A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par D

Da Costa-Dansot
Dantec-Davy
Dawance-Decroix
Decrop-Delavierre
Delavigne-Demay
Demaya-Desandrouins
Désannaux-Detournay
Detrait-Diner
Dingremont-Doudelet
Doudement-Ducarouge
Ducasse-Dupas


Dingremont Nom rare porté dans la Somme. Il désigne celui qui est originaire d’un ancien village appelé Ingremont ou Engremont (ou des formes voisines). Il existe un bois d’Engremont à Fricourt (80).
Dini Très répandu en Italie centrale, c’est la forme plurielle de Dino, nom plus rare présent en Sicile et en Piémont. C’est un nom de personne, aphérèse de noms tels que Bernardino, Corradino, Rinaldino et autres diminutifs terminés par -dino. Diminutifs : Dinello (Vénétie), Dinelli (Toscane, Corse), Dinetti (Toscane et nord du Piémont). Le nom Dinel, rencontré en Bretagne (35, 56), pourrait être formé de la même façon (diminutif d’Audin, Bernardin, Renaudin etc.) mais, s’il est d’origine linguistique bretonne, on pensera aux divers mots “din” avec les sens suivants : forteresse, digne, dé à jouer, petit bigorneau.
Dinis, Diniz Forme portugaise du nom de baptême Denis.
Dinkel, Dinckel Nom allemand qui désigne l’épeautre (variété de blé). Il peut s’agir d’un toponyme, mais je pense plutôt au surnom donné à un cultivateur, surnom que l’on trouve aussi sous les formes Dinkelmann et Dinkelbauer.
Dinomais Nom porté dans l’Ille-et-Vilaine et la Mayenne. Variantes anciennes : Dignomais, Le Dignomais, Dignomet. Je n’en connais pas le sens. La terminaison -ais est souvent liée à des toponymes dans cette région, mais je n’en trouve aucun qui corresponde.
Dinouart Porté dans la Somme, le nom y est plus fréquent sous la forme Dinouard. Formes similaires : Dinoir, Dinoird, Dinoire (59, 62, Belgique). Sens obscur. Un rapport avec le verbe “dîner” est possible, mais douteux. À envisager éventuellement une forme “de Nouart”, qui pourrait renvoyer à la commune de Nouart (08), également nom de personne germanique (Nothard).
Dinsenmeyer Patronyme rencontré en Alsace. On y retrouve le nom Meyer (allemand Meier, Maier), qui peut avoir plusieurs sens : régisseur (ou majordome), maire, fermier. Quant à Dinsen, il s’agit en principe de l’équivalent du prénom français Denis. Comment faut-il interpréter le patronyme ? Difficile à dire : peut-être le maire Denis ? Ou encore, mais je ne sais pas si c’est possible, Denis l’aîné (sens du latin major, qui est à l’origine de Meier).
Dintinger Porté dans le Bas-Rhin, le nom paraît désigner celui qui est originaire de la commune de Denting, en Moselle.
Dintzner Nom rencontré en Moselle. Variante : Dinzner. La forme ancienne du patronyme est Duntzer (Düntzer), devenu ensuite Duntzner, puis Dintzner. Sens obscur. Selon Bahlow (Deutsches Namenlexikon), Düntzer désignerait celui qui est originaire de Dünzing, en Bavière, ou de Dünzebach (je n’ai pas pu localiser l’endroit), l’élément “Duntz” (tuntz) signifiant “boue”. Dans le domaine des toponymes, on pourra rajouter Tünzhausen (Bavière) et Tinzen (Suisse).
Diogon Nom surtout porté dans le Puy-de-Dôme. Apparemment un ancien nom de personne, mais je ne trouve aucune racine qui corresponde (à moins d’en faire une variante de Diogène, ce qui est tout de même bien audacieux). On peut aussi y voir une variante de Digoin (celui qui est originaire de Digoin, 71), mais ce n’est guère satisfaisant.
Dion Deux solutions sont généralement proposées par les dictionnaires : 1. Un ancien nom de baptême, Didon, venant du germanique Thiodo, Diodo (= peuple). 2. Un toponyme très fréquent en France, évolution de Divonus, qui vient lui-même du celtique *devos (= dieu). Le nom est surtout porté dans le Loiret, l’Indre et le Cher. Un exemple relevé dans la Mayenne montre en outre qu’il y a eu parfois confusion entre Dion et Guion (voir ce nom). La même confusion se rencontre au Québec, où Guyon devient Dion au début du XVIIIe siècle.
Dionne Porté notamment dans la Nièvre, c’est peut-être un matronyme formé sur le nom de personne Dion (voir ce nom). Mais on pensera plutôt à un toponyme, nom de divers hameaux et cours d’eau en Bourgogne et dans les régions voisines (Châtellenot, 21, Tonnerre, 89, Viplaix, 03). Voir également Dion pour le sens.
Diop Surtout wolof, parfois aussi toucouleur, ce nom africain est fréquent au Sénégal. Difficile, comme pour tous les noms africains, d’en connaître la signification exacte. L’animal totem en est le paon, ce qui peut constituer un indice.
Diot Nom de famille très répandu en France, notamment dans l’Allier, la Marne, la Saône-et-Loire et l’Aisne. M.-T. Morlet propose un hypocoristique du prénom Didier. Plusieurs études généalogiques montrent en fait qu’il s’agit le plus souvent d’une variante de Guyot (voir ce nom).
Diouf Surtout sénégalais, ce nom africain d’origine sérère est porté chez les Wolofs et les Peuls, dans les castes des pêcheurs et des captifs. Comme pour la plupart des noms d’Afrique noire, son sens est impossible à déterminer avec précision.
Diouy Le nom est porté dans la Marne. Il pourrait s’agir d’une variante de Diwuy (59, 62), désignant celui qui est originaire d’Iwuy, nom d’une commune du Nord.
Diquéro Nom porté dans le Morbihan. Sans doute à raprocher de Diquellou et Diquélou (29), qui sont eux-même des diminutifs de Gicquel (voir ce nom) : le passage de G à D est attesté par des actes du XVIIIe siècle à Quimper, où le nom Jequelou, mentionné en 1748, devient Diquelou en 1770 (source : A. Deshayes, Dictionnaire des noms de famille bretons). Les formes Diquéraud, Diquéreau, Diquerreau devraient en être des variantes francisées.
Dirac Le nom apparaît en Suisse au XIXe siècle, mais devrait venir du sud-ouest de la France (quelques mentions au XVIIe siècle dans la Haute-Garonne). Il faut peut-être le rapprocher de Dirat, assez fréquent dans le Tarn-et-Garonne et la Haute-Garonne. L’origine est certainement un nom de localité, Irac ou Dirac. Une commune s’appelle Dirac, mais elle se trouve en Charente.
Dirat Le nom est surtout porté dans le Tarn-et-Garonne et la Haute-Garonne. Il devrait renvoyer à un toponyme, peut-être Le Dirat, hameau ou ferme à Juilles (32). Autre possibilité : Dirat, ruines à Cuq-Toulza (81). À noter que le nom de famille Dirat a pu se transformer en Le Dirat (fin XVIIIe siècle à Coutances, dans la Manche, nom attribué à un enfant dont le père était originaire du Gers).
Dire Assez rare, le nom est porté dans la Haute-Loire
(Saint-Jean-Lachalm au moins depuis le début du XVIIe siècle), la Loire et l’Ardèche. Je n’en connais pas le sens, mais il pourrait renvoyer à un nom de hameau ou de lieu-dit.
Direz Le nom est surtout porté dans le département du Nord. Sens très incertain. Peut-être un diminutif de Dierick (= Thierry), sachant que ce nom peut se rencontrer sous les formes Dirick et Dirickx.
Dirgala Nom rare porté aujourd’hui en Alsace. Je n’en connais ni l’origine, ni la signification.
Diridollou Nom porté dans les Côtes-d’Armor. Variante : Diridolou. Sens incertain. Si on tente de décomposer le nom, on se retrouve avec les mots “diri” (= escalier) et “dollou” (= tacaud, nom d’un poisson), ce qui ne veut strictement rien dire. Albert Deshayes (voir bibliographie) pense que “diri” pourrait être le pluriel du vieux breton “dar” (= chêne), et que “dolou” serait le pluriel de “dol” (= méandre, terre basse). On peut aussi penser au pluriel de “taol” (= table), avec le sens d’élévation du sol, plateau. On aurait donc affaire à un toponyme, mais je n’en trouve aucune mention.
Diry Nom porté en Saône-et-Loire (également 03, 58). Semble corresponde à un nom de localité. Il y a bien des hameaux appelées (le) Diry, mais pas dans le même secteur géographique : à Cottun (14) et à Locmaria-Plouzané (29).
D’Isanto Nom italien surtout porté à Naples. Sous cette forme, je n’en connais pas le sens, mais il est tentant de le considérer comme une variante de Di Santo (celui qui appartient à la famille de Santo (= saint, nom de baptême, voir Santi).
Dischamps Ou Dischampts. Variante landaise de Deschamps (= des champs). De la même façon Descazaux devient Discazaux, Discazeaux (40).
Discry Porté en Belgique, devrait désigner celui qui est originaire de Scry (commune d’Abée-Scry, province de Liège). Variante : Descry. On trouve en Moselle la forme Discrit, qui semble équivalente.
Disdero Variante de l’italien Desiderio, Desireri (= Didier, latin Desiderius), assez rare et très localisée dans l’ouest du Piémont. Forme plurielle : Disderi. Une origine “française” n’est pas à exclure, on rencontre la forme Disdier dans les Hautes-Alpes.
Disney Célèbre aux Etats-Unis, ce nom de famille se rencontre aussi dans le Pas-de-Calais, où il est très rare. Importé en Angleterre par les Normands, il désigne celui qui est originaire d’Isigny, dans le Calvados. Première mention : William de Ysini, vers 1150.
Disquay Nom rare porté dans les Côtes-d’Armor. Correspond peut-être au breton diskae (= long et mince, selon A. Deshayes). Autre possibilité : celui qui est originaire du Disquay (quay = haie), hameau à Bourbriac (22). Variantes : Le Disquay, Le Disqué.
Dissous Nom porté dans le Pas-de-Calais et la Somme. Pourrait désigner celui qui est originaire d’Issou, dans les Yvelines, mais c’est loin d’être une certitude. A envisager aussi un éventuel surnom ‘dix sous’, à rapprocher du nom de famille Quatresous.
Distel Porté dans le Bas-Rhin et les Vosges, le nom signifie en allemand ‘chardon’. Il s’agit en principe d’un toponyme devenu nom de famille (on évoque parfois un surnom donné à une personne revêche, ou encore une forme courte de Distelfink = chardonneret). A noter qu’il est souvent porté par des juifs askhénazes.
Dit Curieux nom porté dans la Charente, où il est très rare. Sens obscur.
Ditonne Le nom est hélas bien trop rare pour se faire une idée sur son origine géographique et sa signification : peut-être un rapport avec l’Itonne, nom d’une rivière de l’Orne (commune des Genettes).
Ditsch Surtout porté dans la Moselle, c’est une forme courte de noms de personnes tels que Dieter ou Dietrich. Variante : Ditsche. Le nom est plus fréquent sous les formes Dietsch et Dietsche.
Dittli, Dittly Patronyme alsacien, diminutif de Dietel, qui correspond au prénom allemand Dietrich (= Thierry), éventuellement à Dieter.
Dittmar Nom allemand rencontré en Moselle. C’est un nom de personne d’origine germanique, encore utilisé aujourd’hui comme prénom sous la forme Dietmar (Theodmar : theod = peuple + mar = célèbre).
Diudat Variante du prénom Déodat (voir Dieudonné), le patronyme est porté dans les Pyrénées-Atlantiques.
Divaret Nom porté notamment dans la Sarthe. Sens incertain. Peut-être le fils, celui qui appartient à la famille ou à la maison d’Ivaret, qui pourrait être un diminutif d’Ivard, Yvard, noms assez courants dans cette région.
Diverchy Originaire du hameau d’Iverchies, dans le Nord (commune de Wandignies-Hamage, près de Marchiennes). Variante : Divrechy.
Diverrès Nom porté dans le Finistère. Variantes : Diverrez, Divers. Sens incertain, si bien que chaque auteur a sa propre définition. Certains pensent à l’adjectif “diverrus” (= amusant), d’autres à une forme “divrès” (= contrefait), ou encore, comme A. Deshayes, à une femme qui n’est plus vierge (préfixe privatif “di-” suivi de “gwerc’hez” = vierge).
Divet Nom rencontré notamment dans l’Ille-et-Vilaine (Guipry). Désigne le fils d’Ivet (diminutif de Yves).
Divetain Également écrit Diftain, le nom est porté en Normandie (50, 76). Il paraît désigner le fils de celui qui s’appelle Ivetain (ou Yvetain), diminutif de Yves.
Divo Le nom est porté en Moselle. Variante : Diwo. Son sens m’est pour l’instant inconnu.
Divol Le nom est notamment porté dans l’Ardèche et le Gard. Variante : Divoul. Il semble correspondre à l’expression “Dieu veut” et être un nom de baptême médiéval similaire à Dieuleveut. Il est à l’origine du Mas de Divol, hameau ou ferme à Saint-Genies-de-Malgoires (30), et du hameau des Divols à Beaulieu (07).
Divoux Surtout porté dans les Vosges, désigne celui qui est originaire d’Ivoux, hameau à La Chapelle-devant-Bruyères, dans le même département.
Divry Originaire d’Ivry. Chacun connaît Ivry-sur-Seine, mais il y a aussi Ivry-la-Bataille (27), Ivry-le-Temple (60) et Ivry-en-Montagne (21), sans compter peut-être d’anciens villages. Le toponyme désigne un nom de domaine gallo-romain, formé sur le nom d’homme gaulois Eburos, suivi du suffixe -acum.
Dix Nom porté dans la Somme et le Haut-Rhin, ainsi qu’en Allemagne. C’est un hypocoristique du nom de baptême allemand Bendix, Benedix, Benedikt, autrement dit Benoit (latin Benedictus).
Diximus Le nom est porté dans l’Aisne, où il est attesté à Taillefontaine depuis le début du XVIIe siècle. Le verbe “diximus” signifie en latin “nous avons dit”. Difficile de comprendre pourquoi il est devenu un nom de famille.
Dixneuf, Dix-Neuf Etrange nom surtout porté en Vendée. On a longtemps cru qu’il s’agissait d’un surnom donné à un enfant trouvé le dix-neuvième jour du mois, mais M.T. Morlet propose une solution plus originale : la francisation d’un ancien prénom breton, Guiszeneuf, Guiheneuf, variante de Guezennec (guehenneuc < uueithein = combat). Cette solution est confirmée par un acte dressé dans la commune de Boussay (44), où l’enfant est né Guiheneuf (1781) et décédé Dixneuf (1783), le nom des parents variant en même temps. Le même phénomène se rencontre dès le XVIIe siècle en Vendée, à La Boissière-de-Montaigu, où le nom Guineheuf se transforme en Guyneuf puis en Dixneuf. Guineheuf n’est pas un nom breton : c’est le nom de personne germanique Winwulf (latinisé en Winulfus dans le polyptyque d’Irminon), formé sur les racines win (= ami) et wulf (= loup).
Dizambourg Porté en Picardie, notamment dans la Somme, le nom s’est aussi écrit Disambourg, Dizembourg, D’Izembourg. Il pourrait désigner celui qui est originaire d’une localité appelée Izambourg, mais je ne trouve rien qui corresponde, sinon un lieu-dit Lizembourg à Crécy-en-Ponthieu (80). Il semble donc préférable de rattacher ce nom à l’ancien prénom féminin germanique Isanburgis (isan = fer + burg = protection, fortification), à l’origine des noms de famille Isambourg et Izambourg, surtout portés dans le Pas-de-Calais.
Dizeux Porté notamment dans la Somme, devrait désigner celui qui est originaire d’Yzeux, commune du même département.
Dizier Le patronyme est surtout porté dans le Cher. C’est une autre forme du prénom Didier (latin Desiderius). Variante : Disier (70).
Dizy C’est dans les Ardennes que le nom était autrefois le plus répandu. Variantes : Disy, Désy (ou Desy). Il est également arrivé au Québec, l’ancêtre de la famille vivant à Rouen. Quelques mentions aussi dans le Centre. Si le nom était originaire du Centre, on pourrait penser à Izy, hameau à Bazoches-les-Gallerandes (45). Mais il semble que la solution, dans la plupart des cas, soit à trouver en Belgique, où le nom a aussi été porté. Selon le dictionnaire d’Herbillon et Germain, il existe plusieurs possibilités : soit le prénom wallon Dizî, variante de Dizier (= Didier). Soit, si la forme d’origine est Desy, celui qui est originaire de Sy, petit village situé à Vieuxville, dans la province de Liège. Enfin, les deux auteurs envisagent que Desy soit une variante de Dessy, qui pourrait désigner celui qui est originaire de Scy, dans la province de Namur (il y a aussi Scy-Chazelles dans la Moselle).
Djaballah Porté en Algérie, correspond à Jaballah, l’un des nombreux noms arabes formés à partir d’Allah (= Dieu). Celui-ci signifie “réponse de Dieu” (jâb-allah).
Djalloul Variante de Jelloul (voir ce nom).
Djamane Nom de personne arabe qui semble correspondre au mot jumân (= perle), utilisé pour nommer aussi bien des garçons que des filles.
Djaoud Nom de personne arabe (jawd) qui signifie “générosité”. Dérivé : Djaoudi. Les noms Djaout et Djaouti semblent devoir lui être rattachés.
Djaoui Nom de personne arabe (jâwiyy) qui signifie “l’encens”. A noter que le mot jâwiyy vient lui-même de lubân jâwiyy (= résine de Java) qui est à l’origine du français benjoin (cité par Laurent Herz).
Djebbari Dérivé de l’arabe jabbâr, l’un des 99 noms divins. Formé sur la racine j.b.r (= force), le nom semble signifier ‘le Tout-Puissant’.
Djebli Porté en Algérie, désigne celui qui vient de la montagne (arabe jabal, plus connu sous la forme algérienne djebel).
Djelabi Egalement rencontré sous la forme Djellabi, c’est un dérivé de Djellab (arabe jallâb), qui peut avoir plusieurs acceptions : d’abord un adjectif avec le sens de ‘séduisant, attirant’. Ensuite ‘importateur, négociant’, avec en Algérie un sens plus précis, celui de marchand de moutons. Toujours en Algérie, le terme s’applique aussi à un cheval qui se cabre souvent.
Djelassi Le nom est surtout porté en Tunisie. On le rencontre dans d’autres pays sous la forme Jelassi. C’est un dérivé en -i (appartenance à une famille, une tribu), formé sur l’arabe jâlis, qui signifie ‘assis’, mais qui a aussi le sens d’ami intime, compagnon fidèle.
Djelloul, Djellouli Forme surtout algérienne de Jelloul (voir ce nom).
Djenderedjian Nom arménien écrit aussi parfois Jenderedjian. On notera que les patronymes en -djian (avec le suffixe filiatif -ian) sont souvent formés sur des nom de métiers turcs. Sachant que la lettre turque “c” est prononcée “dj”, on pourrait avoir affaire à un dérivé du mot “cendere” (= pressoir), et donc la signification serait “le fils de celui qui a la charge du pressoir”.
Djérassi Patronyme juif originaire de Bulgarie. Je n’en connais pas le sens.
Djian Le nom vient d’Afrique du Nord, où il était essentiellement porté par des juifs. Deux possibilités : soit celui qui est originaire de la ville andalouse de Jaén, soit une déformation de Dayan (dayyan = juge, en hébreu). La première solution semble la meilleure, d’autant que les musulmans originaires de Jaén (qu’ils possédaient jusqu’à la fin du XVe siècle) s’appelaient al Djiani. Le nom de famille Djian est attesté au Maroc dès la première moitié du XVIe siècle.
Djouder Semble correspondre au nom de personne arabe Jadir (jadîr), qui signifie ‘capable, méritoire’.
Djouri Pourrait être être l’équivalent algérien de Youri, variante du prénom Georges rencontrée en Turquie, en Arménie et dans les pays slaves. Mais c’est loin d’être une certitude.
Dmytruk Porté en Pologne ou en Ukraine, c’est un diminutif du prénom Dmitri (ou Dimitri, nom formé sur celui de la déesse grecque Demeter, popularisé par un martyr du IVe siècle). Variantes ou formes voisines : Dmitruk, Dmytryk ou encore Zmitruk (Biélorussie).
Do, Dô Nom fréquent dans le Tarn, rencontré plus généralement dans le Sud-Ouest. Pourrait désigner celui qui est originaire d’Oo (31), près de Bagnères-de-Luchon (racine pyrénéenne ou basque ibos, ibon = lac de montagne). On doit cependant penser aussi à une variante de Dot, nom de personne d’origine germanique (Dodo, de sens incertain), patronyme rencontré dans le même secteur géographique.
Doassans Le nom est porté dans les Pyrénées-Atlantiques. Variante rare : Doassens. Michel Grosclaude (Dictionnaire étymologique des noms de famille gascons) le considère comme un nom de personne composé des anciens prénoms Doat (variante de Donat) et Sanz (voir Sens).
Doat, Douat Patronyme du Sud-Ouest (40, 32 notamment). Désigne celui qui habite un lieu-dit portant ce nom, qui signifie aqueduc (ou éventuellement égout, canal). Autre possibilité : variante de Donat, ancien nom de baptême (voir ce nom).
Dobelle Le nom semble originaire de la Somme, département où on le trouve aussi écrit Dobel. Il a également été porté dans l’Oise (variante probable : Daubel). Sens incertain, mais la solution la plus simple est d’y voir l’ancien français “aubel” (= peuplier blanc), autrement dit celui qui habite un lieu-dit “Aubel”. À noter qu’il existe une “ferme Dobelle” à Camon (80), le toponyme semblant formé sur le nom de famille. Concernant le nom Dobel, on le rencontre aussi en Alsace-Lorraine avec un sens tout à fait différent : soit le moyen-bas-allemand “dabel”, “dobel” avec le sens de “dé” (surnom d’un joueur), soit le moyen-haut-allemand “tobel” (= gorge, défilé, précipice, toponyme devenu nom de famille). À noter enfin le nom de famille flamand Dobbel, qui a pu désigner un hypocrite (moyen néerlandais “dobbel”), mais aussi un joueur de dés (comme Dobbelaere, Dobbelaert).
Dobez Nom rare porté dans le Jura et le Doubs. Pourrait désigner le fils d’Obez, variante d’Obert, nom de personne germanique. Il existe un lieu-dit Combe Obez à Chézery-Forens (01).
Dobigeon Le nom est porté dans la Loire-Atlantique et la Vendée. Variantes : Dubigeon, Dubijon. Il renvoie à un hameau à Boussay (44), dont M.T. Morlet précise qu’on le rencontre écrit sous la forme Dubigeon en 1382.
Dobigny Porté dans l’Oise et l’Ile-de-France, c’est une variante de Daubigny (60, 71), désignant celui qui est originaire de l’une des nombreuses localités appelées Aubigny (18 communes différentes en France). Sens du toponyme : le domaine (suffixe acum > y) d’Albinus ou Albinius, nom d’homme latin.
Doblas Ce nom espagnol semble correspondre au mot ‘dobla’ (en français double ou doublon), monnaie castillane d’or. Reste à expliquer le sens du surnom (peut-être un monnayeur).
Dobosz Nom polonais désignant un joueur de tambour (“dobosz”).
Dobson Nom anglais. Désigne le fils de Dobb, hypocoristique du nom de baptême Robert.
Doceul Porté en Loire-Atlantique, le nom peut aussi s’écrire Dosseul. On le rapprochera des formes voisines Doceur, Doceux, Dosseur, Dosseux, portées également dans l’Ouest, ou encore de Le Dosseur (22). Sens incertain : le mot ‘dosseul’ est en ancien français un synonyme de ‘dosse’ (première ou dernière planche équarrie d’un tronc d’arbre). On peut donc penser à un bûcheron ou à un menuisier. A noter cependant l’ancien français ‘dossel’ (= coups donnés sur le dos), qui pourrait évoquer l’idée de donner des coups, un sens que l’on retrouve dans le verbe breton ‘dosan’ (= taper, également arrimer à l’aide de cordages) et dans son dérivé ‘doser’, qui devrait expliquer Le Dosseur.
Docherty Variante de Dougharty, qui correspond à l’irlandais O’ Dochartaigh, autrement dit le descendant de Dochartach, nom de personne gaélique signifiant malheureux, mauvais, sévère.
Dochez Le nom est surtout porté dans les départements du Nord et de l’Aisne, ainsi qu’en Belgique. Sens incertain. Peut-être une variante de Douchez (voir Douchet).
Doco C’est dans le Nord-Pas-de-Calais que le nom a toujours été le plus répandu, avec également quelques mentions anciennes dans l’Aisne ainsi qu’en Belgique (Yves-Gomezée, province de Namur, au début du XVIIe siècle). Sens obscur. Peut-être un dérivé du wallon “dok” (= adroit, subtil).
Docoche Porté dans la Somme, désigne celui qui est originaire d’Occoches, village du même département près de Doullens.
Docq Porté dans les Ardennes et en Belgique, c’est un nom de sens incertain. Rencontré en Belgique et en Alsace sous les formes Dock, Docke, Dockx, ce pourrait être une variante de l’allemand Deck, surnom donné à un couvreur. Le Dictionnaire des noms de famille en Belgique romane propose d’autres solutions : soit le wallon ‘dok’ (= adroit, subtil), soit celui qui est originaire de Docq, à Tongrinne (Hainaut).
Dodard Le nom est porté dans la Mayenne et en Normandie. Variante : Dodart. C’est un nom de personne d’origine germanique, Dodhard (voir Douard pour le sens des racines).
Dodat Nom surtout porté dans l’Allier. Il s’agit d’un nom de baptême, pour lequel on a deux possibilités : soit un diminutif de Dode, nom de personne d’origine germanique (racine dod, de sens obscur, sans doute onomatopéique), soit une forme affaiblie de l’occitan Deodat (= donné à Dieu, nom de baptême fréquent autrefois).
Dode Porté dans l’Isère et en Picardie (02, 80), c’est un nom de personne d’origine germanique (Dodo) de formation onomatopéique (comporte l’idée de balancement selon M.T. Morlet). Le nom ancien Dodee (80) semble devoir lui être rattaché.
Dodeman Le nom est surtout porté dans la Manche. Variantes : Dodemain (85, 56), Dodemand (14, 53), Dodemant (72, 18, 41), Dodement (51, 41, 18), Doudement (76, 27) et sans doute Dodemont (59). C’est un nom de personne germanique, sans doute norrois où l’on retrouve la finale -man (= homme), le premier élément étant selon Dauzat le mot daudh (= la mort), mais on peut aussi penser à la racine dod-, d’origine onomatopéique.
Dodier Nom de personne d’origine germanique, Dodhari (dod : sens obscur + hari = armée).
Dodin On rencontre ce patronyme dans des régions très diverses, depuis la Charente-Maritime jusqu’aux Vosges, en passant par le Nord. C’est un nom de personne d’origine germanique formé sur la racine dod, de sens obscur, sans doute une formation onomatopéique. On trouve également le patronyme Dode (Isère et Picardie), et la forme purement germanique Dodo en Lorraine (55, 54).
Dodo Deux explications différentes pour ce nom. D’une part on a affaire à un patronyme présent dans la Meuse depuis plusieurs siècles, sans doute nom de personne germanique (voir Dode). De l’autre, c’est un nom de famille porté par des Juifs séfarades, qui correspond à un nom de personne rencontré à plusieurs reprises dans la Bible (je n’en connais pas le sens).
Dodré Surtout porté en Picardie, c’est sans doute un nom de personne d’origine germanique, Dodrad (dod : racine onomatopéique de sens incertain + rad = conseil). Source : M.T. Morlet. On trouve dans l’Ouest les formes Dodray, Dodret (72, 53).
Dodu Le nom est surtout porté dans le Cher. On le rencontre dans l’Indre sous la forme Daudu. Le sens actuel de l’adjectif “dodu” est possible, même si cet adjectif semble avoir été utilisé seulement au XVIe siècle. Mais peut-être existe-t-il un ancien village appelé Audu (qui est d’ailleurs un nom de famille dans le Sud-Ouest), bien que je n’aie rien trouvé jusqu’à présent.
Doglioni Rare, ce nom italien est porté en Vénétie. On trouve la forme Doglione dans le Piémont, visiblement augmentatif de Doglio (Piémont, Ligurie). Le mot italien “doglio” a le sens de jarre, barrique. A noter cependant que certains auteurs voient dans Doglioni une italianisation du français “donjon”.
Dognon Le nom, surtout porté dans la Haute-Vienne et la Charente, est un toponyme avec le sens de “donjon” (voir Dudognon). Variantes : Dognion (03), Doignon (17).
Dogon C’est en Normandie, notamment dans la Manche, que l’on rencontre ce nom. Aucune idée précise quant à sa signification : peut-être celui qui est originaire d’une localité appelée Ogon, à condition qu’un tel lieu-dit existe, ce qui ne semble pas le cas en Normandie.
Doguet Le nom est surtout porté dans la Sarthe, la Manche et la Seine-Maritime. Sans doute un diminutif du mot “dogue” (= chien), apparu dans notre langue écrite en 1392 et emprunté aux Anglais. On pensera au surnom d’un homme hargneux, agressif.
Dohin Le nom est porté dans la Sarthe, la Mayenne et le Maine-et-Loire. Il pourrait s’agir d’un nom de personne d’origine germanique, à rapprocher de Doin, Douin, Dodin (voir ces noms).
Doillon Le nom est porté dans la Haute-Saône et les départements voisins (88, 25). Il peut correspondre à l’ancien français “doille” (= tonneau), mais aussi à l’adjectif “doille”, qui signifiait “doux, tendre”.
Doin Nom de personne d’origine germanique (voir Dodin pour le sens) porté notamment en Saône-et-Loire et dans l’Yonne. Diminutifs : Doinard (76, 14), Doineau (53, 49, 44), Doineaux (75), Doineil (50), Doinel (80, 76, 27), Doinet (52), Doiniaux (27), Doinneau (53), Doinot (77), Doisneau(49, 53, 28), Doisnel (50).
Doiron Désigne une personne originaire d’Oiron. C’est notamment le nom d’une commune des Deux-Sèvres.
Doison Porté dans la Somme et le Nord-Pas-de-Calais, devrait désigner celui qui est originaire d’une localité appelée Oison. C’est le nom d’une commune du Loiret et de deux rivières dans l’Eure et dans la Meuse. A noter aussi la commune d’Oizon (18), qui paraît à l’origine du nom de famille Doizon. Je ne trouve rien, par contre, dans la région concernée par le nom de famille.
Doizelet Surtout porté dans la Haute-Saône (variante : Doiselet), désigne celui qui est originaire d’Oiselay, dans le même département (commune d’Oiselay-et-Grachaux). Sens du toponyme selon E. Nègre (voir bibliographie) : lieu abondant en oiseaux. Le nom noble “d’Oiselet”, aujourd’hui disparu, renvoie à la même localité. C’est également sans doute le cas pour le nom Oiselet (même région).
Doizi Surtout porté dans le Maine-et-Loire et plus courant sous la forme Doizy, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Oizy : il peut s’agir d’un hameau, mais on pensera aussi à la commune d’Oizé (72), et aux diverses localitées appelées Oisy (02, 58, 59, 62), à l’origine du nom de famille Doisy (59, 80, 17). Sens du toponyme : le domaine d’Aucius, nom de personne latin.
Dojat Nom assez rare porté dans l’Ain, département dans lequel il est plus fréquent sous la forme Daujat. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Aujat, mais je n’en connais aucune. Il devrait en fait s’agir du village d’Augea, dans le Jura. Le patronyme Daugeat existe d’ailleurs dans ce dernier département.
Dolbec Le nom est porté en Normandie (variante : Dolbecq), on le rencontre aussi au Québec. Il désigne celui qui est originaire de Houlbec, nom de deux communes de l’Eure et toponyme assez fréquent en Normandie. Signification : le ruisseau profond, encaissé (norrois hollr = creux, profond + bekkr = ruisseau).
Dolbeth Porté au Portugal, c’est apparemment un nom de personne d’origine germanique, Dolberht (dol = souffrance + berht = brillant). Variante : Dolbet, également présente en Normandie (50).
Dolci Porté en Corse et dans la moitié nord de l’Italie, c’est le pluriel de Dolce (= doux, utilisé comme nom de personne au Moyen Âge). Diminutif : Dolcino (Ligurie). A noter en Corse le nom de famille composé Dolcerocca.
Dole, Dolé Sans accent final, le nom désigne celui qui est originaire de la ville de Dole, dans le Jura. Le nom Dolé (variante : Dollé), porté notamment en Picardie et en Normandie, est plus incertain. Il peut renvoyer à un nom de localité, par exemple Ollé, commune de l’Eure-et-Loir, mais on peut aussi y voir le participe passé du verbe d’ancien français “doler” (= faire mal). La même incertitude plane sur les noms voisins Doley, Dolley, Dolez, Dollez, que M.-T. Morlet rattache à un autre verbe “doler” (= raboter).
Doléac Porté notamment dans les Hautes-Pyrénées, désigne celui qui est originaire d’Oléac (Oléac-Debat ou Oléac-Dessus), nom de deux villages de ce département. Sens du toponyme : le domaine d’Olius, nom de personne latin (Dauzat) ou le domaine d’Ollecnos ou Olluna, noms de personnes gaulois (Nègre).
Dolique Nom porté en Picardie et en Normandie (80, 76). Variante : Dolicque. Aucune idée pour l’instant.
Dolisy Le nom est porté dans la Moselle (variante : Dolisi). On trouve la forme Dolizy dans la Meuse et la Marne. Il devrait désigner celui qui est originaire d’Olizy, nom de trois communes dans l’est de la France (08, 51, 55). Sens probable du toponyme : le domaine d’Olisius, nom d’homme latin.
Dolléans Surtout porté dans l’Eure-et-Loir, le nom désigne celui qui est originaire d’Orléans. C’est une variante par assimilation de Dorléans (50, 72).
Dollo Porté dans les Côtes-d’Armor, désigne celui qui est originaire de la commune de Dolo, dans le même département, ou d’un hameau portant un nom similaire. Sens du toponyme : pluriel de dol (= terre basse, polder). Variantes : Dolo (56), Dolou, Doloue (29, 50).
Doloire Le nom est surtout porté dans le Loir-et-Cher. On le rencontre aussi en Guadeloupe et en Martinique (variante : Doloir). La doloire était au Moyen Âge une hache (latin tardif dolatoria), en particulier une hache de charpentier ou de tonnelier (ce dernier sens étant conservé aujourd’hui). Il devrait s’agir d’un surnom pour l’utilisateur de cet outil.
Dolou Nom porté dans le Finistère et en Normandie. Semble, comme Dolo et Dollo, désigner celui qui est originaire de Dol. Autre possibilité : un surnom lié au breton dollou, qui désigne le tacaud (nom de poisson).
Doloy C’est dans l’Aisne que le nom a toujours été le plus répandu. Quelques mentions anciennes aussi en Belgique et dans les Ardennes. Variantes anciennes : Dauloy, Daulois, Dolloy, Dolois. Il devrait désigner celui qui est originaire d’Olloy-sur-Viroin, village de la province de Namur, non loin de la frontière française.
Doly C’est dans le Cantal que le nom a toujours été le plus répandu. Il était également présent dans l’Aveyron au XVIe siècle. On le trouve parfois écrit Dauly, mais ce dernier nom est surtout présent dans la Loire-Atlantique. Je n’en connais pas le sens. Frédéric Mistral, dans son Trésor du Félibrige, expliquait le nom de famille par la forme “dau-li”, utilisée pour encourager un combattant (= sus, courage, mot à mot “donne-lui”). Cette explication me paraît douteuse.
Dolz Le nom se rencontre à la fois en Alsace et dans le Sud (66). En Alsace, il désigne par apocope celui qui est originaire d’une localité allemande, soit Dölitzsch, soit Dölzschen. En pays catalan, il s’agit d’un surnom désignant une personne douce (catalan dolç, du latin dulcem).
Domage Le nom est porté en Ile-de-France, on le rencontrait autrefois dans la Meuse. Il semble s’agir d’une variante de Demange, Domange (= Dominique). Diminutif : Domageot (39).
Domagné Le nom est porté dans l’Ouest (53, 61, 35). Variante : Domaigné (53, 49). Il paraît désigner celui qui est originaire de la commune de Domagné (35). Signification du toponyme : le domaine (suffixe -acum > -é) de Dominius, nom d’homme latin. Autre possibilité pour le nom de famille : celui qui exploite un domaine.
Domanchin Porté notamment dans la Marne et la Seine-et-Marne, c’est un diminutif de Domanche, autre forme de Domange (55, 57), qui correspond au prénom Dominique. A noter aussi le diminutif Domangeau (85).
Domas Porté en Auvergne, c’est une variante graphique de Daumas (voir ce nom).
Dombasle Désigne celui qui est originaire de Dombasle, nom de diverses communes lorraines (54, 55, 88). Le toponyme (Dommus Basolus en 962 pour la commune de la Meuse), dans lequel “dom” est l’équivalent de “saint”, évoque un ermite du VIIe siècle, Basle, qui fut très vénéré dans l’Est. Variantes : Dombal, Dombale, Domball, Domballe.
Dombis Nom rare porté dans les Pyrénées-Orientales (Argelès-sur-Mer) depuis le début du XVIIIe siècle. Sens incertain. Peut-être une forme latinisée de Dombes, nom de famille porté dans le Lyonnais qui renvoie à la Dombes, région géographique de l’Ain, ou à un autre lieu-dit ainsi appelé. Le toponyme “dombe” est assez répandu en Bourgogne pour désigner des étangs.
Domec, Domech, Domecq Nom porté dans le Sud-Ouest. On lui donne généralement le sens de domaine noble, mais on peut dans certains cas en faire une variante de Domenc, Doumenc, Domerc (= Dominique), hypothèse qui reste cependant à vérifier.
Domège Variante de Domenge (voir ce nom) portée en Dordogne.
Domenech, Domingo, Dominguez Du latin Dominicus, dérivé de dominus. Nom de baptême très répandu en Catalogne (= dédié au Seigneur, équivalent de Dominique). Domingo et Dominguez (suffixe de filiation -EZ) sont les formes castillanes.
Domeneghetti Porté en Italie du Nord, c’est un diminutif de Domenego, variante de l’italien Domenico (= Dominique). Forme voisine : Domenighetti. Avec d’autres suffixes : Domenghini, Domenigaccio, Domenighini, Domenigoni.
Domenge Porté en Savoie, en Provence et dans les Landes, correspond au prénom Dominique (latin Dominicus). Variante : Domenges (65). Dérivés : Domenget (73, 74, 38), Domengine (64).
Domenger Porté dans les Landes, semble désigner celui qui exploite un domec (= domaine noble en gascon). Variante : Domanger.
Domergue Variante du Sud-Ouest du nom de baptême Dominique. Voir Domenech.
Domice Surtout porté dans la Somme, c’est un ancien nom de baptême latin, Domitius (formé sur domus = maison). Il a été popularisé par un saint du VIIIe siècle, dont la statue figure sur la façade de la cathédrale d’Amiens. Variantes : Domise, Domisse.
Dominge Forme du prénom Dominique portée notamment en Limousin. On trouve la forme Doming dans la Haute-Garonne. Diminutifs : Domingeon (38), Dominget (69), Dominjon, Dominjoud (Savoie). Le nom Domingot, porté dans les Hautes-Pyrénées depuis le XVIIe siècle, est peut-être aussi un diminutif, mais on pensera surtout à une francisation de Domingo (voir ce nom).
Domingo Forme castillane du prénom Dominique. Dérivés filiatifs : Dominguez, Domingues (ce dernier nom étant surtout portugais).
Dominiak D’origine polonaise, correspond au prénom Dominique. Formes voisines : Domin, Dominiczak, Dominik, Dominikowski.
Dominici Forme corse du prénom Dominique. Variante : Dominicci.
Dominique Du latin “dominicus” (= du Seigneur), ce nom de baptême a notamment été popularisé par saint Dominique, fondateur de l’ordre des dominicains et massacreur des Albigeois (XIIIe siècle), mais il était déjà très répandu dans la chrétienté auparavant. Sous cette forme, il est assez rare en France comme nom de famille, où on connaît surtout des formes populaires (Demange, Domange, Doumenc, Domenech etc.). Il est notamment porté dans le Rhône, dans le Nord et en Guadeloupe. Forme latinisée : Dominicus (59).
Dommeldinger Désigne sans doute celui qui est originaire de Dommeldange, localité luxembourgeoise.
Domogala Beaucoup plus courant sous la forme Domagala, ce nom polonais serait un surnom pour une personne égoïste ou exigeante (polonais domagac = exiger). Dérivé : Domagalski.
Domper Nom rare, rencontré surtout en Aquitaine (33, 47). Il semble vouloir dire Saint-Pierre (sans doute un nom de hameau ou de lieu-dit). En effet, Per est une variante de Pè, forme gasconne de Pierre, et Dom doit signifier ici saint, comme c’est souvent le cas (d’autant qu’en basque le mot saint se dit done).
Dompeyre Variante de Dompierre (voir ce nom) portée notamment dans le Tarn-et-Garonne.
Dompierre Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Dompierre (= Saint-Pierre), nom de plusieurs communes françaises. C’est surtout dans l’Oise et la Somme que l’on rencontre le patronyme.
Dompnier Le nom est surtout porté en Savoie, mais on le trouve aussi dans l’Aube. Correspond à l’ancien français domnier, le p étant souvent utilisé dans la graphie pour séparer les lettres m et n (ainsi, le verbe damner s’écrivait fréquement dampner). Domnier est lui-même une contraction de dominier, celui qui possède un domaine (éventuellement aussi : terre seigneuriale).
Domps Porté notamment dans l’Aude et le Tarn ainsi que dans le Puy-de-Dôme, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Omps ou Homps. Pour l’Aude et le Tarn, on pensera surtout à la commune d’Homps (11), sachant qu’une commune du Gers porte le même nom. Pour le Puy-de-Dôme on pensera à celle d’Omps (15). Le toponyme évoque un lieu où pousse l’orme.
Domur Porté notamment dans la Loire et l’Allier, correspond à la forme plus courante Dumur, rencontrée dans le Limousin et le Pas-de-Calais. Désigne celui qui habite un lieu-dit le Mur (ou qui en est originaire). Sens du toponyme : lieu fortifié, muraille.
Don Le nom est porté dans le Sud-Est (06, 04, 83), mais aussi dans la Vendée, la Corrèze et le Nord. Plusieurs sens semblent possibles. M.-T. Morlet propose un nom de personne d’origine germanique, variante de Dodon (ce qui est justifié par l’existence de lieux-dits Saint-Don en Lorraine et en Bretagne), mais dans bien des cas il peut aussi s’agir d’un toponyme : une commune du Nord s’appelle Don, et de nombreux hameaux et cours d’eau se nomment “le Don”. A noter par exemple le hameau du Don à Saint-Bonnet-Elvert (19).
Donaldson Désigne le fils de Donald (voir Macdonald).
Donat Fréquent dans le Vaucluse et dans le Var, rencontré aussi en Savoie et en Languedoc, c’est un ancien nom de baptême d’origine latine : Donatus = donné (à Dieu). Il a été popularisé par plusieurs saints, dont un évêque de Besançon au VIIe siècle. Il est également très répandu en Italie sous les formes Donato et Donati (diminutifs : Donatello, Donatelli, Donatini, Donatucci).
Donazzan Nom italien assez rare, porté en Vénétie. Il pourrait s’agir d’un dérivé de Doni, patronyme porté notamment en Lombardie et en Vénétie, ancien nom de personne (Dono) évoquant un don de Dieu. Autre possibilité : dérivé de Donato (= donné à Dieu).
Donchet Le nom est porté dans le Pas-de-Calais et la Somme. Formes sans doute similaires : Doncher, Donchez. Sens incertain. Il existe des lieux-dits appelés “le Donchet”, mais ils se trouvent dans l’Ain. Parmi les pistes possibles : une variante de Doncet, qui pourrait avoir le sens de “jeune homme” (variante de “donzel”), une variante de Donger (voir ce nom), et pourquoi pas une mauvaise transcription de Douchet (voir ce nom).
Dondaine Le nom est surtout porté dans le département du Nord et en Belgique, mais on le rencontre aussi en Bourgogne. Variantes : Dondeine, Dondenne, Dondeyne. Il correspond au moyen français “dondaine”, pour lequel divers sens sont attestés : soit une sorte de catapulte, soit un carreau d’arbalète, soit une sorte de cornemuse, soit enfin une femme bien en chair. Le mot a une origine onomatopéique, la racine “dond” semblant de toute façon évoquer la grosseur, la rotondité.
Dondel Le nom est surtout porté dans l’Ille-et-Vilaine (en composition : Dondel du Faouedic). Il semble que ce soit un ancien nom de personne, mais je n’ai pas suffisamment de renseignements pour en être certain. Avec vocalisation de la finale : Dondeau (72). Variante ou matronyme : Dondelle (60). Diminutif : Dondelot (76).
Dondo Nom assez rare porté dans le Morbihan. Difficile d’en connaître le sens. Peut-être, comme pour Dondon (58), un surnom donné à celui qui se dandine (la racine onomatopéique dond- exprime le balancement).
Donès Nom porté dans l’Ariège et le Gers, ainsi que dans le Loiret. Sens incertain. Désigne peut-être celui qui est originaire d’Onès, nom d’un hameau à Aurice, dans les Landes.
Donger Le nom est surtout porté dans l’Isère et la Drôme. On en trouve quelques mentions anciennes dans la Somme. Il correspond sans doute à l’ancien français “dongier”, équivalent du mot “danger”, mais qui avait au Moyen Âge un sens très différent : issu du bas-latin *dominarium, il a d’abord signifié propriété, domination. D’autres sens sont aussi attestés : droit de passage, captivité, prison notamment. L’acception moderne commence à apparaître au XIVe siècle. Difficile de savoir quel sens choisir pour interpréter le nom de famille. Dans l’Isère et la Drôme, il semble que ce soit un toponyme : un hameau s’appelle Le Donger à Saint-Bonnet-de-Chavagne (38), commune située à la limite des deux départements.
Dongois Les plus anciennes mentions connues situent le nom dans l’Aube au XVIIe siècle. Il est également présent dans la Haute-Marne et dans l’Yonne. Sens obscur, du moins pour moi.
Dongrois Nom rare porté dans la Loire-Atlantique. Sens incertain. A noter le hameau des Ongrois à Écouflant (49), qui pourrait être une piste. Un autre hameau s’appelle le Hongrois à Jarzé (49). On rencontre le nom de famille Hongrois dans l’Yonne (également 71, 77). Je ne suis pas sûr qu’il désigne un Hongrois. Il faut plutôt y voir une déformation de l’ancien français engrois (= rude, sauvage, ardent, cruel). Autre possibilité : une terre à l’engrais, mais cette expression n’apparaît dans la langue qu’au début du XVIe siècle.
Donias Nom porté dans le Morbihan. Pourrait être une variante de Donars, Donart, anciens noms de personnes formés sur les racines due (= dieu) et nerth (= force).
Donier Ce patronyme est considéré par M.T. Morlet comme un ancien nom de personne, formé sur la racine latine donus (= don) et le germanique hari (= armée). On le rencontre surtout dans le Doubs et les Vosges. Variante : Donnier (13, 38, 84).
Donnadieu, Donadieu Nom de baptême mystique qui signifie donné à Dieu. Il est très fréquent dans la France méridionale, du Sud-Ouest à la Provence. Variantes : Donadei, Donadey (06), Donnadei (04), Donnadey (83), Donnadou (33, 47), Donnadieux.
Donnarieix Nom originaire du Limousin, désignant celui qui habite Donariex (graphie erronée pour Donnarieix), hameau de la commune d’Eymoutiers (87). Il y a de fortes chances pour que le toponyme soit l’équivalent des nombreux Saint-Yrieix présents dans la région : Yrieix (abbé du Limousin grand fondateur d’églises) vient en effet du latin Aredius, et Don- est souvent utilisé avec le sens de ‘saint’.
Donnars, Donnart, Donnard Patronyme rencontré en Bretagne, surtout dans le Finistère. Il s’agit d’un ancien nom de personne breton, sans doute un nom de guerrier, Duenerth (due = dieu + nerth = force).
Donnedieu Rare et porté notamment dans la Corrèze, rencontré dans l’Hérault au XVIIe siècle, le patronyme Donnedieu est un nom de baptême mystique qui signifie ‘donné à Dieu’. On le rencontre plus souvent sous la forme Donnadieu. La forme composée Donnedieu de Vabres renvoie sans doute à la commune de Vabres, dans le Gard, mais d’autres localités portent le même nom (12, 15, 43).
Donneley Egalement écrit Donnelly, Donelly, Donnley, Doneley, Donnely, Donneely, c’est un patronyme irlandais, forme anglicisée de O’Donnghaile, le descendant de Donnghal (nom de personne formé des racines donn = brun et gal = valeur).
Donnes Le nom est porté dans le Sud-Ouest. Sens incertain. Peut-être un toponyme. Voir aussi Dones.
Donnet Nom porté dans diverses régions (surtout 76, 39, 42), rencontré sous les formes Donat, Donnat en pays occitan. C’est un ancien nom de baptême d’origine latine : Donatus = donné (à Dieu). Il a été popularisé par plusieurs saints, dont un évêque de Besançon au VIIe siècle. Autres formes : Donet (70, 08), Donné (72, 76), Donath (Alsace).
Donou, Donnou Nom porté dans le Finistère. Fait partie de ces noms bretons dont l’étymologie est incertaine. On peut en faire un diminutif du vieux breton Dumnouallon (ancien nom de personne qui signifierait monde valeureux), ou envisager un dérivé de don, forme ancienne de den (= homme). cf Dictionnaire des noms de famille bretons (Albert Deshayes).
Donval Le nom est surtout porté dans le Finistère. Variantes : Donvale, Dounval. C’est un vieux nom de personne breton, équivalent de l’irlandais Donald (gaélique Domnhall), composé des racines celtiques dumno (= le monde) et val (= force, autorité).
Donzé Porté notamment dans le Doubs et en Suisse. C’est l’équivalent de Donzel (74, 30 et départements voisins), qui signifie ‘damoiseau’ (jeune gentilhomme qui n’est pas encore chevalier). Diminutif : Donzelot (25). Variante italienne : Donzelli. À noter qu’en italien le mot a pu avoir d’autres sens, notamment celui de domestique d’un seigneur et celui d’officier public communal, sorte d’huissier.
Doppia Nom de famille italien que l’on rencontre en Martinique. Difficile de se faire une idée sur son sens précis : en italien l’adjectif doppio signifie “double”, mais quelle interprétation lui donner ici ? A noter qu’une commune de la Vénétie s’appelle Doppio.
Doppler Également écrit Dobler, Dopler, le nom est surtout porté dans le Haut-Rhin. Il peut désigner celui qui joue aux dés (moyen-haut-allemand “topelen” = jouer aux dés). Autre possibilité : un dérivé du mot “tobel”, qui a désigné une gorge, une vallée encaissée. À noter que le nom de famille est mentionné dès 1292 à Haguenau sous la forme Doppeler (cité par Bahlow, voir bibliographie).
Dorandeu Certainement une forme altérée de Durandell, diminutif formé sur Durand.
Dorange Le nom est surtout porté en Normandie (50, 76). Sens incertain. On peut évidemment penser à celui qui est originaire de la ville d’Orange (84), ou encore de la petite commune de Doranges (63), mais cela fait loin ! À noter qu’un petit cours d’eau du Calvados s’appelle l’Orange.
Doray Surtout porté dans la Seine-Maritime, le nom a aussi été écrit Dorey, forme pour sa part plus répandue dans la Manche. Il semble qu’on ait affaire à un toponyme (Oray, Orey ?), mais je n’en trouve aucun qui corresponde. Dans ces conditions, on pourrait envisager plutôt une variante de Doré (voir ce nom), mais il convient de remarquer que le nom de famille Oray a été lui aussi porté en Seine-Maritime. Donc, aucune certitude sur ce nom.
Dorbec Surtout porté dans l’Eure, désigne celui qui est originaire d’Orbec, commune du Calvados. Le second élément (-bec) signifie cours d’eau, ruisseau, le premier est plus incertain.
Dorchat Le nom est rare, et son origine géographique difficile à situer. Il semble renvoyer à une ancienne localité appelée Orchat, mais je n’en trouve aucune trace.
Dorchies Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui est originaire de la commune d’Orchies (59). Variantes : Dorchi, Dorchie, Dorchy. Le toponyme est considéré par M.T. Morlet comme un nom de domaine gallo-romain (Orciacas), mais il pourrait être lié à un cours d’eau (racine urca > Orque).
Doré Voir Dauré pour le sens. Nom fréquent en Normandie et plus généralement dans l’Ouest.
Doremus Nom porté dans le Nord et dans la Somme. Sans doute le surnom d’un chantre d’église (formé sur le latin Adoremus). A noter cependant l’existence de lieux-dits Orémus, Oremus, notamment dans l’Oise.
Dorer Nom rencontré en Alsace-Lorraine. C’est une variante du bas-allemand Dohr(er), qui correspond à l’allemand Tor (= porte). Surnom désignant celui qui habite près de la porte d’une ville fortifiée, ou encore celui qui a la garde de cette porte.
Dorfeuille Très rare, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Orfeuil, Orfeuille. On pensera notamment à Orfeuil, village de l’Ardèche (commune de Désaignes), à Orfeuille en Charente (Ranville-Breuillaud), dans les Deux-Sèvres (Gougé), en Lozère (Albaret-Sainte-Marie) et sans doute dans bien d’autres endroits. Le toponyme signifie “feuille d’or” et pourrait correspondre à la renoncule des champs (occitan “aurifòlh”). En 1900, c’est dans le Lot-et-Garonne que le nom de famille était le plus porté.
Dorgans Nom béarnais également écrit Dorgan. Il désigne le plus souvent celui qui est originaire d’Organ, commune des Hautes-Pyrénées. À noter cependant qu’un hameau s’appelle Le Dorgans à Bezues-Bajon (32). Le toponyme Organ semble formé sur un nom de personne, peut-être le nom gaulois Orgus (Dauzat) ou le nom latin Organius (Nègre).
Dorge Peut évoquer un producteur ou un marchand d’orge, mais semble plutôt désigner celui qui est originaire d’une localité ou d’un lieu-dit appelés Orge, Orges (nom d’une commune de la Haute-Marne) : le toponyme est en effet très fréquent, il a parfois un rapport avec l’orge, mais il s’agit le plus souvent d’un hydronyme (nom de cours d’eau). C’est dans la Somme et le Nord que le nom de famille est le plus répandu. Variante : Dorges.
Dorgebray Egalement écrit Dorgebraye, désigne celui qui est originaire d’Orgebray, hameau à Martainville-Épreville (76).
Dorian Difficile à localiser avec précision, le nom semble avoir été porté à la fois en Charente (et dans le Sud-Ouest) et dans le Doubs. Formes similaires : Doriant (33), Doriand. On trouve aussi des Dorien, Dorient en Normandie. Le nom semble composé avec la préposition “de”. Quant à Orian(t) et aux autres formes, il peut s’agir d’un toponyme (cf. Oriant, hameau à Pouillon, dans les Landes), mais aussi d’un ancien prénom (du latin Orientius) que l’on retrouve dans des localités telles que Saint-Orens dans le Sud-Ouest, et sans doute aussi Villiers-Saint-Orien dans l’Eure-et-Loir.
Dorier Assez courant dans le Lyonnais (26, 69, 71), le nom est déjà présent dans la Drôme au XVe siècle (une famille Dorier possédait une maison fortifiée à Chanos-Curson). Sens incertain, peut-être un doreur.
Dorion Surtout porté dans la Somme et en Vendée, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Orion, sans doute au départ un hydronyme (nom de cours d’eau). Un commune s’appelle Orion dans les Pyrénées-Atlantiques, mais aussi plusieurs hameaux, en particulier dans la Somme (Béalcourt, Beauvoir-sur-Rivière).
Dorlencourt Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui est originaire d’Orlencourt, hameau à Monchy-Breton (62).
Dormois Variante de Dormoy (voir ce nom) surtout portée dans la Meuse et la Haute-Saône (également Paris). On trouve aussi la forme Dormoi dans les D.O.M.
Dormoy Nom porté en Franche-Comté (70, 25). Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Ormoy (= bois d’ormes). De nombreuses communes s’appellent Ormoy, dont un village de Haute-Saône.
Dornic Surtout porté dans le Finistère, c’est un diminutif du breton “dorn” (= main), sans doute pour désigner celui qui a de petites mains, mais A. Deshayes (voir bibliographie) précise que le mot a pu aussi avoir le sens de “maladroit”.
Dorokhine Comme Dorokhov, c’est un dérivé patronymique du nom de personne russe Dorokh, attesté au XVIe siècle. Le sens de ce nom ne m’est pas connu (à envisager éventuellement un lien avec le prénom Théodore).
Dörr, Dorr Nom surtout porté dans la Moselle (variante Dürr, Durr en Alsace). Sobriquet donné à un homme maigre, grêle (allemand dürr), parfois aussi toponyme désignant un lieu aride.
Dors On trouve le nom à la fois dans le Midi et en Lorraine. Dans le Sud, il s’agit sans doute de celui qui habite un lieu-dit les Orts (= les jardins, voir aussi Ors). Dans l’Est, il faut penser au moyen-haut-allemand torse (= trognon de chou), surnom donné soit à celui qui cultive des choux, soit à celui qui est ratatiné comme un trognon de chou.
Dorsemaine Surtout porté dans le Loir-et-Cher, où il est attesté depuis le début du XVIe siècle, c’est un nom dont le sens ne m’est pas connu.
Dorseuil Le nom est très rare. Il semble désigner celui qui serait originaire d’une localité nommée Orseuil (ou Urseuil), mais je n’en ai trouvé aucune qui corresponde à cette dénomination.
Dorsinfang En France, le nom est surtout porté dans la Meuse. On le rencontre aussi en Belgique (province de Luxembourg). Il désigne celui qui est originaire d’Orsainfaing (ou Orsinfaing), village de la commune belge d’Habay (province de Luxembourg).
Dorso Nom porté dans le Morbihan. C’est un diminutif de Dors, un nom rattaché généralement au moyen-haut-allemand torse = trognon de chou. Désignerait un homme décharné.
Dortignac Désigne celui qui est originaire d’Ortignac, hameau de la commune de Luc, dans les Hautes-Pyrénées. Variante : Dortignacq.
Dortu Rencontré également sous la forme Dorthu, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Ortu ou Orthu, peut-être Ortho dans la province belge de Luxembourg.
Dorval Nom porté dans le Finistère. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Orval, sans doute la commune d’Orval, dans la Manche, près de Coutances. Sens du toponyme : la vallée dorée (Aurea Vallis, 1100).
Dorville, Dorvillé Désigne celui qui est originaire d’Orville ou d’Orvillé, nom de nombreuses localités (cinq communes en France, ainsi que plusieurs hameaux). C’est dans la Somme que le nom de famille est le plus répandu.
Dos Anjos Nom de famille portugais signifiant “des anges”, qui fait allusion à Notre-Dame des Anges, l’un des noms de la Vierge, et qui donc était destiné à placer la personne sous la protection de celle-ci.
Dos Santos, De los Santos Nom portugais signifiant mot à mot des saints. Patronyme à connotation religieuse, qui pourrait parfois désigner une personne née à la Toussaint.
Dosmond Désigne le fils d’Osmond (voir Osmont). Le nom devrait être originaire de Normandie.
Dosne Nom originaire de Champagne (10, 52). Désigne celui qui est originaire d’Osne-le-Val, commune de la Haute-Marne. L’Osne est également le nom d’un cours d’eau dans la même région.
Dospital Voir Ospital.
Dosque Nom porté dans la Gironde. Désigne celui qui est originaire de Dosque, hameau de la commune de Larrivière (40).
Dossat Nom surtout porté dans les Hautes-Pyrénées. Semble désigner celui qui est originaire d’une localité appelée Ossat, Aussat (peut-être la commune d’Aux-Aussat, dans le Gers), ou encore Dossat (deux hameaux dans les communes de Manas-Bastanous et Monlaur-Berne, toujours dans le Gers). Je ne connais pas le sens du toponyme.
Dosset Le nom est surtout porté dans la Loire-Atlantique. La forme sans doute équivalente Docet se rencontre dans le même département ainsi que dans l’Ille-et-Vilaine. Sens obscur. Le dictionnaire de M.-T. Morlet en fait un diminutif du mot “dos”. À noter que le mot “docet” a existé au Moyen-Âge : le dictionnaire de Godefroy lui donne le sens de paquet, ballot de marchandises. Un lien éventuel avec le nom Doucet est envisageable, mais semble improbable.
Dossetto Nom italien assez rare porté dans le Piémont. C’est un dérivé de Dosso, Dossi, toponyme désignant une élévation de terrain, une crête (métaphore de dorso = dos). On trouve aussi la forme Dossetti.
Dossier Nom porté en Normandie (76, 50). Sans doute un nom de métier, celui qui équarrit les arbres. La dosse est en effet la première planche d’un arbre que l’on débite, et qui contient l’aubier. Eventuellement aussi celui qui frappe (sens du verbe d’ancien français dosser). Le nom breton Le Dosseur est sans doute une variante de Dossier.
Dossmann Nom porté dans le Bas-Rhin, où il est attesté dès le XVIe siècle à Pfettisheim. Variante rare : Dosmann. Les auteurs allemands le font venir de toponymes (Dosse, Dossel, Dossow), mais ce sont des lieux très éloignés (Saxe, Brandebourg), et la solution semble peu crédible. M.-T. Morlet propose le vieux-haut-allemand “dozzon” (= tonner clair), avec le sens figuré d’homme sincère, intègre. On n’oubliera pas cependant que deux communes du Bas-Rhin s’appellent Dossenheim, toponyme formé selon E. Nègre sur le nom de personne germanique Tuzo. Ce nom de personne pourrait être à l’origine de Dossmann, tout comme du nom Doss, rencontré autrefois dans la Moselle et le Bas-Rhin.
Dosso (1) Dans l’état actuel des connaissances, il est presque impossible d’interpréter les noms de famille africains. On se contentera de dire que celui-ci est localisé en Côte d’Ivoire, et qu’il appartient au groupe linguistique Mandé-Nord. En outre, deux localités s’appellent Dosso, au Niger et au Mali.
Dosso (2) Nom porté en Italie du Nord, plus fréquent sous la forme Dossi (Lombardie). Il désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Dosso, nom de quatre communes (deux en Lombardie, les autres dans le Trentin et en Emilie-Romagne) et de divers hameaux. Signification : élévation de terrain, crête (métaphore de dorso = dos).
Dostes Nom surtout porté dans le Gers. Désigne sans doute le fils de l’hôte (celui qui tient une auberge).
Dotte Porté dans le département du Nord et en Belgique, le nom se rencontre aussi dans la Meuse et le Jura. Il s’agit d’un nom de personne d’origine germanique, Dotto (racine dod, de sens incertain, évoquant le balancement selon M.T. Morlet). Diminutifs : Dotin, Dottain, Dottin.
Dotto Nom italien fréquent en Vénétie. On trouve la forme plurielle Dotti en Lombardie et en Émilie-Romagne. Le matronyme Dotta est pour sa part surtout porté dans le sud du Piémont. C’est un nom de personne pour lequel on peut hésiter entre plusieurs solutions : soit le nom germanique Dotto (voir Dotte), soit une agglutination de d’Otto (voir Ott), soit enfin un hypocoristique d’Andreotto (diminutif d’André).
Doualle Nom porté en Picardie, qui correspond à l’ancien français doille, doele, français moderne douelle ou douvelle, petite planche servant à la confection des tonneaux (diminutif de douve). Surnom donné à un tonnelier. Variantes : Douaille (02), Douale (62, 59, 60), Douele (02), Douelle (41, 82, 08).
Douar Le nom est formé sur la racine arabe d.w.r (= tourner). La solution la plus simple est d’y voir un toponyme : soit avec le sens premier d’agglomération de tentes disposées en cercle, soit avec celui de division administrative rurale en Algérie sous la colonisation française.
Douarche Rencontré dans l’Hérault et les départements voisins (11, 12), le patronyme était surtout porté au XVIIe siècle à Coursan (11), on le rencontrait aussi dans le Tarn. Il faut bien reconnaître qu’il n’a pas des sonorités très occitanes. Dans son dictionnaire, M.T. Morlet y voit celui qui est originaire de Warche, nom d’un village et d’une rivière en Belgique (Bellevaux-Ligneuville). Seules des données généalogiques antérieures à 1600 pourraient confirmer cette explication, qui suppose une migration dont on n’a aucune trace. On notera aussi qu’en patois lorrain le mot “ouarche” désigne une mauvaise herbe qui pousse dans les champs de blé. Signalons cependant qu’un lieu-dit s’appelle Ouarché à Avéron-Bergelle (32), preuve que le nom pourrait bien être occitan, tout compte fait.
Douard Surtout porté dans l’Ille-et-Vilaine, le nom se rencontre aussi en Saône-et-Loire. Il peut s’agir d’un nom de personne d’origine germanique, Dodhard (dod = racine obscure, sans doute onomatopéique + hard = dur). Mais il faut également penser à une variante d’Edouard (voir ce nom). Autre forme : Douart (59, 02).
Douaud Patronyme porté en Bretagne (44, 56) et en Vendée. Variante : Douault (44, 37, 36, 79). C’est un nom de personne d’origine germanique, Dodwald (dod = racine obscure, sans doute onomatopéique + waldan = gouverner).
Douay Originaire de Douai, ville du département du Nord. C’est un nom de domaine gallo-romain, formé avec le suffixe -acum sur un nom de personne, sans doute Doüs. Le patronyme étant fréquent dans la Marne, il est possible qu’une ancienne localité porte le même nom dans cette région.
Doublet Le nom est fréquent dans diverses régions de France, en particulier la Normandie (14, 76), mais aussi l’Île-de-France, la Picardie et la région Poitou-Charentes. Le mot “doublet” a eu surtout au Moyen Âge le sens de vêtement fourré ou portant une doublure. On peut donc penser au surnom de celui qui faisait ou vendait ce type de vêtement. Cependant, la fréquence du nom laisse supposer une autre solution, et il ne serait pas étonnant que le mot “doublet” ait servi à désigner un jumeau. Je n’en trouve cependant aucune preuve écrite.
Doucède Surtout porté dans la Haute-Garonne, le nom semble venir du Béarn et devrait renvoyer à un nom de localité (Oucède, Oussède ?). Il existe une ferme Doucède à Saint-Gaudens (31), mais le nom est certainement formé à partir du patronyme.
Doucet Diminutif formé sur doux, évoquant une personne (sans doute un enfant) au caractère doux. Nom fréquent dans la Loire-Atlantique et le Loiret. Matronyme : Doucette.
Douchement Surtout porté dans le département du Nord, c’est l’équivalent de l’adverbe “doucement” (le patronyme Doucement existe aussi). Reste à savoir ce qu’il peut bien signifier comme nom de famille, et s’il ne s’agit pas de la déformation d’un autre nom (par exemple le patronyme Dossmann, mais les possibilités sont nombreuses).
Douchet, Douchez Variante picarde de Doucet (voir ce nom).
Douchy Surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Douchy. Dans cette région, on a le choix entre Douchy (02), Douchy-les-Mines (59) et Douchy-lès-Ayette (62). Sens du toponyme : sans doute le domaine de Dulcius, nom de personne latin.
Doucin Diminutif de l’adjectif ‘doux’, le nom se rencontre en Seine-et-Marne et dans l’Ouest (50, 53). Diminutifs : Doucinaud, Doucineau, Doucinet, Doucinot (Poitou-Charentes). Formes picardes : Douchin, Douchain.
Douçot Diminutif de l’adjectif ‘doux’ (voir Doucet) surtout porté en Franche-Comté (25, 90).
Doucouré Comme pour la plupart des noms d’origine africaine, le sens est pratiquement impossible à établir. On rencontre surtout ce nom dans les tribus de langue soninké (aux alentours du Mali), où il est porté par des familles appartenant à la caste des nobles.
Doudelet Porté dans le département du Nord (variante : Doudelez), peut désigner le fils de celui qui s’appelle Houdelet (voir Houdelette). Autre possibilité : diminutif de Dode (voir ce nom).

Retour à la page d’accueil du dictionnaire