A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par F

Fa-Favier
Favorin-Flèche
Flecq-Fourmont
Fournaise-Fyot


Fournaise Porté au XVIIe siècle notamment dans les Ardennes, les Vosges et le Bas-Rhin, le nom est également présent en Belgique et au Québec. Féminin de l’ancien français “fornais”, il désignait au Moyen Âge un grand four, et devrait être un toponyme devenu nom de famille.
Fourneau Nom porté dans le Nord et le Hainaut, rencontré aussi dans la Vienne et la Saône-et-Loire. C’est un dérivé du mot four, désignant souvent un boulanger, mais qui peut aussi désigner celui qui est originaire d’un lieu-dit le Fourneau. Autres formes : Fournau (64), Fournaud (23, 87), Fournaux (88, 62), Fourneaud (87), Fourneaux (02, 76), Fournel (43, 51, 69), Fournelle (54, 62).
Fournés, Fournès Surtout porté dans le Tarn, désigne celui qui habite un lieu-dit Fournés ou en est originaire. On pensera notamment aux hameaux de Fournès à Massaguel, Fournès-Haut et Fournès-Bas à Saint-Avit (81). Il existe également une commune du même nom dans le Gard. Signification : lieu marqué par la présence d’un ou plusieurs fours.
Fournet Très courant dans le Puy-de-Dôme et la Somme, désigne celui qui habite le lieu où se trouve un four. Eventuellement aussi diminutif de Fournier (= boulanger).
Fourniaud Le nom est porté dans la Haute-Vienne. C’est un diminutif de ‘four’, surnom probable d’un fournier. Double diminutif : Fourniaudou (87). Nom composé : Fourniaud dit Fourniaudou.
Fournier, Forner, Forné Nom de métier. Celui qui tenait le four à pain. Les formes Forner et Forné sont catalanes (Forner est également présent en Alsace où il semble avoir un sens différent : variante de Farner, Fahrner : passeur, peut-être aussi voiturier). Quant aux Fournier, on les trouve partout en France, mais c’est dans le Nord-Pas-de-Calais qu’ils sont le plus nombreux. Variantes : Fournié (09), Fourniez (62), Fornier (59, 84).
Fourniés Porté dans le Tarn et l’Hérault notamment, correspond au nom Fournier, Fournié (celui qui exploite un four, le plus souvent un four à pain).
Fourniller Le nom est surtout porté en Provence. Variantes : Fournilier, Fournillier. Il désigne un boulanger, tout comme Fournillon (89, 58). Le nom Fournil (31) a sans doute le même sens par métaphore, mais peut aussi renvoyer à un lieu-dit “le Fournil”.
Fourniol Forme occitane correspondant au catalan Fornol (voir Fournols), portée notamment dans l’Ardèche et le Tarn-et-Garonne. Variante : Fourniols (46, 87).
Fournols Du latin *fornulus, dérivé de fornus, le mot désigne des fours de petites dimensions. Quels types de fours ? Peut-être des fours à chaux ou à briques. Ceci dit, le patronyme Fournols (Fornols) désigne sans doute une personne originaire de l’une des diverses localités portant ou ayant porté ce nom (en Conflent, 66, Fornols est un ancien village situé sur la commune de Campome). Le nom de famille Fournols est surtout porté dans les Pyrénées-Orientales et la Haute-Garonne. On rencontre la graphie Fournol dans la Corrèze. Avec le même sens : Fournou (65), Fournous (31, 66).
Fourquemin Nom porté en Normandie (27, 76), rencontré aussi sous la forme Fourquemain (14). Il semble s’agir d’un toponyme évoquant une bifurcation (= la fourche du chemin). Un lieu-dit s’appelle le Fourchemin à Thibouville (27). Il existe aussi un hameau les Fourchemins à Notre-Dame-du-Touchet (50), mais celui-ci pourrait avoir été formé sur le nom de famille.
Fourquet Nom formé avec un suffixe diminutif sur forca (= fourche, du latin furca). Sans doute pas celui qui se sert d’une fourche, mais plutôt un toponyme avec le sens de bifurcation. Autre possibilité : le gascon horc (forc) = terrain boisé, bois de chênes. Le nom est surtout porté dans les Hautes-Pyrénées. On le trouve aussi souvent dans les Pyrénées-Orientales.
Fourquin Nom porté en Lorraine (88, 57) ainsi que dans le Nord. Sans doute un diminutif du nom de personne d’origine germanique Folco (folc = peuple). A noter l’existence d’un lieu-dit Fourquin à Geville (55). Le nom est également porté aujourd’hui au Brésil, où il est devenu Furquim.
Fourrel Rare, le nom est une variante de Fourreau, Foureau (53, 72, 79, 50), Fourreaux (60, 72, 55). Il pourrait s’agir d’un diminutif de Fouré, Fourré, nom de personne d’origine germanique (voir Fouré). Autres possibilités : lieu où on entasse la paille (ancien français “feure”, “fuerre”) ou fabricant de fourreaux. Le nom de famille Fourrel de Frettes semble renvoyer au village de Frettes, dans la commune de Champlitte (70), et il est probable que Fourrel y a le sens de “forêt” (attesté en ancien français en Franche-Comté).
Fourriques Le nom est surtout fréquent à Argelès-sur-Mer (P-O) et dans les villages voisins. Son sens me demeure obscur.
Fourt Surtout porté en Auvergne, c’est une variante du nom de baptême médiéval Fort (voir ce nom), éventuellement aussi surnom d’un homme robuste. De la même façon, le diminutif Fourtin est une variante de Fortin.
Fourtier Porté notamment dans la Seine-et-Marne, la Haute-Saône et l’Aube, c’est une variante de Fortier (voir ce nom).
Fourton C’est dans la Gironde que le nom est le plus répandu. Variantes : Forton, Fourthon, Fortou, Fourtou, Fourtout. C’est un diminutif de Fort (voir ce nom), nom de baptême fréquent au Moyen Âge dans cette région.
Fourtouil, Fourtouill Nom porté dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales. On trouve également la forme Fortoul dans le Sud-Est (04, 05, 83). Peut-être un diminutif de Fort (surnom ou nom de baptême) formé avec le suffixe -ulus, mais je suis loin d’en être sûr. Les Fourtouill des P-O pourraient venir de Catalogne (la forme Furtuill étant attestée autrefois à Lerida).
Foussard Surtout porté dans la Sarthe, la Vienne et les départements du Centre (variante rare : Foussart), le nom désigne un fossé. C’est donc un toponyme devenu nom de famille. A noter les hameaux du grand et du petit Foussard à Tuffé (72), et ceux de Foussard à Vieuvicq (28) et à Selles-sur-Nahon (36).
Foussat Le nom désigne un fossé, notamment en Auvergne. Peut-être celui qui habitait près du fossé entourant les murailles d’une cité.
Fousse Nom caractéristique de la Moselle. Variantes : Fous, Fouse, Foux. Il peut évoquer une fosse, un fossé, mais il semble que ce soit le plus souvent une francisation de l’allemand Fuchs (= le renard).
Fousset C’est dans l’Eure-et-Loir et l’Oise que le nom est le plus répandu. Variante : Fosset (18, 60). C’est un toponyme avec le sens de petite fosse, fossé, tout comme les formes féminines Fossette, Foussette (87, 86, 59, 62).
Foussier Nom de métier, désignant un terrassier ou un fossoyeur.
Foustoul C’est dans le Finistère que le nom est le plus répandu. Il y est présent au moins depuis le XVe siècle. Sens incertain. A. Deshayes (Dictionnaire des noms de famille bretons) propose de le rattacher au breton ‘fistoul’ (= frétillant, remuant).
Foutrel Le nom est porté dans l’Eure. C’est une variante de Fontrel (78), qui devrait avoir le sens de petite fontaine, petite source.
Fouvielle Sans doute une variante de Fouvil, Fouville, nom de famille porté dans l’Ille-et-Vilaine. Certainement un toponyme, mais je ne trouve rien qui corresponde (à moins que Fouville puisse être une variante de Forville, nom de diverses localités, le plus souvent des hameaux).
Fouyssat Très rare et porté dans le Lot-et-Garonne, le nom est plus courant sous les formes Fouissac, Fouyssac, les suffixes -ac et -at étant ici équivalents. Il devrait désigner celui qui est originaire de Fouyssac, hameau à Saint-Maurin (47). On pensera aussi, dans certains cas, à la commune de Foissac (12).
Foveaux Variante de Fauveau (voir ce nom).
Fox Surnom anglais donné à celui qui, pour une raison ou une autre, est comparé à un renard.
Foxonet C’est un diminutif que M.T. Morlet rattache au verbe occitan fotjar (fouir, travailler à la houe), mais qui pourrait bien désigner plutôt une personne originaire du comté de Foix, ou encore correspondre à un toponyme aujourd’hui disparu.
Frachou Surtout porté dans les Pyrénées-Atlantiques, désigne celui qui habite un lieu-dit Frachou ou qui en est originaire. Le toponyme évoque le frêne (latin fraxinus). Il existe un hameau appelé Frachou à La Bastide-Clairence (64). Avec le même sens et la même formation, on trouve dans l’Aude le nom Fraichou, mais la forme la plus courante est Fréchou (64, 65).
Fradet Assez fréquent en Vendée et dans la Vienne, c’est sans doute, comme Fradin, un toponyme avec le sens de terre en friche. A noter cependant qu’en ancien français le fradet était le fer que l’on mettait à l’extrémité d’une flèche d’arbalète.
Fradin Le nom est fréquent dans l’Allier et le Puy-de-Dôme, ainsi qu’en Vendée. Il semble que ce soit un toponyme : plusieurs hameaux s’appellent (le) Fradin, à Bouin et à Talmont-Saint-Hilaire (85), à Montsalvy (15) et à Ferrières-sur-Sichon (03). Signification possible : terre en friche, lieu broussailleux (sens attesté pour fradasse en Limousin).
Fragne Surtout porté dans la Loire, c’est un toponyme, forme régionale du mot “frêne”. Dérivés : Fragné, Fragner, Fragnier, Fragnet (36), Fragnac, Fragnat (15, 19), Fragnaud, Fragneau, Fragneaud (17), Fragnière (39), Fragnol (26), Fragnoud (38).
Fraiche Désigne celui qui habite un lieu-dit (le) Fraiche (= le frêne, latin fraxinus). C’est dans l’Aude que le nom est le plus répandu.
Fraigne Le nom est surtout porté en Charente-Maritime. Deux possibilités : soit une des nombreuses formes régionales du mot “frêne”, soit un ancien nom de personne, popularisé par saint Fraigne (forme latine : Fermerius), religieux honoré en Angoumois, qui a donné son nom à la commune de Saint-Fraigne (16). La même hésitation concerne les diminutifs Fraignaud, Fraigneau, Fraigneaud, Fraigniaud, Fraignieau, Fraignot, presque tous portés en Poitou-Charentes.
Fraikin Nom porté quelquefois en France, mais surtout présent en Belgique. On le rencontre aussi sous la forme Fréquin. C’est un diminutif du prénom Frédéric, formé avec le suffixe -kin.
Fraillon Nom surtout porté dans l’Aisne et dans l’Oise. Semble correspondre à l’ancien français fraion (= coup, du verbe fraier, froier = frapper) et pourrait être le surnom d’un personnage brutal. M.T. Morlet pense pour sa part à une variante de fragon (le fragon épineux ou petit houx).
Fraissard Surtout porté en Savoie, c’est un probable toponyme, dérivé de Frasse, Fraisse (= le frêne).
Fraisse Variante de Fraysse, nom porté en Auvergne. Voir Freixe.
Franc, Franch, Franco Nom de personne d’origine germanique (Franco, -onis = du peuple franc). Ce sens est préférable à celui de homme libre que l’on trouve parfois dans les dictionnaires spécialisés. Franco est surtout une forme castillane.
France Surtout rencontré dans l’Isère et l’Ardèche, le nom désigne bien sûr celui qui est originaire de France. Il a pu être donné à son porteur alors que la France ne couvrait qu’une faible partie de son actuel territoire. Mais il faut remarquer que le patronyme a souvent été porté par des juifs : ainsi, une famille juive espagnole Francia a vu ensuite ses membres essaimer vers l’Angleterre et la France.
Francé Porté en Belgique, c’est le diminutif d’un nom de personne, sans doute François. Variante : Francet.
Francès Désigne en catalan une personne originaire de France.
Franceschi Forme plurielle de filiation de l’italien Francesco (= François).
Francescutti Patronyme italien, l’un des nombreux diminutifs de Francesco (= François).
Franchet Porté notamment dans l’Eure, la Loire-Atlantique et l’Indre, c’est un diminutif de Franc (voir ce nom). Double diminutif : Francheteau (44, 85).
Franchisteguy Nom basque qui devrait désigner la maison (tegi) de François (Franxex).
Franchomme A dû désigner un homme libre (sens probable ici de l’adjectif “franc”). Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans la Manche. Variantes : Francome, Francomme (Picardie et Réunion).
Francillette Le nom est surtout porté en Guadeloupe. Variante rare : Francilette. Il semble s’agir d’un prénom féminin (dérivé de France ?) devenu nom de famille.
Francis Très courant en Grande-Bretagne, c’est le plus souvent l’équivalent du prénom François. Mais le nom a aussi désigné un Français.
Franck Nom de personne d’origine germanique (= du peuple franc) porté en Alsace-Lorraine. Variantes : Frank, Francke, Franke. Egalement Francq dans le nord de la France. Dérivés : Frankel, Franckel.
Franckx Forme génitive de Frank (voir ce nom) portée en Belgique dans le Brabant (région de Louvain notamment).
Franco Fréquent en Espagne et en Italie, c’est un nom de personne d’origine germanique (Franco, -onis = du peuple franc). Ce sens est préférable à celui de ‘homme libre’ que l’on trouve parfois dans les dictionnaires spécialisés.
François Nom de baptême issu du latin Franciscus. L’origine du nom est controversée. Pour les uns il vient du germanique frank, pour d’autres du latin francus. Mais, dans les deux cas, il signifie homme libre, ce qui simplifie les choses. La vogue de ce nom est tardive, car, avant saint François d’Assise (1182-1226), aucun saint digne d’intérêt ne s’était appelé ainsi. C’est dans le département du Nord que le nom est le plus répandu, tout comme ses variantes Franchois et Françoy (également porté dans la Somme). Diminutif : Françoiseau (63).
Françoise Forme féminine de François. Comme la plupart des matronymes, c’est dans le Calvados que le nom est le plus répandu. On le rencontre aussi dans les départements d’Outre-Mer. Le nom a été popularisé notamment par sainte Françoise Romaine, qui vécut en Italie au XVe siècle, ainsi que par une sainte bretonne de la même époque.
Francotte Porté dans la Marne et en Belgique, c’est une variante de Francot, diminutif de Franck ou François.
Francou Le nom est surtout porté dans les Hautes-Alpes. C’est une variante de Francoul (04, 38), nom de personne d’origine germanique (Francwulf : franc = du peuple franc + wulf = loup). Le nom savoyard Francoz pourrait avoir le même sens, mais devrait plutôt correspondre au prénom italien Franco. Autre variante : Francous (13, 83).
Francoual Surtout porté dans le Lot, le nom s’écrit aussi Francoal. Il s’agit d’un nom de personne d’origine germanique, sans doute Francoaldus (nom mentionné dans le Polyptyque de Saint-Rémi de Reims). Racines : franc = le peuple franc + ald = vieux.
Frandon Nom assez rare (Lyonnais ?) qui semble une contraction de Ferrandon, diminutif de Ferrand (voir Ferran).
Frangeul Porté dans l’Ille-et-Vilaine, le nom de famille se retrouve dans le hameau de la Ville Frangeul à La Chapelle-du-Lou (35). Il pourrait s’agir d’un ancien nom de personne, peut-être le germanique Francwulf (voir Francou).
Frangi Nom de famille italien qu’il faut sans doute rattacher au verbe frangere (= briser), avec un sens qui reste à définir.
Frangville Variante de Francville, Francheville, Franqueville, nom de localité désignant une ville franche (exempte de certaines taxes et redevances). C’est dans la Marne que la forme Frangville est la plus répandue (également 02, 59).
Franier Assez rare le nom est surtout porté dans le Cher. Il devrait s’agir d’une variante de Fragnier, nom rencontré pour sa part dans l’Indre (variantes : Fragner, Fragnet), avec le sens de frênaie.
Franjou Le nom paraît venir de la Beauce (45). C’est hélas tout ce que je sais sur lui pour l’instant.
Frankart Porté notamment dans les Ardennes, c’est un nom de personne d’origine germanique, Franchard (franc = du peuple franc + hard = dur). Variantes : Francard (08, 59), Francart (51), Franquart (59, 55), Franckaert, Franckart, Franquard.
Frankenhauser Le nom est lié à un toponyme, vraisemblablement une ville ou un village, composé des deux racines suivantes : FRANKEN = du peuple franc, lieu peuplé par les Francs. HAUS (EN, ER) = maison, puis village, ville. On trouve en Allemagne plusieurs communes portant ce nom (Frankenhausen ou Bad Frankenhausen), dont la personne nommée Frankenhauser pourrait être originaire.
Franklin Nom de famille anglais désignant celui qui détenait une terre en franc alleu (exempte de droits seigneuriaux).
Franquenouille Nom rencontré dans le Nord. Il est pour le moins étonnant. La seule solution envisageable est de penser qu’il s’agit d’une forme erronnée de Franqueville, nom de plusieurs localités du Nord de la France.
Franques Nom surtout porté dans le Tarn et l’Aveyron. Il devrait s’agir d’un toponyme évoquant une terre franche (= exempte de droits seigneuriaux).
Franquesa Désigne celui qui habite un lieu-dit (la) Franquesa, nom catalan ayant le sens de terre franche, exempte de droits seigneuriaux.
Franquet Diminutif de Franc (voir ce nom), porté notamment dans la Marne (également 59, 02).
Franqueville Nom porté en Picardie (02, 80) et en Normandie (76). Variante : Francqueville (80, 59, 62). Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Fran(c)queville ou Francheville, la ville franche, celle qui n’est soumise à aucune redevance seigneuriale. On pensera notamment à la commune de Franquevile, dans la Somme, mais le toponyme est trop répandu pour qu’on puisse avoir une idée précise.
Franquin Nom porté en Lorraine (54, 88), rencontré aussi en Belgique. C’est un diminutif de Franc, Frank, nom de personne d’origine germanique (= du peuple franc). Variante ou matronyme : Franquine. Diminutif : Franquinet.
Fransolet Porté en Belgique, c’est un diminutif de Frans, forme courte de François.
Frantz Tout comme Franz, c’est l’équivalent alsacien ou allemand de François. Formes marquant la filiation : Franzen (57, 67, 54), Franzi (25), ce dernier nom pouvant aussi être une forme italienne désignant un Français, tout comme Franzin.
Franvel Nom rare porté en Dordogne. Il paraît correspondre à (la) Franval, nom d’une ferme à Saint-Félix-de-Reilhac (24).
Franzoglio Nom italien rare, porté à l’est de la Lombardie (Brescia). C’est un dérivé de Franzo, Franzi, portés en Italie du Nord, Franzo étant un nom de personne d’origine germanique, variante de Franco (= du peuple franc). On peut aussi envisager un surnom donné à un Français.
Franzoni Fréquent en Lombardie et en Emilie-Romagne, c’est un dérivé (suffixe augmentatif -one) de Franzo, nom de personne d’origine germanique, variante de Franco (= du peuple franc). On peut aussi envisager dans certains cas un surnom donné à un Français. On trouve la forme Franzone en Ligurie et en Sicile.
Frapier Le nom est porté notamment dans le Loir-et-Cher. Variantes : Frappier (85, 79), Frapié. Il pourrait correspondre à l’ancien français “frapier” (= agitation, bruit) comme surnom d’un homme violent, mais il semble qu’on ait plutôt affaire à un nom de métier (cf. Thomas le Frapier, cité dans le censier de Saint-Merry de Paris, où il est aussi appelé Thomas le Frepier). Dans ce cas, il s’agit certainement d’un fripier (ancien français “frape”, variante de “fripe”).
Frappat Porté dans la région Rhône-Alpes, semble un surnom donné à un personnage rusé (ancien français frape = ruse). Formes voisines : Frappa, Frappas (42), Frappaz (38, 01).
Frappez Porté dans le Nord et en Belgique, paraît être une variante de Frapier, Frappier (voir Frapier).
Frapsauce Egalement écrit Frappesauce, le nom est porté dans le Morbihan et dans l’Orne. Sans doute un sobriquet pour un cuisinier (celui qui remue la sauce).
Fraquet Nom surtout porté dans le Maine-et-Loire et le Nord-Pas-de-Calais. Sens obscur. A envisager éventuellement une variante de Franquet (voir ce nom).
Fraret Diminutif de Frare, un nom qui a le sens de frère en pays catalan, mais aussi dans diverses régions de France.
Fraser Nom fréquent en Ecosse, dont la signification demeure obscure. Aucune étymologie satisfaisante ne semble lui avoir été trouvée.
Frasquet Patronyme catalan dont le sens demeure obscur. Peut-être un dérivé de “frasca” (= branchette), ou encore une déformation du nom occitan Fresquet (voir ce nom).
Frassinelli Nom italien, diminutif de Frassino. Désigne sans doute un lieu planté de frênes.
Frasso Egalement rencontré sous la forme plurielle Frassi, ce nom italien ou corse désigne un lieu où pousse le frêne (forme régionale de l’italien frassino). Autres formes ou diminutifs : Frassetto, Frasseto, Frassino, Frassinetti. Le nom savoyard Frasse a le même sens.
Fratantuono Le nom est originaire du sud de l’Italie (sans doute la province de Potenza, dans la Basilicate). Il est formé de “frate” (= frère, sens familial ou religieux) et du prénom Antuono, variante d’Antonio (= Antoine). On trouve la forme équivalente Fratantonio en Sicile (Raguse, Syracuse). Avec un autre prénom : Fratangelo (province de Campobasso) et sa variante Fratangello.
Fratello Équivalent italien du français Frère (voir ce nom) ou diminutif de Frate (qui a le même sens), le nom, assez rare, est surtout porté en Sicile (province de Trapani), on le rencontre aussi dans les Pouilles et le Piémont. Forme plurielle : Fratelli. Diminutif : Fratellini (Ombrie, Pouilles).
Frater Forme latinisée du mot “frère” (voir Frère), le nom est surtout porté dans la Saône-et-Loire et dans l’Ain depuis le XVIIe siècle.
Fraticelli Nom porté dans le centre de l’Italie. C’est un diminutif de Frati (singulier Frate) avec le sens de frère (marquant la parenté).
Fratras Nom rare porté en Seine-Maritime, rencontré plus souvent sous la forme Fatras. Il devrait s’agir d’un ancien nom de personne d’origine germanique (*Fradrad ?). Le rapport avec le mot ‘fatras’, parfois évoqué, semble peu convaincant, d’autant que ce mot n’est apparu qu’au XIVe siècle.
Fraval Fréquent dans les Côtes-d’Armor, c’est un ancien nom de personne breton, composé des racines fram (= ardent) et uual (= valeureux). Variante : Fravel. Diminutifs : Fravallo, Fravalo (56).
Fraxe Le nom est porté en Lorraine (54, 55), où ce devrait être un toponyme avec le sens de lieu broussailleux (variante de frache). Il a pu aussi se rencontrer dans le Sud-Ouest, où il désigne le frêne.
Fray Surtout porté dans l’Ain et dans les Vosges, semble désigner celui qui habite un lieu-dit (le) Fray (sans doute le frêne, latin fraxinus). Variante savoyarde : Fraix. Dérivé : Frayard (88, 54). M.T. Morlet propose pour tous ces noms un surnom donné à un homme batailleur (du verbe d’ancien français fraier = frapper).
Frayard Nom rencontré surtout en Lorraine (88, 54). C’est un dérivé du verbe frayer, qui signifiait en ancien français frotter, mais aussi briser. Il pourrait donc s’agir d’un sobriquet donné à une personne violente, bagarreuse.
Fraynal Rare et surtout porté à la Réunion, pourrait correspondre à Frénal, patronyme rencontré en Lozère. Sens incertain : le rapport avec le frêne semble exclu en Lozère. Peut-être un nom de personne d’origine germanique.
Frayret Porté notamment dans le Gers, c’est un diminutif de l’occitan “fraire” (évoquant un lien de parenté), que l’on retrouve dans les noms Frayre et Frayres.
Fraysse Nom généralement auvergnat du frêne (voir Freixe). Désigne celui qui est originaire d’une localité ou habite un lieu-dit portant ce nom.
Frayssinet Désigne celui qui habite le lieu-dit (le) Frayssinet ou est originaire d’une localité portant ce nom. Sens du toponyme : bois de frênes. Deux communes de la Lozère s’appellent Fraissinet. Quant au patronyme, c’est dans le Tarn et l’Aveyron qu’il est le plus répandu. Variantes : Fraissinet, Fraiscinet, Fraycinet.
Frazier Surtout porté dans l’Aisne et dans la Somme, le nom se rencontre aussi sous la forme Frasier dans l’Oise. Difficile de se faire une idée sur ce qui semble un nom de métier (suffixe -ier). M.T. Morlet propose un dérivé du verbe fraser, employé notamment avec le sens d’écosser les fèves, et y voit le surnom possible d’un cuisinier. On peut très bien envisager aussi un producteur ou un marchand de fraises (le mot frasier avec le sens de fraisier est mentionné à la fin du XIIe siècle).
Fréard Le nom est porté à la fois dans les Vosges et la Mayenne. Variante : Fréart (Pas-de-Calais, Mayenne). C’est un nom de personne d’origine germanique, Frihard (fri = libre + hard = dur), qui a donné aussi les noms Friard (56, 44) et Friart (59).
Frebault, Frébault Nom de personne d’origine germanique, Fridbald (frid = paix + bald = audacieux). C’est dans la Nièvre que le patronyme est le plus répandu.
Frèche Egalement Frêche. Nom porté dans le Sud-Ouest (33, 47, 31). Variante plurielle : Frèches (40, 46, 33). C’est un toponyme fréquent qui désigne le frêne. Frèche peut aussi être un nom porté par des juifs séfarades d’Afrique du Nord : voir Fredj.
Fréchet Le nom est surtout porté en Savoie et dans le Dauphiné. C’est en principe un toponyme désignant un bois de frênes, mais cette définition n’est valable que dans le Sud-Ouest. Dans les Alpes il s’agit plutôt d’une variante de Frachet, autre toponyme évoquant des éboulis broussailleux près d’une rivière ou d’un ravin.
Fréchette Porté au Québec et aujourd’hui disparu de France, le nom se rencontrait autrefois surtout en Poitou-Charentes. Il devrait s’agir d’un toponyme avec le sens de bois de frênes.
Frechinet, Fréchinet Nom porté dans le Médoc, également présent dans l’Aude. C’est un toponyme désignant un bois de frênes.
Frechou Le nom est originaire du Sud-Ouest (64, 65). C’est un toponyme évoquant le frêne (latin fraxinus).
Frécon Nom rencontré dans la Loire et la Haute-Loire (diminutif : Fréconnet). Signification obscure. Eventuellement un nom germanique formé sur la racine frik (= avide, dur). L’absence de cédille rend difficile le lien avec le frêne (occitan “fraisse”). C’est en tout cas le nom de hameaux à Saint-Just-Saint-Rambert et à Roche-la-Molière (42). Variante : Freycon.
Fredel Nom assez rare porté surtout en Moselle. Il semble s’agir d’un diminutif de Frede, hypocoristique allemand du prénom Frédéric.
Frédéric Surtout porté dans les territoires d’Outre-Mer (Guadeloupe, Martinique), c’est un nom de personne d’origine germanique, Fridric (frid = paix + ric = puissant). Variantes : Frederich, Frederik (Alsace-Lorraine), Frederick, Frederickx, Fredericq (Nord, Belgique), Frederix.
Fredj Porté en Afrique du Nord aussi bien par des musulmans que par des juifs, c’est un nom de personne arabe (faraj) signifiant ‘délivrance, soulagement’. Variantes et dérivés : Farache, Faradj, Faradji, Faraj, Faraji, El Faraj, Al Faraj, Feradj, Feradji, Fradj, Frech, Freche, Fredje, Fredji, Freidji, Fridja, Benfraj, Benfradj, Benfrech, Benfredg, Benfredj, Benfredje.
Fredouille Porté dans l’Yonne, c’est un nom de sens incertain, peut-être le nom de personne d’origine germanique Fridwulf (frid = paix + wulf = loup), qui a donné les patronymes Fredou, Fredout, Fredoux (24). Variantes : Fredouil (974), Fredoueil (44). Dérivé : Fredouillard (44, 22).
Frédy de Coubertin Porté notamment dans la Nièvre, Frédy devrait être une forme courte de Frédéric. Quant à Coubertin, c’est le nom d’un hameau à Mouroux, dans la Seine-et-Marne.
Freeman Patronyme anglais qui signifie mot-à-mot “homme libre”. Il était surtout utilisé au moyen âge comme nom de baptême, et c’est sans doute la transcription du nom de personne d’origine germanique Friedmann, Fridmann, Fridman (frid = paix + man = homme).
Frégeau Très rare en France aujourd’hui, plus fréquent au Québec, le nom paraît originaire de la Vienne. Il devrait s’agir d’une variante par métathèse de Fergeau, Fergeault, formes poitevines du prénom Ferréol.
Fréguin Surtout porté dans la Nièvre, c’est sans doute un nom de personne d’origine germanique, Fricwin selon M.-T. Morlet (fric = avide, dur + win = ami).
Fréhaut Porté dans le Nord et dans la Somme, ce devrait être un nom de personne d’origine germanique, Friwald (fri = libre + waldan = gouverner). Ce nom de personne se retrouve dans la commune de Fréauville (76). Variantes : Fréal, Fréalle (08, 59), Fréau (84), Fréaud, Fréaux (71).
Freiberg Surtout porté en Moselle, comme son dérivé Freiberger, désigne celui qui est originaire de Freiberg, nom de plusieurs localités allemandes. Le toponyme est formé de frei (= libre) et berg (= montagne, colline).
Frein Le nom est surtout porté dans l’Ouest, et pourrait être originaire de la Mayenne. C’est une variante de Frin (voir ce nom).
Freiss Nom porté en Alsace-Lorraine. Variantes : Freis, Freisse, Freys, Freyss, Freysz. C’est un surnom donné à un homme inspirant la crainte (moyen-haut-allemand vreise).
Freiszmuth Nom alsacien également écrit Freismuth, Freissmuth. Ce devrait être une variante du nom allemand Frischmuth, désignant celui qui a l’âme jeune, intrépide (frisch + Mut), ou encore de Freimuth, Freymuth, désignant une personne franche (allemand “Freimut” = franchise).
Freixe, Freixas, Freixinos Tous ces noms évoquent le frêne (latin fraxinus), et désignent une personne habitant un lieu-dit ainsi appelé.
Frejafon Patronyme porté dans le Sud-Ouest (47, 82). Désigne celui qui habite un lieu-dit portant ce nom ou qui en est originaire. Il existe un lieu-dit Frejafon dans le Tarn-et-Garonne (commune de Lafrançaise). Sens du toponyme : la source froide (freg, freja : froid, froide en occitan + font = source). Variantes : Frejafond, Frejefond, Fregefon, Fregefond.
Fréjaville Désigne celui qui est originaire de Fréjaville, hameau à Salviac (46). Il existe également un Mas de Fréjaville à Esclauzels (46). Signification : le domaine froid, la ville froide. Variante : Frégeville.
Frelat Le nom est surtout porté dans le Cher. On peut le rapprocher de l’ancien français frelaut (= joyeux compagnon), à moins qu’il ne s’agisse d’une métathèse de Ferlat (69, 38, 45), sans doute toponyme désignant un lieu où la férule est abondante (voir Ferlay).
Frélicot Variante par métathèse de Ferlicot, le nom est surtout porté dans l’Eure. Voir Fercocq pour le sens.
Frelin Le nom est surtout porté en Franche-Comté, on le rencontre aussi dans le Nord-Pas-de-Calais. Sens incertain. Le mot “frelin” est attesté en ancien français comme variante de “ferlin”, terme qui a désigné soit un petit poids utilisé par les orfèvres et les monnayeurs, soit une monnaie de faible valeur (le quart d’un denier). À envisager aussi, au moins dans le Nord-Pas-de-Calais, un diminutif de noms commençant par la racine germanique fried-, par exemple Frederik.
Fremeaux Nom porté en Picardie (02, 80), c’est un nom de personne d’origine germanique, sans doute *Framwald (fram = vaillant + waldan = gouverner). Variantes : Fremau (39, 80, 62), Fremault, Fremaut, Fremaux (59), Fremeau (18, 80). Diminutif : Fremaudeau (85, 17, 77).
Frémicourt Rare et porté dans le nord de la France, désigne celui qui est originaire de Frémicourt, nom d’une commune du Pas-de-Calais. Sens du toponyme : le domaine (-court) de Framahari, nom de personne germanique.
Freminet Nom surout porté en Lorraine (88, 55). C’est un diminutif de Fremin (50, 14), variante du prénom Firmin. Avec un autre suffixe : Fremineau (28, 78).
Frémineur Nom porté dans le département du Nord et en Belgique. Désigne celui qui appartient à l’ordre religieux des frères mineurs (wallon fré = frère).
Frémond, Fremond Porté notamment dans la Manche et la Mayenne, c’est un nom de personne d’origine germanique, Fridmund (frid = paix + mund = protection). Variantes : Frémon (44, 62), Frémont (76, 14), Freymond (76, 42, 17), Freymont (59, 62). Diminutifs : Frémodeau (85), Frémondeau (37), Frémonneau.
Frémondière Porté dans le Maine-et-Loire et la Vendée, désigne la ferme ou le domaine de Frémond (voir ce nom).
Frémy Surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, devrait être une forme régionale du mot “fourmi”, surnom probable pour un homme tout petit.
Frenais, Frénais Porté notamment dans la Sarthe, c’est une variante de Fresnais, toponyme désignant un bois ou une forêt de frênes.
Frénéa Nom porté surtout dans le département de la Loire, où il est plus courant sous la forme Frénéat. C’est en principe un toponyme évoquant le frêne, la finale -a étant assez fréquente dans le Forez.
Frère Nom fréquent dans le Pas-de-Calais et la Seine-Maritime notamment. Il évoque le plus souvent un lien de parenté (permettant de différencier les porteurs du même nom dans un village), le sens religieux devant être beaucoup plus rare. La forme Frères (57, Belgique) comporte un génitif de filiation. Dérivés : Frérard (08, 51, 62), Fréreau (36), Fréret (50, 76), Frérey (54), Fréron (71), Frérot (51, 21), Frérotte (08), Frérou, Fréroux (35, 44). Composés : Frèrebeau, Frèrebaut (21), Frèrejacque, Frèrejacques (21), Frèrejean (01, 71), Frèrejouan (44, 49).
Frery, Fréry Nom surtout porté dans la Loire et la Haute-Loire, également présent dans l’Yonne. C’est une forme contractée de Frédéric, nom de personne d’origine germanique (frid = paix + ric = puissant).
Fréselle Rare et porté notamment dans le Pas-de-Calais, a dû désigner, comme Frésel (76, 80), celui qui confectionnait ou portait des fresels (en ancien français, garnitures fraisées, ornements de manteau).
Freslon Variante de Frelon, qui correspond à l’insecte du même nom (du francique *hurslo > bas-latin furlone). C’est un sobriquet désignant sans doute une personne qui cherche à profiter des autres : on pensait en effet autrefois que le frelon pillait le miel des abeilles. Le sens du sobriquet est attesté au XVIIe siècle. Les patronymes Frelon et Freslon sont surtout présents dans le Centre et l’Ouest (36, 49, 72).
Fresne Le nom désigne un lieu caractérisé par la présence d’un frêne. Il est surtout porté dans la Marne. Forme plurielle : Fresnes (02, 53). Il est à l’origine de nombreux dérivés, dont la plupart évoquent une frênaie : Fresnais (72, 49, 61), Fresnard (72, 61), Fresnaud (17, 44), Fresnault (56, 37), Fresnay (28, 91), Fresnaye (72, 28), Fresnays (61), Fresneau (49, 72), Fresnée (14, 27), Fresnel (35, 27), Fresnil (61), Fresnois (52, 51), Fresnot (02, 35, 78), Fresnoy (59, 60, 02), Fresny (61, 76).
Fresquet Porté dans le Cantal et l’Aude, ainsi que dans le Sud-Ouest, c’est un toponyme fréquent, sans doute avec le sens d’endroit frais.
Fressancourt Porté dans les Ardennes, désigne celui qui est originaire de Fressancourt, nom d’une commune de l’Aisne. Sens probable du toponyme : le domaine de Fredesindis, nom de personne germanique féminin.
Fret Surtout porté dans l’Eure-et-Loir, c’est peut-être une variante de Auffret (voir ce nom) par déglutination. A noter cependant l’existence de hameaux appelés le Fret, notamment en Bretagne.
Freté Surtout porté dans la Somme, pourrait être une variante de Ferté (voir Laferté) par métathèse, d’autant que c’est dans la Somme qu’il y a le plus de Ferté. Autre possibilité : l’ancien français “freté” (= rusé, malicieux). On peut d’ailleurs envisager la solution inverse : les Ferté picards pourraient être au départ des Freté.
Frétillière Le nom est porté en Aquitaine (24, 33, 47). Variante : Frétillère. C’est un toponyme, dérivé de l’ancien français “fretil” (= terre en friche), ou de “fretille” (tas de paille ou de foin). Les noms Fretellier, Fretellière (49) devraient avoir le même sens, tout comme Frétille (87), Frétier (86, 16), Frétière (63).
Freud Nom allemand souvent porté par des juifs askhénazes. Il signifie ‘joie’ (allemand Freude) et est à l’origine de noms composés, eux aussi fréquemment portés par des juifs : Freudberg, Freudenberg, Freudenberger (la montagne de la joie), Freudenthal (la vallée de la joie). Le problème de Freudenreich (= le royaume de la joie, ou encore riche en joie, nom porté dans le Haut-Rhin et originaire de Berne) pourrait être différent : une déformation du prénom Frédéric n’est pas impossible.
Freund Fréquent en Alsace-Lorraine (variante : Freundt), le nom signifie en allemand ‘ami’. Dérivé : Freundlich (= aimable, charmant, bon).
Fréville Porté dans la Somme et les départements voisins (62, 76), désigne celui qui est originaire de la commune de Fréville (76), ou plutôt de celle de Friville (Friville-Escarbotin, 80). Sens du toponyme : le domaine de Frido, nom de personne germanique. Friville est également un nom de famille. Formes voisines : Frévillers, Frévillez, Frévillier (Frévillers est une commune du Pas-de-Calais).
Frevol Le nom semble être originaire de la Haute-Loire. Son sens est difficile à établir. Peut-être correspond-il à l’ancien français frevel (= tumulte, donc surnom donné à un homme violent) ? A moins qu’il ne s’agisse d’un lieu-dit, auquel cas on peut penser à fribol, variante de l’occitan frigol (= thym).
Frey Surtout porté dans l’Est, c’est un nom d’origine germanique signifiant libre.
Freycenon Le nom est surtout porté dans la Haute-Loire. Il peut aussi s’écrire Freyssenon, Fressenon. On le rapprochera de Freycenet, Freyssenet, toponyme très fréquent en Haute-Loire (également nom de famille) avec le sens de frênaie.
Freycon Le nom est surtout porté dans la Loire. Voir Frécon.
Freyre Nom savoyard, rencontré également en Franche-Comté, qui correspondrait à Frère. Quant à Frère, c’est tantôt un surnom qui avait permis au départ de distinguer les divers membres d’une famille, tantôt un sobriquet appliqué à celui qui a des allures de moine (ou qui a été frère dans un monastère).
Freysselinard Nom porté en Corrèze. Devrait désigner celui qui est originaire de Freysselines, hameau à Chaumeil, dans le même département. Signification : dérivé de Freysse (= frêne). On trouve dans la même région les noms de famille Freysselinas et Freysseline.
Frézal Le nom est porté dans l’Aveyron et la Lozère, ainsi que dans le Lot (variante : Frézals). C’est un nom de personne d’origine germanique (Frodwald : frod = avisé, prudent + waldan = gouverner), latinisé en Frodoaldus ou Fredaldus, popularisé par un évêque de Javols ou plutôt de Mende (48), martyr au début du IXe siècle (fête le 4 septembre). Il aurait été assassiné par son neveu en l’an 820. Deux communes de la Lozère lui sont dédiées.
Frezoul Nom de personne d’origine germanique, Fridwulf (frid = paix + wulf = loup).
Friadt Patronyme porté en Belgique. C’est un nom de personne d’origine germanique : on peut hésiter entre Friwald (fri = libre + wald < waldan = gouverner), et Frihard (hard = dur), qui a donné les noms Friart, Fryart, et dont Friadt serait alors un diminutif ou une variante graphique. On trouve aussi la variante Friat, portée notamment en Saône-et-Loire, mais rencontrée aussi autrefois en Belgique.
Friand Le nom est surtout porté en Bourgogne (21) et dans la Somme. Il désigne en ancien français un gourmand, mais aussi une personne très portée sur la bagatelle. Autres sens : gai, vif, élégant. Variante : Friant (29, 80).
Frias Un nom castillan qui évoque le froid (frio). Une localité de Castilla y León, proche du Pays basque, s’appelle ainsi, et c’est de là que sont peut-être originaires les porteurs de ce patronyme.
Fribault Surtout porté dans el Maine-et-Loire, le nom se rencontre sous la forme Fribaud en Auvergne. C’est un nom de personne d’origine germanique, soit Fridbald (frid = paix + bald = audacieux), soit Fribald (fri = libre).
Friboulet Porté en Seine-Maritime, c’est un diminutif de Friboult, nom de personne d’origine germanique (voir Fribault).
Friburger Désigne celui qui est originaire de Fribourg (allemand Freiburg, vieux haut allemand Friburc, Friburg), toponyme assez fréquent, porté surtout par deux grandes villes de Suisse et d’Allemagne. Sens du toponyme : frei = libre + Burg = ville.
Fricard Surtout porté en Poitou-Charentes, c’est un nom de personne d’origine germanique, Frichard (fric = avide + hard = dur). Avec une autre racine (waldan = gouverner), on trouve les noms Fricaud (44, 71), Fricault (51, 77), Fricaux (27, 10). Diminutif : Fricaudet (01, 71).
Frichot Porté dans les Yvelines et l’Eure-et-Loir, c’est un diminutif de Friche (28), qui devrait correspondre à l’ancien français “frische” (= vif, éveillé, gai, élégant). Un toponyme avec le sens de terre en friche est également envisageable. Autres formes : Fricheau, Frichu (28).
Fricker Frick est une forme abrégée du prénom Friedrich. Mais c’est aussi le nom d’une commune de Suisse, et la présence du suffixe -er nous fait pencher pour une personne originaire de cette commune.
Fricourt Porté dans la Somme, désigne celui qui est originaire de Fricourt, commune du même département. À noter que Fricourt est aussi un hameau à Haussez (76). Sens du toponyme : sans doute le domaine (-court) de Frido, nom de personne germanique.
Friederici Cette forme, apparemment latinisée, du nom de personne Frédéric (Friedrich) est portée en Allemagne.
Friedmann Porté surtout en Alsace, c’est un nom de personne d’origine germanique (frid = paix + man = homme), ou bien tout simplement le surnom d’un homme pacifique. Variantes : Friedman, Friedemann. Le nom est parfois porté par des juifs askhénazes, pour qui il semble la traduction de Salomon (hébreu shlomoh formé sur shlôm = paix).
Friedrich C’est l’équivalent alsacien ou allemand de Frédéric (voir ce nom). Variantes ou formes voisines : Friedrichs, Friedrick, Fridrich, Fridrick, Friederich, Friederick, Friderich.
Fries Plusieurs solutions pour ce nom rencontré en Alsace-Lorraine : soit celui qui est originaire de la Frise (région du nord de l’Allemagne et des Pays-Bas), soit encore celui qui construit des digues (activié où excellaient les Frisons), soit plutôt un hypocoristique de Frédéric (Friedrich). Variantes et formes voisines : Friese, Friess, Friesse, Friesz.
Frigola Nom issu d’un toponyme désignant un lieu où le thym pousse en abondance (frigola est une forme contractée du catalan farigola).
Frigout Patronyme surtout porté dans la Manche (variante : Frigoult). C’est un nom de personne d’origine germanique, Frigwald, Fricwald (fric = avide + waldan = gouverner). Avec le même sens : Frigault (60, 14), Frigaux (61, 14, 80).
Frin Surtout porté dans l’Ille-et-Vilaine, pourrait correspondre à l’ancien français “ferain, ferin” (= sauvage, farouche). A envisager aussi une variante de Vrain, Vrin (voir Vrain). Le nom se rencontre aussi sous la forme Frain (35, 41, 80). Diminutif : Frinault (45).
Friolaud Le nom est porté dans la Vienne. Variantes : Frioleau, Frioulaud. C’est un diminutif de Friol, nom de personne d’origine germanique (Friwulf : fri = libre + wulf = loup). Le nom Friol est pour sa part surtout porté dans la Drôme et le Vaucluse. Autre diminutif : Friolet (83, 06, 03).
Frioli Rare et porté notamment en Vénétie, ce nom italien pourrait désigner celui qui est originaire du Frioul, mais on pensera plutôt à la commune de Friola, dans la province de Vicenza (Vénétie). On trouve aussi la forme Friolo, présente notamment dans les Pouilles.
Friot Nom porté dans l’Ouest (44, 35), mais aussi en Lorraine (54). Il devrait s’agir d’un nom de personne d’origine germanique, Friwald (fri = libre + waldan = gouverner), rencontré aussi sous la forme Friaud.
Fririon Nom très fréquent dans la Meuse, et que l’on retrouve aussi en Meurthe-et-Moselle. On trouve dans les mêmes départements la variante Frérion, qui semble faire du nom un diminutif de frère.
Frisch Nom de famille assez fréquent en Moselle, en Allemagne et au Luxembourg. C’est un hypocoristique du nom de baptême Frederick (Frédéric). Variantes les plus courantes : Fritz, Fritsch, Frische.
Frison Nom surtout porté dans l’Aisne et dans le Nord, ainsi qu’en Alsace. Il semble désigner le plus souvent celui qui est originaire de la Frise (province du nord des Pays-Bas). Autres sens, proposés par M.T. Morlet : celui qui vend de la frise (étoffe de laine originaire de Frise), ou encore celui qui est originaire de Frizon, commune des Vosges. Dernière possibilité : nom de personne germanique, Friso (à l’origine du nom de la commune de Frizon). La forme voisine Frizon est surtout portée dans l’Isère et dans l’Oise. On notera que, dans l’Isère, un cours d’eau s’appelle la Frizon.
Frithmann Nom allemand qui semble être une variante de Frischmann, Fritzmann, dérivés de Frisch, Fritz, eux-mêmes diminutifs par apocope de Friedrich (Frédéric).
Fritsch Nom alsacien correspondant à l’allemand Fritz, qui est un hypocoristique de Frédéric.
Frixon Porté dans la Somme et dans le Nord (variante : Frixons), pourrait désigner le fils de Frick, nom de personne d’origine germanique (racine fric = avide, dur).
Frizon Le nom est surtout porté dans l’Isère. Voir Frison pour le sens.
Frobert Surtout porté dans l’Allier, c’est un nom de personne d’origine germanique, Frodberht (frod = avisé + berht = brillant).
Froc Nom porté dans l’Ouest (35, 61 notamment) ainsi que dans la Seine-et-Marne. Plutôt qu’au vêtement d’un moine (au moyen âge partie de ce vêtement qui couvre la tête, les épaules et la poitrine), il faut penser à un toponyme désignant un large chemin (cité par M.T. Morlet, qui précise que c’était le sens du mot en ancien picard).
Frocrain Nom porté dans la Loire-Atlantique. Désigne celui qui est originaire de Frocrain, hameau à Pontchâteau, dans le même département.
Froebe Egalement écrit Fröbe, ce nom de famille allemand correspond à un anthroponyme germanique, ancien prénom, sans doute Frodberht (frod = avisé, prudent + berht = brillant).
Froger Nom de personne d’origine germanique, Frodgari (frod = avisé, prudent + gari = lance). Le nom est très courant dans la Sarthe et les départements voisins (49, 53).
Froidefond Nom porté dans la Corrèze. Variantes : Froidefon, Froidefont. Désigne celui qui est originaire de Froidefond, nom de hameaux à Brignac-la-Plaine et à Lissac-sur-Couze (19). La forme Froidfond, portée dans le Cher, renvoie sans doute au hameau de Froidefond à Sancoins. Sens du toponyme : la source froide.
Froidevaux Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Froideval, Froidevaux (= la vallée froide). C’est dans le Doubs que le nom est le plus répandu (variante : Froideveaux), et il y correspond à la commune de Froidevaux. On trouve la forme Froideval en Picardie, où elle évoque sans doute un hameau à Tilly-Capelle (62).
Froidure Patronyme rencontré surtout dans le Nord (59, 80), également présent dans la Marne. Variante : Frodure. En ancien français, la froidure était le froid, la saison froide. On pense généralement qu’il s’agit d’un sobriquet donné à un homme frileux. Autre possibilité : celui qui habite dans un endroit particulièrement froid (le nom étant alors un toponyme).
Frois Ou Fróis. Nom de personne portugais correspondant à l’espagnol Flores (également portugais, nom lié soit aux fleurs, soit à la déesse Flore). Le nom est devenu Froës en Belgique.
Fromageot Le nom est porté en Bourgogne (21). Il désigne apparemment un producteur ou un marchand de fromages, tout comme Fromage, Fromagé (43, 50, 14), Fromageat (68, 09), Fromageau (49, 44), Fromager (76), Fromaget (74, 85), Fromaigeat (42, 69). A noter cependant que la plupart de ces noms sont fréquents en toponymie, où ils pourraient désigner des parcelles rondes ou encore des fourmilières.
Froment Surnom métonymique donné à un producteur ou à un marchand de blé. Le nom est répandu dans de nombreuses régions, on le trouve notamment dans l’Aveyron et le Pas-de-Calais. Dérivés : Fromental (30, 48), Fromentaud (83, 23), Fromentaux (07), Fromenteau, Fromenteaud, Fromenteaux (18), Fromenteil (19), Fromentin (76, 80), Fromentot (58, 89), Fromentoux (07), Fromenty (34), certains d’entre eux désignant plutôt une terre à blé. Voir aussi Fromentel. Variantes : Forment (59), Frument (45).
Fromentel Porté dans le Pas-de-Calais, c’est un toponyme désignant une terre à blé. En composition : Caron de Fromentel. La variante Fromentelle était également portée autrefois dans la même région.
Fromilhague Surtout porté dans l’Aude, le nom s’écrit aussi Fromillague, Fromillagues. Il devrait s’agir d’un toponyme, peut-être Fourmilhac, lieu-dit à Belpech (11).
Fromm Nom porté en Moselle et en Alsace. Variante : Fromme. Parmi les nombreux sens de l’adjectif allemand fromm, on retiendra surtout celui d’homme bon, clément.
Fromon, Fromond, Fromont Patronyme fréquent en Normandie et surtout dans le Nord-Pas-de-Calais. C’est un nom de personne d’origine germanique, Frodmund (frod = avisé, prudent + mund = protection). Diminutifs : Fromonot, Fromonnot (10, 51, 89). Le nom a été popularisé par un saint (cf commune de Saint-Fromond dans la Manche). C’est aussi un nom de localité : Fromont en Seine-et-Marne, également lieu-dit à Ris-Orangis.
Front Le nom est surtout porté en Vendée et en Savoie. C’est un ancien nom de baptême (latin *Frontus dérivé de frons = le front) popularisé notamment par saint Front, qui aurait été le premier évêque de Périgueux.
Frontanau Très rare, le nom a été porté dans l’Aveyron autrefois. Il devrait s’agir d’une déformation phonétique de Fontanau, Fontanaud, avec le sens de petite source, petite fontaine. Cette même déformation, selon le linguiste Gérard Taverdet, semble à l’origine de Frontenaud, nom d’une commune de Saône-et-Loire.
Frontera Catalan ou castillan, le nom désigne celui qui habitait près d’une frontière.
Fronton Outre la Guadeloupe, le nom est surtout porté dans la Haute-Garonne et le Gers. On le rencontrait aussi autrefois dans la Haute-Vienne, où il s’est conservé sous la forme Frontou (variante : Frontout). Il désigne dans bien des cas celui qui est originaire de Fronton, commune de la Haute-Garonne, mais c’est aussi un diminutif de l’ancien prénom Front (voir ce nom), sens que l’on retiendra pour la Haute-Vienne.
Fropier Nom assez rare qui semble originaire de l’Ain, tout comme sa variante Froppier, attestée au XVIe siècle à Chavannes-sur-Reyssouze (01). Je n’en connais pas le sens. Peut-être une variante de l’ancien français “frepier” (= fripier).
Froquet Le nom est porté en Rhône-Alpes (01, 38, 69). Plutôt qu’à un porteur de froc, on pensera à un toponyme dérivé de l’ancien français “froc” (= terre inculte, également chemin près de la ville ou place communale). A envisager aussi une métathèse du nom bourguignon Forquet (= petite fourche ou betite bifurcation).
Frossard Nom rencontré en Savoie, en Franche-Comté et dans les Vosges. Voir Froussard pour le sens.
Frostin C’est dans les Côtes-d’Armor que le nom a toujours été le plus répandu. Sens incertain. Il semble s’agir d’un dérivé de l’ancien français “frost” (= terre inculte), fréquemment utilisé comme toponyme dans ce département.
Frot Le nom est porté notamment en Seine-et-Marne et les départements voisins. On le trouve aussi, plus rarement, dans l’Ouest (35, 72). Il peut s’agir d’un toponyme, avec le sens de terre en friche (deux hameaux s’appellent Le Frot dans l’Ille-et-Vilaine, à Pleumeleuc et à Irodouër, le lieu-dit se rencontre aussi à Meaux, 77). Autre possibilité : nom de personne d’origine germanique (Frotto) formé sur la racine frot (= avisé, prudent).
Frou Porté dans l’Yonne et en Île-de-France, c’est un nom de personne germanique, Frodulfus (frot = avisé, prudent + wulf = loup), popularisé par saint Frou, disciple de saint Merry, mort en ermite à Barjon, près de Grancey (21). Porté dans le Centre et en Saône-et-Loire, le nom Froux devrait avoir la même origine, tout comme Froud (60).
Frouard Rencontré dans la Somme et dans la région parisienne, c’est un nom de personne d’origine germanique, Frodhard (frod = avisé, prudent + hard = dur). Variante : Frouart (76, 87).
Frougnut Porté dans les Ardennes, le nom s’écrit aussi Frougneux. Sans doute un sobriquet pour un personnage à la mine renfrognée (cf. l’ancien français “froigne” = mine renfrognée).
Frouin Fréquent dans le Maine-et-Loire et en Vendée, c’est un nom de personne d’origine germanique, Frodwin (frod = avisé, prudent + win = ami).
Froussard Rencontré dans l’Aube et la Haute-Marne, c’est une autre forme de Froussart, un nom surtout porté dans les Ardennes. Rien à voir avec l’adjectif froussard, dont la première attestation remonte à 1890. Il s’agit en fait d’une variante de Froissard, Froissart, surnom donné à un homme violent (le verbe froisser signifiait en ancien français frapper, battre, mettre en pièces).
Froyer Le nom est assez rare. On le rencontre dans l’Oise et la région parisienne. C’est un nom de personne d’origine germanique, Frodgari (frod = avisé, prudent + gari = lance).
Fruchart Nom rencontré dans le Nord. Désigne apparemment un marchand de fruits.
Fruchon Nom porté dans la Vienne. M.T. Morlet y voit un diminutif de Fruchier = marchand de fruits. Il pourrait bien s’agir, tout comme Fruchard, d’un toponyme désignant une terre inculte (ancien français froc). Difficile de choisir. A noter, dans la Vienne, le Bois Fruchon (commune de Château-Larcher) et les Fruchons (Antigny).
Fruchou Nom porté en Dordogne (variante : Fruchout). On trouve la forme équivalente Fruchon dans la Vienne. C’est un dérivé de l’occitan “fruch” (= fruit), désignant peut-être un marchand ou un producteur de fruits.
Fructueux Assez rare comme nom de famille, c’est un prénom (latin Fructuosus) popularisé par un évêque de Tarragone, martyr au IIIe siècle. Un autre saint Fructueux fut évêque de Braga au VIIe siècle.
Fruit Le nom est surtout porté dans le département du Nord. Il peut désigner par métonymie un marchand de fruits, mais je ne serais pas étonné qu’il ait été utilisé comme nom de personne (latin Fructus, également nom de famille dans l’Ain). A envisager aussi, dans le Nord, une aphérèse de Godefroit (Godefroy).
Fruitet Formé sur fruit avec le suffixe diminutif -ET. Sans doute un marchand de fruits.
Frumence Patronyme porté dans les Landes, assez répandu aujourd’hui à la Réunion. C’est un ancien nom de baptême (< latin frumentum = blé), popularisé par divers saints (deux d’entre eux sont assez réputés, ils se sont illustrés en Abyssinie).
Frusin Nom italien très rare porté en Lombardie, où on trouve aussi la forme Frusini. Ce dernier nom est à rapprocher de Frosini, patronyme fréquent en Toscane, forme plurielle de Frosino, prénom médiéval et aphérèse de Eufrosino (nom d’un saint qui évangélisa le Chianti).
Frustier Nom rencontré en Gironde et en Languedoc (variante Frustié). Il semble s’agir d’une variante de Fustier (= menuisier, charpentier). On rencontre en effet parfois en ancien français les mots frutier et fruster avec ce sens.
Fruteau Nom assez rare. On le rencontre parfois dans l’Aisne et dans la Marne. Peut-être le surnom d’un marchand de fruits, mais aucune certitude, car il pourrait aussi s’agir d’une variante du nom de baptême Fructueux.
Frutoso Equivalent portugais ou espagnol du prénom Fructueux, le nom est assez rare comme nom de famille. On le rencontre en Catalogne sous la forme Fruitós.
Fuan Porté dans la région parisienne, le nom est plus courant sous la forme Fouan (02). Le mot désignait la taupe au Moyen Âge, notamment en Picardie (surnom possible pour une personne myope). Il a pu aussi, tout comme Foin, désigner la fouine. Autres formes : Fouant (59, 62), Fuand (39, 21), Fuant (52, 21).
Fuchs Nom porté en Alsace-Lorraine : c’est un sobriquet désignant un homme rusé ou un rouquin (en allemand, Fuchs = renard). Le nom est fréquent en Allemagne, on le rencontre aussi en Pologne (variantes : Foks, Fuks).
Fuensanta Désigne celui qui est originaire d’une localité espagnole appelée Fuensanta (= la souce sainte). Le toponyme, lié certainement à l’apparition miraculeuse d’une source ou à ses vertus curatives, est trop fréquent dans toute l’Espagne pour qu’on puisse arriver à une localisation précise.
Fuentes Nom castillan correspondant au catalan Font. Toponyme désignant un lieu où il y a une source, une fontaine.
Fuet Nom porté en Saône-et-Loire et dans la Loire. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée (le) Fuet, (le) Fouet, toponyme évoquant un bois de hêtres (fou = hêtre, du latin fagus). Plusieurs hameaux de la Loire s’appellent le Fouet (communes de Saint-Rirand, Cordelle, Planfoy). Variante : Fouet (89, 09).
Fugère Le nom est surtout porté dans l’Aube et la Saône-et-Loire, on le rencontre aussi au Québec. Il semble évoquer la fougère (toponyme devenu nom de famille). Autre possibilité : une francisation de l’allemand Füger (nom porté en Alsace), qui désigne un intendant.
Fuhrmann Surtout rencontré en Moselle et dans le Bas-Rhin, le nom désigne un voiturier, un charretier. On trouve également en Alsace le patronyme Fuhrer, qui a le même sens.
Fuhro Nom porté en Lorraine (88, 54) et en Alsace. Semble à rapprocher de Fuhrer, Fuhrmann (voir ce nom), mais la finale -o laisserait penser qu’il s’agit d’un nom de personne. Pour l’instant, je ne sais pas trop que penser.
Fuica Porté en Espagne, le nom de famille semble d’origine basque. Rencontré aussi sous la forme Fueika, il désignerait un lieu où abondent les joncs (source : Endika de Mogrobejo, Apellidos vascos).
Fulchic Assez rare, le nom est surtout porté dans le Lot-et-Garonne (il y est attesté depuis le milieu du XVIIIe siècle), où on trouvait aussi la forme Fulchie, aujourd’hui portée en Gironde (variante probable : Fulchi). Je n’en sais hélas pas plus.
Fulchin Porté dans les Vosges, semble un diminutif du nom de personne d’origine germanique Folco (racine folc = peuple).
Fulda Le nom désigne celui qui est originaire de Fulda, commune allemande de la province de Hesse. Il a souvent été porté par des Juifs askhénazes. Autres formes : Fuld, Fulde. Forme francisée : Fould.
Fulgence C’est dans l’Orne que le nom est le plus répandu. On le rencontre aussi à la Réunion. C’est un ancien nom de personne (latin Fulgentius, dérivé de “fulgens” = brillant), popularisé notamment par un évêque africain dont le corps aurait été enseveli à Bourges. Variantes : Fulgent, Frégence (forme ancienne : Frégent).
Fullana Nom catalan surtout porté aux Baléares et dans la région de Valence. Selon Moll (voir bibliographie), ce serait un nom de personne, féminin de Fullà (latin Follianus). On ne peut cependant exclure un éventuel toponyme dérivé de “fulla” (= feuille). À noter que le linguiste Coromines envisage pour sa part une possible origine arabe, ce qui semble très hasardeux.
Fumagalli Très répandu en Lombardie, en particulier dans les provinces de Milan et de Lecco, le nom désigne selon les dictionnaires spécialisés un voleur de poules. De Felice (voir bibliographie) explique même que, pour voler les poules, on enfumait le poulailler afin de les étourdir avant qu’elles puissent crier, à l’aide de feuilles humides et de soufre. D’où l’emploi du verbe “fumare”. L’explication est pour le moins fumeuse, mais d’autres auteurs arrivent au même sens à l’aide d’un verbe dialectal “fumar”, signifiant “voler, dérober”. Il convient cependant de ne pas négliger l’ancien village de Fumagallo (commune de Colle Brianza, province de Lecco), mentionné en 1346, devenu ensuite Cassina Fumagalla, qui pourrait être à l’origine du nom de famille dans bien des cas.
Fumal Désigne celui qui est originaire de Fumal, localité belge de la province de Liège.
Fumas Le nom est surtout porté dans l’Ardèche. Formes similaires : Fumat (26), Fumaz (74). Il devrait s’agir d’un toponyme désignant une terre fumée. De nombreux hameaux ou lieux-dits portent ce nom. À noter en particulier la commune de Recoules-de-Fumas (48).
Fumeron Surtout porté dans la Vienne, le nom désigne en ancien français un tas de fumier. Il doit s’agir d’un toponyme, désignant soit le lieu où l’on entasse le fumier, soit une terre fumée.
Fumery Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Il devrait s’agir d’un lieu où l’on dépose le fumier, ou d’une terre fumée. Il est fort possible que certains hameaux portent ce nom, et donc la personne appelée Fumery serait originaire de l’un de ces hameaux ou lieux-dits.
Fumey Le nom est surtout porté dans le Jura. Variante : Fumez. On trouve la forme similaire Fumex en Haute-Savoie. Un lien avec la fumée est possible, mais il est plus logique de penser au fumier (par exemple un toponyme avec le sens de terre fumée).
Funalot Nom très rare porté dans l’Ain. Sens obscur. Peut-être un dérivé de l’ancien français “funel” (= corde, rets, terre mesurée au cordeau).
Funel Patronyme porté dans le Sud-Est (06, 83). Apparemment un toponyme, peut-être dérivé du latin fundus (= fonds, domaine), que l’on retrouve dans deux localités des Alpes-Maritimes : Bastide Funel à Saint-Vallier-de-Thiey, et le château de Funel à Biot.
Funes (de) Ce nom espagnol devrait renvoyer à la commune de Funes, en Navarre. Le nom complet de Louis de Funès est “de Funes de Galarza”, ce dernier nom étant celui d’une localité de la province de Guipúzcoa.
Funk Nom porté en Alsace-Lorraine. Variantes : Funke, Funck, Funcke. Correspond à l’allemand Funke (= étincelle), surnom qui semble avoir été donné à un forgeron (plusieurs mentions médiévales attestent cette signification, par exemple ‘Heinricus faber qui dicebatur Vunko’, 1270, ou encore ‘H. Funk klingensmid’, 1372).
Furcy C’est à la Réunion que le nom est aujourd’hui le plus répandu. On le rencontre aussi en Bourgogne et en Normandie. C’est un ancien nom de baptême popularisé par saint Furcy, un moine irlandais qui fonda le monastère de Lagny et mourut vers 650 à Péronne, dans la Somme, département où son nom s’est conservé dans plusieurs lieux-dits Saint-Furcy (communes d’Authuille, Assevillers, Poeuilly). Variantes : Fourcy, Foursy (80), Fursy.
Furet Nom fréquent en Charente-Maritime et dans le Loiret. Désigne par métaphore celui qui est vif ou fouineur comme un furet, éventuellement aussi un voleur (sens du mot fur en ancien français). Matronyme : Furette. On trouve en Charente la variante Furaud (Furaut dans le Morbihan et Furaux dans la Meuse), dont le diminutif est Furaudet (43).
Furio, Furió Patronyme originaire de Catalogne. C’est un ancien nom de baptême, dérivé du latin Furius (= en colère).
Furlan Egalement Furlani. Très fréquent dans la région de Trieste, désigne celui qui est originaire du Frioul.
Furminieux Nom rencontré dans le nord de l’Ardèche (région de Tournon et Annonay), qui s’est aussi écrit Fulminieux au XVIIe siècle. Sens incertain. Le moyen français a connu un adjectif “fulmineux”, avec le sens de “foudroyant”. En supposant que cet adjectif soit à l’origine du nom de famille, il pourrait avoir désigné un personnage coléreux (cf. l’évolution du verbe “fulminer”), d’autant que le mot “frume” existait aussi avec le sens de “mauvaise humeur”. Mais ce n’est vraiment qu’une hypothèse très incertaine.
Furois Le nom est porté dans la Manche. On trouve, plus rarement, la forme Furoy, qui pourrait en être une variante. Sens incertain. Deux possibilités apparemment : soit le surnom d’un homme coléreux, soit une éventuelle variante de ‘furet’.
Furrasola On trouve ce nom en Catalogne du sud. Etymologie obscure. Peut-être un toponyme désignant un lieu fréquenté par le furràs (variété de faucon).
Furter En France, le nom est surtout porté dans le Haut-Rhin. Il pourrait être originaire de Suisse. Sens probable : celui qui habite un lieu-dit Furt (= gué, passage), ou encore celui qui faisait traverser une rivière.
Furtuny Variante rare de Fortuny (voir ce nom).
Fusade Le nom est originaire du Limousin (Corrèze, Haute-Vienne). Il correspond à l’occitan “fusada” (= fusée), avec plusieurs sens possibles : fuseau, fil enroulé sur le fuseau, mais aussi pièce de la charrue reliée au brancard, massette (plante), ou encore épi de maïs. Difficile de faire un choix, même si on peut sans doute enlever le maïs, introduit tardivement en France.
Fusch Nom rare et difficile à localiser avec précision, rencontré aussi sous la forme Fuschs. A moins de le considérer comme une déformation de Fuchs (voir ce nom), je ne vois aucune solution.
Fuseau Nom surtout porté en Poitou-Charentes. Sans doute celui qui se servait d’un fuseau ou un fabricant de fuseaux (pour filer à la quenouille).
Fuselier Devrait désigner le plus souvent un marchand ou un fabricant de fuseaux. A noter cependant que, notamment dans le Centre, le mot “fuselier” désigne le cornouiller. Le nom de famille est porté en Champagne-Ardenne. Variantes : Fusellier (41, 45, 49), Fuseliez (14, 61), Fuseiller (49, 37), Fuzelier (60, 88), Fuzellier (08).
Fusilier Le nom est surtout porté dans la Corrèze. Il a dû désigner celui qui aiguisait couteaux et armes à l’aide d’un fusil (baguette d’acier pour aiguiser). Le nom de famille Fusil (72, 71, 03) devrait avoir le même sens. Formes voisines : Fusiller (16, 37, 60), Fusillier (62, 85), Fusillet (01). Autre possibilité : variante de Fuselier (voir ce nom).
Fussien Porté en Normandie et dans la Somme, le nom s’écrit aussi Fuscien (18, 76, 02). C’est un nom de baptême (latin Fuscianus formé sur fuscus = sombre), popularisé par saint Fuscien, martyr à Amiens au début du IVe siècle (fête le 11 décembre). Une commune de la Somme s’appelle Saint-Fuscien, une légende voulant que ce soit là que Fuscien et son compagnon Victoric aient eu la tête tranchée.
Fussler Nom porté en Alsace-Lorraine, visiblement dérivé de l’allemand Fuss (= pied). Il pourrait s’agir d’un fantassin, mais ce sens n’est signalé par aucune dictionnaire.
Fustaillon Très rare et porté dans le Gers (Mauléon-d’Armagnac, Préchac-sur-Adour), le nom a parfois été écrit Hustaillon. Il renvoie à l’occitan “futalha” (= bois de charpente, futaille), et a pu être le surnom d’un menuisier ou d’un tonnelier (à noter cependant que le suffixe -on est souvent utilisé dans cette région pour former des toponymes).
Fuster Nom de métier catalan , il s’agit du menuisier ou du charpentier, celui qui travaille le bois (latin fustis > fustarius).
Fustini Probable variante de Faustini (voir Faustin), ce nom italien est surtout porté dans la province de Bologne. Dérivé : Fustinoni (province de Bergame).
Fuzat Nom surtout porté dans l’Isère (variante Fusat dans le Vaucluse). Semble désigner celui qui utilise un fuseau (pour filer), éventuellement celui qui fabrique des fuseaux.
Fyfe Rencontré aussi sous les formes Fife, Fyffe, Phyffe, désigne celui qui est originaire de Fife, en Ecosse (nom d’un ancien royaume).
Fyot Porté dans la Saône-et-Loire et la Haute-Saône, c’est une variante de Fiot (37, 86), diminutif de fils (= jeune fils, peut-être le cadet de la famille). A noter aussi le nom de famille Fy (= fils), surtout porté dans le Poitou. Autre diminutif : Fyon (69, 71).

Retour à la page d’accueil du dictionnaire