A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par M

Maalaoui-Malbo
Malbos-Marcout
Marcoux-Maso
Masoin-Mazet
Mazevet-Mervay
Merveille-Millar
Millard-Mondel
Mondet-Morin
Morincome-Myrtho

Marcoux Soit une variante de Marcou, soit le plus souvent celui qui est originaire d’une localité appelée Marcoux. Deux villages portent ce nom, l’un dans les Alpes-de-Haute-Provence, l’autre dans la Loire. Or, c’est justement dans la Loire que le patronyme est le plus répandu. Le village de la Loire est mentionné sous la forme Mercurio en 1020, et renvoie donc à Mercure, soit nom du dieu romain, soit nom de personne.
Marcus Forme latinisée du nom de baptême Marc, qui peut venir de nombreux pays, depuis la Scandinavie jusqu’à la Roumanie (dans ce dernier pays, la forme courante pour Marc est Marcu).
Marcuzzi Nom italien, l’un des nombreux diminutifs du nom de baptême Marco (= Marc), qui est également à l’origine du patronyme Marchi (le i final marque la filiation). Autres diminutifs très courants : Marchetti, Marcucci, Marcolini…
Marcy Surtout porté dans le département du Nord, devrait désigner celui qui est originaire de l’une des deux localités de l’Aisne appelées Marcy (Marcy-sous-Marle et Marcy). Sens probable du toponyme : le domaine de Marcius (ou Martius), nom de personne latin.
Mardaga Le nom a été porté à Glain (Belgique) au moins depuis la fin du XVIe siècle. Par la suite, c’est à Liège qu’il semble le plus fréquent. Sens obscur, aucune explication n’étant satisfaisante.
Mardegan Nom italien originaire de Vénétie. Je n’en connais pas le sens. La finale -an(o) laisse penser qu’il pourrait s’agir d’un toponyme, mais je ne trouve rien qui corresponde.
Mardi Le nom est surtout présent dans le Maine-et-Loire. La tradition veut qu’il s’agisse du nom donné à un enfant trouvé un mardi, mais en fait l’usage des jours de la semaine en anthroponymie demeure un peu énigmatique.
Mardigras Un joli patronyme présent surtout dans l’Aisne (Andelain). Désigne-t-il un carnavalier, un fêtard, ou bien celui qui est né un Mardi gras ? Nul ne pourra sans doute jamais le dire.
Mardoc Nom très rare, présent à Rouen depuis le milieu du XVIIIe siècle, écrit auparavant Mardor (premières mentions connues au XVIe siècle). Il pourrait s’agir d’un toponyme : une commune s’appelle Mardor, mais elle se trouve en Haute-Marne. En général, les toponymes commençant par Mard-, Merd- évoquent un cours d’eau aux eaux sales.
Marduel Porté dans le Rhône, devrait désigner celui qui est originaire du Marduel, hameau à Sainte-Paule (69). Je ne connais pas le sens du toponyme, mais il existe un autre Marduel, dans le Gard, dont le nom est lié à une colline, à un petit pic.
Mareau Le nom est surtout porté dans le Maine. On le rencontre aussi en Bourgogne, dans le Loiret et dans la Creuse. Il désigne en principe celui qui est originaire d’un lieu-dit (le) Mareau (= la petite mare). A noter que, dans le Loiret, deux communes s’appellent Mareau.
Marécaille Nom porté dans le Nord et en Belgique. Il s’agit d’une variante picarde (ou wallonne) de Maréchal, qui désigne le maréchal-ferrant (sens attesté dès le XIe siècle). Variantes : Marécalle, Maréchalle. Ces formes sont sans doute des matronymes (= la femme du maréchal).
Marécau Egalement écrit Marécaux, c’est une variante picarde de Maréchal (= maréchal-ferrant) portée dans le Nord-Pas-de-Calais.
Maréchal Très fréquent dans de nombreuses régions de France, c’est dans les départements du Nord et de la Saône-et-Loire que le nom est le plus porté. Variante (éventuellement matronyme) : Maréchalle (02, 60). Avec vocalisation du l : Maréchau (37), Maréchaud (85, 17), Maréchaux (59), Marécheau (17). Dérivé : Maréchallat (01, 69). Signification : maréchal-ferrant.
Marée Le nom est surtout porté dans les Ardennes. C’est une variante wallonne du prénom Marie.
Mareille Difficile à situer géographiquement, ce nom est un toponyme d’origine gauloise, formé sur maro (= grand) et ialos (= clairière, puis lieu défriché et enfin village). On trouve la commune de Mareilles dans la Haute-Marne, et de nombreux Mareil dans la Sarthe et les Yvelines notamment.
Marembert Patronyme rencontré notamment dans l’Allier. On trouve aussi la forme Marambert dans la Creuse. Les noms Marambaud et Marembaud existent aussi dans d’autres régions. Difficile de se faire une idée : s’agit-il de noms de localités ou de noms de personne d’origine germanique ? Pour ma part je n’en sais rien. Je penche cependant pour la seconde hypothèse, vu les finales -bert et -baud. Pour Marembert, on pourrait avoir une forme de départ *Maranberht (maran = célèbre +berht = brillant). Mais il ne s’agit que d’hypothèses.
Marengo Egalement fréquent sous la forme Marenco, c’est un toponyme italien désignant un lieu proche de la mer ou plus souvent un marais, un étang. On connaît évidemment la commune piémontaise de Marengo, où Bonaparte livra bataille aux Autrichiens en 1800.
Mareschal Variante de Maréchal (= maréchal-ferrant) portée en Savoie et en Franche-Comté. Variantes italiennes : Mariscalchi, Marescalchi. Variantes picardes ou wallonnes : Marischal, Marischael, Mariscal, Marescal, Marescaux.
Maret Variante de Marais, désignant bien sûr un lieu marécageux, fréquente en Normandie (76) et rencontrée aussi sous la forme Marest (même région). Le toponyme est très répandu en Normandie et en Picardie.
Mareuge Porté dans le Puy-de-Dôme, désigne celui qui est originaire de Mareuge, hameau au Vernet-Sainte Marguerite (63).
Marfaing Le nom est surtout porté dans l’Ariège. Variantes ou formes voisines : Marfain, Marfan (32), Marfany (forme catalane), Marfin (66), Marfing (67). Le mot “faing” étant une autre forme de “fagne” (= marécage, terrain boueux), il semble logique de donner au nom le sens de “mauvais marécage” (mar = mal), d’autant que deux hameaux s’appellent Marfaing à Carla-Bayle (09) et deux autres Marfan à Sarrant (32) et à Beaumont-de-Lomagne (82). Cependant le nom apparaît comme prénom dans le cartulaire de Saint-Sernin de Toulouse : Marfainz de Valle Secura (1144), appelé aussi Marfannus.
Marga Porté dans le département du Nord au moins depuis le XVIIe siècle (également Margas à Lille au XVe siècle), c’est une forme courte du prénom féminin Marguerite. Avec le même sens : Marge (34, 61).
Margail, Margall, Margalet Nom surtout porté dans les Pyrénées-Orientales. Le mot catalan margall signifie ivraie, autrement dit les graminées sans valeur qui poussent parmi les céréales. Les personnes ainsi surnommées devaient avoir des parcelles de faible rendement, à moins qu’il ne s’agisse d’un sobriquet. Etymologie : sans doute une forme pré-indo-européenne *margalio. Margalet est un diminutif. A noter cependant un autre sens pour Margail, attesté au moins en occitan : bourbier, marécage. Deux hameaux s’appellent le Margail dans le Gers, à Mirande et à Ponsampère.
Margalef Désigne celui qui est originaire de Margalef, nom de deux localités en Catalogne, l’une dans la province de Tarragona (comarca d’El Priorat), l’autre agglomérée à la commune de Torregrossa (Urgell). Etymologie obscure.
Margalle Le nom s’écrit en principe Margallé. On le rencontre surtout dans la Seine-et-Marne et l’Aisne, autrefois dans la Mayenne. Variantes : Margalé (53), Margalet (54), Margallet (77). Sens incertain. Peut-être un toponyme désignant un endroit boueux (racine marg-), mais sans aucune garantie.
Margan Porté dans le Vaucluse et le Rhône, le nom est plus courant sous la forme Margand. Il désigne celui qui est originaire du Margand, nom de hameaux à Légny et à Valsonne (69).
Margarit Nom catalan correspondant à un prénom médiéval, équivalent masculin de Marguerite (voir ce nom pour le sens).
Margas Porté en Normandie, c’est peut-être un toponyme désignant un lieu bourbeux (voir aussi Margat). Voir Marga pour un autre sens.
Margat Surtout porté dans l’Ille-et-Vilaine, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit (le) Margat. C’est un toponyme fréquent dans tout l’Ouest (35, 22 notamment), qui a le sens d’endroit bourbeux (on retrouve ce sens dans l’ancien français margoiller = rouler dans la boue).
Margely Nom rencontré en Bretagne (22). Il doit s’agir d’une variante par dissimilation de Margery, l’un des nombreux diminutifs de Marguerite.
Margeride Le nom est très rare. Il peut s’agir d’un nom de personne, équivalent de Marguerite (voir ce nom). Mais comme plusieurs mentions anciennes le situent dans le Cantal, on pensera aussi à celui qui est originaire de la région montagneuse de la Margeride. Autre possibilité : la commune de Margerides, en Corrèze.
Margerin Diminutif masculin formé à partir du nom de baptême Marguerite, dont Margerie est la forme populaire. C’est dans le Nord que le nom est le plus répandu.
Margherita Équivalent italien de Marguerite (voir ce nom), ce nom de famille est surtout porté dans les Pouilles (province de Tarente), tout comme les équivalents masculins Margherito et Margarito (à rapprocher du grec Margaritis). La forme voisine Margarita est le plus souvent napolitaine.
Margoil Le nom est rare, et je n’en trouve aucune mention avant le début du XIXe siècle, en Auvergne. Il devrait désigner une mare, un marécage, tout comme son équivalent féminin Margouille.
Margolis Le nom correspond soit à l’hébreu “margalit” (= perle, grec “margaritês”), qu’on retrouve dans le prénom Marguerite, soit au prénom Marc (on trouve aussi la forme Marculis). Les auteurs divergent sur son origine même si la première solution est la plus probable. Il s’agit en tout cas d’un nom venu le plus souvent d’Europe de l’Est, porté en général par des Juifs askhénazes. Formes voisines : Margalith, Margolioth, Margolies, Margulies, Margolius.
Margottin Porté notamment dans le Centre (18, 36, 45) et dans la Mayenne, c’est l’un des nombreux diminutifs de Margot (18, 23, 54), hypocoristique du prénom Marguerite. Variante : Margotin (18, 59). Avec d’autres suffixes : Margotat, Margottat (03), Margoteau, Margotteau, Margotteaux (33, 36, 77, 02), Margoton (31, 85, 36), Margotton (42, 80, 79), Margottet (02, 62).
Margouet Patronyme assez rare, qui semble être le diminutif d’un nom de baptême. Peut-être le nom de personne d’origine germanique Marguí (Marcwin < marca = frontière + win = ami). Plus vraisemblablement le nom Marga, hypocoristique de Margarida (Marguerite, du latin margarita = perle). C’est ce dernier sens que l’on trouve dans le nom Marguet, très fréquent en France.
Margraitte Rare, le nom est porté dans les Vosges et devrait correspondre au prénom féminin Marguerite.
Margueritat C’est dans le Cher que le nom a toujours été le plus répandu, au moins depuis le XVIIe siècle. Il renvoie au prénom Marguerite, soit comme diminutif, soit comme toponyme (penser notamment à la commune de Margerides, dans la Corrèze).
Marguerite, Margueritte Nom de baptême féminin, très répandu comme nom de famille dans le Calvados, département dans lequel les matronymes sont nombreux. Etymologie : latin margarita = perle. Le nom a été popularisé par Marguerite d’Antioche, fille d’un prêtre païen qui se fit chrétienne à l’insu de son père, et fut martyrisée pour avoir refusé d’épouser le préfet Olibrius (IIIe siècle). On la représente tenant un lion en laisse avec sa ceinture. Elle est la patronne des femmes enceintes.
Margueron Diminutif de Marguerite (voir ce nom) porté dans la Saône-et-Loire et en Savoie, représenté sous les formes Margeron dans la Drôme et Marguiron dans l’Ain.
Marguet Très porté dans la Marne, ce nom est un diminutif de Margue, lui-même forme courte de Marguerite.
Mari Si le nom est catalan, c’est une variante de Mary (voir ce nom). Mais, le plus souvent, Mari est un nom italien ou corse, pluriel filiatif de Mario (nom de personne issu du latin Marius).
Maria Ce nom ne désigne pas forcément la Vierge, car on le rencontre souvent au moyen âge écrit avec un à final. Dans ce cas, il s’agit du nom de personne latin Marianus, avec cependant de fortes connotations mariales. Quant à l’équivalent du français Marie, il est possible qu’il se dissimule parmi les nombreux Mary ou Mari. En effet, par exemple dans la vallée de la Lentillà et à Vinçà, on rencontre des Mary que les gens prononcent en faisant porter l’accent tonique sur le A, ce qui laisse supposer une autre origine que le latin Marinus. Bref, tout est une question d’accent tonique !
Mariage Le nom est assez courant dans le nord de la France. Il désignait en moyen français une personne mariée (sens attesté à la fin du XIVe siècle).
Marian Fréquent dans les pays slaves, c’est un nom de baptême masculin (latin Marianus) formé soit à partir du nom de la Vierge, soit à partir du gentilice latin Marius. Le nom est également porté en Italie (Vénétie). En France, on le rencontre dans la région bordelaise, le Poitou, ainsi qu’à la Réunion.
Mariani Nom corse ou italien, variante avec i final de Mariano. On le considère soit comme un diminutif du prénom Mario, soit comme un nom lié au culte de la Vierge.
Mariatte Nom porté en Lorraine, notamment dans la Moselle et les Vosges. Il s’agit d’un hypocoristique du nom Marie, sans doute féminin. On trouve aussi la forme Mariat dans l’Isère.
Mariaud Diminutif masculin formé sur le nom Marie. C’est dans le Limousin que ce patronyme est le plus répandu, mais on le trouve aussi dans l’Ouest. Variantes : Mariault, Mariaut, Mariaux, ce dernier nom se rencontrant aussi dans le nord de la Nièvre.
Maribas Nom porté dans la Nièvre, où il est attesté depuis le XVIIe siècle. Il existe un bois de Maribas à Rémilly (58). Sens incertain. Peut-être le nom de personne germanique Maribald (mari = célèbre + bald = audacieux), mais on attendrait alors plutôt une forme Maribaud (nom rencontré dans l’Aude et les P-O).
Marichal Variante de Maréchal (= maréchal-ferrant) surtout portée dans la Haute-Saône. On trouve l’équivalent Marical (parfois écrit Maricaille) dans le Pas-de-Calais et la Seine-Maritime.
Maridet Originaire de la Montagne bourbonnaise, c’est un diminutif de mari : le petit mari, sans doute utilisé comme sobriquet.
Maridor Le nom, assez rare, est très localisé dans l’Eure. On connaît une famille “de Maridor” dans la Sarthe au XVe siècle, ce qui laisse penser qu’on a au départ affaire à un toponyme. On me signale en outre que le nom est porté par des Juifs sans doute originaires d’Espagne, certains vivant actuellement en Suisse. Cette dernière remarque mérite cependant d’être nuancée, puisque un autre correspondant me précise que les Maridor suisses sont tous protestants. A noter, parmi les porteurs du nom, le pilote d’avions Jean Maridor, né au Havre, héros de la seconde guerre mondiale.
Marie Il s’agit bien sûr du nom de la Vierge, et en l’occurrence il s’agit d’un matronyme (nom transmis par la mère). Le nom est fréquent dans toute la France, mais il est omniprésent dans la Manche et le Calvados, deux départements où les matronymes sont courants. Etymologie : hébreu miryam, de sens incertain, pour lequel on a déjà proposé une bonne dizaine d’explications différentes. Celle que l’on préfère actuellement est : voyante, prophétesse.
Marielle Diminutif de Marie, le nom est surtout porté dans les Ardennes. Autre forme : Mariel (24, 29, 62).
Marie-Rose Nom de baptême féminin composé qui fait partie de la longue liste des noms donnés aux esclaves employés en Martinique. Parmi les plus répandus dans ceux qui commencent par Marie, on notera Marie-Sainte, Marie-Louise, Marie-Magdelaine (ou Magdeleine), Marie-Jeanne, Marie-Joseph, Marie-Luce, Marie-Angélique, Marie-Françoise, ou encore l’inattendu Marie-Frivole.
Mariet L’un des nombreux diminutifs formés sur Marie. Celui-ci est surtout présent dans la Haute-Marne. On trouve plus fréquemment la forme Mariette (50, 80, 76), dont l’équivalent italien est Marietta (rencontré aussi en Savoie sous la forme Mariettaz). On trouve également le nom Marietti en Corse.
Marigliani Plus courant sous la forme Marigliano, ce nom italien désigne celui qui est originaire de Marigliano, commune de Campanie au nord-est de Naples. On trouve les Marigliano en Campanie, et les Marigliani dans le Lazio.
Marigo, Marigó Surtout porté dans les Pyrénées-Orientales (Thuir, Millas), ce nom catalanisé est l’équivalent des formes occitanes Mérigot, Mérigou, Mérigout, Mérigoux (87), diminutifs de Meric (voir ce nom).
Marill Nom catalan de sens incertain. On pourrait penser à un toponyme, mais il n’y en a apparemment aucun qui corresponde.
Marillier Nom bourguignon qui correspond à la fonction de marguillier (latin “matricularius” = celui qui tient un registre, ancien français “marille” = registre). Avait souvent au moyen âge le sens de bedeau, sonneur de cloches. Au XIIe siècle, le nom de cette fonction s’écrivait surtout mareglier, ce qui permet de mieux comprendre la forme Marillier. Variantes : Marilier, Mariller, et sans doute aussi Marillet et Marilley.
Marimon, Marimont Nom roussillonnais d’origine incertaine. Il s’agit d’une transformation par métathèse de Miramont (métathèse rencontrée à plusieurs reprises dans un texte de 1637). Quant à Miramont, c’est soit un toponyme (six communes portent ce nom dans le Sud-Ouest), soit un nom de personne d’origine germanique, *Miramund (mir, mar = célèbre, illustre + mund = protection).
Marin Fréquent en Savoie et dans le Var, c’est un ancien nom de baptême très répandu dans le Sud (voir Marino). En composition : Marin dit Bertoud, Marin dit Day (73), Marin dit Vigot (76). Le nom est également courant en Espagne sous la forme Marín. À noter aussi les nombreux Marin italiens, presque tous concentrés en Vénétie.
Marineau Rare et difficile à localiser (Centre, Île-de-France), le nom est aussi porté au Québec et aux États-Unis. Sans doute un diminutif du prénom Marin (voir Marin et Marino). Autres diminutifs : Marinault (41), Marinel (14, 50), Marinet (36, 01, 26), Marinot (71, 21, 10).
Marinier Le nom a souvent désigné un marin, notamment dans l’Eure, mais on le rencontre aussi dans l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher, avec un sens qui pourrait être différent : il semble désigner celui qui est originaire de la Marinière, nom de très nombreux hameaux dans le Centre et dans l’Ouest. Les noms de famille Marinière, Marinières sont portés dans le Sud-Ouest et dans le Cher.
Marino, Marini Issu du latin marinus (= marin) ou dérivé de Marius, c’est un nom de baptême très répandu en Italie, popularisé par plusieurs saints, notamment un sénateur romain du IIIe siècle qui fut arrêté pour sa foi en Jésus-Christ, torturé comme un esclave puis décapité. Matronymes : Marina, Marinella. Diminutifs : Marinelli, Marinetti, Mariniello, et beaucoup d’autres !
Mariojouls Le nom est rare, les premières mentions connues se situant dans le Tarn au XVIIe siècle. C’est une probable déformation des noms plus courants Maruéjol, Maruéjols, Maruéjouls (Aveyron, Gard). Il s’agit d’un toponyme : Maruéjols est une commune du Gard (Maruéjols-lès-Gardon, ou encore Saint-Côme-et-Maruéjols), Maruéjouls un hameau du Cantal (commune de Polminhac). Ces noms sont évidemment à rapprocher de Marvejols (48). Signification du toponyme : la grande clairière (gaulois maro = grand + ialo = clairière).
Marion Diminutif de Marie. Le nom se rencontre un peu partout en France, sauf au Sud.
Mariot Diminutif masculin formé sur le prénom Marie, rencontré surtout dans la Loire-Atlantique et la Haute-Saône. Variante ou matronyme : Mariotte (70, 21). Diminutifs italiens : Mariotto (Vénétie), Mariotti (très fréquent dans toute la moitié nord de l’Italie), Mariottini (Toscane, Lazio), Mariotta (matronyme, Piémont).
Mariou Nom rencontré dans le Sud-Ouest. Apparemment le diminutif d’un nom de baptême, sans doute Marie, éventuellement Mary (Marin).
Marissiaux Surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, désigne un maréchal-ferrant (variante de “maréchal”). Avec le même sens : Marissael, Marissal, Marissel, Marischal, Marischael, Mariscal.
Maristany Nom porté en Catalogne. Correspond peut-être à la commune française de Marestaing, dans le Gers. Signification du toponyme : le mauvais étang (le l de malus étant devenu r dans le Sud-Ouest).
Marit Le nom est porté dans la Vienne, mais aussi dans le département du Nord et en Belgique. Dans tous les cas, il désigne en principe un mari, surnom probable pour différencier des homonymes dans un même village.
Maritch Diminutif slave (également Maric) formé sur le prénom Marie.
Marivin Patronyme surtout porté dans le Morbihan. C’est un nom de personne d’origine germanique, Mariwin (mari = célèbre + win = ami). Variantes : Marivain, Marivingt, Marivint, Marvin, Marvint (Bretagne, Normandie, Picardie).
Markarian Patronyme arménien désignant le fils de Markar, nom de baptême signifiant prophète, à moins qu’il ne corresponde au français Macaire (grec Makarios dérivé de makar = félicité).
Markus Nom hongrois mais aussi allemand. Forme latinisée du nom de baptême Marc.
Marlas Porté notamment dans le Lot-et-Garonne, c’est un toponyme évoquant un lieu marneux, argileux. Avec le même sens : Marlat, Marlats (64).
Marlay Rare, le nom est porté en Normandie (27, 76) et dans la région lyonnaise. Il renvoie à un nom de localité identique à Marly (nom de plusieurs communes, voir Marly).
Marle Nom surtout porté en Picardie, où il peut désigner celui qui est originaire de Marle (Aisne) ou de Marles (Pas-de-Calais), toponyme signifiant terrain marécageux (germanique marila). Cependant, dans la plupart des cas, il s’agit d’une variante de merle, et donc d’un sobriquet donné à une personne aimant chanter ou siffler.
Marlet Diminutif de Marle (= merle), le nom a surtout été porté dans l’Est et le Nord-Est (51, 25, 08), on le rencontre aussi dans le Loiret et le Puy-de-Dôme. Il est aujourd’hui également présent en Martinique. Le nom Marlette, porté dans l’Aisne, en est peut-être une variante, mais c’est aussi un toponyme avec le sens de terrain humide, marnière (sens qui peut parfois convenir aussi pour Marlet).
Marleux Nom porté en Picardie. Correspond au métier de sonneur de cloches (ancien français marleor, du latin marcus = marteau, qui a donné le verbe *marculare).
Marley En France, le nom est très rare et porté dans la Manche. Ce devrait être un toponyme, variante de Marlay (voir Marlay et Marly). Plus fréquent en Angleterre, c’est également un toponyme, nom de diverses localités.
Marlier Un nom surtout lorrain (54, 88) ou champenois (51), qui est une forme contractée de Marillier (voir ce nom). On le rencontre également dans l’Aisne, où il peut avoir, comme Marlière, un sens différent : toponyme évoquant une marnière (gaulois *margilo, ancien français marle = marne, argile). Voir aussi Merlier.
Marlot Nom porté en Saône-et-Loire (également 02, 59). Comme Merlot (62, 89), c’est un diminutif de ‘merle’, surnom donné à celui qui aime chanter ou siffler.
Marly Surtout porté dans l’Aisne, désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom (sept communes en France, dont une dans l’Aisne). Signification du toponyme : sans doute le domaine de Marillius, nom d’homme latin, mais on peut aussi envisager un lieu marneux (margila = marne, glaise).
Marmand Fait partie des nombreux noms savoyards commençant par Marm-, Merm- (voir Mermet pour le sens).
Marmet Nom assez répandu dans le Jura. C’est une variante de Mermet (voir ce nom).
Marmier Surtout porté dans le Lot-et-Garonne (variante : Marmié) et dans la Haute-Saône, désigne peut-être l’ouvrier qui extrait ou travaille le marbre (latin marmor). Mais il s’agit plutôt d’un ancien nom de localité : on trouve des hameaux nommés Marmié à Salles (47), et Pomarède (46) qui pourraient être à l’origine du nom de famille, du moins dans le Sud-Ouest. Sens du toponyme : carrière de marbre.
Marmion Sobriquet désignant un homme très petit, comme un enfant (penser au mot marmot). Le nom se rencontre notamment dans le Loir-et-Cher et la Seine-et-Marne. C’est une contraction de Marmillon, rencontré pour sa part en Savoie.
Marmissolle Le nom, rare, est porté dans les Pyrénées-Atlantiques. Il devrait désigner celui qui est originaire de Marmissolle, hameau ou ferme à Tardets-Sorholus, dans le même département. Ce toponyme gascon semble un dérivé de Marmisse, autre nom de famille et toponyme : un hameau s’appelle “la Marmisse” à Saint-Aulaye, en Dordogne. Sens incertain : on peut penser à une carrière de marbre, mais rien de certain.
Marmonier, Marmonnier Nom de famille porté dans l’Isère. Désigne apparemment celui qui marmonne, qui parle à voix basse, mais il pourrait bien s’agir plutôt de l’ouvrier qui extrait le marbre.
Marmorat Le nom est surtout porté dans la Saône-et-Loire, on le rencontre aussi dans la Loire. C’est un dérivé de marmor (= le marbre), sans doute employé comme toponyme. Un hameau s’appelle Marmorat à Gourdon (71). Formes voisines : Marmoret, Marmoras, Marmora.
Marmottan Le nom est surtout porté en Savoie, dont il semble originaire. Variantes : Marmotan, Marmottant. Il paraît désigner celui qui marmotte, qui marmonne, c’est du moins l’idée généralement admise (cf. dictionnaire de M.T. Morlet).
Marmouget Nom porté dans le Sud-Ouest, notamment dans les Hautes-Pyrénées. Il s’agit d’une variante du français Marmouset (variante Marmousez dans le Nord). Au moyen âge, on appelait marmouset un fou, un bouffon, peut-être un nain comme les rois aimaient en avoir à leurs côtés (au départ, il semble qu’on ait utilisé le mot pour désigner des ornements grotesques et bizarres). De toute façon, il ne faut pas négliger le sens de petit homme, petit garçon (marmouset et marmot appartiennent à la même famille), attesté en wallon liégeois, rencontré chez Scarron au XVIIe siècle. Quelle que soit la solution adoptée, le nom semble avoir une valeur péjorative.
Marnas Nom porté dans l’Ardèche et les départements voisins. Désigne celui qui est originaire de Marnas, nom de plusieurs hameaux dans cette région. Par exemple, dans l’Ardèche, on le rencontre dans les communes de Rochemaure, Berzème et Rochessauve. On trouve également Marnat dans la Loire et le Puy-de-Dôme. Le toponyme semble un dérivé de marne (roche argileuse).
Marneau Porté dans la Seine-et-Marne, le nom se rencontre aussi sous les formes Marniau, Marnot (10, 77, 89). Il devrait s’agir d’un toponyme désignant une terre marneuse, ou encore d’un surnom pour celui qui exploite une marnière.
Marnetto Nom italien rare porté dans le Piémont. Peut-être une contraction de Marinetto, diminutif du nom de personne Marino. Un ouvrage (“Our Italian Surnames”, voir bibliographie) signale que le terme “marno” aurait désigné le plus jeune enfant de parents déjà âgés. Je n’ai pas pu le vérifier. En tout cas, il est vrai qu’on trouve le nom de famille Marni en Lombardie.
Marniquet Le nom est porté dans la Marne, il était présent au XVIIe siècle dans les Ardennes et on le rencontre aussi en Belgique. Selon le spécialiste belge F. Debrabandere, ce serait une variante de Maniquet, Manniquet, qui est lui-même un terme désignant un petit homme (wallon “manikèt”, d’origine flamande).
Marny Essentiellement porté aujourd’hui en Martinique, peut désigner celui qui est originaire du Marny, hameau à La Genevraie (61), mais le toponyme se rencontre surtout en Haute-Savoie : hameaux à Poisy, Arbusigny, Pers-Jussy et Saint-Pierre-en-Faucigny.
Marocco Nom italien surtout porté dans le Piémont et le Lazio, où l’on trouve fréquemment la variante Marrocco. Avec pluriel filiatif : Marocchi, Marrocchi. Au féminin : Marocca, Marrocca. Sauf exception toujours possible, ces noms ne devraient avoir aucun rapport avec le Maroc. On pensera plutôt à un toponyme avec le sens de bloc de pierre, roche détritique (cf. l’italien “marocca”), sens également attesté en Provence et en Roussillon.
Maroiller Porté dans la Haute-Marne et en Bourgogne, le nom s’écrit aussi Maroilley, Maroillier. C’est une variante de Marillier (voir ce nom).
Marois Variante de Marais, rencontrée surtout dans le Loiret et l’Yonne. C’est un toponyme désignant un lieu marécageux. On rencontre la variante rare Maroix en Dordogne.
Marolleau Nom assez fréquent dans les Deux-Sèvres et en Vendée. Variantes : Maroleau, Marollaud. C’est un dérivé de Marolle(s), toponyme fréquent qui semble désigner une construction en bois (latin tardif materiola = bois de charpente).
Maronnat Le nom est surtout porté dans la Nièvre et dans l’Yonne. Variante : Maronat (71, 58). Il devrait s’agir d’un diminutif de Maron (54, 69), nom de personne d’origine germanique (racine mar = célèbre).
Marot Fréquent dans l’Ouest (85, 79 notamment), c’est un diminutif masculin formé sur le prénom Marie. Diminutifs de Marot : Marotaux, Maroteau, Maroteaux, Marotel, Maroteix, Marotin.
Marotta Le nom est fréquent dans toute l’Italie, notamment en Campanie et en Sicile. On pensera d’abord à un toponyme : une commune s’appelle Marotta, mais elle se trouve dans la province de Pesaro et Urbino, donc loin du Sud. Il existe par contre une petite localité portant ce nom à Giano Vetusto (province de Caserta). Fucilla (“Our Italian Surnames”) évoque deux autres possibilités : surnom d’une personne maladive (terme utilisé dans la région gênoise) ou hypocoristique de noms terminés par -maro (Ademaro par exemple). Aucune de ces solutions n’est vraiment satisfaisante, vu la grande fréquence du nom. On signalera que le français “marotte” vient de “Marie”. C’est peut-être une piste à envisager.
Marouby Porté dans la Corrèze, désigne celui qui est originaire du Marouby (= le mas Rouby), nom d’un hameau à Bonnefond (19).
Maroud Le nom est surtout porté en Haute-Savoie. On trouve la forme Marou dans le Sud-Ouest. C’est un nom de personne d’origine germanique (voir Merou).
Marpeau Nom rencontré aussi bien à l’Ouest (44) qu’à l’Est (21). Sobriquet désignant soit un goinfre, soit un vaurien (les deux sens sont attestés en ancien français).
Marpinard Surtout porté en Dordogne, doit désigner le mauvais Pinard (mar = mal), sans doute un ancien nom de lieu-dit (le mauvais pin).
Marquant Forme picarde de Marchand (voir ce nom), portée notamment dans la Somme et le Nord-Pas-de-Calais. Avec le même sens, Marquand, rencontré aussi en Provence.
Marquart Le nom est porté en Alsace. Variantes : Marquard, Marquardt, Markart, Markert, Marcard, et sans doute aussi Markward, Markwardt, Markwart. Les trois dernières formes renvoient aux racines germaniques “mark” (= frontière) et “wardan” (= garder). On peut y voir un garde-frontière (solution proposée par Bahlow), mais il semble qu’on ait plutôt affaire à un nom de personne, dans lequel le second élément pourrait être aussi le mot “hard” (= dur), sachant que le nom de personne Marcardus est attesté dans le polyptyque d’Irminon.
Marque Porté essentiellement dans le Sud-Ouest (40, 64, 65), le nom a le sens de frontière, limite (germanique *marka). C’est un toponyme très fréquent.
Marquès Ce nom signifie marquis, et, comme patronyme, il est surtout employé surtout comme sobriquet. Mais il faut penser aussi à un dérivé du nom de baptême Marc (voir Marquez).
Marquesine Rare et porté dans les Pyrénées-Atlantiques, pourrait être un toponyme : un hameau s’appelle Marquezine à Saint-Loubouer (40), un autre Marquezines à Cocumont (47). C’est apparemment un dérivé de “marqués” (= marquis), mais il convient d’être prudent. En composition : Marquesine-Cantegrit (64). Forme voisine : Marquezanne (64, 33).
Marquet Diminutif du nom de baptême Marc, très fréquent dans de nombreuses régions de France, notamment le Limousin et le Forez. Diminutifs de Marquet : Marqueteau, Marqueton, Marquetout, Marquetoux. Matronyme : Marquette.
Marquez Nom castillan, formé sur Marc avec le suffixe de filiation -EZ.
Marquié, Marquier Le suffixe -er semble indiquer qu’il s’agit d’une profession. Peut-être celui qui marquait les bêtes ? Peut-être aussi un conducteur de troupeau, sachant qu’en occitan le mot “marca” a eu le sens de “troupeau de moutons ou de vaches” (Alibert). C’est dans l’Aude et les départements voisins que le nom est le plus répandu.
Marquillanes Nom rare porté dans les Pyrénées-Orientales. Il renvoie certainement à un toponyme, mais je n’en connais aucun qui corresponde. On peut évidemment penser à une déformation de Marquixanes (nom d’un village de ce département), même si l’hypothèse ne paraît pas sérieuse. A noter l’existence en Catalogne du patronyme Marquilles, lui aussi inexpliqué à ma connaissance.
Marquiran Nom rencontré uniquement dans la Lozère (Marvejols). Aucune idée précise sur sa signification : peut-être un ancien nom de localité, comme semble l’indiquer le suffixe -an.
Marquis Le nom est surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, mais est aussi très courant dans l’Ouest. Il correspond le plus souvent au titre de marquis (voir Lemarquis pour une tentative d’explication). Le sens de mare, marécage (variante de “marchis”) est parfois possible dans l’Ouest.
Marquiset Diminutif de Marquis (voir Marqués), rencontré dans le Doubs.
Marrache Nom porté autrefois surtout dans les Landes, où son sens est incertain (également Marracho dans les Pyrénées-Atlantiques). Mais il y a aussi des Marrache originaires d’Afrique du Nord, notamment du Maroc. Le nom, porté par des juifs séfarades, correspond en arabe à une activité : celui qui pêche dans les marécages. Variante : Marratche. Dérivé : Maradji.
Marrant Porté en Belgique (également 87, 88), le nom a pu désigner un juif ou un maure converti (cf. l’espagnol marrano). Le mot ‘marran’ est attesté en français à partir du XVe siècle. Il a souvent été employé de façon péjorative, notamment pour désigner un avare. Variantes : Marran, Marrand.
Marras Très répandu en Sardaigne, le nom pourrait correspondre au sarde marra (= pioche, houe), le pluriel marras étant utilisé comme sobriquet pour désigner une personne aux incisives proéminentes. Il semble cependant plus raisonnable de le rapprocher de Marra (très fréquent en Campanie et dans la province de Lecce), toponyme évoquant un amoncellement rocheux.
Marrast Nom porté dans le Sud-Ouest, surtout dans la Haute-Garonne. C’est un toponyme relativement fréquent (une dizaine de hameaux et lieux-dits), en particulier dans le Gers où une commune s’appelle Mont-de-Marrast. Faute de formes médiévales, toute interprétation du toponyme est malaisée.
Marraud Nom surtout présent dans le Sud-Ouest (47), et plus généralement en Languedoc, au sens linguistique du terme. C’est un dérivé de Marre (voir ce nom). Variantes : Marrauld, Marreaud.
Marre Patronyme fréquent dans l’Aveyron. Correspond apparemment à l’occitan et ancien français marre (variante marro) désignant le bélier. On peut donc penser à un surnom donné à un homme têtu, mais l’occitan utilise parfois le terme au sens d’homme fort et vigoureux. A noter que la marre était aussi une sorte de houe.
Marrec Fréquent dans le Finistère (variante : Marec), c’est un ancien nom de personne ou un surnom correspondant au vieux breton marchoc (= cavalier, chevalier).
Marrel Probable diminutif de Marre, le nom est porté en Rhône-Alpes ainsi que dans la Haute-Loire.
Marret Diminutif probable de Marre (voir ce nom), le nom de famille est surtout porté dans le Puy-de-Dôme, où il est assez répandu depuis plusieurs siècles, notamment à Marat. Autres départements où le nom a été porté : Loire, Drôme, Cantal, Savoie.
Marrier Le nom est surtout porté en Charente-Maritime et en Gironde (variante : Marrié), mais on en trouve beaucoup de mentions anciennes ailleurs, notamment dans le Centre (Cher, Loiret) et, çà et là, dans d’autres régions. A priori il devrait correspondre à l’ancien ou moyen français “marrier” (cité par le dictionnaire de Godefroy), terme désignant celui qui labourait la terre à la main, avec une sorte de houe appelée “marre”.
Marringer Nom allemand assez rare, dont je ne connais pas la signification. En principe il devrait renvoyer à un lieu appelé Marring(en), mais je ne trouve rien qui corresponde.
Marroc Porté notamment dans les Landes (variante : Marrocq) et en Provence, c’est un toponyme avec le sens de gros bloc de pierre (occitan “marròc”).
Marron Porté notamment dans l’Ardèche et l’Isère, devrait être un diminutif de Marre (voir ce nom).
Marrot Surtout porté dans l’Ariège, c’est un diminutif de Marre (voir ce nom).
Mars Porté dans diverses régions, c’est dans le Nord que le patronyme est le plus fréquent, ainsi que dans les Alpes-Maritimes. Il évoque rarement le mois de mars, même si ce n’est pas impossible dans certains cas (enfant trouvé en mars ?). Le plus souvent, il s’agit d’une variante du prénom Médard, que l’on retrouve dans les nombreuses localités appelées Saint-Mars (16 communes en France), mais Mars correspond également à Marcius, ou Martius, nom entre autres d’un évêque de Clermont. Il peut aussi s’agir d’un toponyme (3 communes s’appellent Mars), ancien nom de domaine (le domaine de Marcius). A noter enfin la rivière du Mars, dans le Cantal.
Marsal Ancien nom de baptême, correspondant au français Martial (latin Martialis). Ce nom a été porté par plusieurs saints, des deux côtés des Pyrénées.
Marsan Porté dans les Landes et les départements voisins (32, 33), le nom désigne celui qui est originaire de Marsan, nom d’une commune du Gers et de nombreux hameaux dans cette région. On pensera aussi à Mont-de-Marsan, cité fondée en 1141 par le vicomte de Marsan. Sens probable du toponyme : le domaine de Marcius (ou Martius), gentilice latin.
Marsande Nom rare porté dans la Loire et le Rhône. Peut-être un ancien nom de localité, mais je n’en trouve aucune trace. A noter le hameau de la Voisinnée Marsande à Joux (69).
Marsanoux Le nom est porté dans la Drôme, où on le rencontre aussi sous la forme Marsanon. Il paraît désigner celui qui est originaire de Marsanoux, hameau à Saint-Michel-de-Chabrillanoux (07).
Marsat Le nom est surtout porté dans l’Indre et la Charente (également 24, 33). Il désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Marsat. C’est notamment le nom d’une commune du Puy-de-Dôme.
Marsay, Marsais Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Marsais : on a notamment le choix entre les communes de Marsais (17) et Marsais-Ste-Radegonde (85).
Marschall Porté en Alsace-Lorraine, c’est l’équivalent du français Maréchal (= maréchal-ferrant). Variantes : Marschal, Marschalle.
Marseille Peut désigner celui qui est originaire de la cité phocéenne, lorsque le nom se rencontre dans le Midi (c’est dans les Hautes-Alpes qu’il est le plus fréquent). Mais on le trouve souvent dans le Pas-de-Calais et dans la Marne, où il correspond plutôt à la commune de Marseille-en-Beauvaisis (autrefois Marseille-le-Petit), dans l’Oise. De toute façon, le toponyme est assez courant en France. Variante : Marseilles (84, 26, département où il pourrait correspondre au hameau de la Marseille, commune des Pilles).
Marseloo Porté dans le département du Nord, sans doute originaire de Belgique, le nom pourrait être un toponyme si on en croit la finale “-loo” (= clairière). Je n’en sais pas plus, sinon qu’une commune des Pays-Bas s’appelle Merselo, ce qui est éventuellement une piste.
Marseul Porté notamment dans la Sarthe, le nom se rencontre aussi dans la Mayenne sous la forme Marceul. La finale -eul laisse penser qu’on pourrait avoir affaire à un toponyme, mais je ne trouve rien qui corresponde, sinon un village appelé Marseuil dans la Creuse (commune de La Celle-Dunoise). À envisager éventuellement une variante de Marcel.
Marsh Très répandu en Angleterre, désigne celui qui habite un lieu-dit Marsh (= marécage).
Marshall Comme le français Maréchal, ce nom anglais a le plus souvent désigné un maréchal-ferrant.
Marsigny Le nom est porté en Bourgogne (21, 89), on le rencontre aussi dans l’Oise. Il désigne celui qui est originaire de Marcigny, nom de deux communes bourguignonnes (21, 71), également hameaux ou lieux-dits à Saint-Pierre-le-Moûtier (58), Cousolre (59), Champs-sur-Yonne (89). Signification : domaine de Marsinius ou Marcinius, nom d’homme latin. Variante : Marcigny.
Marsin Également écrit Marcin, c’est un nom rencontré surtout dans le Puy-de-Dôme. Il est également présent en Guadeloupe. Il s’agit du diminutif d’un prénom, reste à savoir lequel : peut-être Marc, mais on pensera aussi à Mars, nom d’un abbé en Auvergne, peut-être évêque de Clermont (latin Martius). Avec un autre diminutif, le nom Marset, porté notamment dans le Gers, devrait renvoyer à Marc, peut-être à Marcel.
Marsonval Porté autrefois dans le Pas-de-Calais, désigne celui qui est originaire de Marsonval, un toponyme que je n’arrive pas à localiser, mais qui signifie ‘la vallée de Marson’. Marson est ici un nom de personne, dérivé du prénom Marie ou de Mars = Médard.
Marsteau Le nom est porté dans les Deux-Sèvres. C’est une contraction de Marseteau, patronyme recontré autrefois dans le même département, diminutif qui semble correspondre à un nom de personne, Martial ou plutôt Mars (variante de Médard).
Marsy Surtout porté dans le département du Nord, le nom peut être interprété de deux façons : soit une variante de Marsil, Marsille, ancien nom de personne popularisé par les chansons de geste, soit une variante de Marcy, désignant celui qui est originaire d’une localité ainsi appelée (on pensera notamment à Marcy, dans l’Aisne).
Martageix Nom porté dans la Haute-Vienne, rencontré aussi en Charente, tout comme la variante Martagex. Il semble désigner celui qui est originaire de Martageix, hameau à Saint-Méard (87).
Martail Le nom est surtout porté dans les Côtes-d’Armor. Je n’en connais pas la signification. On peut le rapprocher des noms Martay et Marteil, rencontrés en Morbihan, pour lesquels je n’ai aucune solution non plus.
Martainneville Rare et porté dans la Somme, désigne celui qui est originaire de Martainneville, commune du même département. Signification : le domaine (villa) de Martinus, nom de personne latin (= Martin).
Martalò Nom italien très rare (quelques mentions dans l’Ombrie et les Pouilles), rencontré également en Suisse et plus récemment en Belgique. Sens obscur.
Martaresche Le nom est porté dans l’Ardèche. Variante : Martarèche. Il s’agit certainement d’un lieu-dit, mais je n’en trouve aucune trace aujourd’hui. Signification probable : le canal, le ruisseau (resche) de la martre (marta). On trouve avec le même sens Martegoutte, nom d’un hameau à Saint-Auvent (87), également nom de famille (variantes : Martegoute, Martegoutes).
Marteau Surnom désignant en principe celui qui utilise un marteau, l’outil que nous connaissons, ou encore un marteau de forge (le mot a aussi signifié masse d’armes, mais ce sens n’existait plus au XIIe siècle). Le nom est surtout porté dans la Mayenne. Dans le nord et l’est de la France, il peut aussi s’agir d’un diminutif de Marth, forme courte de Martin.
Martel Variante de Marteau (voir ce nom).
Martelange Porté en Belgique, désigne celui qui est originaire de Martelange, localité de la province de Luxembourg. Le nom Marteling, rencontré dans les Ardennes, devrait avoir le même sens.
Martellat Porté dans la région lyonnaise, le nom peut aussi s’écrire Martelat. C’est un diminutif de Martel, Marteau (voir ce nom). Avec un autre suffixe : Martelet, Marthelet, Martellet (39, 25), Martelon, Martellon (38, 69,42), Martelou, Martelout (87).
Martelot Le nom de famille est porté dans le Morbihan, la Somme, ainsi que dans l’Est (25, 55). Variantes : Martelo (56), Marthelot (55, 42). Deux sens possibles : soit un matelot (solution probable en Bretagne), soit un diminutif de Marteau (voir ce nom).
Martens Voir Maertens.
Marter Nom porté en Alsace. Faut-il y voir un rapport avec le mot allemand Marter (= torture) et le surnom d’un bourreau ? Peut-être. Autre solution : dérivé de Mart, Marth, forme par apocope du prénom Martin.
Marth Nom porté en Alsace-Lorraine. C’est un hypocoristique du prénom Martin.
Marthaler Nom sans doute allemand, dans lequel on retrouve l’élément -thaler (= qui habite dans la vallée). Il s’agit sans doute d’une forme contractée de Marchthaler, désignant celui qui était originaire de Marchthal (nom d’une ancienne abbaye de la Souabe).
Marthoz Malgré ses apparences savoyardes, c’est en Belgique que le nom a toujours été le plus répandu. Tout comme Martho, ce devrait être un diminutif de Martin, à partir d’une forme courte Marth.
Marti voir Marty.
Martial Nom de baptême venant du latin Martialis. Ce fut en particulier le nom du premier évêque de Limoges, dont le tombeau fut l’objet d’un culte fervent. La tradition veut qu’il ait vécu au IIIe siècle, mais des fouilles réalisées sur le lieu de sa sépulture montrent que celle-ci ne peut pas être antérieure au IVe siècle. C’est en Dordogne que le patronyme est le plus répandu. Il est également aujourd’hui bien représenté en Guadeloupe.
Martias Nom porté en Guadeloupe. Peut-être une forme erronée de Mathias ? Il faudrait arriver à localiser l’origine géographique pour en savoir plus.
Martig Porté en Alsace-Lorraine, c’est un diminutif en -ig formé sur Mart, lui-même hypocoristique de Martin.
Martignon Diminutif de Martin, le nom est porté notamment dans la Nièvre. Il peut aussi être italien (Vénétie), et dans ce cas ce sera plutôt un augmentatif (suffixe -one). Autres formes italiennes : Martignone (Ligurie, Pémont), Martignoni (Lombardie).
Martimort Le nom est porté dans l’Aude et les départements voisins (66, 34) mais, tout comme sa variante Martimor, il pourrait venir du Béarn, où deux hameaux portent ce nom : Martimour à Baigts-de-Béarn et Martimourt à Orthez (64). Le sens est obscur, mais il est tentant d’envisager une métathèse de noms tels que Mortemart (commune de Haute-Vienne), évoquant un étang asséché.
Martin Le plus populaire des noms de famille, sous ses diverses formes. Saint Martin, évêque de Tours et partageur de manteaux, qui évangélisa la Gaule au IVe siècle, fut en effet considéré par les populations médiévales comme le symbole de la victoire du christianisme sur les traditions païennes. Etymologie : latin Martinus (dérivé du nom du dieu Mars).
Martin du Gard Ce nom composé est apparu au XIXe siècle. Une façon comme une autre de distinguer son porteur (Prosper Martin du Gard) des nombreux autres Martin, en particulier de son épouse (Adrienne Martin-Desboudet). Je ne connais pas le rapport entre le Gard et la famille, qui semble originaire d’Auvergne.
Martinage Le nom est surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais (également 78, 77). Variante : Martinache (59, 60). En ancien français, le mot ‘martinage’ désignait la redevance sur les biens-fonds payée à la Saint Martin (surnom possible pour celui qui prélevait cette redevance). Forme voisine : Martinaiche (Creuse, Bourgogne). On trouve aussi en Corse la forme Martinaggi.
Martinbault Ou Martinbeault. Le nom est porté au Québec. Il était présent au XVIIe siècle en Normandie (Rouen, Bolbec). Visiblement un nom composé de Martin et de Bauld (nom de personne d’origine germanique).
Martineau, Martinet Diminutifs français formés sur Martin. Les Martineau se rencontrent surtout dans l’Ouest (17, 72, 85, variantes Martinaud, Martinault, Martineaud), et les Martinet dans le Dauphiné et la Savoie (à rapprocher de l’italien Martinetti).
Martinèche Nom assez rare rencontré dans l’Ardèche (variante Martinesche) et dans la Creuse. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée (la) Martinèche, peut-être la ferme ou le domaine de Martin (suffixe -esca). Il existe un hameau la Martinèche dans la Creuse (Soubrebost) ainsi que dans le Puy-de-Dôme (Saint-Jacques-d’Ambur). On trouve aussi les Martinèches à Vignols (19). Dans l’Ardèche, à noter le hameau de Martinesche à Lalevade-d’Ardèche, ainsi que le lieu-dit Martinèche à Saint-Basile.
Martinel Diminutif du prénom Martin, porté en Moselle (variantes : Martinell, Martinelle) et dans les départements d’Outre-Mer. Avec le même suffixe, on trouve en Italie les formes Martinello, Martinella, Martinelli. Avec présence de l’article : Lemartinel (50).
Martinengo Nom italien très courant dans le Piémont. On trouve la forme plurielle Martinenghi en Lombardie. C’est un dérivé de Martino (= Martin), désignant en principe celui qui appartient à la famille de Martino. À noter cependant qu’une commune s’appelle Martinengo en Lombardie (province de Bergame).
Martinerie Désigne celui qui est originaire de la Martinerie, nom d’une cinquantaine de hameaux en France. C’est en Corrèze que le nom est le plus répandu, département où l’on trouve le hameau de la Martinerie à Sadroc. En principe, il s’agit du domaine ou de la ferme appartenant aux Martin. A noter cependant que dans la Manche, où le toponyme est fréquent, on le rencontre aussi sous la forme Saint-Martinerie, qui paraît évoquer un lieu où se déroulaient la foire et les fêtes de la Saint-Martin, réputées pour laisser libre cours à la débauche (d’où le verbe martiner : se livrer à la débauche).
Martinez L’un des noms les plus répandus en Espagne, sinon dans le monde, désigne le fils de celui qui s’appelle Martin (suffixe de filiation -ez).
Martinho Forme portugaise du nom de baptême Martin.
Martini La forme italienne la plus courante correspondant à Martin, avec le pluriel de filiation -i. Variante : Martino. Diminutifs : Martinelli, Martinetti.
Martiniaux L’un des nombreux diminutifs de Martin, porté notamment dans l’Ille-et-Vilaine. Variantes : Martiniau, Martiniault.
Martinot Diminutif de Martin (voir ce nom) surtout porté en Champagne et en Bourgogne, ainsi que dans le Pas-de-Calais. Variante : Martinod (Ain, Haute-Savoie). Formes italiennes ou corses : Martinotto, Martinotti. Forme latinisée : Martinoty (nom présent dans la Haute-Saône au moins depuis le XVIIe siècle).
Martins Forme portugaise de Martinez (le fils de Martin).
Martinval Désigne celui qui habite un lieu-dit Martinval (= la vallée de Martin) ou en est originaire. Le nom est porté notamment dans la Somme (variante : Martinvalle), où un hameau d’Épéhy s’appelle Martinval. Le nom Martinvalet, porté en Martinique, pourrait en être un diminutif.
Martirani Nom italien assez rare, surtout porté à Naples et dans sa région. Il désigne celui qui est originaire de Martirano (également nom de famille), nom de deux communes de Calabre (Martirano et Martirano Lombardo).
Martocq Porté notamment dans les Pyrénées-Atlantiques, c’est un nom bien obscur. Je ne vois rien d’autre qu’une éventuelle déformation de Marrocq (voir Marroc).
Martorell Nom catalan qui désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom (notamment une ville de la plaine de Barcelone). Etymologie incertaine. Martorell a également été utilisé comme nom de baptême au moyen âge.
Martos Nom espagnol. Désigne le plus souvent celui qui est originaire de la commune de Martos, en Andalousie.
Martot Surtout porté en Seine-Maritime, devrait désigner celui qui est originaire de Martot, nom d’une commune de l’Eure. Le toponyme est formé des éléments norrois “mara” (= étang) et “topt” (= ferme, domaine rural, puis village). Ailleurs, et notamment en Belgique, ce devrait être un diminutif de Marth, forme courte de Martin.
Martre, Martres Un nom du Sud-Ouest. C’est là-bas un toponyme très fréquent (généralement écrit Martres), qui désigne un cimetière. Vient du grec Martyres (= martyrs, puis lieu où sont enterrés les martyrs chrétiens, et enfin cimetière).
Martret Assez fréquent en toponymie, le mot martres (du grec martyres) désignait un cimetière. Martret (latin martyretum) a le même sens. A noter aussi que le mot a parfois désigné le lieu où se tenait le marché, le cimetière étant aussi souvent la place principale du village. Le patronyme Martret est fréquent en Bretagne (22), mais on le trouve également dans d’autres régions. La variante Martray a le même sens.
Martrette Nom de famille porté dans les Pyrénées-Orientales (Saint-Laurent-de-la-Salanque). Désigne celui qui est originaire de Martrette, hameau de la commune de Malegoude (Ariège), plutôt que des Martrettes à Caraman (31). Voir Martret pour le sens du toponyme. Variante : Martrete (11).
Martrou Porté notamment dans l’Aude et le Cantal (également 18, 64), ce devrait être un toponyme, diminutif de Martre (voir ce nom). Divers hameaux s’appellent Martrou : à Mas-des-Cours (11), Echillais (17) et Saint-Front (43).
Marty Variante graphique de Martí, équivalent catalan ou occitan de Martin, le nom est très répandu dans le Rouergue et les Pyrénées-Orientales.
Martzluff Variante rare de Martzloff, nom assez courant en Alsace. Autres formes : Martzolf, Martzolff, Marzloff, Marzluf, Marzolf, Marzolff. Selon Bahlow (voir bibliographie), c’est un nom de personne équivalent à Marzell (latin Marcellus, français Marcel).
Marulier Patronyme surtout porté dans les Vosges (également 52, 70). Correspond à la fonction de marguillier (voir Marillier).
Marvais Nom porté autrefois dans l’Eure-et-Loir. Pourrait correspondre aux noms Marbais, Marbaix (59), désignant celui qui est originaire de la commune de Marbaix (59).
Marx Fréquent en Allemagne et en Alsace-Lorraine, c’est une variante de Marks, qui correspond au nom de baptême Marc.
Mary Le nom vient du latin marinus (= marin), mais c’est certainement plus un nom de baptême qu’un nom de métier. Les Romains en avaient déjà fait un nom de personne, que plusieurs saints ont contribué à populariser. Voir aussi Maria pour un second sens éventuel.
Marzal Rencontré en Espagne, semble une variante du catalan Marsal (voir ce nom).
Marzat Surtout porté dans la Charente, le nom paraît désigner celui qui est originaire du Marzat, hameau à Pillac (16). Le toponyme est écrit “le Marsac” sur la carte de Cassini (XVIIIe siècle). On rencontre le nom voisin Marzac dans la Gironde. Sens probable du toponyme : le domaine de Martius (ou Marcius), nom de personne latin.
Marzelière Porté en Loire-Atlantique, désigne sans doute celui qui est originaire du hameau de la Marzelière à Guémené-Penfao, dans le même département. On trouve deux autres hameaux portant le même nom à Bain-de-Bretagne (35) et à Vesc (26).
Marzi Porté dans la moitié nord de l’Italie, le nom se rencontre sous les formes Marzio, Marzo dans le Sud, notamment dans les Pouilles (province de Lecce). C’est un nom de personne (prénom) correspondant au latin Martius (dérivé du dieu Mars). On envisagera secondairement celui qui est né en mars.
Marzin Variante bretonne du nom de baptême Martin.
Marzouk Nom de personne arabe (marzûq) signifiant chanceux, fortuné. Variantes : Marzoug, Merzoug, Merzouk. Dérivés : Marzougui, Marzouga, Marzouki, Marzouka, Merzougui, Merzouga, Merzouki, Merzouka.
Mas Celui qui habitait un mas. Il convient de se rappeler qu’un mas n’est pas une simple maison comme on le croit parfois à tort, mais une exploitation agricole dont les terres rayonnent autour de la maison d’habitation. Le mot vient du latin mansus.
Masach, Masachs Rencontré en Catalogne, désigne celui qui est originaire d’une localité (sans doute languedocienne) portant ce nom. Il pourrait s’agir de Massac, commune de l’Aude (mais aussi du Tarn et de la Charente-Maritime). Le toponyme est un nom de domaine formé avec le suffixe -acum sur le nom de personne latin Massius.
Masala Nom italien très fréquent en Sardaigne. Je n’en connais pas la signification.
Masbou Originaire d’un lieu-dit portant ce nom (= le bon mas).
Mascarelle Nom très rare rencontré dans le Loiret. C’est sans doute l’équivalent de Mascarel, Masquerel, nom présent en Normandie, ou encore du nom de famille catalan Mascarell, voire de l’italien Mascarello (Piémont, Vénétie). Si le nom catalan renvoie sans doute à un toponyme (nom d’un village de la province de Valence), les autres sont plus difficiles à expliquer. Ils correspondent en principe à une racine préromane *maska (= noir) et contiennent l’idée de tache noire, salissure. Reste à en comprendre le sens précis.
Mascarin Le nom peut venir du sud de la France (notamment 31) mais aussi d’Italie (Vénétie), où il est une variante de Mascarino, Mascarini. Sens incertain : le nom est utilisé pour désigner un boeuf ou une vache dont la robe est tachetée de noir. Il pourrait s’agir d’un surnom donné à celui dont le visage est noirici, barbouillé, ou qui a des grains de beauté. Variantes occitanes : Mascarenc, Mascareng (31, 81, 82).
Mascart Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais (variante : Mascarte) ainsi que dans l’Yonne et les Deux-Sèvres. La forme similaire Masquart, plus rare, est portée dans l’Est (55, 51). Il peut signifier ‘barbouillé’ ou ‘tacheté de noir’ (cf. l’ancien français se masquier = se noircir), mais un rapprochement avec la sorcellerie n’est pas à négliger (cf. l’occitan masc = magicien, sorcier).
Mascher Porté dans le Bas-Rhin, où il est assez rare, le nom est plus fréquent en Allemagne ou en Autriche. Il désigne le plus souvent celui qui habite un lieu-dit Masch, Maschen, toponyme fréquent de sens identique à Marsch (= lieu marécageux). D’autres sens sont possibles cependant : un dérivé de “Masche” (= maille, également trame, tissu autrefois), pouvant désigner un tisserand. Ou encore un dérivé de deux mots “masch” ou “masche” du moyen bas-allemand, le premier désignant le malt (surnom possible de brasseur), le second un coffre (surnom de menuisier, d’ébéniste).
Maschio Le nom est porté en Italie du Nord, notamment en Vénétie. On trouve le pluriel Maschi en Lombardie. Il correspond au latin “masculus” (= mâle) et a été utilisé comme nom de personne (prénom) au Moyen-Âge.
Masciarelli Nom italien qui semble originaire des Abruzzes. On le rapprochera de Masciari, nom de famille rencontré en Calabre. Ces noms sont certainements liés au mot “masciara”, qui désigne une sorcière dans plusieurs dialectes méridionaux. On a donc affaire à un surnom ayant évoqué un sorcier ou une sorcière.
Mascle, Mascla Nom catalan ou occitan. Du latin masculus (= mâle), il semble s’agir d’un surnom pour un homme vigoureux, mais on peut aussi avoir affaire à un prénom médiéval (c’est le cas pour l’équivalent Maschio en Italie). A noter cependant des formes de type Masclà (accent tonique sur le a final), pour lesquelles on pensera surtout à un toponyme (le Mas Clar).
Masclet, Masclez Patronymes rencontrés dans le Nord-Pas-de-Calais. On peut éventuellement en faire des diminutifs de Mascle (voir ce nom), mais cela me paraît peu probable dans cette région. Il devrait plutôt s’agir de formes contractées correspondant à Masquelet, diminutif de Masquelier, Masqueliez (= boucher, nom de métier).
Mascolo Le nom est assez fréquent en Italie, notamment en Campanie, dans les Pouilles et en Lombardie. Il correspond au latin masculus (= mâle), surnom possible pour un homme vigoureux. Avec le même sens : Maschio.
Mascot Surtout porté dans le Pas-de-Calais, le nom est à rapprocher de Mascart (voir ce nom).
Mascret Porté en Picardie (02, 80), le nom devrait correspondre à l’ancien picard ‘masqueré’ (= barbouillé). Variantes ou formes voisines : Mascré, Mascrès, Mascrez.
Masdea Nom italien rencontré notamment en Calabre (Vibo Valentia). Sens incertain. La tentation est grande d’y voir un matronyme formé sur le catalan Masdeu (voir ce nom), mais seules des données généalogiques pourraient confirmer cette hypothèse hasardeuse. On trouve plus rarement la forme masculine Masdeo dans la même région.
Masdeu Patronyme porté dans les Pyrénées-Orientales. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée le Mas Deu (= le manse, le domaine, ou encore la maison de Dieu), toponyme connu en Roussillon puisqu’il désigne une ancienne commanderie de templiers située sur la commune de Trouillas. On trouve la forme Masdieu en Limousin et dans la Charente, département où existent deux hameaux portant ce nom, à Épenède et à Pleuville.
Masdoumier Désigne celui qui est originaire du Masdoumier, hameau à Ambazac, dans la Haute-Vienne.
Masdupuy Nom porté en Corrèze. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Mas Dupuy (le domaine de celui qui s’appelle Dupuy, voir ce nom). Autre possibilité : le mas du puy (= le mas situé sur la colline).
Masferrer Rencontré aussi sous les formes Masfarrer, Masfarré, c’est un nom catalan désignant celui qui est originaire d’une localité appelée Masferrer (= le mas de celui qui s’appelle Ferrer, éventuellement le mas du forgeron ou de la mine de fer).
Masforroll L’un des nombreux noms catalans formés avec le mot mas (= domaine rural) suivi du nom de son propriétaire (ici Forroll, qui semble correspondre à un mot catalan signifiant ‘loquet, verrou’, mais qui pourrait bien être une variante du prénom Ferréol). Le nom de famille Masforroll était surtout présent à Gironella, près de Berga.
Masfrand Nom porté dans le Périgord et en Limousin. Variante : Masfrant. Désigne celui qui est originaire du Masfrand, hameau à Saint-Fréjoux (19) ou de Masfrant, à Blanzac (87). Sens du toponyme : plutôt qu’à un mas franc (libre de droits seigneuriaux), on pensera plutôt au mas appartenant à Ferrand (nom de personne médiéval).
Masiuk Nom polonais sans doute hypocoristique d’un prénom qui pourrait être Tomasz (= Thomas) ou Maciej (= Matthias, Matthieu), ou encore Mosiej (= Moïse).
Masliah Porté dans tout le bassin méditerranéen, c’est un nom de personne hébreu signifiant “qui a réussi, qui a de la chance” (racine S.l.H = traverser, réussir). Le nom Mazliah semble avoir le même sens, tout comme Matsliah.
Masnou Originaire de l’un des innombrables lieux-dits portant ce nom (= le mas neuf).
Masny Le nom est rare en France, on le rencontre dans l’Ille-et-Vilaine et le Nord. Il désigne celui qui est originaire de la commune de Masny (59) ou d’un autre lieu portant le même nom. Le toponyme est une variante de mesnil (= maison rurale, petit domaine). Le nom de famille est beaucoup plus répandu en Pologne et en République Tchèque, où c’est sans doute un sobriquet pour une personne grasse (polonais “masny”, tchèque “mastny”).
Maso Nom porté en pays catalan. Pour le sens, voir Mazou.


Retour à la page d’accueil du dictionnaire