A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par P

Pabion-Paradis
Paradiso-Pé
Péan-Périer
Périgaut-Phelepp
Phelip-Pinsard
Pinsolle-Pollart
Polledri-Pouysegur
Pouyte-Pype

Polledri En Italie le nom est notamment porté dans la région milanaise et vers Parme. On trouve la forme Polledro dans le Piémont. Il désigne en Italie du Nord un poulain, et au sens figuré un homme jeune, plein de vie (variante de "puledro").
Pollet C’est dans le Nord-Pas-de-Calais que le nom est le plus répandu. On le rencontre aussi en Savoie et en Seine-Maritime, mais il y est plus rare. C’est dans la plupart des cas un diminutif du prénom Pol (= Paul), même si on peut parfois envisager un diminutif du mot "pol" (= coq).
Pollien Le nom est surtout porté en Haute-Savoie. Variantes : Polliand, Polliend, Polliens. Il semble que ce soit l’équivalent de Poulain (voir ce nom).
Pollock Nom de famille écossais. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Pollock (par exemple dans le Highland). Parfois porté par des juifs askhénazes, c’est alors un surnom donné à celui qui vient de Pologne.
Pollux C’est dans les D.O.M. que le nom est le plus répandu, notamment à la Réunion. Sans doute attribué à partir de 1848, il renvoie à un personnage mythologique, fils de Zeus et de Léda et frère jumeau de Castor. La forme grecque est Poludeukês (Polydeykes), avec le sens de "très agréable". Le nom a été aussi porté dans l’Isère et les Landes (nom probable d’enfant trouvé).
Poloce Porté dans le Rhône, le nom s’écrit aussi Polloce, Pollosse, Polosse. C’est l’équivalent de Pelosse, non porté dans le Forez, qui correspond au mot régional "pelosse", désignant le fruit du prunellier. Dérivés : Pelossier, Polossat, Pollossat, Polosson, Pollosson.
Polomé Porté en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais, c’est un nom de sens très incertain. On le rencontre en 1663 dans le Hainaut sous la forme Polomez, puis Polomé au XVIIIe siècle, notamment à Florennes. Mieux vaut ne pas se prononcer. On peut noter que de nombreux noms de lieux et de famille slaves, en particulier polonais, commencent par Polom-, mais rien ne permet d’établir un lien.
Polou Diminutif du prénom Paul, rencontré en Bretagne (56 notamment).
Polpré Le nom est porté dans la Sarthe et les départements voisins (53, 61). C’est une variante de Poilpré (voir ce nom).
Polvent Surtout porté dans le département du Nord (Le Pommereuil), le nom s’est aussi écrit Polvin, Paulvent, Poulevent, Poulvent, Boulvent. Sens obscur, du moins pour moi. La dernière variante citée invite à faire un rapprochement avec Bolvin, autre nom porté dans le même département, lui aussi bien obscur.
Polycarpe Patronyme porté dans le Sud-Ouest (82), également présent dans les départements d’Outre-Mer. C’est un ancien nom de baptême, popularisé par un évêque de Smyrne, père apostolique, martyrisé au IIe siècle. Le nom vient du grec Polycarpos (= qui donne beaucoup de fruits). Une commune de l’Aude s’appelle Saint-Polycarpe.
Poma Dans bien des cas, le nom est d’origine italienne. Il est notamment fréquent en Sicile et en Lombardie et évoque la pomme (italien "poma", utilisé dans diverses régions de préférence à "mela"), peut-être pour désigner un lieu où pousse le pommier. Une commune de Lombardie s’appelle Villa Poma. À noter cependant que le nom de famille existe aussi, depuis plusieurs siècles, en Belgique, dans l’Aisne et la Meurthe-et-Moselle. Il pourrait désigner l’alcool de pomme, mais je n’en ai aucune certitude.
Pomarat Le nom est surtout porté dans le Cantal. Variante : Pommarat. On trouve les formes similaires Poumarat dans le Puy-de-Dôme, Pomerat dans l’Ardèche et Pommerat dans la Creuse. Il semble qu’on ait affaire à un toponyme, probablement une pommeraie.
Pomarède Ce nom désigne un lieu planté de pommiers. Le latin poma désigne au départ n’importe quel fruit, mais il est attesté dès le Ve siècle avec le sens de pomme.
Pomarole Autre nom désignant un lieu planté de pommiers (voir Pomarède).
Pomat Le nom est porté dans l’Ain depuis le début du XVIIe siècle, mais il est également présent dans le nord de l’Italie (de même que les formes Pomato, Pomati). Pour l’Italie, on peut penser à celui qui est originaire de Pomat, nom allemand de la commune de Formazza, au nord du Piémont. Reste à savoir si les Pomat de l’Ain ont la même origine. Un rapprochement avec le cidre (occitan "pomat") paraît douteux. Variante : Pommat. On trouve également dans l’Ain les noms Pomathiaux, Pomathiod, Pomathios, Pomathiot, Pomathioz, Pommatau, Pommateau, Pommathiaux, qui pourraient correspondre à un nom de famille composé plutôt qu’à un diminutif.
Pomian Nom porté dans les Hautes-Pyrénées, également présent en Limousin. Il semble lié au pommier, mais je n’en ai aucune certitude.
Pommepuy Le nom est surtout porté dans la Corrèze. Variantes rares : Pomepui, Pomepuy, et sans doute aussi Pompui, Pompuis (noms rencontrés en Martinique). Il désigne celui qui est originaire de Pommepuy, hameau à Rosiers-de-Juillac (19). Le toponyme signifie apparemment "la colline des pommes", mais il faudrait des formes anciennes pour pouvoir le vérifier.
Pommier Désigne celui qui habite un lieu marqué par la présence d’un pommier. Fréquent dans toute la France, le nom se rencontre notamment dans les Deux-Sèvres, le Loiret, la Savoie et le Dauphiné. Variantes : Pommiers, Pommiès, Pommiez, Pommé, Pommés, Pomé, Pomés (Gascogne), Pommié (Rouergue).
Pomminville Le nom est porté aujourd’hui au Canada, mais plus en France. Il désigne sans doute celui qui est originaire du hameau de Pommainville, à Occagnes (61).
Pomodoro Nom italien très rare, qui semble originaire de la Sicile ou des Pouilles. Il signifie "tomate", surnom possible de producteur ou de marchand.
Pomonti Nom de famille porté en Corse. Ils’agit certainement au départ d’un toponyme, sans doute la commune de Pomonte en Toscane, près de Livourne.
Pompa Le nom est porté en Corse, ainsi que dans quelques régions italiennes (région romaine et province de Foggia, au nord des Pouilles). Outre les divers sens du mot "pompe", le corse "pompa" peut désigner une poupée. C’est dans cette direction qu’il faut peut-être chercher le sens du nom de famille, qui demeure cependant bien incertain. À envisager aussi un matronyme formé sur le nom de personne Pompeo (= Pompée).
Pompidor Nom occitan. Renvoie à un toponyme qui est à l’origine du nom de quelques communes (Lot, Corrèze, Lozère). Racine pomp- de sens obscur et suffixe -idor (ou -ador dans Pompadour). Désignerait un petit plateau, une hauteur au sommet aplati.
Pompidou Nom surtout porté en Dordogne (voir Pompidor pour le sens). Plusieurs hameaux s’appellent le Pompidou, dans le Cantal (commune de Glénat, hameau qui est sans doute à l’origine de la famille de Georges Pompidou), le Lot (Soturac), l’Aveyron (Millau). C’est également le nom d’une commune de la Lozère (Saint-Flour du Pompidou).
Pompignac Surtout porté dans la Dordogne, le nom peut désigner celui qui est originaire de la commune de Pompignac (33), mais aussi du hameau de Pompignac à Saint-Julien-le-Pèlerin (19). Variante : Pompignat, également nom de hameaux à Basville (23) et à Châteaugay (63). Sens possible : le domaine de Pompennius, nom d’homme latin. Le même sens explique Pompignan, nom de famille et commune du Tarn-et-Garonne.
Ponaire Nom breton assez rare, qui semble correspondre à Le Ponner, surnom donné à une personne lourde (breton pounner = lourd).
Ponceau Le nom est surtout porté dans le Loiret (également 89, 41). On hésitera entre un diminutif du prénom Ponce (voir Pons) et un petit pont, ce dernier sens étant cependant le plus probable.
Ponceblanc Rencontré en Bourgogne, c’est visiblement un nom de famille composé, formé par la juxtaposition des patronymes Ponce (voir Pons) et Blanc.
Poncelet On trouve ce nom dans les Ardennes, et c’est soit un diminutif de Poncel (= petit pont), donc un toponyme devenu patronyme, soit un diminutif du nom de baptême Ponce (Pons).
Poncet, Ponset, Poncy, Ponsi, Ponsich Hypocoristiques du nom de baptême Pons, formés avec divers suffixes diminutifs.
Ponchet Le nom vient de Corrèze. C’est sans doute un diminutif du nom de baptême Pons (voir ce nom), mais on ne peut totalement exclure un diminutif de pont.
Ponchon Le nom est surtout porté dans les départements de la Loire et de la Somme. Deux possibilités : soit un toponyme, sans doute avec le sens de petit pont (cf. la commune de Ponchon, dans l’Oise). Soit un diminutif de l’ancien prénom Pons, Ponce (un lieu-dit s’appelle Saint-Ponchon à Carpentras).
Poncin L’un des nombreux diminutifs du nom de baptême Pons, Ponce (voir Pons), surtout porté dans les Ardennes et en Belgique. Variante : Ponsin (08, 55). Doubles diminutifs : Poncinet, Ponsinet.
Poncy Surtout porté dans l’Ariège et les Pyrénées-Orientales, c’est un diminutif du nom de baptême Pons (voir ce nom).
Pondemer Le nom est porté dans l’Ille-et-Vilaine où il est attesté depuis le milieu du XVIe siècle. Variantes : Pontdemer, Pontdemé (ce nom se rencontrant surtout dans les Côtes-d’Armor). Il s’agit sans doute d’un toponyme, la formation étant apparemment semblable à celle de Pont-de-Metz, commune de la Somme (metz = demeure ou domaine rural). À envisager aussi une contraction de Pont-Audemer, commune de l’Eure.
Poniatowski Nom polonais porté par une famille noble assez célèbre. C’est un dérivé de Poniat, ancien nom de personne (sens obscur). Pourrait désigner celui qui est originaire d’une localité appelée Poniatowo (également dérivé de Poniat).
Ponnelle Nom porté en Bourgogne (21, 71), rencontré aussi sous la forme Ponnel. Selon M.T. Morlet, c’est un dérivé de ponne, terme régional désignant un cuvier.
Ponomarenko Le nom est un dérivé de Ponomar, attesté au XVIe siècle (on trouve aussi Ponomarev), qui signifie en russe bedeau, sacristain.
Ponot Nom porté notamment dans la Seine-et-Marne, la Saône-et-Loire et l’Ardèche. Variante : Ponnot (71, 70, 10). Selon M.T. Morlet, c’est un dérivé de ponne, terme régional désignant un cuvier.
Ponrouch Nom rare porté dans l’Aude. A priori, il devrait s’agir d’un toponyme avec le sens de "pont rouge", mais je n’en trouve aucune trace.
Pons, Ponce L’un des noms de baptême les plus répandus dans le Midi à l’époque médiévale. Il vient du latin Pontius. Saint Pons fut martyrisé à Cimiez (colline de Nice) au IIIe siècle, et ses supposées reliques furent quelques siècles plus tard transportées dans la cathédrale de Saint-Pons, près de Béziers. La forme Ponce, en Roussillon, est surtout d’origine castillane. Voir aussi à Pont.
Ponsa Nom porté en Catalogne. Deux possibilités : avec accentuation de la finale (Ponsà), c’est un nom de personne latin, Pontianus, porté par divers saints. Sans accent (Ponsa), c’est le féminin de Pons (voir ce nom), prénom porté par une sainte (un lieu-dit à Majorque s’appelle Santa Ponça). Le nom est également porté en Béarn (voir Ponsan).
Ponsaillé Visiblement un nom composé, formé sur le nom de baptême Pons, suivi sans doute d’un autre nom de personne (Alier, nom d’origine germanique semble le plus probable).
Ponsaint Porté notamment en Moselle, devrait être une variante de Ponsin (08, 55), diminutif de Ponce (voir Pons).
Ponsan Porté notamment dans les Hautes-Pyrénées et le Gers, c’est soit un ancien nom de personne (latin Pontianus), soit un toponyme : divers hameaux s’appellent Ponsan, notamment dans le Gers (Auch, Bassoues, Cazaux-d’Anglès). Variantes : Ponsaa, Ponsa (64, 65).
Ponsard Nom surtout porté dans les Ardennes (variante : Ponsart), rencontré aussi dans l’Ardèche. C’est un diminutif du nom de baptême Pons, Ponce (voir Pons). Double diminutif : Ponsardin (55, 51).
Ponserre Nom porté dans l’Ardèche. Pourrait désigner celui qui est originaire de Ponsere, hameau à Livron-sur-Drôme (26).
Ponsoda Le nom vient d’Espagne, sans doute de Catalogne, où il s’est aussi écrit autrefois Punsoda. Aucune idée quant à sa signification.
Ponsolle Nom porté dans l’Ariège et les départements voisins. Variantes ou formes voisines : Ponsola, Ponsole, Ponsoles, Ponsolles, Punsola. Désigne sans doute celui qui est originaire de Ponsole, hameau à Betchat (09).
Ponsonnaille Le nom est porté dans la Lozère. Variantes : Ponsonaille, Ponsonailles, Ponsonnailles. Sens incertain. Le nom Ponson est en général un diminutif du prénom Pons, il a pu aussi désigner un petit pont. Reste à savoir quel sens attribuer ici à ce qui semble un suffixe (-aille). Le site web de l’IGN signale une ruine appelée Ponsonaille à Servian (34).
Ponsonnet Rencontré surtout dans l’Ardèche, c’est un diminutif de Ponson, porté dans la même région, lui-même diminutif du prénom Pons (voir Pons). Avec un autre suffixe : Ponsonnard.
Pont Porté dans diverses régions françaises, le nom est surtout présent dans la Saône-et-Loire et la Savoie. Il désigne en principe celui qui habite auprès d’un pont, mais dans certains cas une variante de Pons (voir ce nom) n’est pas impossible.
Pontabry Nom porté dans l’Indre (variante : Pontabri). Il paraît s’agir d’un toponyme, peut-être déformation de Pontabrier, hameau à Compreignac (87) et également nom de famille.
Pontac Nom porté dans la Gironde et le Tarn-et-Garonne, rencontré aussi sous la forme Pontacq (64, 65). Désigne celui qui est originaire de Pontac ou Pontacq, nom d’une commune des Pyrénées-Atlantiques et de nombreux hameaux dans le Sud-Ouest. Signification : le domaine (suffixe -acum) de Pontus, nom d’homme latin.
Pontarrasse Nom porté dans les Landes. Variante : Pontarasse. Sans doute un toponyme, mais je ne trouve rien qui corresponde, sinon un cours d’eau (ruisseau de Pontarras) dans le Tarn-et-Garonne.
Ponteix Nom porté dans le Limousin et en Auvergne. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée (le, les) Ponteix, avec le sens de petit pont. Plusieurs hameaux portent ce nom, dans le Puy-de-Dôme, La Haute-Vienne, la Creuse et la Dordogne.
Ponthieu Surtout porté dans le département du Nord, le nom s’écrit aussi Pontieu, Pontieux, Ponthieux. Il désigne celui qui est originaire du Ponthieu, région de Picardie située entre l’Authie et la Somme, ancien comté qui fut rattaché à la France en 1477, après avoir appartenu à l’Angleterre et à la Bourgogne.
Ponti Assez courant en Italie, c’est en Lombardie que le nom est le plus répandu. C’est le pluriel de Ponte (nom de famille surtout porté en Ligurie et dans le Piémont), toponyme équivalent du français "pont". Diminutifs : Pontello, Pontelli, Pontel (Vénétie, Frioul), Ponticello (Sicile), Ponticelli, Pontillo (Campanie surtout).
Pontien Rare et porté dans l’Aude, c’est un ancien nom de baptême (latin Pontianus) popularisé par un pape du IIIe siècle, mort d’épuisement dans les mines de Sardaigne.
Pontier Fréquent dans le Sud-Est (13, 83, 84), également présent dans le Pas-de-Calais, a désigné celui qui percevait le droit de péage au passage d’un pont. Variante : Ponthier (19, 59, 60).
Pontis C’est dans la Manche et le Calvados que le nom est le plus répandu (quelques mentions aussi en Roussillon). Il devrait correspondre à l’ancien français "pontis" (= petit pont) ou à une forme latinisée de Pont. À noter qu’une commune des Alpes-de-Haute-Provence s’appelle Pontis (même sens), et a donné naissance à une famille noble "de Pontis". Enfin, il y a des Pontis dans le sud de la Sardaigne, où il pourrait aussi s’agir d’un toponyme.
Pontlevoy Désigne celui qui est originaire de la commune de Pontlevoy, dans le Loir-et-Cher. Signification : soit un pont-levis, soit plutôt un pont de pierre (latin pons lapideus). Première mention : Pontem Leviatum, 1075. Les formes voisines Pontlevé et Pontlévy évoquent quant à elles plutôt le pont-levis.
Pontoire Le nom est notamment porté dans le Loir-et-Cher et le Maine-et-Loire (rencontré parfois autrefois sous la forme La Pontoire). On trouve la forme Pontoir en Loire-Atlantique (diminutif : Pontoireau). Le nom Pontoir est attesté comme toponyme en Bretagne, notamment dans le Morbihan, où il semble désigner un pont. Le sens devrait être le même pour Pontoire.
Pontoizeau Fréquent en Vendée, le nom est un diminutif de Pontois (= petit pont). On trouve dans la Loire-Atlantique la forme Pontoireau, qui semble une graphie erronée. Variante ancienne : Ponteausseau.
Pontus Porté notamment dans le Pas-de-Calais et le Rhône, rencontré aussi sous la forme Ponthus (01, 42, 69), c’est un ancien prénom, sans doute l’équivalent de Pons, Ponce.
Ponza Surtout porté dans le Lazio (également Piémont et Vénétie), ce nom italien est un matronyme, féminin de Ponzo, Ponzio (également Ponzi comme nom de famille), prénom qui correspond au français Pons, Ponce.
Ponzanelli Nom italien localisé à la limite de la Ligurie et de la Toscane (provinces de La Spezia et de Massa-Carrara). Il semble désigner celui qui est originaire de Ponzanello, village de la commune de Fosdinovo. Autre possibilité : diminutif de Ponziano, Ponzano, formes correspondant au prénom Pontien (latin Pontianus). À noter que Ponzano est aussi le nom de diverses communes.
Pools Porté en Belgique, semble correspondre au néerlandais "pool" (= polonais). On ne peut cependant écarter l’hypothèse d’une variante de Poels, forme génitive flamande du prénom Paul.
Pop Sans doute une variante de Popp, Poppe, nom porté en Alsace (également Bop, Bopp, Boppe). C’est un ancien nom de personne germanique, Boppo ou Poppo, de sens incertain (on pense généralement à une onomatopée enfantine).
Popineau Nom porté dans le Loir-et-Cher (également 86, 45, 18). Variantes ou formes voisines : Popinat (03), Popinel (27, 14), Popinet (86), Popinot (79, 86). Tous ces noms sont des diminutifs de Popin (86 notamment), surnom donné à une personnage replet ou au visage poupin.
Poplin Forme contractée de Popelin, qui peut avoir plusieurs significations : soit celui qui a le visage poupin (dérivé de popel = poupon), soit un pâtissier (les poupelins étaient des sortes de gâteaux, mais ce sens n’est pas attesté avant le XVIe siècle), soit enfin un lieu où pousse le peuplier (popelin, diminutif de pople = peuplier). On rencontre le nom de famille Popelin dans l’Isère et en Saône-et-Loire. Quant aux Poplin, c’est dans le Loir-et-Cher qu’ils sont le plus nombreux (variante : Poplain).
Popon Variante probable de Poupon (voir ce nom), le nom de famille était surtout porté autrefois dans la Haute-Marne.
Popot Nom surtout porté dans le Loiret. On trouve les variantes Poupot, Poupeau dans l’Ouest (79, 17, 85). On considère tous ces noms commençant par Pop-, Poup- comme des sobriquets donnés à celui qui a un visage enfantin (cf le mot poupon et l’adjectif poupin), ou encore qui est petit comme un enfant.
Popowicz Dérivé formé sur le polonais pop (= prêtre).
Poquerusse Ou Poquérusse. Nom porté dans l’Aisne. Variantes : Poquerus, Pocquerus, Pocquerusse (tous avec ou sans accent). Sens obscur. Dans cette région, le verbe "poquer" a signifié "frapper", ce qui ne nous avance pas forcément. À noter, même si n’a peut-être aucun lien, l’existence d’une combe et d’une carrière appelées Piquerusse en Charente-Maritime (Gourvillette).
Poquet Variante de Pocquet (voir ce nom), le nom se rencontre en Bretagne (29, 56) et dans le Pas-de-Calais.
Pora Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais ainsi que dans la Meuse. Aucune certitude, sinon un éventuel rapport avec le poireau (surnom de producteur ou de marchand).
Poraszka Nom polonais qui correspond à porazka (= défaite, échec), reste à savoir comment interpréter le surnom. Autres formes : Poraszko, Poraska.
Porcel Issu du latin porcellus (= petit cochon), il ne s’agit pas forcément d’un sobriquet ou d’un nom de métier. En effet, Porcus était un anthroponyme latin, et son diminutif Porcellus aussi. On rencontre d’ailleurs Porcellus comme nom de personne dans le cartulaire de Saint-Sernin de Toulouse. Le nom de famille est surtout porté dans le Sud-Est, on le renconte aussi en Catalogne (variante : Porcell). Formes italiennes : Porcello et surtout Porcelli (Pouilles, Campanie, Lazio).
Porcher Fréquent en Loire-Atlantique, rencontré aussi dans d’autres départements, dont le Loir-et-Cher et l’Eure-et-Loire, c’est un nom de métier, celui de gardien de porcs. Variantes : Porchier (83, 16, 38), Porquier, Porquiez (60, 62, 80).
Porcheron Nom surtout porté dans la Vienne et l’Indre-et-Loire. C’est un diminutif de Porcher (nom de métier, gardien de porcs). Autres diminutifs : Porcheray, Porcheret, Porcherot (21), Porcherel (42).
Porco Nom italien surtout porté en Calabre. La forme plurielle Porchi est beaucoup plus rare. On pensera bien sûr à un surnom péjoratif lié au porc, mais il peut aussi s’agir d’un ancien nom de baptême (peut-être symbole d’humilité pour les chrétiens). Le nom de famille est très répandu en Sardaigne sous la forme Porcu, également présente en Corse. Variante napolitaine : Puorco.
Porée Le nom est porté dans l’Ouest (Ille-et-Vilaine et Basse-Normandie notamment). Il correspond à l’ancien français "poree", qui a désigné le poireau, la soupe de poireaux, et plus généralement les légumes et la soupe de légumes. Peut-être le surnom d’un marchand ou d’un producteur de poireaux. Le nom Poré (Nord et Est) devrait avoir le même sens.
Poret C’est dans la Somme et la Seine-Maritime que le nom est le plus répandu. Tout comme Porret (Savoie), il devrait désigner par métonymie un marchand de poireaux (le mot "poret" est une variante médiévale de "poireau").
Porhel Porté dans le Finistère, le nom évoque en principe le pourceau (breton porc’hell), sobriquet lié au physique ou désignant un gardien de porcs. Avec le même sens : Porhial, Porhiel.
Porlan Pourrait désigner celui qui est originaire de Polán, dans la province de Tolède (Espagne).
Porlier Rencontré en Ile-de-France, le nom désigne un marchand de poireaux (ancien français porrel, porreau, du latin porrum).
Porra Un nom catalan sur lequel je n’ai rien trouvé de bien convaincant. Si vous pouvez m’aider, n’hésitez pas. On peut éventuellement penser à une variante du nom occitan et notamment auvergnat Pourrat (Porrat), qui devait désigner un producteur de poireaux. Le a final de Porra étant accentué, c’est très possible. Une piste récente situerait les origines du nom en Italie, vers Gênes. Affaire à suivre !
Porsmoguer Porté dans le Finistère, désigne celui qui est originaire de Porsmoguer, hameau à Plouarzel, dans le même département. Le toponyme est composé du breton "porzh" (= cour fermée, puis manoir à cour fermée, également portail) et de "moger" (= muraille). Le nom très rare Porsmaguer en est certainement une déformation.
Porta Le nom désigne, sauf exception toujours possible, celui qui habitait près de la porte de la ville (autrefois fortifiée) ou qui était originaire d’une localité appelée (la) Porta. Il peut être catalan, galicien, portugais ou encore italien (Lombardie, Piémont).
Portail Nom porté notamment dans le Puy-de-Dôme et les Hautes-Pyrénées. Voir Portal pour le sens.
Portal Très fréquent dans la Haute-Loire, la Lozère et le Gard, correpond au français portail, avec le sens de porte de la ville ou en géographie de passage, ouverture. Le nom désigne le plus souvent celui qui est originaire d’un lieu-dit (le) Portal, nom de plusieurs hameaux en France. Il peut aussi avoir été donné à celui qui habite près de la porte de la ville.
Portalès Celui dont la fonction était de garder les portes de la ville.
Portalier Nom porté notamment dans la Lozère et la Haute-Loire, ainsi que dans les départements voisins. Désigne soit celui qui habite près de la porte de la ville, soit plutôt celui qui est chargé de la surveillance de cette porte. Variantes : Portailler, Portaillier (42, 26), Portallier (26).
Portanguen Le nom est porté dans le Morbihan. Variantes : Portanguin, Portenguen. Il désigne celui qui est originaire de Portanguen, hameau à Merlevenez (56).
Portas Aussi bien portugais qu’espagnol, c’est un toponyme avec le sens de porte(s) de la ville.
Portaud Porté en Vendée, le nom se rencontre aussi sous les formes Porteau, Porteaud. On trouve aussi la graphie Portau en Charente. On peut penser à une variante de Portal (celui qui habite près de la porte de la ville ou du village, éventuellement le gardien de cette porte) ou à un diminutif de port(e) avec le sens de passage. Cependant, dans cette région, un autre sens paraît préférable : le mot "porteau" y désigne en effet un conduit d’eau, un canal. Formes voisines dans le Nord : Portaux, Porteaux. Des noms tels que Porthault ou Portheau, rencontrés notamment dans le Centre, devraient avoir le même sens. À noter cependant que le dictionnaire de Dauzat (puis celui de M.-T. Morlet) explique Porthault (écrit aussi Portehault au début du XVIIe siècle) en y voyant un surnom pour celui qui est fier, qui a la tête haute ("porte haut"). Je n’y crois guère, d’autant que de très nombreux hameaux du Centre et de l’Ouest s’appellent "le Porteau".
Portaz Fréquent en Savoie, c’est une variante du français Porte, Portes : celui qui habitait près de la porte de la ville, ou qui est originaire d’une localité appelée (la) Porte.
Porte Le nom est surtout porté dans le département de la Loire et dans le Puy-de-Dôme. Il désigne celui qui habite un lieu-dit (la) Porte, soit la porte d’une ville fortifiée, soit un passage, un défilé rocheux. Forme plurielle : Portes (34, 81, 31, 40).
Porteil Le nom est surtout porté dans les Pyrénées-Orientales (Mosset). Variante : Porteils. C’est un toponyme, sans doute avec le sens de petit passage, petit col (diminutif de "port").
Portelange Porté en Belgique et dans le département du Nord, c’est une variante de Portelance (= lancier), nom de famille porté aujourd’hui surtout dans l’Indre-et-Loire mais attesté dès 1462 à Lille et à Malines (Jan Portelanssen, lansdrager, terme qui signifie "porte-lance" en néerlandais).
Portele Nom disparu qui se rencontre encore sous la forme Portelle (11, 34). C’est un toponyme avec le sens de petite porte, petit passage (petit col).
Portelette Nom porté le plus souvent dans la Marne. C’est un toponyme désignant une petite porte ou plutôt un passage étroit. On rencontre des lieux-dits Portelette surtout en Picardie (80, 62).
Portelli C’est dans le sud de la Sicile (Raguse) que ce nom italien est le plus répandu. Il est également fréquent à Malte. On hésitera entre un diminutif de "porta" (= porte) ou de "porto" (= port, également passage, col). C’est de toute façon un nom formé à partir d’un lieu. La forme Portello se rencontre pour sa part vers Trévise (Vénétie).
Porter Fréquent en Grande-Bretagne, désigne celui qui avait la charge des portes de la ville ou d’un château. Autre sens possible : un porteur. Le nom vient du français, et correspond soit à portier, soit à porteur.
Porterie, Porteries Il s’agit sans doute d’un toponyme (plusieurs hameaux portent ce nom). Son interprétation est difficile, même si le rapport avec porte semble évident. La maison du portier ? Le village qui a une grande porte ? Un passage ? Le patronyme est surtout répandu dans la région pyrénéenne.
Portero Fréquent en Espagne, a dû désigner celui qui gardait les portes de la ville (ou d’un château). Variante portugaise : Porteiro.
Portet C’est dans l’Ariège que le nom est de très loin le plus répandu. Il s’agit d’un toponyme avec le sens de petit col. On trouve la forme plurielle Portets en pays gascon.
Portier Désigne celui qui avait la garde d’une porte, d’un portail (d’une ville ou d’un château). Le terme a été aussi utilisé pour désigner une porte ou un portail. Le nom de famille est notamment porté en Haute-Savoie, dans les Charentes et le Morbihan. Avec le même sens : Porthier (69, 47), Portié (12, 31, 32, 82).
Portigliati Rare, ce nom italien est plus fréquent sous la forme Portigliatti (région de Turin, Savoie). L’origine devrait en être un toponyme avec le sens de petite porte, petit passage.
Portmann Assez courant dans le Haut-Rhin et plus généralement en Alsace-Lorraine, le nom a pu désigner celui qui habitait à la porte de la ville ou qui en avait la garde (moyen bas-allemand "porte" + "mann"). C’est également ce sens qu’il faut retenir pour le nom Port, lorsqu’il est porté en Moselle.
Portoleau Le nom est porté en Vendée et en Loire-Atlantique. Variante : Portolleau. Sens obscur. Des chemins plus ou moins tortueux me poussent à le rapprocher de noms tels que Bertheleau (diminutif de Barthélémy), mais sans grand enthousiasme.
Portten Nom très rare, rencontré en Moselle sous la forme Porten (également présente en Allemagne). Il correspond au moyen-bas-allemand "porte", équivalent de l’allemand "Pforte" et du français "porte". Sens probable : celui qui habitait près de la porte (d’une ville fortifiée).
Portugal C’est dans le Morbihan que le nom a toujours été le plus répandu (il y est présent au moins depuis le début du XVIIe siècle à Sauzon, puis à Bangor, sous la forme Le Portugal). On le rencontre aussi en Savoie et dans les Pyrénées-Atlantiques. Il désigne celui qui est originaire du Portugal, éventuellement celui qui est allé au Portugal.
Portzer Porté en Moselle, désigne sans doute celui qui est originaire d’une localité appelée Por(t)z, on pensera en particulier à Porz am Rhein, ancienne commune aujourd’hui rattachée à Cologne. Variante : Porzer. On trouve également en Moselle le nom de famille Portz, qui devrait avoir le même sens. Pour la signification du toponyme, on pensera soit à un port, soit à une porte.
Posch Porté en Autriche et dans le nord de l’Italie (Haut-Adige), c’est une variante de l’allemand Bosch, lui-même variante de Busch (= bois, bosquet, buisson). Dérivé : Poschung, sans doute avec le sens de talus, pente (allemand "Böschung").
Possemato Nom italien rencontré aussi sous la forme Possumato. Désignerait un joli coeur, un séducteur (source : Our italian Surnames).
Possien Le nom est surtout porté dans l’Oise, où il est attesté au moins depuis le XVIIe siècle. Je n’en connais pas le sens. Peut-être la déformation d’un ancien prénom tel que Pontien.
Postaire Le nom est surtout porté dans la Manche. Il pourrait désigner le dernier-né de la famille (latin posterus). Il est à l’origine du hameau de la Postairerie à Orglandes (50).
Postal C’est dans les Ardennes que le nom est le plus répandu. On peut penser à un dérivé de l’ancien français post (= poteau), mais il est préférable de le rapprocher des formes Posta et Postat, portées dans la même région, qui correspondent à la fonction de podestat (premier magistrat d’une cité). L’ancien wallon postal(h) confirme cette solution (cité par le Dictionnaire des noms de famille en Belgique romane).
Postel Le nom est fréquent dans la Manche et la Somme. Voir Potelle pour le sens. Variantes avec vocalisation de la finale : Posteau, Posteaux.
Postic Surtout porté dans le Finistère, c’est sans doute, comme Postec, un diminutif du breton et de l’ancien français post (= pilier, poteau), surnom donné à un homme solide. Autre possibilité : un fabricant de poutres, de poteaux.
Pot Surtout porté dans le département du Nord et en Belgique, le nom peut avoir plusieurs significations. D’abord, tout bêtement, le mot ‘pot’, désignant peut-être par métonymie un potier. Ensuite, une variante de Pott, nom de personne d’origine germanique (Potto, Botto, racine bod = messager). Autre possibilité : hypocoristique de Philippe (Philippot > Pot). Il pourrait enfin s’agir parfois d’un toponyme.
Potart Le nom est surtout porté dans l’Aisne. On trouve la variante Potard dans le Jura et le Maine-et-Loire. C’est un dérivé du mot ‘pot’, mais difficile de savoir quel sens lui attribuer. Le suffixe péjoratif -ard laisse penser qu’il pourrait s’agir du surnom d’un buveur.
Potelle Porté dans la Somme et dans le Nord, c’est une variante de Potel (76, 27) et de Poteau (62). Le nom renvoie à un poteau, sans doute le pilori, et désignerait soit celui qui habite près du pilori, soit le bourreau chargé d’exécuter les sentences.
Potencier Porté notamment dans le département du Nord, le nom désignait en ancien français celui qui marchait à l’aide de béquilles (dérivé de l’ancien français "potence" = béquille). Variantes : Potensier, Potentier (02).
Pothet Rencontré dans la Vienne et les Deux-Sèvres. Variante : Potet (44, 86, 60). On peut penser à un petit pot (surnom d’un potier ou d’un marchand), mais il s’agit plutôt d’un diminutif de l’ancien français poesté, territoire dépendant d’une seigneurie, et donc un toponyme.
Potier, Pottier Nom français qui correspond bien sûr au métier de potier. Précisons que les pots fabriqués par le potier médiéval n’étaient pas forcément en terre. Les Potier sont très nombreux en Vendée et dans le Nord-Pas-de-Calais, où l’on trouve aussi énormément de Pottier.
Potignat Surtout porté dans l’Allier, devrait être, tout comme Potignon (03, 71), un diminutif de Potin (voir ce nom).
Potillon Le nom est surtout porté dans l’Allier (également 37, 71). Variante : Potillion (60). Il devrait s’agir du surnom d’un potier (cf. l’ancien français potillerie = poterie).
Potin Le nom est surtout porté dans le Finistère. C’est un nom de personne (latin Pothinus, sans doute dérivé du grec pothos = passion), popularisé par un évêque de Lyon, martyr à l’âge de 90 ans. Variantes : Pothin (42, 89), Potain (29, 71), Pothain (45, 89), Pottin (77).
Potinière Nom présent dans les Deux-Sèvres et la Loire-Atlantique, où on trouve aussi la forme Potinier. C’est un toponyme désignant la ferme ou le domaine de celui qui s’appelle Potin (voir ce nom). Une vingtaine de hameaux s’appellent "la Potinière", en Normandie, en Bretagne, en Vendée et dans le Poitou.
Potiron Le nom est surtout porté en Loire-Atlantique. Rien à voir en principe avec l’actuel potiron (sens apparu au milieu du XVIIe siècle). Le terme désignait au Moyen Âge un gros champignon (sens toujours conservé dans l’Ouest). M.T. Morlet pense à un surnom pour un homme court et massif. En composition : Potiron de Boisfleury, Potiron de Boisfleury-Maitre.
Potocki Nom polonais, probable dérivé du mot "potok" (= cours d’eau, ruisseau).
Potonnier Porté dans la Vienne et le Loiret, c’est une variante de Pautonnier (voir ce nom). La graphie Potonier, très rare, se rencontre dans l’Allier et le Loiret.
Potron Le nom est surtout porté dans les Ardennes. Sens incertain : on pensera à un dérivé de ‘pot’ (surnom possible d’un potier), mais surtout à l’ancien français poitron (conservé dans l’expression potron-minet), qui désignait le derrière, la croupe, avec un sens difficile à déterminer. Le nom de famille Poitron existe dans la Somme.
Pottecher Le nom est porté dans les Vosges. C’est l’équivalent de l’allemand Böttcher (= tonnelier).
Pottelain Nom porté dans l’Aisne. C’est un diminutif de Potteau, Potteaux (59, 80, 02), qui correspond sans doute au mot poteau (postel, potteau en ancien français), avec le sens de pilori : celui qui habite le lieu où se trouve le pilori. Autre possibilité : un dérivé de pot (surnom donné à un fabricant ou à un marchand de pots). Autres diminutifs : Pottelet, Pottelette (02).
Potter Fréquent en Grande-Bretagne, correspond au métier de potier.
Potut Surtout porté en Charente-Maritime, le nom se rencontre aussi dans le Jura et dans la Drôme. En ancien français, l’adjectif pote signifiait "gauche" (la main pote = la main gauche). Le nom Potut a pu désigner un gaucher, ou encore un personnage maladroit, lourdaud (d’autant que le mot potte est une variante régionale de patte). Variantes : Pottu (26, 42), Potu (42, 69), Potus (43).
Potvin Nom rencontré en Normandie et en Picardie, où l’on trouve aussi la variante Potvain. On peut en faire un sobriquet désignant un grand buveur, mais il me semble beaucoup plus raisonnable d’y voir une forme contractée et déformée de Poitevin (= originaire du Poitou).
Poty C’est dans la Somme que le nom est le plus répandu (sens incertain, peut-être un nom de hameau). On le trouve aussi dans la Haute-Loire, où ce devrait être une variante de Potin (voir ce nom).
Pou Porté dans les Pyrénées-Orientales, c’est un toponyme avec le sens de puits. Le nom se rencontre également dans d’autres départements (41, 16), soit avec le même sens, soit pour désigner celui qui est sale comme un pou.
Poualion Le nom, très rare, serait originaire du Cantal ou d’un département voisin. Graphies antérieures : Pougalion, Pougalhon, Poualhion. Sens incertain mais on peut faire le rapprochement avec une hauteur qui s’appelle Truchon Pougalion aux Salces, commune de Lozère. Dans la même commune, un cours d’eau se nomme Fouon de Pougalion. Dans ces deux lieux-dits, difficile de savoir si Pougalion est lui-même un toponyme ou un nom de personne.
Poubanne Egalement Poubane. Ce nom, porté dans l’Ille-et-Vilaine, est plus fréquent sous la forme Boubarne. Sens incertain. Pourrait correspondre à l’ancien français boban(s) = luxe, débauche, arrogance.
Pouce Porté notamment dans l’Yonne et la Seine-et-Marne, devrait être le surnom d’un homme tout petit (penser au Petit Poucet).
Poucet Porté surtout dans le Nord et dans la Somme, c’est sans doute le surnom d’un homme de petite taille. Autre possibilité, notamment en Belgique : celui qui est originaire de Poucet, dans la province de Liège.
Pouchain Variante de Pouchin (voir ce nom) portée surtout dans la Somme et le Nord-Pas-de-Calais.
Pouchairet Nom rare porté dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales. Aucune idée précise : peut-être un dérivé de Puch (Pouch) = sommet, colline.
Pouchalan Rare et porté notamment dans le Gers, c’est sans doute le nom d’un ancien village ou d’un lieu-dit, mais je n’arrive pas à le localiser.
Pouchard On rencontre le nom notamment dans l’Orne et dans la Vienne. Selon M.-T. Morlet, c’est un dérivé de "pouce", surnom donné à un homme tout petit.
Pouchin Nom originaire de Normandie (50, 76 notamment). C’est une variante de Poussin, désignant par métaphore un homme craintif comme un poussin (c’est du moins ce que l’on pense le plus souvent, mais les noms d’oiseaux peuvent être interprétés de multiples façons).
Pouchol Porté notamment dans la Creuse et le Puy-de-Dôme, c’est un toponyme avec le sens de petite colline (diminutif de Pouch, variante limousine de l’occitan "puech"). Pour la Creuse, on pensera au hameau de Pouchol à Dontreix. On trouve aussi en Saône-et-Loire la forme Poucholle.
Pouchout Nom rare porté dans la Corrèze, peut-être variante de Pouchou, Pouchous, toponyme fréquent dans le Sud-Ouest, qui semble désigner une petite colline (diminutif de l’occitan puech). A noter cependant qu’en occitan le pochon est une mesure pour le vin.
Poudade Nom surtout porté dans les Pyrénées-Orientales. Le verbe podar signifie tailler (latin putare), et la podada est l’action de tailler. Le patronyme peut désigner un spécialiste de la taille de la vigne ou des arbres fruitiers. On envisagera aussi un éventuel toponyme (lieu planté en vigne).
Poudampa Le nom est porté en Béarn (65, 64). Il devrait désigner celui qui est originaire de Poudampa, hameau à Laroin (64). Aucune idée sur le sens du toponyme.
Poudens Le nom est porté dans les Landes. Variantes : Pouden, Poudenx. Il désigne celui qui est originaire de la commune de Poudenx, dans le même département.
Pouderoux Le nom est surtout porté dans le Cantal. On trouve la forme voisine Pouderous dans l’Aveyron. Il semble correspondre à l’occitan poderos (= puissant). A noter aussi les formes plus rares Pouderou (24) et Pouderon (42).
Poudevigne Le nom est fréquent dans la Lozère. Variante : Poudevignes, Podevigne. Il évoque en occitan la taille de la vigne (podar = tailler la vigne), surnom de viticulteur ou toponyme.
Poudoulec Porté dans le Finistère, le nom se rencontre aussi sous les formes Bodolec, Boudoulec. Il semble s’agir d’un diminutif du nom de personne d’origine germanique Boudoul (Bodwulf : bof = messager + wulf = loup), sachant cependant que ce patronyme se rencontre surtout dans la Haute-Loire et les Hautes-Alpes. Une solution plus bretonne peut en faite un dérivé de bodell (= gerbier).
Pouech L’une des nombreuses variantes d’un terme occitan et catalan désignant une colline, un sommet (latin "podium"). Le nom est surtout porté dans l’Ariège et la Haute-Garonne.
Pouet Porté notamment dans le Loiret et les Deux-Sèvres, devrait être un toponyme, à rapprocher soit de "poué" (= puits), soit de l’occitan "pouey" (= colline).
Pouettre Nom surtout porté dans le Calvados. Variantes : Pouetre, Pouette. Correspond à l’ancien français poitre, avec le sens d’armure de poitrine, plastron, sans doute le surnom d’un fabricant.
Poueydebasque Nom porté dans les Landes. Il signifie "la colline du Basque". Il existe un lieu-dit "Poueydebasque" dans la commune de Lahontan (64). Variantes : Poeydebasque, Pouydebasque. Formes anciennes : Poydebasque, Poydebascou.
Pouffarin Rare, le nom est porté dans la Vienne (variante : Poufarin). Il est plus fréquent sous la forme Pouffary (87, 86). Autre variante : Pouffarix (87, 36). Il semble que ce soient des dérivés du verbe "pouffer", qui a d’abord signifié "souffler" (en parlant du vent), puis "être gonflé d’orgueil". Donc, soit un personnage vaniteux, soit un lieu où souffle le vent.
Pougenc Nom rare qui semble aveyronnais. Variante : Pougenq. Sans doute un dérivé de l’occitan "puèg" (= sommet, colline), désignant celui qui habite un lieu-dit le Puech, Le Puy et autres formes similaires.
Pouget, Pougeot Ces deux noms sont des toponymes désignant une petite colline (podium > puy). On trouve une commune nommée le Pouget dans l’Hérault.
Pougin Porté notamment dans les Ardennes (également présent en Guadeloupe), le nom semble désigner une petite colline (diminutif de ‘pouge’).
Pougnand Nom surtout porté en Poitou-Charentes (variante : Pougnant). C’est un sobriquet désignant une personne aimant la bagarre (ancien français pogner, du latin pugnare = combattre). On trouve dans la même région la forme Pougnard. Variantes : Pognand, Pognant, Pognard, Pognart, rencontrées le plus souvent dans l’Est et le Sud-Est.
Pougnet Le nom est surtout porté dans la Lozère (également 15, 34). En occitan, ‘ponhet’ signifie ‘poignet’ (également ‘petit poing’). Reste à savoir le sens exact du surnom. Le suffixe -et semble difficilement s’accorder avec le surnom d’un homme batailleur, généralement mentionné par les dictionnaires. Ou alors un petit homme batailleur !
Pouillat Surtout porté vers la Bourgogne, c’est un toponyme (nom d’une commune de l’Ain) qui semble correspondre à une racine celtique *pol (= marécage). Autre possibilité : domaine de Paulius, nom d’homme latin.
Pouille Le nom est assez courant dans le Nord-Pas-de-Calais. C’est en principe une forme picarde du mot "poule" (ancien français "poille"), qu’on retrouve dans le nom de famille Lapouille, porté dans la même région. Ce serait alors le possible surnom d’un marchand ou d’un éleveur de poules. À envisager aussi cependant une possible altération du prénom Poul (= Paul).
Pouillen C’est dans l’Allier que ce nom, assez rare, a toujours été le plus répandu. Variantes : Pouillien, Pouillin. Sens incertain. Peut-être une variante de Poulain, Poulin (voir Poulain). A noter cependant que, dans cette région, la racine "pouill-" est souvent liée à des toponymes évoquant des lieux marécageux.
Pouillier Porté notamment dans l’Eure-et-Loir (variante : Pouiller) et la Seine-et-Marne, le nom est difficilement interprétable, tant les possibilités sont nombreuses. On peut penser à un marchand de volailles (ancien français "poille" = poule), de draps ou de tapis (ancien français "poile, poille"), mais aussi à un toponyme, à rapprocher des nombreux Pouillé ou Pouilly. Le mot "pouillier" a aussi désigné un poulailler.
Pouilloux Surtout porté en Poitou-Charentes, le nom se rencontre aussi sous la forme Pouillou (18). Il désigne celui qui habite un lieu-dit Pouilloux ou en est originaire. Dans la région concernée, on pensera notamment à La Chapelle-Pouilloux (79). Sens probable du toponyme : lieu marécageux (voir Pouillat) ou lieu misérable (= pouilleux, cf. la Champagne pouilleuse).
Pouilly Originaire de Pouilly, nom de très nombreuses localités en France. Deux interprétations pour ce toponyme : soit un nom de domaine gallo-romain formé avec le suffixe -acum sur le nom d’homme latin Paulus, soit, avec le même suffixe, un dérivé du celtique *pol (= marécage). C’est en Picardie que le nom de famille est le plus répandu (il peut renvoyer à deux communes de l’Oise et de l’Aisne).
Poujade voir Pujade.
Poujarniscle Variante francisée de Pujarniscle, nom de famille porté en Catalogne, des deux côtés de la frontière (Agullana et Maureillas notamment). On trouve aussi parfois la graphie Puigarniscle. Il semble qu’on ait affaire à un de ces nombreux noms commençant par "puig" (= colline), le second élément étant assez obscur.
Poujaud, Pougeaud Surtout fréquent en Auvergne, le nom est un toponyme désignant une petite colline.
Poujol Variante de Pujol (= petite colline) portée en Languedoc (12, 30, 34). Variantes : Poujols (46, 48), Poujoul (24).
Poulain, Poullain Il s’agit le plus souvent d’un sobriquet lié au poulain. Son sens est difficile à cerner aujourd’hui. M.T. Morlet pense qu’il a été appliqué à un homme vif. Pour ma part, j’y verrais plutôt une idée de jeunesse. C’est dans le Nord-Pas-de-Calais qu’il y a le plus de Poulain, tandis que les Poullain sont fréquents en Normandie (50, 76). Dans certains cas, on peut envisager que Poulain soit un diminutif du prénom Paul (sous ses formes Pol, Poul).
Poulard Nom porté notamment dans la région lyonnaise (42, 69) et en Bretagne. Voir Poullard.
Poulat Surtout porté dans le département de la Loire, ce devrait être un toponyme, dont le sens reste à définir : peut-être une mare, un étang. Un hameau ou quartier s’appelle le Poulat à Saint-Paul-de-Varces (38).
Poulenc Nom de famille porté dans le Rouergue. Il désigne sans doute celui qui est originaire d’un hameau appelé Le Poulenc, dans la commmune de Fiac (81).
Poulet Patronyme très répandu dans l’Isère et en Bourgogne. Il peut dans certains cas désigner par métaphore celui qui est craintif comme un poulet, mais dans l’Isère il s’agit certainement d’un toponyme. Il existe en effet dans ce département ainsi que dans la Drôme de nombreux hameaux et lieux-dits appelés le Poulet. C’est un diminutif de Poule (gaulois pol), qui semble désigner un lieu marécageux, une mare. Dans le Nord (variante Poullet), il peut aussi s’agir d’un diminutif du prénom Paul.
Pouleur Nom rencontré dans la Somme et dans le Nord, ainsi qu’en Belgique. Plutôt qu’à un éleveur de poules, il faut penser à celui qui est originaire d’une localité portant ce nom, sans doute la commune de Polleur (province de Liège).
Poulidor Patronyme porté dans la Haute-Vienne, où l’on trouve aussi la forme Polydor. C’est une variante de l’ancien nom de baptême Polydore (voir Polidoro), rencontré pour sa part dans le Tarn et la Dordogne.
Poulin Voir Poulain pour le sens. Le nom est assez fréquent dans le Loiret et le Nord, ainsi que dans la région parisienne. On le rencontre aussi au Québec. Diminutifs : Poulineau (36, 37), Poulinet (85, 44, 87), Poulinot (62).
Pouliot Porté notamment dans la Sarthe (variante : Poulliot), le nom est également présent au Québec. Il devrait correspondre à l’ancien français "poillot" (= poussin, petit d’un oiseau, parfois aussi jeune enfant), le sens précis du surnom étant incertain. Le rapport avec la menthe pouliot ou avec le pouliot, petit treuil de charrette, semble improbable.
Pouliquen Nom breton attesté dès le XIIe siècle sous la forme Polican. Son sens demeure obscur, et à ma connaissance personne n’a encore réussi à l’interpréter. Il peut éventuellement s’agir d’un toponyme, à rapprocher de la commune du Pouliguen (44). C’est dans le Finistère que nom Pouliquen est le plus répandu. Variantes : Pouliquain, Pouliquin, Poulliquin (56), Poulliquen (29).
Poullard Un nom que l’on trouve depuis l’Ille-et-Vilaine jusqu’à la Normandie. Il s’agit peut-être d’un sobriquet désignant une personne craintive comme un poulet, mais on pensera aussi à un toponyme avec le sens de "mare".
Poulle Patronyme surtout présent dans le Nord-Pas-de-Calais. Le rapprochement avec la poule est improbable, même si on ne peut totalement l’éliminer. Il s’agit en fait d’une variante du nom de baptême Paul, que l’on rencontre aussi sous les formes Pol, Polle dans la même région.
Poullélaouen Porté dans le Finistère (variante : Poulélalouen), c’est un toponyme formé sur le mot breton "poull" (= mare), le second élément étant sans doute un nom de personne (A. Deshayes propose Haelhouuen (hael = généreux, noble + houuen = aimable).
Poullot Surtout porté en Bourgogne (21), paraît être un diminutif du mot "poul" (qui a désigné le coq au Moyen Âge), sans doute avec le sens de "jeune enfant", attesté en Champagne. On ne peut cependant négliger un éventuel diminutif du prénom Paul, qui apparaît dans plusieurs régions sous la forme Poul.
Poulmarch, Poulmarc’h Nom surtout porté dans le Finistère, désigne celui qui est originaire de Poulmarch, toponyme très répandu en Bretagne. Signification : la mare (poull) aux chevaux (marc’h).
Poulon Porté dans le Puy-de-Dôme, pourrait avoir le sens de "jeune poulet, poussin" (occitan "polon"), mais on pensera plutôt à un diminutif de Poul, variante de Paul.
Poulou Nom porté en Béarn, où il s’agit certainement d’un diminutif du nom de baptême Paul. On le trouve semble-t-il aussi en Grèce, où il doit correspondre à poulos (= le fils).
Poulouin Nom porté dans les Côtes-d’Armor, également écrit Poullouin, Pouloin, Poulloin. Il devrait s’agir d’un nom formé sur le breton "poull" (= mare), peut-être une déformation de Poullaouen (nom d’une commune du Finistère). Une déformation de Poulain peut aussi être envisagée.
Poulpiquet Nom breton qui correspond au hameau de Poulpiquet à Plouzané, dans le Finistère. Le toponyme est formé à partir du breton poull (= mare). Si le patronyme Poulpiquet est très rare, il n’en va pas de même pour les formes à particule : de Poulpiquet, de Poulpiquet de Brescanvel, de Poulpiquet du Halgouët.
Pouly Voir Puli, Puly.
Poumaroux Nom porté dans les Pyrénées-Atlantiques (variante : Poumarou). Désigne celui qui est originaire de Poumarou, nom de trois hameaux à Lys, Sainte-Colome et Louvie-Juzon (64), ou encore de Poumarous, commune des Hautes-Pyrénées. Le toponyme est apparemment lié au pommier.
Poumay Porté dans le département du Nord et en Belgique, le nom s’écrit aussi Pommay (nom également rencontré dans l’Indre). La solution la plus simple est d’y voir un toponyme (= verger de pommiers). On peut aussi envisager un marchand de pommé (sorte de cidre).
Poumeau Le nom est surtout porté dans la Dordogne (variante : Poumeaud). On trouve les formes similaires Poumel et Poumelle en Limousin (87), Pomel en Auvergne. C’est un diminutif de l’occitan "pom" (= pomme), reste à savoir avec quel sens. Le mot "pomel" peut désigner un pommeau, mais aussi dans certaines régions un poids de balance romaine ou une boule. On n’oubliera pas évidemment le sens de petite pomme.
Pounot Nom porté en Haute-Saône, plus fréquent sous la forme Ponot (71). C’est un diminutif de pone (également patronyme dans le Doubs), un mot signifiant cuvier. On peut penser à un fabricant de cuviers, bien sûr, mais le mot semble avoir parfois été utilisé en toponymie, pour désigner un endroit creux.
Poupart Surnom donné à celui qui a le visage poupin. Le nom est porté dans la Somme et le Nord-Pas-de-Calais. Variantes : Poupaert (59, 62), Poupard (79, 86, 72). Diminutif : Poupardin (45, 41, 27).
Poupat Le nom est surtout porté dans le Cher et le Loiret. Variante : Poupa, attestée à Coullons (45) dès 1590. Son sens est incertain : on peut y voir un surnom pour celui qui a le visage poupin, enfantin, ou encore qui est dorloté. A noter que deux hameaux s’appellent Poupat, mais ils se trouvent dans le Sud-Ouest : à Alan (31) et à Sadirac (33). Le même nom de famille se rencontre dans le Dauphiné et l’Auvergne sous la forme Pupat.
Poupault Porté dans la Vienne et les départements voisins, devrait désigner celui qui a le visage poupin, éventuellement un jeune enfant. Variantes : Poupau, Poupaud, Poupaux, Poupeau.
Poupeney Nom porté en Franche-Comté, notamment dans le Doubs. Variantes : Poupenez, Poupenay. Le sens semble identique à celui de Poupinet (voir ce nom).
Poupinet Diminutif de Poupin, surnom donné à celui qui a le visage poupin. On rencontre les Poupin en Vendée, dans les Deux-Sèvres et la Sarthe. Quant aux Poupinet, c’est dans la Manche qu’ils sont le plus présents. Autres diminutifs : Poupinais (35), Poupineau (36, 37, 72), Poupinel (14), Poupinelle (76), Poupinot (79, 89).
Pouplard Surtout porté dans le Maine-et-Loire et la Vendée, le nom paraît désigner celui qui a le visage poupin.
Poupon Désigne en principe celui qui a un visage poupin. C’est dans le Finistère que le nom est le plus répandu.
Pouponneau, Pouponnot Nom rencontré en Vendée et en Poitou-Charentes. C’est un sobriquet désignant celui qui a un visage d’enfant, un visage poupin. Vient du latin classique pupa (= petite fille), transformé en puppa (= poupée).
Pour Porté notamment dans le Bas-Rhin, ce nom rare est une variante de Bauer (= paysan), tout comme Bour.
Pouradier Le nom est surtout porté dans le Loiret et le Puy-de-Dôme (variante : Pourradier). Il désigne un producteur ou un marchand de poireaux (occitan porrada = poireau, carré de poireaux). On trouve également les noms Pourade, Pourrade dans l’Allier et la Haute-Vienne.
Pourailly Nom porté dans les Pyrénées-Atlantiques (forme voisine Pouraillet). Désigne celui qui est originaire de Pourailly, nom de trois hameaux à Issor, Laroin et Ogenne-Camptort (64). On trouve le toponyme Pouraillet à Goès (même département). Le sens du toponyme est incertain.
Pourbaix Porté en Belgique et dans le département du Nord (variante : Pourbais), le nom désigne celui qui est originaire de Pourbais, ancien nom du village de Bornival, en Belgique (Brabant wallon).
Pourcel Variante de Porcel (voir ce nom), le patronyme est surtout porté dans l’Aveyron. On le rencontre aussi sous la forme Poursel (11). Variante ou matronyme : Pourcelle (59, 80). Avec vocalisation de la finale : Pourceau (53), Pourceaux (02). Diminutifs : Pourcelet (60), Pourcelot (Franche-Comté).
Pourchasse Assez fréquent dans le Morbihan (variantes : Pourchas, Poulchasse), ce nom de famille paraît correspondre à l’ancien français "porchas", qui a eu plusieurs sens : action de rechercher, gain, profit, quête ou produit d’une quête. Il est attesté plus tardivement dans certaines régions avec le sens d’homme habile à se tirer d’affaire. À noter aussi que l’expression "fils de porchas" a désigné un bâtard. Difficile de savoir quel sens choisir. Le nom Pourchas est également porté dans l’Ardèche, où il devrait s’agir d’un dérivé du mot "porc" (occitan "porcàs" = porc salé, mais aussi homme obscène, ladre).
Pourchier Porté dans le Sud-Est (13, 83). Le nom désigne soit un porcher, soit une porcherie (un hameau s’appelle Pourchier à La Bouilladisse, 13). Variante : Pourquier.
Pourhomme Nom rare porté dans l’Aude. Apparemment, il signifie "pauvre homme" ("poure" étant une variante de l’occitan "paure" = pauvre). À noter que le nom de famille Pauvrhomme (également Pauvrehomme) est pour sa part porté dans le Cher.
Pourlier Variante de Porlier, nom porté dans l’Île-de-France et désignant sans doute un marchand de poireaux (ancien français "porel, porell" = poireau).
Pourrat Surtout porté dans le Puy-de-Dôme, le nom correspond à l’occitan "porrat" (= plant de poireaux, également jeune poireau). Surnom possible pour un cultivateur de poireaux, c’est peut-être aussi un toponyme devenu nom de famille (nom de divers hameaux en Auvergne et dans le Sud-Ouest).
Pourre, Pourré Correspond à l’ancien français poré, poree, qui désigne le poireau, mais qui a été aussi utilisé pour nommer les légumes en général. Surnom donné à un marchand de légumes. Le nom est fréquent dans le Pas-de-Calais. On le rencontre aussi en Béarn et dans le Centre.
Pourrier Surtout porté dans l’Aisne, devrait désigner un marchand de poireaux ou de légumes (voir Pourre). Autre possibilité : lieu planté en poireaux, ce qui semble le cas pour les noms voisins Pourrière, Pourrières, qui renvoient à la commune de Pourrières, dans le Var.
Pourroy Le nom est essentiellement porté dans les Hautes-Alpes (il était également présent dans l’Isère au XVIIe siècle). Sens incertain : le rapprochement avec le poireau (occitan "porre") est possible, mais peut-être trompeur. A envisager aussi un nom composé (Poux-Roy), mais aucune donnée généalogique ne vient confirmer cette hypothèse.
Pourvillain Écrit aussi autrefois Purvillain, le nom, très rare, est porté en Picardie (quelques mentions anciennes en Seine-Maritime). Sens incertain. Peut-être celui qui est originaire de Pourville, hameau à Hautot-sur-Mer (76), mais on pensera aussi à la commune de Prouville (80).
Pous Ce nom désigne le possesseur d’un puits ou celui qui habite près d’un puits (latin puteum).
Poussade Porté dans les Landes, désigne celui qui habite un lieu-dit (la) Poussade ou en est originaire. Deux hameaux ou fermes s’appellent Poussade dans les Landes, à Garein et à Geloux. À noter aussi le lieu-dit Lapoussade à Commensacq. Aucune certitude quant au sens : il y a bien l’occitan "possada" (= poussée, secousse), mais mieux vaut envisager le terme "pausada" (= endroit de repos pour le bétail en transhumance), ou encore "polsada", dérivé de "pols" (= poussière). Autre possibilité : "posada", lieu ou l’on puise l’eau (dérivé de "potz" = puits).
Poussard Surtout porté en Poitou-Charentes, également présent en Normandie, pourrait être une variante de Ponsard (voir ce nom). Un dérivé du verbe "pousser" est aussi envisageable, tout comme un dérivé de "pouce" (surnom pour un homme tout petit). M.-T. Morlet signale qu’en Normandie le mot "poussard" a eu le sens de "pièce de bois, étançon". Bref, rien de clair.
Pousse Nom porté notamment dans la Sarthe, le Loiret et l’Ariège. Dans ce dernier département, il s’agit d’un toponyme avec le sens de lieu poussiéreux ou boueux. Ailleurs, le sens est plus incertain : si le nom s’écrit Poussé, c’est également un toponyme assez répandu dans le Centre. M.T. Morlet évoque pour la forme sans accent un surnom donné à un homme impétueux (dérivé du verbe pousser).
Poussel Le nom est porté en Provence. Selon F. Mistral (Trésor du Félibrige), c’est une variante de Pourcel (voir Porcel pour le sens).
Pousset Nom porté en particulier dans l’Indre-et-Loire et dans l’Orne. Serait selon M.T. Morlet une contraction de Poussinet, diminutif de Poussin (surnom donné en principe à un homme craintif). A noter cependant que Pousset est un toponyme assez fréquent : par exemple, un hameau de l’Orne s’appelle le Pousset (commune de Buré). Deux sens possibles : dans le Sud un petit puits, ailleurs (notamment en Saintonge) un fossé.
Poussielgues Nom rare porté dans le Gard (variante : Poussielgue), où un hameau ou une ferme à Saint-Roman-de-Codières s’appelle les Poussiergues, forme visiblement équivalente. Il est fort possible que le toponyme, qui n’est mentionné dans aucun document historique, soit postérieur au nom de famille. Par contre, divers lieux-dits s’appellent Poussiergues dans l’Ariège, et un village des Hautes-Pyrénées se nomme Pouchergues (commune d’Adervielle-Pouchergues). À noter les noms de familles voisins Poussergue, Poussergues, Pousergue (Cantal, Corrèze). Il existe enfin un hameau appelé Pousergues à Moncaut (47). Reste à comprendre le sens du toponyme.
Poussier Nom surtout porté en Normandie (61, 76) et dans le Maine. Le mot poussier avait en ancien français le sens de poussière, mais celui-ci semble difficilement applicable au patronyme. On peut éventuellement penser à un dérivé de pous, qui désignait en Normandie la bouillie d’avoine.
Poussin Sobriquet désignant sans doute le plus souvent un homme craintif. Répandu dans toute la France, mais surtout dans l’Ouest (35, 61, 27).
Poussou Nom porté dans le Sud-Ouest (82, 47 notamment). Désigne celui qui est originaire de Poussou, nom de plusieurs hameaux du Tarn-et-Garonne et du Lot-et-Garonne. Sens du toponyme : diminutif de pous (= puits) ou bien terrain boueux.
Poussuet Nom rare rencontré en Bourgogne. Semble une déformation de Boussuet, rencontré dans la même région, et qui correspond à la forme plus courante Bossuet (diminutif de bossu).
Pouteaux Nom rencontré en Bourgogne (21) et dans l’Est (55). Correspond au français moderne poteau, avec un sens qui semble être celui de pilori. Il désignerait donc soit celui qui habitait près du pilori, soit celui qui était chargé d’amener les condamnés jusqu’au pilori.
Pouthier Le nom est assez répandu en Franche-Comté. Il pourrait s’agir d’un toponyme désignant un terrain bourbeux (ancien français poutié, franco-provençal poutel), mais il faut aussi envisager une variante de Potier.
Poutignat Surtout présent en Auvergne, désigne celui qui est originaire du hameau de Poutignat à Fournols (63).
Poutou, Poutous Porté dans le Béarn et le Limousin, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Poutou(s), toponyme très répandu dans le Sud-Ouest. Seul problème : je ne sais ce qu’il veut dire exactement. Peut-être une déformation de ponton (= petit pont).
Poutriquet Porté en Picardie, le nom s’écrit aussi Potriquet (Picardie, Nord-Pas-de-Calais). Forme voisine : Potriquier. Sens incertain. C’est apparemment un diminutif de l’ancien français "potre, poltre, poutre" (= pouliche, jeune jument). M.-T. Morlet y voit le surnom d’un homme peureux (cf. le mot "poltron", qui est formé sur la même racine mais nous vient de l’italien).
Pouty Nom rare porté depuis plusieurs siècles dans la Loire-Atlantique (variantes anciennes : Poutis, Poutyx). Sens incertain. Il existe plusieurs hameaux appelés Pouty, mais on les trouve dans le Tarn-et-Garonne et le Lot-et-Garonne, ce qui fait un peu loin, même si les migrations sont toujours possibles. Dans un secteur géographique moins éloigné, notons le hameau des Poutis à Saint-Germain-sur-Sarthe (72). La variante Poutis fait penser à l’ancien français postis (= poterne, petite porte, palissade), mais il vaut mieux rester prudent.
Pouvesle Nom porté dans la Nièvre et le Loiret (variante : Pouvelle). Désigne celui qui est originaire du hameau de La Pouvesle, à Saint-Quentin-sur-Nohain (58).
Pouvillon Le nom est porté dans le Sud-Ouest (31, 81, 82). On le rencontre dans d’autres régions sous les formes Pouvillion (59) et Povillon (51, 70). Dans le Sud-Ouest, il s’agit sans doute d’un diminutif de Poubil, Poubill, terme désignant un enfant mineur. Ailleurs, le sens est plus obscur. Un lieu-dit s’appelle le Pouvillon à Ablain-Saint-Nazaire (62).
Pouvreau Nom fréquent dans la Vendée et les départements voisins. Variantes : Pouvraud, Pouvrault, Pouvreaud, Pouvreault, Pouvreaut, Pouvreaux, Pouvereau, Pouverreau, Pouverel. Il est tentant d’en faire un diminutif de l’adjectif ‘pauvre’ (autrefois pouvre), mais c’est en fait un toponyme porté par de nombreux hameaux. Pour la seule Vendée, notons les hameaux du Pouvreau à Sallertaine, Saint-Jean-des-Monts et Le Boupère.
Poux Le nom désigne un puits (latin puteus). Il est porté dans le Rouergue, mais c’est en Franche-Comté qu’il est le plus fréquent, avec un sens un peu différent : cavité où se perdent les eaux, abîme. On trouve en Franche-Comté les noms de famille composés Poux-Berthe, Pouxberthe, Poux-Guillaume, Poux-Moine. Dans le Sud-Ouest, les noms Pouxviel et Pouxvielh signifient "le vieux puits".
Pouyadou Nom surtout porté dans la Dordogne et la Corrèze. Dans ce dernier département, on trouve aussi la forme Pouyadoux. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit (le) Pouyadou(x), toponyme évoquant une petite côte, un coteau. On rencontre ce toponyme à Chartrier-Ferrière (19). On trouve aussi, dans le même département, la forme Pouyade (voir Pujade).
Pouyet C’est un toponyme désignant une petite colline (diminutif de puy). Le nom de famille est surtout porté dans le Puy-de-Dôme et la Drôme.
Pouysegur, Pouységur Patronyme rencontré dans les Landes et les départements voisins (32, 65). Variantes : Pouysegu, Pouysségur. Désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. A noter les hameaux de Pouységur à Linxe (40) et à Bazordan (65), mais on pensera plutôt à la commune de Puységur (32). Sens du toponyme : la colline sûre, généralement un sommet fortifié.

Retour à la page d’accueil du dictionnaire