A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par S

Saab-Salvat
Salvé-Savarino
Savary-Seguier
Seguin-Simiand
Simiol-Soulard
Soulas-Szymanowicz

Saab Nom de personne arabe qui paraît correspondre à l’adjectif Sa`b (= difficile). Il a été popularisé par un des compagnons du prophète Mohammed, Sa`b ben Jaththâma.
Saad Nom de personne correspondant à l’arabe sa`d (= chance, bonheur). Dérivés : Saadi = bienheureux (sa`diyy), Saadoun = très heureux (sa`dûn).
Saada Aussi bien porté par des musulmans que par des juifs, c’est un nom qui signifie félicité, bonheur (arabe sa`âda).
Saal Nom porté en Alsace et dans la Haute-Saône. C’est un toponyme désignant un lieu bourbeux, marécageux, si l’on en croit Bahlow (Deutsches Namenlexikon). Autre possibilité : demeure noble (Saal = salle), comme pour le nom français Salles. Plusieurs communes allemandes s’appellent Saal.
Saatdjian Nom arménien désignant le fils de l’horloger (turc saat = horloge). Variante : Sahatdjian.
Saba Nom de personne arabe qui peut avoir plusieurs sens : soit il évoque la jeunesse (Sabâ), nom masculin ou féminin, soit il exprime la beauté, le charme (sabâ), nom féminin. On ne peut enfin négliger totalement une simplification de Sabah (arabe SabâH), désignant celui qui est matinal.
Sabadie Porté dans le Sud-Ouest, c’est une variante gasconne de Labadie (= l’abbaye) formé avec l’article archaïque sa (du latin ipsa).
Sabala Nom basque, également écrit Zabala, qui devrait désigner un grand plateau, une plaine (zabal = large, étendu, sans obstacles). Avec le suffixe -eta : Sabalete, Sabalette (forme ancienne : Sabalet), Zabaleta. Un hameau s’appelle Sabaletta à Lohitzun-Oyhercq (64), d’autres Sabalette à Bardos et à Bidache, ou encore Zabaleta à Ibarrolle et à Irissarry (64).
Sabalczyk Nom polonais dérivé d’une racine "sabal-", à rapprocher du slovaque "sabol", désignant un tailleur (cf. le hongrois "szabo"). Donc, le fils du tailleur, ou le fils de celui qui s’appelle Sabal, Sabala.
Sabard Le nom est surtout porté dans l’Indre (également 41, 89). Voir Savard pour le sens.
Sabardeil Surtout porté dans les Pyrénées-Orientales, le nom s’est aussi écrit Sabardell. Sens incertain. Peut-être une déformation de Sabadell, nom d’une ville catalane, ou, avec un autre suffixe, une variante de Sabarthès, Sabarthez (= originaire du pays de Sabart, en Ariège).
Sabardu Porté dans l’Ariège, désigne celui qui est originaire de Saverdun, commune du même département. Le toponyme, écrit Savardu au Moyen Âge, semble formé sur le gaulois *savartos (= terre en friche) suivi de -dunum (= forteresse).
Sabarthès Surtout porté dans le Tarn et l’Aude, le nom s’écrit aussi Sabarthez. Il désigne celui qui est originaire du Sabarthès, ou pays de Sabart, en Ariège.
Sabas Surtout porté dans les départements d’Outre-Mer (Guyane, Guadeloupe), c’est un ancien prénom popularisé par saint Sabas, abbé en Palestine au Ve siècle, fondateur de plusieurs monastères. Moins connu, un certain Sabas le Goth fut martyr au IVe siècle.
Sabat C’est dans la région lyonnaise que le nom paraît avoir été le plus répandu, peut-être dans la Loire ou l’Ardèche. Faut-il le rattacher à l’occitan sabat (= sabbat, et par extension grand bruit, désordre) ? Peut-être, mais il pourrait s’agir tout simplement d’un savetier, pour lequel on aurait choisi ce surnom humoristique.
Sabater, Sabaté, Sabatier Nom de métier : fabricant de sabots, de savates.
Sabatery Forme latinisée de Sabatier (= sabotier, savetier) rencontrée dans le Sud-Est.
Sabathier Variante de Sabater, Sabatier (voir ces noms) fréquente dans le Sud-Ouest.
Sabbagh Surtout porté par des juifs d’Afrique du Nord et rencontré aussi sous la forme Sebbagh, correspond en arabe au métier de teinturier (Sabbâgh).
Sabde Porté dans l’Aveyron, le nom s’écrit aussi Sabdes (30, 34). Il renvoie en principe à l’occitan "sabte" (= samedi). A-t-il été donné à un enfant trouvé un samedi ? C’est possible, mais ce patronyme semble indissociable du nom du hameau de Sadde, dans l’Hérault (commune d’Avène). On note d’ailleurs dans l’Aveyron l’existence du nom de famille Sadde, variante de Sabde (les deux noms se rencontrent à La Couvertoirade). Il ne reste plus qu’à savoir si le hameau de Sadde est antérieur au nom de famille, ou si c’est l’inverse.
Sabel Patronyme surtout porté en Moselle, où l’on trouve aussi le nom Sabé. Ce sont apparemment des variantes de Zabé, Zabel, ce qui rend improbable le rapprochement avec l’allemand Säbel (= sabre). Il devrait s’agir d’un ancien prénom (voir Zabé).
Sabelle Surtout porté dans la Charente, c’est une probable aphérèse du prénom féminin Isabelle. A noter le hameau "Chez Sabelle" à Nanteuil-en-Vallée (16). Avec le même sens : Sabeau (aphérèse d’Isabeau), nom porté dans le Nord et en Belgique, également présent en Corrèze.
Sabien Nom rare porté notamment en Vendée. C’est sans doute une variante de Sabin (voir ce nom).
Sabin Patronyme surtout porté dans la Mayenne, rencontré sous les formes Saby, Sabi dans le Sud-Ouest, également Savin dans le Poitou et en Bourgogne. Il correspond au nom de personne latin Sabinus, et fut popularisé par divers saints, dont deux martyrs et un évêque. Matronyme : Sabine (14), qui peut également correspondre à sainte Sabine, martyre au IIIe siècle. Diminutifs : Sabinau, Sabinaud, Sabineau (11), Sabineu (66). Le nom se rencontre aussi en Corse et en Italie sous les formes Sabino, Sabini.
Sabiol, Sabiols Porté dans les Pyrénées-Orientales, c’est un ancien prénom, sans doute nom de personne germanique (dictionnaire Alcover-Moll) qui pourrait être Sigiwolf (sig = victoire + wulf = loup). On retrouve le nom dans la Vienne, où il est à l’origine de la commune de Saint-Saviol.
Sabiron Porté notamment dans les Deux-Sèvres, c’est un nom dont le sens m’est inconnu. A noter qu’on trouve en Espagne le patronyme Sabirón, les deux noms étant peut-être identiques. Une timide hypothèse : variante du gascon Soubiron (voir ce nom).
Sablerie Rare, le nom est porté en Basse-Normandie (61, 14). Variante : Sablery. Il désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit la Sablerie (carrière de sable). Un hameau porte ce nom à Bousse (72).
Sablon Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Sablon, le Sablon (= terrain sablonneux), nom porté par de nombreuses localités. C’est dans le Nord-Pas-de-Calais que le nom de famille est le plus répandu. Variantes : Sablond (18), Sablons (27, 59, 62) et sans doute Sablong (55, 67).
Sabonadier Assez rare, le nom est porté dans le Gard, où on trouve aussi la forme Sabonnadière (variante : Sabonadière). Il devrait désigner celui qui est originaire de Sabonadière, hameau à Issirac, dans le Gard. Le toponyme est un dérivé de l’occitan "sabon" (= savon). Peut-être un lieu où pousse la saponaire ("saboneta").
Sabot Le nom désigne sans doute par métonymie un sabotier. Il est porté dans la Loire et les départements voisins. Le nom Sabotier, assez rare, se rencontre pour sa part en Limousin (87).
Saboundjian Nom arménien désignant le fils du savonnier (turc sabun = savon). Le nom turc Saboundji évoque également le métier de savonnier.
Sabouraud Le nom est surtout porté en Poitou-Charentes et en Vendée, on le rencontre aussi dans les Pyrénées-Orientales. Variantes : Sabourau (66), Sabourault, Sabouraux, Saboureau, Saboureault (Poitou-Charentes), Sabouriaut (33). Avec d’autres suffixes : Sabourain (33, 79), Sabouret (54, 55), Saboureux (79, 86), Sabourin (79, 83, 33, 18), Sabouroux (24, 86), Saboury (43, 33). On rattache généralement tous ces noms à l’ancien français "savor" (= saveur, occitan "sabor"), et on les considère comme des surnoms désignant une personne agréable, charmante (sens attesté en ancien français pour les mots "savoré, savoret, savoros"). Vu leur fréquence, on est cependant en droit de se demander si certains d’entre eux ne correspondraient pas aux prénoms Sévère, Séverin, (par exemple, Sabourin = Séverin).
Sabourdin Nom originaire de la Charente. Variante de Sabourin, surnom désignant sans doute une personne agréable (< saveur). Le mot saveur ayant eu aussi le sens de sauce, il est possible cependant qu’il s’agisse du surnom d’un cuisinier.
Sabourdy Rencontré notamment en Limousin (87), ce nom semble faire partie des divers anthroponymes dérivés de sabour (= saveur), qui désignent une personne agréable, douce. Quelques autres dérivés de sabour : Sabouraud, Saboureux, Sabourin.
Sabre Dans le Nord de la France, ce nom signifie sable, il s’agit soit d’un toponyme devenu patronyme, soit de celui qui extrait le sable des rivières.
Sabri Nom de personne arabe (Sabriyy) signifiant ‘celui qui est patient’.
Sabria Porté en Roussillon, c’est une variante de Cebrià, forme catalane du prénom Cyprien.
Saby Nom rencontré en Auvergne et dans l’Allier. C’est une variante du nom de baptême Sabin, Savin (latin Sabinus). Le rapprochement avec l’adjectif occitan savi (= sage) est possible, mais plus douteux.
Sacaze Signifie la maison (voir Cases), avec l’article défini catalan SA (< latin ipsa).
Saccenti Nom italien. Il s’agit d’un surnom désignant un sage, éventuellement un savant (sens du mot saccente au moyen âge).
Saccomanno Emprunté au moyen-haut-allemand "sackman", le nom désigne en italien un pillard, mais il a eu aussi un autre sens : celui qui transportait les vivres et les bagages de l’armée (De Felice). Il se rencontre dans diverses régions italiennes, sans être cependant très fréquent, tout comme le pluriel de filiation Saccomanni. Les variantes Saccomano et Saccomani sont pour leur part caractéristiques de l’Italie du Nord, où on trouve aussi la forme Saccomàn (Vénétie). Les noms Sacoman, Sacomant et Sacouman (13) devraient être des formes francisées de Saccoman(n)o.
Sac-Epée, Sac Epée Un joli nom qui s’est développé dans la Somme. Le surnom semble évoquer un pillard, mais le mot sac avec le sens de pillage n’est arrivé en France qu’à la fin du XVe siècle. C’est en fait une transposition de saque épée (celui qui tire souvent son épée, le verbe saquier signifiant tirer en ancien français), que l’on retrouve dans les noms Sacépé, Sacépée, Sackepey, Sacqueépée, Sacquépé, Sacquépée, Saquépée, Sacquespée, tous portés dans la même région.
Sachello Forme italienne correspondant au français Sachet (également Saché), désignant soit un fabricant ou un marchand de petits sacs, de bourses, soit plutôt un lieu-dit avec le sens de "petit rocher" (latin saxum). Avec le même sens : Sachetti.
Sachetat Patronyme rencontré dans la Saône-et-Loire et la région lyonnaise. C’est un diminutif de Sachet, dont on fait généralement un dérivé de sac (marchand ou fabricant de sacs), mais qui pourrait être aussi un toponyme, diminutif de Sache (= rocher, du latin saxum), du moins dans cette région (cf la montagne du Sachet à La Salle les Alpes, Hautes-Alpes).
Sachot Nom porté notamment en Vendée, dans les Deux-Sèvres et le Morbihan. C’est un diminutif de sac, sans doute avec le sens de bourse, et le surnom d’un fabricant ou d’un marchand de bourses. Variantes : Sachau, Sacheau, Sacheaud.
Sachs Porté en Alsace, le nom désigne en principe un Saxon (allemand "Sachsen" = Saxe). Le fait qu’il soit souvent porté par des Juifs askhénazes entraîne d’autres hypothèses : on pense parfois au prénom Isaac (hébreu "yiSHaq"), mais surtout à un acronyme de l’hébreu "Zera Kodesh SHemo" (= "son nom est issu des martyrs"). Autres formes : Sachse, Sachsé, Zaks.
Sachy Nom porté en Picardie. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Sachy (latin Sapiacum, nom de domaine gallo-romain formé sur Sapidus). Une commune des Ardennes s’appelle Sachy.
Sackebandt Nom rare porté dans le département du Nord. Variante : Sackebant. On y trouve sans doute le germanique Sack (= sac, bourse), le second élément étant apparemment Band = ruban, cordon. Reste à savoir quel sens donner à l’assemblage des deux éléments
Sacleux Nom porté dans la Somme et le Pas-de-Calais. M.T. Morlet propose une forme contractée de Saqueleux (celui qui chasse les loups). On peut aussi penser à une variante du mot "sarcleur".
Saconney On rencontre ce patronyme en Bourgogne (variante Saconnet). Il désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom, sans doute Saconnex, près de Genève (Le Grand-Saconnex), qui s’est écrit aussi Saconay.
Sacotte Nom porté dans la Marne. C’est un diminutif de sac, désignant peut-être un fabricant de sacs ou plutôt de bourses. La forme en -otte n’est sans doute pas féminine, contrairement aux apparences.
Sacquin C’est dans les Vosges que le nom était le plus répandu autrefois, mais on le rencontre aussi dans le Lyonnais (01, 69). Quelques mentions anciennes en Belgique. On peut penser à un petit sac, une bourse mais, au moins dans les Vosges, c’est une probable variante de Saguin, nom de personne germanique dérivé de Sago (racine "sag" = querelle selon M.-T. Morlet). Ce nom de personne est à l’origine de la commune de Sacquenville (27).
Sacré Nom surtout porté en Belgique et dans le Nord (rencontré aussi en Vendée). C’est un ancien nom de baptême (latin sacratus = sacré) à valeur mystique (peut-être celui qui est consacré, baptisé). Variante : Sacrez.
Sacripante Nom italien assez rare porté dans les Abruzzes, rencontré aussi sous la forme plurielle Sacripanti, portée en Corse depuis la fin du XVe siècle. Il renvoie à un personnage de l’Orlando innamorato de Boiardo (repris ensuite par l’Arioste dans l’Orlando furioso), et a eu au départ le sens de "fort, robuste, valeureux", qu’il faut sans doute retenir ici. Par la suite, il a servi à désigner un fanfaron, avant de prendre le sens qui est actuellement le sien en français.
Sacriste Le nom désigne en ancien français un sacristain. On le rencontre surtout en Charente (également 33, 47). Formes voisines : Sacreste (15, 43), Sacrista ou Sacristà (66, Catalogne), Sacristan (31), Sacristain (86, 23), Sacristin (86).
Sadaillan Nom rare porté dans le Vaucluse. Il désigne celui qui est originaire de Sadaillan, hameau à Mérindol, dans le même département (à condition toutefois que le toponyme soit antérieur au nom de famille, lui aussi très porté à Mérindol).
Sadaoui Sans doute un dérivé de Saada (= bonheur, voir ce nom) formé avec le suffixe -aoui (arabe awiyy).
Sadaune Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique. Variante : Sadaume. On le rencontre aussi sous la forme Sadoine. C’est un nom de personne d’origine germanique, Sadwin (sad = repu, rassasié + win = ami).
Sade (de) Famille noble présente dans le Vaucluse depuis le Moyen Âge (à Mazan, puis à Lacoste). Le nom renvoie à un ancien fief nommé Sade, que je n’ai pas pu localiser avec certitude. Peut-être le hameau de Sadde à Avène, dans l’Hérault.
Sadet Nom originaire du Berry (18). C’est un surnom désignant une personne agréable, aimable (du latin sapidus = savoureux, qui a donné l’ancien français sade, dont le sens figuré s’est conservé dans l’adjectif maussade).
Sadier Patronyme surtout porté dans la Nièvre. C’est un nom de personne d’origine germanique, Sadhari (sad = repu + hari = armée). Variante savoyarde : Saddier.
Sadik Le nom correspond à l’arabe Sâdiq (= sincère, véridique, loyal). Avec le même sens : Sadouk, Sedik.
Sadirac Surtout porté en Gironde, désigne celui qui est originaire de Sadirac, nom d’une commune du même département, également hameau à Grignols. Signification probable du toponyme : le domaine de Satirus, nom d’homme latin.
Sadot Voir Sadet pour le sens. Le nom est porté dans l’Allier et la Loire, ainsi qu’en Seine-Maritime).
Sadoul Patronyme rencontré notamment dans le Tarn-et-Garonne et la Lozère. On peut penser à un sobriquet correspondant à l’occitan sadol (= saoul, rassasié), mais il doit plutôt s’agir d’un nom de personne d’origine germanique, Sadwulf (sad = rassasié + wulf = loup). Variantes : Sadoux (38, 86), Sadout (31). Matronyme : Sadoule (48). Diminutifs : Sadouillet, Sadouillette (24), Sadoulet (30).
Sadourny Patronyme surtout porté dans l’Aude. C’est un nom de baptême qui correspond à Saturnin (latin Saturninus, diminutif de Saturnus = Saturne). Plusieurs martyrs se sont appelés Saturnin, mais le plus célèbre dans le Sud-Ouest est saint Sernin, évêque de Toulouse au IIIe siècle, massacré en 250 par la foule des païens : il fut traîné par un taureau dans les rues de la ville jusqu’à ce que ses membres soient entièrement disloqués.
Sadurni Patronyme catalan. Voir Sadourny.
Saegaert Autre forme de Segaert, variante flamande de Segard, Ségard, nom de personne d’origine germanique (Sighard : sig = victoire + hard = dur).
Saens, Saëns Saëns est une variante de Sidoine (voir ce nom). Quant à Saens, également écrit Saenz, Sainz, c’est une variante de l’espagnol Sanchez (voir ce nom).
Saez Forme contractée de Sanchez (voir ce nom). On trouve avec le même sens les variantes Saenz, Saiz, Sainz.
Safar Patronyme juif originaire d’Afrique du Nord (région de Constantine notamment). Correspond à un nom de métier arabe, celui de chaudronnier (Saffâr). Variante : Saffar.
Saffioti Porté en Italie, c’est dans le sud de la Calabre (Reggio) que le nom est le plus répandu. Variante : Saffiotti (Lazio). Les formes Saffioto et Saffiotto sont quasiment inexistantes aujourd’hui. Je n’en connais pas la signification.
Saffore Le nom est plus courant sous la forme Saffores. Voir Saphore pour le sens.
Saffray Le nom est porté en Bretagne et en Normandie (35, 76). Variantes ou formes voisines : Saffré (44), Saffrey (27, 61, 76), Saffroy (89, 54). C’est le plus souvent un nom de personne d’origine germanique, Sadfrid (sad = repu, rassasié + frid = paix). Pour Saffré, on pensera cependant surtout à la commune du même nom, en Loire-Atlantique.
Safont Identique à Lafont (= la fontaine, la source), mais avec l’article défini SA (< latin ipsa), fréquent dans les toponymes et les anthroponymes.
Sagard Nom de personne d’origine germanique, Saghard (sag = querelle, procès + hard = dur). C’est en Lorraine que le patronyme est le plus répandu (88, 54). Variantes : Saghaar, Saghaard (59 et Belgique).
Sagardoy Nom basque (Sagardoi) qui évoque une pommeraie (sagarr = pomme, pommier + suffixe collectif -doi). En composition : Sagardoyburu (le haut de la pommeraie ou la pommeraie d’en haut), Sagardoytho (la grande ou la petite pommeraie). Le sens de pommeraie est éfgalement présent dans les noms Sagara, Sagarra et Sagarzazu.
Sageloly, Sageloli Un nom que l’on trouve dans les P-O, surtout en Vallespir. Origine obscure. Pourrait venir du basque.
Saget Outre Paris, le nom est fréquent dans la Nièvre et l’Ille-et-Vilaine. C’est un diminutif de Sage (87, 19, 74), surnom donné à celui qui est instruit, savant, expert dans son domaine. Autre solution, aussi bien pour Sage que pour Saget, un toponyme (nom de nombreux hameaux, notamment en Haute-Savoie) qui devrait évoquer le saule (sauge en franco-provençal).
Sagette Nom rencontré dans le Pas-de-Calais et dans l’Yonne. Surnom donné soit à un fabricant de flèches, soit à un archer ou un arbalétrier (latin sagitta). Il peut aussi s’agir d’un toponyme (bois de saules ou montée abrupte).
Sagnes Voir Sanyas pour le sens. Le nom est surtout porté dans le Rouergue (12, 81). On trouve la forme singulière Sagne en Limousin (19, 87).
Sagnol Désigne celui qui habite un lieu-dit (le) Sagnol, diminutif de Sagne (= terrain marécageux, toponyme préroman). C’est dans le Forez que le nom est le plus répandu.
Sagols Nom de famille surtout répandu à Banyuls-sur-Mer. On le rattache à un nom de personne d’origine germanique, qui pourrait être Sigiwald (sig = victoire + wald = qui gouverne) ou Sigiwolf (sig + wulf = loup).
Sagorin Nom porté dans les Côtes-d’Armor. Variante : Sagory. Un nom apparemment bien mystérieux. On pourrait en faire un diminutif de Sager, nom de personne d’origine germanique (Saghari) rencontré en Alsace et dans le Morbihan, mais ce n’est sans doute pas le cas. Affaire à suivre.
Sagroun Porté par des Juifs tunisiens (variante : Zagroun), le nom renvoie à un village berbère du Nefoussa, région montagneuse du sud de la Tunisie et de la Libye (source : M. Eisenbeth, "le Juifs d’Afrique du Nord").
Sagué, Saguer Variante catalane du français Séguier, nom de personne d’origine germanique, Sighari (sig = victoire + hari = armée).
Saguy, Sagui Variante de Segui, qui est un nom de personne d’origine germanique, Sigwin (sigi = victoire + win = ami).
Sahli Malgré des apparences arabes, le nom, rencontré en Suisse, est certainement d’origine allemande. On a le choix entre deux hypothèses : soit un nom formé sur Sahl, toponyme désignant un lieu humide, marécageux, soit un nom porté par des juifs, abréviation de Salman Halevi ou de Sander Halevi.
Sahnoun Parfois porté par des juifs séfarades, c’est un nom de personne arabe (saHnûn ou suHnûn) qui signifie littéralement ‘oiseau à la vue perçante’.
Sahuguède Nom d’origine catalane ou occitane, qui désigne un lieu où pousse le sureau (en catalan, saüc ou sahuc, du latin sambucus). Le patronyme représente la personne habitant au lieu-dit Sahuguède.
Said, Saidi, Saidani Nom arabe signifiant bienheureux (sa`id). Il est parfois porté par des juifs séfarades.
Sailland Le nom est surtout porté dans le Jura. C’est un toponyme désignant une hauteur (ancien français "saillant"). Avec le même sens : Saillant (42, 45, 49, 72).
Saillard Le nom est fréquent en Franche-Comté, on le rencontre aussi dans le Loir-et-Cher. On propose généralement un surnom pour un danseur, celui qui saute (ancien français sailler = sauter), mais il pourrait aussi s’agir d’un nom de personne d’origine germanique (Salhard : sal = obscur ou sala = maison noble + hard = dur). Variante : Saillart. Diminutif : Saillardon.
Sailliet Patronyme rare, c’est en Moselle qu’il est le plus fréquent. Par contre, la forme Saillet est plus courante, notamment en Savoie et en Franche-Comté. On considère qu’il s’agit d’un surnom donné à une personne agile, bondissante (ancien français saillir = sauter).
Saillio Nom rare porté dans le Nord et les Bouches-du-Rhône, plus fréquent sous les formes Sailliot et Saillot (62, 77, 76, 23). Voir Sailliet.
Sailly Fréquent en Picardie et en Normandie, désigne celui qui est originaire de Sailly, nom de nombreuses localités, notamment dans la Somme et le Pas-de-Calais. Sens du toponyme : domaine gallo-romain (suffixe -acum) formé sur Sallius (nom d’homme latin) ou sur Salico (nom d’homme gaulois).
Saindon Le nom est porté en Bretagne (35, 44, 29). Sens incertain. Selon M.-T. Morlet, ce serait un nom de personne d’origine germanique formé sur la racine "sand" (= vrai, juste). A noter l’existence d’un hameau appelé Le Saindo à Theix (56), qui pourrait expliquer la forme voisine Saindo.
Saindrenan Nom porté dans le Morbihan. Désigne celui qui est originaire du hameau de Saint-Drenan (commune de Persquen), déformation de Saint-Renan (nom porté aussi par une commune du Finistère). Voir également Renan. On trouve les variantes Saint-Drenan, Saint-Drenant dans les Côtes-d’Armor.
Saingéry Porté dans les Ardennes, le nom renvoie à une localité appelée Saint-Géry, sans doute située en Belgique. On pensera notamment à Solre-Saint-Géry (Hainaut) ou à Saint-Géry (Brabant wallon). Géry (germanique Gaugericus) fut l’un des premiers évêques de Cambrai, mais son culte s’est surtout répandu dans le Hainaut. Rien à voir avec les diverses localités françaises appelées Saint-Géry, situées dans le Sud-Ouest (Géry = Gilles).
Saingier Surtout porté dans le département du Nord, pourrait être une variante de Saignier (= marchand de saindoux).
Sainjal Egalement rencontré sous la forme Saint-Jal (19, 38, 69), désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Saint-Jal (variante de Saint-Gal). C’est le nom d’une commune de la Corrèze. Pour les Saint-Jal de la région lyonnaise, il faut peut-être penser à la commune de Sainte-Jalle, dans la Drôme.
Sainjeon Le nom est surtout porté dans le Cher. Variantes : Sainjon et sans doute Saingeon. C’est une contraction de Saint-Jon, variante de Saint-Jean, et donc nom de localité.
Sainsard Porté notamment dans le Loiret, semble un diminutif de Sains, ancien nom de baptême formé sur le latin sanctius (= très saint).
Saint-Amand Désigne celui qui est originaire de l’une des nombreuses localités portant ce nom (17 communes et plusieurs hameaux, auxquels il faut ajouter les Saint-Amant et même éventuellement les Saint-Amans). C’est en Dordogne que le nom est le plus répandu, mais on le trouve aussi en Normandie et en Picardie. Variantes et formes voisines : Saint-Amands (34), Saint-Amans (11, 82, 66), Saint-Amant(33, 40). Ce dernier nom est également porté au Québec (le plus souvent écrit St-Amant).
Saint-Avit Originaire de Saint-Avit. Mais des dizaines de communes et de hameaux portent ce nom, notamment en Dordogne et en Gironde, dans le Lot-et-Garonne, la Creuse, la Drôme, les Landes etc… Voir Avit.
Saint-Cast Le nom est porté en Bretagne. Variante : Saint-Cas. Il désigne celui qui est originaire de Saint-Cast, commune des Côtes-d’Armor.
Sainteau Diminutif de Saint, utilisé soit comme nom de baptême, soit éventuellement comme nom de lieu (endroit où étaient conservées des reliques). Le patronyme, assez rare, se rencontre en Poitou-Charentes.
Saintebarbe Egalement écrit Sainte-Barbe, le nom est porté dans le Jura. Il désigne celui qui est originaire de Sainte-Barbe, nom de trois communes en France (27, 57, 88) et de plusieurs hameaux.
Sainte-Beuve Porté dans l’Oise et le Val-d’Oise, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Sainte-Beuve. C’est le nom de deux communes de Seine-Maritime, Sainte-Beuve-en-Rivière et Le Caule-Sainte-Beuve (voir également Beuve).
Sainte-Cluque Porté dans les Pyrénées-Atlantiques et les départements voisins, désigne celui qui est originaire de Sainte-Cluque, hameau à Boueilh-Boueilho-Lasque (64). Aucune sainte ne porte ce nom. A envisager éventuellement une cloche bénie, mais des formes anciennes seraient les bienvenues.
Saint-Elm Porté notamment dans la Somme, renvoie à une localité du même nom, mais je n’en trouve aucune trace en France. Elm ou Elme (saint protecteur des marins) est une variante catalane ou castillane de Erasme.
Saintemême Porté dans l’Eure et l’Eure-et-Loir (variante : Sainte-Même, 93), devrait désigner celui qui est originaire de Sainte-Mesme, commune des Yvelines qui honore une martyre de la fin du Ve siècle, Mesme, en latin Maxima, dont le frère Mesmin avait tranché la tête parce qu’elle refusait d’adorer les dieux païens : en tombant au sol, la tête de la sainte fit jaillir une source qui devint ensuite un important lieu de pèlerinage.
Saintenoy Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, devrait désigner celui qui est originaire d’une localité portant ce nom, mais il n’y a apparemment rien qui corresponde vraiment, sinon peut-être Stenay, dans la Meuse, fréquemment écrit Sathenay et parfois Sathenois jusqu’à la fin du XVIe siècle. On pensera aussi à Sainteny, dans la Manche.
Sainte-Rose Assez répandu dans les Antilles françaises, fait partie des noms de baptême donnés autrefois aux esclaves noirs. Son choix n’est pas innocent car sainte Rose de Lima, très vénérée au XVIIIe siècle, était la fille d’un colon espagnol et d’une métisse (elle est la patronne de l’Amérique latine).
Sainteve Rare, le nom est surtout porté dans la Moselle. Variante : Saint-Eve. Il paraît renvoyer à un ancien nom de localité, deux lieux-dits s’appelant Sainte-Eve dans la Haute-Marne (Paroy-sur-Saulx et Roches-Bettaincourt).
Saint-Felix Outre les départements d’Outre-Mer, c’est dans l’Ariège que le nom est le plus répandu. Il renvoie à une localité appelée Saint-Félix (on pensera pour l’Ariège à Saint-Félix de Rieutort et Saint-Félix-de Tournégat).
Saint-Gaudens Porté notamment dans les Pyrénées-Atlantiques, la Haute-Garonne et la Gironde, désigne celui qui est originaire de la commune de Saint-Gaudens, dans la Haute-Garonne. C’est également le nom de hameaux à Noilhan (32) et à Carbonne (31), ainsi qu’à Frontenay-Rohan-Rohan (79).
Saint-Germain Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Saint-Germain. C’est dans la Somme que le nom de famille est le plus répandu. On trouve dans ce département la commune de Saint-Germain-sur-Bresle.
Saint-Hilaire Nom de famille porté dans le Sud-Ouest (32, 65, 47). Variante : Saint-Hilary. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Saint-Hilaire : les communes et hameaux portant ce nom sont hélas trop nombreux pour arriver à une localisation précise du patronyme. Pluesieurs saints se sont appelés Hilaire, notamment un évêque de Poitiers.
Sainthuile Le nom est surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans les Ardennes. Variante : Sainthuille (forme ancienne : Sainte-Olle). Il désigne celui qui est originaire de Sainte-Olle, hameau à Raillencourt-Sainte-Olle (59). On précisera qu’il n’existe aucune sainte Olle : le village est mentionné pour la première fois sous la forme Santollam (1119), graphie transformée par erreur en Sancte Olle quelques années plus tard.
Saint-Jalmes Nom porté en Bretagne (22, 29). Variantes : Saint-Jalm, Saint-Jalmes, Saint-Jarme. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit appelé Saint-Jalm(es) = Saint-Jacques. Un quartier de Quimperlé s’appelle Saint-Jalmes.
Saint-Jean, de Saint-Jean Désigne celui qui est originaire de l’une des nombreuses localités portant ce nom. Avec la particule, le nom a pu se rapporter à celui qui détenait la seigneurie de l’une de ces localités.
Saint-Lager Le nom est porté dans le Rhône. Variantes : Saint Lager, Saintlager, St Lagier. Il désigne celui qui est originaire de la commune de Saint-Lager, dans le même département. Lager est ici une variante de Léger (voir ce nom).
Saint-Lambert Le nom est porté à la Réunion. Il renvoie en principe à une localité appelée Saint-Lambert : c’est le nom de sept communes en France (dont trois dans le Maine-et-Loire) et de plusieurs hameaux.
Saint-Lanne Surtout porté dans le Gers (variante : Saint-Lannes), désigne celui qui est originaire de Saint-Lanne, nom d’une commune des Hautes-Pyrénées. Les premières mentions connues (Selana, Senelana, XIIe siècle) semblent montrer que ce curieux saint Lanne pourrait être au départ sainte Hélène, à moins qu’il ne s’agisse absolument pas d’un nom de saint. La localité est citée au XIVe siècle sous la forme Sancto Lana.
Saint-Laux Rare et porté en Picardie, le nom renvoie à une localité qui m’est inconnue. On pensera éventuellement à Saint-Lô, dans la Manche.
Saint-Léger, Sainléger Originaire de la localité du même nom (54 communes dans toute la France). Saint Léger fut évêque d’Autun au VIIe siècle. Il fut d’abord martyrisé, avant de périr assassiné en 678. C’est en Normandie (76) qu’on rencontre le plus de Saint-Léger. Quant aux Sainléger, on les trouve dans le département du Nord.
Saint-Lézer Nom porté dans les Landes. Variante : Saint-Lézé. Désigne celui qui est originaire de Saint-Lézer, commune des Hautes-Pyrénées. Le nom Lézer renvoie à saint Lizier, qui fut évêque du Couserans au VIIe siècle et aurait défendu son évêché contre les Wisigoths. Il aurait aussi substitué le culte de la Vierge à celui du dieu Mars.
Saint-Louis Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Saint-Louis, nom porté par six communes françaises (sans compter les départements d’Outre-Mer) et de nombreux hameaux. C’est en Martinique et en Guadeloupe que le patronyme est aujourd’hui le plus porté. On le rencontre aussi en Gironde, département où se trouve la commune de Saint-Louis-de-Montferrand.
Saint-Marc C’est dans la région Aquitaine que le nom est le plus fréquent (33, 47). Désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. Vu la répartition géographique du patronyme, on peut penser à Saint-Marc de Saint-Julien (Landes).
Saint-Marcoux Le nom, surtout porté en Corrèze, évoque une localité portant ce nom (Marcoux, nom de personne germanique, Marcwulf), mais il n’en existe apparemment aucune qui corresponde.
Saint-Mart, Saint Mart Apparemment porté dans la Loire, c’est une variante de Saint-Mard, désignant celui qui est originaire de l’une des nombreuses localités appelées Saint-Mard (ou Saint-Mars), Mard étant une variante du prénom Médard.
Saint-Martin Désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. Seul problème, il y a des centaines de communes, hameaux et lieux-dits appelés Saint-Martin. La localisation géographique est donc quasiment impossible.
Saint-Michel On trouve le patronyme surtout en Provence (Arles), ainsi que dans les Pyrénées-Atlantiques. Désigne celui qui est originaire de l’une des nombreuses localités portant ce nom.
Saintobert Porté notamment dans le département du Nord et dans l’Aisne, devrait désigner celui qui est originaire de Saint-Aubert (59). Variante : Saint-Aubert.
Saint-Olympe Nom porté en Martinique. Sa forme est curieuse dans la mesure où Olympe est un prénom féminin (popularisé par une sainte née à Constantinople vers 361 et auxiliaire de saint Jean Chrysostome). En principe le nom renvoie à une localité, mais il n’y en a aucune en France, sinon un Mas Sainte-Olympe à Manduel (30).
Saint-Omer Egalement écrit Saintomer, désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. Des communes du Pas-de-Calais, de l’Oise et du Calvados s’appellent Saint-Omer. Voir Omer pour plus de détails.
Sainton On trouve le nom dans l’Aube, ainsi qu’en Poitou-Charentes. C’est sans doute un diminutif de Saint (voir Sainteau pour le sens).
Saintoyant Nom porté dans le Jura (variante Saintoyand dans l’Ain). Désigne celui qui est originaire de Saint-Oyen ou Saint-Oyand, Oyend, toponyme surtout représenté par le monastère et la localité de Saint-Oyend-de-Joux, qui deviendra ensuite Saint-Claude. Saint-Oyen est aussi le nom d’un hameau de Montbellet (71) et l’ancien nom du monastère de Mouthier-en-Bresse (71). Oyen (latin Eugendus) fut abbé de Condat (= Saint-Claude) au VIe siècle. Le nom de famille Saintoyen existe également (51, 77, 71).
Saint-Palais Porté dans le Sud-Ouest, désigne celui qui est originaire de Saint-Palais, nom de plusieurs communes dans les Pyrénées-Atlantiques, la Gironde, la Charente et la Charente-Maritime. On précisera que saint Palais (ou Pallais) était évêque de Saintes au VIe siècle et qu’il fit construire plusieurs établissements religieux grâce aux dons de Clovis (étymologie : latin Palladius, du grec Palladios lui-même formé sur le nom de la déesse Pallas).
Saint-Pasteur Le nom est porté dans le Sud-Ouest. Avec le même sens : Saint-Pastou, Saint-Pastous, Sempastous. Il désigne celui qui est originaire de Saint-Pastous (65), ou encore de Saint-Pastour (47). Voir Sempastous.
Saint-Pierre Deux possibilités : soit il s’agit d’un nom de baptême (qui a été utilisé effectivement), soit d’un toponyme, et dans ce cas il s’agirait d’une personne originaire de Saint-Pierre (lequel, impossible à dire, il y en a trop).
Saint-Ramond Nom surtout porté dans la Haute-Garonne et les Pyrénées-Atlantiques. Variantes ou formes voisines : Saint-Ramon, Saint-Raymond. Désigne celui qui est originaire d’une localité ainsi appelée. Il existe un hameau Saint-Ramon à Saint-Pierre-sur-Dropt (47).
Saint-Réquier, Saint-Requier Également écrit Saint Riquier (ou Saint Réquier, sans trait d’union), désigne celui qui est originaire de Saint-Riquier, nom de trois communes, deux en Seine-Maritime (département où le nom est le plus porté) et une dans la Somme. Fêté le 26 avril, saint Riquier fonda au VIIe siècle dans le Ponthieu une abbaye qui prit ensuite son nom.
Saint-Romain Désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. De très nombreuses communes s’appelant Saint-Romain (sans parler des hameaux ou lieux-dits), il est impossible de localiser l’origine du patronyme.
Saint-Saëns Désigne celui qui est originaire de la commune du même nom, en Seine-Maritime. Variante : Saint-Sans. On précisera que Saëns est une variante de Sidoine (voir ce nom).
Saint-Sardos Egalement écrit Sainsardos, le nom est porté dans le Tarn-et-Garonne et le Lot-et-Garonne. Il désigne celui qui est originaire de Saint-Sardos, nom de deux communes dans ces deux départements. Sardos est une forme contractée de Sacerdos (latin sacerdos = prêtre), nom porté par un évêque de Limoges à la fin du VIIe siècle. Saint Sacerdos est le patron de la ville de Sarlat (fête le 5 mai).
Saint-Sorny Egalement Saintsorny, Saint Sorny. Le nom, surtout porté dans l’Ardèche, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Saint-Sornin, nom de divers communes et hameaux. Pour l’Ardèche, on pensera sans doute à un hameau de la commune de Serrières. Sornin est une variante de Saturnin (voir Sadourny).
Saint-Upéry Porté dans les Hautes-Pyrénées (forme ancienne : Saint-Upéri), le nom s’écrit aussi Saint-Ubéry, Sentubéry, Sentupéry. Son sens est identique à Saint-Supéry (32). Il désigne celui qui est originaire de Saint-Supéry ou Saint-Exupéry, nom de divers communes et hameaux dédiés à saint Exupère (nom de deux martyrs et d’un évêque de Toulouse). Avec le même sens : Saint-Exupérit (19).
Sainturat Porté dans la Vienne, pourrait désigner celui qui est originaire de Ceinturat, hameau à Cieux (87).
Saint-Vanne, Saint Vanne Egalement écrit Saint Vannes, Saintvanne, Saintvannes, le nom est porté dans la Meuse. Il renvoie certainement à Saint-Vanne, nom d’une abbaye à Verdun (saint Vanne, du germanique Wano, fut évêque de la ville au VIe siècle).
Sainvé Porté en Poitou-Charentes, le nom est plus courant sous la forme Sainvet. Aucune idée sur sa signification pour l’instant.
Saison Le nom est porté dans le Pas-de-Calais et dans l’Yonne. Il semble que ce soit un toponyme. Le mot "saison" est souvent lié au Moyen Âge à l’assolement (terre qu’on laboure dans l’année pendant qu’on laisse reposer les autres). A noter le hameau des Saisons à Lalande (89).
Saisse Nom porté dans la Drôme et le Vaucluse. C’est un toponyme désignant un lieu rocheux (latin saxum = rocher). On trouve le diminutif Saisset en Languedoc. Il faut rattacher à la même racine les noms Sais et Saix, ainsi que l’italien Sassi, Saissi, fréquent dans la région niçoise.
Sajous Le nom est surtout porté dans les Hautes-Pyrénées (variante : Sajoux). On le rencontre aussi sous la forme Sajus (31 notamment). Il désigne la maison située en dessous du village (occitan çai-jos = ici dessous). Le contraire est représenté par le nom Sassus (65, 64) = ici dessus.
Saker Porté notamment dans l’est de l’Algérie, devrait correspondre au nom de personne arabe Saqr (= faucon, épervier).
Sakr Porté au Liban et francisé en Sacre, devrait correspondre à l’arabe Saqr (= faucon, épervier).
Saksik Egalement Sicsic, Siksik, Chekchik, Sacksick. Porté par des juifs d’Afrique du Nord, c’est un nom qui signifie en arabe ‘gazouillis’ (dialectal saqsaq, standard zaqzaqa). Il pourrait s’agir d’un toponyme : un cours d’eau du Maroc s’appelle Ksiksu.
Sala, Salas, Sales, Salles Ce nom vient du germanique salla (= la salle). On pense qu’il désignait au départ une maison fortifiée (puis une grande maison). Plusieurs textes du Xe siècle mentionnent aussi son emploi comme nom de personne. Salas est la forme castillane, très fréquente en Espagne.
Salaberry Le nom désigne en basque la demeure noble (ou maison fortifiée) neuve (sala + berri). Variante : Salaberri. Avec article postposé : Salaberria.
Salacroup Le nom est surtout porté dans le Lot et l’Aveyron. Variantes : Salacrou, Salacroux. C’est un toponyme fréquent en Languedoc (nom de plusieurs hameaux), de signification incertaine. La forme d’origine semble être "Solacroup" (nombreuses attestations médiévales), interprétée par certains comme un lieu où le matou (occitan "crup") se chauffe. Il semble cependant plus logique de voir dans "Solacroup" un sommet arrondi (occitan "cropa" = croupe) exposé au soleil.
Saladino Surtout porté en Sicile et en Calabre, c’est un nom de personne d’origine arabe (SalâH ‘ad-dîn : intégrité de la religion), popularisé par un sultan du XIIe siècle : héros musulman des Croisades, il fut considéré dans le monde chrétien comme un modèle des valeurs chevaleresques, ce qui explique le succès du nom.
Salagnac Surtout porté en Corrèze, désigne celui qui est originaire d’une localité portant le même nom : outre Salagnac, commune de Dordogne, on pensera à un hameau de la commune de Cosnac (19). Variante : Salagnat (87).
Salahun Nom porté dans le Finistère et le Morbihan. Voir Salaun.
Salais Rare, le nom est notamment porté dans la Vienne et le Maine-et-Loire. Sans doute un toponyme évoquant le sel. A noter le hameau du Salais à Saint-Jean-de-Monts (85), ou celui de la Grande Salais à Sainte-Gemmes-d’Andigné (49). Il existe aussi des Salais en Espagne (je n’ai aucune idée sur la signification du nom).
Salama Nom arabe qui signifie perfection, salut éternel (salâma’).
Salamagne Porté notamment dans le Lot, parfois écrit Salamagné, c’est un toponyme signifiant ‘la grande salle’ (voir Sales). Autre forme : Salamagnou (64).
Salamero Nom espagnol dont le sens ne m’est pas connu. Peut-être un nom de personne d’origine germanique (la forme Salamirus est documentée comme nom de personne).
Salamitou Rare, le nom est porté dans les Pyrénées-Atlantiques. Michel Grosclaude propose un toponyme composé de "sala" (= demeure fortifiée) et de "mitou" (= situé au milieu).
Salamo, Salami Patronyme présent en Catalogne. Il s’agit du nom Salomon (hébreu shlomoh = sa paix, éventuellement ‘pacifique’), qui renvoie au roi biblique célèbre à la fois pour son sens de la justice et pour le temple qu’il fit construire. Désignait peut-être des juifs au Moyen Âge, encore que quelques saints aient porté ce nom, ce qui est une preuve évidente de christianisation. La forme Salami s’expliquerait par la présence d’un suffixe diminutif.
Salançon Également écrit Salençon, le nom nom est porté dans le Gard et la Lozère. Il pourrait renvoyer à Salançon, hameau ou ferme à Notre-Dame-de-Rouvière (30), à condition que le toponyme soit antérieur au nom de famille. Le nom semble dérivé de l’occitan "salanc" (terrain salé), mais c’est loin d’être une certitude.
Salandre On trouve ce nom en Champagne-Ardennes. Semble une variante de l’ancien français chalandre, mot qui désignait un chaland, grande péniche plate pour le transport des marchandises. Donc celui qui possédait un chaland.
Salanou, Salanoue Nom rare rencontré autrefois dans les Pyrénées-Atlantiques. Désigne sans doute celui qui est originaire d’une localité portant le même nom. Sens du toponyme : la salle (voir Sala) neuve, l’équivalent de Salanave, Sallenave.
Salarin Semble une forme savoyarde du nom italien Salarino, qui pourrait être une variante de Salardino, Saladino (= Saladin, arabe SalâH ‘ad-dîn : intégrité de la religion). Un diminutif de salario (= salaire) est également possible.
Salaud Nom de personne d’origine germanique, Salawald (sala = maison, salle + wald = qui gouverne). Les Salaud se rencontrent surtout en Vendée et dans la Loire-Atlantique.
Salaun, Salaün Forme bretonne de Salomon (voir Salamo, Salami).
Salazar Fréquent en Espagne, rencontré aussi au Portugal, c’est un nom de localité (porté notamment par une commune de la province de Burgos) formé des mots basques sala (= maison fortifiée, ferme) et zahar (= vieux, ancien).
Salazard Le nom est notamment porté dans la Loire et en Savoie. Il correspond à un lieu appelé Saint-Lazare, transformé en Salazard. C’est le cas dans l’Ain, avec un hameau situé sur la commune de Vandeins (écrit Saint-Lazare sur la carte d’état-major de 1841). Salazard est également le nom d’une ferme à Dortan (01).
Salbanera Nom porté dans les Pyrénées-Orientales, qui correspond au catalan Salvanera. Il s’agit d’un toponyme qui signifie ‘la forêt noire’. C’était au XIe siècle le nom d’un hameau à Montauriol, mais il y a de fortes chances pour que des lieux-dits (la) Salvanera aient existé en Catalogne du Sud. A noter aussi la forêt de la Salvanère à Mosset.
Saldana, Saldaña Nom d’origine castillane dont je ne connais pas le sens exact. Peut-être un lieu planté de saules, peut-être un anthroponyme qui serait Celtiana. C’est en tout cas le nom d’une commune de Castilla y Leon.
Saldumbide Porté dans les Pyrénées-Atlantiques, ce nom correspond au basque Zaldunbide, toponyme qui évoque un chemin muletier (zaldun = cavalier + bide = chemin).
Saleilles Le nom est surtout porté dans les Pyrénées-Orientales, où il désigne celui qui est originaire de la commune de Saleilles, dans le même département. On le rencontre aussi dans le Lot, où il renvoie à un hameau situé à Fons. Variantes : Saleille, Saleillas, Salellas, Salelles. Signification : diminutif de sala (= salle), terme désignant au moyen âge une maison fortifiée.
Salel Fréquent dans l’Ardèche, désigne celui qui est originaire du hameau du Salel (commune de Saint-Genest-de-Beauzon), dans le même département. Sens du toponyme : diminutif de sala (= maison importante, maison fortifiée).
Salem Porté en Afrique du Nord aussi bien par des musulmans que par des juifs, correspond à la racine consonantique s.l.m (= le salut, la paix). C’est un nom de personne que l’on traduit souvent par "sain et sauf". Variante : Selem.
Salembier Le nom est surtout porté dans le département du Nord. Variantes : Salembié, Salembien, Salembiez, Salambien, Sallembien (Picardie pour les deux dernières formes). Il signifie ‘monte en bien’. On le rencontre en Italie sous les formes Salimbene, Salimbeni, considérées comme des noms de type augural (destinés à porter chance).
Sales Ce nom vient du germanique salla (= la salle). On pense qu’il désignait au départ une maison fortifiée (puis une grande maison). C’est dans les Pyrénées-Orientales et le Lot qu’il est le plus fréquent.
Salessy Egalement écrit Salessi, c’est un nom qui me demeure obscur. Les Salessy semblent venir du Maroc ou d’Algérie, je n’en sais pas plus.
Salettes Le nom est surtout porté dans les Pyrénées-Orientales, tout comme ses variantes Saleta, Salète, Salètes. On trouve la forme Salette dans l’Ariège et les Hautes-Pyrénées. C’est un toponyme, diminutif de "sala" (= maison fortifiée). Rencontées en Italie du Nord et dans la région niçoise, les formes Saletta, Saletti, Saletto peuvent avoir le même sens, mais on les considère plutôt comme des dérivés de "salèt", forme septentrionale de "salice" (= le saule).
Salgado Porté en Espagne et au Portugal, le nom signifie ‘salé’ en portugais. Peut-être un toponyme, peut-être aussi un surnom donné à une personne spirituelle (piquante).
Salgas, Salgues Un des nombreux patronymes formés sur un nom d’arbre, ici le saule (catalan "sàlic"). Le nom Salgas est surtout porté dans les Pyrénées-Orientales. Les Salgues sont présents à la fois dans ce département et dans celui de l’Aveyron.
Salguero Nom castillan à relier au latin salicaria (plantation de saules). En portugais salgueiro = saule.
Salhi Nom arabe formé à l’aide du suffixe d’appartenance -i sur Salih (SâliH = celui qui est pieux, intègre, vertueux).
Saliège Désigne celui qui est originaire de Salièges, hameau à Montmurat, dans le Cantal. Variante : Salièges.
Salier Le nom est surtout porté dans l’Ardèche. Variante : Sallier. Sens incertain : peut-être un toponyme, mais je n’en trouve aucune trace. Peut-être un nom de personne d’origine germanique, Salahari (sala = maison, salle + hari = armée).
Salies Le nom Salies (parfois Saliès) désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom : on a le choix notamment entre les communes de Salies (09, 64) et de Saliès (81). Signification du toponyme : soit des salines ou des pierres où on mettait du sel pour les bestiaux (Salies), soit un dérivé de "sala", grande demeure, maison fortifiée (Saliès, pour lequel l’origine peut aussi être un nom de personne germanique, Salerius). C’est dans les Pyrénées-Orientales et les Hautes-Pyrénées que le nom de famille est le plus répandu.
Salignon Le nom est surtout porté dans la Côte-d’Or, mais paraît originaire de Franche-Comté, région où Il désigne une mesure pour le sel (d’environ deux kilos). Il semble aussi qu’une ancienne localité suisse se soit appelée Salignon, mais je n’en trouve pas trace.
Saligot Nom surtout porté en Belgique et dans le département du Nord. Peut-être le surnom d’un traître (deux rois païens portent ce nom dans une chanson de geste), ou tout simplement le diminutif d’un nom de personne d’origine germanique, Saligo (formé sur la racine salo = sombre). On trouve dans l’Ouest les variantes Saligaut, Saligault.
Salimon Variante rare de Salomon. Voir Salamo pour l’explication.
Salinas Désigne en Espagne celui qui est originaire d’une localité appelée Salinas, terme évoquant une mine de sel ou un marais salant.
Salingue Fréquent dans le Pas-de-Calais, le nom se rencontre aussi dans le Lot-et-Garonne. M.T. Morlet évoque dans son dictionnaire une variété de saule, solution possible dans le Sud-Ouest, mais pour le Pas-de-Calais on préfèrera le picard ‘salingre’ (= lieu où l’on produit le sel). Variantes et dérivés : Salingre, Salingret, Salingros, Salengrau, Salengreau, Salengro, Salengrois, Salengros, Salengue (59, 62).
Saliot Surtout porté dans l’Ille-et-Vilaine, le nom se rencontre sous la forme Salliot dans la Manche. C’est peut-être une variante du breton Sallio (voir Saliou). A noter cependant qu’un hameau s’appelle Le Saliot à Montbray (50).
Saliou Surtout porté dans le Finistère, c’est un hypocoristique de Salomon, nom de baptême fréquent en Bretagne. Variantes : Sallio, Salliou, Salio (22).
Salis C’est dans la Marne que le nom est le plus répandu, on le recontre aussi dans le Cantal. Il pourrait s’agir d’une forme latinisée du saule (latin "salix").
Sallaberry Nom basque fréquent dans les Pyrénées-Atlantiques. Ce nom est formé d’une racine germanique (salla = salle) et d’une racine basque (berri = neuf). Il signifie donc la salle neuve, sachant que salle avait au moyen âge le sens de demeure fortifiée.
Sallardaine Le nom est porté en Vendée et se rencontre aussi sous les formes Salardaine, Salardenne, Sallairdaine. Il désigne celui qui est originaire de Sallertaine, commune du même département. De sens incertain, le toponyme serait lié à la présence de marais salants.
Sallat Porté notamment en Dordogne, semble un nom de localité. Peut-être une variante de Sarlat ?
Sallaz Forme savoyarde de Salle, Salles (voir Sales). Variante : Sallas, rencontrée aussi dans le Puy-de-Dôme.
Sallé de Chou Le nom a surtout été porté dans le Cher. M.-T. Morlet voit dans Salé, Sallé le participe passé du verbe saler. Quant à Chou, c’est en principe ici un toponyme, mais il faudrait connaître les origines de la famille pour le situer. On citera éventuellement la commune de Choue (41) ou celle de Choux (39).
Sallebert Le patronyme est porté dans les Landes, mais aussi dans le Doubs et la Loire-Atlantique. C’est un nom de personne d’origine germanique, Salaberht (sala = maison noble + berht = brillant). Avec le même sens : Salabert, Salaber (64, 81), Salobert (82).
Sallerin Le nom est surtout porté dans la Moselle. Variante : Salrin. Sens obscur. Faut-il en faire un dérivé du mot "salle" ou du verbe "saler", y a-t-il encore une autre solution ? Je ne saurais le dire.
Salles, Salle voir Sales.
Sallet Diminutif de Salle (voir Sales) porté notamment dans l’Ain et la Saône-et-Loire. Variante ou forme voisine : Salet (64, 69, 87).
Sallo Porté autrefois dans les Côtes-d’Armor, c’est sans doute un hypocoristique de Salomon, nom de famille fréquent en Bretagne. Avec le même sens : Salo (56), Sallou (29), Salloux (56), Sallio, Salliou (22).
Salm Nom porté dans l’Est, qui vient de la rivière la Salm (sans doute abondante en saumons autrefois). C’était le nom d’un ancien comté du Saint Empire, le Salm-Salm, divisé en Bas-Salm (Ardennes) et Haut-Salm (Vosges). Le Haut-Salm devint une principauté au XVIIe siècle, et fut rattaché à la France en 1793. Le patronyme a dû désigner celui qui était originaire du comté de Salm.
Salmon, Salomon Voir Salamo, Salami pour l’étymologie. Le nom Salmon est très fréquent dans l’Ouest (35 notamment). Quant aux Salomon, on en rencontre surtout en Franche-Comté et en Savoie, à Paris et en Martinique. Formes italiennes : Salomone, Salomoni.
Salomé Il s’agit en principe d’un matronyme popularisé par l’une des saintes femmes qui suivaient Jésus et qui étaient présentes auprès de la Croix. Dans le Nord, le nom semble cependant désigner plutôt celui qui est originaire de la commune de Salomé (Solomonis mansum > Salomomés = le domaine de Salomon). Variantes : Salomez, Salommez, Salomer.
Salon C’est dans la Dordogne que le nom est le plus répandu, mais on le rencontre dans diverses régions. Il désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Salon(s), nom de quatre communes (10, 13, 19, 24) et de plusieurs hameaux. Signification du toponyme : dérivé de "salle" (qui évoque en toponymie une demeure importante, éventuellement un château).
Saloppe Nom caractéristique du Pas-de-Calais et de la Somme, dont personne n’a encore pu vraiment percer le mystère. Le nom commun salope (d’abord saloppe) et son sens actuel ne sont pas mentionnés avant le début du XVIIe siècle. On a pensé qu’il pouvait être composé des mots sale et huppe (hoppe), la huppe étant un oiseau connu pour sa saleté, une explication à prendre avec des pincettes, et qui ne résout pas de toute façon le problème posé par le nom de famille.
Salord Nom catalan porté dans diverses régions, très présent dans l’île de Minorque. Variante : Salort. Je n’en connais pas la signification : le toponyme Salor existe certes, mais en Extremadura. Il semble s’agir ici d’un nom de personne.
Salot Surtout porté dans l’Aisne, c’est sans doute un diminutif de l’adjectif ‘sale’ (qui a eu aussi le sens de ‘triste’ en ancien français).
Salou D’origine bretonne, c’est un diminutif de Salomon (ou Salaun). Le nom de ce roi d’Israël a été en effet très porté en Bretagne.
Salsas Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Salsas. C’est le nom d’une commune au Portugal, mais aussi le nom médiéval de Salses, dans les Pyrénées-Orientales. Sens du toponyme : étang, marécage aux eaux salées.
Salson Nom porté dans l’Aveyron et la Lozère. Variantes : Salsom (12), Salsou (34). Il semble s’agir d’un toponyme évoquant le saule. Un hameau s’appelle Le Salson à Saint-Frézal-de-Ventalon (48), un autre Le Salsou à Brousse-le-Château (12), un troisième Salsou à Saint-Jean-de-Minervois (34).
Saltel Porté surtout dans la Lozère, semble désigner celui qui est originaire de Baraque de Saltel, hameau à Rieutort-de-Randon, dans le même département. C’est un diminutif de l’occitan salt (= saut, cascade, escarpement).
Saluste Nom rare porté dans le Tarn. On pensera bien sûr au nom de personne latin Salluste (Sallustius). Il faut cependant vérifier que Saluste ne soit pas un toponyme du Tarn ou du Gers (département où vivait l’écrivain Saluste du Bartas).
Salva Nom porté notamment dans les Hautes-Alpes et les Pyrénées-Orientales. Plusieurs possibilités, toutes valables. D’abord, en pays catalan, la forme Salvà (avec accentuation de la finale) correspond à un nom de baptême issu du latin Silvanus. Dans le même secteur, et sans accentuation de la finale, il s’agit d’une variante de Selva (= forêt, bois). Il en est peut-être de même dans les Alpes, mais il faut aussi envisager un matronyme formé sur Salvo (nom de baptême italien ayant au départ le sens mystique de sauvé).
Salvador, Salvayre Le premier nom est castillan, le second catalan. C’est l’équivalent du nom de baptême français Sauveur, correspondant bien sûr au Christ.
Salvagnac Surtout porté dans l’Aveyron (également 82, 34, 30, 66), le nom se rencontre aussi sous les formes Salvagniac et Salveniac. Il désigne celui qui est originaire de Salvagnac, nom d’une commune de ce département (Salvagnac-Cajarc), d’une autre commune du Tarn, mais aussi de nombreux hameaux : à Lugagnac (46), à Montpezat-de-Quercy et Lacapelle-Livron (82), à Vabres-l’Abbaye et à Causse-et-Diège (12), à Ceilhes-et-Rocozels (34) et à Pleaux (15). Sens du toponyme : domaine gallo-romain (suffixe -acum) appartenant à Silvanius, nom d’homme latin formé sur silva (= forêt).
Salvaire Porté dans le Midi, notamment dans l’Aude, c’est un ancien nom de baptême, équivalent du français Sauveur. Variantes : Salvayre, Sauvaire, Sauvayre.
Salvan Le patronyme est fréquent dans le Tarn. Voir Sauvant pour le sens.
Salvat Mot à mot, celui qui a été sauvé (latin salvatus). A été utilisé fréquemment comme nom de baptême, peut-être pour des enfants ayant eu une naissance difficile. Dans certains cas, le nom peut aussi être une forme contractée de Salvetat, nom porté par plusieurs communes ou lieux-dits.

Retour à la page d’accueil du dictionnaire