A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par F

Fa-Favier
Favorin-Flèche
Flecq-Fourmont
Fournaise-Fyot


Favorin Porté notamment dans les Landes, c’est un nom de personne d’origine latine, Favorinus (dérivé de “favor” = faveur, sympathie). On le rencontre également sous les formes Favory (15, 81) et Favori (84). Formes italiennes : Favorino, Favorini. Forme latine : Favorinus (971).
Favre Variante de Fabre (voir ce nom), Faivre, désignant un forgeron. Fréquent en Savoie.
Favreau Diminutif de Favre (= forgeron) surtout porté en Vendée et en Poitou-Charentes. Variantes : Favrau, Favraud, Favrault, Favraux, Favrot, Favrou, Favroul, Favroult, Favroux, Favreaud, Favreaux. Tous ces noms peuvent aussi être des diminutifs de Favier (producteur de fèves).
Favrel Voir Favreau pour le sens. Le nom est porté notamment dans la Somme et les Côtes-d’Armor.
Favresse Vu la répartition géographique du nom (Normandie et Picardie), il n’a sans doute rien à voir avec le patronyme Favre (= forgeron). C’est une forme contractée de Faveresse, sans doute un matronyme formé sur Favereau, lui-même diminutif de Favier (= producteur ou marchand de fèves). On peut aussi penser à un toponyme : il existe une commune appelée Favresse, mais elle se trouve dans la Marne.
Favris Le nom est porté notamment dans l’Orne et dans l’Aisne. Tout comme Favril (02, 53, 27), il désigne une forge, ou celui qui travaille dans une forge (latin fabrilis). Un hameau s’appelle Le Favris à Machecoul (44).
Favron Le nom est porté en Bretagne (35, 22) et en Vendée. Ce devrait être une contraction de Faveron, dérivé de Favier (producteur de fèves ou champ de fèves). Comme pour la plupart des noms en Favr-, un rapport avec le forgeron est également possible.
Fawtier Très rare aujourd’hui, le nom était porté autrefois en Lorraine (54). C’est apparemment une variante de Fautier (voir ce nom).
Faxel Nom rare porté dans la Meuse. Variante : Faxelle. Il devrait s’agir d’une variante des toponymes Fachelle ou Fasquelle, avec le sens de bande de terre.
Fayad Nom de personne arabe (fayyâD) désignant celui qui est d’une générosité sans limites. Variante : Fayyad (et peut-être aussi Fyad).
Fayadas Nom porté dans la Creuse (variante : Fayada). Désigne celui qui est originaire des Fayades, nom d’un hameau à Saint-Michel-de-Veisse, dans le même département. Sens du toponyme : bois de hêtres.
Fayard Toponyme désignant une hêtraie.
Faye Nom très fréquent dans le Limousin, c’est un toponyme désignant un bois de hêtres (latin fagus > fagea).
Fayet Fréquent dans le Puy-de-Dôme et plus généralement dans le Massif Central, c’est un toponyme désignant un bois de hêtres (latin fagus).
Fayette Toponyme désignant un bois de hêtres. Le nom de famille se rencontre dans le Limousin.
Faynel Porté notamment dans la Haute-Loire (également 58, 42), c’est un diminutif de l’occitan faïn (= la fouine), surnom possible pour celui qui est vif et rusé. Formes voisines : Fain, Fayn (26, 84), Faynet (42).
Fayolle Surtout porté dans la Loire et les départements voisins, le nom désigne un lieu planté de hêtres. Variantes ou formes voisines : Fayole, Fayolles (87), Fayolas (24, 87), Fayol (42, 63), Fayollat (38), Fayollet (03), et sans doute Fayola (02).
Fayón Désigne celui qui est originaire de Fayón, localité espagnole de la province de Zaragoza (Saragosse). Le toponyme viendrait d’un nom de personne arabe, fayûn.
Fayt Porté notamment dans le Lot et dans le Nord, désigne un lieu où pousse le hêtre.
Fazendeiro Nom portugais désignant un fermier, un cultivateur (dérivé de fazenda = exploitation rurale, ferme).
Fazentieux Nom assez rare porté dans les Pyrénées-Atlantiques. Variantes : Fasentieux, Fasensieux, Faisancieu, Faisancieux, Faisantieu, Fésencieux, Fésentieu, Fézancieux, Fédencieux, Fédensieu, la plupart de ces variantes se rencontrant plutôt dans les Landes. Le sens de tous ces noms est incertain, mais il faut sans doute les rattacher à l’occitan fasenda (= propriété rurale) ou à son dérivé fasendièr (= ouvrier agricole, métayer).
Fazilleau Nom rencontré dans les Deux-Sèvres. Surnom donné à une personne habile, adroite, selon M.T. Morlet.
Fazio Porté notamment à Nice, le nom est très fréquent en Italie, aussi bien au Sud (Sicile, Calabre) que dans le Nord (Lombardie, Ligurie). C’est un hypocoristique de Bonifazio (= Boniface). Avec pluriel de filiation : Fazi, Fazzi (Corse, Italie). Dérivés : Fazioli, Fazzino, Fazzini, Fazzuoli.
Féat Nom breton surtout porté dans le Finistère. Il semble s’agir d’un nom de personne qu’on retrouve dans divers toponymes cités par A. Deshayes (voir bibliographie) : Kerfiat à Cléder (29), ou encore Lanfiat à Mahalon (29). Le terme “lann” (= lieu consacré) laisse supposer qu’on a affaire à un nom de saint, mais celui-ci demeure obscur.
Féau Porté surtout dans la Sarthe (également Indre-et-Loire et Tarn-et-Garonne), semble correspondre à l’ancien français feal (= loyal, fidèle).
Féburier Variante de Février (voir ce nom) surtout portée dans le département du Nord. Autre forme : Féburié.
Febvre Variante de Fèvre, Faivre (= forgeron, latin faber) portée notamment en Bourgogne (58, 71). Diminutifs : Febvrel (88), Febvret (21).
Febvrier Nom porté notamment dans la Manche. Voir Février pour le sens.
Febwin Porté notamment dans la Somme, le nom se rencontre aussi sous la forme Febvin (62, 51). Autre variante probable : Févin (59, 80). Il désigne celui qui est originaire de la commune de Febvin-Palfart, dans le Pas-de-Calais.
Fechter Porté en Alsace, le nom désigne en allemand un combattant. Il peut aussi évoquer celui qui habite un lieu-dit Fecht (= tourbière, marécage).
Feck Porté en Lorraine et en Allemagne, c’est un hypocoristique du prénom Frédéric. Variantes : Fecke, Fecque. Diminutif : Fecki.
Fedabeille Nom très rare porté dans les Pyrénées-Orientales, également écrit autrefois Fedaveille (commune de Pia au XIXe siècle). Apparemment un sobriquet (= la vieille brebis) difficile à interpréter sans risque d’erreur.
Fedeli Assez fréquent dans la moitié nord de l’Italie, notamment en Lombardie, le Lazio et les Marches, c’est le pluriel filiatif de Fedele, nom porté pour sa part plutôt dans le sud. C’est l’équivalent du français “fidèle”, mais utilisé comme nom de baptême. On trouve la forme Fedel dans le Frioul et le Trentin.
Federighi Porté en Toscane, c’est la forme plurielle de Federigo, qui correspond en italien au prénom Frédéric. Formes voisines : Federigi, Federico, Frederico, et en Corse Federicci, Federici, Frederici.
Fedida Egalement Fdida, Fdeda, Fededa. Le nom, porté par des juifs d’Afrique du Nord, est un diminutif de l’arabe fiDDa(t), terme désignant l’argent et utilisé comme nom de personne.
Fedini Nom italien porté en Toscane, vers Florence et Pistoia. On en trouve également quelques traces en Sicile, où apparaissent aussi les formes Fedino et Fedina. Sens incertain : on peut penser à un diminutif de l’ancien italien “fedo” (= sale), ou encore à un diminutif de “fede” (= la foi). A noter que les “fedine” étaient autrefois des tresses de barbe.
Fedou Le nom est surtout porté dans le Tarn et la Haute-Garonne, on le rencontre aussi dans le Vaucluse (variante : Fedout, 83). Il désigne en occitan (fedon) un agneau nouveau-né, avec des sens figurés qui varient selon les régions : apprenti, novice, enfant de caractère doux, mais aussi poltron, lâche. Le nom de famille Fedon (17, 87) a la même origine.
Fédry Porté notamment en Alsace, c’est sans doute un diminutif ou une variante de Frédéric, tout comme Fédricq (08, 55). Autre possibilité : celui qui est originaire de Fédry, dans la Haute-Saône, le toponyme semblant lui-même correspondre au nom de personne Frédéric (autre solution : le nom de personne germanique Fredecus suivi du suffixe -iacum, selon Nègre).
Feffer Porté en Alsace et dans la Moselle, c’est l’équivalent de Pfeffer, surnom métonymique donné à un marchand de poivre.
Feger, Féger Porté en Alsace et dans la Moselle, Feger est un dérivé du verbe allemand “fegen” (= nettoyer, fourbir, ramoner), son sens précis étant incertain : un ramoneur, celui qui cure les puits, qui affûte les armes, toutes ces possibilités sont envisageables. Le nom Féger est porté quant à lui en Bretagne (22). Je n’en connais pas le sens. On le retrouve dans le hameau ou la ferme de Lezlec’h Féger à Lezardrieux (22).
Fehlmann Porté dans le Bas-Rhin, désigne celui qui habite un lieu-dit Fehl, Fehlen, Vehlen (également noms de famille), toponyme évoquant un lieu abondant en souches (Bahlow, Deutsches Namenlexikon).
Fehrnbach Rare, le nom est plus courant sous les formes Fehrenbach et Fernbach (Alsace, Allemagne). Autres variantes : Fehrembach (55), Ferembach, Feremback, Ferenbach. C’est un toponyme fréquent en Allemagne (écrit Fahrnbach, Farnbach, Fehrenbach ou Fernbach) désignant un cours d’eau navigable ou que l’on peut traverser (Bach = cours d’eau, Fähre = bac, bateau). Dérivé : Fehrenbacher.
Feigelfeld Nom porté en Autriche. Apparemment, il s’agirait d’un toponyme signifiant “champ de violettes”, Feigel étant ici non pas la figue (allemand Feige), mais la violette (Veilchen, moyen-haut-allemand vîol). Mais il est possible qu’un tel lieu-dit n’existe pas, car les noms de famille formés sur Feigel sont souvent portés par des juifs askhénazes, et ont une valeur symbolique : ici Feigel serait un terme yiddish signifiant “oiseau” (feygl, allemand Vogel).
Feigna Le nom est surtout porté dans les Landes, où il est présent à Castelnau-Chalosse depuis le début du XVIIe siècle au moins. Sens incertain. On peut penser à l’occitan “feina”, variante de “faïna” (= fouine), ou encore à un dérivé du mot foin, à rapprocher du mot “fenial” (= fenil), utilisé dans le Quercy. La meilleure solution serait le mot “feigne” avec le sens de “marécage”, mais il ne semble pas utilisé dans le Sud-Ouest. Formes voisines : Feignat (33), Feigne (24).
Feigueux Le nom est surtout porté dans l’Oise. Variantes : Fégueur, Fégueux, portées aussi en Normandie. Sens obscur. Le seul nom ressemblant est l’allemand Feger, désignant celui qui nettoie, qui balaie.
Feillu Le nom est porté dans l’Eure-et-Loir, où il est présent à Yèvres au moins depuis le début du XVIIe siècle. Variante : Feuillu. Dérivé de l’ancien français “fueille” (= feuille), il devrait s’agir d’un toponyme désignant un bois ou un bosquet.
Feissli Peut-être un diminutif de l’allemand Feistel, lui-même formé sur Faust (surnom d’un homme bagarreur ou nom de personne correspondant au latin Faustus), mais je suis loin d’en être sûr. Variante : Feissly.
Feisthauer Nom porté en Moselle et dans les Vosges. D’abord écrit Faistauer, il désigne celui qui est originaire de Faistau, hameau autrichien proche de la commune de Lofer. Signification du toponyme : sans doute la prairie grasse, fertile.
Feix En France, le nom est surtout porté dans la Corrèze. C’est un toponyme, nom de hameaux ou lieux-dits à Champagnac-la-Noaille et à Feyt (19). Le nom vient du latin “fiscus” (= bien foncier appartenant au royaume ou au clergé). Il existe également des Feix en Allemagne (voir Veix pour le sens).
Feixas Egalement écrit Feixes, et Feixa au singulier, ce nom catalan désigne celui qui habite un lieu-dit les Feixes (= bandes de terre, terres cultivées en terrasses).
Féjard Porté dans l’Allier, paraît correspondre au hameau de Féjard à Droiturier, dans le même département, écrit Fejars sur la carte de Cassini. Reste à savoir si le toponyme est bien antérieur au nom de famille. Si oui, on peut penser à un lieu où pousse la fougère. Dans le cas contraire, on envisagera un dérivé du francoprovençal “fèjo” (= foie, surnom de tripier ?), qui semble à l’origine du nom savoyard Fejoz.
Féjoz Nom savoyard rencontré aussi sous la forme Féchoz. Il est tentant de le rapprocher du francoprovençal fejo (= foie), et d’en faire l’éventuel surnom d’un tripier. On envisagera cependant une possible origine topographique (lieu où pousse la fougère ?).
Felbacq Nom porté dans le Nord et dans l’Aisne, qui s’est aussi écrit Felbacques ou Fellebacques. Il devrait désigner celui qui est originaire de Fellbach (localités en Allemagne et en Autriche) ou de Feldbach (diverses localités, dont une dans le Haut-Rhin), voire d’un autre lieu ayant une graphie voisine. Seule une recherche généalogique permettrait d’en savoir plus.
Felce Le nom est porté en Corse. Il y désigne la fougère, et est à l’origine de divers toponymes (nom entre autres d’une commune de Haute-Corse, au sud de Bastia).
Feld Porté notamment dans la Moselle, désigne celui qui habite un lieu-dit Feld (allemand “Feld” = champ, terre labourable, campagne) ou qui en est originaire. Sont également liés à ce mot des noms comme Felden, Felder, Feldman, Feldmann, soit avec une valeur topographique, soit pour désigner un paysan.
Feldheim Très rare en France, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Feldheim ( la maison ou le hameau dans le champ). C’est le nom de quatre communes allemandes (Bavière, Brandebourg).
Feldhuhn Egalement écrit Feldhun, le nom désigne en allemand la perdrix. Il semble surtout porté par des Juifs askhénazes, et devrait avoir une valeur plus ornementale que descriptive.
Felesmino Variante du nom de famille et prénom portugais Felismino, dérivé de Félix. Le patronyme Felesmino semble surtout porté au Brésil.
Felgines Le nom est surtout porté dans le Cantal. Variante : Felgine. Il désigne celui qui est originaire de Felgines, nom de hameaux à Boisset et à Cassaniouze (15). Signification : lieu où pousse la fougère (latin “filicina”).
Feliciano Porté aussi bien en Italie qu’en Espagne et au Portugal, rencontré en France sous la forme Félicien, c’est un nom de personne latin, Felicianus (dérivé de felix = heureux), popularisé par plusieurs martyrs.
Felip, Falip Forme catalane ou occitane du nom de baptême Philippe. Vient du grec Philippos (= qui aime les chevaux), latinisé en Philippus. C’est le nom de l’un des douze apôtres.
Félisaz Parfois écrit aussi Felizaz, c’est une variante savoyarde de Félisa, Félisat, Félizat (01), diminutifs de Félix.
Felix, Félix Très répandu dans l’Ain et les départements voisins, c’est un nom de baptême d’origine latine (voir Faliu). Diminutifs : Félisat, Félisaz, Félisot, Félizet, Félizot (ces trois dernières formes étant portées en Champagne). Italien : Felici. Diminutif : Felizzato. A noter aussi le diminutif féminin Félixine, porté en Martinique et sans doute attribué comme nom de famille en 1848.
Fellahi Nom arabe formé ave le suffixe -i sur Fellah (fallâH = paysan).
Feller Le nom est surtout porté en Moselle et dans le Haut-Rhin. La forme Feler (Féler), rencontrée en Guadeloupe, paraît en être une variante. C’est un nom de métier dérivé de l’allemanf Fell (= peau), autrement dit un pelletier, un fourreur. Avec le même sens : Fellmann, Fellman.
Fellmann Nom alsacien ou allemand correspondant au métier de pelletier. Variantes : Fellman, Felman, Felmann.
Fellous Le nom correspond à l’arabe d’Afrique du Nord fallûs (= poussin, poulet). Il a souvent été porté par des juifs tunisiens. Variantes : Felous, Fellouz, Fellus.
Felque Très rare et porté autrefois dans la Moselle (variante : Felke), devrait être une variante de Falque ou de Falke (voir Falck pour le sens). À noter cependant que Bahlow signale le nom et le situe dans l’est de l’Allemagne, où ce serait une forme courte de noms de personnes slaves tels que Velislav ou Velimir.
Felsenstein Mot à mot en allemand ‘la roche de la roche’, éventuellement ‘la forteresse de la roche’, le nom, essentiellement porté par des juifs askhénazes, a sans doute une valeur plus symbolique ou ornementale que topographique. Il en va de même avec les noms Felsenbach, Felsenberg ou Felsenthal (le cours d’eau, la montagne et la vallée rocheux) dans la majorité des cas.
Felzines Porté dans le Lot, le Cantal et l’Aveyron (variante : Felzine), désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. Felzines est le nom d’un hameau à Gagnac-sur-Cère (46), mais on pensera aussi à la commune de Felzins (46). Le toponyme correspond à l’occitan “feusina”, ou “felzina”, qui désigne la fougère (en particulier une espèce de fougère à tige écailleuse poussant sur les rochers).
Femenia Egalement Femenias. C’est un nom assez fréquent en Espagne, notamment en Catalogne où l’on trouve aussi la forme Femenies (Baléares). La logique voudrait qu’on le rattache au mot ‘femme’, mais avec quel sens ?
Fenard Semble désigner celui qui fait les foins. On rencontre ce nom surtout dans les Vosges et dans l’Aube. Variante : Fenart (Nord-Pas-de-Calais).
Fenat Patronyme rencontré dans l’Aube et dans la Marne. Aucune idée précise, sinon un probable rapport avec le foin.
Fenech On a affaire à un nom maltais. Les armoiries d’une famille Fenech représentent un lapin, et effectivement en maltais fenek signifie lapin (en arabe c’est le renard des sables, à l’origine du français fennec).
Fénelon C’est en Dordogne que le nom est le plus répandu. Il désigne celui qui est originaire de Fénelon (commune de Lamothe-Fénelon), dans le même département.
Fénérol Les plus anciennes mentions connues situent le nom dans la Haute-Vienne et le Puy-de-Dôme. Variantes et formes voisines : Fénérole, Fénérolle, Fénérolles, Féneyrol, Féneyrolle, Féneyrolles, Féneyrols, Féneyraud, Féneyrou, Fénayrou (ces deux derniers noms étant portés dans l’Aveyron). C’est un toponyme évoquant le foin, peut-être avec le sens de fenil. Sous ses diverses graphies, c’est le nom de nombreux hameaux et lieux-dits en Auvergne et en Limousin.
Feney Nom rare porté dans la Loire. Il s’agit en principe d’un toponyme lié au foin. A noter un lieu-dit le Grand Feney à Charnay-lès-Chalon (71).
Fenon Surtout porté dans la Loire, c’est un dérivé de l’occitan et francoprovençal “fen” (= foin), le sens précis restant à déterminer.
Fenouil C’est en Provence que le nom est le plus répandu. Il correspond au fenouil, sans doute comme toponyme devenu nom de famille (autre possibilité : surnom de producteur ou de marchand de fenouil). Formes similaires : Fenoil, Fenoul. Formes italiennes : Fenoglio, Fenogli (Alpes-Maritimes, Piémont, Ligurie, le nom Fenogli étant très rare).
Fenouillat C’est en Dordogne que le nom a été le plus porté, tout comme ses variantes Fenouillac et Fenouillas. Il désigne celui qui est originaire de Fenouillac, hameau à Saint-Etienne-aux-Clos (19). Sens probable : lieu où pousse le fenouil.
Feral Nom rencontré en Normandie (14). Semble un sobriquet désignant celui qui est sauvage, cruel (comme une bête féroce), mais peut aussi être une variante de Féraud, nom de personne d’origine germanique, Fariwald ( fari = domaine familial + wald = qui gouverne). Je préfère la seconde solution.
Ferard Nom de personne d’origine germanique, Farihard (fari = famille, domaine + hard = dur). C’est dans l’Ouest que le nom est le plus répandu (53, 35).
Féraud Nom de personne d’origine germanique, Fariwald (fari = famille, puis domaine + waldan = gouverner). C’est dans le Sud-Est que le nom est le plus répandu (06, 13, 83). Variantes : Férault (28, 61), Féraut (31, 82), Féraux (59, 61, 89), Ferrau (13, 09, 33), Ferraud (30, 89), Ferrault (49, 71, 72), Ferraux (51, 55, 71), Ferraut.
Ferbach Porté dans le Bas-Rhin, désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom ou un nom voisin, peut-être Feuerbach (Bade-Wurtemberg).
Ferber Porté en Alsace-Lorraine, c’est une variante de l’allemand Färber, qui désigne un teinturier (moyen-haut-allemand verwaere).
Ferboeuf Porté notamment dans la Marne, ce nom rare se rencontre aussi sous la forme Ferbeuf. Il désigne apparemment celui qui frappe le bœuf, peut-être un tueur de boeufs (cf. le nom Fercocq, qui frappe le coq). Autre possibilité : variante de Farabeuf, nom de personne d’origine germanique, Farabod (voir Pharaboz).
Ferbos Nom rencontré en Aquitaine (variante Farbos). Il pourrait s’agir d’un toponyme : le dictionnaire de M.T. Morlet signale un hameau appelé Farbos dans la commune de Levignac-de-Guyenne (47). Etymologie inconnue.
Ferbus Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais, en Lorraine ainsi qu’en Belgique. Peut-être une forme latinisée de Ferber, mais plutôt une variante de Ferboeuf (voir ces noms).
Ferchaud Porté en Vendée et en Poitou-Charentes, c’est un nom de personne d’origine germanique, Fercwald selon M.-T. Morlet (ferc = monde + waldan = gouverner). Variantes : Ferchau, Ferchault, Ferchaut, Ferchaux (du Bordelais jusqu’à la Bretagne).
Ferciot Nom porté dans le Doubs (où le nom est présent au moins depuis le XVIIIe siècle) et dans les Vosges. Sens très incertain. Il pourrait s’agir d’un nom de personne dérivé de la racine germanique ferc- (= le monde).
Fercocq, Fercoq Le nom est surtout porté en Bretagne (22) et en Normandie. On trouve aussi les variantes Ferlicoq et surtout Ferlicot. Il s’agit d’un sobriquet désignant celui qui frappe (qui tue, sans doute) le coq. Quant à l’explication précise, elle me semble bien difficile à donner, sauf à envisager un tueur de volailles.
Ferdin Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, pourrait correspondre à l’ancien français “ferdin” (petite pièce de monnaie), mais c’est loin d’être sûr.
Ferdinandi Forme corse de Ferdinand, nom de personne d’origine germanique. Le nom Ferdinand s’est formé par métathèse du r de Fredinand, Fridunand (frid = paix + nand = hardi).
Ferdji Porté en Algérie, devrait être une variante de Faraji, nom de personne formé sur l’arabe faraj (= soulagement, joie succédant à une libération).
Ferdouz Assez rare, semble correspondre au nom de personne arabe Firdaous (firdaws = l’un des noms du Paradis).
Férec Porté dans le Finistère (variante : Ferrec), le nom est considéré comme un diminutif du breton “fer” (= cheville), surnom pour celui qui a de grosses chevilles. A noter cependant d’autres mots “fer”, l’un signifiant “brave”, l’autre “lentille”.
Férelloc Nom porté dans le Finistère, de sens obscur. Peut-être un dérivé de l’adjectif breton “fer” (= brave), ou encore de “fer” (= cheville).
Feret Nom porté de la Normandie jusqu’au département du Nord. Variante : Ferest, Feretz, Ferey, Ferez. Sens incertain : on peut penser à un diminutif de ‘fer’, mais M.T. Morlet propose un diminutif du nom de personne d’origine germanique Ferard (voir ce nom).
Ferguson Egalement Fergyson. Très répandu en Ecosse, désigne le fils de Fergus, nom de personne d’origine gaélique (Fearghus : fear = homme + gus = force).
Ferhat Nom de personne arabe, également écrit Farhat. C’est un dérivé de la racine f.r.H, exprimant l’idée de joie.
Fériau Porté notamment dans le département du Nord (également 37, 49), le nom semble correspondre à l’ancien français “ferial” (= festif, plaisant, joyeux, le dictionnaire de Godefroy signalant que le mot a aussi désigné une sorte de dignitaire ecclésiastique). Variantes : Fériaud (34, 84), Fériault (35, 53), Fériaut (58), Fériaux (971). On envisagera aussi une possible variante du prénom Ferréol.
Ferlay Nom assez répandu dans la région lyonnaise (69, 42, 26 notamment). Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit (le) Ferlay ou qui y habite. Il s’agit d’une terre où pousse la férule (occitan ferla), plante herbacée aux racines énormes.
Ferlicchi Ce nom italien est pourtant très rare en Italie. C’est aujourd’hui en Lorraine (54) qu’il est le plus porté. Variante : Ferlichi. Apparemment, ce devrait être un diminutif de Ferla, nom de famille et toponyme désignant la férule (plante herbacée), mais rien de bien évident.
Ferloni Nom italien très localisé dans la province de Côme. On trouve également quelques rares Ferlone en Ligurie. Sens obscur pour moi. À noter cependant que, dans certaines régions du nord de l’Italie, le mot “ferla” a eu le sens de béquille. Il désigne aussi la férule, soit comme plante, soit avec le sens de baguette.
Fermier Nom porté notamment dans l’Yonne, le Var, l’Oise et le Loiret, présent aussi autrefois dans la Moselle. Dans tous les cas, il semble désigner un fermier.
Fermon Le nom est surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais. On le rencontre aussi dans le Finistère, tout comme sa variante Fermont. Forme voisine : Fermond (26, 16). C’est souvent un toponyme, nom de diverses localités en Belgique et dans le nord de la France, mais c’est surtout un nom de personne d’origine germanique, latinisé en Feremundus, que M.T. Morlet considère comme une variante de Frémond, Frémont, rencontrés dans l’Ouest (Fridmund : frid = paix + mund = protection).
Fermus Un nom bien rare dont l’origine est difficile à localiser. Il pourrait s’agir d’un toponyme : un hameau s’appelle Fermus à Prunières, dans la Lozère. Mais le nom vient-il vraiment de la Lozère ?
Fernandez, Fernandes Nom ibérique formé sur le prénom Fernando, avec le suffixe -EZ exprimant la filiation. Il faut savoir que Fernand(o) et Ferdinand renvoient au même nom de personne d’origine germanique, Fredinand (frid = paix + nand = hardi). Fernandes est le plus souvent une forme portugaise, parfois galicienne.
Ferney Le nom est surtout porté dans le Territoire de Belfort. Formes voisines : Fernet (80, 21), Fernex (74), Fernez (59, 90), Fernette (70). Il devrait s’agir dans la plupart des cas d’un toponyme, variante par métathèse de formes telles que Frénet, Fréney (= bois de frênes). Autre solution, proposée par M.-T. Morlet pour Fernet : diminutif de Ferron (= forgeron, marchand de fer).
Fernon C’est dans les Landes que le nom a toujours été le plus répandu. Sens incertain. Il existe un hameau appelé Fernon à Langon (33), mais il y a de fortes chances pour que son nom soit formé à partir du patronyme.
Ferra, Ferrà Nom catalan, équivalent de Ferran (= Ferdinand).
Ferracin Nom italien assez fréquent en Vénétie. On le rencontre également sous les formes Ferracino, Ferracini, et sans doute aussi Ferrazzin, Ferrazzino, Ferrazzini. C’est le nom d’un condottiere du XVIe siècle (Ferracino da Brescia). Sens incertain : a priori on aurait affaire à un dérivé de “ferro” (= fer), mais ce n’est pas une certitude et de toute façon la signification précise reste obscure, du moins pour moi.
Ferradou Nom porté dans le Sud-Ouest. Correspond à l’occitan ferrador (= marteau de maréchal-ferrant). Surnom probable d’un maréchal-ferrant. A noter le nom composé Ferradou dit Lacoste (nom + surnom destiné à éviter une homonymie).
Ferragne Le nom est porté dans le Puy-de-Dôme. Il faut sans doute le rapprocher de l’ancien français ferain et de l’occitan feramia (= bête sauvage, également fantôme puis épouvantail). Il devrait s’agir d’un toponyme.
Ferragu Nom porté dans le Centre (36, 37, 41). M.-T. Morlet considère qu’il faut le décomposer en fer + aigu, ce serait le surnom donné à celui qui utilise une épée ou un couteau. Mais on n’oubliera pas que c’est surtout le nom d’un personnage qui apparaît dans plusieurs chansons de geste, géant sarrasin combattu par Roland. Le nom de ce personnage a dû être utilisé comme surnom, voire comme nom de baptême. Variantes : Ferragut (12, 84), Fernagu, Fernagut (Basse-Normandie, Nord-Pas-de-Calais). Formes italiennes : Ferraguti, Ferraguto.
Ferran, Ferrand, Ferrando Noms de personne d’origine germanique. Ces sont des variantes de Fernand et Ferdinand (voir Fernandez). La première est catalane ou aragonaise (quelques mentions aussi en Vénétie), Ferrand est français et Ferrando castillan ou italien (Piémont, Ligurie). On trouve aussi la forme Ferrandi en Lombardie et en Corse. Pour Ferrand, on propose parfois un sobriquet désignant une personne ayant les cheveux gris comme le fer, mais je ne suis guère convaincu.
Ferrandes Rencontré en Espagne également sous les formes Ferrandez, Ferrandis, Ferrandiz, désigne le fils de Ferrando, variante de Fernando (= Fernand, Ferdinand).
Ferrandin Diminutif de Ferrand (voir Ferran) porté notamment dans l’Orne et le Var (il vient en principe du Sud-Est). Formes italiennes ou corses : Ferrandino, Ferrandini. Avec d’autres suffixes : Ferrandon (03, 23, 18), Ferrandou, Ferrandoux (41).
Ferrant Voir Ferran pour le sens. Le nom est surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais.
Ferrapie, Ferrapié Porté dans la Haute-Loire, désigne celui qui est originaire de Ferrapie, hameau ou ferme à Raucoules, dans le même département. L’existence de formes anciennes “de Ferrapie” montrent en principe l’antériorité du toponyme sur le nom de famille. Le lieu est cité en 1467 sous la forme Ferrapia (il est écrit Frappier sur la carte de Cassini), dont le sens m’est inconnu.
Ferrare Surtout porté aujourd’hui dans la Saône-et-Loire, devrait désigner celui qui est originaire de la ville italienne de Ferrare. Le nom a été également porté dans l’Orne, les Alpes-Maritimes et le Nord. Forme italienne : Ferrara (dérivés : Ferrarese, Ferraresi, Ferraresso).
Ferrari Nom italien désignant le forgeron.
Ferrasson Nom rare porté dans le Centre (18, 37), rencontré en Dordogne sous la forme Ferrassou. Le mot “ferrasson” est attesté en occitan, où c’est un diminutif de “ferrassa” (= pelle à feu). Peut-être, comme pour le nom de famille Ferrasse, porté dans l’Aude et le Tarn, le surnom d’un forgeron.
Ferraton Diminutif de Ferrat, un dérivé de fer dont le sens est difficile à cerner : peut-être celui qui est dur comme le fer, ou bien celui qui est armé d’un fer (comme le Grand Ferré et sa hache). A noter aussi qu’en occitan le ferrat est un seau de fer. Le nom Ferrat est surtout porté dans le Sud-Est. Quant aux Ferraton, ils sont très nombreux dans le Forez.
Ferray Les plus anciennes mentions connues situent ce nom en Normandie et dans l’Ille-et-Vilaine. Ce devrait être une variante graphique de Ferré (voir ce nom).
Ferraz Le nom est fréquent au Portugal, où c’est un dérivé filiatif de Ferrão, équivalent portugais de Ferran (voir ce nom). Mais c’est aussi un nom porté en Afrique du Nord, correspondant sans doute à la racine f.r.z, avec le sens de hauteur, élévation (farîz = éminent, distingué).
Ferré Le nom est présent dans diverses régions. En pays catalan et plus généralement dans les Pyrénées, c’est une variante de Ferrer (= celui qui travaille le fer, forgeron). Mais c’est en Vendée et dans la Loire-Atlantique qu’il est le plus répandu. Il y désigne peut-être celui qui est armé (l’ancien français “fer” avait souvent le sens d’arme), à l’image du Grand Ferré, ainsi nommé parce qu’il était armé d’une hache.
Ferreira Le plus souvent portugais, ce nom est l’équivalent du catalan Ferreres (voir ce nom).
Ferrères La présence du s à la fin du mot montre qu’il ne s’agit pas du féminin de ferrer, mais bien d’une mine de fer, donc un toponyme devenu anthroponyme.
Ferrero Le nom désigne un forgeron, un maréchal-ferrant. Il est présent en Espagne (équivalent de Herrero), mais aussi dans le Piémont. On rencontre également en Italie la forme Ferreri (Piémont, Lombardie, Lazio, Sicile). Equivalent portugais : Ferreiro. Forme catalane : Ferrer (nom rencontré aussi en pays gascon), dont Ferrès (ou Ferrés) est une variante.
Ferret Nom fréquent dans la Loire, en Vendée et dans le Tarn. C’est un surnom lié au fer que l’on peut interpréter de diverses façons : soit celui qui fabrique des objets en fer (armes ou ferrets, qui étaient au moyen âge des sortes de clous décoratifs), soit celui qui est dur comme le fer ou dont les cheveux (gris) ont la couleur du fer.
Ferri Italien ou corse, le nom renvoie au fer, soit comme surnom (celui qui travaille le fer ou est dur comme le fer), soit comme nom de baptême médiéval (Ferro, également nom de famille). Diminutifs : Ferreto, Ferreti, Ferretto, Ferretti, Ferricelli, Ferrìn, Ferrino, Ferrini, Ferrucci. En composition : Ferrovecchio, Ferri-Pisani (Corse).
Ferrier Le nom peut désigner soit celui qui travaille le fer, un forgeron, soit une mine de fer. On le trouve surtout dans le Gard, l’Aude et le Puy-de-Dôme. Variante : Ferrié (11, 81, 82).
Ferrière Patronyme fréquent dans la région lyonnaise, mais présent aussi dans de nombreuses régions. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit (la) Ferrière, endroit où l’on extrait le fer, ou bien endroit où on le travaille. 43 communes françaises s’appellent (la) Ferrière ou Ferrières.
Ferriol Patronyme porté dans la Loire, rencontré également dans le Sud-Ouest (11, 31). Correspond au nom de baptême Ferréol (latin Ferreolus, dérivé de ferrum = le fer), popularisé par plusieurs saints, dont un soldat martyrisé à Vienne (France) au IIIe siècle et un évêque de Limoges (voir aussi Fargeau).
Ferron Rencontré dans plusieurs régions, mais surtout fréquent dans l’Ille-et-Vilaine et plus généralement dans l’Ouest, désigne en ancien français un forgeron ou un marchand de fer. Dérivé : Ferronnière (44). Diminutif rare : Ferronnet. A noter que le nom Ferron est également porté en Espagne (Ferrón) et en Italie, notamment en Vénétie, avec un sens qui peut être différent : en Italie notamment, il semble que ce soit un augmentatif des noms Ferro, Ferri. Autres formes italiennes : Ferrone, Ferroni.
Ferrucci Nom italien. C’est un diminutif de ferro (= le fer), utilisé fréquemment comme anthroponyme, et qui peut avoir plusieurs significations : soit celui qui est dur comme le fer ou qui a les cheveux gris comme le fer (sobriquets), soit tout simplement celui qui travaille le fer. Le i final est bien sûr un pluriel de filiation (singulier : Ferruccio).
Ferruyau Patronyme rare porté dans les Deux-Sèvres, diminutif de Ferru (79, 17), un nom qui paraît lié au fer, avec un sens précis restant à définir (celui qui travaille le fer ? qui est dur comme le fer ?). Autre diminutif : Ferruaud (17).
Ferry Nom de personne d’origine germanique, variante du prénom Frédéric : Fridric (frid = paix + ric = puissant). Patronyme très répandu en Lorraine (54, 88).
Fersing Assez courant en Moselle, semble renvoyer à un nom de localité (suffixe -ing), mais je ne sais laquelle. Peut-être une métathèse de Freising, nom d’une commune de Bavière.
Fert Surtout porté dans la Haute-Savoie et la Drôme, c’est un nom dont le sens ne m’est pas connu. On propose généralement d’y voir une variante du mot “fer”.
Fertig Porté en Alsace, correspond à l’adjectif allemand fertig (= vif, rapide, adroit).
Fertillet Le nom est porté dans l’Ouest (35, 44). On le rapprochera de Fertille (18, 60) et de Fertil (29, 60), toponymes désignant en principe des terres en friche.
Ferveur Curieux nom porté en Lorraine (57, 88, 54). Semble le surnom d’un homme passionné (latin fervor = ardeur), à condition toutefois que l’on n’ait pas affaire à la déformation phonétique d’un autre nom.
Fesaix Nom rare porté dans l’Ille-et-Vilaine. Variante : Fesais. Aucune solution, sinon une éventuelle déformation du normand Fizet (diminutif probable de l’ancien français fiz = fils).
Fesland Rare et surtout porté dans l’Indre-et-Loire, pourrait être une variante de Ferland (16, 86), lui-même probable métathèse de Freland (85, 79, 17, variante Frelant), nom de personne d’origine germanique (Fridland : frid = paix + land = pays).
Fesquet Le nom est surtout porté dans le Gard et l’Hérault. C’est un toponyme assez courant dans ces deux départements, nom de hameaux ou de fermes à Saint-André-de-Valborgne et Vallerauque (30), à Cazilhac et Clapiers (34). Fesquet est lui-même un diminutif de Fesc, Fesq, Fesque, autres toponymes fréquents correspondant au latin “fiscus”, qui a donné le français “fisc”. Le mot latin a d’abord désigné un panier pour recevoir de l’argent, puis le trésor impérial. Le sens de “fesc” et de “fesquet” devrait être celui de terre réservée au seigneur (cf. le lieu-dit “Devois du Fesquet” à Cazilhac). Le nom de famille Fesquet est également porté dans le Calvados, son sens y est plus obscur. On signalera simplement que le dictionnaire de Godefroy mentionne l’emploi du mot “fesque” comme variante de “festre”, avec le sens d’ulcère, fistule.
Fessard Le nom est porté en Normandie (76). Variante : Fessart (27). Il apparaît dès 1283 dans la région de Rouen (Pierres Fessart, cité par le dictionnaire de Godefroy), et dans l’Eure il a donné son nom à un lieu-dit (La Fessardière à Pont-de-l’Arche, 1340). Parmi les sens possibles, celui d’homme fessu est généralement retenu (Godefroy, Morlet). Autre possibilité : portefaix. A noter aussi la possibilité d’un toponyme : deux rivières s’appellent “le Fessard” (Sarthe, Loiret).
Fessier Surtout porté en Picardie, le nom paraît correspondre à l’ancien français “faissier” (= portefaix).
Festor Porté dans la Moselle, c’est une variante de Feisthauer (voir ce nom), qui devient Festaur en 1685 à Creutzwald (Moselle), puis Festor quelques années plus tard (source : recherches généalogiques d’E. Festor).
Festucci Nom italien assez rare, porté notamment dans la région romaine. C’est un diminutif de Festa (= fête), qui pour sa part est très répandu dans tout le pays. Reste à savoir les motivations d’un tel nom : s’agit-il d’un enfant né un jour de fête, ou encore d’un nom augural (destiné à porter chance à celui à qui on l’attribue) ? Difficile de savoir. Autres dérivés : Festino, Festini, Festinese, Festinesi.
Fétis Sans doute variante de Faitis (voir ce nom), le patronyme est surtout porté en Charente.
Fétiveau Surtout porté en Vendée et en Charente-Maritime (variante : Fétiveaud), c’est apparemment le surnom d’un bon vivant, celui qui aime faire la fête (dérivé de ‘festif’).
Feton Le nom est surtout porté dans l’Aisne. Il semble s’agir d’un nom de personne d’origine germanique, Fatto, à rapprocher de Faton, Fatton (39, 25). M.T. Morlet rattache la racine fathi à l’indo-européen potus (= maître, chef).
Fetus, Fétus Rare, le nom est porté dans la Meuse depuis le XVIIe siècle. On en trouve aussi des mentions anciennes dans le Loiret. Il évoque apparemment des fétus de paille, reste à savoir comment l’interpréter. Plusieurs lieux-dits s’appellent “les trois fétus” (enseigne d’auberge ?).
Feuardent Nom porté dans la Manche, où il s’écrit aussi Feuardant. Sauf déformation toujours possible, il s’agit d’un surnom désignant celui qui est atteint du feu ardent, terme qui a désigné l’ergotisme, maladie provoquée par l’ergot du seigle (appelée aussi “mal des ardents” ou “feu de saint Antoine”).
Feuchère Surtout porté dans les Ardennes, désigne celui qui est originaire de Feuchères, village du même département (commune de Sapogne-et-Feuchères). Sens du toponyme : lieu où pousse la fougère. Les noms Feucher, Feuchert, portés dans la même région, devraient en être des variantes. La fougère est également présente dans Feucherolles (nom d’une commune des Yvelines).
Feugueur Porté en Normandie et en Picardie (27, 60 surtout), correspond au mot “feuqueur”, qui désigne dans ces régions un faucheur. Variantes : Feugueux, Feuqueux (60).
Feuilherade Egalement écrit Feuillerade, le nom est très rare. On trouve plus fréquemment la forme Feuillarade, notamment dans la Haute-Loire. Le terme désigne en occitan (folharada) un toit de feuillée, une petite cabane. C’est donc un toponyme, sans doute le hameau de la Feuillarade à Mercoeur (43).
Feuillade Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit (la) Feuillade, toponyme évoquant un bois feuillu. Le nom de famille est très répandu dans l’Indre, ainsi que dans la Creuse et dans la Dordogne (où se trouve la commune de La Feuillade).
Feuillassier Nom porté dans les Hautes-Alpes, notamment à Saint-Crépin et Eygliers, puis à Théus. En occitan, le mot “folhassa” a le sens de grande feuille, feuille flétrie. Il pourrait s’agir d’un toponyme évoquant un bois de feuillus, d’autant qu’un bois s’appelle Feuillassier à Réotier, non loin de Saint-Crépin et Eygliers. Reste à savoir si ce toponyme n’est pas formé à partir du nom de famille. Parmi les mots aux sonorités similaires, on peut signaler “filhassier” (= coureur de filles).
Feuillâtre Porté dans le Centre (41, 49), c’est un toponyme désignant un lieu feuillu, un bois (le suffixe -âtre étant en principe péjoratif). A noter un lieu-dit Les Feuillâtres à Dadonville (45), et le bois du même nom à Chissey-en-Morvan (71). Variante : Feuillastre.
Feuillepain Le nom est porté dans l’Indre depuis le XVIIe siècle, puis dans le Cher. Il s’écrit aussi Feuillepin, mais on trouve également dans les archives les variantes Felpin et Philpin, utilisées pour la même famille. Autrement dit, il y a de fortes chances pour que tout rapport avec le pin ou le pain soit exclu. Nous devrions avoir affaire à un diminutif de Philippe, originaire de Lorraine ou de Franche-Comté.
Feuillerat Egalement écrit Feuillerac, le nom est surtout porté dans la Haute-Garonne. Il devrait désigner celui qui est originaire de Feuillerat, hameau à Prat-Bonrepaux (09).
Feuiltaine Nom rare porté en Lorraine. Les formes anciennes (Folting, Felten) montrent qu’il s’agit d’une variante sans doute allemande du prénom Valentin. Le patronyme Felten est assez répandu en Alsace (on trouve également Foltin en Allemagne).
Feulié, Feulie Porté dans l’Hérault, le nom Feulié est rare. Son sens ne m’est pas connu. Le nom Feulie se rencontre pour sa part dans le Nord-Pas-de-Calais (il est également très rare). C’est l’équivalent de Folie (voir ce nom).
Feuregard Porté dans les Côtes-d’Armor (Saint-Brieuc depuis le début du XVIIe siècle), le nom s’écrit aussi Feurgard, Feurgart. Sens incertain. Il pourrait s’agir d’une métathèse de Fregard (76), nom de personne d’origine germanique (Frighard : fric = avide, dur + hard = dur).
Feurté Nom rare, rencontré dans la Brie. A rapprocher peut-être de Feurtey (Berry), qui désignerait un petit fourneau, ou plutôt du toponyme Ferté (= forteresse).
Feusier, Feussier Nom de métier. Celui qui fabrique ou vend de la fuse ou futaine, variété de tissu.
Feutren Porté dans les Côtes-d’Armor, le nom est à rattacher au feutre, désignant soit celui qui fabrique ou vend du feutre, soit le porteur d’un vêtement en feutre.
Feutry Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Sans doute le surnom donné à un ouvrier qui travaille le feutre, étoffe obtenue en foulant et en agglutinant du poil ou de la laine (du francique *filtir).
Feuvrais Le nom est surtout porté dans le Maine-et-Loire. Variantes : Feuvraie (78), Feuvray (53), Feuvraye (49). C’est un toponyme désignant une forge (dérivé de “fèvre, feuvre” = forgeron). Cinq hameaux s’appellent “la Feuvrais” : à Crévin et Miniac-sous-Bécherel (35), à Erbray et Grand-Auverne (44), à Concoret (56).
Feuvrier Variante de Février (voir ce nom) portée en Franche-Comté, notamment dans le Doubs. En composition : Feuvrier-Etévenard (25), Feuvrier-Laforêt (24).
Fève Désigne par métonymie un producteur ou un marchand de fèves. C’est dans le Cher et les Vosges que le nom est le plus répandu.
Fevret Diminutif de Fèvre, l’un des nombreux patronymes désignant un forgeron (latin faber). On trouve surtout ce nom dans l’Est et en Bourgogne.
Février Le nom, très courant, est surtout porté en Bretagne et en Normandie. On considère en général que c’est un surnom désignant un enfant né en février ou trouvé pendant ce mois. Vu la fréquence du patronyme, on peut cependant envisager une autre hypothèse : nom donné à un forgeron (dérivé de févrie = la forge).
Fey C’est en Moselle que le nom est le plus répandu. Il s’agit d’une variante de Fay, désignant le hêtre (latin fagus). Donc celui qui habite un lieu-dit (le) Fay, (le) Fey ou qui est originaire d’un village portant ce nom. Le patronyme Fay est pour sa part très fréquent dans les Ardennes. Il existe en Moselle deux communes appelées Fey, non loin de Metz.
Feydel Le nom est surtout porté en Corrèze. Il semble s’agir d’un toponyme. Deux hameaux corréziens s’appellent “le Feydel”, à Palisse et à Condat-sur-Ganaveix. Le nom est à rapprocher de Feydeau, rencontré pour sa part dans la Haute-Vienne (variante : Feydaud). Sens incertain. Difficile d’y voir un dérivé du verbe occitan “faidir” (= bannir, déshériter), comme le proposait Dauzat. À envisager éventuellement un dérivé de “fada” (= fée) ou de “feda” (= brebis).
Feydieu Originaire de Feydieu, hameau de la commune du Pian-Médoc, dans la Gironde.
Feyeux Surtout porté dans l’Ain, c’est une variante de Fayeux, un toponyme dérivé de fay (= le hêtre) que l’on rencontre notamment dans l’Isère (nom de trois hameaux).
Feyfant Le nom est essentiellement porté en Dordogne. Variantes : Feyfan, Feyfaut. Dérivé : Feyfantier. Sens obscur. La définition de M.T. Morlet, “celui qui fait l’enfant”, semble peu crédible. A noter un lieu-dit la Feyfantie à Sorges (24).
Feyhl D’origine alsacienne, le nom est plus courant sous la forme Feil. La solution la plus évidente est d’y voir le mot Feile (= lime, surnom métonymique pour l’utilisateur de cet outil). Mais on envisagera aussi le moyen-haut-allemand “viol, viel” (= violette), ou encore le moyen-bas-allemand “feil” (= mauvais, méchant, vicieux).
Feyrit Nom porté en Aquitaine où on trouve aussi les formes Feyri et Feyry. Très peu de mentions anciennes de ces divers noms, qui semblent avoir été portés en Dordogne au XVIIIe siècle. Ils pourraient désigner celui qui est originaire de La Feyrie, hameau à Saint-Viance, dans la Corrèze (sens sans doute préférable au participe passé occitan “ferit” = frappé).
Feyty Nom surtout porté dans la Dordogne. Variantes : Feyti, Feytie, Feytis, Feytit. Sans doute une variante de Faitis (voir ce nom), mais un toponyme lié au hêtre n’est pas impossible.
Fiacre Surtout porté en Lorraine, également présent dans d’autres régions, c’est un ancien nom de baptême, sans doute d’origine gaélique et latinisé en Fiacrius, popularisé par un ermite irlandais qui vécut au VIIe siècle dans la forêt de Brie (commune actuelle de Saint-Fiacre). Saint Fiacre est le patron des jardiniers. Il est aussi indirectement à l’origine du nom “fiacre” (une effigie du saint se trouvait sur la porte de la maison d’où partaient ces voitures au XVIIe siècle).
Fialeix Porté dans le Cantal, le nom s’écrit aussi Fialaix, Fialex. Le mot “fial” est en Limousin une variante de “fil”. Fialeix (suffixe limousin -eix) aurait donc le sens de filet, petit fil. À envisager cependant un éventuel “fialhet”, avec le sens de petit-fils.
Fialek Nom de famille polonais ou tchèque, pour lequel on dispose de deux origines possibles : soit le nom fialka (= violette), soit l’adjectif fijal (= sot, niais). La première solution est évidemment plus valorisante, c’est d’ailleurs celle qui est le plus souvent retenue. A noter que Fijal, Fijalek sont aussi des noms de personne (prénoms). Dérivé : Fijalkowski.
Fialho Sobriquet portugais désignant une personne très maigre (fialho = fil très fin). Le surnom est attesté avec ce sens depuis le XVIe siècle.
Fiamenghi Porté dans l’Italie du Nord, le nom désigne un Flamand (avec pluriel de filiation), en italien actuel Fiammingo.
Fiancette Un joli nom qui vient du Massif Central (19, 63). Il s’agit apparemment d’un matronyme formé sur Fiancet, lui-même dérivé de l’ancien français fiance, qui pouvait avoir plusieurs sens : confiance, foi, fidélité, engagement, et aussi fiançailles. Difficile de faire le bon choix !
Fiand Nom surtout porté dans l’Eure-et-Loir (rencontré aussi dans le Loir-et-Cher). Variante : Fiant (14, 76). C’est le participe présent du verbe fier (= avoir confiance), et donc apparemment un surnom donné à celui qui est sûr de lui, peut-être un prétentieux.
Fiasson Patronyme rencontré presque exclusivement dans le département de la Loire. C’est hélas tout ce que je sais sur lui pour l’instant.
Fiastre Un nom que l’on trouve surtout dans les Bouches-du-Rhône et l’Isère. C’est une forme contractée de Fillastre, désignant le beau-fils, le gendre (comme la marâtre est la belle-mère). M.T. Morlet y voit le nom italien Fiastri, considéré comme une variante de flastre (= flétri, flasque), mais en fait Fiastri signifie aussi beau-fils. Donc, aucun problème pour l’interprétation du nom, quelle que soit son origine géographique.
Fiat Surtout porté dans l’Isère, c’est une contraction de Fillat (26, 11, 32), nom qui signifie ‘gendre’ (occitan filhat).
Ficat Surtout porté dans l’Aveyron, c’est en principe le participe passé du verbe occitan “ficar” (= ficher, enfoncer, planter). Reste à savoir quel sens précis lui donner ici.
Fichaux Nom porté dans le nord de la France. Semble correspondre au picard fichau, ficheu, qui désigne le putois, mais qui est surtout employé pour évoquer un homme malin, rusé. Variantes : Ficheux, Fichex, Fichez. A noter que Ficheux est également le nom d’une commune du Pas-de-Calais, et que dans certains cas le patronyme peut désigner celui qui en est originaire.
Fichepain Le nom se rencontre dans le Loir-et-Cher au moins depuis le XVIIIe siècle, ainsi que sa variante Fichepin. A partir de cette dernière forme, on peut penser à un ancien toponyme désignant une plantation de pins, éventuellement à un surnom donné à celui qui plante des arbres (en ancien français, ficher = planter). Prudence cependant, car on manque de formes anciennes du nom pour se faire une idée plus précise.
Fichet Nom de famille fréquent en Saône-et-Loire et dans les Deux-Sèvres. Son rapport avec le verbe ficher (en ancien français = planter) semble évident, mais comment l’interpréter ? On peut penser à celui qui utilise une fiche (pointe de fer), mais dans l’Ouest on a apparemment affaire à un toponyme, qui apparaît souvent sous la forme “le Bois Fichet” (par exemple à Mauléon et au Pin, 79). Le mot fichet y a le sens (attesté au XVIIe siècle mais certainement antérieur) d’arbre issu d’une bouture. Un bois fichet est donc un bois obtenu par plantation.
Ficht Porté en Alsace-Moselle, le nom correspond à l’allemand “Fichte”, qui désigne le pin, éventuellement l’épicéa. Il s’agit donc d’un toponyme devenu nom de famille. Dérivé : Fichter.
Fick Porté dans le Bas-Rhin, c’est une forme courte de Friedrich (Frédéric).
Fidaire Nom porté dans la Sarthe, également présent dans le Nord et la Marne. Aucune idée, sinon une éventuelle déformation du nom de baptême Fidèle, popularisé par plusieurs saints.
Fidanza Le nom correspond à l’italien “fidanza” (= confiance, foi). Il est porté notamment dans le Lazio et les Abruzzes, ainsi qu’en Lombardie. Sens incertain : peut-être un ancien nom de personne, peut-être un nom de localité (cf. la commune de Fidenza, en Emilie-Romagne).
Fidelaine Le nom est porté dans l’Aisne, où il est attesté au moins depuis le XVIIe siècle. Tout comme Fidelin, nom porté en Seine-Maritime et dans les DOM, ce pourrait être un diminutif du prénom Fidèle. On peut cependant le rapprocher de noms tels que Fidelaire (55), Fiddelaers, Fiedelers (Belgique), Fiedler (Allemagne), ou encore Fideler, qui désignent un joueur de crincrin, un violoneux. Cette solution me paraît la meilleure.
Fiedler Le nom est surtout porté en Moselle. Il désigne un joueur de violon ou autre instrument similaire (allemand moderne Fiedler = violoneux, mauvais musicien). Le métier est mentionné au moyen âge sous la forme videlaere, dérivé du latin médiéval vitula.
Field Le plus souvent anglais, c’est un toponyme ayant eu d’abord le sens de pâturage, puis de champ (également Fields avec -s de filiation). Ce nom a été fréquemment porté par des juifs askhénazes, anglicisation de noms plus longs pour lesquels chacun a des solutions très variées, par exemple Finkelstein.
Fierdehaiche Le nom est attesté dans les Côtes-d’Armor (Corseul) depuis le XVIIe siècle. Il est formé sur “fiert”, présent du verbe d’ancien français “ferir” (= frapper) et sur “haiche” (= hache). Autrement dit celui qui frappe avec une hache (surnom de soldat, éventuellement de bourreau ou de tout autre utilisateur d’une hache). Le même type de formation a donné le nom de famille Fierdepied (37), celui qui frappe du pied.
Fierens Nom flamand, double génitif de Fier, forme néerlandaise du prénom Olivier (avec aphérèse des premières syllabes). Les noms Fiers et Fiérin renvoient également à Olivier.
Fieux Nom surtout porté dans le Jura. C’est un toponyme fréquent, notamment dans le Sud-Ouest et en Savoie, désignant un fief. Donc celui qui est originaire du lieu-dit le Fieu, les Fieux. Le sens est le même pour le nom Fieu lorsqu’il est porté dans le Sud-Ouest. Par contre, dans le Nord (variantes : Fieus, Fieuw), il devrait s’agir d’une forme picarde du mot “fils”.
Fieuzal Rare, le nom devrait désigner un terre féodale. Un hameau s’appelle Fieuzal à Léognan (33), un autre Fieusal à Bruges (33). C’est dans le Tarn-et-Garonne que le nom de famille est le plus répandu.
Fievez, Fiévez Nom du Nord-Pas-de-Calais. Il s’agit soit d’un toponyme désignant un petit fief, soit de celui qui possédait un fief. Formes voisines : Fiévé (62, 80, 02), Fiévet (59, 02).
Fievre, Fièvre Surtout porté dans la Vendée (également 79, 37), le nom s’est parfois écrit autrefois Le Fièvre (85), voire Lefiebvre (28). Ce devrait être une variante de Fèvre (= forgeron). Le rapport avec la fièvre semble à écarter.
Fifre Surnom métonymique donné à un joueur de fifre. C’est en Lorraine que le nom est le plus répandu. Variantes : Fife, Fiffre, ainsi que la forme alsacienne Fifer (francisation de Pfeifer, Pfeiffer).
Figeac Porté notamment dans l’Aveyron (également 82, 47), désigne celui qui est originaire de Figeac, nom d’une commune du Lot, également hameaux à Monflanquin (47) ou à Grazac (81). Signification : le domaine (suffixe -ac) de Fidius, nom d’homme latin.
Figeroux Nom rare porté en Gironde et en Charente. Variante : Figerou. Sans doute un toponyme lié à la fougère, tout comme Figère, nom d’une commune de l’Ardèche (La Figère, forme ancienne Lafilgeria, 1251).
Fignon En France, le nom est surtout porté dans le Cher et plus généralement dans le Centre. Variante : Finon. C’est un probable dérivé de l’adjectif “fin” (voir Finot). Il y a également des Fignon en Italie (Frioul), je ne connais pas le sens du nom (voir éventuellement Fini).
Figueiredo Patronyme portugais, qui correspond à un toponyme désignant un lieu planté de figuiers.
Figueres, Figueras Ce nom renvoie soit à la ville de Figueres, soit, le plus souvent, au figuier (latin ficaria). Les noms d’arbres ont été en effet très utilisés pour donner des patronymes, et le figuier est l’un des arbres les plus communs de nos régions.
Figueroa Nom espagnol surtout porté en Galicia. C’est un toponyme désignant un lieu où pousse le figuier.
Figuet Le nom est surtout porté dans la Drôme, où un hameau s’appelle “les Figuets” à Châteauneuf-de-Galaure. Pour le sens, on hésitera entre un lieu où pousse le figuier et un diminutif de “figue” utlisé comme sobriquet. A noter la forme voisine Figuette, nom d’un hameau à Sarrians (84).
Figuière Languedocien ou provençal, le nom désigne un lieu où poussent les figuiers. Avec le même sens : Figuiera, Figuières.
Figureau Porté notamment dans la Loire-Atlantique, paraît être un diminutif du mot “figure”, qui, entre autres sens, désignait au Moyen Âge une personne, l’adjectif “figuré” ayant pour sa part le sens de “bien fait”. Mais il est fort possible qu’on ait affaire à un autre mot. Les formes proches Figuereau, Figuerau (17, 24) semblent évoquer le figuier. A noter aussi qu’un hameau s’appelle “la Figure” à Leogeats (33).
Fijac Très rare et porté dans la Haute-Garonne, doit désigner celui qui est originaire de Fijac, hameau à Auragne (31). Voir Figeac pour le sens.
Filadelfo Egalement écrit Filadelfio, Filadelfi (pluriel filiatif), le patronyme, très rare, se rencontre çà et là en Italie. C’est un nom de personne d’origine grecque (Philadelphos = qui aime son frère), popularisé par un martyr sicilien du IIIe siècle (torturé avec ses deux frères Alfio et Cirino). Le nom Filadelfi est également porté dans les pays de l’Est, notamment dans ce qui fut la Tchécoslovaquie.
Filaire C’est dans le nord de la Haute-Loire que le nom est le plus répandu. Il correspond à l’occitan “filaire”, désignant celui qui file les textiles.
Filaumart Nom porté à la Réunion (variantes : Filaumar, Filomar). Il devrait s’agir d’un ancien nom de personne d’origine germanique (racines fili = beaucoup + mar = célèbre), mais ce n’est qu’une hypothèse.
Filhol, Fillol, Fillols Correspond au français “filleul”, avec le même sens qu’aujourd’hui, parfois avec celui de petit-fils. Le nom Fillol est surtout répandu dans le Lot-et-Garonne. On trouve les Filhol dans l’Aveyron et la Lozère. La forme Fillols (66) peut aussi désigner une personne originaire du village de Fillols, en Conflent. A noter aussi la variante savoyarde Filliol. Formes avec vocalisation du -l final : Filhioux, Fillioux, Filloux (87), Fillioud, Filloud (73), Fillou (34, 66).
Filia Assez rare, ce nom italien est surtout porté dans la moitié nord de la Sardaigne. Il devrait avoir le sens de ‘fille’ (matronyme).
Filiatrault Diminutif de Filiatre, qui signifie “le gendre”. Cette forme est rare, on connaît plutôt les variantes Filiatreau (37), Fillatreau (33, 86, 16) et Filliatreau (16).
Filiatre Le nom est synonyme de Gendre (voir ce nom), avec le même sens qu’aujourd’hui.
Filimonoff Nom russe qui peut aussi s’écrire Filimonov. C’est un dérivé filiatif de Filimon, forme russe du prénom Philémon.
Filiod Porté dans l’Ain, le nom est plus fréquent sous la forme Filiot (01, 62, 71, 80). Variantes : Filliod (01), Filliot (63, 80, 77). C’est un diminutif du nom “fils”, appliqué sans doute à un jeune garçon.
Filiol Surtout porté dans la Haute-Loire (également 15, 42), le nom correspond à l’occitan “filhòl” (= filleul). Avec le même sens : Filliol (Savoie).
Filipe Forme surtout portugaise du prénom Philippe.
Filipiak Dérivé polonais du prénom Filip (= Philippe). Autres formes : Filipczak, Filipczuk, Filipek, Filipiuk, Filipkowski, Filipowicz, Filipowski, Filipski.
Filippo Forme italienne du prénom Philippe. Variante : Filip (Nice, Vintimille). Avec pluriel de filiation : Filippi. Dérivés : Filipelli, Filipetto, Filipetti, Filippazzi, Filippelli, Filippeschi, Filippetti, Filippini, Filippone, Filipponi, Filippucci, Filipucci. Matronyme : Filippa.
Fillacier Rare, le nom se rencontre dans l’Eure et les Alpes-de-Haute-Provence, il était également présent autrefois dans l’Oise. On trouve la forme similaire Fillassier dans le Nord-Pas-de-Calais. Autre variante : Filassier (80, 84). Le nom correspond certainement au métier de fileur (ancien français filassier).
Fillard C’est en Savoie que le nom est le plus répandu. On le rencontre aussi en Seine-et-Marne. Difficile de savoir s’il faut le rattacher à fils (peut-être avec le sens de gendre, beau-fils) ou à fille (surnom d’un homme efféminé, solution choisie par M.T. Morlet).
Fillastre Désigne en ancien français le beau-fils, le gendre. C’est en Normandie que le nom est le plus répandu. Variantes : Filliastre (34, 82, 76), Fillatre, Fillâtre (50, 85, 53), Filatre, Filâtre (35, 76), Filastre (65), Filliâtre, Filliatre (03, 71), Filhastre (47). Diminutifs : Filatreau (33), Filiatreau (37), Fillatrau, Fillatraud, Fillatreau (16, 33), Filliatreau (16, 49). A noter dans la Manche les formes avec article : Lefillastre, Lefillatre (Lefillâtre), Lefilliastre, Lefilliatre (Leffilliâtre).
Filleul Le nom a le même sens qu’aujourd’hui, et évoque un lien de parenté. On le trouve surtout dans l’Ouest (35, 53, 76) et dans le Limousin (87). Variantes : Filieul (16, 87), Fillieul (76), Lefilleul (35, 76, 62), Filleux (80, 42), Fillieux (89, 69, 88).
Filliette Le nom est surtout porté dans le Pas-de-Calais. Variante : Fillette (72). M.T. Morlet y voit un sobriquet pour celui qui a des allures de fille. Attention cependant : le e final dans cette région n’est pas forcément une marque de féminin, et Filliette peut tout simplement être une variante de Filliet (= jeune garçon ou petit-fils).
Fillion Diminutif de “fils”, qui désignait peut-être le plus jeune fils de la famille. On trouve le nom notamment dans l’Aisne et la Haute-Savoie. Variantes : Fillon (28, 85), Filion (76, 61).
Fillit Le nom est porté dans l’Ardèche et la Haute-Loire. C’est une variante de Philit, Phillit (voir Phily).
Filmont Nom porté surtout dans le Calvados. Variante : Filmon (49). La finale -mont laisse penser qu’il pourrait s’agir d’un nom de localité : il y a bien un hameau appelé Filmont, mais il se trouve dans l’Yonne. On peut aussi penser au prénom Philémon, mais celui-ci ne semble avoir été utilisé comme nom de famille que tardivement, dans les départements d’Outre-Mer. Bref, rien de bien clair.
Filoche Le nom est porté dans la Mayenne et les départements voisins (61, 72). Variante : Filloche. On le rencontre en Normandie sous les formes Filocque, Filoque, Fillocque, Filloque. Il correspond à l’ancien français filoiche (XIVe siècle), qui a pu désigner un filet ou un tissu de fil.
Filoreau Les plus anciennes mentions connues situent le nom dans le Loir-et-Cher et dans l’Eure-et-Loir. Variante : Filorot (54). Sens incertain, mais on peut penser à un fileur (avec suffixe diminutif -eau).
Filsjean Une façon originale de désigner le fils de Jean, qui nous vient de la Franche-Comté. On trouve également des Filsnoël en Savoie.
Filstroff Désigne celui qui est originaire de la commune de Filstroff, en Moselle.
Filteau Le nom est porté aujourd’hui dans la Charente, il est également présent au Québec. Il devrait s’agir d’une forme contractée de Filleteau, diminutif de Fillet (= jeune fils, enfant).
Fily Patronyme porté en Bretagne (29, 56), c’est un ancien prénom correspondant au latin “filius” (= fils). On ne sait trop par quel saint il a pu être illustré, mais on le retrouve dans le lieu-dit Lanfily, à Concarneau.
Fin Le nom est porté dans le Nord et les départements voisins, on le rencontre aussi en Charente-Maritime. Voir Finot pour le sens. Il est également porté en Italie (Vénétie), où c’est une variante de Fino (voir Fini).
Finance Nom porté dans les Vosges et le Haut-Rhin. C’est un toponyme qui désigne une limite de territoire. Un hameau de l’Yonne s’appelle la Finance (commune de Piffonds). M.T. Morlet signale un lieu-dit à Escles (88).
Finand Surtout porté dans l’Isère, semble un dérivé de l’adjectif “fin”, qui signifie en ancien français “délicat, tendre” (également “parfait, accompli”).
Finat Le nom se rencontre notamment dans l’Allier et la Saône-et-Loire, ainsi que dans le Sud-Est. Semble un dérivé de l’adjectif ‘fin’, surnom donné à un homme avisé, rusé.
Finck Fréquent en Alsace et dans la Moselle, le nom désigne en allemand le pinson (Fink), surnom donné à une personne gaie, aimant à chanter, ou encore à un éleveur de pinsons. Variantes ou dérivés : Fink, Finke, Finkel, Finken, Finckle, Fincker, Finker. En composition : Finkelstein, Finckelstein, Finchelstein, le plus souvent porté par des Juifs askhénazes (désigne la pyrite en yiddish, a eu aussi le sens de diamant), Finkbeiner, Finckbohner, Finckbonher, ces trois derniers noms renvoyant à des toponymes (la terre du pinson ou de celui qui s’appelle Fink).
Fine C’est dans les Hautes-Alpes que le nom est le plus répandu. Il pourrait s’agir d’un toponyme (avec le sens de limite, frontière, borne), ou bien d’un nom de personne médiéval à rapprocher de l’italien Fina (voir Fini).
Finel Nom porté dans la Manche ainsi que dans les Vosges. Diminutif de l’adjectif “fin” (voir Finot). On trouve en Lorraine et en Bourgogne la forme Finelle, apparemment un matronyme.
Finet Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l’Isère. C’est un diminutif de l’adjectif “fin” (voir Finot).
Finger Nom porté en Alsace-Lorraine, notamment dans le Haut-Rhin. Le rapprochement avec le mot Finger (= doigt) semble inévitable, mais avec quel sens ? Sans doute une personne très habile de ses doigts, on pensera notamment à un bijoutier, d’autant que le moyen-haut-allemand vinger a eu aussi le sens d’anneau, bague. Le nom est parfois porté par des juifs askhénazes, tout comme le dérivé Fingerhut (= dé à coudre), qui a désigné un tailleur d’habits.
Fini Très répandu en Émilie-Romagne, ce nom italien est un pluriel de filiation de Fino (Piémont, Pouilles, matronyme Fina), nom de personne médiéval considéré par De Felice comme un hypocoristique de nom terminés par -fino (Adolfino, Arnolfino par exemple). Le nom s’écrit aussi Fin en Vénétie.
Finiels Le nom est porté dans le Gard et les départements voisins (34, 48). Variantes : Finiel, Finielz. Il désigne celui qui est originaire de Finiels, hameau au Pont-de-Montvert (48), également nom d’un sommet (le Signal de Finiels) et d’un col. Signification probable : limite, frontière.
Finkelstein Fréquemment porté par des Juifs askhénazes (variante : Finkielstein), le nom peut être interprété de deux façons : on peut lui donner le sens de diamant, pierre brillante, également pyrite (forme yiddish de l’allemand Funkelstein, en allemand Funke = étincelle), solution qui paraît la meilleure. On envisagera cependant aussi un nom composé de Finkel (ancien prénom féminin formé sur Fink = pinson) et de Stein (= pierre). Même problème avec le nom Finkielkraut (ou Finkelkraut), Kraut signifiant herbe, plante, également chou.
Finot Surtout porté dans l’Aube, c’est un dérivé de l’adjectif “fin”, sans doute avec le sens de rusé, habile (sens attesté dès le début du XIVe siècle), éventuellement de très petit, très mince (sens rencontrés au XVe siècle). À noter que l’adjectif “fin” a eu d’abord le sens de délicat, tendre, accompli, achevé.
Fiol Variante de Fillol (voir ce nom), le patronyme est porté dans le Gard, dans le Sud-Ouest et en Catalogne. Variante ou matronyme : Fiole (11).
Fiolet Le nom est surtout porté dans le Pas-de-Calais. Variante : Fiollet. C’est l’équivalent picard du mot “follet”, qui désignait au Moyen Âge quelqu’un d’un peu fou, puis qui a pris le sens de malin, trompeur (sens encore attesté au XIXe siècle en Picardie pour le mot “fiole”). Autre possibilité, en particulier dans les régions du Sud : diminutif de Fillol (voir ce nom).
Fion Nom porté notamment dans la Meuse, le Nord et l’Ain. C’est une forme contractée de Fillion, Fillon, désignant sans doute le plus jeune fils de la famille.
Fiorelli Patronyme italien, diminutif de Fiore, nom de baptême féminin et aussi masculin (latin Florus, Flora, correspondant à flora = fleur), très répandu dans toute la péninsule au Moyen Âge. Le nom de famille Fiori est fréquent en Sardaigne et dans presque toute l’Italie, à l’exception du Sud où la forme Fiore s’est imposée. Fiorelli est surtout porté dans le Lazio et les autres régions du Centre. Autres diminutifs : Fiorello (Sicile), Fioretta (Piémont), Fioretto (Campanie, Vénétie), Fioretti (Campanie, Lazio, Marches, Corse et Alpes-Maritimes), Fiorillo (Campanie, Calabre, Lazio), Fiorilli (nord des Pouilles), Fiorina (Piémont, Lombardie), Fiorino (Sicile, Calabre, Lombardie), Fiorini (Italie du Nord et Lazio), Fiorin (Vénétie), Fiorotto (Vénétie), Fiorucci (Ombrie, Lazio, nom fréquent aussi à Nice). A noter enfin le nom Fiorio (Piémont, Vénétie), formé sur Florius.
Fiou L’origine du nom est difficile à localiser. On trouve la variante Fioux en Limousin et en Franche-Comté. Il pourrait s’agir d’un toponyme avec le sens de “fief” (ancien français “fiu”). Autre possibilité : contraction de Fillou, Filloux (= filleul).
Fiquemont Surtout porté dans les Ardennes, désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. Il paraît s’agir de Fiquelmont, à Thumereville (54), ancienne seigneurie dont les graphies Fiquaymont (1438), Fiquémont (1594) ou Ficquemont (1674) montrent que le L n’était pas forcément prononcé. A noter l’existence du nom d’origine noble Marie-de-Ficquelmont.
Firat Porté en Turquie, c’est en toponymie que le nom est le plus connu : outre une ville de Turquie, c’est en effet le nom turc de l’Euphrate. Utilisé comme nom de personne, il peut avoir le sens de ‘eau douce, agréable au goût’ (sens que prend parfois l’arabe furât).
Firaux Nom très rare, dont on trouve quelques mentions en Bretagne, et aujourd’hui en Italie. Je n’en connais ni l’origine géographique précise, ni la signification.
Firmigier Porté en Limousin (19, 87), désigne celui qui est originaire du Firmigier, nom d’un hameau à L’Église-aux-Bois (19). Le toponyme pourrait avoir le sens de “fourmilière”.
Firminhac Nom porté dans l’Aveyron, rencontré aussi sous la forme Firmignac. Il désigne celui qui est originaire de Firminhac, hameau à Golinhac (12). Signification : le domaine (suffixe -acum) de Firminius, nom d’homme latin.
Firmis Nom rare (09, 31) qui devrait, tout comme Firmi, renvoyer à la commune de Firmi, dans l’Aveyron.
Firon Nom porté notamment dans l’Oise. Aucune idée pour l’instant. A noter l’existence d’un hameau Firon, mais à Mont-de-Marsan, dans les Landes.
Fischbach Originaire de Fischbach, nom de localité très fréquent en Allemagne (Baden-Württemberg notamment). Signifie ruisseau poissonneux.
Fischer, Fischmann Omniprésent en Alsace, ce nom désigne un pêcheur.
Fischesser Porté dans le Territoire de Belfort, le Haut-Rhin et les Vosges, le nom signifie mot à mot ‘mangeur de poissons’. A moins qu’il ne s’agisse de la déformation d’un toponyme, on pensera donc à un éventuel sobriquet pour un pêcheur.
Fischweiler Nom rare qui semble originaire du Luxembourg. Sens incertain. Si on le décompose, on a les mots “Fisch” (= poisson) et “Weiler” (= hameau), mais il n’existe à ma connaissance aucun lieu portant ce nom. Reste à envisager la déformation d’autres noms, par exemple “Fischweiher” (= étang, vivier), ou bien des localités allemandes telles que Furschweiler, Farschweiler ou Ferschweiler.
Fisher Fréquent en Grande-Bretagne, le nom désigne un pêcheur.
Fisse Le nom est porté dans les Hautes-Pyrénées. Il s’agit sans doute d’un toponyme. Deux hameaux ou fermes s’appellent Fisse dans les Pyrénées-Atlantiques, à Barinque et à Came. En occitan, le mot “fissa” désigne une sorte de schiste noir, ce pourrait être la bonne solution.
Fister Variante de Pfister (voir ce nom), le patronyme est surtout porté en Moselle.
Fita, Fite, Fitte Le nom vient du latin ficta, et désigne une pierre dressée servant de limite (penser à Peyrefitte). Le patronyme a sans doute été donné à celui qui habitait au lieu-dit Fita.
Fitamant Nom surtout porté dans le Finistère. Variantes : Fitamen, Fitament. Voir Vidament pour le sens.
Fiter Egalement écrit Fité, ce nom catalan a sans doute désigné un expert chargé de régler les questions de bornage, de limites (sens attesté au XVIIe siècle). C’est un dérivé de “fita” (= pierre plantée, puis borne). Le mot “fiter” peut aussi avoir le sens de masse de terre compacte, gros bloc rocheux à fleur de terre.
Fiterman Porté par des juifs askhénazes, le nom désigne un fourreur (yiddish futer = fourrure).
Fitou Porté dans les Pyrénées-Orientales, désigne celui qui est originaire de Fitou, commune de l’Aude. Sens du toponyme : domaine de Fictorius, nom d’homme latin (villa Fictorio, 990). On trouve aussi le nom en Béarn (également Hitou), où c’est un diminutif du gascon hita (fita) = borne, pierre plantée, limite.
Fitoussi Fréquent chez les Juifs d’Afrique du Nord, c’est un nom de sens incertain. Maurice Eisenbeth proposait celui qui est originaire de Fitous, localité berbère du Djebel Nefoussa (Libye). On pensera aussi à un mot arabe évoquant un nez camus (racine f.T.s), solution envisagée avec beaucoup de prudence par Laurent Herz. Forme ancienne : Faitussi (Tunis, XVIIIe siècle). Variantes : Fitoussy, Feitussi, Phitoussi.
Fizaine Le nom est porté dans la Meurthe-et-Moselle et plus généralement dans le Nord-Est (les mentions les plus anciennes le situent dans la Moselle et en Belgique). Autres formes : Fizailne, Fisanne, Fizanne, Fisenne. Il désigne celui qui est originaire de Fisenne, localité belge de la province de Luxembourg, au sud de Liège.
Fizes Nom rare porté notamment dans l’Aveyron (variante : Fises) et le Lot-et-Garonne, plus fréquent sous la forme Fize (30, 48). Il s’agit apparemment d’un toponyme. Fize est le nom d’un hameau à Salinelles (30). A noter aussi le Mas de Fizes à Berganty (46), ainsi que le Puech de Fise, colline à La Fage-Montivernoux (48). Sens incertain. Le mot “fisa” signifie en occitan “confiance, foi”, mais rien n’indique qu’il y ait un lien avec le nom de famille et le toponyme.
Flaccus Porté dans la Moselle et le Bas-Rhin, également présent en Allemagne, le nom correspond au latin “flaccus” (= flasque, mou). Il s’écrit aussi Flackus. Il s’agit d’un nom latinisé, reste à savoir lequel : soit un nom signifiant “mou”, soit un nom de forme voisine (Flach, Flack). Seule une équivalence rencontrée dans des études généalogiques permettrait de le savoir.
Flachaire Désigne celui qui est originaire de (la) Flachaire, toponyme assez répandu dans la Drôme (trois hameaux ou fermes à Portes-en-Valdaine, Dieulefit et Le Poët-Laval). Signification : lieu humide, marécageux.
Flacon Nom porté dans l’Oise (également 02, 54). Il désignerait selon M.T. Morlet un marchand de flacons. Il devrait plutôt s’agir d’un nom de personne, peut-être une métathèse de Falcon (nom de personne germanique, Falco = faucon).
Flaguais Porté notamment dans la Sarthe, le nom est rare. Ce pourrait être un toponyme, à rapprocher de l’ancien français “flage” (= champ, champ de bataille), ou encore des nombreuses communes appelées Flagey en Bourgogne et dans les régions voisines.
Flahaut Patronyme très courant de la Normandie aux Flandres (variantes : Flahault, Flahauw, Flahaux). C’est un nom de personne d’origine germanique, Fladwald (flad = pureté, éclat + waldan = gouverner).
Flahou Nom porté dans le département du Nord et en Saône-et-Loire. Il faut sans doute le rapprocher de Flahaut (62, 76), nom de personne d’origine germanique (Fladwald : flat = pureté, éclat + waldan = gouverner). Variantes : Flahant, Flahault, Flahauw, Flahaux (59 surtout). Pour Flahou, on peut aussi supposer une forme *Fladwulf (wulf = loup).
Flaire Surtout porté en Vendée, c’est un nom de sens incertain. Le mot “flaire” est attesté en ancien français comme variante par métathèse de “fraile” (= frêle, fragile, faible d’esprit). On pensera aussi au mot “flair” (= odeur). Ceci dit, la solution est peut-être tout autre.
Flaive Rare et porté notamment en Saône-et-Loire, c’est un ancien nom de personne correspondant au latin Flavius (de “flavus” = jaune, blond), et popularisé par divers saints régionaux.
Flajolet Surnom donné à un joueur de flageolet (flûte à bec rudimentaire, diminutif de flageol, du latin flabeolum). C’est dans l’Est et le Nord que le nom est le plus répandu. Variantes : Flageolet, Flageollet, Flagolet, Flagollet, Flajeolet, Flajoliet, Flajollet et sans doute Flajolot, Flajoulot.
Flak En France, le nom semble le plus souvent originaire de Tunisie ou du Constantinois, où il était porté par des Juifs séfarades. Il s’écrit aussi Flah, et paraît correspondre à l’arabe “fallâH” (= paysan).
Flamand Assez répandu dans le département du Nord, et plus curieusement dans les Pyrénées-Orientales, désigne celui qui est originaire de Flandre. Variantes : Flamain (08, 55), Flaman (76, 37), Flamanc (29, 50), Flamant (02, 80), Flamein (59), Flamen (59, 62, 24), Flamenc (81, 32), Flameng (36, 82), Flamengt (59), Flamens (82, 32), Flament (59, 80), et sans doute aussi Flamman, Flammanc (22, 29), Flammand, Flammang, Flammant, Flammen (57), Flamment (80, 59, 54).
Flambard Le nom est porté en Normandie, notamment dans le Calvados. Variante : Flambart. Il paraît correspondre au mot “flambart”, désignant un bateau de pêche normand (surnom pour le possesseur d’un tel bateau). Seule réserve : le terme n’apparaît pas dans les textes avant la fin du XVIe siècle. On notera que le mot “flambard” a désigné au Moyen Âge la graisse provenant de la cuisson des viandes, reste à savoir si cela a pu donner naissance à un surnom. Signalons enfin qu’au XIXe siècle Lorédan Larchey expliquait le nom de famille en y voyant le surnom d’un Flamand.
Flamecourt Nom porté dans l’Oise et plus généralement dans le nord de la France. Variantes : Flamcour, Flamcourt, à rapprocher de Flamencourt (59). Il désigne celui qui est originaire d’une localité ainsi appelée, sans doute Flamecourt en Belgique, commune de Flobecq (Hainaut).
Flamen Nom surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, présent aussi en Dordogne. C’est une des nombreuses formes prises par le patronyme Flamand (= originaire de Flandre).
Flamion Nom porté en Belgique et, en France, dans les Ardennes et en Lorraine. C’est un dérivé du mot flamme. Il a désigné en moyen français une flammèche, mais il peut très bien être un dérivé de flami (= enflammé), surnom éventuel d’un homme ardent. A noter aussi qu’un lieu-dit en Lorraine s’appelle le Flamion (Lantéfontaine, 54).
Flammarion Porté dans la Haute-Marne, le nom s’écrit aussi Flamerion. Il correspond à l’ancien français “flameron” (= petite flamme, lumière, flambeau).
Flamme Surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, le nom se rencontre aussi dans l’Est, ainsi qu’en Belgique et en Allemagne (variante : Flamm). On considère généralement, y compris en Allemagne, qu’il désigne un forgeron ou un orfèvre, par usage métonymique du mot “flamme”. On peut cependant penser aussi que le nom a désigné un Flamand (cf. l’allemand “Flame”), comme le suggèrent les formes voisines Flam, Flaam, Flame.
Flanders Nom anglais (également porté en Guadeloupe) désignant celui qui est originaire des Flandres.
Flandin Nom porté dans le Gard, l’Ardèche et la Haute-Loire, ainsi que dans la plupart des départements alpins, notamment l’Isère et la Savoie, où il est à l’origine de divers noms composés (Flandin-Bléty, Flandin-Granget, Flandin-Rey, Flandin-Rudet). On considère généralement qu’il désigne celui qui est originaire de Flandre, mais P.-H. Billy (voir bibliographie) estime qu’il s’agit d’un ancien nom de personne d’origine germanique (Flandinus). Diminutifs : Flandinet (73), Flandinette (63). À noter que le nom de famille Flandin est également porté en Italie (Piémont). On trouve aussi la forme féminine Flandina dans le sud de ce pays.
Flandrin Assez courant en Picardie, désigne celui qui est originaire de Flandre (le sens d’ homme dégingandé et mou est plus tardif, mais peut convenir dans certais cas).
Flandrois Désigne celui qui est originaire de Flandre. Le nom est surtout porté en Vendée et dans les départements voisins. On trouve la forme Flandroy, rare, dans le département du Nord.
Flanquart Surtout porté dans le Pas-de-Calais, pourrait correspondre à l’ancien français “flancart”, qui a désigné une armure protégeant les flancs du cheval, ou encore une pièce d’armure protégeant le flanc du combattant. Formes voisines : Flancard (58), Flanchard (Bretagne).
Flassayer Le nom est surtout porté dans l’Ardèche. Il désigne un marchand ou un fabricant de couvertures de laine (occitan flaçadièr, formé sur flaçada = couverture, ancien français flassaie).
Flatres Ou Flatrès. Le nom est surtout porté dans le Finistère. Variantes : Flatresse, Flatrez. Il semble s’agir d’un matronyme désignant une femme médisante (dérivé de l’adjectif flatr, qui signifie soit ‘peureux’, soit le plus souvent ‘médisant’).
Flaubert Patronyme rare porté dans l’Aube. Variante : Flobert. C’est un nom de personne d’origine germanique, dans lequel on trouve le second élément “berht” (= brillant). Le premier est plus incertain : il pourrait s’agir de “frod” (= avisé), et donc Flobert, Flaubert seraient des variantes de Frobert. Cependant, M.-T. Morlet propose “hlod” (= célèbre), le nom initial étant alors Hlodberht.
Flaust Nom rencontré dans la Manche et le Calvados. Pourrait être une variante de Flaut, nom de personne d’origine germanique, Hlodowald (hlod = renommé + wald = qui gouverne). Pourrait bien être aussi un toponyme. Il existe en tout cas un hameau appelé Flaust dans le Calvados (Saint-Ouen-des-Besaces), également les Flaust dans la Manche (Biéville).
Flaux On rencontre ce nom dans l’Ouest (35, 50) et dans la Drôme. Dans ce dernier département, il s’agit d’un nom de localité : outre une commune du Gard, deux hameaux de la Drôme s’appellent ainsi : Flaux et les Flaux à Plaisians (également les Flaux à Agnières-en-Dévoluy, 05). La signification de ce toponyme demeure obscure. Dans l’Ouest, il existe bien une localité appelée Hameau Flaux à Amfreville (50), mais il semble qu’il s’agisse ici d’un nom de personne, sans doute une variante de Flaud (16, 05), nom de personne d’origine germanique (Hlodowald : hlod = célèbre + waldan = gouverner).
Flavi Pluriel de Flavio, nom de baptême italien (latin Flavius, formé sur flavus = jaune).
Flaviat Nom rare porté notamment dans le Lot. Sens incertain. A rapprocher peut-être du latin flavus (= jaune, blond), mais sans grande conviction.
Flavigny Le nom renvoie à l’une des nombreuses communes françaises appelées Flavigny (signification : le domaine de Flavinius, nom d’homme latin), situées dans l’Aisne,le Cher, la Côte-d’Or, la Marne et la Meurthe-et-Moselle.
Flayosc Porté dans le Var, désigne celui qui est originaire de Flayosc, village du même département (il existe aussi dans le Var un Moulin de Flayosque à La Farlède). On trouve dans ce nom le suffixe -osc, fréquent dans le Sud-Est et généralement considéré comme ligure. Mentionné en 595 sous la forme Flavioscus, le toponyme désigne le domaine de Flavius, nom d’homme latin.
Flé Surtout porté dans l’Yonne, désigne celui qui est originaire de Flée, nom d’une commune de la Côte-d’Or, également nom de divers hameaux bourguignons (autre graphie : Fley). Le nom est écrit Flexus en 841, forme qui nous invite à y voir un tournant de route ou un méandre de rivière.
Fléchaire Le nom est surtout porté dans le Vaucluse. Variante : Flachaire (84, 26, 13). On peut certes penser à un fabricant de flèches ou à un archer, mais il est possible qu’on ait affaire au métier de boulanger (ancien occitan “flequièr”). A envisager aussi une variante de Flachière, Fléchière (= terrain mou, marécageux).
Flèche Les solutions les plus simples étant souvent les meilleures, il s’agit sans doute d’un fabricant de flèches.

Retour à la page d’accueil du dictionnaire