A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par L

La Duca-Lageiste
Lagel-Landriau
Landrin-Laseure
Lasgi-Lazzaroni
Le Baccon-Le Meur
Le Mevel-Le Youdec
Léa-Lehelloco
Lehérissier-Lescuyer
Lésébos-Lieffroy
Liégeard-Loisel


Liégeard Porté en Normandie, c’est un nom de personne d’origine germanique, Lietgard (liet = peuple + gard = maison, enclos). Variantes : Liégard (Normandie), Liégeart (Ardennes), Ligeard, Ligeart (Centre).
Liégeois En France, le nom est porté dans les Ardennes et le Nord-Pas-de-Calais. Il est également présent en Belgique, et désigne celui qui est originaire de la ville de Liège ou de l’ancienne principauté ecclésiastique du même nom.
Liégeon C’est dans le Doubs que le nom est le plus répandu, on le rencontre aussi en Bourgogne (21). On trouve la variante rare Liégon dans le Jura. Il semble s’agir d’un diminutif de Liéger, variante régionale de Léger (voir ce nom). Autre possibilité : le nom de personne germanique Leodonus (racine leod = peuple), que l’on retrouve sans doute dans le nom de la commune de Liéhon (57).
Liégey Le nom est porté en Lorraine (54, 88). Il semble que ce soit une autre forme de Liéger, variante du nom de personne Léger (voir ce nom) rencontrée dans la même région. Diminutif : Liégerot (88).
Liénard Correspond au prénom Léonard. C’est un nom de baptême composé d’une racine latine (leo, leonis = lion) et d’une racine germanique (hard = dur). Le patronyme est assez fréquent dans le Nord-Pas-de-Calais et en Picardie. Variantes : Liénart, Liennard, Liennart.
Lienhardt Fréquent en Alsace, c’est une variante de Léonard (voir Liénard). Autres formes : Lienhard, Lienhart, Lienert.
Liens Surtout porté aux Pays-Bas et en Belgique, également présent en Grande-Bretagne, devrait être une forme courte de Lienaert, nom de personne germanique, équivalent du prénom Léonard. Le s final indique un génitif.
Liermain Porté dans le département du Nord, devrait être une variante de Lierman, nom présent dans le même département et en Belgique. On trouve en Alsace la forme similaire Liermann. Sens incertain : peut-être celui qui est originaire de Lier ou Liers, nom de localités en Belgique et en Allemagne. Autre possibilité : celui qui appartient à la famille de Lier, Lüer, formes contractées de Lüder, variante bas-allemande du nom de personne Luther. La meilleure solution semble cependant celle d’un joueur de vielle (allemand “Leiermann”).
Liesenborghs Porté en Belgique, c’est le génitif d’un nom de personne féminin d’origine germanique, mentionné par Förstemann sous la forme Liezeburch. Le dictionnaire des noms de famille en Belgique romane cite aussi les formes plus rares Lieseborghs, Lisenborgh, Lisenborgs. Le second élément (burg = forteresse) entre en composition dans plusieurs autres noms féminins (Adalburgis, Erenburgis, Hildeburgis). Le premier élément est plus incertain (peut-être “liet” = peuple).
Liesse Le nom est surtout porté dans la Somme et le Nord, ainsi qu’en Belgique. On peut évidemment y voir l’évocation de la joie, mais il semble plutôt s’agir d’un toponyme : Liesse est le nom d’une commune de l’Aisne. En Belgique, on peut aussi penser à un diminutif du prénom Elisabeth.
Lietar, Liétar Le nom est porté dans le département du Nord et en Belgique. Variantes : Lietaer, Lietaert, Liétard, Liétart. C’est un nom de personne d’origine germanique, identique à Léotard (voir ce nom).
Liethoudt Egalement Liethoud, Liétout. Nom de personne d’origine germanique, Leotwald (leod = peuple + waldan = gouverner) porté dans le nord de la France.
Lieto Nom italien porté dans la région napolitaine, également présent dans les Alpes-Maritimes. Surnom appliqué à une personne gaie, joyeuse (sens de l’italien “lieto”), c’est également un nom de baptême. Le pluriel filiatif Lieti est beaucoup plus rare. Variante sicilienne et calabraise : Leto.
Lieugaut Rencontré en Lorraine (57, 54), c’est un nom de personne d’origine germanique, Leotgaud, Lietgaud (leot = peuple + gaud = du peuple goth). Variante : Lieugaud.
Liévin, Lievin C’est dans le Nord-Pas-de-Calais que le nom est le plus répandu, ce qui laisse penser qu’il pourrait désigner celui qui est originaire de Liévin, dans le Pas-de-Calais. Attention cependant, Liévin est aussi un nom de personne d’origine germanique, Liubwin (liob = cher, aimé + win = ami), popularisé par saint Liévin, évangélisateur des Flandres, évêque et martyr (on lui a arraché la langue). Le toponyme Liévin est d’ailleurs lui aussi formé sur la racine liob, lieb. Variantes : Lieven, Lievens, Lievins, Liévain. On ajoutera que le prénom Liévin était fréquent en Artois au XVIe siècle.
Lièvremont Porté dans le Doubs, le nom désigne celui qui est originaire de Lièvremont (commune de Maisons-du-Bois-Lièvremont) dans le même département.
Liévrouw, Lievrouw Porté en Belgique et dans le département du Nord, le nom s’écrit aussi Lievevrouw, Lievrow. Il signifie mot à mot en néerlandais “femme aimée” (ou “aimable”). On trouve également en Belgique le nom Lievesoons (= fils aimé, fils chéri).
Liez Le nom est porté en Lorraine (88, 55). Il désigne celui qui est originaire de la commune de Liez (02) ou de divers hameaux ou lieux-dits ainsi appelés. A noter qu’une rivière de la Haute-Marne s’appelle la Liez.
Ligarius Forme latinisée du prénom Ligier, Léger, rencontrée en Guadeloupe.
Ligault Le nom est surtout porté dans le Centre (36, 86, variante : Ligaud), on le rencontre aussi dans l’Yonne. C’est un nom de personne d’origine germanique, Lietgaud selon M.T. Morlet (liet = peuple + gaud = goth). A noter que, à la même page de son dictionnaire, figure une autre définition pour Ligault : homme lige (celui qui a promis fidélité à son seigneur).
Ligen Surtout porté dans le Finistère, le nom semble formé des racines bretonnes les (= avantage) et gen (= race, famille), selon A. Deshayes (Dictionnaire des noms de famille bretons). C’est en tout cas un toponyme à Landrévarzec (29), deux hameaux s’appelant Ligen et Ty Névez-Ligen.
Liger Variante de Léger (voir ce nom) portée notamment dans le Loiret et le Loir-et-Cher. Formes voisines : Ligey (70), Liget (72, 80), Ligez. Diminutifs : Ligereau, Ligeret (72), Ligeron (89, 71), Ligerot (71, 70, 76).
Ligéza Le nom est porté notamment dans les Ardennes. Peut-on le rapprocher de Ligez, variante du prénom médiéval Léger ? Je n’en sais hélas rien !
Ligiardi Forme italienne de Ligeard, nom de personne d’origine germanique (voir Liégeard). Variante : Liggiardi. Les deux noms sont aujourd’hui absents d’Italie. Ils pourraient être d’origine piémontaise.
Ligier Variante de Léger (voir ce nom) portée en Franche-Comté (25).
Ligneul C’est dans la Sarthe et les départements voisins que le nom a toujours été le plus répandu. C’est un dérivé du mot “lin”, peut-être l’ancien français “lignoel” qui a désigné un fil de lin, ou encore le crin dont on faisait des collets pour prendre les petits oiseaux. Il est également possible qu’on ait affaire à un toponyme désignant une terre cultivée en lin : des hameaux de la Mayenne s’appellent Ligneul : l’un à Cossé-le-Vivien (ancien fief), deux autres à Bazouge-des-Alleux (le grand et le petit Ligneul).
Ligniez Rencontré notamment dans le Pas-de-Calais (également Lignez), le nom est plus courant sous les formes Lignier, Lignié. Formé sur l’ancien français ligne (latin linea = fil de lin), il désigne un tisserand en lin ou encore un fabricant de fil.
Lignon C’est dans l’Hérault que le nom est le plus répandu. Il s’agit certainement d’un toponyme : outre une commune de la Marne, deux cours d’eau au moins s’appellent le Lignon (42, 43). Il est possible que le toponyme soit aussi représenté dans l’Hérault, à moins qu’on ait affaire à une déformation de Lignan, nom d’un village de ce département (ce qui semble toutefois douteux).
Ligonesche Le nom semble originaire de l’Ardèche, tout comme sa variante Ligonèche. Il devrait correspondre à un toponyme, mais je n’en trouve aucun qui corresponde, sauf peut-être Ligonès, hameau à Sablières (07), également nom de famille.
Ligot Le nom est porté dans la Sarthe et les départements voisins. Le sens est sans doute identique à celui de Ligault (voir ce nom).
Ligouy Nom rare porté dans le Loiret, où il est mentionné au XVIIIe siècle. Aucune idée sur sa signification.
Lille Le nom n’a certainement rien à voir avec la ville de Lille, puisque c’est dans le Gers et la Loire qu’il a toujours été le plus répandu, tout comme sa variante Lisle (également présente en Seine-et-Marne). Il correspond à un des nombreux toponymes appelés Lisle (L’Isle), qui évoquent une île, parfois aussi un petit groupe de maisons.
Lilliu Le nom est caractéristique du sud de la Sardaigne (province de Cagliari). Il semble s’agir d’un nom de baptême, équivalent de Lillo (patronyme porté dans les Pouilles), qui pourrait correspondre à l’italien “giglio” (= lys, en sarde “lillu”).
Limare Assez courant en Normandie (76, 27), désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. On a le choix entre La Limare, hameau à Brouay (14), ou encore Limare, à Crestot (27) et à Carville-la-Folletiere (76). Un autre hameau s’appelle Haut-Limard à Angerville-Bailleul (76). Variantes : Limard, Limarre. Le toponyme (Limara en 1193 pour le hameau de l’Eure) semble de formation scandinave : on y retrouve le norrois “marr” (= mer, puis lac, étang, mare), le premier élément étant plus obscur.
Limbert Surtout porté dans l’Isère, semble une agglutination de ‘l’Imbert’ (voir Imbert).
Limbertie Désigne celui qui est originaire de Limbertie, nom de hameaux à Saint-Germain-les-Vergnes (19) et à Nieudan (15). Signification : forme agglutinée de l’Imbertie (= le domaine d’Imbert, nom de personne d’origine germanique).
Lime Surtout porté dans le Doubs, pourrait être un toponyme désignant un terrain limoneux. On pensera aussi aux divers sens médiévaux du mot “lime” (= lime, action de limer, tourment, querelle).
Limelette Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique, désigne celui qui est originaire de Limelette, ancienne commune de Wallonie faisant aujourd’hui partie d’Ottignies-Louvain-la-Neuve. Le toponyme est un diminutif de Limal, nom d’une localité voisine.
Liméry Le nom est surtout porté en Martinique, tout comme sa variante Liméri. Je n’en connais pas la signification.
Limet Le nom est surtout porté dans l’Indre et en Île-de-France. Tout comme Lumet, également présent dans l’Indre, ce devrait être un toponyme avec le sens de lieu boueux (ancien français “lum” = limon, boue, fange). Il convient cependant d’être prudent : à Bazoges-en-Pareds (85), Lumet est attesté au XVIIIe siècle comme variante de Guillemet, Guilmet (diminutif de Guillaume).
Limier Rencontré surtout dans le Maine-et-Loire, le nom désignait au moyen âge un chien tenu en laisse, et par métonymie le rabatteur qui conduisait les chasseurs vers le gibier. A noter que parfois les noms Limier et Nimier sont confondus sur les registres (région de Chartres). Mais il est difficile de savoir lequel est une déformation de l’autre.
Limoge Porté notamment dans la Saône-et-Loire (également 36, 79), désigne en principe, tout comme Limoges (03, 79), celui qui est originaire de Limoges (87). Il faut cependant noter que Limoge(s) est un toponyme assez répandu (nom de plusieurs hameaux ainsi que d’une commune en Seine-et-Marne), dérivé du gaulois lemo (= orme).
Limongi Porté en Corse, le nom est également présent en Italie du Sud, au nord de la Calabre. Diminutif : Limongiello (Campanie). Sens incertain. Peut-être une variante régionale de l’italien “limone” (= citron).
Limousin Le nom désigne celui qui est originaire du Limousin. On le rencontre notamment dans l’Indre, la Vendée et la Haute-Loire. Avec le même sens : Limousi (24), Limousis, Limousy, Limouzi, Limouzis, Limouzy (11), Limouzin (85, 17, 42), Limozin (62), Limouzain. Diminutif : Limouzineau (79).
Limouzy Désigne celui qui est originaire du Limousin.
Limpalaer Le nom est porté dans les Côtes-d’Armor. Variantes : Limpaler (22), Limplaire, Lampalaire (56), Lemplair. C’est l’équivalent du français Lempereur (en breton impalaer = empereur). Voir Lempereur pour le sens.
Lin Nom de famille chinois, dont la signification semble varier selon l’intonation de la voix. Avec une intonation montante (lín), il désigne la forêt. Avec une intonation descendante (lìn), son sens demeure obscur.
Lina C’est en Martinique que le nom est aujourd’hui le plus répandu, mais on le rencontre aussi en Belgique, dans la Marne et dans les Vosges. C’est une variante surtout liégeoise du prénom Léonard. Reste à savoir si le sens est bien le même pour les Lina de la Martinique.
Linard Nom assez répandu, rencontré surtout dans le Centre (en particulier dans le Cher), en Champagne-Ardenne et en Lorraine. Dérivé : Linardon (52). Dans bien des cas, il devrait s’agir d’une variante de Liénard (voir ce nom). À envisager aussi une aphérèse de noms tels que Collinard (diminutif de Colin, Collin). Enfin, on n’oubliera pas que plusieurs hameaux, notamment dans la Creuse et la Dordogne, s’appellent Linard.
Linares Originaire de Linares, ville d’Andalousie. Sens du toponyme : champ de lin.
Lincoln Le nom désigne celui qui est originaire de la ville anglaise de Lincoln, dans le comté du Lincolnshire. Sens du toponyme : le domaine, la colonie (latin “colonia”) de Lindo, vieux nom de personne brittonique.
Lincot Surtout porté dans les Côtes-d’Armor, c’est un toponyme composé des mots bretons lein (= sommet, faîte) et coet (= bois), autrement dit le lieu situé en haut du bois. Il existe un hameau appelé Leincoat au Cloître-Saint-Thégonnec (29).
Lincy Le nom est porté en Bretagne (56, 22), on le rencontre aussi en Guadeloupe. Je n’en sais pas plus pour l’instant.
Lind Le nom est notamment porté dans la Moselle. Difficile de savoir s’il correspond à l’adjectif “lind” (= doux) ou au nom “Linde” (= tilleul). Dans le second cas, il s’agirait d’un toponyme devenu nom de famille.
Linda Assez rare, ce nom italien est localisé dans le Frioul. C’est un matronyme, le prénom féminin Linda correspondant à la racine germanique “lind” (= doux), utilisée pour former des noms de personne féminins.
Lindbergh Nom suédois signifiant ‘la montagne au tilleul’. On précisera qu’en Suède de tels noms ne correspondent généralement à aucun lieu précis. Il s’agit de noms ornementaux choisis de façon arbitraire, lorsque l’obligation de porter un patronyme héréditaire s’est imposée (vers les années 1800). Variantes : Lindberg, Lindeberg.
Lindemann Dérivé de l’allemand Linde (= tilleul), le nom est surtout porté dans le Bas-Rhin. Autres graphies : Lindenman, Lindenmann, Lindermann, Lindmann (Alsace-Lorraine), Lindemans (59).
Lindeneher Je ne saurais donner avec certitude l’origine géographique de ce patronyme, mais on y retrouve l’allemand Linde (= tilleul), qui est curieusement à l’origine de très nombreux noms de famille composés. Il se pourrait qu’il ait eu au moyen âge un autre sens, bouclier ou lance selon certains, ce qui expliquerait des formes comme Lindenschmidt (Schmidt = forgeron, artisan). On le trouve aussi dans des noms de famille portés par des juifs, avec une valeur symbolique, par exemple Lindenstrauss (“bouquet de tilleul”). Ceci dit, que signifie au juste -eher dans Lindeneher ? Là encore, je ne sais pas.
Lindimer Difficile à localiser, c’est une variante très rare de Lindemer, nom rencontré pour sa part dans le Territoire de Belfort (également Suisse, Allemagne). Signification probable : celui qui habite un lieu-dit Lindheim ou en est originaire (allemand Linde = tilleul + Heim = maison, pays, village).
Lindon Si le nom est français, il pourrait renvoyer au hameau et au ruisseau du Lindon au Rheu, commune d’Ille-et-Vilaine. Mais Lindon est surtout un nom anglais, également écrit Lyndon, toponyme formé sur l’ancien anglais “lind” (= tilleul).
Lindoso Nom portugais désignant sans doute celui qui est originaire de Lindoso, commune de la province de Viana do Castelo. Le toponyme a eu comme forme ancienne Limitosum, terme évoquant sans doute la présence d’une frontière, d’une limite.
Liné Egalement écrit Linée, devrait désigner un lieu où l’on cultive le lin. Autre possibilité : variante de ‘lignée’ (= alignement), également toponyme. Le nom a été porté dans la Mayenne, mais c’est en Picardie qu’il semble le plus répandu. Pour la Mayenne (Chailland), il s’est transformé en Linais, Linet, Linay, au gré des rédacteurs des différents actes.
Linglet On rencontre surtout le nom dans les Ardennes. Variante belge : Linglez. C’est une déformation de Lenglet, surnom donné à celui qui vient d’Angleterre.
Lino Le nom peut être d’origine sicilienne (province de Palerme). Dans ce cas il s’agit d’une aphérèse de diminutifs tels que Marcellino, Adelino, Angelino, Paolino etc. Mais il y a aussi pas mal de Lino dans le Morbihan, où le sens est évidemment différent : peut-être un diminutif du vannetais “lein” (= sommet, faîte).
Linon Outre la Guadeloupe, où il est aujourd’hui assez fréquent, le nom est porté dans le Lot et le Tarn-et-Garonne. On le rencontre aussi en Belgique. Il paraît lié à la production du lin, à moins qu’il ne s’agisse d’un ancien prénom (hypocoristique de Colin).
Linossier Le nom est surtout porté dans la Loire. Variante : Linocier (07). Il est en rapport avec la culture du lin (cf. l’occitan “linos” = qui produit du lin), et peut désigner soit un producteur de lin, soit celui qui est originaire du hameau de la Linossière à Saint-Sauveur-en-Rue (42).
Linot Surtout porté en Seine-Maritime et en Mayenne, c’est un sobriquet donné à une personne étourdie, d’après le nom de l’oiseau. On trouve la forme Linotte dans l’Est (52, 70).
Linster Le nom est notamment porté dans la Moselle. C’est un toponyme rencontré au Luxembourg, où il entre en composition dans le nom de diverses localités (Altlinster, Junglinster, Bourglinster). Je n’en connais pas le sens. On le retrouve dans le nom de famille Van Linster.
Linstrument Rare et assez étonnant, le nom semble surtout porté dans la Marne. Difficile de savoir ce qu’il a pu représenter : outre son sens actuel d’outil, instrument de musique, il a eu en ancien français celui d’acte juridique (surnom possible d’un clerc de notaire), et en moyen français celui d’organe du corps, en particulier le membre viril.
Linteau Le nom est présent dans la Vienne au moins depuis le XVIIe siècle. Variante probable : Linthaud. Aucune idée précise. Le linteau (écrit lintel) désignait au moyen âge le seuil de la porte, mais je ne vois pas trop le rapport avec un nom de famille.
Linthout Très rare en France (59), le nom est assez courant en Belgique. C’est un toponyme flamand avec le sens de bois de tilleuls (lind + hout). Le nom Linthaud devrait en être une déformation.
Lintingre Nom rare porté notamment dans la Meurthe-et-Moselle, où on le rencontre aussi sous la forme Lindingre. Il correspond sans doute aux noms allemands Lintinger, Lindinger, désignant celui qui est originaire d’une localité appelée Linding (nom d’une commune en Bavière). Le toponyme pourrait avoir le sens de bois de tilleuls.
Lintot Porté surtout dans la Seine-Maritime, désigne celui qui est originaire de Lintot, nom de deux communes de ce département. Signification : lieu où pousse le tilleul (scandinave lind, allemand moderne Linde).
Lintz Egalement écrit Linz, le nom est porté en Alsace-Lorraine. Tout comme Lintzer et Linzer, il désigne celui qui est proginaire de l’une des diverses localités appelées Linz, en Allemagne ou en Autriche. On pensera notamment à Linz am Rhein (Rhénanie-Palatinat).
Lioger Variante du nom de personne Léger (voir ce nom) portée dans la Loire et la Haute-Loire, plus fréquente sous la forme Liogier (07, 42, 43).
Lion Variante de Léon (voir ce nom) portée dans le Nord-Pas-de-Calais et la Somme. Variante ou matronyme : Lionne (59). Diminutifs : Lionet (19, 23, 59), Lionez (62), Lionnet (10, 23). Doubles diminutifs : Lioneton, Lionneton (07). A noter cependant que Lion(n)eton est également le nom de hameaux à Saint-Sauveur-en-Diois (26) et à Saint-Victor (07), ce qui peut laisser envisager une autre solution.
Lions Le patronyme est porté dans le Sud-Est. C’est un ancien nom de baptême, équivalent de Léonce (latin Leontius), popularisé notamment par un évêque de Fréjus. Une commune des Alpes-de-Haute-Provence s’appelle Saint-Lions.
Lionti Le nom est originaire de Sicile, où il s’écrit aussi Leonti, Leonte, Lionte. Il devrait s’agir d’un nom de personne, équivalent de Léon (= lion), mais formé sur le grec “leontos”. À noter que, dans une de ses pièces (“le Conte d’hiver”), Shakespeare donne le nom de Léonte à un de ses personnages, roi de Sicile.
Liorel Nom rare porté dans la Somme et la Seine-Maritime. Sens obscur. Voir Lioret.
Lioret Nom porté dans le Loiret, où l’on trouve aussi la forme Liorette. Sens incertain. Peut-être un toponyme, équivalent de livrée (étendue de terre payant une livre de cens), hypothèse qui semble retenue par M.T. Morlet, mais qui demeure bien fragile.
Liot Porté surtout en Normandie (50, 76), c’est peut-être un nom de personne d’origine germanique, Lioto (racine leod = peuple). Autre possibilité : aphérèse d’Aliot, Eliot (diminutif du prénom Elie).
Liotier Nom de personne d’origine germanique (voir Lautier pour le sens) porté dans la Haute-Loire, la Drôme et le Vaucluse. Variantes : Liottier (26), Liothier (42, 43, 63). On trouve dans la même région les noms Liotard, Liothard, Liottard qui sont des variantes de Léotard (voir ce nom), et Liotaud, Liothaud qui renvoient à Léotaud (voir Liautaud).
Lipietz Francisation du nom polonais Lipiec (dans lequel le c final se prononce ts). Le nom correspond au mois de juillet (lipiec) mais peut aussi être un dérivé de lipa (= le tilleul), un mot qui est notamment à l’origine de la ville de Leipzig.
Lippert Porté notamment dans la Moselle et en Alsace, le nom s’écrit aussi Lippart, Lipphardt. C’est un nom de personne d’origine germanique, Liebhard (lieb = cher, aimé + hard = dur).
Lippi Nom italien très répandu en Toscane. C’est le pluriel de Lippo (Pouilles notamment), aphérèse de Filippo (= Philippe). Forme plus rare : Lippis (Abruzzes).
Lips Surtout néerlandais, le nom est un hypocoristique du prénom Philip (= Philippe), avec s final de filiation.
Liron Le nom de famille est surtout porté dans le Gard. C’est le nom de deux hameaux à Soudorgues (également nom d’une montagne) et à Saint-Martial (30). Le toponyme se rencontre dans d’autres régions sous la forme Le Liron. Sens incertain : peut-être un nom d’homme gaulois (Lirus) suivi du suffixe -onem (d’après Paul Fabre, Dictionnaire des noms de lieux des Cévennes).
Lirzin Porté dans les Côtes-d’Armor et le Finistère, le nom correspond à l’adjectif breton “lirzhin” (= joyeux, gai). Autres formes : Le Lirzin, Lelirzin.
Lis L’un des noms les plus répandus en Pologne, désigne le renard (lis), surnom d’un homme rusé ou d’un rouquin. Dérivés : Lisek, Lisiak, Lisicki, Lisiecki, Lisiewicz, Lisinski, Lisowski, Liszka, Liszewski. Tout comme l’allemand Fuchs, le noms Lis est souvent porté par des juifs askhénazes.
Lisabelle Agglutination de l’article l’ et du nom de baptême féminin Isabelle. Nom très rare. On rencontre un peu plus souvent les formes Lisabaut, Lisabeau, Lisabeaut. Le nom Isabelle (Isabel) est d’origine espagnole. Très fréquent dans les régions voisines de l’Espagne, il s’est développé plus tardivement en France.
Lisch Surtout porté dans la Moselle, ce nom allemand est à rapprocher du slave lis (= renard) ou de l’allemand List (= ruse). Dans tous les cas, il s’agit du surnom d’un homme rusé.
Lisciani Le nom est porté en Italie, à la limite de Marches et des Abruzzes. Il devrait désigner celui qui est originaire de Lisciano, localité située dans les Marches, exactement dans l’aire de distribution du patronyme. A noter aussi la commune de Liscia, dans les Abruzzes, et celle de Lisciano Niccone en Ombrie.
Lisembard Porté dans la Manche et dans l’Orne, le nom se présente aussi sous les formes Lisambard (53, 94), Lisembart, Lizambard, Lizambart (49), à rapprocher de Lisambert (55), Lisembert, Lisenbert (62), Lizambert (52). C’est une agglutination de l’Isembard (voir Izambard pour le sens).
Liska Nom tchèque signifiant ‘renard’ (surnom d’un homme rusé ou d’un rouquin). Avec le même sens : Lisak, Lisek.
Lissague Variante par aphérèse d’Elissague, Elissaga, nom de famille et toponyme basque dérivé de eliza (= église).
Lissandre Hypocoristique d’Alexandre, rencontré essentiellement en Auvergne.
Lissarrague Nom basque rencontré aussi sous la forme Lissarraque. Il désigne celui qui habite près d’un bois de frênes (lizarr + suffixe -aga). Variante : Lizarraga.
Lisse Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique, c’est une probable variante de Lys (voir ce nom), parfois renconté aussi sous la forme Lis.
Lisseillour Variante ancienne de Lissillour (voir ce nom).
Lissillour Nom porté dans les Côtes-d’Armor. Variante : Lissilour. Selon A. Deshayes (Dictionnaire des noms de famille bretons) il faut le rattacher au moyen breton issil, à rapprocher de l’ancien français essillier (= exiler, mais aussi massacrer, tourmenter, piller, dévaster). Difficile de faire un choix, mais on pourrait penser à un bourreau.
Lissorgues Patronyme aveyronnais (variante : Lissorgue). Désigne celui qui est originaire du hameau de Lissorgues, dans la commune de Noailhac (12).
Lissovski Egalement Lissovsky, Lisovski, Lisovsky. Noms russes formés sur la racine lis (= renard).
Liston Nom anglais désignant celui qui est originaire d’une localité ainsi appelée, sans doute Liston, dans le comté d’Essex.
Litaize Nom porté en Lorraine (88, 54). Variante : Litaise. C’est un ancien nom de personne rencontré au Moyen Âge sous la forme Lithuaise (Lithuaise, Lithiaise ou Litaise de Troyes, XIe siècle). Je n’en sais hélas pas plus.
Litalien Surnom donné à celui qui vient d’Italie, rencontré essentiellement en Bretagne (29, 22).
Litard Le nom est rare aujourd’hui et se rencontre surtout dans l’Aisne. C’est une variante du nom de personne d’origine germanique Liétard (voir Léotard pour le sens). Forme alsacienne : Lithard. Le nom italien Litardi (région de Rome) devrait avoir la même origine. De la même façon, le nom Litaud et son diminutif Litaudon (71) renvoient à Liautaud (voir ce nom).
Litou Nom porté dans la Loire-Atlantique, ainsi que dans le Vienne et la Haute-Vienne. C’est un nom de personne d’origine germanique, Lietwulf (liet = peuple + wulf = loup). Variantes : Litolf, Litolff (Alsace), Litout (24, 87), Litoux (17, 79, 58) et peut-être Litoust (49).
Litscher Nom porté dans la Moselle, également présent en Suisse, rencontré en Alsace sous la forme Lischer. Semble désigner celui qui est originaire d’une localité appelée Litsch, Litschen (par exemple Litschen en Saxe). Le dictionnaire de Bahlow (Deutsches Namenlexikon) propose Liskow, dans le Mecklenburg-Poméranie.
Littière Porté dans le Nord et dans l’Aisne (variante : Littierre), le nom paraît certes désigner une litière (avec le sens possible de lit ambulant), mais on pensera aussi à un nom de personne d’origine germanique, Liethari (liet = peuple + hari = armée).
Litwin Nom polonais désignant celui qui est originaire de Lituanie (polonais “Litwa”). Avec le même sens : Litwinski.
Litzler Assez fréquent en Alsace, c’est un sobriquet donné à un homme de petite taille (moyen-haut-allemand lützel = petit). Avec le même sens : Litzellmann, Litzelmann. Variantes : Lützler, Lützeler.
Livé Porté surtout dans les Ardennes, semble être une variante de Livet (72, 71, 69 notamment), nom de sens incertain que M. T. Morlet considère comme une agglutination de l’ivet (= le petit if).
Liveneau Nom très rare porté dans le Maine-et-Loire. Peut-être un diminutif du nom de personne Yvain, avec article antéposé, mais rien de sûr, vu la rareté du nom.
Livi Surtout porté dans la partie centrale de l’Italie, c’est la forme plurielle de Livio, nom de personne italien d’origine latine (Livius), popularisé par san Livio, martyr à Rome, dont la fête est célébrée le 23 février.
Livis Surtout porté dans la Seine-et-Marne (également 59 et Belgique), pourrait désigner celui qui est originaire de la commune de Levis, dans l’Yonne. A noter cependant dans les Ardennes un lieu-dit le Bois des Ivis (Neuville-lès-This), où le nom Ivis pourrait évoquer l’if.
Livois Nom rare porté dans la Manche, rencontré aussi dans le Nord où l’on trouve les variantes Livoy, Livoye. Peut-être un toponyme désignant un lieu où pousse l’if, à rapprocher de la commune de Livaie, dans l’Orne.
Livonnet Le nom est porté dans l’Indre et les départements voisins. Variante : Livonet. Forme similaire : Ivonnet, rencontré au XVIIe siècle dans l’Indre, la Vienne et la Marne. C’est un diminutif d’Ivon, variante d’Yvon (nom de personne équivalent à Yves). Autres formes : Yvonet, Yvonnet (17, 77), L’Yvonnet (22).
Livoury Nom rare attesté dans la Manche depuis le XVIIe siècle. Variante : Livory. Sens incertain. Dans cette région, le -y final peut laisser penser qu’on a affaire à un toponyme, mais la commune d’Ivory se trouve dans le Jura et le hameau de la Liborie (le domaine de Liboire) dans l’Indre-et-Loire (commune de Monts). À envisager éventuellement une variante du breton Ivoric, diminutif d’Ivor, une des formes du prénom Yves.
Livrieri Nom italien porté dans les Pouilles, également présent dans le Piémont et en Lombardie. Il paraît correspondre au français “lévrier”, italianisé en “levriere”, mais c’est loin d’être une certitude. On trouve le nom Levrieri en Emilie-Romagne.
Livron Porté en Belgique et dans le Pas-de-Calais, le nom est difficile à analyser. On pense à celui qui est originaire de Livron, nom de communes dans la Drôme, le Tarn-et-Garonne (Notre-Dame-de-Livron, Saint-Pierre-Livron) et les Pyrénées-Atlantiques, ce qui fait évidemment un peu loin ! On a proposé aussi une forme Oliveron, diminutif d’Olivier. A noter la présence de familles Livron dans le Rhône, dont le nom doit correspondre à la commune de la Drôme.
Lizarazu Nom basque qui désigne un lieu où abondent les frênes (lizar = frêne).
Lizée C’est dans le Maine-et-Loire que le nom est le plus répandu. Variante : Lizé. Il devrait renvoyer à un toponyme, peut-être Izé, nom de deux villages dans la Mayenne et l’Ille-et-Vilaine. On envisagera aussi une variate du nom de baptême Elisée.
Lizeul Nom porté dans la Loire-Atlantique et le Morbihan. Semble correspondre à Izel, patronyme rencontré dans les Côtes-d’Armor, lui-même variante de Uzel, Huel, ancien nom de baptême breton (sans doute au départ Iudhael : iud = seigneur + hael = noble, généreux).
Liziard Le nom est porté dans le Finistère (variante : Liziar). Voir Léziard pour le sens.
Lizoret Nom rare porté dans le Calvados, rencontré sous la forme Lizouret dans le Lot. Il pourrait être d’origine bretonne si l’on en croit la toponymie : il existe un hameau appelé Lizouriet à Langoëlan (56), un autre s’appelle Lizouré à Guissény (29). Mais on pensera surtout à Lisores, commune du Calvados et hameau à Équemauville (14). Le toponyme, rencontré sous la forme Louisourez au XIe siècle, désignerait le domaine de Luxorius, nom d’homme latin.
Lizotte Sembe un diminutif du prénom Elise, tout comme la forme masculine Lizot (16, 86, 59). A noter cependant que M.T. Morlet évoque l’ancien français liset, ver qui ronge les bourgeons de vigne. Le nom Lizotte est rare, on le rencontre notamment dans le Tarn-et-Garonne. A noter l’existence de lieux-dits la Lizotte dans le Cantal et dans le Cher.
Llabour Semble une catalanisation du français labour. Désignerait donc une terre labourable ou bien un laboureur. Voir aussi Labeur pour une autre explication.
Llach Du latin lacus, désigne celui qui habite près d’un lac.
Lladères Sans doute un lieu planté de micocouliers (voir Lladó).
Llado, Lladó Variante de lledó, qui désigne en catalan le fruit du micocoulier (latin vulgaire *lotone, dérivé de lotus). Il s’agit vraisemblablement d’un toponyme devenu patronyme.
Llagonne Désigne sans doute une personne originaire de la commune portant ce nom (La Llagonne, dans les P-O, juste après Montlouis, là où commence le Capcir). Le toponyme Llaguna désigne un étang.
Llagostera Ce nom catalan est un toponyme désignant un lieu où abondent les sauterelles (catalan “llagost”). C’est le nom d’un village dans la province de Girona (Gérone), mais aussi de divers lieux-dits, notamment en Cerdagne française.
Llahi Nom catalan assez rare, dont le sens me paraît obscur.
Llandric Nom catalan qui a pour origine un nom de personne germanique, Landric (land = pays + ric = puissant). On trouve aussi les variantes Llandry, Landric, Landry.
Llanes Nom formé sur llana (= la laine), désignant celui qui travaille la laine.
Llansol Très rare, correspond au catalan llençol (= drap). Sans doute le surnom d’un marchand de draps. On trouve également le nom de famille Llansola, qui paraît évoquer pour sa part une pièce de toile utilisée pour le transport des récoltes.
Llantia Peut-être celui qui utilisait une lampe ou fabriquait des lampes (du latin vulgaire *lantada), mais je n’en ai vraiment aucune certitude.
Llapasset Un nom qui pose problème. Semble lié à un toponyme. On peut envisager un petit passage, mais aussi un rapport avec une plante, la bardane (catalan llapassa, du latin lappacea, dérivé de lappa).
Llarc Sobriquet catalan désignant une personne grande. Variantes : Llarch, Llarg. Diminutif (sans doute filiatif) : Llarguet.
Llati Le nom signifie latin, mais dans quel sens est-il employé ? Difficile à dire. Peut-être celui qui connaissait le latin.
Llaurens voir Laurent.
Llauro Porté surtout dans les Pyrénées-Orientales, désigne celui qui est originaire du village de Llauro, dans le même département. Sens du toponyme (première mention : Laurosone) : le domaine de Lauritius (nom de personne dérivé du latin laurus = laurier).
Llaury Ce nom peut avoir un rapport toponymique avec le laurier (latin laurus), mais il s’agit plus vraisemblablement d’un nom de personne d’origine latine, dérivé de Laurus (voir Laurent). A noter qu’un saint français s’est appelé Laur.
Llavador Nom catalan pouvant avoir deux sens : soit celui qui lave, qui nettoie, soit un lavoir. Le second sens sens préférable, et le nom devrait désigner celui qui habite auprès d’un lavoir, même si le premier sens est également envisageable.
Llaveria Nom catalan dont le sens doit être le même que celui du gascon Claverie (voir ce nom).
Llebret Sans doute catalan, le nom est très rare en Espagne. C’est un dérivé de “llebre” (= lièvre), soit comme diminutif, soit éventuellement comme toponyme (lieu fréquenté par les lièvres).
Llech Originaire de la vallée du Llech, en Conflent (P-O), où se trouvait autrefois la forge de Llech ainsi qu’un petit village.
Lledo, Lledó Le nom désigne en catalan le fruit du micocoulier ( latin vulgaire *lotone, dérivé de lotus). C’est donc un toponyme. On pensera notamment à un village de l’Alt Empordà, près de Figueres. A noter aussi une Vierge appelée la Mare de Deu del Lledó, à Castelló de la Plana. Le patronyme Lledós devrait avoir la même origine.
Llense Nom catalan désignant apparemment un pêcheur par métonymie, la llensa ou llença (du latin lintea) étant un fil à pêche. Autre possibilité, un matronyme formé sur llenç (= toile de lin).
Lleonart, Lléonart Patronyme catalan. Voir Leonard pour le sens.
Llères, Lleres Nom catalan rencontré notamment à Prats-de-Mollo (66). Sens incertain : il pourrait s’agir d’un toponyme correspondant à l’era (= aire pour battre les céréales), prononcé et écrit parfois la (h)iera.
Lleu Autrefois assez courant à Corbère-les-Cabanes (P-O). Peut-être un sobriquet désignant une personne légère ou habile, ce qui est le sens de l’adjectif catalan lleu (latin levis).
Llewellyn Ancien nom de personne gallois de sens assez obscur, mais qui semble formé sur la racine llyw (= chef). Variantes : Llewellin, Llewelyn, Llewhellin, Llywelyn.
Lliboutry Nom rencontré uniquement dans les Pyrénées-Orientales, où l’on trouve aussi la variante Lliboultry. Aucune idée pour l’instant !
Lloancy, Lloansi Nom de personne d’origine germanique, Liudswind, dont les racines sont assez voisines de celles de Louis.
Llobel Nom catalan plus courant sous la forme Llobell. Il devrait correspondre à une forme latine *lupellus, avec le sens de louveteau, et a dû, comme Llop (= loup), être utilisé au Moyen Âge comme nom de personne.
Llobera, Llobères Nom catalan qui correspond à un toponyme : lieu qui est fréquenté par les loups (en français Louvière).
Llobet Diminutif de Llop (voir ce nom), utilisé comme lui en tant que nom de personne au moins dès le Xe siècle.
Llodra Patronyme catalan (Llodrà), qui semble être un nom de personne d’origine germanique, peut-être *Leodhramn (leod = peuple + hramn = corbeau), rencontré sous les formes Liutram et Luodorane au XIe siècle.
Llombart Variante catalane de Lombard (voir ce nom). Autres formes : Llombard, Llompard, Llompart.
Llong Surtout porté à Sorède (P-O), ce nom est un sobriquet désignant une personne grande (vient de l’adjectif archaïque llonch, issu du latin longus).
Llop Ce nom signifie loup (latin lupus), mais il était employé au Moyen Âge comme nom de personne. Plusieurs saints ont d’ailleurs porté ce nom, le plus célèbre étant celui qui défendit Troyes contre Attila au Ve siècle.
Llopart Nom de personne d’origine germanique, Leupard, dérivé de leuba (= estimé). Il est probable que les populations médiévales établissaient une relation entre ce nom et le latin leopardus (léopard).
Llorca Porté en Espagne, le nom peut aussi s’écrire Lorca (Llorca est une forme catalane). Il renvoie à un toponyme désignant un lieu où l’on trouve des terriers de lapins (latin laurica formé sur laurex = lapereau). On pensera en particulier à deux communes dans les provinces de Navarre et de Murcia.
Llord, Llort Un nom catalan, sobriquet qui désigne une personne dont l’aspect n’est pas très agréable (du latin luridus = blême, livide).
Llorens voir Laurent.
Lloret Nom de famille catalan. Vient du latin lauretum (lieu où pousse le laurier) et désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Lloret. On connaît notamment Lloret de Mar et Lloret de Vista Alegre, mais il y en a d’autres.
Lloris Sans doute équivalent catalan de l’espagnol Loriz, désignant le fils de Loro (voir ce nom). Il pourrait cependant s’agir aussi d’un toponyme, comme l’indique la mention médiévale “Mossènyer Garcia de Loris”, qui apparaît dans la Chronique de Pere IV.
Lloubes Dérivé de llop (= loup). Désigne peut-être un expert dans la chasse aux loups, ou bien celui qui habite un lieu où l’on rencontre des loups.
Llouquet Porté dans les Pyrénées-Orientales (surtout à Rivesaltes au XIXe siècle), c’est un diminutif du prénom Luc (en catalan Lluc, Lluch). Variante ancienne : Lluquet.
Lloveras Dérivé de llop (= loup) qui désigne sans doute un lieu où viennent les loups.
Lloyd Nom de famille surtout gallois. Correspond au gallois llwyd (= gris), et semble un surnom donné à celui qui a les cheveux gris.
Lluch, Lluc Patronyme catalan correspondant au nom de baptême Luc (voir Lucas).
Llucia, Lucia Formes catalanes du nom de baptême Lucien (le A final est accentué), popularisé par plusieurs saints. Latin Lucianus < Lucius < lux = la lumière).
Llugany Nom catalan rencontré autrefois à Ille-sur-Tet et à Vinça (66). On trouve la variante Llugain à Eus. Semble correspondre au nom de baptême Lucien (latin Lucianus), mais le catalan connaît déjà pour ce nom la forme Llucià. Peut-être un nom d’origine occitane…
Lluis Equivalent catalan de Louis (voir ce nom).
Llull Patronyme catalan rencontré sous les formes Lulo en castillan, Lullo (Lulli) en italien, souvent écrit Lullus dans les textes médiévaux. C’est un nom de personne d’origine germanique, sans doute *Hlodilo (racine hlod = renommée), popularisé par un saint du VIIIe siècle, disciple de saint Boniface (évangélisateur des Saxons).
Lo Faro Nom italien surtout présent en Sicile, région de Syracuse (variante : Lofaro, région de Messine). C’est un toponyme, nom de diverses localités de l’ouest de la Sicile, désignant un phare ou une tour de guet. On trouve avec le même sens et dans la même région le nom de famille Faro.
Lo Pinto Le nom vient de Sicile, plus précisément de la petite île de Pantelleria. Il correspond à Pinto (voir ce nom) précédé de l’artivcle défini “lo”. Forme féminine : La Pinta, également portée en Sicile.
Lô, Lo Porté dans la Haute-Garonne et les Hautes-Pyrénées, le nom s’écrit aussi Loo (ou encore Loô, Lôo). C’est sans doute un toponyme : un hameau s’appelle Lôo à Sauveterre-de-Comminges (31). Sens obscur.
Loaëc, Loaec Porté dans le Finistère, c’est un dérivé du breton “loa” (= cuillère, au sens figuré et au pluriel “jambes”). Le nom de famille pourrait correspondre au mot “loaieg” (= porteur de béquilles), à condition que ce mot ne soit pas trop récent.
Loarer Surtout porté dans les Côtes-d’Armor, c’est un dérivé du breton “loar” (= la lune), désignant un personnage lunatique, maniaque (“loaraer”). Forme ancienne : Louarer. Variantes : Le Loarer, Le Loirer.
Lobato Espagnol ou portugais, c’est un dérivé de lobo (= loup), sans doute un toponyme. Une commune du nord de l’Espagne s’appelle Lobado.
Lobbé Le nom est porté en Belgique et dans l’Aisne. Formes similaires : Lobbée, Lobé, Lobet. Selon Herbillon et Germain, il faut le rattacher au thème anthroponymique Lob- (voir Lobert). À envisager aussi un rapport avec le peuplier blanc (voir Lobel).
Lobbedez Surtout porté dans le département du Nord, le nom s’écrit aussi Lobbedey. Sens incertain, mais on pourrait penser au surnom d’un tricheur au jeu (ancien français “lober” = tromper, tricher + dé).
Lobel Surtout porté dans le département du Nord et en Belgique (variantes : Lobeau, Lobelle), devrait correspondre à l’ancien français “aubel” (= peuplier blanc).
Lobert Porté en Belgique et dans le département du Nord, c’est un nom de personne d’origine germanique. Deux possibilités : soit Hlodberht (hlod = renommée + berht = brillant), soit Obert (voir ce nom) précédé de l’article défini. Variantes de la première solution : Lobbert, Lobbrecht.
Lobignat Très rare, c’est une variante du nom auvergnat Laubignat, désignant sans doute celui qui est originaire d’une localité appelée Aubignat (voir ce nom). On envisagera aussi celui qui est originaire de Laubignac, village de la commune de Saint-Martin-d’Ary (17).
Lobjois Nom très fréquent dans l’Aisne. Variantes : Lobjeois, Lobjoie, Lobjoit, Lobjoy, Lobgeois, pratiquement toutes dans le même département. Le patronyme a été formé par agglutination de l’article l’, comme l’attestent les formes Objeois, Objoie, Objois, Objoit, elles aussi rencontrées dans l’Aisne. Il s’agit d’une déformation du nom Albigeois (= originaire d’Albi ou de l’Albigeois). Un Jehan Aubegois est présent à Ypres en 1285 (cf Dictionnaire des noms de famille en Belgique romane). Le terme a pu éventuellement s’appliquer à un hérétique ou à celui qui est allé combattre les hérétiques (penser à la Croisade des Albigeois).
Lobo Fréquent en Espagne, le nom désigne le loup en castillan. Il s’agit soit d’un surnom, soit le plus souvent d’un nom de personne correspondant au latin Lupus (voir aussi Lopez).
Lobry Patronyme courant dans le nord de la France. Il pourrait s’agir d’un nom de personne d’origine germanique , Lobric (lob = louange + ric = puissant). Autre possibilité, plus vraisemblable selon moi : l’Obry, nom formé avec un article défini à partir de Obry, variante du nom de baptême Aubry (voir ce nom).
Locatelli Nom italien très répandu en Lombardie. Il désigne celui qui est originaire de Locatello, dans la province de Bergame.
Loch Surtout porté en Moselle, c’est un toponyme avec le sens de trou, cavité. Le nom se rencontre aussi en Bretagne (variante Loc’h), où il désigne un lac, un étang.
Lochard Le nom est porté dans la Mayenne et le Maine-et-Loir, ainsi que dans le Doubs. En Mayenne, on pensera notamment à un dérivé de “loche” (= limace, surnom pour un homme lent). Mais d’autres sens sont possibles : par exemple un goinfre (équivalent de l’ancien français “locheor”) ou un homme boiteux, à la démarche maladroite (ancien français “lochier” = être sur le point de tomber), ou encore une variante de Louchard (= celui qui louche).
Lochelongue Nom rare porté dans l’Indre qui pourrait correspondre au mot “loche” (poisson, également limace). Un hameau de l’Indre s’appelle Lochelongue (commune de Gournay). Reste à savoir si le toponyme est antérieur au nom de famille.
Lochet Porté notamment dans la Sarthe et l’Indre, c’est un diminutif du mot “loche” qui, outre le poisson, a eu le sens de “limace”, et qui dans l’Orléanais désigne aussi le carex, plante des marais. On peut enfin penser à une variante de Loché, nom de diverses communes (37, 41, 71).
Lochu Le nom est surtout porté dans la Mayenne, région où le mot loche servait à désigner la limace. On peut donc envisager un surnom pour un personnage lent, mou. A moins qu’il ne s’agisse d’une variante du breton Lochou (29), toponyme signifiant ‘les cabanes’.
Lock Surnom allemand donné à celui qui a les cheveux bouclés.
Locqueneux Le nom est surtout porté dans l’Aisne. Variantes : Locqueneaux, Loqueneux (02, 59). Sens incertain. Il pourrait correspondre à Locquignol, nom d’une commune du Nord, également hameau à La Groise (59), terme qui évoque apparemment le rossignol.
Locquenies Nom porté dans le département du Nord. Variantes : Locquegnies, Lochegnies. Pourrait désigner celui qui est originaire de Lochegnies, nom d’une ferme à Gaurain-Ramecroix (Hainaut). Source : Dictionnaire des noms de famille en Belgique romane.
Locquet, Loquet Les solutions les plus simples étant parfois les meilleures, on peut penser à un surnom donné à un serrurier. C’est dans le Nord-Pas-de-Calais que le nom est le plus répandu. Etymologie : ancien anglais loc = fermeture (anglais lock = serrure).
Locqueville Porté en Normandie et dans le Nord-Pas-de-Calais, peut désigner celui qui est originaire de Locqueville, hameau à Cahagnes (14), mais on pensera aussi à la commune d’Ocqueville (76).
Locrel Nom porté en Belgique. On trouve en France les variantes Locreille (02) et Locrelle (62). Sens obscur. Peut-être un diminutif du picard loquer (marchand de hardes, de chiffons).
Locret Surtout porté dans la Mayenne, le nom s’écrit aussi Locrai, Locray, Locré. Sens incertain. Il paraît s’agir d’un toponyme lié à l’ocre (terre argileuse), mais je n’en trouve aucune trace, sinon en Belgique où des localités s’appellent Locre, Locrai.
Locteau Nom porté en Vendée et en Charente-Maritime. Sens identique à Octeau (voir ce nom). Variante rare : Loctaux.
Locufier Nom porté en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais. Variante : Loccufier. En Belgique, on trouve aussi les formes Lockefeer et Lecufier, qui ont le même sens. Selon le dictionnaire des noms de famille en Belgique romane, ce serait un surnom donné à un guerrier, celui qui brandit le fer (ancien français lochier = agiter, secouer, en picard loquer).
Lodier Patronyme rencontré en Normandie (28), écrit également Loudier (14). Il semble s’agir d’un nom de personne d’origine germanique (voir Lautier pour le sens). Autre possibilité : terme médiéval désignant un vaurien, un gueux.
Lodin Porté notamment dans l’Ille-et-Vilaine, présent aussi autrefois dans la Haute-Marne, pourrait être une agglutination de “l’Odin” (Odin, nom de personne germanique, racine “od” = richesse).
Lodiot Le nom est surtout porté dans la Haute-Saône (dont il semble originaire) et la Haute-Marne. Ce devrait être une agglutination de “l’Odiot”. Odiot est pour sa part un nom de famille rencontré surtout en Picardie, assez fréquent autrefois dans la Haute-Marne, diminutif probable d’un nom de personne germanique : soit Odier, soit Odil(e), ces deux noms étant formés à partir des racines od (= richesse) et odil (= bien foncier, patrie).
Loé Devrait correspondre à l’ancien français “loé” (= célèbre, renommé). C’est dans le Nord-Pas-de-Calais que le nom est le plus répandu.
Loeuillet Nom très courant en Picardie (variantes ou matronymes : Loeuillette, Loeuilliette), rencontré dans l’Ouest sous la forme Loeillet. Autres variantes : Leuillet, Leuillette, Leuilliette, Leuliet, Leuliette, Leulliette, Leuilliez, Leulliez. Tous ces noms correspondent à un métier, peut-être celui qui fabrique ou vend de l’huile, mais il y a d’autres possibilités : un berger (oeille = brebis) ou un potier (ancien français olier). Aucun rapport par contre avec l’oeillet (fleur). Cette même incertitude se rencontre avec les noms Loeuillier, Leuiller, Leuillier, Leulier, Leuilliot, Leuillot, Leulliot, Loeuillot.
Lofficial Egalement écrit L’official, le nom est originaire soit de Bretagne (56, 29), soit de Corrèze. Le mot “oficial, official” désigne en ancien français un officier public, le plus souvent officier de justice.
Loffreda Nom italien. Matronyme formé sur Loffredo, qui est lui-même une variante de Goffredo, nom de personne d’origine germanique correspondant à Geoffroy (voir ce nom).
Logeay Nom porté en Poitou-Charentes, beaucoup plus fréquent sous la forme Logeais (85, 79, 35). Variante rare : Logais (35). Désigne celui qui habite un lieu-dit la Loge, toponyme très fréquent ayant au départ le sens de cabane.
Logeois Porté dans la Loire-Atlantique et la Vendée, le nom est plus fréquent sous la forme Logeais. Autre variante : Logeay. Il semble désigner celui qui habite un lieu-dit la Loge, les Loges, toponyme très fréquent. Le mot “loge” a eu d’abord le sens de hutte, cabane, mais a pu aussi désigner une tente ou un campement, un abri couvert dans les halles ou les foires, une boutique.
Logez Nom du Nord-Pas-de-Calais. Il peut s’agir d’un lieu-dit, diminutif de loge, désignant au départ une cabane recouverte de feuillage, une hutte (francique *laubja). Autre possibilité : variante ou diminutif de Loger, Logier, nom de personne d’origine germanique (Hlodgari : hlod = louange + gari = lance). Avec le même sens : Loget.
Logghe Nom porté en Belgique, ainsi que dans l’Oise et le Pas-de-Calais. Variante : Loggh. Sens incertain. Pourrait correspondre au néerlandais log (= lent, paresseux).
Lohberger Rare en France et porté dans le Haut-Rhin, désigne en principe celui qui est originaire d’une localité appelée Lohberg(en), nom de diverses communes allemandes. Le toponyme peut avoir le sens de “montagne de feu” (Lohe = feu), mais on pensera plutôt à la “montagne boisée” (moyen-haut-allemand et moyen-bas-allemand “loch” = bois).
Loher Porté dans le Morbihan, c’est un nom de sens incertain, dont la graphie devrait sans doute être “Loc’her”. Rien à voir avec un démarreur (sens moderne du breton “loc’her”), mais le rapport avec un levier (breton “loc’h”) ne peut être écarté. On peut aussi penser à un dérivé de “loc’h” (= étang, lac), mais surtout à une variante de Lohier (voir ce nom).
Lohezic, Lohézic Nom porté dans le Morbihan. C’est un diminutif de Loas, ancien nom de personne formé sur la racine bretonne loes (= action de chasser, expulsion).
Lohier Porté notamment en Bretagne (22, 35, 56) et dans la Manche, également présent dans le Nord, ce devrait être un nom de personne d’origine germanique, Hlodhari (hlod = renommée + hari = armée), équivalent de Lothaire.
Lohisse Equivalent du nom de baptême Louis (Loïs) rencontré en Belgique.
Lohner Nom allemand ou alsacien désignant un journalier et plus généralement un employé (dérivé de “Lohn” = salaire). Cependant, on peut aussi envisager celui qui est originaire d’une localité appelée Lohn ou Lohne (plusieurs communes en Allemagne). Enfin, si le nom s’écrit Löhner, on pensera plutôt à une variante de Lehner (= possesseur d’un fief, d’un domaine agricole).
Loho Porté dans le Morbihan, le nom se rencontre sous la forme Lohou dans les Côtes-d’Armor. Son sens est incertain : peut-être un ancien nom de personne, peut-être un toponyme avec le sens d’étang, marécage (breton loc’h).
Loi Nom italien surtout porté en Sardaigne. On le considère comme un diminutif de Balloi, qui est lui-même un hypocoristique sarde du prénom Salvatore (= Sauveur). Autre hypothèse : un diminutif d’Eloy (= Eloi), prénom apporté en Sardaigne par les Catalans.
Loicq Surtout porté en Belgique, c’est un nom de personne d’origine germanique (Hlodowig), qui correspond au prénom Louis (néerlandais Lodewijk). Variantes : Luyck, Luyckx.
Loiero Patronyme italien qui semble correspondre au français Loyer, nom de personne d’origine germanique (Hlodhari : hlod = louange + hari = armée).
Loillieux Porté en Picardie, le nom désigne un marchand d’huile. Variante : Loilleux (également Loilier, Loillier).
Lointier Le nom est surtout porté dans l’Aisne, et plus généralement dans le nord de la France, y compris en Normandie. Variantes : Loingtier, Lointhier, Lointiez, Louaintié, Louaintier, Louintier. Il devrait désigner un marchand d’oing, de graisse (ancien français “ointier”).
Loiodice Nom italien originaire des Pouilles et signifiant “le juge” (“iodice”, variante de “giudice”). Voir Giudicelli pour en savoir plus.
Loirat Le nom est surtout porté en Loire-Atlantique, mais on le rencontre aussi dans le Tarn-et-Garonne. Il semble indissociable du loir ou de la loutre (appelée loire en ancien français), soit comme surnom, soit comme toponyme : à noter par exemple le hameau du Loirat à Montbert (44). On pourra aussi penser à un hydronyme formé sur la même racine que Loire (étymologie très incertaine).
Loire Surtout porté dans la Somme et dans le Nord (variante : Loir), le nom peut éventuellement évoquer celui qui dort comme un loir, mais on pensera plutôt à une variante de Lhoir (= l’héritier). Dans la région lyonnaise, le nom Loire désigne celui qui est originaire de la commune de Loire-sur-Rhône (69), toponyme venant peut-être du gaulois loutrio (= lieu humide, bain).
Loirette Nom surtout présent dans l’Aveyron, notamment à Millau. On le considère comme un matronyme formé sur Loiret (= la femme de Loiret), lui-même diminutif de Loir, sobriquet appliqué à celui qui dort comme un loir, autrement dit quelqu’un de très peu actif. Il faudrait cependant être sûr qu’aucun toponyme ne porte ce nom dans l’Aveyron, car le nom de famille Loiret n’y est pas représenté et le mot loir n’est pas très occitan.
Loiseau Voir Loisel. Le nom Loiseau est surtout fréquent depuis le Centre jusqu’à l’Ouest. Ensuite, en remontant vers la Normandie, Loisel prend le dessus. Plus au nord et dans l’Est, on trouve la variante Loiseaux (59, 70 notamment).
Loisée Nom rare porté dans le département du Nord. Je n’ai aucune certitude quant à sa signification.
Loisel Le nom LOISEL est surtout fréquent en Normandie (Seine-Maritime notamment) et en Bretagne (Ille-et-Vilaine). Sa variante la plus fréquente est LOISEAU, et bien sûr il s’agit d’un sobriquet comparant celui qui le porte à un oiseau. Pourquoi ? Sans doute à cause de sa légèreté (physique ou morale), mais avec les sobriquets on n’est jamais sûr de rien.

Retour à la page d’accueil du dictionnaire