A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par S

Saab-Salvat
Salvé-Savarino
Savary-Seguier
Seguin-Simiand
Simiol-Soulard
Soulas-Szymanowicz

Simiol Nom assez rare porté en Languedoc et dans le Bordelais. Sans doute un diminutif des prénoms Siméon, Simon, comme c’est le cas pour l’italien Simioli.
Simion Variante de Siméon, Simon, rencontrée notamment en Guadeloupe, également présente en Haute-Garonne et en Italie (Vénétie). Autres formes italiennes : Simione (Lazio, Campanie), Simioni (Vénétie, Lombardie).
Simo Forme catalane (Simó) du prénom Simon.
Simon L’un des noms de baptême les plus portés dans toute l’Europe. Son origine est l’hébreu shim`ôn (= entendeur). C’est bien sûr le nom originel de saint Pierre, ainsi que celui de l’apôtre Simon le Zélote (ou le Cananéen), qui aurait été crucifié en Perse.
Simonard L’un des nombreux dérivés du prénom Simon, rencontré surtout dans l’Aisne. Variantes : Simonart (59, 08), Simonnard (02, 08), Simonnar (59).
Simond Patronyme essentiellement savoyard. Plutôt qu’une variante du prénom Simon (solution possible dans certains cas), il faut y voir le nom de personne d’origine germanique Sigmund, Sigismund (sig = victoire + mund = protection). Diminutifs : Simondan, Simondant, Simondet, Simondin, Simondon. Forme italienne : Simondi (diminutif Simondini).
Simone Variante italienne du nom de baptême Simon. Avec pluriel de filiation : Simoni.
Simonet, Simonnet, Simonin Diminutifs formés à partir de Simon. Les Simonet et les Simonnet, souvent originaires de la Creuse, sont aussi présents dans les Deux-Sèvres et la Saône-et-Loire. Les Simonin sont le plus souvent lorrains (54, 88).
Simonetto, Simonetti Diminutif du prénom italien Simone (= Simon, voir ce nom). Autres dérivés de Simone : Simonazzi, Simoncelli, Simoncini, Simoncioni, Simonelli, Simoneschi, Simonotti, Simonucci, Simonutti.
Simongiovanni Porté en Corse, le nom s’écrit aussi Simongiovani. C’est un nom de personne composé, formé de Simon(e) et de Giovanni (= Jean).
Simonis Forme du prénom Simon porté notamment en Alsace et dans le Nord.
Simonneau Diminutif de Simon, porté en Vendée et en Poitou-Charentes. Variantes : Simonaud (19, 16), Simoneau (85), Simoneaut (45), Simoneaux (80, 35), Simonneaud (16, 17), Simonneaux (35, 56).
Simonnel Diminutif de Simon porté surtout dans la Haute-Marne. Variante : Simonel.
Simonot Egalement écrit Simonnot, c’est un diminutif de Simon caractéristique de la Bourgogne et de la Champagne (21, 52 surtout). Formes similaires : Simonod (Lyonnais), Simonotti (Piémont).
Simonpieri, Simonpietri Nom de baptême composé (Simon + Pierre) porté en Corse. Autres compositions avec Simon : Simonpaoli, Simonpoli (Simon + Paul).
Simorre Le nom est porté dans le Sud-Ouest (09, 32, 31). Variante : Simore. C’est le nom d’une commune du Gers, et donc sans doute le surnom de celui qui en est originaire. A noter également le Château de Simorre à Cazères (31). Le sens du toponyme est obscur. Il est possible que ce soit au départ un nom de personne, dans la mesure où quelques hameaux sont appelés ‘En Simorre’ (la particule ‘en’ est un terme de respect placé devant des noms de personne), par exemple à Tachoires et Escorneboeuf (32), ou encore à Montastruc-la-Conseillère (31).
Simpson Désigne en anglais le fils de Simm, hypocoristique du prénom Simon. Variantes : Sympson, Simson.
Sinacola Nom italien très rare (quelques mentions dans le Lazio) sur lequel je n’ai aucune idée solide.
Sinault Porté notamment dans l’Indre, c’est un nom de personne d’origine germanique, Sinwald (sin = vieux + waldan = gouverner). Avec le même sens : Sinaud (23).
Sinay C’est en Lorraine (57) que le nom est le plus porté. Sans doute un nom de localité, rencontré notamment en Belgique, éventuellement surnom d’un pèlerin étant allé en Terre sainte. On trouve aussi des Sinay dans l’Ille-et-Vilaine, où le nom est apparemment une variante de Sinet, diminutif de Sinard (nom de personne d’origine germanique, voir Senard).
Sinclair Nom porté dans le Nord, également présent en Lorraine. C’est une déformation de Saint-Clair, et donc un surnom donné à celui qui est originaire d’une localité appelée Saint-Clair (12 communes en France et de nombreux hameaux).
Sinclair Porté en Angleterre, désigne celui qui est originaire de Saint-Clair-l’Evêque (Hérouville-Saint-Clair), dans le Calvados, ou de Saint-Clair-sur-l’Elle (Manche).
Sindin Le nom vient d’Espagne, où il est porté dans le nord du pays (Galice, Pays Basque). Je n’en connais pas le sens.
Siné Le nom est porté à la fois dans les Pyrénées-Orientales et dans le Morbihan. Dans ce dernier département, il semble désigner celui qui est originaire de la commune de Séné. Quant aux Siné catalans, ils demeurent une énigme.
Sinegre Egalement Sinègre, Sénègre. Surtout porté dans l’Aveyron, correspond à l’occitan senegré (= le fenugrec, plante dont les grains servaient autrefois à faire des cataplasmes), et a dû désigner celui qui habitait un lieu-dit Sinegre, Senegre. Il existe dans le Tarn un hameau appelé En Sinègre (commune de Pratviel). toujours dans le Tarn, on trouve les hameaux de Sénègre à Saint-Germain-des-Prés, et d’En Sénègre à Magrin.
Singevin Porté dans les Ardennes, désigne celui qui est originaire de Saint-Juvin, commune du même département. Avec le même sens : Saingevin, Saintgevin (formes anciennes), Saint-Juvin.
Singh Très fréquent aujourd’hui en Angleterre, le nom est surtout porté par les Sikhs, qui l’ont donné à pratiquement tous les hommes. Il signifie ‘lion’.
Sini Le nom est très répandu dans le nord de la Sardaigne. Il désigne celui qui est originaire de Sini, commune sarde de la province d’Oristano. Mais Sini est aussi un nom d’origine arabe, dont je ne connais pas le sens.
Sinibaldi Nom italien ou corse. C’est au départ un nom de personne d’origine germanique, Sinibald (sin = vieux + bald = audacieux).
Sininge, Seninge Le nom est porté dans les Deux-Sèvres, le Cantal et la Corrèze. Il désigne celui qui est originaire du hameau de Sininges, à Sexcles (19).
Sinnett Patronyme anglais écrit également Sinnatt, Sinett, Sinnott, Senett, Sennett, Sennitt, Synnot, Synnott, Synott. C’est un ancien nom de personne, Sigenod, composé des éléments sige (= victoire) et nod (= brave).
Sinsard Porté dans l’Aisne, semble un dérivé de l’ancien français "cince" (= haillon, guenille, chiffon). Dans ce cas, on hésitera entre le surnom d’un loqueteux ou celui d’un fripier.
Sinsoillier On trouve ce nom dans le Nord. Il semble correspondre à Sinsolle (Chincholle), avec le sens de guenilles, vieux vêtements, qui est celui de l’ancien français cince. Donc, peut-être un marchand de vieux vêtements.
Sinsou Le nom est surtout porté en Dordogne (variante : Sinsout). Il devrait s’agir d’une variante de Sansou, diminutif du prénom gascon Sans, également écrit Sens (voir ces noms). A noter que le nom est aussi présent dans la Vienne, où il s’est transformé en Cinqsous, Cinsous, Sinqsous, Sinq-Sous.
Sintes Nom catalan, rencontré surtout aux Baléares. On le considère généralement comme une forme du nom commun cintes (= rubans), et donc il s’agirait du surnom d’un marchand de rubans.
Sintive Porté dans la Somme et le Nord-Pas-de-Calais, le nom s’écrit aussi Sintives, Saintive, Saintives, Saintyves. Il désigne en principe celui qui est originaire d’une localité appelée Saint-Yves, sachant cependant que le toponyme ne se rencontre pratiquement qu’en Bretagne.
Sintomer Porté dans le département du Nord, désigne celui qui est originaire de Saint-Omer, sans doute la ville du Pas-de-Calais.
Sinturel Le nom est porté dans l’Allier. On le rapprochera de Sinturet (Poitou-Charentes), nom également écrit Ceinturet. Le sens de "petite ceinture" (surnom de fabricant de ceintures ?) semble s’imposer, mais il convient de rester prudent.
Sinty Nom surtout porté en Belgique dont le sens est très incertain. On rencontre une forme apparemment équivalente en France avec Sainty (70, 88). Il pourrait s’agir d’un nom de localité, comme l’indique le suffixe -y, du latin -acum qui a servi à former des noms de domaines à l’époque gallo-romaine, mais je ne connais rien qui corresponde. Le Dictionnaire des noms de famille en Belgique romane propose deux hypothèses : homme libre qui se faisait serf d’un sanctuaire ou d’une abbaye (moyen français saintieux), et fondeur de cloches (ancien français saintier).
Sion Le nom est notamment porté dans le département du Nord et en Belgique, où il est attesté comme variante d’Ancion, lui-même contraction d’Ancillon, diminutif du prénom Anselme. Dans l’Ouest, Sion est aussi un toponyme, nom d’une commune en Loire-Atlantique et d’un hameau en Vendée (Saint-Hilaire-de-Riez). Ce toponyme semble correspondre au nom biblique de Sion (ancienne citadelle de Jérusalem), qui a pu être utilisé aussi comme nom de baptême, ce qui expliquerait les diminutifs Sionneau (85, 72, 37) et Sionnet (05, 85).
Siot Le nom se rencontre dans des régions diverses. En Gascogne (64) c’est un diminutif du nom de baptême Gassie (équivalent de l’espagnol Garcia), également nom de plusieurs hameaux. En Lorraine et en Belgique (variante ou matronyme : Siotte), il est plus difficile de se faire une idée : s’agit-il d’un sot, d’une petite scie ou d’un éventuel diminutif de prénom ? Difficile de se faire une certitude.
Siozade Porté dans la Haute-Loire et le Puy-de-Dôme, le nom s’écrit aussi Siauzade, mais on trouve plus fréquemment la forme équivalente Sauzade (63, 84). C’est un toponyme désignant une saulaie (occitan "sause" = saule).
Siquès Ou Siqués. Patronyme porté en Catalogne. C’est un ancien nom de personne, correspondant au français Séguier (voir ce nom). Variantes : Sigués, Xigués.
Sirace Nom rare porté dans l’Eure-et-Loir. Variante : Cirace. Sens incertain. Peut-être un ancien nom de baptême, déformation de Cyriaque.
Siraj Rencontré aussi sous les formes Sirage et même Cirage (!), c’est un nom de personne arabe signifiant ‘flambeau’ (sirâj), souvent appliqué au prophète Mohammed. On le trouve en composition dans les noms Sirajeddine et Sirajdin (= flambeau de la religion).
Sirantoine Porté dans la Meuse, fait partie des noms composés de ‘sire’ (= seigneur, personnage important) suivi d’un prénom. Cette formation est typique de l’Est (Lorraine et Franche-Comté). Avec d’autres prénoms : Sirandré, Sircoulomb, Sircoulon, Sireguy, Sirejacob, Sirjacobs, Sirjacq, Sirjacques, Sirejean, Sirjean, Sirhenry, Sirhugues, Sirugue, Sirugues, Siruguet.
Sirat Un nom présent en Catalogne, mais surtout rencontré dans le Sud-Ouest de la France. Il peut désigner celui qui est originaire du Sirat, hameau à Valence (Tarn-et-Garonne), ou encore des Sirats, hameau à Montaut (Ariège). Sens incertain : peut-être le participe passé du verbe cirar (= tourbillonner), ou encore un verger de cerisiers.
Sirdey Le nom semble venir de l’Est. Il signifie mot à mot Seigneur Dieu (Sire Dieu), et c’est sans doute un sobriquet appliqué à celui qui prononçait souvent cette expression.
Sire Nom très présent en Languedoc et dans le Fenouillèdes (P-O), notamment à Trevillach et Montalba. Mais on le rencontre fréquemment ailleurs en France, et c’est en Vendée qu’il est le plus répandu. Il désigne apparemment un seigneur (latin senior), mais sous forme de sobriquet. Autre possibilité : un ancien prénom, à rapprocher de l’italien Siro (voir Siri), ou une variante de Cyr. Diminutif : Siret (85, 03, 57).
Siré Nom qui renvoie au cerisier (cirer, forme raccourcie de cirerer).
Sireix Surtout porté dans les Hautes-Pyrénées, devrait désigner celui qui est originaire du village de Sireix, dans le même département. Aucune forme ancienne ne permet de se faire une idée précise sur le sens du toponyme. Peut-être un lieu planté de cerisiers (voir Sirieix).
Siri Patronyme italien, forme plurielle de Siro, nom de baptême popularisé par san Siro de Pavie. Etymologie : soit l’anthroponyme Siricius, à rattacher à l’étoile Sirius (équivalent français Sirice), soit Syrus (habitant de la Syrie).
Sirié Surtout porté dans la Haute-Garonne, c’est un toponyme évoquant le cerisier, nom de hameaux à Cintegabelle (le Grand Sirié et le Petit Sirié).
Sirieix, Serieyx Nom rencontré dans le Limousin et les régions voisines. C’est un toponyme désignant le cerisier, ou un lieu planté de cerisiers (du latin cerasum, transformé en *ceresium).
Siriot Nom rare porté dans l’Yonne. Semble un diminutif de Sire (voir ce nom).
Sirois Le nom est porté dans l’Eure-et-Loir, où il est très rare, il est beaucoup plus fréquent au Québec (migrant venu de Saint-Germain-en-Laye). On trouve les formes voisines Siroi en Normandie (76) et Siroit en Bretagne (35). Je n’en connais pas le sens.
Siron Le nom est surtout porté dans le Doubs. On le rencontre aussi dans le Sud-Ouest (47, 24). Il devrait s’agir d’un nom de personne (prénom) issu du latin Syrus (originaire de Syrie), dont Siron serait le cas-régime. Autres possibilités : un dérivé de sire (= seigneur) ou un toponyme (deux hameaux s’appellent Siron, le Siron en Gironde).
Sirot Assez courant dans presque toute la France, c’est un diminutif de Sire, qui avait le sens de seigneur. Le terme était certainement employé comme sobriquet, pour désigner celui qui avait des allures de seigneur, ou encore celui qui était au service du seigneur.
Sirouet Nom porté en Vendée et en Charente-Maritime. Selon M.T. Morlet, c’est un diminutif de Séroul, nom de personne d’origine germanique (Sarwulf : sar = cuirasse, armure + wulf = loup).
Sirougnet Nom rare porté en Gironde. Sens incertain. Peut-être un diminutif de Siroine, ancien prénom popularisé par un saint qui aurait été martyrisé en Saintonge.
Sirvain Le nom SIRVAIN se trouve surtout dans le département de la Haute-Vienne, où SILVAIN est également très fréquent. Le passage du L au R dans les pays de langue d’oc étant assez courant, tout laisse penser que SIRVAIN est une variante du nom de baptême SILVAIN (ou SYLVAIN, forme plus rare). Origine : le nom de personne latin SILVANUS, de SILVA = forêt.
Sirvent Nom catalan ou occitan qui désigne un serviteur, mais qui a eu aussi au moyen âge le sens de fantassin.
Siry Surtout porté dans le Haut-Rhin et dans l’Aisne, désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. Il pourrait s’agir de Ciry (communes du 02 et du 71) ou de Cirey (21, 52, 54, 70). Sens du toponyme : le domaine de Cirius, nom d’homme latin.
Sissi Porté en Afrique du Nord, devrait être un dérivé de l’arabe sîs (= jasmin).
Sissonge Nom renconté dans la Seine-et-Marne. Le suffixe -onge laisse penser qu’il s’agit d’un toponyme. Peut-être celui qui est originaire de Sissonne, dans l’Aisne.
Sitbon Porté par des juifs originaires d’Afrique du Nord, correspond au mot arabe (algérien ancien) shiTbûn, qui signifie "bûcheron". Variantes : Setbon, Chetboun et peut-être Chetboul. Une famille juive Setbona est attestée à Tolède aux XIIe-XIIIe siècles.
Sitja Nom porté dans les Pyrénées-Orientales, où l’on trouve aussi les formes Sitjar et Sitjas. Il désigne en catalan un silo (lieu pour stocker les céréales), et a été utilisé comme toponyme (cf Sitges en Catalogne). Il peut aussi évoquer tout simplement un trou profond dans la terre.
Sitruk C’est un nom juif à rapprocher du languedocien Astruc (= né sous une bonne étoile), lui aussi fréquemment porté par des israélites. L’étoile tient bien sûr une place hautement symbolique dans le judaïsme, ce qui explique la fréquence de tels noms (également Stern en allemand). Variante : Sitruck.
Sivade Porté notamment dans l’Aude et le Puy-de-Dôme, le nom désigne l’avoine en occitan ("sivada", variante de "civada"). On pensera à un producteur d’avoine ou à un toponyme (champ d’avoine). Dérivés : Sivadier (12, 17, 79), Sivadon (33, 81).
Sivan Nom porté en Provence. Il doit s’agir d’une forme contractée de Silvan, nom de baptême issu du latin Silvanus (de silva = forêt), qui a donné aussi Silvain, Sylvain.
Sivard Porté dans la Haute-Loire, c’est un nom de personne d’origine germanique, Sivhard (sib = parenté + hard = dur).
Sivert Porté en Seine-et-Marne et en Champagne-Ardenne, devrait avoir le même sens que Sieffert ou que Sivard (voir ces noms).
Sivieude voir Sibieude.
Six Nom fréquent dans le département du Nord, rencontré également en Alsace. Sans doute une autre graphie de Sicks, forme génitive de Sick, hypocoristique du prénom germanique Sigfried ou d’autres noms de personnes formés sur la racine sig. Le rapport avec le chiffre 6 semble beaucoup plus douteux. A envisager éventuellement un lien avec l’ancien prénom Sixte.
Sixdenier Le nom est surtout porté en Saône-et-Loire et en Franche-Comté (39). Variantes : Sixdeniers et sans doute Sidenier. Difficile d’interpréter un tel surnom, rencontré avec d’autres chiffres et d’autres monnaies (on trouve également des Sixsout en Franche-Comté, à rapprocher des nombreux Quatresous, Quatredenier, Quatredeniers ou Quatrelivre, Quatrelivres). Sachons cependant que, le denier étant la monnaie la plus faible, six deniers, ça ne fait pas grand-chose, tout juste un demi-sou !
Sixte Patronyme rencontré notamment en Charente-Maritime (également 82, 93). Variantes : Sixt (73), Sixtre (30). C’est un ancien prénom (latin Sextus) popularisé par cinq papes, les deux premiers ayant été martyrisés à Rome. Le premier évêque de Reims s’appelait également Sixte.
Sizaire Variante de Césaire (voir ce nom) portée notamment dans le département du Nord.
Skiera Nom de famille polonais de sens incertain. Il peut venir de skier (= homme d’armes) ou encore de skra (= étincelle, lueur), le premier sens semblant préférable.
Skolnik Nom tchèque rencontré aussi en Allemagne. Désigne un étudiant. Variante polonaise : Szkolnik.
Skrzypczak Nom polonais, variante ou diminutif de Skrzypek = violoniste.
Slagmulder Egalement écrit Slagmolder, Slamulder, le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique. Il désigne celui qui exploitait un "slagmolen", mot à mot "moulin à battre" en néerlandais. Il peut s’agir d’un moulin à foulon, mais certains auteurs parlent de moulin à huile.
Slama Porté aussi bien par des musulmans que par des Juifs séfarades, le nom correspond à la racine arabe s.l.m (hébreu sh.l.m), qui évoque la paix, et par extension la paix éternelle, le salut, la perfection.
Slimani Nom arabe dérivé de Slimane (suffixe d’appartenance -i), qui correspond à Salomon : arabe classique sulaymân, dialectal slîmân.
Slowinski Nom polonais qui semble lié au rossignol (slowik), soit comme toponyme, soit comme surnom pour un bon chanteur.
Sluyts Porté dans le Nord et en Belgique, le nom se rencontre aussi sous la forme Sluys. C’est un toponyme désignant une écluse (néerlandais sluis).
Smadja Fréquent chez les Juifs d’Afrique du Nord (Algérie, Tunisie), le nom devrait correspondre à l’arabe "samaja(t)", qui contient l’idée de laideur ou de maladresse. Maurice Eisenbeth (voir bibliographie) parle pour sa part d’aigreur et d’amertume.
Smague Surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais, le nom se rencontre aussi sous les formes Smaegge, Smaeghe, Smagge, Smagghe, Smaggue, Smaghe, Smaghue et même Smagne. Il semble correspondre au néerlandais smakken, avec l’idée de claquement, reste à connaître son sens précis comme nom de famille (celui qui fait claquer sa langue dans sa bouche ?). Formes voisines : Smack, Smacque.
Smail Nom de personne arabe correspondant à Ismaël, premier fils d’Abraham, considéré comme l’ancêtre du peuple arabe. Le nom vient de l’hébreu yishma`e’l (= Dieu entendra).
Smain, Smaine Porté aussi bien par des arabes que par des juifs d’Afrique du Nord, le nom est considéré comme une déformation populaire de Smail (= Ismaël, voir Smail).
Smal Nom de famille présent en Belgique. Il s’agit sans doute d’une contraction de Semal, Semel, nom de personne d’origine germanique (étymologie obscure). Autre possibilité, un sobriquet flamand, variante de l’adjectif smael (= petit, malingre).
Smara Porté en Afrique du Nord, pourrait être un toponyme (cf. la ville de Smara au Maroc et Aïn Smara près de Constantine), mais aussi un dérivé de Samir (voir ce nom). La racine s.m.r peut désigner celui qui est brun, hâlé (sens qu’on retrouve dans le nom Asmar), elle sert aussi à nommer le gommier (arbre).
Smeets, Smet, Smets Nom flamand désignant un forgeron (smid).
Smith Très fréquent en Angleterre, ce nom évoque la profession de forgeron.
Smons Nom porté en Belgique (Waterloo notamment). Je n’en sais pas plus pour l’instant.
Sneck Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais. On trouve aussi, en Belgique et dans les Ardennes, les formes apparemment équivalentes Snoeck, Snoeckx, Snoek. Deux possibilités : soit un ancien prénom (équivalent de Sénèque ?), soit un surnom lié au brochet (néerlandais snoek).
Sneyder Variante du flamand Sjnider, Sjniders, désignant un tailleur d’habits (sjnider, également allemand Schneider). Autres formes : Snyder, Snyders.
Sneyers Nom flamand désignant un tailleur d’habits (le s final étant un génitif), autre forme de Sneyder (néerlandais snijder). Variante : Snyers.
Sniegula Ce nom désigne en polonais le bruant des neiges (dérivé de "snieg" = neige). Reste à savoir comment interpréter le surnom.
Snoeck Porté en Belgique ainsi que dans le département des Ardennes, c’est un surnom lié au brochet (par métaphore ou métonymie). Certains exemples montrent cependant que le nom a été utilisé parfois comme prénom (voir Senocq). Autres formes : Snoeckx, Snoek.
Soares Variante portugaise de Suarez (voir ce nom), formée à partir du nom Soeiro.
Sobanski Assez fréquent en Pologne, correspond à un nom de personne (prénom), sans doute Sobieslaw (sob = soi-même + slaw = gloire), peut-être Sébastien.
Sobczak Nom polonais pour lequel deux interprétations sont possibles : soit un diminutif de Sobek, correspondant au prénom Sébastien, soit un diminutif de Sobiech, qui correspond lui-même au nom de personne Sobieslaw (sob = soi-même + slaw = gloire). La première solution paraît la plus crédible.
Sobra, Soubra, Subira Patronyme d’origine topographique. Désigne celui qui habite tout en haut. Du latin *superanus, qui a notamment donné souverain.
Sobral Nom portugais. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Sobral (= plantation de chênes-liège, latin suber > portugais sobro).
Sobraquès Une variante de Sobrequès, patronyme assez fréquent en Catalogne. Ce nom est formé avec la préposition sobre (= au-dessus), et le terme préroman quès (quers = les rochers). Donc, celui qui habite au-dessus des rochers. Le nom de famille est assez répandu dans les Pyrénées-Orientales, et devrait évoquer celui qui est originaire du mas Sobraquès, à Montferrer (déjà mentionné en 927 sous la forme Super Keiros). C’est d’ailleurs à Montferrer qu’il était autrefois le plus répandu.
Sobrepere On rencontre le nom dans les Pyrénées-Orientales, où il était autrefois surtout porté à Laroque-des-Albères. Il est également présent dans l’Aude et les Hautes-Pyrénées, ainsi qu’en Catalogne (le plus souvent écrit Sobrepera). Il désigne en principe celui qui habite au-dessus de la pierre (ce dernier terme pouvant avoir le sens de forteresse). A noter cependant, dans les Pyrénées-Atlantiques, la forme Soubre-Pere qui laisse supposer qu’il pourrait s’agir d’un nom de famille composé.
Sobrie Le nom est porté dans le nord de la France et en Belgique. Variante : Sobry. Selon Debrabandere, l’un des grands spécialistes des noms de famille en Belgique, la forme d’origine serait "des Aubris", Aubris étant un toponyme désignant un lieu où pousse le peuplier blanc.
Sochina Le nom m’est signalé comme étant originaire d’Ukraine. Il s’agit apparemment d’un diminutif de Socha, surnom polonais donné par métonymie à un laboureur (socha = charrue rudimentaire).
Sochnchen Très rare, correspond à l’allemand Söhnchen (= jeune fils), également écrit Söhngen.
Sochon Le nom est porté dans la Mayenne et en Normandie (14, 61). Il correspond à l’ancien français "sochon", variante de "soçon" (= associé, compagnon). On notera cependant que le mot "sochonnerie" est attesté par Godefroy avec le sens de "maquignonnage". Enfin, le mot "sochon" se rencontre également avec le sens de "souche".
Sochor Ce nom slave semble correspondre au tchèque sochor, qui désigne une barre de levier. Ce pourrait être le surnom métonymique d’un homme très fort. Il faut cependant noter qu’il est surtout porté par des juifs askhénazes, peut-être avec un autre sens.
Socik Nom slave sur lequel je n’ai aucune idée précise. Peut-être faut-il le rapprocher du polonais Socha (surnom d’un laboureur, socha = charrue primitive) ou en faire un diminutif du nom de personne Sobislaw.
Socquet Nom porté en Haute-Savoie (variante : Soquet), sans doute un toponyme désignant un lieu abondant en souches (cf le hameau de Grand Soquet à Thorens-Glières, à condition bien sûr que le toponyme ne soit pas lui-même formé sur un nom de personne). M.T. Morlet précise cependant que le soquet était aussi au moyen âge un impôt sur le vin. Le nom de famille se rencontre dès le XVe siècle (Michaud Juglaris dit Socquet), on le trouve en composition dans les noms Socquet-Clerc, Socquet-Juglard et Socquet-Meilleret.
Sodoyer Nom surtout porté en Picardie et dans la Seine-et-Marne. Variantes : Sodoyer, Soudoyer, Soudoyez, Saudoyer, Saudoyez. C’est un terme qui désignait au moyen âge un homme d’armes, un mercenaire (ancien français soldoier).
Soen Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique, devrait correspondre au nom de personne d’origine germanique Sunno (racine son-, suon- = jugement), même si l’on peut aussi penser au néerlandais zoon (= fils). Formes avec génitif de filiation : Soens, Soenen, Soenens. Autres variantes : Soene, Soenne.
Soeur, Soeurs Surtout porté dans la Haute-Saône, également présent dans la Haute-Marne ainsi qu’en Belgique, c’est en principe un nom de parenté, désignant soit la soeur du chef de famille, soit par ellipse le fils de la soeur (cf le nom de famille Alasoeur, Alasseur, porté dans l’Indre). Il pourrait cependant s’agir d’un toponyme. Ainsi, on trouve dans le Loir-et-Cher un village appelé Seur, et on n’est pas loin du picard Seux, ces toponymes désignant des lieux où pousse le sureau. A noter que la forme Soeure correspond au village de Seurre (21), ce dernier nom étant à rapprocher du bas-latin saburra (= sable, gravier).
Sofa Apparemment polonais ou russe (variante Zofa), le nom est peut-être à rapprocher du prénom Sophie, mais c’est loin d’être une certitude.
Sogorb Le nom vient d’Espagne et désigne celui qui est originaire de la ville de Sogorb (castillan Segorbe) ou de la vallée du même nom, dans la province de Castellón (Valence). Le toponyme est cité par Pline sous la forme Segobriga, dans laquelle on retrouve apparemment le celte "briga" (= hauteur puis forteresse), le premier élément étant "sego" (= force).
Sohier On trouve le nom en Bretagne (22) mais aussi dans la Marne. Correspond en principe au nom de personne d’origine germanique Séguier (voir ce nom).
Sohn Le nom signifie "fils" en allemand (lien de parenté devenu surnom, puis nom de famille). Variante : Sohne. Dérivés : Söhnel, Sohner, Söhnlen, Soehnlen, Söhnle (également écrit Sohnlé).
Sohrab Surtout utilisé comme prénom, ce nom de personne persan me demeure obscur quant à sa signification. On peut simplement dire que Sohrab est l’un des personnages mentionnés dans le Shâh-Nâme (‘le livre des rois’), grande épopée persane du Xe siècle. Il est le fils de Rostam, l’un des héros de cette épopée.
Soinne Assez rare, le nom est porté dans le Pas-de-Calais. Variantes anciennes : Le Soine, Le Saine. Il devrait s’agir d’un terme régional évoquant soit le cygne, soit la cigogne (cette dernière solution est proposée par le Dictionnaire des noms de famille en Belgique romane).
Soiron Nom porté dans l’Oise et en Belgique. Désigne celui qui est originaire de Soiron, près de Verviers (province de Liège). Le toponyme se rencontre aussi dans l’est de la France, où il est pratiquement toujours associé à un cours d’eau.
Sojo Nom originaire d’Espagne. Désigne celui qui vient de Sojo, localité située dans la province d’Alava.
Sokol Fréquent en Pologne et dans d’autres pays slaves, le nom désigne le faucon (surnom possible d’un éleveur de faucons, ou sobriquet métaphorique). Il est parfois porté par des Juifs askhénazes. Dérivés : Sokolov (Russie), Sokolowicz, Sokolowski (Pologne, le dernier nom indiquant celui qui est originaire d’une localité appelée Sokolowo ou Sokolów, toponyme très répandu dans ce pays).
Sol Avec ce nom, on entre dans une série de patronymes dont on se demande chaque fois s’il faut les rattacher au soleil ou à la terre (le sol). Ici, cependant, le doute n’est guère permis, il s’agit bien du soleil, utilisé comme nom de baptême pour glorifier l’éclat d’une naissance.
Sola, Soula A priori, origine toponymique (= lieu, parcelle exposés au soleil). On notera cependant que le nom a aussi été utilisé comme nom de baptême, ce qui dans ce cas renverrait soit à une forme latine (Solanus), soit à une forme germanique (Sula) faisant toutes deux référence au soleil. Le nom Sola, catalan, est surtout porté dans les Pyrénées-Orientales. La forme Soula est répandue sur toute la chaîne des Pyrénées.
Solal Nom de personne hébreu signifiant ‘qui fraie son chemin’, éventuellement ‘qui marche pieds nus’ (sôlel). On le trouve en composition dans le nom Cohen-Solal (voir aussi Cohen). Variante : Choulal.
Solana Porté notamment dans l’Aude et les départements voisins, désigne celui qui habite un lieu-dit la Solana, versant exposé au soleil. Variantes : Solanas, Solane, Solanes, Soulana, Soulane, Soulanes.
Solano Nom espagnol désignant celui qui est originaire d’une localité appelée Solano (plusieurs communes, notamment dans les provinces de Burgos et de Malaga). Sens du toponyme : lieu exposé au soleil (catalan solà, solana < latin solanum).
Solar Porté dans les Pyrénées-Orientales (Maureillas), c’est un nom assez rare. Il correspond en principe au catalan solar (= sol d’une maison, et sans doute par extension maison).
Solari Nom italien ou corse à rapprocher du languedocien et catalan Soler, Solère. Désigne soit un lieu exposé au soleil (latin solarium), soit une demeure pourvue d’un étage (< latin solum). La présence du a me fait préférer la première solution.
Solaz, Soulas On peut rattacher ces deux noms à Sola, mais il semble préférable d’y voir un sobriquet désignant une personne joyeuse. L’ancien français solas, solaz (catalan solaç, castillan solaz) a en effet le sens d’amusement, divertissement, fête (latin solacium = soulagement).
Sold Porté en Alsace-Lorraine, le nom pourrait désigner un mercenaire (équivalent de soldat), mais on doit aussi penser, tout comme pour le nom Soldmann, à celui qui extrait ou vend du sel.
Soldani Nom porté en Italie de la Toscane au Piémont, ainsi que dans les Pouilles. On le rencontre aussi en Corse. C’est le pluriel de Soldano (vénitien Soldan), surnom qui correspond au mot ‘sultan’ (voir Soudant pour une tentative d’explication), peut-être aussi utilisé comme nom de personne.
Soldevila C’est un toponyme composé désignant la partie basse de la ville. Donc celui qui habite en bas de la ville. Le nom est surtout catalan. Autres formes : Soldevilla (Espagne, Gascogne), Soldeville.
Soler, Solé, Soulié,Soulier Nom de famille très fréquent en Roussillon et dans le Sud-Ouest. L’hypothèse d’un ancien nom de métier, celui qui fabrique des soles, autrement dit des sandales ou des semelles, est séduisante mais sans doute fausse. Une autre solution est souvent envisagée, évoquant le possesseur d’un sol, le mot semblant désigner une maison à étage. Autre possibilité, plus souvent admise : lieu exposé au soleil.
Solère, Solera, Soulère Soit un matronyme formé sur Soler (voir ce nom), soit plutôt un toponyme pour lequel il est difficile de trancher entre le sol et le soleil, le problème est exactement le même qu’avec Soler. Cependant, comme le mot solera signifie plancher en catalan, il semble préférable de choisir la maison à étage.
Soleymieux Surtout porté dans la Loire et le Rhône, désigne celui qui est originaire de Soleymieux (42) ou de Soleymieu (38). Signification : le domaine de Solemnius, nom d’homme latin. Porté dans l’Isère, le nom Soleymat devrait lui aussi renvoyer à la commune de Soleymieu.
Solibieda Nom polonais porté dans l’ouest du pays (Poznan). Sens incertain. Il semble formé des mots "sol" (= sel) et "bieda" (= besoin, nécessité, pauvreté). Peut-être un surnom pour un miséreux (le sel étant autrefois un produit de première nécessité).
Solignac Porté notamment dans la Lozère et le Lot, désigne ceui qui est originaire de Solignac, nom de trois communes, deux dans la Haute-Loire et une dans la Haute-Vienne, ainsi que de plusieurs hameaux. Signification : le domaine (suffixe -ac) de Solemnius, nom d’homme latin. Forme voisine : Solignat (23 notamment), nom d’une commune du Puy-de-Dôme mais aussi variante de Solignac.
Solleder Nom de famille porté en Allemagne et en Suisse. Variante : Soleder. Sens obscur, du moins pour moi. Peut-être un soldat, un mercenaire ?
Solleux Porté dans l’Ille-et-Vilaine, le nom semble venir des Côtes-d’Armor, où il s’est écrit Le Solleux. Autres formes : Le Soleu, Le Solleu, Le Solleuz, Solleu. Il semble que ce soit un dérivé du breton "sol" (= semelle), reste à savoir avec quel sens. Peut-être celui qui fait des semelles, un cordonnier. Rien de bien certain de toute façon.
Sollier C’est dans l’Ille-et-Vilaine que le nom est le plus répandu. On le rencontre aussi en Provence et en Savoie. C’est un toponyme, avec deux sens possibles : soit un grenier, soit un lieu exposé au soleil (sens probable en Savoie et dans le Sud). A noter plusieurs hameaux appelés Le Sollier dans la Mayenne (Bouchamps-lès-Craon, Saint-Charles-la-Forêt, Saint-Martin-du-Limet, Saint-Saturnin-du-Limet, Villiers-Charlemagne). Pour la Savoie, on pensera notamment à Sollier, hameau à Doussard (74). Variantes : Solier (12, 49), Solliers (83, 84).
Solminihac (de) Le nom est porté en Périgord depuis le moyen âge. Il désigne celui qui détenait la seigneurie de Solminihac, certes, mais aucune trace de ce lieu aujourd’hui. Il y a cependant des chances pour qu’il s’agisse de Solignac, dans la Haute-Vienne, dans la mesure où les textes anciens mentionnent le village sous la forme Solemniacum (631). Mais ce n’est qu’une hypothèse qui demande à être confirmée. Signification : le domaine (suffixe -acum) de Solemnius, nom d’hommme latin.
Solorzano Désigne celui qui est originaire de Solórzano, localité de Cantabrique (Espagne).
Solsona Celui qui est originaire de la ville de Solsona, située sur les rives du riu Negre, au nord-ouest de Manresa. L’origine de ce toponyme est obscure et semble ibère (suffixe -ona). Dans les documents du haut-moyen âge, la ville est documentée sous les formes Setelisona et Celsona.
Solvet Porté depuis le XVIIe siècle au moins en Seine-et-Marne (La Ferté-sous-Jouarre), c’est un nom de sens incertain. Peut-être une variante de Sauvet (voir ce nom).
Solviche Nom porté en Auvergne. Désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom. Il existe un lieu-dit La Solviche sur la commune de Job (63).
Solvignon Porté dans la Haute-Loire, le nom est identique à des formes telles que Sauvignon, Souvignon (17) ou Salvignon (26). On hésitera entre un prénom (diminutif de Sauvy, Salvy, latin Salvius) ou un éventuel toponyme (cf. le hameau de Souvignet à Saint-Julien-Molhesabate, dans la Haute-Loire).
Somarriba Nom espagnol désignant celui qui habite un lieu-dit Somarriba (= au-dessus de la rive) ou en est originaire. Une commune de Cantabrique s’appelle Somarriba.
Sommer Nom fréquent en Alsace, rencontré aussi dans le Doubs. Le mot allemand Sommer signifie l’été. Il pourrait désigner un lieu d’estive (pâturage d’été), mais il semble s’agir plutôt d’un surnom, voire d’un nom de baptême médiéval, tout comme Winter (l’hiver).
Sommier C’est dans le Loir-et-Cher que le nom est le plus répandu. Il a dû désigner celui qui transporte des marchandises ou qui conduit des bêtes de somme (ancien français somier). Variante probable : Sommié (46).
Sommovigo Le nom est fréquent en Italie dans la région de La Spezia (Ligurie), on le rencontre aussi en Corse. C’est un toponyme, nom d’un ancien village rattaché aujourd’hui à La Spezia. Signification probable : le village (latin vicus) situé sur une hauteur.
Somnard Nom surtout porté dans la Meuse. Sens incertain. Peut-être une variante de Sommard (ancien français somart), qui désignait une terre en jachère.
Somny Nom porté en Lorraine (88, 57, 54), rencontré aussi sous la forme Sommy (90). Semble désigner celui qui est originaire de Sommy, hameau de la commune de Féy (57). Les plus anciennes mentions connues situent d’ailleurs le patronyme en Moselle, en 1647.
Somps Porté dans les Pyrénées-Atlantiques, c’est un pluriel de Som, Soum, toponyme désignant un sommet.
Somsois Porté dans l’Aube, désigne celui qui est originaire de Somsois, nom d’une commune de la Marne.
Somson Le nom est surtout porté dans les Ardennes. Il semble s’agir d’une variante de Samson (voir ce nom).
Somville Nom porté surtout dans le Pas-de-Calais. Variantes : Sommeville, Sonneville. Désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom, sans doute Somville en Belgique (Chaumont-Gistoux, Brabant wallon). On rencontre aussi le petit village de Sommeville dans la Haute-Marne. Le toponyme peut signifier le sommet de la ville, du village (éventuellement la ville qui est au sommet), mais il y a des chances pour que ‘somme’ soit ici un hydronyme (= source, eau paisible). On le rencontre également sous les formes Sonville, Sonneville (on trouve aussi Sonneville dans la Charente, mais avec une étymologie différente).
Sonet Nom porté dans la Haute-Saône et dans les Vosges. Il semble s’agir d’un hypocoristique de Husson (voir ce nom) formé par aphérèse. Mais il faudrait être sûr qu’aucun lieu-dit de cette région ne s’appelle Sonet.
Songin Nom porté en Pologne (également présent au Canada) qui serait d’origine lithuanienne (variante : Sangin). Je n’en connais pas le sens, même si un rapprochement est possible avec le polonais sa(n)g (= bûche, rondin). Il est à l’origine de Songiniszki, nom de famille et nom d’une ancienne localité, écrit aussi Sanginskes en lithuanien.
Sonjon Nom rare surtout porté en Haute-Savoie. Il s’agit apparemment d’un toponyme, comme semble l’indiquer le lieu-dit le Sonjon à Hauteluce (73). Signification : sommet, hauteur. Un lieu-dit à Saint-Jean-de-Maurienne s’appelait en 1579 "Au sonjon de la rue de Bonrieu".
Sonnery Surtout porté dans le Rhône, devrait désigner celui qui est originaire de La Sonnery, hameau à Dareizé (69), ou encore de La Sonnerie, autre hameau à Valsonne (69).
Sonnet C’est dans l’Orne que le nom est le plus répandu. On pense généralement à un diminutif de noms terminés par -son (en particulier Husson). A noter aussi que Sonnet et surtout Sonnette (77, 78, 02) sont des toponymes évoquant des petits cours d’eau.
Sonrel Le nom est surtout porté dans les Vosges, où l’on trouve aussi la forme Sonrier. Sens incertain : peut-être le surnom d’un sonneur de cloches.
Sopena, Sopeña Désigne celui qui est originaire de l’une des nombreuses localités espagnoles ainsi appelées. Le toponyme signifie "sous le rocher, sous la crête rocheuse" (latin "sub pinna").
Sophron, Sophrone Sophron est un ancien nom de baptême issu du grec et signifiant prudent, avisé. Il existe un saint du nom de Sophron (Sophronius), fêté le 11 mars. Il fut ermite à Damas, puis patriarche de Jérusalem qu’il vit tomber aux mains des Sarrazins, et mourut en 644. On rencontre le patronyme Sophron dans l’Ain et la Meurthe-et-Moselle. Quant à Sophrone, variante de Sophron ou matronyme, je n’en sais rien, on le trouve dans les Pyrénées-Atlantiques et l’Ardèche.
Sophys Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, le nom s’écrit aussi Soffys, Sofys, Suffys (variante ancienne Suiffys). Je n’en connais pas le sens.
Sorabella Nom italien rare, dont le sens me paraît trop incertain pour tenter une explication.
Sorba Nom porté en Corse, également présent en Italie et dans les Alpes-Maritimes. C’est un toponyme désignant un lieu où pousse le sorbier. Variantes : Sorbi, Sorbelli.
Sorbe, Sorbé Sans doute un toponyme lié à la présence de buissons de sorbier. C’est en Martinique et dans le Doubs que le nom est le plus répandu.
Sorbet Le nom est surtout porté en pays gascon. Autres formes : Sorbets, Sorbette. Signification : lieu où pousse le sorbier. Deux communes s’appellent Sorberts (32, 40).
Sordet Le nom est surtout porté en Bourgogne (71, 21). C’est un toponyme désignant une source, une fontaine. Un hameau s’appelle le Sordet à la limite du Rhône et de la Saône-et-Loire, près d’Aigueperse (également Sordet à Saint-Racho, 71). Le rapport avec la surdité, parfois évoqué, semble très peu probable. Il en est de même pour le nom Sourdet (51, 02, 19).
Sordi, De Sordi Nom italien, sobriquet correspondant à l’adjectif sordo (= sourd). La forme De Sordi (sans doute originaire du Sud), marque la filiation.
Sorel Voir Soret pour le sens. Le nom est surtout porté dans la Seine-Maritime et la Mayenne.
Soret Très fréquent dans toute la France, et notamment dans le Maine-et-Loire. C’est un diminutif de Sor, Saur, surnom donné à celui qui avait les cheveux fauves (blond-roux) ou châtain.
Soriano Deux possibilités. S’il s’agit d’un nom espagnol, il désigne celui qui est originaire de la ville castillane de Soria (nom souvent porté par des juifs séfarades). En Italie (variante : Soriani), on pensera plutôt à celui qui est originaire de Soriano (Soriano nel Cimino ou Soriano Calabra).
Soriaux Porté dans le département du Nord ainsi qu’en Picardie et en Belgique (variantes : Sorieaux, Sorriaux), c’est un surnom donné à celui qui a les cheveux fauves (diminutif de l’adjectif sor).
Sorin Variante de Saurin, diminutif de Saur (voir Saury).
Soriot Surtout porté dans le Loiret (également 60, 89), c’est un diminutif de Sor (celui qui a les cheveux fauves).
Sorlin Porté notamment dans le Nord, le Rhône et le Jura, c’est un nom de baptême, variante de Saturnin (voir Sadourny pour le sens). Plusieurs communes s’appellent Saint-Sorlin, notamment dans la région Rhône-Alpes. Il n’est cependant pas certain que le prénom Sorlin ait été porté dans le Nord, où on pourra plutôt envisager un diminutif de Sorel (voir ce nom).
Sornette Curieux nom rencontré en Lorraine (54, 57). Il est possible de le rattacher au mot ‘sornette’, apparu dans la langue au début du XVe siècle, et qui désignait alors soit un jeu de société, soit une moquerie, une raillerie. On pensera cependant aussi à une variante de Sornet (37, 79, 69), que M.T. Morlet considère comme un diminutif de Sorin (celui qui a les cheveux brun roux).
Soro Porté surtout dans les Pyrénées-Atlantiques et le Gers, c’est un terme basque évoquant un champ, un pré (sorho). On le rencontre avec le suffixe -eta (= lieu de) dans les noms Sorhouet, Sorhuet, Soroeta (également Sorhouetgaray = les champs d’en haut). Autres dérivés : Sorhaits, Sorhaitz, Sorraits (lieu où les champs sont nombreux), Sorhondo, Sorondo, Sorrondo (sans doute le champ ancien ou le champ fauché, ou encore le lieu à proximité du champ).
Sorre Le nom est surtout porté dans l’Ille-et-Vilaine, notamment à La Fresnais, où il est attesté depuis le XVIe siècle. Sens incertain. En supposant qu’il y ait eu autrefois un accent, on peut penser à l’ancien français "soré" (= séché, desséché). On envisagera aussi le nom "sor" avec le sens de soeur, ou encore l’adjectif "sor", évoquant une couleur de cheveux proche du châtain.
Sorresino Très rare et porté dans les Alpes-Maritimes, pourrait désigner celui qui est originaire de Soresina, en Lombardie (province de Crémone) ou encore d’une localité suisse du Tessin portant le même nom. On trouve le nom de famille Soresina en Lombardie.
Sors Nous avons affaire à un toponyme catalan, qu’il faut sans doute comprendre comme Sorts, pluriel de sort, désignant une parcelle de terre issue d’une division (latin sorte). On trouve avec le même sens le nom de famille Sort, mais celui-ci peut aussi renvoyer à la ville de Sort (province de Lleida), dont l’origine semble prélatine.
Sortais Nom assez courant dans l’Eure-et-Loir et dans l’Orne. C’est apparemment un dérivé de sort, toponyme ayant le sens de source jaillissante.
Sosa C’est un toponyme correspondant peut-être à une plante. Le nom catalan ‘sosa’ désigne de nombreuses plantes poussant près de la mer, dont la salicorne. Autre sens possible : marais salant. Sosa est l’équivalent castillan ou catalan du portugais (et galicien) Sousa, Souza.
Sossi Nom porté en Italie en Lombardie et dans le Frioul. Aucune idée quant à sa signification.
Sossong Nom rare porté dans les Ardennes et dans l’Aube. C’est sans doute une variante de Sosson, qui correspond à l’ancien français soçon (= compagnon, associé).
Soteras Nom porté en Espagne, où on trouve aussi les formes Sotera, Soteres (Catalogne). En Aragon, le mot "sotera" désigne une sorte de houe, surnom possible pour l’utilisateur ou le fabricant de cet outil. Cependant, il semble plutôt qu’on ait affaire à un toponyme, ancien village médiéval situé sur la commune d’Undués Pintano (province de Saragosse).
Soterraña Équivalent castillan du français Souterraine, toponyme désignant une église qui possède une importante crypte. Le nom pourrait désigner celui qui est originaire de Suterranya, village de la province de Lleida (Lerida).
Sotes Nom espagnol qui semble désigner celui qui est originaire de Sotes, localité située dans la province de La Rioja, à la limite avec le Pays Basque.
Soto Nom de famille espagnol, c’est un toponyme issu du latin saltus, qui pouvait avoir deux sens : soit une gorge, un défilé, soit un lieu boisé. Forme portugaise : Souto.
Sottiaux Nom porté en Belgique et dans le département du Nord. On peut évidemment le considérer comme un sobriquet signifiant petit sot, mais il est préférable de le rattacher au wallon sottê (= lutin), et d’en faire un surnom donné à un homme petit et vif. Variantes : Sottiau, Sottieau, Sottieaux, Sotteau, Sotteaux.
Sotty Le nom est porté notamment dans la Saône-et-Loire, on le rencontre aussi dans le Pas-de-Calais (variante : Soty).
Souad Ce nom arabe signifie sans doute ‘bonheur’ (su`âd), et est utilisé comme prénom féminin. Dans certains cas, on ne peut cependant négliger l’arabe aswad (= noir), tout dépend de la prononciation du nom en arabe. Forme voisine : Soued.
Souaillard Patronyme assez rare, difficile à localiser avec certitude. Correspond apparemment à l’adjectif d’ancien français soillart (= sale, souillon), formé sur le verbe soillier.
Soualle Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, c’est une variante de Soil, Soille, rencontrés dans la même région, qui correspondent à l’ancien français soile (= seigle, latin secale). Désigne un producteur ou un marchand de seigle. Peut aussi être un toponyme (terre plantée en seigle).
Soubabère Surtout porté dans les Landes, désigne celui qui est originaire du hameau de Soubabère, dans le même département (commune de Saint-Gor).
Souben Porté dans le Finistère, le nom semble se rattacher au mot ‘soupe’ (gros mangeur de soupe ?), mais c’est loin d’être une certitude.
Souberbielle Surtout porté dans les Hautes-Pyrénées, désigne celui qui habite un lieu-dit ainsi appelé (sens : au-dessus de la ville). On rencontre également le nom sous les formes Soupervielle, Supervielle, Supervièle, Superville (64), Souberville (65). Des hameaux s’appellent Souberbielle à Hours et à Barzun (ancien moulin), dans les Pyrénées-Atlantiques.
Soubeste Porté dans les Landes, le nom peut aussi s’écrire Soubestre, Souveste (on trouve également la forme Souvestre, mais surtout dans l’Ille-et-Vilaine). Dans la plupart des cas, c’est un nom de personne (prénom), équivalent de Sylvestre. À envisager éventuellement un toponyme (= région forestière).
Soubeyrand Autre forme de Soubiran (voir Soubiron pour le sens), le nom est porté dans l’Ardèche et les départements voisins (42, 43, 30). Variantes ou formes voisines : Soubeyra, Soubeyran, Soubeyras, Soubeyrat, Soubeyre, Soubeyrol, Soubeyron, Soubeyrou, Soubeyroux, Soubeiran, Soubeirat, Soubeiroux, Soubayroux (ces deux derniers noms se rencontrant dans les Bouches-du-Rhône).
Soubie, Soubié Nom d’origine gasconne désignant celui qui habite en dessous de la rue, de la route (latin via). On rencontre fréquemment aussi la forme Soubies. On trouve un hameau appelé Soubie en Dordogne (commune de Minzac).
Soubielle Une forme du Sud-Ouest, qui signifie en dessous de la ville.
Soubiron Nom porté dans les Landes et les départements voisins. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit appelé Soubiron, qui évoque un lieu élevé (situé au-dessus, latin *superanus). Variantes et formes voisines, presque toutes dans le Sud-Ouest : Soubira, Soubiraa, Soubiran, Soubirou, Soubirous, Soubiroux.
Soubirous C’est dans les Hautes-Pyrénées que le nom est le plus répandu. Il s’agit d’un toponyme avec le sens de lieu élevé, situé en haut du village ou au-dessus (latin superanus).
Soubra voir Sobra.
Soubret Assez rare, le nom est porté dans le Berry (18, 36). Il pourrait avoir une origine occitane, et désignerait un lieu situé au-dessus. A noter aussi l’ancien provençal "soubret" (= d’une élégance affectée). On peut enfin penser à un diminutif de l’adjectif français "sobre" (attesté en ancien français sous la forme "sobret").
Soubrevie Rare sous cette forme, le nom est porté dans l’Aude et l’Ariège. On trouve la graphie Soubervie en Gironde. Ces noms sont des variantes de Suberbie (65), Subervie (33, 31), Superbie (47), Supervie (64) et désignent la maison ou le hameau construits au-dessus de la route. Deux hameaux s’appellent Suberbie, à Lussagnet-Lusson et à Rontignon (64).
Soubrier Nom surtout porté dans le Cantal et l’Aveyron, rencontré sous la forme Soubrié dans le Lot et l’Aude. Devrait correspondre à l’occitan sobrier (= ouvrier que l’on utilise pour diverses sortes de travaux). Il peut aussi s’agir d’un nom de lieu (possible métathèse de Sourbier = sorbier) : il existe plusieurs hameaux appelés Soubrié, Soubrier, par exemple à Leuc (11), Gramat (46), Bernac (81). A noter dans le Cantal le hameau de la Vacherie de Soubrier, à Malbo.
Soubrouillard Curieux nom rencontré en Moselle. On peut certes y voir un lieu toujours sous le brouillard, mais il devrait s’agir d’une déformation de Soubrillard, nom porté dans la Sarthe et le Loir-et-Cher (où il est attesté depuis le XVIe siècle), lui-même de sens incertain. Eventuellement un dérivé du moyen français "soubris" (= sourire), à moins qu’il ne s’agisse d’un toponyme.
Souc Nom porté en Poitou-Charentes. Il peut s’agir d’une variante de Souque (= lieu où il y a des souches) ou de l’occitan Suc (petite colline). On rencontre également la forme Souq, notamment dans le Cantal et le Lot.
Soucas, Soucasse Il s’agit peut-être d’un toponyme signifiant sous le chêne (sous casse). Je préfère pour ma part un dérivé du mot souche (latin socca, catalan et occitan soca), formé avec le suffixe péjoratif -asse.
Soucaze Nom de famille gascon à valeur topographique : il signifie "sous la maison".
Souchon Le nom vient du Massif Central. C’est un toponyme relativement courant qui désigne un lieu où il y a beaucoup de souches.
Souchu Le nom est surtout porté dans la Sarthe, on le rencontre aussi dans la Manche. Il désigne en principe celui qui est originaire d’un lieu-dit le Souchu (lieu parsemé de souches).
Soucy Rien à voir en principe avec les soucis. Il s’agit de celui qui est originaire de la localité portant le même nom. On trouve la commune de Soucy dans l’Aisne et dans l’Yonne, mais il y a certainement d’autres lieux-dits dans d’autres départements. Le nom est formé avec le suffixe -acum sur un nom de personne latin (Saucius ?), et désigne le domaine qui appartenait à cette personne.
Soudais Le nom est fréquent en Normandie (76). Variantes : Soudai, Souday. C’est un toponyme. On pensera notament à la commune de Souday (41) et au hameau de Souday à Vion (72). Sens possible : le domaine de Solidus, nom de personne latin.
Soudant Nom surtout porté dans le département du Nord (également 51, 54). L’ancien français soudan correspond au mot sultan. On a donc affaire à un sobriquet qui peut être interprété de diverses façons (celui qui a des allures de chef, celui qui est noir comme un maure, qui est allé en croisade, qui jouait le rôle du sultan dans les représentations théâtrales). Variantes : Soudan (59, 73, 74), Soudans (62).
Soudat Patronyme assez rare porté dans les Hautes-Pyrénées (également Pyrénées-Orientales). Pourrait désigner celui qui est originaire de Soudat, commune de la Dordogne. Autre possibilité : variante du français "soldat".
Soudée C’est dans l’Indre-et-Loire que le nom est le plus répandu, on le trouve aussi dans le Loir-et-Cher et dans la Manche. Dans ce département, on pensera à celui qui est originaire de Soudée, hameau à Saint-Laurent-de-Cuves. Ailleurs, le nom pourrait être une variante de Souday, commune du Loir-et-Cher, ou encore correspondre à l’ancien français soldée, soudée (terre qui rapporte un sou de rente).
Soudier Surtout porté en Lorraine (57, 54), Le nom a désigné en ancien français ("soldoier") un soldat mercenaire, mais aussi un serviteur à gages. Variante : Soudière (88).
Soudy Nom surtout porté dans la Loire-Atlantique, l’Indre et le Rhône. Sens obscur. A envisager éventuellement l’ancien français "sode, sodain" (= rapide, soudain). Un hameau de l’Indre s’appelle Les Soudis (commune de Saint-Georges-sur-Arnon).
Souet C’est dans l’Ille-et-Vilaine que le nom est le plus répandu, mais on le trouve aussi dans le Sud-Ouest (40). Dans les deux cas, il désigne celui qui est originaire d’une localité appelée (le) Souet. A noter les hameaux des Souets (Trévérien) et du Petit Souet (Roz-Landrieux) en Ille-et-Vilaine, et celui de Souet (Ossun) dans les Hautes-Pyrénées. En Bretagne, le mot semble désigner une loge à cochons, en Béarn je ne sais pas (peut-être un petit sol).
Soufferant Nom rare porté notamment dans l’Allier. Tout comme Souffran (44), Souffrant (49), il pourrait désigner un homme qui souffre, mais l’adjectif a aussi eu le sens de ‘patient, bienveillant’.
Soufflot Nom porté en Bourgogne (89, 71), à rapprocher de Soufflet (59, 80). A pu désigner celui qui était chargé d’entretenir le feu dans la forge à l’aide du soufflet.
Souillot Porté notamment en Saône-et-Loire (également 55, 52), désigne celui qui habite un lieu-dit (le) Souillot (= mare, bourbier). Avec le même sens : Souillet (38, 58, 72).
Soula voir Sola.
Soulabaille Porté dans les Côtes-d’Armor (variante : Soulabail), désigne celui qui habitait un lieu-dit Soulabaille, agglutination de ‘sous la baille’. Le mot ‘baille’ désignait en ancien français une palissade, une enceinte fortifiée.
Soulalioux Nom rare porté dans la Haute-Loire. Variante : Soulaliou. Sens incertain. Peut-être un lieu exposé au soleil (cf l’occitan solehau). Il existe un hameau appelé Soulailloux à Blond (87).
Soulard Le nom de famille est porté dans l’Ouest (85, 79, 49). Variante : Soullard. Il pourrait s’agir d’une variante de Souillard, toponyme désignant une mare, un étang. A noter le hameau du Soulard à Bellon (16), ou encore celui de Beausoulard à Feneu (49). Un dérivé du mot "saoul" (= "rassasié" au Moyen Âge) est éventuellement envisageable.

Retour à la page d’accueil du dictionnaire