A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par L

La Duca-Lageiste
Lagel-Landriau
Landrin-Laseure
Lasgi-Lazzaroni
Le Baccon-Le Meur
Le Mevel-Le Youdec
Léa-Lehelloco
Lehérissier-Lescuyer
Lésébos-Lieffroy
Liégeard-Loisel


Lasgi Le nom ne se rencontre qu’en Seine-Maritime, et pourtant il n’a apparemment rien de normand. Une énigme que j’aimerais bien pouvoir résoudre !
Lasheras Nom espagnol désignant celui qui habite un lieu-dit Las Heras ou en est originaire. C’est le nom d’une commune de la province de Palencia (Las Heras de la Peña). Voir Heras pour le sens.
Lashermes C’est dans la Haute-Loire que le nom est le plus répandu. Variante : Lasherme. Il désigne celui qui habite un lieu-dit Les Hermes ou en est originaire. Un hameau du même département porte ce nom (commune de Vielprat). Sens du toponyme : terres incultes, landes.
Lasjuilliarias Egalement Lasjuillarias. Nom porté en Dordogne. Désigne celui qui est originaire des Juilleries, hameau à Champs-Romain (24). Etymologie incertaine. Semble un dérivé de Juille, nom porté surtout dans la Haute-Vienne, qui pourrait être une variante de Jules (M.T. Morlet le rattache pour sa part au mois de juillet, l’étymologie étant de toute façon la même). Autre possibilité : un dérivé ou une variante de l’occitan juèiras, liens de branches flexibles pour maintenir les portillons d’un parc à bestiaux (et peut-être par métonymie parc à bestiaux).
Lasjunies Porté dans le Lot-et-Garonne, désigne celui qui habite un lieu-dit “les Junies” ou en est originaire. C’est le nom d’une commune du Lot, c’est aussi celui de divers hameaux, à Blis-et-Born et à Prigonrieux (24), à Cahors et à Felzins (46). Sens du toponyme : le domaine de Joan (= Jean) ou de Juin, noms de personnes. Concernant la commune du Lot, la forme ancienne “La Johania” (1341) montre bien qu’il s’agit du domaine de Joan.
Lasnier Nom de métier qui signifie l’ânier, autrement dit celui qui conduit un âne. Le nom est fréquent dans la Seine-et-Marne et le Loiret, mais on le trouve dans plusieurs autres régions.
Lasnot Diminutif de Lasne (= l’âne) surnom donné peut-être à un homme têtu ou au possesseur d’un âne. Le nom Lasne est assez fréquent dans le Centre (18, 45). Quant aux Lasnot, assez rares, on les trouve dans l’Aisne. Autres diminutifs : Lasneau (37), Lasnel, Lasnelle (76, 80), Lasnet (10), Lasnon (27, 76).
Lasorne Un nom picard qui, selon le dictionnaire de M.T. Morlet, correspond à un mot d’ancien français ayant le sens de plaisanterie, moquerie. Sans doute le surnom de celui qui aime plaisanter et se moquer des autres.
Laspeyres Porté notamment dans le Gers (également 40, 33), désigne celui qui habite un lieu-dit Laspeyres ou las Peyres (= lieu pierreux). Variante : Laspeyre.
Lasplacettes Patronyme rencontré en Béarn. Diminutif de Lasplaces, présent dans la même région. Désigne celui qui est originaire d’une localité ou habite un lieu-dit portant ce nom. La forme plurielle montre à l’évidence qu’en Béarn le mot plaça (= place) prend souvent un sens particulier, celui de ferme, métairie. Donc Lasplacettes signifie les petites fermes, nom qui a pu être donné à un hameau à l’habitat dispersé.
Lassaigne Nom surtout porté dans le département de la Loire, où l’on trouve aussi la forme Lasseigne (également Lassagne en Périgord). C’est un toponyme très fréquent, qui désigne un lieu marécageux (latin sagna = marais).
Lassalle Nom fréquent dans les Pyrénées (= la salle, voir Sala). A noter que, dans quelques cas assez rares, Lassalle peut aussi être un nom porté par des Juifs askhénazes (= celui qui est originaire de Losslau, en Haute-Silésie, variantes Lassal, Lassel).
Lassalmonie Porté en Charente, désigne celui qui est originaire de la Salmonie, nom de deux hameaux à Chirac et à Torsac (16), également hameaux à La Chapelle-Grésignac (24) et à Livernon (46). Signification du toponyme : le domaine de Salmon (voir ce nom).
Lassard Le nom de famille, assez rare aujourd’hui, a surtout été porté dans la Nièvre, l’Allier et le Loiret. Sens incertain. Il est possible d’y voir le mot “assart”, variante du terme “essart” (terre défrichée).
Lassau Le nom est surtout porté en Gironde. Il s’agit d’un toponyme (l’Assau) de sens incertain. Peut-être une variante de Sault (voir ce nom).
Lassauce Nom porté dans les Vosges et le Territoire de Belfort. Désige celui qui est originaire d’un lieu-dit la Sauce (= lieu où poussent les saules). Variante : Lassausse (88, 51, 56).
Lassaunière Porté dans le Centre (18, 36) et dans l’Yonne (variante : Lasaunière), désigne celui qui habite un lieu-dit La Saunière (lieu d’où l’on extrait le sel) ou en est originaire. Pour l’Yonne, on pensera notamment à un hameau de la commune de Saint-Florentin. A noter aussi la commune de La Saunière (23), qui pourrait être à l’origine des Lassaunière berrichons.
Lassausse C’est au départ un toponyme désignant un lieu planté de saules. Nom renccontré presque exclusivement dans les Vosges.
Lassaussois Porté dans la Nièvre et dans l’Yonne, c’est l’équivalent de Lassaussaie, Lassaussaye (69, 89), toponyme évoquant un bois de saules.
Lasséchère Porté notamment dans la Haute-Vienne, désigne celui qui est originaire de La Séchère, nom de divers hameaux et lieux-dits dans la Charente, la Haute-Vienne, l’Indre et la Dordogne. Sens du toponyme : peut-être un pré sec (sens du mot voisin “sécheron”). C’est à peu près ce sens que Nègre (voir bibliographie) donne pour la commune de Sécheras (07).
Lasselin Porté dans le Nord et dans la Somme (variante : Lasselain), le nom est une forme agglutinée de l’Asselin (voir Asselin et Esselin).
Lasserre Nom surtout porté dans le Sud-Ouest (40, 64). Pour le sens, voir Serra.
Lasseuguette Nom rare porté dans le Sud-Ouest (64, 33). C’est un toponyme, désignant sans doute un lieu où pousse le sureau (occitan saüc), comme le montrent les formes voisines Lassauguette et Lassaugue (64). Rencontré dans la même région, le nom Lasséguette pourrait avoir le même sens, mais on pensera plutôt à l’occitan sega (= ronce, haie).
Lassiale Porté en Limousin, le nom s’écrit aussi Lassiaille. On a certainement affaire à un toponyme (la Siaille), reste à le localiser avec précision. Un hameau s’appelle Siailles (également nom de famille) à Castelculier, dans le Lot-et-Garonne. Signification probable : lieu où pousse le seigle.
Lassignardie Porté dans la Dordogne et le Lot-et-Garonne, désigne celui qui est originaire de La Signardie, nom d’un hameau à Magnac-Lavalette-Villars (16), ou de La Seignardie, hameau à Brignac-la-Plaine (19). On trouve également le nom de famille Seignardie en Corrèze. Sens probable du toponyme : le domaine de Seignard (ou Signard), nom de personne germanique.
Lassince Nom porté dans le Périgord et le Limousin. Aucune idée hélas. Il semble s’agir d’un toponyme, mais je n’en trouve aucune trace.
Lassiste Assez rare, le nom se rencontre dans les Landes. Il renvoie sans doute à un ancien lieu-dit l’Assiste, un toponyme que l’on retrouve dans le Plané d’Assiste, à Bielle (64). Sens incertain, qui peut évoquer le ciste ou le schiste.
Lasson On trouve surtout ce nom dans la Marne. Désigne celui qui est originaire de Lasson. Un ancien village de la Marne porte ce nom, ainsi que deux communes dans l’Yonne et le Calvados.
Lassou Surtout porté en Gironde, c’est sans doute un toponyme. Un hameau s’appelle le Village Lassou à Bois-de-Céné (85). On trouve plus souvent (85, 18) la forme Lassous. Signification : le lieu situé en dessous, le village du dessous.
Lassurguère Nom porté dans les Landes. Il s’agit visiblement d’un toponyme devenu nom de famille. Reste à savoir où peut se trouver un hameau nommé Lasssurguère ou la Surguère, et quel est le sens de cet éventuel toponyme : peut-être un lieu fréquenté par le faucon crécerelle (surguèr). A noter qu’il existe en Charente-Maritime une commune appelée Surgères, et que ce nom signifie cerisaie.
Lassus Nom très fréquent dans le Sud-Ouest (64, 65). Désigne celui qui habitait au-dessus, sans doute au-dessus du village, ou encore au sud. Le contraire, Lajus (= en dessous ou au nord), est également assez courant (40, 64).
Lastelle (de) Nom d’une localité de Normandie, dans la Manche, qui fait partie de la commune de Le Plessis-Lastelle.
Lastennet Surtout porté dans le Finistère, le nom est lié au verbe breton astenn (= étendre, allonger), le sens du surnom restant incertain. Variante : Lastenet.
Lastrucci Nom italien très répandu dans la région de Florence. Semble désigner, comme Lastri, celui qui est originaire de Lastra a Signa, commune de Toscane.
Lasvergnas Surtout porté dans le Limousin, désigne celui qui est originaire d’une localité ou habite un lieu-dit nommé Las Vergnas (= les aulnes).
Latapie L’un des noms les plus portés en Béarn, rencontré aussi dans l’Aveyron. C’est un toponyme qui correspond à l’occitan tàpia, terme désignant le torchis, le pisé, et appliqué à une construction en pisé, souvent une grange. Variantes : Latappy, Latapy, Latapye.
Latchere Porté dans les Pyrénées-Atlantiques, le nom semble basque, formé sur le mot “latx”, qui est soit un diminutif de “latsa” (= cours d’eau, canal), soit un terme désignant le fragon (ou petit houx). A noter cependant l’existence d’un hameau appelé Latcheyre à Castandet (40), soit en dehors de la zone linguistique basque.
Latécoère Nom rare porté dans les Hautes-Pyrénées. Variante ancienne : Latéquoire. Forme plurielle : Lastécoères (32, 65). C’est un toponyme. Un hameau s’appelle Latécoère à Biscarrosse (40), mais on pensera plutôt à Latécouère, autre hameau à Maubourguet (65). Deux explications ont été proposées pour le toponyme : soit un éventuel “tecoera”, signalé par le dictionnaire gascon de Palay avec le sens de maison, abri, hameau, mais qui pourrait aussi désigner tout simplement un terrier de blaireau (voir Tachouères). Soit une forme “tucoera”, dérivée de “tuc” (= colline, tertre).
Latelise Egalement écrit Lathelize, le nom semble venir du Cantal, où il est mentionné au moins depuis le XVIIe siècle (Saint-Cirgues-de-Jordanne). Je n’en connais pas le sens, mais il y a de fortes chances pour qu’il renvoie à un toponyme.
Latella Nom calabrais également écrit La Tella. Il semble que Tella soit ici un matronyme, hypocoristique de Donatella.
Laterrade Nom porté surtout en Aquitaine (33, 64). On trouve aussi la variante rare Laterade dans les Hautes-Pyrénées. C’est un toponyme qui désigne une terrasse (occitan et gascon terrada). Le patronyme correspond donc à celui qui habite le lieu-dit la Terrada.
Laterreur Porté au Québec, c’est certainement un surnom de soldat (donné à celui qui est redoutable au combat ?) devenu par la suite nom de famille. Parmi les migrants ayant porté ce surnom, on a le choix entre Ducros dit Laterreur, venu de Boulogne-sur-Mer, et Cauvin dit Laterreur, venu de Paris (sont également cités Périgord dit Laterreur et Greguin dit Laterreur).
Laterrière Nom relativement rare. Désigne celui qui vit au lieu-dit la Terrière ou qui en est originaire (terrière = lieu d’où on extrait la terre).
Laterza Originaire de la commune italienne de Laterza, en Apulie.
Latger Porté dans le Tarn, le nom s’écrit aussi Latgé. C’est un nom de personne germanique, équivalent de Laugier (voir ce nom), rencontré sous la forme Latgerius dans le cartulaire de l’abbaye de Conques.
Lathieyre Rare, le nom est porté en Limousin (19). On trouve plus fréquemment la forme Lathière (87). Autres graphies : Lathierre, Latière, Latierre, Latieyre. Il s’agit d’un toponyme, pour lequel M.-T. Morlet propose le mot occitan “tiera” (= rangée d’arbres ou de souches, partie du champ longeant une haie). Cependant, on trouve fréquemment des graphies “la Lathière”, “la Latière” qui semblent infirmer cette définition. A noter par exemple la Latière, nom de hameaux à Bujaleuf (87) et à Saint-Aulaye (24), ou encore les Lathières, hameau à Cieux (87), la Lattière, hameau à Monceaux-sur-Dordogne (19), commune où le nom de famille Lathieyre est le plus répandu. Apparemment dérivé de l’occitan “lata” (= baguette, branche, latte), le toponyme pourrait désigner un bois-taillis, mais c’est loin d’être une certitude.
Lathus Le nom est porté dans la Vienne. Variantes : Lathu, Latu, Latus. Il désigne celui qui est originaire de Lathus, commune du même département. Signification du toponyme : sans doute le domaine de Lastus (ou Lastucius), nom d’homme latin.
Latif Nom de personne arabe (laTîf) signifiant “bienveillant”. C’est l’un des noms divins, qu’on rencontre aussi dans le nom de famille Abdellatif. Il est fréquemment employé comme prénom, mais au féminin (Latifa).
Latimier Nom rencontré en Bretagne (22) qui est un dérivé de latin : donc un homme qui connaissait le latin, et qui sans doute devait l’enseigner. On trouve la variante Latinier dans le Morbihan.
Latinis Assez rare en France, le nom est surtout porté en Belgique. Faut-il y voir un latiniste (surnom d’un clerc ou d’un grammairien) ? Peut-être, dans la mesure où le patronyme Lattenist est également porté en Belgique et a le même sens. Autre possibilité, comme pour Latinie : celui qui est originaire d’Attigny, dans le département français des Ardennes.
Lato Relativement rare, le nom peut être d’origine italienne ou polonaise. En Italie, où on le rencontre notamment dans les Pouilles, il devrait correspondre à l’adjectif “lato” (= large). En Pologne, on pensera au nom “lato” (= été, année).
Latouche Désigne celui qui habite un lieu-dit la Touche, toponyme très fréquent (= bois, petite forêt). C’est dans l’Ouest (22, 72) que les Latouche sont les plus nombreux.
Latoui Porté en Algérie, c’est une variante de El Atoui, qui doit lui-même correspondre à El Atawi. Ce dernier nom, porté notamment par un poète abbasside, est sans doute un dérivé de l’arabe “`aTâ” (= don).
Latouille Rencontré en Limousin et dans le Sud-Ouest, c’est un toponyme désignant un lieu où poussent les ajoncs.
Latour Très fréquent, le nom est surtout porté en Aquitaine (24, 33) et dans le Vaucluse. Il désigne celui qui habite un lieu-dit la Tour, toponyme qui se passe de commentaires. Variantes : Latoure, Latoures (64), Latourre (07). Diminutifs : Latourelle (47), Latourette, Latourrette (64).
Latran Nom rare que les plus anciennes mentions situent dans l’Aisne (quelques traces aussi dans l’Oise et en Belgique). Il y a eu également des Latran en Guadeloupe, puis à la Réunion. Sens obscur. Il semblerait que ce soit un surnom, Herbillon et Germain (voir bibliographie) relèvent en effet un Jean Colla dit le Latran à Soiron, en 1625.
Latrasse Le nom est surtout porté dans la Saône-et-Loire, la Nièvre et l’Allier. Variante : Latrace. Il désigne celui qui habite un lieu-dit “la Trasse” (ou “la Trace”), toponyme ayant le sens de haie, en particulier haie faite de branches entrelacées. Avec le même sens et dans la même région : Latraiche, Latreiche, Latrèche. A noter, entre autres, le hameau de La Trasse à Issy-l’Evêque (71).
Latreille Surtout porté en Dordogne, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit la Treille, terme désignant au moyen âge une treille, mais aussi un verger. Variante : Latreilhe.
Latrémoulière Originaire du hameau ou du village portant ce nom. Il s’agit d’un toponyme désignant un lieu planté de trembles (peupliers). Le patronyme se rencontre dans le Massif Central (Corrèze).
Latreuille Nom porté en Poitou-Charentes. Rien à voir avec un filet de pêche (sens évoqué par M.T. Morlet), c’est un toponyme fréquent dans la région, qui pourrait évoquer la présence d’un pressoir à vin (treuil).
Latrige Nom porté dans la Creuse, de sens incertain. Il existe un lieu-dit Les Triges à Gouzon (23), qui laisse penser qu’on pourrait avoir affaire à un toponyme. Quant au sens, je ne vois rien d’autre que le mot “trija”, équivalent limousin de l’occitan “triga” (= impatience, attente).
Latrille Voir Latreille pour le sens. Le nom est porté en Aquitaine (33, 40, 64). Variante : Latrilhe.
Latron Le nom est surtout porté dans le Loir-et-Cher, où on le rencontre aussi sous la forme Lattron. Peut-être un diminutif de lattier (celui qui pose des lattes), mais plutôt celui qui est originaire du Latron, hameau à Allouis (18).
Latronche Porté en Limousin (19, 87) et dans la Haute-Garonne, désigne celui qui habite un lieu-dit Latronche (ou La Tronche) ou en est originaire. Le toponyme, surtout nord-occitan, a le sens de souche d’arbre, terre défrichée par abattage d’arbres. On pensera notamment à la commune de Latronche (19). Diminutif : Latronchette (également écrit Delatronchette), porté dans la Creuse, et qui peut renvoyer aux deux hameaux de La Tronchette, à La Celle-Dunoise et à La Cellette (23).
Latrouite Surtout porté dans la Manche (variante : Latrouitte), c’est un surnom évoquant la truite (soit un pêcheur, soit celui qui est agile comme une truite). Autre forme : Latrouette (14).
Latscha C’est dans le Haut-Rhin que le nom est le plus répandu. Il est porté par des familles originaires du Jura suisse. La signification est incertaine, mais il est fort possible que Latscha soit une déformation de Lachat, un toponyme très fréquent en Savoie, où le mot chat (également chaz) est une variante de chal (= pâturage de montagne, racine prélatine calm).
Lattelais Nom rencontré en Normandie (76), où l’on trouve aussi Attelais (plus rare). Pourrait désigner celui qui est originaire d’une localité appelée Autel (variantes Autets, Authieux, Autheux) nom fréquent en Normandie pour désigner une petite église.
Latteu, Latteux Nom fréquent en Picardie, rencontré aussi sous la forme Latteur. Désigne celui qui fabrique des lattes, le terme ayant au moyen âge le même sens qu’aujourd’hui (pièce de bois refendu, longue et mince, utilisée en charpenterie et en menuiserie).
Latu Le nom est surtout porté dans la Vienne, où l’on trouve aussi la variante Latus. Les formes Latou et Latoux semblent avoir la même origine. Reste à savoir laquelle, car le nom est pour moi bien obscur. Peut-être un toponyme pyrénéen (tou = cavité, caverne, ravin profond).
Latusque Rare et porté dans les Pyrénées-Atlantiques, désigne celui qui habite un lieu-dit Latusque, nom de deux hameaux à Lasseube et à Bruges-Capbis-Mifaget (64). Le toponyme Tusque semble l’équivalent du français Touche (= bosquet).
Latxague Nom basque parfois écrit Latchague. Autres formes : Latsague, Latzague ou, avec une finale non francisée, Latsaga, Latxaga, Latzaga. C’est en principe un toponyme formé sur le nom “latsa” (= cours d’eau, réunion de cours d’eau, canal), avec le suffixe locatif -aga. Même si la formation n’est pas totalement identique, un rapport avec le mot “latsagia” (= lavoir, lieu de la rivière utilisé par les lavandières) semble probable. On notera cependant que le mot “latx” peut aussi désigner le fragon (ou petit-houx), et qu’il n’est pas interdit pour Latxague, Latxaga, de penser à un lieu où abonde cette plante.
Laube C’est dans les Côtes-d’Armor que le nom est le plus répandu. Il s’y écrit en principe Laubé. Il devrait s’agir d’une agglutination de l’Aubé (Aubé étant une autre forme du nom de personne Aubert, portée en Normandie).
Lauberni Tout comme sa variante Lauberny, le nom est porté dans le Sud-Ouest, sans qu’on sache vraiment de quel département il est originaire, car on n’en trouve presque aucune mention ancienne, sinon sous la forme Lauverny dans la Haute-Garonne au XVIIIe siècle. Il pourrait correspondre au hameau de Lauberny à Argenton (47) : ce hameau est appelé Lauvergne sur la carte de Cassini (XVIIIe siècle), mais n’a peut-être rien à voir avec l’Auvergne. On pensera plutôt au mot “vergne”, désignant l’aulne. Il est d’ailleurs très possible que Lauberni, Lauberny soient des variantes de Laverny, nom de famille lui aussi porté dans le Sud-Ouest, également nom de trois hameaux dans le Lot-et-Garonne.
Laubiès Surtout porté dans l’Aveyron, doit désigner celui qui est originaire de Laubiès, hameau à Vabre-Tizac, dans le même département.
Laubreton Le nom est surtout porté en Vendée. Il faut peut-être le rapprocher du nom Aubreton (23), désignant le fils de celui qui s’appelle Breton (ou le fils du Breton). Autre possibilité : un dérivé de “aubre” (= arbre dans l’Ouest).
Laubry Porté notamment dans l’Allier et le Nord, c’est une variante de Aubry (voir ce nom) avec agglutination de l’article défini.
Laucagne Porté dans le Sud-Ouest, le nom s’écrit aussi Laucaigne. C’est un toponyme : un hameau s’appelle Laucagne à Ponson-Dessus (64). On le rapprochera des formes Aucagne, Aucaigne, rencontrées notamment dans la Saône-et-Loire, ainsi que de l’espagnol Ocaña (voir ce nom).
Lauchenauer Nom porté dans le Haut-Rhin, où il est très rare. On le rencontre plus souvent en Suisse, dont il semble originaire. En principe, il devrait désigner celui qui habite un lieu-dit Lauchenau, mais je ne trouve rien qui corresponde. On retrouve dans le nom la finale -au, qui évoque un terrain humide, le premier élément devant être lauch, avec le sens de bocage (moyen-haut-allemand lôh), plutôt que l’allemand moderne Lauch (= poireau).
Laucoin Nom porté en Vendée. C’est une agglutination de l’Aucoin, le nom Aucoin (85, 58, 77) étant un patronyme d’origine germanique (Alhwin : alah = temple + win = ami).
Laudebat Nom surtout porté dans les Landes. En principe, c’est un toponyme formé du gascon “lau” (= éboulis, terrain vague, lande) et de “debat” (= situé au nord ou en bas). Un hameau ou une ferme s’appelle Laudebaigt à Labatut (40). À noter cependant l’existence du nom de famille Laude-de-Haut, qui laisserait supposer une autre origine.
Laudié Un nom que l’on trouve surtout en Salanque (P-O). Semble correspondre au patronyme de Catalogne du sud Llauder, qui peut s’interpréter de deux façons différentes. Soit un nom de personne germanique, Leudocharius, documenté en 833 sous la forme Leutharius. Soit, et l’hypothèse me séduit assez, une fonction ancienne, celle du lleuder, chargé de percevoir le droit de leudes sur les marchandises entrant dans la ville. On évoque parfois aussi celui qui chantait l’office des laudes, mais je n’y crois guère.
Lauduique Porté dans le Nord, devrait être une francisation du néerlandais Lodewijk (= Louis).
Lauga Nom très courant en Gascogne. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Lauga, l’Auga, toponyme fréquent dans cette région, formé sur augar = terrain marécageux. Variantes : Laugaa, Laugar. Diminutifs : Laugareil, Laugaret, Laugarette, Laugaro, Laugarot. On trouve avec le même sens les noms Auga, Dauga, Daugas.
Laugé Variante de Laugier (voir ce nom) portée dans l’Hérault et le Morbihan.
Laugel Porté en Alsace, en particulier dans le Bas-Rhin, pourrait être un diminutif de Lauk, Lauck (des noms qui correspondent à Luc, ou qui sont des formes courtes de Lauckhardt, ancien nom de personne). Le rapport avec l’allemand “Lauge” (= lessive) semble douteux.
Lauger Variante de Laugier (voir ce nom), portée notamment dans la Sarthe et le Tarn.
Laugier Nom de personne d’origine germanique, qui est une variante méridionale (Sud-Est) de Léger. Etymologie : Leodgari (leod = peuple + gari = lance). Variante : Laugié.
Laugueux Déformation du nom Laugeux, originaire de l’Eure. Il existe un hameau appelé Laugeux à Saint-Pierre-du-Mesnil (27). Reste à savoir si le toponyme est antérieur au nom de famille. Le sens est de toute façon incertain, même si un rapport avec le pays d’Auge semble possible, ce qui est le cas pour le nom voisin Laugeois (= originaire du pays d’Auge).
Laulan Nom porté dans le Sud-Ouest (33, 47, 40). C’est un toponyme évoquant le noisetier (gascon aulan, du latin abellana = noisette). A noter les hameaux de Laulan à Listrac-Médoc, Saint-Médard-en-Jalles et Léogeats (33). Avec le même sens : Laulanet (24), Laulaney (33).
Laulhère Porté dans le Sud-Ouest (64, 65), le nom devrait désigner une bergerie (gascon “aulha” = jeune brebis, latin “ovicula”). En composition : Laulhère-Vignau, Laulhère-Vigneau (64). Quant au nom Laulhé, porté dans la même région, il désigne un berger. Variante : Lauilhé. En composition : Laulhé dit Herrou, Laulhé dit Pirou, Laulhé-Artigole. Le nom Laulheret (64) peut avoir le sens de petit berger ou petite bergerie. Autre nom de la même famille : Laulhau (64).
Laulom Nom gascon surtout porté dans les Landes. Il désigne celui qui habite Laulon, nom de hameaux à Pouillon (Laulon de Bidaou) et à Uchacq-et-Parentis, deux communes landaises. Signification possible : le mauvais orme (aul = mauvais en occitan).
Laumet Patronyme surtout porté dans le Tarn-et-Garonne, également présent dans le Lot-et-Garonne. Désigne celui qui est originaire d’une localité ou qui habite un lieu-dit portant ce nom. On trouve le toponyme dans l’Aveyron (près de Millau) et dans le Lot (Cajarc). Sens obscur : peut-être un lieu où poussent des lames, variétés de roseaux (latin lamina). A noter pour la petite histoire qu’une branche des Laumet est à l’origine des automobiles Cadillac (Laumet de Lamothe-Cadillac).
Laumond C’est dans la Corrèze que le nom est le plus répandu. Il est également présent dans l’Aveyron, où on trouve aussi la graphie Laumon. On peut penser à une forme “l’Aumond”, correspondant au nom de personne germanique Aumond. On notera cependant que divers hameaux s’appellent Laumond : à Albussac et Sérilhac (19), au Roc (46) et à Nérac (47).
Laumonier, Laumônier Nom porté dans la Vienne et en Gironde. L’aumônier était au moyen âge soit celui qui fait l’aumône, soit celui qui demande l’aumône, un mendiant. C’est sans doute ce dernier sens qu’il faut retenir pour le patronyme. Variantes : Laumonnier (53), Lomonier (18), Aumonier, Aumonnier (79).
Launay Fréquent dans l’Orne et la Sarthe, c’est un toponyme qui désigne un lieu planté d’aulnes.
Launspach Porté en Allemagne et aux Pays-Bas, pourrait être une variante de Launsbach, nom d’une commune allemande (Hesse).
Laupie, Laupies Nom fréquent dans le Gard (région d’Alès), plus généralement présent en Languedoc et en Provence. Désigne celui qui est originaire de la Laupie, les Laupies, toponyme fréquent de la Drôme aux Cévennes (= lieu ombragé, tonnelle, hangar, également tas de bois, occitan laupia). A noter le hameau des Laupies à Dourbies (30), et la commune de la Laupie dans la Drôme.
Lauque Ou Lauqué. Le nom est surtout porté dans les Landes. Il désigne un gardeur d’oies (occitan auquier, dérivé de auca = oie). A noter que des hameaux ou des fermes s’appellent Lauqué à Buanes et à Benquet (40).
Laur Le nom est surtout porté dans l’Aveyron et le Tarn. Il semble désigner celui qui est originaire de Laur, hameau à Camarès (12) ou à Montaigu-de-Quercy (82), un toponyme que l’on retrouve aussi dans la commune de Saint-Jean-de-Laur (46). Signification probable : lieu où pousse le laurier (occitan laur), ou encore terre labourée (laur signifie aussi ‘labour’). A noter cependant que Laur est un ancien nom de baptême (latin Laurus).
Laurac Désigne celui qui est originaire de Laurac, nom de deux communes dans l’Ardèche et dans l’Aude. Le nom de famille est porté dans la Haute-Garonne, il est également présent dans les Antilles. Sens du toponyme : le domaine de Laurus, nom d’homme latin.
Lauraguais Rare et porté à la Réunion, désigne en principe celui qui est originaire du Lauragais (ou Lauraguais), région géographique située entre Castelnaudary et Toulouse. La région tire elle-même son nom de la commune de Laurac (11). Le nom de famille Laurac renvoie d’ailleurs à cette commune.
Laurans Variante du nom de baptême Laurent (voir ce nom). On rencontre cette forme à la fois dans le Finistère et dans la Lozère.
Laurant Variante du prénom Laurent, portée notamment en Seine-Maritime et dans la Marne. Diminutif : Laurantin (79, 86).
Lauras Nom porté dans l’Aveyron et le Lot-et-Garonne. Désigne celui qui est originaire de Lauras, hameau de la commune de Roquefort-sur-Soulzon (12). Le toponyme semble se rattacher au laurier (latin laurus) ou encore à l’occitan aura (= vent).
Lauray Le nom est surtout porté dans le Gers, où il devrait désigner celui qui habite le hameau du Lauray à Eauze (32). Signification probable : lieu où pousse le laurier. Plusieurs autres hameaux du Sud-Ouest s’appellent Lauray (40, 33). Le toponyme se rencontre aussi dans la Vienne et le Loir-et-Cher.
Laureau Surtout porté en Bourgogne, c’est un diminutif du nom de personne Laur (latin Laurus), équivalent du prénom anglais Laurel (également nom de famille en Aveyron). Variantes : Laureaud (71, 69), Laureaut (51), Laureaux (52). Avec changement de suffixe : Laurot (Bourgogne). Forme corse : Laurelli.
Laurelut Le nom est originaire de la Creuse. C’est un sobriquet pour celui qui a de grandes oreilles (occitan aurelhut).
Laurence Matronyme formé sur Laurent, surtout fréquent vers la Normandie (la région de France où les matronymes sont les plus nombreux).
Laurenceau Diminutif du nom de baptême Laurent, porté notamment dans le Loir-et-Cher, la Vendée et les Charentes, ainsi que l’Indre-et-Loire. Variantes : Lauranceau, Laurençaut, Laurensaud. Avec d’autres suffixes : Laurencin, Laurancin (38, 69, 37), Laurençon, Laurançon, Lauranson (69, 63, 16, 23, 43), Laurençot, Laurançot, Lauransot, Laurensot (70, 88, 90, 77), Laurencet, Laurenchet (74, 70).
Laurencena Nom de famille assez rare et localisé au Pays basque, tant en France qu’en Espagne. Apparemment un matronyme formé sur un diminutif du prénom Laurent (Laurentx, Laurentzi en basque), à rapprocher du gascon Laurensan.
Laurency Diminutif ou forme latinisée de Laurent. Le nom se rencontre surtout dans la Marne et en Franche-Comté.
Laurendeau Diminutif de Laurent, porté notamment en Poitou-Charentes et dans le Maine-et-Loire. Variante : Laurandeau (36). Avec d’autres suffixes : Laurendet (01), Laurendin (86, 79), Laurendon (42), Laurendot (aujourd’hui en Martinique).
Laurens Nom surtout porté dans l’Aveyron et le Tarn. Voir Laurent.
Laurenson Diminutif de Laurent porté notamment dans la Haute-Loire et les départements voisins. Variante : Laurençon.
Laurent Nom de baptême formé sur le latin Laurentius, dérivé de laurus (= laurier). Le laurier étant un symbole de victoire, on comprend le succès de ce nom dès l’époque romaine. Par la suite, dans la chrétienté, il représente la victoire de la nouvelle religion sur le paganisme, à l’image de saint Laurent brûlé sur un gril au IIIe siècle en se riant des flammes.
Laurentin Diminutif du nom de baptême Laurent porté notamment dans la Vienne et les Deux-Sèvres, ainsi qu’en Guadeloupe. A noter qu’il existe un saint Laurentin, martyr en Afrique au IIIe siècle.
Lauret Diminutif de Laur (nom d’un saint vénéré autrefois dans le Centre et l’Ouest) ou lieu planté de lauriers, les deux sens sont possibles. C’est aujourd’hui à la Réunion qu’il y a le plus de Lauret.
Laureux Nom rare porté en Languedoc toulousain. Sens incertain. M.T. Morlet propose le surnom d’un doreur (dérivé de aur = or en ancien occitan).
Laureys Porté dans les Ardennes et le département du Nord, c’est une variante de Laureyns, qui correspond au prénom Laurent. Avec génitif : Laureyssens. La forme Laurey, rencontrée dans l’Aube, semble avoir le même sens.
Lauriac Surtout porté dans l’Aveyron, désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. On a le choix entre plusieurs hameaux, notamment dans les communes de Vitrac (15), Saint-Paul-de-Loubressac (46), Blaziert et Mas-d’Auvignon (32). Sens du toponyme : le domaine appartenant à Laurius, nom de personne latin.
Laurichesse Rencontré notamment dans le Limousin, le nom correspond à un toponyme rencontré dans le Cantal (commune de Trizac). A noter cependant qu’on trouve des Laurichesse aussi en Picardie !
Laurier Fréquent un peu partout en France, semble désigner un lieu où le laurier est abondant.
Laurière Porté dans la Dordogne et la Haute-Vienne, le nom renvoie en principe à la commune de Laurière (87), mais c’est aussi le nom d’un hameau à Meilhards (19). Le toponyme évoque la présence d’une mine d’or.
Laurin Diminutif du nom de baptême Laur, le patronyme est porté notamment dans la Vienne et les Bouches-du-Rhône. Formes italiennes : Laurino, Laurini. On trouve dans le Sud-Ouest la forme Laurine, qui pourrait être un matronyme.
Lausdat Surtout porté dans le Cher et dans l’Allier, c’est une contraction de Laussedat (63), toponyme désignant une terre en friche (ausedat en occitan médiéval).
Lausent Nom très rare porté dans le département du Nord, pour lequel seule une étude généalogique permettrait de se faire une idée précise. Il pourrait s’agir d’une déformation graphique, sous l’influence du prénom Laurent, de noms flamands tels que Loosen ou Losen, qui correspondent sans doute à l’adjectif néerlandais “loos” (= rusé).
Laussac Surtout porté dans la Corrèze et dans le Lot, désigne celui qui est originaire de Laussac, nom de hameaux à Thérondels (12) et à Viviers-lès-Lavaur (81).
Laussinotte Désigne celui qui est originaire de Laussinotte, hameau à La Boissière-d’Ans (24). Le nom Laussinot, très rare et porté dans l’Hérault, pourrait en être une variante.
Lausson Nom rare porté dans l’Eure-et-Loir ainsi que dans la Loire. Difficile d’en connaître l’origine géographique exacte et la signification. Devrait désigner celui qui habite un lieu-dit Lausson ou l’Ausson, toponyme lié à la présence d’un cours d’eau (par exemple, une rivière s’appelle l’Ausson à Losne, 21).
Lautescher Nom rare porté en Alsace-Lorraine, rencontré aussi sous la forme Laudescher. Difficile d’en connaître l’origine géographique : peut-être le Luxembourg, où les noms Laudesch et Lautesch existent apparemment, mais je n’en connnais pas le sens.
Lautier Nom de personne d’origine germanique, Leothari (leot = peuple + hari = armée). Le patronyme est fréquent en Languedoc. Variantes : Lauthier (04, 87), Lothier (89, 77), Lotier (58).
Lautredou, Lautrédou Patronyme breton, au départ l’Autrédou, diminutif d’Autret, un ancien nom de baptême qui semble composé des racines alt (= ami) et ret (= utile).Variantes : Lautrédoux, Lautridou, tous ces noms se rencontrant surtout dans le Finistère.
Lautret Nom assez rare, porté en Charente-Maritime et en Saône-et-Loire (également présent à la Réunion). La variante Lautrey, plus fréquente, se rencontre en Côte-d’Or, et semble attester une origine bourguignonne dans la plupart des cas. Il pourrait s’agir d’un nom de personne d’origine germanique, Leotrad (leot = peuple + rad = conseil), mais M.T. Morlet envisage pour sa part une agglutination de l’Autrey, désignant celui qui est originaire d’Autrey (toponyme fréquent en Haute-Saône). Lorsque le nom se rencontre dans l’Ouest, il s’agit plutôt d’une forme agglutinée de l’Autret (Autret est un ancien nom de personne breton formé sur les racines alt = allié et ret = utile).
Lautric Le patronyme est porté en Guadeloupe et à la Réunion. Il devrait s’agir du nom de personne d’origine germanique Leotric (leot = peuple + ric = puissant), que l’on retrouve dans le nom de la commune de Lautrec (Tarn), qui pourrait d’ailleurs elle aussi être à l’origine du nom de famille.
Lauture Le nom est surtout porté dans le Tarn-et-Garonne. Il désigne celui qui est originaire de Lauture, ancien fief à Cazes-Mondenard, dans le même département, où on trouve encore aujourd’hui un château. Le toponyme correspond en principe à l’occitan “autura” (= butte, éminence).
Lauvergeon Le nom est surtout porté dans la Nièvre. Variante : Lauverjon. Sens incertain. Peut-être le porteur d’une cotte de mailles (moyen français “aubergeon”, cité par Rabelais, le nom de famille Aubergeon étant pour sa part présent dans l’Indre-et-Loire). À noter aussi l’existence d’un hameau appelé L’Aubergeon à Saint-Claude-de-Diray (41). La cotte de mailles pourrait aussi expliquer les noms Lauvergeat, Lauverjat (18).
Lauvernay Surtout porté en Bourgogne, semble désigner celui qui est originaire d’Auvergne. Variantes : Lauvernais, Lauvernet. Si l’on peut avoir un doute avec les noms précédents, le sens est évident pour Lauvergnat, Lauvergniat (23, 89).
Lauvie Rare et porté dans l’Ardèche, désigne celui qui est originaire de Lauvie, hameau à Rompon (07). A noter aussi les hameaux de La Lauvie à Saint-Julien-de-Lampon et à Simeyrols (24).
Lauvige Très rare, le nom se rencontre en Charente et en Dordogne. Diminutif : Lauvigeout (32, 82). Sens obscur.
Lauwens Surtout porté en Belgique, c’est un double génitif de Lauw, forme courte flamande équivalant au prénom Laurent.
Lauweriere Surtout porté dans le Pas-de-Calais, le nom est à rapprocher de Lauwers, forme courte du néerlandais Lauwereins (= Laurent), mais aussi du mot “lauwer” (= laurier). Il devrait s’agir d’un toponyme, désignant soit le domaine ou la ferme de Lauwers, soit un lieu où pousse le laurier. Variantes ou formes voisines : Lauwarier, Lauwerie, Lauwerier (59, 62).
Lauwick Nom porté dans le Nord (variante : Lauwÿck). Il est originaire du Duché de Gueldre (Pays-Bas), sa graphie initiale étant Lawick (XIIe siècle). Signification : lieu marécageux, humide.
Lauze, Lauzé Le nom Lauze est surtout porté dans le Gard. C’est un toponyme avec le sens de pierre plate (parfois utilisé pour désigner un dolmen), également feuille de schiste ou ardoise. De très nombreux hameaux languedociens ou provençaux s’appellent “la Lauze”. Le nom Lauzé, de sens plus incertain, est surtout porté au Québec et paraît venir des Charentes. Il pourrait correspondre à la commune de Lozay (17).
Lauzevis Porté dans le Morbihan, le nom s’écrit aussi Lozevis. Sens incertain. Dans son dictionnaire des noms de famille bretons, A. Deshayes, qui signale une forme plus ancienne Lousaouis, propose d’y voir le breton “louzaouer”, désignant un herboriste, et par extension un médicastre (mauvais médecin).
Lauzier Nom typique du Sud-Est, et notamment des Hautes-Alpes. C’est un nom de métier désignant celui qui découpe et pose les lauzes (pierres schisteuses très fines servant à couvrir les toits, et par extension ardoises).
Lauzon On considère en principe que ce nom est un toponyme désignant une carrière de lauzes (schistes ou parfois ardoises pour la couverture des maisons). Seul problème, le patronyme Lauzon se rencontre dans l’Ouest (49, 29), où le mot lauze était en principe inconnu au moyen âge (c’est un terme du sud et du sud-est). Il faut donc sans doute chercher une autre solution. Je pense pour ma part à celui qui est originaire de Lozon, dans la Manche.
Lavabre Nom fréquent dans l’Aveyron et le Tarn. Voir Vabre pour le sens.
Lavagno Nom italien porté dans le Piémont (provinces d’Alessandria et de Turin). On trouve plus fréquemment la forme féminine Lavagna (Ligurie). C’est un toponyme : une commune s’appelle Lavagno en Vénétie, une autre Lavagna en Ligurie, et sans doute aussi des petits villages ou hameaux. Le sens paraît identique à celui du nom occitan Lavagne (34, 81), qui désigne une mare (occitan “lavanha”). Diminutif : Lavagnino (Ligurie, Piémont). En italien, le mot “lavagna” signifie “ardoise”, mais le nom commun vient de la ville de Lavagna, où se trouvaient d’importantes carrières d’ardoise.
Lavail, Lavaill, Laval, Lavall Originaire de la vallée, ou vivant dans la vallée (voir Valls).
Lavaine, Laveine, Lavoine Ces trois patronymes, surtout fréquents dans l’Est (88), semblent avoir le même sens et désignent un producteur ou un marchand d’avoine.
Lavalade Nom porté dans la Vienne et la Haute-Vienne (variante : Lavaladas). Voir Valade.
Lavalette Le nom signifie la petite vallée. Il s’agit donc d’un toponyme devenu nom de famille. C’est dans le Limousin que le nom est le plus répandu. Variante : Lavallette (58, 87).
Lavallard Le nom est porté en Picardie et dans le Nord-Pas-de-Calais. Variantes : Lavalard, Lavallart. Formes voisines : Avalard, Avallart (Lavalard étant une agglutination de ‘l’avalard’). M.T. Morlet pense à un toponyme désignant un terrain en pente. Effectivement le verbe avaler a signifié longtemps ‘descendre’, mais son emploi moderne date de la fin du XIIe siècle, et c’est sans doute lui qu’il faut privilégier ici : autrement dit, un avalard est un goinfre ou un gros buveur.
Lavallée Le nom désigne celui qui habite un lieu-dit “la Vallée”. On le rencontre notamment dans le Nord-Pas-de-Calais et en Picardie, mais il est présent dans plusieurs autres régions. Variante : Lavalée (59, 60).
Lavandier Porté en Dordogne et dans le Puy-de-Dôme, le nom désigne un blanchisseur (voir aussi Lelavandier). Variante : Lavandrier (24).
Lavaquerie C’est un toponyme désignant une étable à vaches, parfois aussi une petite ferme. Le nom est surtout porté en Picardie (60, 80, variante : Lavaquery). De nombreux hameaux s’appellent la Vaquerie (Normandie, Picardie, Sud-Ouest).
Lavarenne Voir Varenne pour le sens. Le nom de famille est surtout porté dans l’Aisne, on le rencontre aussi dans le Rhône.
Lavastre Un nom qui vient surtout de l’Ardèche. C’est apparemment un toponyme auvergnat, dont le sens me demeure obscur.
Lavaud Nom courant, notamment en Limousin et en Charente. C’est un toponyme signifiant la vallée, que l’on retrouve très souvent dans ces régions.
Lavaugautier Désigne celui qui est originaire de Lavaugautier, hameau à Naillat, dans la Creuse. Signification : la vallée de Gautier, nom de personne.
Lavauzelle Originaire du Limousin, c’est une variante avec article de Vauzelle (voir ce nom). Variante : Lavozelle.
Lavayre Nom rare porté dans le Tarn. Pris tel quel, il désignerait en occitan celui qui lave (“lavaire”). Il semble cependant plus probable qu’il s’agisse d’un toponyme, “la Vayre”, plusieurs cours d’eau portant ce nom ou des formes voisines, dont un dans l’Aveyron.
Laveau Désigne celui qui est originaire du lieu-dit Laveau ou Lavau (= la val = la vallée). Le patronyme se rencontre surtout dans le Bordelais et dans l’Yonne. Autres formes voisines : Laveaud (17), Laveault (58), Laveaut (18), Laveaux (71). On trouve aussi bien sûr des Lavau (33), Lavaud (24, 19), Lavault (58), Lavaut (71), Lavaux (87).
Lavech Nom rare qui a été porté dans les Pyrénées-Orientales. Il est connu depuis la première moitié du XVIIème siècle, et paraît provenir d’une souche unique à Terrasson, en Dordogne. Il devrait s’agir d’une variante graphique de Laveix, nom de famille porté dans la Creuse et nom de divers hameaux : dans la Corrèze à Louignac, Pérols-sur-Vézère, Saint-Pardoux-le-Vieux et Saint-Étienne-la-Geneste, dans la Creuse à Clairavaux et Gentioux-Pigerolles. Le toponyme se rencontre aussi en Auvergne. On trouve parfois la forme plurielle les Aveix. Signification : sans doute l’occitan avet (= sapin).
Lavedan Egalement écrit Lavedant, le nom désigne celui qui est originaire du Lavedan, région située dans la haute vallée du Gave de Pau. Variantes : Labadan, Labedan, et sans doute Labadens, Labedens. A noter que Lavedan est aussi le nom de hameaux à Ligardes (32), Labastide-Paumès (31) et Laugnac (47). Sens incertain : les premières mentions connues, Pagus Lavetanensis (860), Levitana (945), rendent improbable l’interprétation ‘bois de sapins’, souvent envisagée. L’idée de bois de sapins devrait par contre expliquer les noms de familles Laveda (09) et Lavède (autrefois 65).
Lavedrine, Lavédrine Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée la Védrine. Le toponyme est très fréquent dans tout le Massif Central, où de nombreux hameaux s’appellent ainsi. Signification : vient du latin veterina (= bêtes de somme). Le mot a pu désigner des chemins empruntés par les bêtes de somme, mais il semble aussi avoir pris le sens de pâturage. Le nom de famille est surtout porté aujourd’hui dans l’Allier.
Laveilhe A priori ce nom occitan signifie la veille, et pourrait être un surnom donné à celui qui veille, par exemple un guetteur.
Laveissière Porté dans le Cantal, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée La Veissière (= bois de noisetiers).
Lavenac Porté dans la Vienne et les départements voisins, désigne sans doute celui qui est originaire d’une localité portant ce nom (suffixe -acum). Il existe bien un hameau nommé Lavenac, mais il se trouve dans la Loire-Atlantique, à Montoir-de-Bretagne. Peut-être avons-nous affaire à une déformation de Lavignac, nom d’une commune de la Haute-Vienne. Variante : Lavenat (16).
Lavenant C’est dans les Côtes-d’Armor que le nom est le plus répandu (variante : Lavenan). Il correspond à l’ancien français ‘avenant’, avec deux sens possibles : soit un nouveau venu, un étranger, soit une personne agréable. Avec le même sens : Lavanan, Lavanant (29).
Lavenir Le nom de famille est surtout porté dans la Saône-et-Loire, la Loire et le Rhône. Il n’a sans doute rien à voir avec l’avenir. C’est en effet un toponyme (également “aveniri”) désignant un champ d’avoine dans le Lyonnais.
Lavenot Nom porté dans le Morbihan. Il faut le comprendre comme l’Avenot, et il devrait s’agir d’un surnom donné à un producteur d’avoine.
Laverdet Nom surtout porté dans le Lot (également 84, 21). Semble désigner celui qui est originaire du Verdet ou de la Verdette, nom de nombreux hameaux (= lieu verdoyant).
Laverge Porté notamment dans le Nord et dans la Manche, correspond à l’un des divers sens du mot ‘verge’, sans doute ici celui de mesure agraire, désignant soit un arpenteur, soit celui qui habite un éventuel lieu-dit la Verge (terre de la superficie d’une verge).
Lavergne Très courant dans le Sud-Ouest et dans le Limousin, c’est un toponyme évoquant l’aulne (occitan vèrn, vèrnhe). Deux communes portent ce nom (Lot et Lot-et-Garonne) ainsi que de nombreux hameaux. Variantes : Lavergnes (24, 12), Lavernhe (12, 82), Laverne (38).
Laverre, Laverré Même si on en trouve quelques mentions dans l’Oise, c’est dans la Vienne que le nom a toujours été le plus répandu. Il y désigne celui qui est originaire de Laverré (ou Lavairé), village et ancien prieuré situé dans la commune d’Aslonnes. À noter aussi le hameau de la Verrée à Avanton.
Laverton Nom surtout porté dans la Sarthe et l’Eure-et-Loir. Je ne vois pas d’autre solution que de le décomposer en l’Averton, qui devrait désigner celui qui est originaire d’Averton nom de localité rencontré dans la Mayenne : outre la commune d’Averton, il existe deux hameaux appelés le Viel Averton et le Haut Averton (commune de Courcité). Le nom de famille Averton existe aussi dans la même région, et l’on trouve des Daverton en Picardie.
Lavet Le nom est surtout porté dans le Puy-de-Dôme, où il s’écrit aussi Lavest. Il désigne celui qui est originaire de Lavest, hameau de la commune d’Olliergues (63).
Lavialle Le nom est surtout porté dans le Cantal et le Limousin. On rencontre la forme Laviale dans le Rouergue. Désigne celui qui habite un lieu-dit la Vialle, toponyme très fréquent ayant le sens de ‘village’ (ancien occitan viala).
Lavice Surtout porté en Seine-Maritime, correspond au nom Avice avec agglutination de l’article (voir Avisse pour le sens). Autre forme : Lavisse.
Lavie Nom gascon désignant la maison située au bord de la rue, de la route (latin via).
Laviec Surtout porté dans le Finistère, c’est sans doute le surnom d’un personnage adroit, habile, à rapprocher du gallois llawiog (cité par A. Deshayes, qui envisage aussi le mot aveeg, signifiant soit ‘apprêté’, soit ‘saugrenu’).
Lavier Surtout porté en Bourgogne (21), c’est un dérivé du terme régional “lave” (= pierre plate, souvent utilisée en toiture), désignant soit l’ouvrier qui extrait ou pose les laves, soit celui qui habite un lieu-dit “la Lavière” (carrière de laves), toponyme fréquent dans cette région.
Lavignac Le nom est porté en Dordogne et en Corrèze. Variante : Lavignas. Il désigne celui qui est originaire de Lavignac, nom d’une commune de la Haute-Vienne et d’un hameau en Corrèze (commune de Margerides). M.T. Morlet signale aussi un lieu-dit en Dordogne (Milhac d’Auberoche). Signification du toponyme : le domaine de Lavinius, nom d’homme latin.
Lavigne Un nom très fréquent dans l’ensemble de la France. Il désigne bien sûr celui qui est propriétaire d’une vigne, ou qui habite à côté d’une vigne (ce qui suppose un terroir où les vignes ne soient pas trop nombreuses). C’est en Béarn que le nom est le plus répandu.
Lavillauroy Egalement Lavillaureix, Lavillaurex. Porté dans le Limousin et les régions voisines, désigne celui qui est originaire d’un lieu portant ce nom (en principe : le domaine royal, la ville royale). Il pourrait s’agir de Lavillaubeix à Châteauponsac (87).
Laville Fréquent dans la Gironde et la Vienne, désigne celui qui habite un lieu-dit la Ville. Le toponyme a d’abord désigné un domaine rural (latin villa), puis un village ou une ville.
Lavillonnière Le nom désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit appelé “la Villonnière” (la ferme ou le domaine de Villon, voir ce nom). C’est dans l’Indre qu’il est le plus répandu, département où un hameau porte ce nom à Parnac. Variante : Lavillonière. Le nom de famille Lavillunière, rencontré en Seine-et-Marne depuis le XIXe siècle, paraît en être une déformation. Forme voisine : Lavillonie (24).
Lavinal Nom porté dans le Lot. Voir Labinal pour le sens.
Laviolette Un nom surprenant comme on en trouve parfois. Cela ressemble assez aux sobriquets liés à des fleurs que l’on donnait parfois à des soldats. Mais justement, avec les sobriquets, difficile de savoir ! On le rencontre notamment dans l’Aisne, mais c’est dans les départements d’Outre-Mer qu’il est le plus répandu aujourd’hui.
Lavirotte Nom bourguignon désignant celui qui habite un lieu-dit la Virotte, sans doute avec le sens de chemin sinueux ou courbe de rivière. Le toponyme se rencontre à Vesvres (21) et à Pourlans (71). Autre lieu-dit : Lavirotte à Combertault (21).
Lavit Nom rencontré dans les Hautes-Pyrénées et dans le Tarn. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Lavit (= la vigne). Une commune du Tarn-et-Garonne et de nombreux hameaux du Sud-Ouest s’appellent Lavit.
Lavocat Le nom est porté en Bourgogne et dans la Haute-Marne. Voir Avocat pour le sens. On trouve plus rarement la forme Ladvocat.
Lavogiez Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, le nom est aussi écrit Lavogez. Je n’en connais pas le sens.
Lavoie Surtout porté dans le Pas-de-Calais, désigne celui qui habite un lieu-dit Lavoie, La Voie (= lieu situé près de la route).
Lavoine Surnom donné à un producteur d’avoine. Le nom est surtout porté en Picardie. Variante : Lavoinne.
Lavoisier Porté dans le Pas-de-Calais et en Picardie, le nom est généralement considéré comme un sobriquet pour une personne avisée, habile, rusée (sens de l’ancien français “voisié”, croisé avec “avisé” selon M.-T. Morlet). On rencontre en Normandie la forme féminine Lavoisière, qui pour sa part semble désigner celui qui est originaire de La Voisière, hameau au Pin-la-Garenne (61).
Lavolé Porté dans le Morbihan et en Normandie (27), le nom se rencontre aussi en Martinique. Il correspond à l’ancien français ‘avolé’, avec deux sens possibles : soit un étourdi, soit un étranger, celui qui vient d’on ne sait où. Variantes : Lavollé, Lavollay, Lavolley.
Lavollée Le nom est surtout porté dans le Loiret. Variante : Lavolée. Il désigne celui qui habite un lieu-dit la Vollée ou en est originaire. A noter des hameaux portant ce nom à La Motte et à Planguenoual (22), à Vihiers (49), à Secondigné-sur-Belle (79), à Bohain-en-Vermandois (02) et à Verdelot (77).
Lavorel Fréquent en Savoie, le nom désigne un laboureur.
Lavoute, Lavoûte Porté dans la Haute-Vienne et la Charente, le nom s’est écrit aussi Lavouste (également Delavoute, Delavouton). Il désigne celui qui habite un lieu-dit la Voûte (= voûte, passage couvert entre deux rues). Variantes : Lavote, Lavotte (87).
Lawford Désigne celui qui est originaire d’une localité anglaise appelée ainsi (nom entre autres d’une commune dans l’Essex). Le second élément (“ford”) a le sens de “gué”, le premier est un ancien nom de personne.
Lawniczak Nom polonais. Diminutif de Lawnik = officier municipal, échevin, juge.
Lawson Patronyme anglais. Désigne le fils de Law, qui est ici un hypocoristique du prénom Lawrence (Laurent).
Lax Porté notamment dans la Moselle et au Luxembourg, paraît être l’équivalent de l’allemand “Lachs” (= saumon), surnom de pêcheur ou enseigne d’auberge.
Laxalt Nom de famille basque, plus fréquent sous la forme Laxalde. Il désigne le lieu situé du côté (suffixe -alde) du cours d’eau (latsa).
Layani Nom arabe qui était souvent porté en Afrique du Nord par des juifs séfarades. La forme initiale pourrait être El Ayani (en rapport avec les yeux), mais il semble que ce soit plutôt El Hayyani, évoquant notamment une tribu berbère de la région de Taza (Maroc). Le patronyme est formé sur le nom de personne Hayyane (= vivant, très vif).
Laydevant Surtout porté en Haute-Savoie, c’est un toponyme signifiant “là devant”, par opposition à Laydernier (“là derrière”), autre nom de famille savoyard.
Laydier Porté dans le Puy-de-Dôme, correspond à l’occitan “leidièr”, variante de “leudièr”, désignant celui qui percevait le droit de leude, péage prélevé sur les marchandises entrant en ville.
Layec Nom fréquent dans le Morbihan. Correspond apparemment au breton laezheg, dérivé de laezh = lait (sobriquet donné à celui qui a le teint blanc ?). Autre possibilité, un diminutif de Lay (voir Le Lay).
Layle, Leyle Nom rencontré dans le Bordelais, sans doute d’origine pyrénéenne, sur lequel je n’ai aucune idée précise pour l’instant.
Laylle Le nom est porté dans le Sud-Ouest (31, 64). Il poutrrait désigner celui qui est originaire de Laille, hameau à Alliat (09) ou de l’Aille (cf. le lieu-dit Aille Berthe à Bugnein, 64). Signification possible : lieu où pousse l’ail (occitan alh) ou l’alisier (alia, variante de aliga = alise).
Laymajoux Nom de famille rencontré dans le Tarn-et-Garonne. On rencontre aussi les formes Lasmayous et Lasmayoux dans des régions voisines. Il devrait s’agir de variantes d’un même nom, mais lequel est le bon ? Lasmayoux désignerait le domaine appartenant aux Mayoux. Laymajoux ressemble à un toponyme qui serait formé sur Lay (de sens obscur, plusieurs communes portent ce nom) et sur major = (très) grand. Bref, rien de bien clair.
Layral Surtout porté dans l’Aveyron, le nom correspond à l’occitan “airal”, qui désigne une aire à battre les céréales (également terrain vague, étendue de terre autour d’une maison, masure). Deux hameaux ou fermes s’appellent Layral : à Palmas (12) et à Caniac-du-Causse (46). À noter cependant qu’Ayral (et donc aussi Layral) pourrait correspondre à un nom de personne germanique, variante d’Ayraud (voir ce nom).
Laz Désigne celui qui est originaire de la commune de Laz (Finistère). Le toponyme n’est pas très clair : il pourrait évoquer une borne ou un menhir (vieux breton lath = baguette, lance).
Lazard Le nom se rencontre surtout dans l’Est. On peut penser à un sobriquet désignant un joueur (= le hasard), mais c’est le plus souvent une variante du prénom Lazare (qui est parfois un sobriquet désignant un lépreux). Le nom Lazard était très souvent porté par des juifs. Voir aussi Lazare.
Lazare Nom de baptême popularisé à la fois par le pauvre ulcéreux assis à la porte du mauvais riche dans la parabole de Luc et par un saint, ami de Jésus (et ressuscité par lui), frère de Marthe et Marie, qui aurait été le premier évêque de Marseille. Vient de l’hébreu ‘el `azar (= Dieu a secouru). C’est dans le Vaucluse et dans le Var que le patronyme est le plus répandu.
Lazarko Nom russe à rattacher au prénom Lazare (voir ce nom), à partir de la forme slave Lazarek.
Lazaro Variante espagnole de Lazare (voir ce nom).
Lazier Le nom peut se rencontrer dans le Nord-Pas-de-Calais, mais aussi en Savoie, dans l’Isère et en Italie (Val d’Aoste, nord du Piémont). Même si le sens est incertain, on peut penser dans les deux cas à une variante de Lazare. À envisager aussi, pour les Alpes, une variante de Lauzier (voir ce nom).
Lazignac Rare, le nom est porté dans la Haute-Vienne. Il semble désigner celui qui est originaire de Lézignat, hameau à Châteauponsac (87), écrit Lesignac sur la carte de Cassini. Sens probable du toponyme : le domaine de Licinius, nom d’homme latin.
Lazuech Porté notamment dans l’Aveyron et le Tarn, pourrait correspondre à l’occitan “aduech” (= adroit, ingénieux). A envisager aussi le terme rouergat “asuèlh” (= horizon, également orvet).
Lazzaroni Nom italien fréquent en Lombardie, forme plurielle de Lazzarone (Piémont), lui-même augmentatif de Lazzaro, qui correspond au français Lazare (voir ce nom). Le nom Lazzaro est surtout porté en Vénétie et dans le sud de l’Italie. La forme plurielle Lazzari se rencontre dans le nord du pays et à Lecce. Autres dérivés de Lazzaro : Lazzarelli (Toscane), Lazzareschi (Toscane), Lazzaretti (Émilie-Romagne), Lazzarin (Vénétie), Lazzarina, Lazzarino, Lazzarini, et, à partir de Lazzeri (Corse, Toscane), Lazzereschi, Lazzeretti, Lazzerini, Lazzeroni. Formes avec un seul z : Lazaro, Lazari, Lazarelli, Lazareschi, Lazaretti, Lazarin, Lazarini, Lazaroni.

Retour à la page d’accueil du dictionnaire