigne sans doute celui qui est originaire de Long, commune du même département (Longus Superior en 856) ayant sans doute le sens de long village. Dans d’autres régions, notamment dans les Vosges, ce devrait être une variante de Delon (voir ce nom), par attraction de l’adjectif “long”.
Deloraine Désigne celui qui est originaire de Lorraine. Le nom est surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Variantes : Delorraine, Delorrainne.
Delorme Origine toponymique. Celui qui habite près d’un orme, ou qui est originaire d’une localité appelée l’Orme.
Delormel Désigne celui qui habite le lieu-dit l’Ormel (= l’ormeau). Le nom est surtout porté dans l’Oise. Variante : Delormeau (peut-être dans la Vienne).
Delort Nom de famille très fréquent dans le Cantal. Désigne celui qui habite le lieu-dit l’ort (= jardin en occitan, du latin hortus). Variantes : Delor (31, 87), Delord (24, 33, 30), Delors (19, 87).
Delory Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais (variante : Delori). Devrait désigner celui qui est originaire d’un lieu-dit Lory (Lori, Lorie), mais il n’y a apparemment rien qui corresponde dans la région. M.T. Morlet propose pour sa part le fils de celui qui s’appelle Lory. Le nom étant également porté en Belgique, il pourrait correspondre au wallon lorî (= le laurier), hypothèse proposée par Herbillon et Germain (Dictionnaire des noms de famille en Belgique romane).
Delos Nom porté dans les Pyrénées-Orientales, en Vallespir (Prats-de-Mollo). Sa signification est incertaine. On peut penser à celui qui est originaire d’une localité appelée Alos, nom d’une commune de l’Ariège (également 81, 64) et de deux villages de Catalogne (Alós de Ísil et Alòs de Balaguer). Cependant, certaines graphies “Délos” semblent contredire cette interprétation. Le nom de famille est également porté dans le Nord-Pas-de-Calais, où il peut désigner celui qui est originaire de Loos (59, 62), mais on pensera aussi à un patronyme flamand, à rattacher au néerlandais “los” (= libre).
Delosières Porté dans le Pas-de-Calais (variantes : Delosière, Delozière, 60, 59, 62), désigne celui qui habite un lieu-dit l’Osière, Losière(s), ou qui en est originaire. Signification : lieu où pousse l’osier (lieu humide, marécageux). Avec le même sens : Delosier, Delozier (61).
Delot Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais et la Somme. Variante : Delots. Sens obscur.
Deloume Désigne celui qui habite un lieu-dit l’Oume (= l’orme). Le nom est porté dans la Vienne et la Haute-Vienne. Dérivés : Deloumeau, Deloumeaux (= de l’ormeau), surtout portés aujourd’hui en Guadeloupe, où le nom a été aussi déformé en Delourneau, Delourneaux. Formes voisines : Delourme (35, 56, 59), Delourmel (35), Delousme (16, 86).
Deloupy Nom surtout porté dans l’Aude. Devrait désigner celui qui est originaire d’une localité appelée Loupy, mais je n’en trouve aucune. Il y a bien dans l’Aude le village de Loupia, mais comme l’accent tonique porte sur le a, cette dernière lettre devrait s’être maintenue. Autres pistes : les hameaux de Loupis à La Selve (12) et de Loupit à Parentis-en-Born (40).
Delouvée Nom porté en Poitou-Charentes, également écrit Delouvé. Je n’en connais pas le sens.
Delouvrier Désigne le fils de l’ouvrier (voir Ouvrier). C’est dans l’Aveyron que le nom est le plus fréquent (variante : Delouvrié).
Deloze Nom assez peu fréquent, que l’on trouve en Lorraine (54), mais aussi dans la Vienne. Désigne celui qui est originaire d’une localité qui pourrait être Delouze (Meuse), ou encore Louze(s), nom de deux communes de la Haute-Marne et de la Sarthe. Le toponyme vient sans doute du latin lutosa = (terre) boueuse. Il existe une commune appelée Loze, mais elle se trouve dans le Tarn-et-Garonne.
Delpage Porté dans le département du Nord, désigne le fils de celui qui s’appelle Lepage, éventuellement le fils du page (voir Lepage).
Delpal Porté notamment dans l’Aveyron, désigne celui qui habite un lieu-dit “le Pal” ou en est originaire. Le toponyme évoque un pieu, un poteau, éventuellement un rocher à pic. Deux hameaux aveyronnais portent ce nom, à Vézins-de-Lévézou et à Peux-et-Couffouleux.
Delpech Nom du Sud-Ouest (Lot notamment) signifiant de la colline. Celui qui habitait au lieu-dit Le Pech.
Delpérié Nom rencontré dans le Rouergue. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée le Périé (éventuellement le Périer, le Perrier), ou qui habite un lieu-dit ainsi appelé. Sens du toponyme : amoncellement de pierres.
Delpeuch Equivalent de Delpech, Delpuech (occitan “pueg” = colline, sommet), le nom est surtout porté dans le Cantal.
Delpey Le pey étant une variante du puy (colline, sommet), celui qui s’appelle Delpey habitait sur une colline ou était originaire d’une localité ainsi nommée.
Delpeyroux Désigne celui qui habite un lieu-dit le Peyrou, le Peyroux (= grosse pierre ou pierre servant de support à un oratoire, égaement endroit pierreux). C’est dans le Lot et le Tarn-et-Garonne que le nom est le plus répandu. Variante : Delpeyrou.
Delpino Rare, le nom peut venir d’Espagne ou d’Italie. Dans le premier cas (variante : Delpiño), il désigne celui qui est originaire d’un lieu dit “el Piño” (= le pin). Dans le second cas (nom porté en Ligurie), on pensera plutôt à celui qui appartient à la famille de Pino (voir Pini pour le sens), mais un toponyme est également possible. On trouve aussi dans le nord de l’Italie quelques Delpini (province de Varese) et des Delpin (province de Gorizia).
Delpire Variante de Dupire (voir ce nom) portée dans le département du Nord.
Delplace Nom picard désignant celui qui habite une maison située sur la place. En ancien picard, l’article le est féminin (de même que l’article contracté del).
Delplanque, Desplanques Il s’agit d’un nom picard ou wallon, qui signifie mot-à-mot de la planche, des planches, sachant que la planche était une passerelle. Donc celui qui habite le lieu-dit la Planche, les Planches, endroit où l’on passe la rivière. Il existe une commune appelée Planques dans le Pas-de-Calais. Variantes : Deleplancque, Deleplanque, Delaplanche, Delaplanque, Delplanche, Delplancke, Delplancq, Delplanques, Desplanque.
Delpont L’équivalent occitan du français Dupont (voir Pont).
Delporte Une forme typique du Nord pour désigner celui qui habitait près de la porte (de la ville). En picard et en wallon, l’article le est aussi bien féminin que masculin.
Delpuech Désigne celui qui habite un lieu-dit le Puech (= le sommet, la colline, latin podium). Le nom est surtout porté dans le Cantal et en Lozère. Forme voisine : Delpuch (47, 82).
Delrée Nom porté en Belgique et dans le nord de la France. Désigne celui qui habite un lieu-dit (la) Rée, sans doute avec le sens de sillon ou rigole.
Delrieu, Delrieux Désigne celui qui est originaire du lieu-dit le Rieu (= le ruisseau, le cours d’eau). On trouve les Delrieu surtout dans l’Ariège et le Tarn. Quant aux Delrieux, on les rencontre à la fois dans la Dordogne et dans la Manche.
Delrue Surtout porté dans le département du Nord (également 80, 76), c’est une contraction de Delarue (voir ce nom).
Delsart Nom porté dans l’Aisne, le Nord et la Belgique. Pour le sens, voir Dussart. Variantes : Delsarte, Delsaut, Delsaux.
Delsemme Rare en France, le nom est surtout porté en Belgique, dans la région de Liège, où le mot “semme” est attesté à de nombreuses reprises dans les textes anciens pour désigner une taillanderie (atelier, petite usine où on fabrique des outils et fers tranchants). Le nom de famille devrait donc désigner celui qui habitait près d’une taillanderie ou qui y travaillait.
Delseny Nom formé sur seny avec agglutination de l’article. En catalan médiéval, seny est un mot masculin qui signifie cloche (du latin signum, déjà utilisé avec le sens de cloche au VIe siècle). Donc, peut-être un fabricant de cloches (on trouve aussi en Catalogne le patronyme Senyer), un sonneur de cloche, ou bien celui qui habitait près d’un clocher.
Delsol, Del Sol Le nom Delsol est fréquent dans le Rouergue. Il désigne celui qui est originaire d’une localitée appelée Le Sol (divers hameaux, notamment dans le Cantal et le Lot). Sens le plus fréquent du toponyme : aire pour battre les céréales. Quant à Del Sol, c’est un nom castillan qui devrait lui aussi renvoyer à la toponymie, désignant par exemple un lieu bien exposé au soleil.
Delsuc Nom surtout rencontré dans le Massif Central (15, 63). Voir Suc. Variante : Delsouc (82, 46).
Delteil Voir Duteil, Dutheil. Il existe une commune appelée le Teil dans l’Ardèche.
Deltenre Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais ainsi qu’en Belgique, où l’on trouve aussi les variantes Deltendre, Deltandre. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le (la) Tenre, qui renvoie selon le dictionnaire des noms de famille en Belgique romane à la rivière de la Dendre, affluent de l’Escaut.
Delterne Nom rare porté dans le Cantal, rencontré aussi sous la forme Delterme. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Terme, le Terne (évoquant une limite, une borne-frontière).
Deltombe Le nom est surtout porté dans le département du Nord. Variantes : Deltombes, Deletombe et aussi Deltomme (Belgique). Il désigne celui qui habite un lieu-dit “la Tombe” ou en est originaire. Le toponyme, assez courant en Picardie, devrait être lié à la présence d’un dolmen ou d’un tumulus.
Deltort Surtout porté dans l’Aveyron, le nom renvoie à l’occitan “tort” (= tordu, tortueux, boiteux), soit pour désigner le fils de celui qui porterait un tel surnom, soit plutôt pour désigner celui qui est originaire d’un lieu-dit “le Tort” (chemin tortueux). Le nom est à rapprocher des formes Deltor, Deltorn et Deltour, présentes dans la même région, qui évoquent pour leur part un virage ou un méandre de rivière.
Deltour On trouve ce nom dans la Lozère. Pourrait désigner celui qui est originaire du lieu-dit le Tour (= le tournant), rencontré aux confins du Massif Central. Peut éventuellement aussi être le surnom donné à un tourneur.
Delubac Surtout porté dans l’Ardèche et le Vaucluse, désigne celui qui habite un lieu-dit Lubac, l’Ubac (= versant situé à l’ombre). Deux hameaux s’appellent Lubac à Toulaud et à Saint-Victor (07).
Delubes Nom assez rare porté dans le Sud-Ouest (31,64, 33). Il désigne celui qui est originaire de Lube, l’une des bourgades formant la commune de Coslédaà-Lube-Boast (64). Signification probable : lieu fréquenté par les loups.
Déluchat, Deluchat Le nom est porté en Limousin (23, 87). Également écrit Deluchapt, il renvoie à une localité appelée Luchat, Luchapt, nom de deux communes (17, 86), mais aussi de divers hameaux : Luchapt à Magnac-Laval, Darnac et Vicq-sur-Breuilh (87), Luchat à Gartempe et à Tardes (23), ainsi qu’à Saint-Bonnet-Briance (87). Signification du toponyme (qui peut aussi s’écrire Luchac) : le domaine de Lupius (ou Lupidius), nom de personne latin.
Deluen Surtout porté dans la Loire-Atlantique, le nom me demeure assez obscur. Il semble qu’il faille le décomposer en de + Luen, ce dernier élément n’étant pas inconnu : un hameau du Finistère s’appelle Kerluen. Luen serait un surnom correspondant à l’adjectif breton lugern (= brillant, luisant). mais ce n’est qu’une hypothèse.
Delumeau Nom porté dans les Deux-Sèvres et en Vendée, rencontré aussi dans l’Indre. Désigne celui qui habite un lieu-dit l’Umeau (= l’ormeau). Il existe une commune appelée Lumeau, mais dans l’Eure-et-Loir.
Deluqué Difficile de se prononcer sans données généalogiques sur ce nom très rare. A priori, on peut penser à celui qui est originaire de Luquet, commune des Hautes-Pyrénées et nom de divers hameaux du Sud-Ouest. Le nom de famille Luqué existe d’ailleurs dans les Pyrénées-Atlantiques.
Delvalac Porté dans le Lot-et-Garonne, le nom est une déformation de Delvalat (même région), désignant celui qui habite un lieu-dit le Valat (= le fossé, notamment fossé autour d’une localité fortifiée).
Delvalle Egalement écrit Delval, Delvale, Delvau, Delvaux, Delveau, Delveaux, le nom est porté en Picardie et dans le Nord-Pas-de-Calais. Il désigne celui qui habite un lieu-dit “le Val” (= le vallon, la vallée). Le mot “vallée” est à l’origine du nom Delvallée (59, 62), et le diminutif “vallet” se retrouve dans Delvallet, Delvallez, Delvalet, Delvalez (59, 62).
Delvenne Forme contractée de Delavenne (nord de la France et Belgique), désignant un producteur d’avoine ou celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Avenne (= champ d’avoine).
Delville Désigne celui qui est originaire de la ville ou d’un lieu-dit “la Ville”. Le nom est assez répandu dans l’Aisne et le Nord-Pas-de-Calais. Variante : Deleville. On trouve également la forme Delaville dans la Manche et le Loiret.
Delvolvé Porté notamment dans le Tarn-et-Garonne, devrait désigner celui qui habite un lieu-dit “le Volvé” ou en est originaire. Un hameau s’appelle Le Volveix à Celles (24). A noter aussi Volvey à Coursac (24). Le toponyme semble lié au verbe “volver” (= tourner), mais des formes anciennes seraient les bienvenues pour avoir une certitude.
Delwarde Le nom est surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais et la Somme. Variantes ou formes voisines : Delwarte, Delwart, Delwardre (59). C’est une variante de Delgarde (voir Delagarde pour le sens).
Delwaulle Porté dans la Somme et le Pas-de-Calais, le nom est une variante de Delwalle, Delwale, Delwal. Le mot ‘walle’ a ici le sens de rempart, fortification, douve (terme flamand). Il s’agit donc de celui qui habite près des remparts.
Delzenne Porté dans le département du Nord, c’est une variante de Delezenne (également Delezennes), désignant celui qui est originaire de Lezennes, commune du même département. Sens possible du toponyme : le domaine de Licin(i)us, nom d’homme latin.
Delzeux Très rare et aujourd’hui porté dans le Rhône, le nom s’est parfois rencontré dans l’Hérault, où on trouve la forme voisine Delzeuzes. Il renvoie à un toponyme évoquant le chêne vert (occitan “euse”, français “yeuse”). Avec le même sens : Delzieux (82).
Demacon Le nom est surtout porté dans les Ardennes. Il désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Mâcon ou Macon, peut-être Fontaine-Mâcon dans l’Aube, mais plutôt Macon en Belgique, dans le Hainaut.
Demade Nom porté dans le département du Nord. Sans doute une forme contractée de Demadre, patronyme rencontré en Belgique et qui correspond au flamand De Mader (= le faucheur, du moyen néerlandais mader).
Demaeght Le nom signifie en flamand “la jeune fille” (moyen néerlandais maagt). Il s’agit donc en principe d’un matronyme. On le rencontre en Belgique et dans le Nord. Variantes : Demaegd, Demaegt.
Demaerel Nom porté dans le département du Nord et en Belgique. Variantes : Demaere, Demaerle. C’est un surnom flamand désignant apparemment celui qui est bien vu, qui a bonne réputation (article de = le + moyen néerlandais maer).
Demaertelaere Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique, le nom s’écrit aussi Demartelaere, De Martelaere, De Marteleire. Il désigne un martyr, un souffre-douleur (néerlandais “martelaar”).
Demageaux Rare, le nom est porté dans l’Aisne. Il devrait s’agir d’une déformation de Demangeau, diminutif de Demange (= Dominique).
Demagny Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Magny. C’est dans la Somme et le Pas-de-Calais que le nom de famille est le plus répandu, ce qui peut éventuellement nous renvoyer à Magny-la-Fosse (02). De toute façon le toponyme est très répandu dans toute la moitié nord de la France. C’est un nom de domaine gallo-romain, Magniacum, formé sur le nom de personne latin Magnus, Magnius.
Demailly Désigne celui qui est originaire de Mailly (voir ce nom). Le nom est surtout porté dans la Somme, l’Oise et le Pas-de-Calais.
Demain Porté dans le département du Nord et en Belgique, devrait désigner celui qui est originaire du village de Maing (59). Un lien avec l’adverbe “demain” semble à écarter.
Deman Surtout porté dans le département du Nord, devrait être un patronyme flamand, variante de De Man (= l’homme).
Demanez Porté dans le département du Nord et les Ardennes, le nom est plus fréquent sous la forme Demanet. Il pourrait désigner celui qui est originaire de Manet, toponyme ayant en Normandie le sens de manoir. Mais certaines formes anciennes rencontrées en Belgique laissent penser qu’il s’agirait d’une contraction de Dame Agnès (Dame Anet) : le dictionnaire des noms de famille en Belgique romane évoque ainsi une Jeanne Dameagnès dite Demanet à Nivelles (1641). Cependant, d’autres textes mentionnent la forme Desmanet, qui devrait signifier ‘le domaine des Manet’ (voir ce nom). C’est peut-être la meilleure solution.
Demange Nom que l’on trouve essentiellement dans le département des Vosges (et un peu aussi dans le 54 et le 57). C’est une forme régionale du prénom Dominique. En composition : Demangeclaude (Demange + Claude).
Demangeau Porté dans la Loire-Atlantique, c’est un diminutif de Demange (= Dominique), un nom dont il faut préciser qu’on le rencontre surtout en Lorraine.
Demangel, Demangeon, Demangeot Diminutifs de Demange, que l’on rencontre dans le même secteur géographique (essentiellement le 88).
Demar Le nom est porté en Martinique, mais on le rencontre aussi en Limousin (87), où l’on trouve également les formes Demard, Demars, qui semblent identiques. Reste à savoir quelle est la forme primitive : pour Demard, on pensera au fils de Mard, variante régionale du prénom Médard. Pour Demars on pensera plutôt à celui qui est originaire de Mars, nom de nombreux hameaux.
Demarbre Porté dans le Poitou (79, 86), c’est une déformation de Demardre, nom désignant celui qui est originaire de Mardre, hameau à Saint-Léger-de-la-Martinière (79), très proche de Melle, également lieu-dit à Niort.
Demare Surtout porté en Seine-Maritime (variante : Demares), désigne celui qui habite un lieu-dit (la) Mare, (les) Mares, toponyme évoquant une mare, un étang.
Demaret Porté en Picardie et dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui habite un lieu-dit Maret, toponyme ayant le même sens que “marais”. Variantes ou formes voisines : Demarest (76, 80, 02), Demarets (76, 59, 62), Demaretz (62, 59, 02, 80), Demarey, Demarez (59, 60, 62), Demarrez (59).
Demarly Porté dans l’Aisne et les départements voisins (59, 60), désigne celui qui est originaire de l’une des nombreuses localités appelées Marly. C’est, entre autres, le nom d’une commune de l’Aisne. Sens du toponyme : le domaine de Marilo, nom d’homme gaulois, ou encore de Marilius, nom d’homme latin. Autre possibilité : terrain marneux.
Demarne Nom porté notamment en Lorraine (également 95, 77). On peut évidemment penser à celui qui habitait près de la Marne. Mais Marne est également un toponyme assez répandu avec le sens de terrain marneux, argileux.
Demarque Le nom est surtout porté dans le nord de la France (59, 62, 02) et en Belgique. Variantes : Demarck, Demarcke, Demarcq. Il désigne celui qui est originaire de l’une des diverses localités appelées Marcq (et formes similaires), aussi bien en Belgique que dans le Nord. Sens du toponyme, d’origine germanique : soit un marécage, soit une limite, une frontière.
Demarseille C’est dans l’Oise que le nom est le plus répandu. Voir Marseille pour le sens.
Demassieux C’est dans le Pas-de-Calais que le nom est le plus répandu. Difficile de dire si on a affaire au fils de Massieux (hypocoristique de Thomas) ou à celui qui est originaire d’une localité appelée Massieux. Dans ce département, la première solution semble cependant préférable. Le nom de famille Massieux est pour sa part fréquent dans l’Oise.
Demaux Le nom est surtout porté en Picardie (60, 02) et dans le Nord. On le rencontre parfois aussi dans le Sud-Ouest. Variante (ou forme voisine) : Demeaux (46, 89, 59). Il désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Maux ou Meaux. Outre Meaux en Seine-et-Marne, on trouve aussi Maux dans la Nièvre, et les villages de Meaux dans le Rhône et l’Eure-et-Loir (commune de Chérizy), la liste n’étant sans doute pas exhaustive.
Demay Porté dans diverses régions, le nom est surtout répandu dans l’Ille-et-Vilaine et le Pas-de-Calais. Il désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit appelé May, toponyme très répandu qui a le plus souvent le sens de domaine rural (équivalent de l’occitan mas). On retrouve ce sens dans les formes Demetz, Demey (Picardie, Nord).

Retour à la page d’accueil du dictionnaire