A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par L

La Duca-Lageiste
Lagel-Landriau
Landrin-Laseure
Lasgi-Lazzaroni
Le Baccon-Le Meur
Le Mevel-Le Youdec
Léa-Lehelloco
Lehérissier-Lescuyer
Lésébos-Lieffroy
Liégeard-Loisel


Landrin Assez fréquent dans l’Ouest (35, 44, 76 notamment), c’est une agglutination de l’Andrin (diminutif d’André).
Landru Surtout porté dans le Pas-de-Calais et dans l’Oise, c’est peut-être un nom de personne d’origine germanique, Landdrud (land = pays + drud = ami). A envisager aussi une variante de Landriu, Landrieu, qui correspondent au patronyme Andrieu (= André).
Landry Nom de personne d’origine germanique, Landric (land = pays + ric = puissant), le patronyme est surtout porté dans le Pas-de-Calais, la Mayenne et la Sarthe, ainsi que dans la région parisienne et dans l’Ain. Un saint Landry (ou Landri) fut évêque de Paris au VIIe siècle. Variantes : Landri, Landric, Landriq (66).
Landurin Nom porté dans le Finistère. Variantes : Landurain, Landuran, Landurant, Landurein, Landuren, Landurien. Surnom donné à un homme vaillant, courageux, endurant. On trouve, dans la même région et avec un sens voisin, le nom de famille Landuré (= endurci).
Landy Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, semble désigner celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. Il pourrait s’agir du Landy, hameau à Ohain (59).
Lane En Normandie et en Picardie, c’est une variante de Lasne (voir Lasnot). Si le nom se rencontre dans le Sud-Ouest, c’est un toponyme, variante de Lanne (= lande).
Lanère Nom rare qui semble originaire des Hautes-Pyrénées. Il faut sans doute le décomposer en “la Nère”, la noire, nom fréquemment donné à des cours d’eau (plus rarement à des montagnes).
Lanérière Nom rare porté en Charente. Il désigne celui qui habite un lieu-dit la Nérière ou en est originaire. On pensera notamment au hameau de la Nérière à Mésanger (44). Le toponyme paraît évoquer un endroit où pousse la vigne sauvage (ancien français “negrier”) ou d’autres plantes à fruits noirs.
Lanero Porté en Espagne (présent aussi en Italie, mais il y est très rare), devrait désigner celui qui travaille la laine.
Lanery Surtout porté autrefois dans le Rhône (variante : Lanerye) et la Saône-et-Loire, c’est une autre forme de Laneyrie (69), à rapprocher aussi des noms Laneurie, Laneurit, Laneury (03). Il s’agit d’un toponyme : un hameau s’appelle Laneyries à Jullié (69), la forme ancienne étant sans doute La Neyrie, de sens incertain, à rapprocher soit de la couleur noire (francoprovençal “nêr”), soit du noyer (“neyer”).
Lanes voir Llanes.
Lanet Porté en Languedoc (11, 34, 81), c’est un toponyme, nom d’une commune de l’Aude et de divers hameaux (Lanet, Le Lanet). Le toponyme est sans doute à rapprocher du gascon “lana” (= lande).
Lanez C’est dans l’Aisne que le nom est le plus répandu. Variante : Lannez (02, 62). Sens très incertain. Il peut correspondre à l’adjectif médiéval “lané”, dérivé de “laine”. Si on considère que le L initial est un article, on peut penser à “l’Hanez” (Hanet = diminutif de Han = Jean), ou encore à “l’anet” (petit canard). Un toponyme évoquant l’aulne peut aussi être envisagé, même si dans cette région on attendrait plutôt une forme du type Lannois, Lannoy.
Lanfant Variante de Lenfant (voir ce nom), le nom est surtout porté dans le Pas-de-Calais et la Marne.
Lanfranchi Forme plurielle de Lanfranco, ce patronyme italien est un nom de personne d’origine germanique, Landfranc (land = pays + franc = du peuple franc). Il est documenté en Italie du Nord dès le IXe siècle sous la forme Lanfrancus.
Lanfredi Surtout porté dans la province de Mantoue, ce nom italien est également présent dans les Alpes-Maritimes. C’est le pluriel filiatif de Lanfredo, nom de personne d’origine germanique formé sur les racines “land” (= pays) et “frid” (= paix).
Lanfroy Porté en Lorraine (54, 88), c’est un nom de personne germanique, Landfrid (land = pays + frid = paix). Avec le même sens : Lanfrais (18), Lanfray (38, 76), Lanfrey (38, 73), Lanfrit (57), Lanfry (14, 76). La forme allemande correspondante est Landfried. Voir aussi Lanfredi.
Lang, Lange Originaire d’Allemagne ou d’Alsace-Lorraine, ce nom est un sobriquet désignant un homme grand (lang = long).
Langavant Nom rare porté dans la Manche, plus courant avec particule (Cléret de Langavant). Il renvoie à Langavant, une ferme située à Saint-Meloir-des-Ondes, près de Cancale (35).
Langbour Porté dans la Moselle, le nom est difficile à analyser car il s’agit forcément d’une déformation. On peut penser au nom de personne Lambour (voir Lambourg) modifié par contamination de l’allemand “lang” (= long). On peut aussi envisager un toponyme Langburg (= la longue forteresse, puis le long bourg, nom d’une commune de Bavière). Dernière possibilité : une déformation de Langberg (= la longue montagne), voire de Lambert (la confusion Langbour/Lambert apparaît sur des actes du XVIIIe siècle).
Langé Difficile de déterminer la répartition géographique, l’état-civil ayant massacré les accents depuis des dizaines d’années, ce qui rend incertaine la distinction entre les Lange et les Langé. Il semble cependant que ces derniers soient concentrés dans l’Indre et l’Indre-et-Loire, leur nom désignant celui qui est originaire de Langé, commune de l’Indre. Signification du toponyme : nom de domaine gallo-romain formé sur le nom de personne latin Lanius, suivi du suffixe -acum (source : E. Nègre, Toponymie générale de la France).
Langehenke Nom allemand formé de l’adjectif lang (= grand) et de Henke, hypocoristique de Henri. Donc, le grand Henri.
Langelé Nom porté en Normandie et en Picardie. Variantes : Langeley, Langelez. On peut évidemment penser à un angelet (nom d’enseigne devenu nom de famille), mais il vaut mieux envisager l’ancien français engelé (= qui a très froid).
Langenbach Patronyme rencontré en Alsace-Lorraine : désigne celui qui habite un lieu-dit ou est originaire d’une localité portant ce nom. Sens du toponyme : le long ruisseau. Variante : Langenbacher.
Langendorfer Désigne celui qui est originaire de Langendorf, nom de très nombreuses localités allemandes. Signification : le long village, le grand village.
Langeois Porté dans le Calvados et les départements voisins, pourrait être un toponyme, variante de Langeais (nom d’une commune de l’Indre-et-Loire), mais je ne trouve rien qui corresponde dans cette région. Aucune idée plus précise.
Langer Porté en Alsace-Lorraine (également Langers), c’est l’équivalent de Lang (= long, grand). Ailleurs (45 notamment), on envisagera deux possibilités : soit le nom de personne germanique Landgari (land = pays + gari = lance), soit une agglutination de l’Anger (voir Anger). Diminutifs pour la forme non alsacienne : Langerault (17), Langereau (49, 79).
Langevin Désigne celui qui est originaire de l’Anjou. C’est évidemment dans l’Ouest que le nom est le plus répandu (14, 72, 44). Variantes : Langevain (28), Langeven (72), Langeuin (76). Matronyme : Langevine (37).
Langibout Agglutination de l’Angibout, nom de personne d’origine germanique, variante de Angibaud (voir ce nom). Le patronyme est présent depuis le XVIIIe siècle dans l’actuel département des Yvelines.
Langiller Le nom est surtout porté dans la Saône-et-Loire. Variantes : Langilier, Langillier, Langelier, Langellier (ces deux derniers noms se rencontrant surtout dans la Manche). Il correspond à l’ancien nom de baptême Angelier, Angellier précédé de l’article défini (voir Angelier).
Langin On trouve surtout le nom dans l’Yonne, la Haute-Savoie et le Calvados. Le dictionnaire de M.-T. Morlet le rattache au mot “engin”, qui signifiait en ancien français “habileté, adresse”, mais aussi “ruse, tromperie”.
Langis Nom tellement rare que je n’arrive même pas à le situer géographiquement (peut-être dans la Marne ?). Pourrait correspondre à une localité qui aurait porté ce nom, proche de formes comme Langeais ou Langey.
Langlès Le nom signifie l’Anglais. Il désigne celui qui vient d’Angleterre ou, éventuellement, d’Aquitaine (région inféodée au roi d’Angleterre). C’est dans les Pyrénées-Atlantiques que le nom est le plus répandu.
Langlet Diminutif de Langle, qui signifie sans doute l’Anglais (même si un sens toponymique lié au nom commun angle n’est pas à exclure). Nom fréquent dans la Marne et l’Oise.
Langlois Variante de Langlais, nom qui désigne une personne d’origine anglaise.
Langlume, Langrume Anglume et angrume sont des variantes du nom enclume, fréquentes dans l’Ouest, notamment en Normandie. Les deux noms Langlume (Maine-et-Loire) et Langrume (Seine-Maritime, Yvelines) sont donc des surnoms désignant un forgeron
Langouët, Langouet Porté dans l’Ille-et-Vilaine, désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom, sans doute la commune de Langouet, dans le même département. Signification : l’ermitage (breton “lann”) du bois (“koad”). Variante : Langoué.
Langry Le nom est porté dans la Seine-et-Marne et dans l’Aube. Variante : Langris (apparue au XIXe siècle). La finale -y semble indiquer qu’il s’agit d’un toponyme (nom de lieu) renvoyant à un ancien village. L’origine pourrait être semblable à celle de Langres (ville et plateau de la Haute-Marne), qui évoque le peuple gaulois des Lingones. A noter dans l’Ouest des hameaux appelés (la) Langrie. Il faut cependant remarquer que, dans le village de Saint-Léger (77), le nom Langry apparaît comme une déformation de Landry (voir ce nom), à moins que ce ne soit l’inverse (les membres d’une même famille sont appelés sur les actes du XVIIIe siècle tantôt Landry, tantôt Langry).
Languereau Le nom est originaire de Bourgogne. Variantes : Langoureau, Langoureaux, Langereux. Il paraît correspondre à l’adjectif “langoureux”, avec le sens de “malade” (puis souffrant de langueur amoureuse, sens attesté à la fin du XIVe siècle).
Languille Le nom est porté dans diverses régions, mais c’est dans le Loiret qu’il a toujours été le plus courant. Il correspond au mot “anguille”, soit comme surnom métaphorique, soit pour désigner un pêcheur d’anguilles. Diminutifs : Languillat (89, 10), Languillet (35, 76), Languillon (80). Autres dérivés : Languillier, Languiller (76), qui désignent soit un pêcheur d’anguilles, soit le conducteur d’une barque longue et étroite appelée “anguille”.
Languin Patronyme porté notamment dans la Seine-et-Marne et les Vosges. C’est un nom de personne d’origine germanique, Langwin (lang = long + win = ami).
Langumier Le nom est porté dans la Nièvre. Sens obscur. Le dictionnaire de M.-T. Morlet envisage celui qui utilise une enclume (ancien français “englume”). A noter dans le même département l’existence du nom Languinier (variante : Languignier), dont Langumier pourrait être éventuellement une déformation graphique. Le sens de ce dernier nom est également incertain : peut-être un architecte (ancien français “engignier”).
Laniau Nom porté dans le département du Nord et en Loire-Atlantique (variante : Laniaud). C’est sans doute une agglutination de l’aniau (= l’agneau, sobriquet), mais il ne s’agit pas d’une certitude.
Laniel Le nom est porté dans la Haute-Loire, en Normandie et en Bretagne. Quelle que soit la région, il semble qu’on ait affaire à une variante de Lagnel, Laignel (voir ces noms). Dans la Haute-Loire, un hameau s’appelle Laniel (commune de Tence), il s’écrivait Laignel en 1522 (“Nemus de Laignel”).
Lanier Le nom désigne celui qui conduit un âne (agglutination de “l’ânier”). C’est en Bourgogne qu’il est le plus répandu.
Lanlignel Nom rare porté dans la Sarthe et les départements voisins (61, 27). Il faut sans doute le rattacher à l’adjectif d’ancien français ‘enlignié’, qui signifiait ‘de bon lignage’.
Lanneau Nom surtout porté dans la Vienne. Deux possibilités : soit celui qui fabrique ou vend des anneaux, soit un diminutif de Lanne (toponyme avec le sens de lande).
Lannel Voir Lanneau pour le sens. Le nom est porté en Normandie (76, 14) et dans la Somme.
Lanni Nom italien fréquent dans le Lazio et le nord de la Campanie. C’est le pluriel de Lanno, un patronyme considéré, tout comme Lando et Landi, comme un hypocoristique d’Orlando (= Roland). Il peut aussi s’agir d’un nom de personne à part entière (Lando, racine land = pays).
Lannoy Fréquent dans le Pas-de-Calais, le nom désigne celui qui est originaire de Lannoy, toponyme fréquent dans le nord de la France : outre les communes de Lannoy dans le Nord et de Lannoy-Cuillère dans l’Oise, on peut citer deux hameaux portant ce nom : dans la Somme (commune de Rue) et dans le Pas-de-Calais (Auxy-le-Château). Sens du toponyme : lieu planté d’aulnes. Variantes : Lannoye, Lannois.
Lannuzel Le nom est fréquent dans le Finistère (variante : Lanuzel). On y retrouve le breton lann (= lieu consacré à un saint) suivi de Uzel, qui correspond à Huel (voir ce nom). Il s’agit donc d’un toponyme devenu nom de famille, sans doute le hameau de Lannuzel à Dirinon (29). Le nom Lannuel a la même origine.
Lanoiselée Surtout porté dans la Nièvre, le nom se rencontre aussi (généralement en Bourgogne) sous les formes Lanoiselé, Lanoiselet, Lanoiselez, Lanoizelé, Lanoizelée, Lanoizelet, Lanoizelez, Lanoizellée. Il désigne celui qui est originaire d’une localité appelée (la) Noiselée, ou formes similaires. On pensera notamment à Noiselée, hameau à Millay (58). Sens probable du toponyme : bois de coudriers (noisetiers).
Lanot Nom surtout porté dans le Sud-Ouest (64, 40), présent aussi en Corrèze. C’est un toponyme, dérivé de Lanne (lana), forme gasconne du mot lande (terre inculte). De très hameaux portent ce nom, aussi bien dans les Landes que dans les Pyrénées-Atlantiques;
Lanoue Le nom est surtout porté dans le Cher (également 89, 94). C’est un toponyme (la Noue) avec le sens de lieu marécageux (gaulois nauda). Diminutif : Lanouette, aujourd’hui porté au Canada, autrefois présent dans le Cher et l’Ille-et-Vilaine.
Lanoux C’est dans l’Aisne que le nom est le plus répandu. Sans doute un toponyme correspondant au mot noue (gaulois nauda = terre humide, marécage). Peut aussi être une variante de Lanux (voir ce nom).
Lanoy Variante de Lannoy (voir ce nom), le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais et l’Oise. Autre forme : Lanoye.
Lanquetin Patronyme surtout présent dans le Doubs. C’est une agglutination de l’Anquetin. Quant à Anquetin, c’est un diminutif d’Anquet, un ancien prénom dont l’origine est difficile à cerner : on peut en faire un dérivé de la racine germanique ans (= nom de divinité païenne), on peut aussi y voir un diminutif de Jean (Johan > Han > Hank). En Normandie, il faut aussi penser à un diminutif d’Anquetil (voir ce nom). Variante : Lanctin (36, 76, 28). Forme voisine : Lanqueteau, contractée en Lancteau (45).
Lanquetot Doit désigner celui qui est originaire de la commune de Lanquetot (76). C’est un toponyme formé à partir de racines scandinaves : topt signifie en effet domaine, et est précédé de lang (= long), donc le long domaine. Variante : Lanctot (Lanctôt). Attention, le nom peut aussi être une variante de Lanqueteau (voir Lanquetin), rencontrée en Savoie.
Lansard Nom porté autrefois dans des régions assez variées, notamment la Sarthe et la région lyonnaise, mais c’est en Savoie qu’il a toujours été le plus fréquent. On le considère généralement comme une agglutination de l’Ansard (voir Ansard). C’est sans doute vrai dans la Sarthe, mais en Savoie l’agglutination de l’article est inusitée, et il faut trouver une autre solution : l’italien connaît le patronyme Lanzardo, formé sur le nom de personne Lanzo (sans doute forme contractée de Lorenzo, comme l’allemand Lenz, ou encore hypocoristique de Lamberto), avec ajout du suffixe péjoratif -ardo (éventuellement la racine germanique hard = dur). Il semble en être de même pour les Lansard savoyards. A noter qu’un hameau de la commune de Saint-Girod (73) s’appelle Lansard.
Lanson Patronyme surtout porté dans le Loiret. Voir Lançon pour le sens.
Lansonneur Variante de Larsonneur (voir ce nom).
Lantan Nom rare porté dans les Alpes-de-Haute-Provence. Pourrait désigner celui qui est originaire de la commune de Lantan, mais celle-ci se trouve dans le Cher. A noter également les noms de famille italiens Lantano, Lantani, eux aussi très rares et dont je ne connais pas le sens.
Lanteigne Porté aujourd’hui au Québec et au Nouveau-Brunswick, le nom est originaire de Normandie (Eure, Calvados, Manche). Variante : Lentaigne (14). Sens incertain, mais plusieurs mentions anciennes avec particule (de Lanteigne) semblent montrer qu’il s’agit d’un nom de localité. Reste à savoir laquelle ! A noter l’existence d’un hameau la Lentaignière à Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont (14).
Lantenois Nom rencontré en Seine-et-Marne et dans les Ardennes. Il correspond à l’ancien français antenois, dérivé de antan (= vieux d’un an). Le nom était donné à un animal âgé d’un an environ, mais il a très vite pris un sens figuré, désignant une personne très âgée (le mot antan a suivi la même évolution, dans laquelle la valeur étymologique a totalement disparu). Donc Lantenois signifierait le vieillard. On évoque parfois un autre sens figuré, celui de personne stupide, mais aucun texte médiéval ne permet de justifier vraiment cette acception, tous les exemples connus évoquant des personnes âgées.
Lanteri Très fréquent à Nice, ce nom est une variante de Lantier, nom de personne d’origine germanique, Landhari (land = pays + hari = armée).
Lanterne Nom porté dans des régions assez diverses : en Dordogne (variante Lanterna dans le Limousin), en Savoie et en Picardie. Le mot lanterne est mentionné au moyen âge dès 1080, avec son sens actuel. Le patronyme semble donc désigner par métonymie soit un fabricant de lanternes (variante Lanternier rencontrée en Savoie), soit un porteur de lanterne. A noter cependant que Lanterne est aussi un toponyme : c’est en particulier le nom d’une rivière et d’un village de la Haute-Saône (étymologie inconnue, mais rien à voir avec une lanterne).
Lantez Porté en Picardie (60, 02), semble être une variante de Lantiez (02). Voir Lantier pour le sens.
Lantheaume, Lanthéaume Patronyme porté dans la Drôme, où l’on trouve la variante Lanthelme. C’est un nom de personne d’origine germanique, Landhelm (land = pays + helm = casque). Autres formes : Lantaume, Lanteaume, Lantelme (84, 13).
Lantier Nom de personne d’origine germanique, Landhari (land = pays + hari = armée). Porté dans diverses régions, c’est apparemment dans la Nièvre et la Loire qu’on le rencontre le plus souvent (ainsi qu’à la Réunion). Variantes : Lantié (Sud-Ouest), Lantieri (Corse), Lantiez, Lanthiez (Aisne), Lanthier (Nord).
Lantran Surtout porté dans l’Eure-et-Loir, où il est attesté depuis le XVIIe siècle, c’est un nom de sens incertain. Un hameau s’appelle Lantran, mais il se trouve à Plouasne (22).
Lantrebecq Surtout porté dans le département du Nord et en Belgique (variantes : Lanterbecq, Lantreibecq, Lentrebecq), le nom renvoie certainement à un toponyme (-becq = cours d’eau), mais je n’arrive pas à le localiser.
Lantz, Lanz Fréquent en Alsace-Lorraine, c’est un nom de personne d’origine germanique, Lantzo, formé sur la racine land (= pays).
Lanu Nom rare dont l’origine géographique est difficile à déterminer : on le rencontrait dans l’Est, mais il semble que ce soit dans l’Ardèche qu’il ait été le plus répandu. Sens obscur.
Lanuc Nom rare porté en Gironde. Voir Lanux pour le sens.
Lanux, Lanusse, Lanus Toponyme du Sud-Ouest (40), qui désigne une lande, un terrain peu fertile.
Lanvin Surtout porté dans l’Oise et la Somme, c’est un nom de personne d’origine germanique, Landwin (land = pays + win = ami). Variantes : Lanvain (54), Lenvin (59).
Lanzac Rare, le nom devrait désigner ce lui qui est originaire de Lanzac, commune du Lot. Sens probable : le domaine de Lanat(i)us, nom de personne latin. On rencontre en Espagne le nom voisin Lanzaco, dont la signification m’est inconnue.
Lanzeray Porté dans le Loir-et-Cher et les départements voisins (45, 28), également rencontré autrefois dans les Yvelines (Limetz-Villez), semble une agglutination de “l’Anzeray”. Quant à Anzeray, c’est un nom de personne d’origine germanique, Anseredus (sans doute Ansrad : ans = nom de divinité + rad = conseil), éponyme de la commune de Bois-Anzeray (27).
Laot Egalement rencontré sous la forme L’Aot, ce nom breton est un toponyme avec le sens de ‘côte, rivage’ (aod, aot). Le nom de famille a été donné à celui qui habitait un lieu-dit l’Aot.
Laouadi Le plus souvent algérien (variante : El Aouadi), c’est l’équivalent de noms arabes tels que Al-Awadi ou Al-Awwadi. Le nom semble lié à un instrument de musique, désignant un luthier ou un fabricant de flûtes (`awwâd). À envisager aussi un dérivé de “awd”, avec notamment le sens de remplaçant (nom donné parfois à un enfant né après le décès d’un autre).
Laoué Le nom est porté dans les Landes et le Lot-et-Garonne. Son sens est obscur, mais il pourrait s’agir d’un toponyme : un cours d’eau s’appelle le Ruisseau de Laoué à Mauléon-d’Armagnac, dans le Gers. Il existe également un hameau du nom de Laouet à Cours-les-Bains, en Gironde. On trouve dans la même région les noms de famille Laouet et Laoués.
Laoufi Ou El Aoufi. Nom correspondant à l’arabe `awf, qui peut avoir plusieurs sens. Il désigne entre autres le lion, le loup et le coq, à quoi on ajoutera un verbe signifiant accomplir, tenir sa promesse ou sa parole.
Lapalme Le nom est beaucoup plus répandu au Québec qu’en France. On peut l’expliquer de deux façons : soit le surnom d’un pèlerin (celui qui rapporte une palme de Jérusalem), soit celui qui est originaire d’une localité appelée La Palme, Lapalme. On pensera notamment à la commune de Lapalme, dans l’Aude. Le sens de ce dernier toponyme (Palma en 814) n’est pas clair. On précisera que les Lapalme du Québec ont pour ancêtre un certain Pierre Janson, dit Lapalme, originaire de Paris.
Lapalus Nom surtout présent dans la Saône-et-Loire. Désigne celui qui est originaire d’une localité, d’un lieu-dit appelé la Palus (= lieu marécageux). Un hameau porte ce nom dans la Côte-d’Or.
Lapaquellerie Rencontré en Saône-et-Loire et dans le Bordelais, le nom désigne celui qui est originaire d’une localité appelée la Paquellerie. Deux hameaux portent ce nom en Charente-Maritime (Préguillac, Saint-Hippolyte), un autre dans la Sarthe (Saint-Calais). Sens probable : pâturage.
Lapara Difficile de se prononcer sans connaître l’origine géographique du nom, qui vers 1900 était surtout présent dans l’Hérault. Cependant, il semble logique d’en faire une variante de Laparra et Laparre, noms portés dans le Sud-Ouest, toponymes évoquant un jardin clos (occitan “parra”). De nombreux hameaux s’appellent Laparra, Laparre, la Parra. Attention cependant : recontré dans les Alpes, le mot “para” désigne un rocher à pic.
Lapasse (de) Désigne celui qui est originaire de Lapasse ou en a détenu la seigneurie. C’est le nom de hameaux à Sainte-Croix-Volvestre (09), Giroussens (81) et Allez-et-Cazeneuve (47). Signification du toponyme : sans doute un passage, un péage (occitan passa).
Laperche Même si on le rencontre parfois dans d’autres régions, c’est dans l’Ille-et-Vilaine que le nom a toujours été le plus répandu. Il désigne celui qui habite un lieu-dit “la Perche” ou en est originaire. Dans l’Ille-et-Vilaine, le toponyme a le sens de “pont”.
Laperle Nom porté en Béarn. Désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom, sans doute le hameau de Laperle (Lembeye, 64). Le sens du toponyme est incertain : perla pourrait être un diminutif du latin petra = pierre. Le terme désigne aussi un pâturage, mais en Bretagne.
Laperlier Nom porté dans le Val-d’Oise, où il est présent au moins depuis le XVIIe siècle. Pourrait désigner celui qui est originaire d’une localité appelée la Perlière, nom d’un hameau à Chambord (27). Sens du toponyme : terre en jachère, pâturage.
Lapérouse, de Lapérouse Le nom renvoie a une localité appelée La Pérouse ou La Peyrouse (= endroit pierreux), toponyme très répandu en France, notamment en pays occitan.
Lapersonne De sens sans doute identique à Personne (voir ce nom), le nom a surtout été porté en Île-de-France. On le rencontrait aussi dans le Sud-Ouest, où il pourrait correspondre à un toponyme : un hameau s’appelle La Personne à Bonas (32), un autre Lapersonne à Aire-sur-l’Adour (40).
Lapetite Matronyme correspondant à Lepetit (voir ce nom), le nom de famille est porté en Bourgogne (58, 71) et dans la Creuse. Variante : Lapetitte (03). On rencontre également la forme Alapetite (36), le fils de “la Petite”.
Lapeyre Désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom (= la pierre, toponyme désignant un lieu rocheux). Une commune des Hautes-Pyrénées s’appelle Lapeyre, ainsi que de nombreux hameaux (La Peyre), notamment dans le Lot (commune de Berganty), le Tarn-et-Garonne (Nègrepelisse), l’Aveyron (Versols) et la Dordogne (Augignac). Le patronyme est très répandu dans le Sud-Ouest (40, 33, 24) et a donné naissance à plusieurs noms composés : Lapeyre-Mirande (variante : Lapeyre dit Mirande), Lapeyre-Delas, Mapeyre-Mensignac, Lapeyre-Soulas.
Lapeyronnie Surtout porté en Dordogne (variante : Lapeyronie), désigne celui qui est originaire de la Peyro(n)nie, nom de divers hameaux (Cendrieux, Saint-Pardoux-la-Rivière). Signification : la ferme, le domaine de Peyron (voir ce nom).
Lapeyroux Nom rencontré dans le Limousin. C’est un toponyme, variante de la forme plus fréquente Lapeyrouse (= lieu pierreux).
Lapèze Nom porté dans le Sud-Ouest, en particulier dans le Gers et dans le Lot. C’est un toponyme (la Pèze), nom entre autres d’un château à la limite de l’Aveyron et du Lot. Je n’en connais pas la signification.
Lapi Typiquement toscan, ce nom italien est la forme plurielle de Lapo, prénom encore utilisé aujourd’hui, hypocoristique de Jacopo (= Jacques). L’équivalence Jacopo/Lapo est attestée dès le XIIIe siècle. Diminutifs : Lapini, Lapucci. On trouve également la forme Lacopo en Sicile.
Lapierre Fréquent dans le Rhône et les départements voisins (42, 71), désigne celui qui habite un lieu-dit la Pierre ou en est originaire. Le toponyme a le sens de “rocher”, et sans doute aussi celui de “forteresse bâtie sur un rocher”. Variante : Lapière (07).
Lapisse Surtout porté dans le Tarn, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Lapisse, la Pisse, toponyme fréquent dans le Sud-Ouest évoquant un petit ruisseau où ne coule qu’un filet d’eau.
Lapize Porté notamment dans la Lozère et le Gard, désigne celui qui habite un lieu-dit la Pize (occitan pisa = auge circulaire pour le bétail, éventuellement pissa, par métaphore ruisseau de faible importance). Le toponyme est surtout présent dans l’Ardèche (hameaux à Pranles, Saint-Martin-de-Valamas et au Cheylard). On trouve dans l’Ardèche les noms de famille composés Lapize de Salée et Lapize de Sallée.
Laplace Nom très fréquent dans toute la France, c’est dans les Pyrénées-Atlantiques qu’il est le plus répandu. En général, il désigne celui qui habite près de la place du village. A noter cependant que le mot place a pu désigner au moyen âge une habitation, et c’est peut-être un tel sens qu’il a en Béarn (éventuellement avec le sens de ferme, métairie).
Laplagne Fréquent dans le Limousin (également présent dans les Hautes-Pyrénénes), désigne celui qui est originaire de la Plagne, toponyme ayant le sens de plateau.
Laplanche Porté notamment dans l’Allier et la Saône-et-Loire, désigne celui qui habite un lieu-dit la Planche, avec le sens de passerelle.
Laplante, La Plante Nom rencontré en Saône-et-Loire et dans le Limousin. Désigne celui qui est originaire d’une localité ainsi appelée (toponyme très fréquent, qui désigne le plus souvent un lieu planté en vignes).
Laplasse Variante de Laplace (voir ce nom), le nom est surtout porté dans les Landes. On le rencontre également en Corrèze, dans le Rhône, ainsi qu’en Belgique.
Lapointe Originaire d’un lieu-dit la Pointe, sommet aigu, également nom du peuplier d’Italie en Vendômois. Il peut aussi s’agir du surnom donné à un graveur ou à celui qui utilise un couteau. C’est dans la Moselle et la Nièvre que le nom est le plus répandu (ainsi qu’en Martinique).
Laporte Désignait la maison située près d’une porte de la ville (autrefois fortifiée).
Laposse Nom de famille rare porté dans le Rhône et dans l’Ain. Je n’en connais pas le sens.
Lapostolet Nom surtout porté en Bourgogne (variante Lapostolest apparemment dans le Tarn). C’est un diminutif de Lapostol (21), qu’il faut sans doute interpréter comme l’Apostol, autrement dit l’apôtre, sobriquet qui a pu être donné à un prêcheur ou à un beau parleur. Le nom de famille Apostol existe aussi, mais il est très rare. A noter cependant qu’on trouve aussi le mot en toponymie (voir Lapostolle).
Lapostolle Nom rencontré en Picardie et en Bourgogne (où on trouve aussi la variante Lapostole). Désigne, du moins en Bourgogne, celui qui est originaire de La Postolle, petit village de l’Yonne. D’autres localités ont dû porter ce nom, dont le sens exact ne m’est pas connu. En fait, il pourrait bien s’agir au départ de l’Apostole (nom d’un hameau de l’Aube, commune de Rouilly-Sacey), qui a dû être aussi un sobriquet comparant une personne à un apôtre ( du latin ecclésiastique apostolus, peut-être le surnom d’un prêcheur). Bref, rien n’est bien clair dans tout ça.
Lapouge Porté notamment en Dordogne et dans l’Indre, désigne celui qui habite un lieu-dit la Pouge ou en est originaire. Sens du toponyme : colline (forme féminine du latin podium). Variantes gasconnes : Lapoudge, Lapoudje, Lapoutge.
Lapous Variante de Labous (= oiseau, voir Labousse), le nom est porté dans le Finistère et les Côtes-d’Armor.
Lapoy Surtout porté dans l’Yonne, c’est une variante de Lapoix, qui semble avoir désigné un producteur de poix ou un lieu où extrait la résine nécessaire à sa fabrication. À noter cependant que Poix est un toponyme assez courant, nom de diverses communes, que les auteurs rattachent soit au poisson (latin “piscis”), soit au sapin (“picea”).
Lapp Fréquent en Alsace (variante : Lappe), c’est une forme ancienne de l’allemand “Laffe” (= nigaud). Autre possibilité : forme ancienne de “Lappen” (= haillon). Le dictionnaire de M.-T. Morlet signale une troisième possibilité : “a signifié aussi un homme grand, fort”.
Laprade Surtout porté en Limousin, c’est un toponyme désignant une prairie.
Lapré Porté dans des régions assez diverses (52, 76, 29 notamment), semble une variante des formes Laprée, Lapret, Lapray, Laprey, surtout portées dans la Saône-et-Loire, qui désignent une prairie, un pré.
Lapresté Nom rare, rencontré à Vigny (95). Apparemment, ce doit être une agglutination de l’apresté, sans doute un sobriquet désignant celui qui est prêt, qui est équipé (sous toute réserve). A noter qu’on rencontre en Bretagne (22) le patronyme Laprestey, dont Lapresté pourrait être une variante, mais dont le sens n’est pas évident non plus.
Laprévotte Le nom vient des Vosges. A moins d’être considéré comme un sobriquet appliqué à une femme autoritaire, il désigne la femme du prévôt (voir ce nom).
Laprise Porté au Québec, le nom est originaire de Niort (premier porteur au Québec : Daniau dit de la Prise). Il désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit “la Prise”, toponyme évoquant un pré, un terrain cultivable pris sur les marais ou sur des terres caillouteuses.
Laprune Le nom est surtout porté dans la Meuse (également 71, 61). Variante : Laprugne (03, 71). C’est un toponyme désignant un verger de pruniers (à noter que Laprugne est une commune de l’Allier). A envisager aussi : un sobriquet lié au fruit (surnom d’un homme petit, à l’image de l’alsacien Pflimlin).
Lapuyade Désigne ce lui qui habite un lieu-dit la Puyade, terme gascon évoquant une côte, un coteau. C’est dans les Pyrénées-Atlantiques que le nom est le plus répandu. On le rencontre en composition : Lapuyade-Aufoo, Lapuyade-Lahorgue.
Laquère, Laquerre Rencontré dans l’Allier, le nom semble être un toponyme désignant un endroit rocheux (racine préromane quer = rocher).
Lara Nom donné à celui qui est originaire de Lara, nom de localité rencontré en Espagne et au Portugal. Il désigne sans doute une lande, une terre inculte (en basque larre).
Larade Nom porté en Martinique et en Poitou-Charentes. Il semble s’agir d’un toponyme évoquant une terre labourée (l’arade), vraisemblablement originaire de la région toulousaine (un quartier de Toulouse s’appelle Larade).
Laradi Porté notamment en Algérie, c’est un nom dont le sens m’est inconnu.
Laramy Très rare, le nom est porté en Charente-Maritime ainsi qu’en Guadeloupe, on le rencontre également aux États-Unis. Même s’il est difficile de se prononcer sans données généalogiques, il devrait correspondre à l’ancien français ramie (= lieu ombragé, ramée). Le nom Laramie existe d’ailleurs aussi aux États-Unis.
Larangé Le nom est porté dans le département du Nord. On trouve aussi en Belgique les formes Larrangé, Larrange. Un lien avec le verbe “arranger” semble improbable. On envisagera plutôt une déformation graphique de “l’harenger” (= marchand de harengs), même si c’est loin d’être une certitude.
Laranjeira Nom portugais désignant sans doute celui qui habite auprès d’un oranger ou d’une orangeraie (portugais “laranjeira” = oranger).
Laravoire Nom surtout porté en Haute-Savoie. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée la Ravoire (= bois de chênes, dérivé du latin robur). A noter la commune de La Ravoire (73), ainsi qu’une vingtaine de hameaux, pour la plupart en Savoie et en Haute-Savoie.
Larbalète Nom porté dans l’Indre. Variante : Larbalette. C’est le surnom métonymique d’un arbalétrier. Formes voisines : Larbalestier, Larbalétier (10), Larbalestrier (59, 62), Larbalétrier (57).
Larbanet Rare, le nom doit être l’équivalent des patronymes Larbaneix, Larbanneix, portés dans la Creuse. Reste à en comprendre le sens, ce qui n’est pas simple. On peut certes penser à un dérivé de l’ancien français “(h)arban”, variante de “herban”, mot qui a été ensuite transformé en “arrière-ban”, mais le sens n’est pas évident pour un nom de famille, même si “herban” a parfois désigné la corvée. On envisagera plutôt des termes occitans : soit “albanet” (bois de saules ou de peupliers blancs, ou encore diminutif du prénom Alban), soit un diminutif du mot “amban”, transformé en “arban” dans certaines régions, avec le sens de galerie couverte des anciens murs d’enceinte.
Larcade Le nom est porté dans le Sud-Ouest, en particulier dans les Hautes-Pyrénées. Variante : Larcada. Il renvoie certainement à un lieu-dit Larcade, l’Arcade (arcada = arche d’un pont en occitan médiéval).
Larcanché Porté dans le Nord-Pas-de-Calais (variante : Larchanché), le nom s’est aussi écrit Larcancher, Larcanger (formes rencontrées notamment dans le Loiret). M.T. Morlet propose pour Larcanger une forme avec article du patronyme Arcanger (53, 61), nom de personne d’origine germanique (Arcangari ou Ercangari : ercan = sincère, excellent + gari = prêt).
Larcat Rare, le nom est porté en Franche-Comté (25, 90). Reste à savoir s’il en est bien originaire. Les plus anciennes mentions connues le situent dans l’Ariège, où il renvoie à la commune de Larcat, dans le même département. On trouve dans l’Aude la variante Larquat. Le toponyme semble formé sur l’occitan “arcat” (= arqué, terme qui pourrait être lié à l’arche d’un pont ou à la forme du village) qui, employé comme nom, désigne aussi la clôture d’un vivier.
Larchenault Variante d’Archenault (voir ce nom) précédée de l’article défini. On trouve ce nom surtout dans le Cher.
Larcher Le nom désigne un archer, éventuellement un fabricant d’arcs. C’est aujourd’hui en Martinique qu’il est le plus répandu. On le rencontre aussi en Seine-Maritime, à Paris et dans plusieurs autres régions. Formes voisines : Larché (33, 40, 88), Larchet (08, 55), Larchey (70, 71, 77), Larchez (55, 57), Larchier (79, 69, 55).
Larchevêque Le nom est porté en Seine-Maritime (variante : Larchevesque) ainsi que dans le Cher. On trouve également la forme Archevêque dans le Loir-et-Cher. C’est l’un des nombreux sobriquet ironiques liés à des titres nobiliaires ou religieux.
Larchillon Porté autrefois dans le Pas-de-Calais, le nom pourrait être un diminutif du prénom Achille, avec présence d’un r épenthétique (l’Achillon > l’Archillon). On rencontre le nom de famille Archille en Normandie (76).
Lardanchet Nom porté dans le Jura. Semble un dérivé de l’ancien français ardence (= ardeur), surnom possible pour un homme ardent. On me signale cependant un terme signifiant ‘mésange’, mais je n’en trouve aucune trace.
Lardeau Surtout porté dans le Berry, c’est apparemment un diminutif du mot lard, surnom probable d’un charcutier. Autre possibilité : hypocoristique d’un nom de baptême terminé par -lard (par exemple Alard).
Larderaz Nom rare qui semble originaire de Haute-Savoie, où il s’écrivait Larderat au XVIIe siècle (communes de Chilly et Frangy). Il est également porté en Suisse. Il devrait évoquer la mésange (francoprovençal “lardera”), soit comme sobriquet, soit éventuellement comme toponyme.
Lardet Nom fréquent dans la Saône-et-Loire (également 01, 69). Diminutif du mot ‘lard’, ce devrait être le surnom d’un charcutier. A noter cependant l’existence de hameaux Lardet à Saint-Péray (07) et à Châteauneuf-du-Rhône (26), ou encore le Lardet à La Ferrière (85).
Lardière Porté notamment en Vendée et dans la région lyonnaise, c’est un toponyme (l’Ardière, l’Ardillère) désignant un terrain argileux. Le rapport avec le lard semble à exclure.
Lardinois Porté surtout dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne celui qui est originaire des Ardennes. Variantes : Lardinais, Lardinoit, Lardinoy, Lardenais, Lardenet, Lardennois, Lardenois, Ardenois, Ardenoy.
Lardon Le nom est surtout porté dans la Haute-Loire et la Loire. Il est certainement lié au hameau des Lardons à Raucoules (43), toponyme déjà mentionné à la fin du Moyen Âge (Locus de Lardo, 1468). Le sens m’en est inconnu, mais il n’y a sans doute aucun rapport avec le lard.
Lardreau Le nom est surtout porté dans la Nièvre, où on le rencontre aussi sous les formes Lardereau, Lardreault, Lardrot, Lardrau (également 71). On pensera à un diminutif de Lardier (= marchand de lard, charcutier), mais un toponyme est également possible (voir Lardière).
Larfouilloux Le nom est porté dans la Saône-et-Loire, mais pourrait être originaire de la Creuse, où un hameau s’appelle Arfouilloux à Gentioux-Pigerolles. C’est en tout cas un toponyme désignant un lieu où pousse le houx : le latin “acrifolium” donne en Limousin une forme *arfolh, qu’on retrouve dans de nombreux toponymes. Noms voisins, évoquant eux aussi le houx : Larfeil, Larfeuil, Larfeuille, Larfouillaud, Larfouillut, tous rencontrés à peu près dans la même région. Il est très possible que le nom Larfaillou, très rare et porté dans le Tarn-et-Garonne, soit une variante de Larfouilloux.
Large Le nom est assez fréquent dans le Rhône et la Saône-et-Loire, on le rencontre aussi en Dordogne. Il désignait en ancien français un homme grand (l’un des sens de l’adjectif ‘large’, qui signifiait aussi ‘généreux’). Diminutifs : Largeau, Largeaud, Largeault (Poitou-Charentes, Vendée), Largeot (10), Larget (51, 70). Double diminutif : Largeteau (33, 50).
Larghero Nom Italien assez rare, porté en Ligurie dans la province de Savone. Il pourrait désigner celui qui est originaire de L’Alguer, en italien Alghero, au nord-ouest de la Sardaigne. On trouve, toujours en Italie, le nom voisin Largher, porté dans le Trentin, mais son sens est totalement différent : c’est un dérivé de l’allemand “Lärche” (= mélèze), surnom possible pour celui qui récoltait la résine (variantes : Larger et surtout Larcher).
Largier Variante de Larguier (voir ce nom) portée dans la Haute-Loire et les départements voisins.
Largillière Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Argillière (terrain argileux, lieu où on extrait l’argile). C’est dans le Nord-Pas-de-Calais que le nom est le plus répandu. Variantes et formes voisines : Largiller, Largillère, Largillet, Largillier.
Larguier Semble correspondre au catalan Llargués, un patronyme dont l’origine n’est pas claire. On peut y voir un dérivé de large (catalan llarg), avec le sens de grand. Selon M.T. Morlet, il s’agirait plutôt de celui qui percevait le droit sur les blés (en ancien français agrier ou argier). Pour ma part, je pense à un surnom désignant une personne généreuse ou dépensière (sens de l’adjectif larguier en occitan).
Largy Nom surtout représenté dans la Saône-et-Loire. Tout comme Largey, il pourrait désigner celui qui est originaire de Largey, hameau à Saint-Didier-sur-Rochefort (42). On pensera aussi à la commune d’Argy (36).
Larhantec Le nom, porté dans le Finistère, signifie en breton ‘l’argenté’, surnom probable pour celui qui a les cheveux argentés. On trouve dans la même région le nom Larhant (= l’argent).
Larichaudy Nom porté à la Réunion, où l’on trouve aussi le nom composé Buisson de Larichaudy. Pourrait désigner celui qui est originaire de La Richaudaie, hameau au Tremblay, dans le Maine-et-Loire, ou encore de La Richaudais, à Vritz et à Fay-de-Bretagne (44). Sens du toponyme : le domaine de Richaud, nom de personne d’origine germanique. Le premier Buisson-Larichaudy à la Réunion venait de Lorient, dans le Morbihan (XVIIIe siècle).
Lariche Deux origines différentes pour ce nom. Soit il s’agit d’un nom français, surtout porté dans la Nièvre, matronyme correspondant à Leriche ou nom de lieu évoquant sans doute une terre riche (une commune de l’Indre-et-Loire s’appelle La Riche). Soit il s’agit d’un nom venu d’Afrique du Nord, contraction de El Ariche, terme apparemment toponymique désignant une habitation, hutte ou cabane notamment.
Laridan Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique. Variantes : Laridans, Laridant, Laridon. C’est l’équivalent de Lorédan, Lorédon, ancien nom de baptême ou surnom correspondant à l’italien Loredano (= de la ville de Loreto, lieu de pèlerinage marial : N.D. de Lorette).
Laridon Nom porté dans le Finistère, rencontré aussi sous les formes L’Haridon, Lharidon, Larridon. Il semble qu’on ait à l’origine un nom de personne, Haridon, de sens incertain mais qui devrait se rattacher à la racine germanique hard (= dur).
Lario Patronyme espagnol, rencontré autrefois comme nom de baptême. Il pourrait s’agir d’une aphérèse de Hilario. Le rapport avec la rivière ne doit cependant pas être négligé : on le trouve dans les noms Larios, Larrios.
Lariotte Nom porté dans la Côte-d’Or et la Haute-Marne. C’est un toponyme formé sur riot, riotte, mots qui désignent un petit ruisseau. Un hameau s’appelle la Riotte à Saint-Victor-sur-Ouche (21), sans compter de nombreux lieux-dits et ruisseaux. Il en est un qui porte un nom charmant : le ruisseau du Cul de la Riotte à Culmont (52).
Lariou Porté au Québec, le nom est originaire du Gers. C’est une variante de Larriou, lui-même variante de Larriu (voir Larrieu).
Larippe Assez rare, le nom a surtout été porté dans l’Ain, le Rhône et les Deux-Sèvres. On le rencontre aussi dans la Nièvre. Il s’est parfois écrit Larippa ou Laripe. Il correspond au mot “rippe”, terme désignant un terrain inculte, autrement dit un toponyme devenu nom de famille.
Larisch Porté en Moselle, ce nom est une variante de Laurisch, une des formes allemandes du prénom Laurent.
Larivière Nom fréquent dans le Nord-Pas-de-Calais. Désigne celui qui habite auprès d’une rivière, ou qui est originaire d’une localité portant ce nom.
Larjean Le nom est porté au Québec. On en trouvait de rares mentions autrefois dans le Cher. On le rapprochera des noms Largen et Largent, portés aujourd’hui dans les départements d’Outre-Mer. Le nom Largent se rencontrait au XVIIe siècle surtout dans la Moselle et le Finistère. Il devrait désigner celui qui est originaire d’un lieu-dit “l’Argent” (sans doute ancienne mine d’argent ou nom de rivière). Pour le Cher, on pensera peut-être à la commune d’Argent.
Larmangeat, Larmanjat Nom porté dans l’Allier (également Larmanjeat). Correspond avec agglutination de l’article, à Armangeat, diminutif du nom de personne d’origine germanique Armanger selon M.T. Morlet (Armingari ou Ermengari : ermen = immense + gari = lance). On trouve, toujours dans l’Allier, la forme Darmangeat (= le fils d’Armangeat).
Larmarange Nom rare porté dans l’Aube. Aucune idée précise, mais il devrait s’agir d’un toponyme à rapprocher de Marange, nom de lieu assez fréquent désignant un endroit marécageux.
Larmet Essentiellement breton (22, 56), désigne celui qui est armé (“armet”, participe passé du verbe “arman” = armer). Le nom de famille est également présent dans les Vosges, je n’en connais pas le sens.
Larminach Nom assez rare rencontré notamment en Lorraine (55). Il correspond au mot Armignac (ou Arminac), variante d’Armagnac. Il peut désigner celui qui vient de cette région, mais bien souvent il renvoie au conflit entre les Armagnacs et les Bourguignons, dans les premières années du XVe siècle, les Armagnacs étant les partisans des ducs d’Orléans, et donc des Parisiens. Le terme est resté vivace en Bourgogne, puisque Balzac signale dans “Les Paysans” qu’on donnait aux Parisiens le qualificatif insultant d’Arminacs. On trouve dans le Berry la forme Larmignat, avec le même sens (également Larminat en Moselle). Plus faciles à déceler, les patronymes Larmagnac et Larmagnat se rencontrent dans le Limousin.
L’Arnaud Forme du prénom Arnaud précédée de l’article défini, très rare et portée dans la région lyonnaise. La variante Larnaud est beaucoup plus courante (07, 85).
Larné Difficile de se prononcer sur ce nom, faute de données géographiques précises. En 1900, c’est dans la Seine-et-Marne qu’il était le plus répandu, mais rien ne dit qu’il en soit originaire. Si le nom vient du Sud-Ouest, ce devrait être un toponyme, nom d’un hameau à Lavardens (32) (voir aussi Arné). S’il vient de l’Est, on pensera plutôt à une variante du prénom Arnaud précédée de l’article défini.
Larnicol Patronyme rencontré en Bretagne (29, 56). Il est présent à Plomeur au moins depuis le milieu du XVIIe siècle. Sa signification est pour moi un mystère. Il existe bien une commune appelée Larnagol dans le Lot, mais le rapprochement semble vraiment difficile à effectuer.
Larno Porté dans le Morbihan, semble une agglutination de “l’Arno”, renvoyant soit au prénom Arnaud, soit plutôt à un ancien nom de personne breton, dont A. Deshayes précise qu’il apparaît sous la forme Arthnou dans le cartulaire de Redon (arth = ours + gnou = connu).
Larnould Le patronyme renvoie au prénom Arnould (voir ce nom), avec agglutination de l’article. Il est porté dans le département du Nord (variante : Larnou). On trouve la forme voisine Larnaud dans l’Ardèche.
Laroche, Larocque, Laroque Le toponyme Roche (Roca, Roque) désigne le plus souvent un ouvrage fortifié au sommet d’un éperon rocheux. Comme patronyme, il désigne une personne originaire de l’une des nombreuses localités portant ce nom. Le nom de famille Laroche est très répandu dans la Dordogne et la Saône-et-Loire (également 63, 17, 70, 69, 86, 36, 02). Les Laroque viennent notamment de la Manche et du Cantal. Quant aux Larocque, rares en France, ils sont surtout présents au Québec.
Laroche-Joubert Porté notamment en Charente, ce nom composé est issu du mariage de Jean Laroche avec Marie Joubert (1807) à La Couronne (16). Laroche : désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom, toponyme très répandu (= rocher, forteresse sur un rocher). Joubert : nom de personne germanique, également écrit Jaubert (gaut = le peuple goth + berht = brillant).
Larochette Nom rencontré dans la région lyonnaise et en Bourgogne. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit la Rochette (= la petite roche, en général nom donné à une petite forteresse).
Laromade (de) Nom très rare porté en Charente. Il renvoie à la Romade, nom de hameaux à Varzay, Thénac, Tanzac et Bois, dans la Charente-Maritime, où un cours d’eau s’appelle aussi la Romade (à Mazerolles). Signification : sans doute un lieu où poussent les ronces (occitan septentrional rome).
Laromiguière Porté dans le Lot, désigne celui qui est originaire de La Romiguière, nom de deux hameaux dans ce département, à Marminiac et Saint-Denis-lès-Martel. Sens du toponyme : lieu couvert de ronces.
Larondelle Rare et porté dans la Marne, le nom évoque en principe l’hirondelle, tout comme Larondeau (72).
Larose Porté dans diverses régions, le nom se rencontre notamment dans le Nord, l’Indre et la Moselle, il est également fréquent au Québec. Il peut s’agir d’un toponyme (nom de divers hameaux), mais on pensera surtout à un surnom (beaucoup de surnoms de soldats sont liés à des fleurs).
Larotte Nom rare, dont l’origine géographique est incertaine. Peut-être le Limousin, où il existe une hauteur appelée Puy Larotte à Peyrat-le-Château (87). A noter aussi l’existence du hameau de la Rotte à Paslières (63). Cependant, le toponyme Rotte est fréquent dans l’Ouest (= route, chemin), ainsi qu’en Lorraine, où il est lié à des cours d’eau. En Savoie enfin, il désigne un lieu éboulé. C’est aujourd’hui en Guadeloupe qu’il y a le plus de Larotte.
Larouanne Nom rare rencontré dans les Ardennes, mais qui n’en est pas forcément originaire (je n’en trouve aucune mention avant le début du XIXe siècle). Il devrait désigner celui qui est originaire d’un lieu-dit “la Rouanne”, toponyme assez courant, notamment dans le Berry, avec le sens de petit cours d’eau, ruisseau, rigole. Cependant, vu le très petit nombre de mentions anciennes, on pourrait avoir aussi affaire à la déformation d’un autre nom, reste à savoir lequel.
Larouche Le nom est aujourd’hui plus fréquent au Canada qu’en France, où on le rencontre cependant dans la Manche et la Nièvre. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit la Rouche. Le mot rouche peut éventuellement être considéré comme une déformation de roche, mais on le rencontre souvent en toponymie avec des acceptions qui renvoient à des lieux marécageux : motte de terre couverte de joncs, carex des marais, iris. Il y a en France un trentaine de hameaux appelés la Rouche : difficile donc de se faire une idée sur l’origine exacte du nom de famille. C’est dans l’Allier, la Nièvre et les Deux-Sèvres que le toponyme est le plus fréquent.
Larour Nom assez fréquent dans le Finistère (variantes : Lareur, Larreur, Larrour, Larher). Désigne celui qui fabrique des coffres, des huches (breton arc’her).
Larousse C’est dans le Loiret que le nom a toujours été le plus répandu. Outre Paris, on le rencontre également dans la Seine-et-Marne et dans l’Yonne, ainsi que dans l’Aveyron. Il peut s’agir d’un surnom pour une femme rousse, mais on doit plutôt avoir affaire à un toponyme (cf. les communes de Rousses en Lozère et des Rousses dans le Jura). Le sens de ce toponyme n’est pas clair : on envisage généralement des terres de couleur rousse. On trouve la forme voisine Larrousse dans les Pyrénées-Atlantiques.
Laroye Porté dans le département du Nord et en Belgique, le nom s’écrit aussi Laroy. Il devrait s’agir d’un toponyme désignant un sillon, une bande de terre, un fossé.
Laroyenne Surtout porté en Haute-Saône, devrait renvoyer à un toponyme, peut-être formé sur “roye” (= sillon, bande de terre, fossé). A noter qu’une localité belge s’appelle Royenne (commune de Grez-Doiceau).
Larqué Patronyme béarnais (64, 65), agglutination de l’arqué, nom donné à un archer ou à un fabricant d’arcs. Variantes : Larquey, Larquié, Larquier.
Larrabé Rare et porté dans les Hautes-Pyrénées, le nom devrait correspondre au gascon “arrabé” (= petite digue de cailloux, notamment utilisée poour la pêche). On ne le confondra pas avec Larraba (40), à rattacher au mot “arraba” (= champ de raves).
Larrabee Assez fréquent aux Etats-Unis, le nom serait selon certains d’origine française. Dans ce cas, on pourrait le rattacher au patronyme gascon Larrabé (voir ce nom).
Larraburu Egalement Larrabure, Larraboure. Nom basque désignant celui qui habite en haut du pâturage (larre = pâturage + buru = tête, sommet).
Larralde Nom basque désignant le lieu situé près d’une lande, d’un pâturage naturel (larre + suffixe -alde).
Larramat Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Arramat, sans doute le hameau de l’Arramat à Mauvezin, dans le Gers. On trouve dans le même département le hameau des Arramats à Ordan-Larroque. Sens du toponyme : gascon arramat, correspondant à l’occitan ramat (= troupeau).
Larramendy Nom basque désignant celui qui habite le lieu-dit Larramendy, le mont du pâturage (larre = pâturage + mendi = montagne). Variante : Larramendi.
Larray Le nom est porté dans la Seine-Maritime ainsi que dans le Rhône (variante : Laray). Il renvoie sans doute à un toponyme : deux hameaux s’appellent Larray, à Billy (41) et à Saint-Pierre-des-Nids (53). On trouve aussi le Larray à Sens-Beaujeu (18). Le mot “larrey” désigne un coteau en Bourgogne. C’est peut-être la bonne explication pour le toponyme, mais on pensera aussi à un nom de personne : la commune de Larrey (21) est souvent expliquée par le nom de personne latin Latrius. A noter enfin que Larray peut être une variante graphique de Larré, nom de communes de l’Orne et du Morbihan.
Larregle, Larrègle Nom porté dans les Pyrénées-Atlantiques, rencontré également sous la forme Arrègle. Semble désigner celui qui est originaire d’Arrègle, hameau de la commune d’Arette, un toponyme à rapprocher du latin regula, au sens religieux (= monastère, terre appartenant à un monastère). On trouve dans le même département les formes Arréglade, Larréglade, à rapprocher du hameau d’Arréglade à Rébénacq. Le nom Larrègle était aussi porté autrefois dans les Landes, où deux hameaux s’appellent Larègle, à Cauneille et à Peyrehorade.
Larrieu, Larriu Nom typique du Sud-Ouest. Désigne celui qui habite près d’un ruisseau, d’une rivière (gascon arriu) ou qui est originaire d’un lieu-dit l’Arriu.
Larripa Nom gascon également écrit Larripe. Il désigne celui qui habite sur la rive d’un cours d’eau.
Larronde Nom porté en Béarn (64). C’est un toponyme d’origine basque (cf le hameau de Larronde à Lahonce, 64) formé des racines larre = lande, terre inculte, mais surtout pâturage + ondo = à proximité, parfois aussi ‘ancien’, également ‘fauché’ (prairie fauchée).
Larroque Fréquent dans le Tarn-et-Garonne et plus généralement dans le Sud-Ouest. Pour le sens, voir Laroche.
Larrose Nom de famille porté dans le Sud-Ouest, notamment dans les Landes. Variante : Larrosa (64, 65), Larroza, Larroze (64, 33). C’est un toponyme assez fréquent en Gascogne, désignant un lieu où pousse le rosier, autrement dit l’églantier.
Larrouilh Voir Larrouy.
Larroumets Porté notamment dans le Cantal, le nom est certainement d’origine gasconne. C’est un toponyme, fréquent dans les Landes, qui désigne un lieu où poussent les ronces (ou autres arbustes épineux). Variante et formes voisines : Larroumet, Larroumec, Larroumecq.
Larrouturou Diminutif de Larrouture, toponyme gascon qui désigne une terre défrichée (ancien français routure = défrichement, latin ruptura = action de rompre). Deux hameaux s’appellent Larrouturou, à Saint-Armou et à Idron-Ousse-Sendets (64). Quatre hameaux portent le nom de Larrouture, à Casteide-Candau, Cabidos, Maspie-Lalonquère-Juillacq et Andoins (64).
Larrouy Nom originaire du sud-ouest (région landaise essentiellement), formé sur Arrouy avec agglutination de l’article, et qui désigne un ruisseau le plus souvent destiné à l’arrosage. Le terme a été latinisé en arrugia, mais il semble avoir une origine basque ou ibère. On trouve l’équivalent en Espagne avec le nom Arroyo.
Larsonneur Le nom est surtout présent dans le Finistère. Il correspond sans doute à un métier, celui qui fabrique des arçons. On a le choix entre des arçons de selle, des arçons pour carder la laine ou encore des petits arcs. A noter cependant qu’en ancien français le mot arsoneor désignait un teigneux. On rencontre aussi en Bretagne les variantes plus rares Lançonneur et Larçonneur. La forme Larsonnier existe dans l’Eure-et-Loir, et l’on trouve des Larçonnier dans l’Eure.
Lartigue Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Artigue, toponyme très répandu dans le Sud-Ouest, où il désigne une terre défrichée par brûlis (parfois aussi une terre en friche). Le nom est surtout porté en Gascogne. Variante : Lartigues. Diminutifs : Lartigau (40), Lartigaud (87, 03), Lartigaut (33, 47), Lartigot (64, 87), Lartigou (64, 65), Lartiguet (64). En composition : Lartiguelongue (40, 32), Lariguevieille, Lartiguevielle (33, 40).
Lartizien Nom surtout porté dans l’Oise. Variantes : Lartisien (62, 80), Lartésien (62). Désigne celui qui est originaire de l’Artois.
Larue Très répandu dans la Saône-et-Loire, également fréquent dans le Sud-Ouest (24 notamment), le nom désigne celui qui habite le lieu-dit la Rue (ferme, maison ou hameau construits le long de la rue ou de la route). Variante savoyarde : Laruaz. Diminutif : Laruelle (59, 02, 36, variante Laruel).
Larzat Surtout porté dans le Puy-de-Dôme, devrait désigner celui qui est originaire de Larzat, hameau et château à Chirat-l’Église (03). Le sens du toponyme paraît identique à celui de Larzac (sans doute le domaine de Laritius, nom de personne latin).
Larzille Plutôt rare. Peut-être un nom des Ardennes. En principe, arzille est une variante de argile, et il s’agit donc sans doute d’un toponyme désignant un terrain argileux.
Larzillière Surtout porté dans l’Aisne, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit l’Arzillière (terrain argileux). Variante : Larzillère. Un lieu-dit porte ce nom à Bassoles-Aulers (02), un autre s’appelle la Grande Arzillère à Chevresis-Monceau (02).
Larzul Surtout porté dans le Finistère, correspond au breton “an Arzul” (en français “l’Arzul”), dans lequel Arzul est une variante du prénom Arthur (racine “arzh” = ours).
Lasala Porté dans les Pyrénées-Atlantiques, c’est une variante de Lassalle (voir Sala pour le sens).
Lasalle Surtout porté en Picardie (également Sud-Ouest, où la forme Lassalle est plus fréquente), désigne celui qui habite un lieu-dit la Salle (maison noble, demeure fortifiée).
Lasbax On rencontre ce nom dans le Sud-Ouest, en particulier dans la Haute-Garonne et le Gers. Variantes : Lasbat, Lasbats, Lasbatx, et, dans les Landes, Lesbat et Lesbats (voir ce nom). C’est un toponyme qui devrait signifier “les vallées” (gascon “vath” = vallée).
Lasbleiz Nom breton (22) désignant un tueur de loups : il est composé du radical du verbe lazan (= tuer) et de bleiz (= loup). Variantes : Lasblei, Lasbleis, Lasbley, Lasbleye (22, 29).
Lascar, Laskar Patronyme porté le plus souvent par des Juifs originaires d’Afrique du Nord. C’est un surnom donné à une personne blonde ou rousse (arabe ‘al ‘ashqar). Variantes : Lachkar, Lachgar. Dérivé possible : Laskari, mais ce dernier nom est le plus souvent une variante de El Askari (en arabe askari = guerrier).
Lascaray Nom de famille basque désignant celui qui habite au-dessus du ruisseau, de la rivière (latsa = cours d’eau + garai = hauteur, dessus).
Lascoumes Nom porté dans les Pyrénées-Atlantiques. On trouve la forme voisine Lascombes dans le Gers (également Lascombe dans l’Ardèche). C’est un toponyme évoquant des vallons encaissés (gaulois cumba). A noter le diminutif Lascoumettes (64, 65).
Lascoutounas Rencontré aussi sous les formes Lascoutouna, Lascoutounax, ce pourrait être un toponyme désignant un lieu caillouteux (du latin cos, cotis = pierres), mais je suis très loin d’en être sûr, d’autant qu’il existe en occitan un terme ‘cotona’ avec le sens de ‘vache blanche’. Le nom semble originaire de Corrèze.
Laseur, Laseure Nom porté en Belgique et dans le département du Nord, également présent dans la Nièvre et le Loiret. Son sens n’est pas assuré. Peut-être une forme féminine de Leseur.

Retour à la page d’accueil du dictionnaire