A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par S

Saab-Salvat
Salvé-Savarino
Savary-Seguier
Seguin-Simiand
Simiol-Soulard
Soulas-Szymanowicz

Soulas voir Solaz.
Soulcié Nom rencontré presque uniquement dans l’Hérault (Colombières-sur-Orb, Bédarieux). Son sens m’échappe. Une hypothèse malgré tout : celui qui a des soucis (ancien français solcié). Mais je n’y crois qu’à moitié.
Soulé Nom fréquent dans les Hautes-Pyrénées. Voir Soler.
Soulère voir Solère. C’est dans l’Ariège et les Pyrénées-Orientales que le nom est le plus répandu.
Soulerin Le nom est porté dans l’Ardèche et les départemens voisins (42, 69, 30). Il s’agit d’un toponyme assez courant : par exemple Soulerin est le nom d’un hameau à Jussy-le-Chaudrier (18), on trouve aussi Souléry à Aurillac (15) et Soulery à Ansouis (84). Pour l’Ardèche, et apparemment pour tous les porteurs du patronyme, le nom renvoie au mas de la Souleyrine, situé au hameau du Soulier, commune de Chazeaux. Significations possibles : soit un petit grenier (dérivé de solier), soit une terre exposée au soleil.
Soulerot Porté dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, c’est un diminutif de Soulé (voir Soler), et donc un toponyme. A noter les hameaux de Soulérot à Lalonquette et de Soulerot à Navailles-Angos (64).
Soulet Beaucoup de mentions de ce nom dans le Tarn. On le rencontre aussi en Vendée et dans les Deux-Sèvres. On peut penser à un toponyme, avec le sens de petite parcelle de terre. A noter, dans le Tarn, les hameaux de Soulet-Haut et Soulet-Bas, à Saint-Germain-des Prés et à Soual.
Soulezelle Nom rare porté dans les Deux-Sèvres. Honnêtement, je n’ai aucune idée précise. Il semble s’agir d’un toponyme, mais celui-ci n’existe plus aujourd’hui. Bref, le trou noir !
Soulié, Soulier voir Soler.
Soulignac Patronyme porté dans le Lot et les départements voisins. Désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom, sans doute la commune de Soulignac, dans la Gironde. Etymologie : Solemniacum, domaine appartenant à Solemnius (suffixe -acum).
Soulon Surtout porté dans la Haute-Loire, le nom se rencontre aussi dans le Puy-de-Dôme et les Hautes-Pyrénées. Désigne sans doute celui qui est originaire d’une localité appelée Soulon (sens incertain). On trouve un hameau de ce nom à Thiers (63) et un autre à Couloumé-Mondebat (32).
Soum Nom porté dans l’Ariège et les départements voisins. Désigne celui qui habite un lieu-dit (le) Soum, toponyme très fréquent qui a le sens de sommet. Variante : Som (64, 33, 31). Diminutif : Soumet (64, 31, 23).
Soumagne Désigne celui qui est originaire de Soumagne (= le grand sommet), hameau à Saint-Léonard-de-Noblat (87), ou encore des Soumagnes à Vayres (87), qui pourrait être à l’origine du nom de famille Soumagnas (mais il y a d’autres hameaux appelés Soumagnas, à Saint-Auvent, Cussac et Roziers-Saint-Georges). La forme voisine Soumagnac renvoie à un hameau de Saint-Saud-Lacoussière (24).
Soumille Le nom est surtout porté dans le Vaucluse. Il est présent à Monteux (84) au moins depuis le début du XVIe siècle. La graphie Somilhe, rencontrée à cette époque, laisse penser à un toponyme, diminutif de som (= sommet).
Soumoulou Désigne celui qui est originaire de Soumoulou, village des Pyrénées-Atlantiques proche de Pau. Le toponyme est mentionné sous la forme Somolon en 1372. Deux possibilités : soit un diminutif de ‘som’ (= sommet), soit le domaine de Summius, nom d’homme latin.
Soumoy Désigne celui qui est originaire de Soumoy, localité belge de la province de Namur. Variante : Soumois.
Sounes Surtout porté dans le Gers et les Hautes-Pyrénées, le nom, rare, est de sens incertain. Peut-être faut-il penser au verbe occitan "sonar" (= sonner) et à son dérivé "sona" (= sonnerie), ou encore à "sonha", variante de "sanha" (= marécage).
Souny Le patronyme est surtout porté dans le Limousin, notamment en Corrèze. Variantes : Souni, Sounis, Sounit. Il désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom ou un nom voisin. Puisqu’il s’agit de la Corrèze, on pensera au hameau de Sounit (commune de Moustier-Ventadour).
Souperbiet Nom béarnais. Désigne celui qui habite au-dessus (latin super) du chemin (biet étant sans doute un diminutif de bie = via = route). Il est possible que certains lieux-dits portent ce nom.
Souply Porté en Picardie, c’est une variante par métathèse de Sulpice (voir ce nom). Formes voisines : Souplis, Souplix (76, 02). Le nom Souplet (22, 80) est une autre variante, tout comme Soupplet (14).
Souquières Surtout porté dans le Cantal (variante : Souquière), c’est un toponyme désignant un lieu abondant en souches.
Sourdain, Sourdaine Les deux noms se rencontrent surtout dans l’Ille-et-Vilaine. Ils renvoient à l’ancien français "sourdan, sourdain" (= source jaillissante).
Sourdeau Nom rencontré surtout dans le département du Nord, également présent en Belgique et dans l’ouest de la France (Anjou, Poitou, Vendée). On peut le considérer comme un diminutif formé sur l’adjectif sourd, mais une explication toponymique est sans doute préférable, avec le sens de source jaillissante (toponyme rencontré dans la province du Hainaut). Variantes ou formes voisines : Sourdaux (55), Sourdeaux (71), Sourdiaux (80).
Sourdes Nom porté dans le Lot et le Lot-et-Garonne. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Sourdes, ou qui habite un lieu-dit portant ce nom (= source jaillissante).
Sourdin Nom porté dans l’Ille-et-Vilaine dont le sens est incertain : voir Sourdain.
Sourdrille Nom rencontré dans l’Ouest (49, 35). Son sens m’est inconnu, mais on pourrait envisager un toponyme désignant une source jaillissante (penser au verbe sourdre).
Sourget Le nom est porté dans la Loire-Atlantique et le Morbihan, on le rencontre aussi dans le Lot-et-Garonne. C’est un toponyme désignant une source jaillissante. Variante : Surget (44). A noter le hameau de Sourgets à Saint-Sauveur-de-Meilhan (47) et celui du Surget à Lusanger (44), qui semblent être à l’origine du patronyme dans les deux régions où il est représenté. Un diminutif de l’ancien français surge (= chirurgien) paraît plus improbable.
Souriman, Sourimant Nom rencontré en Bretagne (29 notamment), où l’on trouve aussi des Souliman et des Soulimant. Une seule explication : il s’agit de Salomon (nom biblique devenu nom de baptême en particulier en Bretagne), mais la forme du nom, apparemment islamisée, étonne. Le patronyme a été porté au début du XIIIe siècle par Soliman, deuxième fils de Guiomarch V le Fort, vicomte de Léon.
Sourisseau Le nom est assez fréquent en Vendée. Variante : Sourissaud (16). Diminutif de ‘souris’, on le considère comme un surnom donné à une personne leste, agile. La souris est pour sa part présente dans les noms de famille Souris (59 surtout), Sourice, Sourisce, Sourisse (49 surtout). On notera cependant que Sourisse ou Sourice sont parfois des toponymes : ainsi la Sourice est un cours d’eau de la Sarthe.
Sourjous voir Surjus.
Sourmail Nom de famille surtout porté dans le département du Nord. Variantes : Sourmaille, Sourmais, Sourmay et sans doute Sormail. Il semble s’agir d’un nom de lieu, mais je ne trouve rien qui corresponde, sinon le petit village de Soumaille, en Corrèze (commune de Saint-Martin-la-Méanne).
Sournia Vraisemblablement celui qui est originaire du village de Sournia P-O).
Sourribes Nom catalan qui désigne celui qui habite au-dessus de la rive. Autres formes : Sorribes, Surribas, Soribes.
Sourrouil Assez rare, le nom est porté dans l’Aude. Il est plus fréquent sous la forme Sourrouille (40, 64). C’est un toponyme ayant le sens de pierrier, décombres, rencontré aussi sous les formes Sarrouilhe, Sarrouille. A noter les hameaux de Sourrouille à Fonsorbes (31) et à Lapenne (09).
Soursac Désigne celui qui est originaire de Soursac, dans la Corrèze.
Soursou Nom rencontré dans le Lot. Pourrait être un diminutif de Sour (forme latine : Sorus), nom d’un ermite ayant vécu à Terrasson (24). Autre solution : toponyme formé sur le latin sursum (= en haut).
Soury Surtout porté dans la Haute-Vienne, devrait être une variante de Saury (voir ce nom).
Sourzac Le nom est surtout porté dans le Lot, tout comme sa variante Sourzat, également présente dans la Corrèze. On trouve dans ce dernier département les formes similaires Soursac, Soursat. Il désigne celui qui est originaire d’une localité ainsi appelée. On a le choix entre les communes de Soursac (19) et de Sourzac (24), et sans doute divers hameaux, par exemple Soursac à Méallet (15). Signification du toponyme : peut-être le domaine de Sagorix, nom d’homme gaulois, ou le domaine de *Sortitius, *Soritius, noms de personne latins supposés.
Sous Porté notamment dans les Landes, c’est un nom de sens incertain, sans doute un toponyme. La solution la plus simple est d’y voir le lieu situé en dessous (du village), mais ce n’est pas forcément la bonne. Porté dans les Pyrénées-Orientales mais aussi dans le Sud-Ouest, le nom Sos devrait en être une variante.
Sousset Rare et porté dans le Finistère, c’est un nom de sens incertain. On pensera éventuellement au breton "souz" (= recul) et au verbe "souzan" (= reculer). Reste à savoir si le nom est bien d’origine bretonne.
Soussi Le nom est porté en Afrique du Nord, aussi bien par des musulmans que par des Juifs séfarades. Il désigne celui qui est originaire de la ville de Sousse (Tunisie) ou de la région du Sous (Maroc).
Soustelle Porté notamment dans le Gard, désigne celui qui est originaire de Soustelle, commune du même département. Le toponyme devrait être un diminutif de l’occitan "sosta" (= abri, hangar, grange).
Soustre Porté dans la Corrèze et les départements voisins (79, 87), désigne celui qui est originaire du Soustre, nom de hameaux à Chenailler-Mascheix et à Saint-Bonnet-Elvert (19). Le toponyme désigne un terrain où poussent les végétaux utilisés pour la litière des bêtes (occitan "sostra"). Avec le même sens : Soustra (40, 64), Soustras (82), Soustrat, Soustrot (19), et sans doute aussi Soustrade (64).
Soutif Vient du latin subtilis. C’est un surnom, rencontré en Normandie et plus généralement dans l’Ouest (61, 53), qui désigne une personne adroite, avisée. Cependant, au moyen âge, existait aussi un second adjectif soutif qui signifiait solitaire, mais son emploi paraît plus rare.
Soutoul Le nom est surtout porté dans le Gard. On trouve le dérivé Soutouly dans l’Aveyron. Sans doute un toponyme avec le sens de souterrain, abri (occitan sòtol, qui a aussi le sens de rez-de-chaussée). A noter le lieu-dit Soutouls à Salles-Curan (12). Formes voisines : Soutou (64, 81), Soutous (34), Souton (48), Southon (23).
Souty Nom surtout porté dans la Sarthe, également écrit Soutis. C’est une variante de Soutif (voir ce nom).
Souvannavong Nom d’origine laotienne, que l’on peut traduire par "la lignée d’or" : souvanna = or + vong = lignée. Variante : Souannavong.
Souvent Nom surtout porté dans le Loir-et-Cher, rencontré sous la forme Souvant en Limousin. Il pourrait s’agir d’une déformation du nom de baptême Sauvant (voir Sauvant).
Souverain Nom porté notamment dans la Nièvre (également 62). Variantes : Souverin, Souvrain (36, 61). C’est sans doute un toponyme désignant un lieu élevé. Il existe des hameaux le Souverain à Hazebrouck (59) et à Faverolles (36). Autre possibilité : celui qui occupe un rang élevé.
Souville Surtout porté dans le Gers et le Loiret, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Souville (= sous la ville). Il s’agit dans le Loiret d’un hameau à Yèvre-la-Ville, et dans le Gers d’un autre hameau à Saint-Blancard.
Souviraa Porté notamment dans les Pyrénées-Atlantiques, c’est une variante de Soubiraa, désignant un lieu élevé, situé au-dessus (latin *superanus). Le passage, rare dans cette région, de p à v au lieu de b, se retrouve dans les noms Souviron, Souvirou, qui ont à peu près le même sens.
Souvy Nom porté dans la Loire, la Haute-Loire et en Savoie. Semble désigner celui qui est originaire de Souvy, nom d’un hameau à Saint-Didier-sur-Doulon (43).
Souy Surtout porté en Seine-et-Marne, désigne celui qui habite le lieu-dit (le) Souy, toponyme qui est une variante de souille (bourbier, bauge de sanglier).
Sovet Nom porté en Belgique. Désigne celui qui est originaire de Sovet, dans la province de Namur.
Soyer, Soyez Il s’agit le plus souvent d’une variante de Sohier, nom de personne d’origine germanique (voir Séguier pour le sens). Dans certains cas, c’est cependant un nom de métier, variante de soyeur, soyeux (= scieur de long), ou encore ouvrier travaillant la soie. Le nom se rencontre essentiellement en Belgique, dans le Nord-Pas-de-Calais et la Somme.
Soyeux Le nom est surtout porté dans l’Aisne (variante : Soyeur). Contrairement aux apparences, il n’a sans doute rien à voir avec la soie, mais désignait au Moyen Âge un scieur, éventuellement un moissonneur (du verbe soier = scier, moissonner). En 1575, il existait à Valenciennes une corporation des "soyeurs d’aix" (scieurs de planches).
Soyris Désigne sans doute celui qui est originaire de Soyris, hameau de la commune de Labastide-Murat (46). A noter aussi le Mas de Soyris à Campagnan (34). Le toponyme pourrait venir de l’occitan soira (= loup, loup-garou).
Spacek Nom tchèque désignant un étourneau (sobriquet lié à cet oiseau).
Spada Nom très fréquent dans toute l’Italie, en particulier dans le nord. Désigne un fabricant d’épées ou un spadassin. Dérivés : Spadina, Spadini, Spadone, Spadoni. Composés : Spadafora (celui qui sort toujours son épée, éventuellement avec une connotation érotique), Spadavecchia (vieille épée). Le spadassin est aussi évoqué par les noms Spadaccini, Spadacini.
Spaeth Le nom est assez courant en Moselle (variantes : Spaethe, Spath, Spathe). Il devrait s’agir d’un sobriquet pour une personne lente (allemand spät = tardif).
Spagnol L’un des nombreux noms servant à désigner celui qui vient d’Espagne. Celui-ci est breton et se rencontre dans le Finistère. Formes italiennes ou corses : Spagnolo, Spagnoli, Spagnuolo, Spagnuoli, Spagnulo (cette dernière forme étant caractéristique des Pouilles).
Spahn Porté en Alsace-Lorraine, c’est peut-être un surnom métonymique pour celui qui couvre les toits avec des tavillons (allemand Span = copeau). Spahn est cependant aussi un toponyme (nom d’une commune de Basse-Saxe) avec, selon Bahlow, le sens de bas-fond humide.
Sparacello Le nom est porté en Sicile à Palerme et dans sa province. On trouve plus fréquemment la forme Sparacino. Ces deux noms sont des diminutifs de Sparacio, rencontré dans la même région. En principe, le terme méridional spàracio désigne l’asperge (spàraciu en sicilien), mais il s’applique aussi à certains autres légumes, dont une variété de chou-fleur. Il s’agirait donc d’un surnom lié à l’un de ces légumes, mais on ne peut négliger une autre piste, un dérivé formé par aphérèse sur le prénom Gaspard (Gaspare en italien).
Specht Ce nom alsacien correspond sans doute à l’allemand Specht (= pic, pivert), et serait un surnom donné à une personne bavarde. On peut aussi envisager le pic comme outil, et il s’agirait dans ce cas de l’utilisateur de cet outil.
Speck En France, le nom est surtout porté en Moselle et dans le Haut-Rhin. Il désigne par métonymie un marchand de lard (allemand Speck). Variante : Spech. Autres formes : Specq, Specque (rencontrées surtout dans le Pas-de-Calais). Dérivé : Specker.
Spelliers Porté dans le département du Nord, le nom se rencontre aussi sous les formes Spelier, Speliers, également présentes en Belgique, où on trouve à Liège un "Jaquemins li speelier" en 1392. Il correspond à un métier, fabricant de mors selon le dictionnaire de Godefroy, fabricant d’épées selon Herbillon et Germain.
Spencer Fréquent en Angleterre (variante : Spenser), le nom vient de l’ancien français despensier (= celui qui s’occupe des provisions, celui qui gère un établissement religieux ou autre).
Spender Le nom se rencontre dans le département du Nord et en Belgique, ainsi qu’en Allemagne. Il désigne celui qui fait l’aumône (cf l’allemand Spender = bienfaiteur), ou encore un intendant, un régisseur (sens du moyen néerlandais spender).
Sperandei Assez rare et porté dans l’Italie centrale (également autrefois en Corse), c’est une forme plurielle de Sperandeo (Lazio, Campanie, Sicile), nom de baptême à connotations mystiques (= espère en Dieu). Formes voisines : Sperandio (Italie du nord), Sperindeo, Sperindei, Sperindè.
Spettel Nom porté en Alsace-Lorraine. Semble une variante de Spittel, qui correspond au français hôpital (allemand Spital), au moyen âge établissement religieux recevant mendiants et pèlerins, peut-être aussi auberge. Le nom désigne celui qui habitait à proximité d’un hôpital (éventuellement qui y travaillait).
Spicht Porté notamment dans le département du Nord, devrait avoir le même sens que Specht (voir ce nom).
Spicq Variante sans doute wallonne ou picarde de Spick, nom porté en Alsace-Lorraine. Semble correspondre au moyen-haut-allemand spêc (= lard, cf l’allemand moderne spicken = larder), et pourrait être le surnom d’un charcutier. On ne peut cependant négliger une autre hypothèse : un sobriquet lié au pivert ou un surnom donné à l’utilisateur d’un pic (outil), à rapprocher de Specht.
Spiegel Porté dans la Moselle et en Alsace, le nom désigne par métonymie un marchand ou un fabricant de miroirs (allemand Spiegel). Avec le même sens : Spigel (88, 54), Spiegels (59), Spiegler (67), Spiegelmann. Le nom est parfois porté par des juifs askhénazes, ce qui est également le cas pour la forme composée Spiegelstein (Stein = rocher, pierre).
Spiller En allemand, le nom désigne celui qui fabrique des fuseaux (Spille) ou qui les utilise (celui qui file la laine et autres tissus). Si par contre le nom est anglais, il désigne un bouffon ou un saltimbanque.
Spinau Patronyme surtout présent en Belgique. C’est en principe un toponyme désignant un lieu où poussent des arbustes épineux. On trouve également, avec le même sens, le patronyme Spineux.
Spincer Nom assez rare porté en Picardie (60, 80). En l’absence d’autres solutions, la tentation est grande de le rapprocher de l’anglais Spencer, qui désigne un économe, celui qui est chargé des vivres dans un château ou une communauté religieuse. Ce n’est évidemment qu’une hypothèse.
Spinelli Le nom est très répandu dans toute l’Italie. Le singulier Spinello, plus rare, se rencontre en Sicile et dans les régions du Nord. Plusieurs solutions sont possibles : on pensera d’abord à un toponyme, plusieurs localités s’appelant Spinello ou Spinelli (dérivés de spina = épine, aubépine). Autre possibilité : un prénom, De Felice envisageant soit une forme courte de Crispinello (diminutif de Crispin), soit un prénom médiéval, documenté en Ombrie et en Ligurie au XIIe siècle sous la forme latinisée Ospinellus, qui semble renvoyer à un personnage des chansons de geste (Ospinel).
Spinette Surtout porté en Belgique, c’est un toponyme désignant un lieu où pousse l’aubépine (ou autres arbustes épineux). La forme voisine Spinetta se rencontre en Italie (Ligurie) et en Corse, et pourrait renvoyer à la commune de Spinetta (province d’Alessandria). On trouve également en Corse la forme Spinetti.
Spingarn Porté par des Juifs askhénazes, le nom devrait désigner un fileur ou un filateur (allemand spinnen = filer + Garn = fil).
Spingor Nom très rare porté dans le département du Rhône. Il semble venir d’Italie (Piémont). Sens incertain, mais il est tentant de faire le rapprochement avec le verbe spingere (= pousser, bousculer).
Spinner Porté en Alsace-Lorraine, le nom désigne un fileur, celui qui travaille dans une filature.
Spinosi Relativement rare, ce nom italien est porté dans la zone côtière du nord des Abruzzes. C’est le pluriel de formes telles que Spinosa (Pouilles, Campanie, Lazio) ou Spinoso (Sicile, Calabre), sans doute des toponymes évoquant des lieux à la végétation épineuse. Une commune s’appelle Spinoso dans la province de Potenza.
Spiroux Essentiellement porté en Belgique, le nom correspond au wallon "spirou", qui signifie "écureuil", avec plusieurs possibilités : surnom d’un homme agile, d’un rouquin, mais plus vraisemblablement enseigne de maison.
Spitaels Le nom est porté en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais. Variantes : Spital, Spitals. Il signifie "hôpital", et devrait être un toponyme devenu nom de famille (voir Ospital pour plus de précisions).
Spitale Nom sicilien qui correspond au français hôpital (aphérèse du latin hospitale, italien moderne ospedale). Désigne celui qui habite un lieu-dit ainsi appelé (au moyen âge, établissement religieux recevant mendiants et pèlerins).
Spitalier Voir Espitalier pour le sens. Le nom est surtout porté dans les Alpes-de-Haute-Provence.
Spite Le nom est originaire de Moselle. On trouve également en Lorraine la variante Spit. Sens incertain. Peut-être une autre forme de Spitz (voir ce nom).
Spitz Assez répandu en Alsace-Lorraine, le nom correspond à l’adjectif allemand spitz (= pointu, aigu). Il désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Spitz(e), avec le sens de colline pointue. Le toponyme est très fréquent en Allemagne, on le rencontre aussi souvent en Moselle. Le nom Spetz, porté dans le Haut-Rhin, pourrait en être une variante. Dérivés : Spitza (57), Spitzer (67).
Splingart Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais et les Ardennes, ainsi qu’en Belgique. Variante : Splingard. Sens incertain. Il pourrait correspondre à l’ancien français "espringueur" (= sauteur, danseur, cf. aussi l’allemand Springer). Autre possibilité : l’ancien français "espringale" (grosse arbalète, mangonneau, petit canon).
Sponem Le nom est porté dans la Haute-Saône (également 90, 88). Il semble alémanique ou allemand, et devrait désigner celui qui est originaire d’une localité appelée Sponheim. C’est le nom d’une commune de Rhénanie-Palatinat.
Sponga Relativement rare, ce nom italien est surtout porté dans la province de Belluno (Vénétie). Sens incertain. Le mot "sponga" est une forme archaïque ou dialectale de "spugna" (= éponge), mais il est fort possible que le nom de famille n’ait rien à voir avec ce terme.
Sponne Nom porté en Alsace-Lorraine. C’est une variante de Spohn, Spahn, désignant celui qui fait ou pose des bardeaux pour la couverture des toits.
Sponton Nom italien porté en Vénétie (Rovigo) et dans le Frioul. Il correspond à l’italien "spuntone" (autrefois "spontone"), en français "esponton", sorte de pique que portaient les fantassins (et surnom probable pour le porteur de cette arme).
Sportiello Nom italien porté notamment en Campanie, également présent dans le Piémont et la Lombardie. On le rencontre aussi en Corse. Sans doute une variante de Sportello, Sportelli, le mot sportello désignant un panier dans l’Italie du Sud.
Sportouch Nom juifs séfarade d’Afrique du Nord, variante de Chicheportiche (voir ce nom).
Spreux Nom porté dans le Pas-de-Calais et en Belgique. Semble un surnom correspondant au wallon spreuwe (= étourneau).
Springolo Assez rare, ce nom italien est porté en Vénétie et dans le Frioul. Il semble s’agir d’un dérivé de l’adjectif vénitien springo (= guilleret, vif).
Squiban Nom rare porté dans le Finistère et le Morbihan. Il est considéré par A. Deshayes (Dictionnaire des noms de famille bretons) comme une variante de Guiban, Guibant, sobriquets formés à partir du cornique ‘guiban’ (= mouche, moucheron).
Staali Assez rare, ce nom algérien pourrait être d’origine turque. Il correspond en tout cas au nom de famille turc Ustaali et signifie "maître Ali" (turc "usta" = maître).
Staat, Staats Nom rencontré en Alsace-Lorraine ainsi qu’en Allemagne et aux Pays-Bas. C’est un hypocoristique du nom de baptême Eustache (en allemand Eustatius), popularisé par un saint du IIe siècle : Eustache était selon la légende un ancien soldat romain converti par la rencontre d’un cerf miraculeux. Il fut étouffé avec sa famille dans un tonneau de bronze sous lequel on avait mis le feu.
Stab Nom porté en Moselle. Il correspond à l’allemand Stab (= baguette, verge), utilisé sans doute comme symbole de l’autorité judiciaire (surnom possible d’un huissier). Variantes : Staab, Stabe.
Stabio Nom italien rare porté dans le Piémont (variante ou forme voisine : Stabbio). Il désigne celui qui est originaire de Stabio, nom d’une commune suisse du Tessin. Une autre localité s’appelle Stabbio, dans les Grisons.
Stachling Nom rare qui a été porté en Lorraine. On peut y voir l’équivalent de l’adjectif allemand "stachlig" (= hérissé), et donc un sobriquet. Mais on pensera aussi à une déformation de Stachelin, diminutif de Stach, forme courte correspondant au prénom Eustache.
Stadelmann Porté en Allemagne et en Alsace-Lorraine, désigne celui qui a la responsabilité d’une grange (moyen-haut-allemand stadel) et, par extension, d’un domaine rural. Autres formes : Stadler, Stadelman, Stadelsmann.
Staib Rare et porté en Alsace, c’est une variante de Staub, Steub, nom qui désigne en allemand la poussière, notamment la poussière de farine (surnom possible pour un meunier).
Stalin Nom porté dans la Somme et la Seine-Maritime. Variantes : Stalain, Stallin (76), Staelen, Staelens, Stalens (59). C’est un nom de personne d’origine germanique, diminutif formé sur la racine stahal (= acier). Le dictionnaire des noms de famille en Belgique romane cite Stalin li cordewaniers à Ypres en 1282.
Stallaerts Porté en Belgique et aux Pays-Bas, pourrait être un nom de personne d’origine germanique formé sur les racines stahal (= acier) et hard (= dur).
Stallin Nom rencontré notamment dans la Somme. Correspond au flamand Staelen(s), nom de personne qui semble être un diminutif du germanique Stahl (= acier).
Stambouli Le nom désigne celui qui est originaire d’Istanbul. Il est porté un peu partout sur les rivages méditerranéens, depuis le Proche-Orient jusqu’au Maghreb.
Stampfler Pourrait désigner celui qui est originaire de Stampfl, nom d’une commune autrichienne, mais on pensera plutôt à un nom de métier, soit celui qui fait des estampes ou un garde des sceaux, soit encore celui qui exploite un moulin (voir Stempf).
Stanczyk Nom polonais assez fréquent, c’est l’un des nombreux diminutifs du nom de personne Stanislaw (voir Stanislawski). Formes voisines : Stanczak, Stanczuk. A noter que dans tous ces noms le n est le plus souvent un n mouillé.
Stanislawski Dérivé du nom de baptême polonais Stanislaw (= Stanislas, racines stan = devenir, être debout + slaw = gloire), soit diminutif, soit désignant celui qui est originaire d’une localité appelée Stanislaw(o), Stanislawski. Autres dérivés de Stanislaw : Stanislawiak, Stanislawczyk, Stanislawek.
Stapor Nom polonais également écrit Stampor (le "a" est ici une voyelle nasale), qui correspond au mot "stapor" (= pilon), sobriquet probable pour celui qui utilise cet instrument.
Starck Porté notamment dans le Haut-Rhin (diminutif Starcky), désigne tout comme Stark et Starke (57) un homme robuste, fort, éventuellement gros (allemand stark).
Staropoli Nom italien porté en Calabre (province de Vibo Valentia), également présent en Sicile (Palerme). Il s’agit certainement du nom d’une localité (suffixe -poli d’origine grecque), mais je n’en trouve aucune trace. Le premier élément pourrait être le grec "stavros" (= croix).
Stazzu Assez rare, le nom est porté en Sardaigne. On le rapprochera de Stazzo, rencontré pour sa part dans le Lazio. En italien, le mot "stazzo" désigne un enclos pour le bétail. En sarde (graphie normalisée "staciu") il a le sens de domaine rural, maison paysanne.
Steadworthy Très rare, ce nom serait d’origine écossaise. Sens obscur : le mot "stead" signifie "place", et "worthy" est un adjectif avec le sens de "digne". Reste à savoir ce que pourrait signifier l’assemblage de ces deux mots.
Stebe Porté en Moselle, le nom se rencontre aussi sous la forme Steppe. C’est un hypocoristique de Steppan, autre forme du prénom Stephan (= Etienne).
Stébenet Rare et porté notamment dans les Hautes-Pyrénées, c’est un diminutif d’Estebe, Esteve (= Etienne).
Steculorum Nom rencontré dans le département du Nord et en Belgique. La seule solution plausible est d’y voir une déformation du latin saeculorum, employé dans la formule liturgique in saecula saeculorum, et donc un surnom donné à un clerc, à un chantre.
Steegmuller Nom porté en Alsace, rencontré aussi sous la forme Stegmuller. Il devrait désigner celui qui habite un lieu-dit Ste(e)gmühle, le moulin de la passerelle ou du petit sentier. Les noms de famille Steeg, Steg, Steig désignent celui qui habite un lieu ainsi appelé, toujours avec le sens de passerelle, petit sentier.
Steelandt Le nom est porté dans le département du Nord et en Belgique. Variantes : Steeland, Steelant. C’est un toponyme, peut-être Steenland en Flandre orientale.
Steenebruggen Voir Vansteenbrugge pour le sens. Autres formes : Steenbrugge, Steenbruggen.
Steenhout Porté en Belgique et dans le nord de la France, c’est sans doute un toponyme (le bois pierreux). Variantes : Steenhaut, Steenhoute.
Steenkeste Nom rencontré dans le Nord-Pas-de-Calais. Variantes : Steenkeest, Steenkerste, Steenkiste. Sans doute un nom de lieu formé à partir du néerlandais steen (= pierre), et de kist (= coffre, caisse, cercueil), qui devrait évoquer un dolmen.
Stefani Pluriel de filiation du prénom Stefano, forme italienne ou corse d’Etienne (dont Stéphane est la forme savante). Dérivés : Stefanacci, Stefanaggi (Corse), Stefanelli, Stefanetti, Stefanini, Stefanuccio (Corse ou Italie).
Steffen Patronyme fréquent en Moselle (et au Luxembourg), c’est un nom de baptême correspondant au français Etienne (latin Stephanus, qui a aussi donné Stéphane). Variantes : Stefen, Stefan, Steffan, Steffann. Avec génitif : Steffens. Forme latinisée : Steffanus. Formes avec apocope : Steff, Steffe, Steffes.
Steffner Porté en Alsace, c’est un dérivé de Steffen (= Etienne, Stéphane).
Stefftgen Nom porté dans l’Est, notamment dans la Marne, rencontré aussi sous les formes Steffgen, Steffgenn, Stefsgen. Devrait être une contraction de Steffenshagen, nom de plusieurs localités allemandes.
Stegre Porté notamment en Haute-Saône, le nom est présent dans ce département depuis plusieurs siècles. En lui supposant une origine alémanique, ce qui semble attesté par un acte du XVIIe siècle, ce serait l’équivalent de l’allemand ou alsacien Steger, désignant celui qui habite un lieu-dit Steg (= passerelle, chemin). Le rapprochement avec Steiger (= mineur) est également envisageable.
Stehle Porté notamment en Alsace, c’est l’équivalent de Stahl, Stahle, noms qui évoquent l’acier (allemand "Stahl"). Il peut s’agir du surnom d’un forgeron, mais aussi d’un sobriquet pour celui qui est dur comme l’acier ou qui est têtu. Autre possibilité à envisager mais moins probable : celui qui est originaire de Stehle, commune de Bade-Wurtemberg, ou d’un autre lieu portant ce nom. Diminutifs : Stehelin (Stehelyn dans le Nord), Stehlen, Stehli, Stehlin, Stehling, Stehly.
Steichen Le nom est considéré comme une variante de l’allemand Stauch, un surnom de sens peu clair, apparemment lié à une particularité vestimentaire ( le mot a désigné soit une manche large, soit un serre-tête). A noter cependant que Staucha est aussi le nom d’une commune de Saxe.
Steiner Fréquent en Alsace-Lorraine, le nom désigne en allemand un maçon ou un tailleur de pierres (il peut aussi désigner celui qui habite un lieu-dit Stein). Le sens de tailleur de pierres se retrouve dans le patronyme Steinmetz, dont le nom jurassien Steinmesse est sans doute une variante. Autres noms voisins : Steinhauer (= tailleur de pierres), Steinschneider (= lapidaire).
Steinfelden Rencontré aussi en Alsace sous la forme Steinfeld, c’est un toponyme évoquant un champ pierreux. Deux communes autrichiennes s’appellent Steinfelden.
Stekelerom Voir Steculorum.
Stemmelen Surtout porté en Alsace, le nom se rencontre aussi en Haute-Saône. Variantes : Stemelen, Stemmelin, Stemlen. Il faut certainement le rattacher aux noms commençant par Stamm-. On a le choix entre un dérivé de Stamm (= tronc, souche) et le verbe stammeln (= bégayer), qui est à l’origine des noms Stammler, Stemler.
Stempf Porté en Alsace, le nom peut aussi s’écrire Stampf (la forme Stemph a également existé). Il correspond au verbe allemand "stampfen" (= broyer, piler, concasser), et a dû désigner celui qui exploitait un moulin à foulon ou un moulin à huile. Dérivés : Stempfel (le nom peut aussi évoquer un sceau ou une estampe, cf. l’allemand moderne "Stempel"), Stempfelet, Stempfer, Stempffer, Stempfle, Stempfler, Stempflet, Stempflin, Stemphelet, Stempheur, Stemphlet, Stampfer, Stampfler, Stampfli.
Stenzel Porté en Alsace (variante : Stentzel), c’est un hypocoristique de Stenslaw, variante allemande du polonais Stanislaw (= Stanislas). Avec le même sens : Stanzel.
Stephan Forme bretonne d’Etienne, surtout portée dans le Finistère. Vient du latin Stephanus, grec Stephanos (couronne).
Stéphane Forme savante du prénom Etienne (grec Stephanos), le nom est relativement peu fréquent. On le rencontre notamment dans l’Yonne, le Doubs, la région parisienne et la Haute-Vienne. Formes latinisées : Stephanus, Stephani, Stephany (Alsace-Lorraine).
Stephano, Stéphano Nom caractéristique du Morbihan (variante : Stephanno). C’est un diminutif du prénom Stéphan (= Etienne), formé avec le suffixe -o.
Stephant Variante bretonne du nom de baptême Etienne (sous sa forme savante Stéphane).
Sterin Le nom est porté dans le Pas-de-Calais. Sens incertain. Peut-être un diminutif de l’ancien français "estere" (= querelleur, violent).
Stern Le nom est parfois un hypocoristique du prénom Etienne (Stephan), mais, en Alsace, il a le plus souvent le sens d’étoile, et il a été fréquemment porté par des juifs, pour qui l’étoile a toujours eu une importante valeur symbolique.
Stervinou Nom porté dans le Finistère. Variantes : Stervenou, Stervinnou. C’est un toponyme désignant la rivière, l’estuaire (ster) d’Evinou, Evenou (diminutif d’Evain, voir ce nom). Un hameau s’appelle Stervinou à Saint-Thois (29), et devrait être à l’origine du nom de famille.
Stesseur Très rare, le nom pourrait être une francisation de l’allemand Stösser, Stoesser, celui qui pile le sel.
Steunou Un nom breton (22, surtout commune de Bourbriac). Forme contractée de Stevenou (voir ce nom).
Steurbaut Porté dans le département du Nord, serait un nom de personne d’origine germanique, Sturbald (stur, racine obscure + bald = audacieux). Autre solution : dérivé du moyen néerlandais stueren (= mettre en désordre). Variantes : Sturbaut, Sturbeaux.
Stevenin Diminutif du nom de baptême Etienne (latin Stephanus) porté surtout dans les Ardennes (également en Savoie). Avec d’autres suffixes : Stevenaert, Stevenard, Stevenart, Stevendart (Nord-Pas-de-Calais, Belgique), Stevenel (Vosges), Stevenet, ainsi que Stevenoot, Stevenot (Belgique, Nord, Nord-Est). Formes italiennes : Stevenino, Stevenini.
Stevenou Nom breton (22) qui est sans doute un diminutif du prénom Etienne (Steven). On peut aussi envisager une variante de Stervenou, toponyme formé sur ster (= rivière).
Stevens, Stievens Nom porté en Belgique, qui correspond au nom de baptême Etienne (latin Stephanus).
Stevenson Désigne en Grande-Bretagne le fils de Steven (= Etienne).
Stevez Rare et porté dans le Nord-Pas-de-Calais, c’est un diminutif de Steve (= Etienne).
Stewart Fréquent en Grande-Bretagne, rencontré aussi sous les formes Steward, Steuart, Stuart. C’est en gros l’équivalent du français Sénéchal (officier de cour, puis représentant du seigneur). Le nom est composé du vieil anglais stig (cour, également basse-cour, porcherie) et de weard (= gardien). A noter une autre possibilité : stigweard a aussi désigné la personne qui s’occupait des animaux domestiques, notamment un porcher.
Sticlebout Porté dans le Nord, le nom est plus courant sous les formes Stichelbaut, Stichelbout, Stickelbout. Selon Debrabandere, la forme d’origine serait Stivelbout, nom composé de deux termes évoquant les bottes ou les chaussures (stevel + bout).
Stieg Nom rare porté dans le Bas-Rhin. Correspond à l’allemand Steig (chemin escarpé, en pente). Il s’agit donc en principe d’un toponyme. Variantes et dérivés : Steig, Steiger, Stieger.
Stienne Forme sans e prosthétique du prénom Etienne, portée dans le département du Nord et en Belgique. Variante : Stien. Avec génitif de filiation : Stiennes, Stiens. Dérivés : Stiennon, Stiénon, Stiernon, Sternon.
Stiévenard Dérivé du prénom Etienne porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Picardie. Variantes : Stiévenart, Stevenaert, Stévenard, Stévenart.
Stiller Il peut s’agir d’un dérivé de l’allemand still (= tranquille, calme). En Autriche, cependant, on pensera plutôt à celui qui est originaire de Still, nom d’une commune de Haute-Autriche. Même chose pour le Bas-Rhin, où une localité s’appelle aussi Still.
Stine Porté en Belgique, semble correspondre aux noms allemands Stines, Stinnes, généralement considérés comme des formes courtes du prénom latinisé Augustinus (= Augustin).
Stioui Le nom était porté en Tunisie par des Juifs séfarades. Je n’en sais pas plus.
Stipon Ce nom breton (29) évoque selon A. Deshayes (Dictionnaire des noms de famille bretons) un poisson, le jeune lieu, le sens du surnom restant à préciser.
Stirnemann Egalement Stirneman. Nom porté dans le Haut-Rhin (également 90, 70). C’est un dérivé de l’allemand Stirn (= front), désignant peut-être un homme têtu ou effronté. Variante alémanique : Stirnimann.
Stoecklin Surtout porté dans le Haut-Rhin, également écrit Stoechlin, Stöcklin, c’est un diminutif de l’allemand Stock, qui désigne un bâton, ue baguette, mais qui a aussi d’autres sens (souche, tronc, bûche, également ruche ou homme sot). Difficile de faire un choix. Variantes ou formes voisines : Stöckli, Stoeckli, Stoekli, Stoecklen, Stoeckel, Stoeckell, Stoeckle, Stockle. On trouve aussi en Belgique les formes Stockel, Stokkel.
Stoetzel Tout comme Stötzel, c’est un dérivé du nom Stotz, qui correspond au moyen-haut-allemand "stoze" (= souche, billot), surnom pour un homme robuste ou pour un lourdaud. Par contre, les noms Stoetzer, Stötzer semblent plutôt désigner un fabricant de verres ou de gobelets (moyen-haut-allemand "stutze").
Stoffel Porté en Alsace-Lorraine, c’est un hypocoristique du prénom Christophe (allemand Christoffer). Formes voisines : Stof, Stoff, Stoffels, Stoffer, Stoeffer, Stoeffler, Stoffler.
Stoker Patronyme surtout porté aux Pays-Bas, présent également en Angleterre. C’est une variante de Stocker (porté aussi en Allemagne et en Alsace-Lorraine), apparemment un dérivé de Stock = souche, tronc d’arbre. Peut désigner soit celui qui habite un lieu-dit Stock (toponyme très fréquent), soit celui qui défriche le sol, éventuellement un bûcheron. Autre possibilité, moins crédible : geôlier, comme dans l’allemand Stockmeister.
Stolard Forme francisée du polonais Stolar, Stolarz, qui correspond au métier de menuisier ou de charpentier (polonais "stolarz"). Dérivés fréquemment rencontrés : Stolarczyk, Stolarek, Stolarski.
Stolsem Rare et porté en Belgique, désigne celui qui est originaire d’une localité portant ce nom ou un nom voisin (Stolzheim). On pensera en particulier à Stotzheim, nom de communes dans le Bas-Rhin et en Rhénanie du Nord-Westphalie.
Stoltz Nom porté en Allemagne et en Alsace-Lorraine (57, 68, 67). C’est un sobriquet appliqué à un personnage vaniteux, hautain (allemand stolz).
Stone Très répandu en Grande-Bretagne (forme génitive : Stones), désigne celui qui habite un lieu rocheux ou est originaire d’une localité appelée Stone.
Stopin Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l’Oise (variante : Stoppin), le nom a pu désigner un producteur d’étoupe. On pensera aussi aux noms flamands Stoop, Stoops, avec le sens de "cruche" (surnom d’un tavernier ou d’un buveur, ou fabricant de cruches).
Stoppele Nom italien porté en Vénétie (Vérone). Il faut sans doute le rapprocher de l’allemand Stoppel (= le chaume), en italien "le stoppie".
Storai On rencontre le nom en Corse, ainsi qu’en Italie dans la région de Pérouse. Je n’en connais pas la signification. A noter qu’un hameau s’appelle "la Storaia" à Vernio (Toscane, province de Prato).
Storch Nom porté dans les Pyrénées-Orientales. La forme courante en catalan est Estorc(h), mais ici la prothèse ne s’est pas faite, ce qui arrive parfois pour les patronymes. Nom de sens incertain. Pourrait être le participe passé du verbe estòrcer (= sauver), mais plutôt une variante du nom de baptême Eustorge (voir Astorg). Si le nom est allemand ou alsacien, par contre, il désigne la cigogne (sens du mot Storch en allemand).
Storck, Stork, Storq Nom porté en Alsace-Lorraine. Il évoque la cigogne (allemand Storch), soit par métaphore (sobriquet donné à celui qui a de grandes jambes ?), soit comme enseigne de maison.
Stordeur Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, les Ardennes et la Belgique, désigne un fabricant d’huile, celui qui exploite un pressoir à huile (ancien français "tordeor"). Variante : Stordair.
Storez Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique, paraît correspondre au verbe d’ancien français "estorer" (= construire, créer, réparer, ordonner, fournir). Difficile de savoir quel sens choisir. A noter que le nom de famille Estorez existe aussi dans la même région.
Stosse Le nom est surtout porté en Moselle. Variante : Stoss. Il devrait correspondre au mot allemand Stoß (= choc, coup), surnom probable d’un homme violent. Le nom Stösser (Stoesser) a dû pour sa part désigner celui qui pile le sel, tout comme Stossel (Stößel = pilon).
Stouder Rare et porté notamment dans le Nord, c’est un nom de sens incertain. Peut-être l’équivalent de l’allemand Studer, qui correspond pour sa part au moyen-haut-allemand "stude" (= arbuste, buisson, allemand moderne "Staude"). Autrement dit celui qui habiterait un lieu-dit "Stude". Avec le même sens : Studer (Alsace, Allemagne), Stoudmann, Studemann, Studenmann.
Stoullig Egalement Stoulig. Nom très rare, qui semble être un diminutif de l’allemand Stolle (= tréteau), surnom possible d’un menuisier.
Stourbe Surtout porté dans l’Aisne, le nom ne me dit rien de précis. Peut-être une forme avec métathèse de Strub (Alsace-Lorraine), personne aux cheveux ébouriffés.
Stourm Nom porté en Lorraine, notamment dans la Moselle (variante : Stourme). On le rencontre plus fréquemment sous la forme Sturm, et il semble désigner un homme coléreux, violent (métaphore de l’allemand Sturm = tempête). Autres variantes : Storm, Storme, Storms.
Stouvenaker Porté en Belgique dans la province de Luxembourg (également Stouvenacker, Stouvenakers), c’est un nom de sens incertain. Le Dictionnaire des noms de famille en Belgique romane envisage un nom de métier (maker > naker) et propose un fabricant de poêles, de chaufferettes.
Stouvenot Le nom est porté dans les Vosges et les départements voisins (68, 54). Avec d’autres suffixes : Stouvenel, Stouvenin. Ces patronymes sont des variantes de Stevenot, Stevenel, Stevenin, diminutifs du prénom Etienne (Estève).
Strang Surnom anglais désignant celui qui est fort, robuste (anglais "strong", anglais ancien "strang"). Avec le même sens : Strong.
Strapazzon Nom italien assez rare porté en Vénétie. Il correspond à l’italien "strapazzone", désignant une personne brutale, qui abîme tout.
Strassel Surtout porté dans la Moselle, semble un dérivé de l’allemand Straße (= rue, route). Ce devrait être de toute façon un toponyme : une commune de Saxe s’appelle Strässel.
Straton Nom de famille anglais, rencontré plus souvent sous la forme Stratton. Désigne celui qui est originaire de l’une des nombreuses localités appelées Stratton. Sens du toponyme : l’enclos, puis le village (tun) construit près de la route (latin strata).
Straub, Straube Assez courant en Alsace-Lorraine, c’est un sobriquet désignant une personne hirsute, aux cheveux ébouriffés (cf verbe sträuben).
Strauss Le nom signifie en allemand ‘bouquet’ ou ‘autruche’. C’est ce dernier sens qu’il faut apparemment retenir : le patronyme, porté par des juifs askhénazes, renverrait à une maison du quartier juif de Francfort dont l’enseigne s’ornait d’une autruche.
Stravius Nom assez rare porté notamment dans la Somme. Il s’agit apparemment d’une forme latine, mais je ne sais pas à quoi elle correspond exactement.
Stréby Rare et porté dans la Haute-Marne, le nom pourrait être alsacien. Ce serait alors une variante de Strebi, diminutif de Streb, nom qui, tout comme Strebel, Strebelle (nom porté dans le Nord) et Strebler, paraît se rattacher au verbe allemand "streben" (= faire des efforts).
Streichenberger Egalement écrit Streichemberger, le nom paraît venir de Suisse (il est présent à Berne au XVIIIe siècle), où on trouve aussi le nom Streichenberg. En principe, il devrait correspondre à un lieu-dit Streichenberg (Berg = montagne), mais je n’en trouve aucune trace.
Streiff Le nom est surtout porté en Moselle. Variante : Streif (67). Deux sens possibles : soit celui de bande, raie, sillon (allemand Streif), soit un terme désignant une patrouille (allemand Streife), peut-être des mercenaires (M.T. Morlet signale le moyen-haut-allemand streif = course, incursion guerrière).
Stresser Porté notamment dans le Bas-Rhin, pourrait être une variante de Strasser (Straßer), celui qui habite près de la route, de la rue.
Streveler Porté dans l’est de la France, le nom est d’origine luxembourgeoise. On le rencontre aussi en Belgique. Il devrait s’agir d’une variante de Steveler, qui correspond à l’allemand Stiefeler (= fabricant de bottes).
Stroher Nom porté en Alsace-Lorraine, dérivé de Stroh (même région), un nom allemand qui désigne la paille. Soit un moissonneur, soit un marchand de foin.
Stroobants Porté dans le département du Nord et en Belgique, le nom s’écrit aussi Strooband, Stroobant. Il signifie en néerlandais "lien de paille" (stro = paille + band = lien), surnom possible pour celui qui liait les gerbes.
Strubel Diminutif de Strub, Strube, qui sont eux-mêmes des variantes de Straub (voir ce nom). Formes voisines : Strauble, Strobel.
Strullu Assez courant dans le Finistère, le nom se rencontre aussi sous les formes Struillou et Strullou. C’est un sobriquet pour une personne sale (moyen breton strouill selon A. Deshayes).
Stuber Porté en Alsace, a dû désigner le tenancier d’une étuve, de thermes, de bains publics (moyen-haut-allemand "stube" = étuve). La variante Stubert se rencontre dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique.
Studzinski C’est un dérivé du polonais studzien (= puits) désignant celui qui habite auprès d’un puits. Variante : Studzienski.
Stumpel Porté en Moselle, c’est un dérivé de Stump, Stumpe, également Stumpf, Stumpff, Stumph, Stumpp (Alsace-Lorraine), des noms pour lesquels on a au moins deux solutions : soit un toponyme (lieu abondant en souches), soit un sobriquet pour un homme petit et râblé.
Stutzmann, Stutzman Nom surtout porté en Alsace. Apparemment plusieurs possibilités, le mot Stutz ayant (et ayant eu) de nombreux sens : peut-être un homme violent, celui qui donne des coups (sens premier du mot), ou encore un homme entêté, capricieux (autre sens de Stutz). Pour la Suisse alémanique, le dictionnaire de Bahlow propose une autre explication : celui qui habite sur une pente, sur un lieu escarpé.
Stuve Allemand ou hollandais, ce nom (écrit aussi Stuwe, Stüve, Stüwe) signifie souche, tronc d’arbre, également trognon (moyen-bas-allemand stuve).
Suard Nom de personne d’origine germanique, Sudhard (sud = le sud + hard = dur). On le rencontre notamment dans le Loiret, l’Indre-et-Loire et la Seine-Maritime. Variante : Suart (61, 80).
Suarez Nom castillan. Diminutif (suffixe de filiation -ez) du nom de baptême Suero, anthroponyme d’origine germanique latinisé en Suerius.
Suau Surnom désignant une personne douce, aimable (latin suavem > suave). L’adjectif suau existe à la fois en occitan et en catalan.
Suaud Nom de personne d’origine germanique, Sudwald (sud = le sud + waldan = gouverner). C’est en Vendée et dans les départements voisins que le nom est le plus répandu. Variante : Suault. Diminutif : Suaudeau.
Suavet Nom savoyard qu’il faut sans doute considérer comme un diminutif de ‘suave’, qui désignait en ancien français (soef) une personne douce, agréable. Autre possibilité, moins crédible : diminutif de l’ancien français soef, soif (= haie). A noter l’existence de hameaux Suavet à Saint-Offenge-Dessus et Saint-Offenge-Dessous, d’où le nom semble originaire, du moins quand il est savoyard (première mention connue en 1437). Le nom existe aussi en Bretagne sous les formes Le Suavet, Le Suavé.
Suberbie Typiquement béarnais, le nom désigne la maison ou le hameau construits au-dessus de la route (bie < latin via). Deux hameaux s’appellent Suberbie, à Lussagnet-Lusson et à Rontignon (64).
Subertat Nom rare porté dans le Deux-Sèvres, mais qui vient du département de la Loire, où il est mentionné au XVIIIe siècle à Saint-Bonnet-le-Courreau. Il devrait désigner celui qui est originaire de Subertha, hameau à Sauvain (42). Le toponyme paraît formé sur Bertha, Bartha (= buisson, petit bois).
Suberville Voir Souberbielle pour le sens. Le nom est porté dans le Sud-Ouest (31, 32, 33). Avec le même sens : Subervielle.
Subias, Subies Nom porté en Catalogne, notamment à Lleida, qui correspond au gascon Soubie, Soubies (voir Soubie).
Subileau Nom porté dans la Loire-Atlantique et la Vendée, rencontré aussi sous les formes Sibileau, Sibilleau, Sibilaud, Sibillaud, Sébileau, Sébillaud, Sébilleau, Sébilleaud (Poitou-Charentes, Centre, Pays de Loire). C’est un diminutif de Sibille, nom de baptême féminin et nom de famille (surtout porté en Lorraine) issu du grec sibylla (conseillère de Dieu).
Subilia Porté dans le Piémont, les Alpes-Maritimes et la Suisse, c’est un ancien prénom féminin (voir Subileau), plus fréquent en Italie sous la forme Sibilia.
Subira, Subirana voir Sobrà. Le nom Subirana pourrait être un matronyme, mais c’est sans doute plutôt un toponyme ayant le même sens que Sobrà.
Subirats Nom catalan (variantes : Subirat, Soberats) désignant un lieu situé au-dessus (au-dessus d’un autre village par exemple). Deux localités s’appellent Subirats dans le Penedès (province de Barcelone).
Subitani Porté dansl’Hérault, c’est apparemment un patronyme italien assez rare, à rapprocher de l’adjectif subitaneo (= subit, soudain).
Sublin Porté notamment dans la Manche, devrait correspondre au mot "sublin", attesté fréquemment en moyen français (cf. dictionnaire de Godefroy) avec le sens de fin, ingénieux, subtil. Variantes : Soublin (76) et sans doute Sublen (nom très rare dont l’origine géographique est difficile à établir).
Subra Variante de Sobra (voir ce nom) et de Soubra, le nom est surout porté dans l’Ariège. En composition : Subra Bieusses, Subra de Bieusses, Subra dite Bieusses, Subra de Salafa.
Subrenat Surtout porté en Dordogne, le nom devrait désigner celui qui est originaire de Subrenat, hameau à Douchapt (24). Signification possible : le lieu situé au-dessus (subre) de l’étang (nat).
Subreville Désigne celui dont la maison se situe au-dessus de la ville, du village. Le nom de famille est porté dans l’Ariège et le Tarn-et-Garonne, ainsi que dans le Gard (variante : Subrevil). Voir aussi Souberbielle.
Subtil Porté au fil de siècles dans diverses régions (notamment la Lorraine et l’Île-de-France), c’est dans l’Ain et les départements voisins (69, 42) que le nom a toujours été le plus répandu. C’est la forme savante (qui s’est imposée à la Renaissance) de l’adjectif d’ancien français "soutil" (= adroit, avisé).
Suc Nom fréquent dans le Massif Central et le Sud-Ouest (81, 15, 43). Désigne celui qui est originaire du lieu-dit (le) Suc ou qui y habite. C’est un toponyme occitan qui signifie sommet, colline (origine obscure, sans doute pré-indoeuropéenne, comme c’est souvent le cas pour les oronymes). On rencontre également, avec le même sens, le patronyme Delsuc. A signaler aussi la variante Such, rencontrée dans l’Hérault et le Gard.
Succi Nom italien. C’est un hypocoristique de Tommaso (= Thomas), formé par aphérèse sur Tomasuccio, Tomasucci.
Succoia Nom italien rare, porté à Naples. Autre forme : Soccoia. Variante ancienne : Succoja. Aucune idée sur la signification.
Suchard Nom porté en Savoie. Sans doute un nom de personne d’origine germanique, Sughard (premier élément obscur + hard = dur).
Suchaud Surtout porté dans la Creuse, c’est un toponyme ayant le sens de petite colline. A noter dans la Creuse les hameaux du Suchaud à Tercillat et Flayat.
Suchet Nom de famille porté dans la région lyonnaise. Désigne celui qui est originaire d’un lieu appelé (le) Suchet, diminutif de Suc (= hauteur, colline). Diminutif formé sur Suchet : Suchetet (Bourgogne).
Suchorski Nom formé sur la racine polonaise "suchy" (= sec), qui est à l’origine de nombreux toponymes. Ici, on pensera peut-être à celui qui est originaire de Suchorze.
Sucker Assez rare en France, ce nom semble désigner, comme Suck (57), celui qui est originaire d’une localité allemande appelée Suckau ou Suckow (Allemagne orientale).
Sudrat Porté dans la Charente et la Haute-Vienne, le nom peut aussi s’écrire Sudra, Sudras. Probable dérivé de Sudre (= cordonnier, latin "sutor"), ce pourrait être un toponyme : un hameau s’appelle Sudrat (autrefois Sudrac) à Notre-Dame-de-Sanilhac (24).
Sudraud Nom originaire du Limousin et du Périgord. C’est un diminutif de Sudre, qui vient du latin sutor (= cordonnier). Variantes : Sudraut, Sudreau, Sudreaud, Sudriau, Sudriaux, Sudrot.
Sudret Diminutif de Sudre (= cordonnier, du latin sutor) porté dans le Limousin et le Périgord.
Sudry Porté notamment en Corrèze, le nom se rencontre aussi sous les formes Sudri, Sudrie (19, 24). Il devrait désigner celui qui habite un lieu-dit la Sudrie (le domaine ou la ferme de Sudre, voir ce nom). On trouve également le nom Sudries dans l’Aveyron (variante Sudriez).
Suel Nom porté dans l’Ardèche ainsi que dans le Nord-Pas-de-Calais. Voir Dusuel pour le sens.
Sueur Cordonnier (voir Lesueur).
Suez-Panama Sans doute l’un des noms les plus insolites rencontrés en Martinique. Le patronyme est d’autant plus surprenant qu’il a été attribué en 1845 à deux enfants, à une date où aucun des deux canaux n’avait été construit. Mas ces grands projets étaient déjà d’actualité, ce qui justifie le choix du sieur Rosalie, producteur de café, à l’origine du patronyme (source : Guillaume Durand, "Anthroponymie antillaise", N.R.O. 2002, p. 315-316).
Suffren Porté en Provence, c’est un ancien nom de baptême, variante de Suffroy, nom d’un saint qui fut évêque de Venasque et qui était particulièrement honoré à Carpentras. Étymologie : le nom de personne germanique Sigfrid (racines sig = victoire + frid = paix), qui a donné également le patronyme Siffroy. Deux hameaux s’appellent Saint-Suffren, à Forcalquier (04) et à Lambesc (13). A noter aussi le hameau de Suffren à Istres (13).
Suidureau Nom rare porté dans la Haute-Vienne. Sens obscur. Peut-être une déformation de Sudraud (voir ce nom).
Suisse C’est dans la Marne que le nom est le plus répandu, on le rencontre aussi dans l’Yonne et le Nord-Pas-de-Calais (où il est possible que les noms Suiste et Suitte en soient des variantes). La solution la plus simple est d’y voir celui qui est originaire de Suisse. Autres possibilités : soldat mercenaire et, plus tardivement, celui qui gardait la porte d’un hôtel particulier ou d’un lieu fortifié. On éliminera par contre le suisse d’église (terme datant de la fin du XVIIIe siècle).
Sujat Ce nom est très rare. Il semble venir du Massif Central (suffixe -at), peut-être de l’Aveyron. Aucune solution quant à l’étymologie, sinon un indice : le mot suja signifie suie en occitan.
Suleau Difficile de se prononcer sur ce nom surtout porté en Belgique (mais il n’en est pas forcément originaire), rencontré aussi sous la forme Susleau. Il semble que ce soit un toponyme (le lieu situé au-dessus de l’eau ?). A noter cependant une autre variante : le patronyme ardennais Soileau (également écrit Soilot), qui devrait renvoyer à l’ancien français "soile" (= seigle).
Sullivan Egalement O’Sullivan. Patronyme irlandais désignant le descendant de Súileabháin, nom de personne gaélique composé des éléments súil (= oeil) et dubh (= noir).
Sulot Nom rare dont l’origine géographique est difficile à localiser. Peut-être une variante de Soulot, un nom rencontré dans les Yvelines depuis le XVIIe siècle, porté aussi en Saône-et-Loire. Sens incertain : peut-être un toponyme désignant une terre exposée au soleil. Mais les variantes Sullot et surtout Suillot (21) nous invitent à faire le rapprochement avec Souillot (71, 55), toponyme désignant un bourbier. A noter qu’un lieu-dit s’appelle Suillot à Avosnes (21), un autre se nomme Souillot à Daix (21).
Sulpice On rencontre le patronyme en Savoie, il est également porté en Martinique. C’est un nom de baptême (latin Sulpicius) popularisé par un disciple de saint Martin (Sulpice Sévère), et par deux évêques de Bourges, Sulpice le Sévère et surtout Sulpice le Pieux. Le nom est souvent écrit Suplice (métathèse due à l’attraction du mot ‘supplice’). Variantes : Sulpie (16), Sulpis (73), Sulpy (03).
Sultaire Nom très rare porté notamment dans le Doubs. Sans doute d’origine alémanique, il est plus courant sous la forme Sulter (70, 88). C’est l’équivalent de Sultzer, Sulzer, terme désignant celui qui confectionne ou vend des salaisons.
Summonti Nom italien désignant celui qui est originaire d’une localité appelée Summonte ou Summonti, sans doute la commune de Summonte en Campanie (province d’Avellino). Sens du toponyme : lieu situé sur un mont, sur une hauteur.
Sunou Nom porté en Belgique où il est rare. La prononciation et les graphies anciennes semblent renvoyer à des formes Sinou ou Sinau, ce qui hélas ne nous éclaire guère. Le patronyme Sinou est connu, mais en Bretagne (peut-être diminutif de Le Signe = le cygne). Quant à Sinau, on connaît en Belgique le nom de famille Sinal, très rare, dont le sens est lui aussi bien obscur.
Sunyer Patronyme catalan qui est au départ un nom de personne d’origine germanique, latinisé en Suniarius. Le premier élément du nom est incertain (peut-être "sunni" = soleil). Le second correspond à la racine "hari" (= armée). Le nom était relativement fréquent aux XVIIe et XVIIIe siècles dans la commune de Prades (66). Autre forme, hispanisée : Suñer. Le nom Sunier, rencontré dans le Doubs et en Suisse, a peut-être la même origine, mais on envisagera aussi une déformation du mot "saunier".
Supizet Nom rare porté dans la Creuse. C’est un diminutif du prénom Sulpice (voir ce nom), lui-même rencontré sous la forme Soupize comme nom de famille (18). Autres diminutifs : Soupison (18), Soupizeau (36), Soupizet (03, 63), Soupizon (36).
Suplice Variante par métathèse de Sulpice (voir ce nom), rencontrée surtout en Normandie (76). Formes voisines : Suplie (76), Suply (59, 21), Supplice (51, 10, 27), Supply (02, 51), Suppli, Supplie, Supplis. Diminutifs : Supligeon (41), Suplisson (45), Suppliciau (58), Suppligeau (41, 37), Suppligeot (08), Supplissiau, Supplission (45).
Supot Devrait être une variante de Soupeaux, Soupault, Soupot, un nom de famille que l’on trouve surtout dans l’Yonne, et dont on pense qu’il désigne celui qui mange beaucoup, éventuellement un ivrogne (dérivé de soupe, qui a désigné au moyen âge du pain trempé dans du vin).
Supper Désigne en allemand celui qui habite un lieu-dit Supp (= marais, marécage).
Surcouf Nom originaire de Normandie, où un hameau porte ce nom (50). Le terme semble signifier : la colline noire.
Sureau Nom fréquent dans le Maine-et-Loire. On peut penser à un diminutif de Sur, qui a dû désigner un cordonnier (variante de sueur), mais il s’agit surtout d’un toponyme très répandu (lieu où pousse le sureau).
Sureda Patronyme rencontré dans les Pyrénées-Orientales, également porté dans l’Ariège et en Catalogne du Sud. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit portant ce nom, qui signifie plantation de chênes-liège (en catalan alzina surera). Dans les Pyrénées-Orientales, il s’agit certainement de la commune de Sorède.
Suret C’est dans le Pas-de-Calais que le nom est le plus répandu. Il semble s’agir d’un diminutif de Sur, Lesur, avec le sens de cordonnier (latin sutor). A noter cependant que le nom est fréquent en Normandie comme toponyme, avec le sens de pommier sauvage.
Surgand Porté dans le Haut-Rhin où il est présent depuis le XIVe siècle (Eguisheim), c’est un nom dont le sens ne m’est pas connu.
Surges Nom rare, porté notamment dans la Haute-Garonne et le Lot-et-Garonne. Le mot "surge" désigne en occitan le suint. Il a eu aussi en ancien français le sens de "chirurgien". Le sens de "source jaillissante" est également possble. Difficile de faire un choix.
Surian Le nom est porté dans les Bouches-du-Rhône et les Hautes-Alpes. Il existe aussi en Italie (Vénétie, Frioul, notamment à Trieste). Formes voisines en Italie : Suriano, Suriani. Il pourrait s’agir de variantes de Soriano (nom de deux communes en Italie).
Surin Fréquent dans l’Eure-et-Loir, c’est visiblement une variante du nom de baptême Séverin (latin Severinus, diminutif de Severus = sérieux, sévère). On connaît une commune appelée Saint-Surin, mais elle se trouve dans la Charente.
Surjus, Sourjous Un nom catalan qui me pose bien des problèmes. Mot à mot, il semble signifier au-dessus de ce qui est en bas. Peut-être une indication topographique sur la situation de la maison (au-dessus de celle qui est tout en bas, juste avant de descendre la pente : voir Lajus). Ou bien je fais totalement fausse route.
Surle Egalement écrit Surles, le nom est porté dans le Vaucluse. Il devrait s’agir d’un toponyme (une ferme s’appelle la Surle à La Laupie, dans la Drôme), mais je n’en connais pas le sens.
Surprenant Très répandu au Québec, le nom a aujourd’hui pratiquement disparu de France, où on le rencontrait autrefois dans les Yvelines et en Normandie. Difficile de savoir ce qu’il a pu vouloir dire. A noter qu’au moyen âge le verbe ‘surprendre’ a eu le sens de ‘tromper, abuser’, et qu’il pourrait donc s’agir d’un surnom donné à un personnage trompeur.
Surroca Désigne celui qui habite en dessous de la roche (agglutination de sub roca), ce dernier mot ayant vraisemblablement le sens de forteresse. Le nom est essentiellement porté dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne du Sud. Variante : Surroque (66).
Surut Le nom est porté dans la Sarthe. Aucune idée sur sa signification. Peut-être une graphie erronée pour un autre nom, reste à savoir lequel.
Susa Désigne en principe celui qui est originaire de la ville de Suse (italien Susa) dans le Piémont.
Susbielle Nom porté dans les Pyrénées-Atlantiques. Variante : Susbielles. Si on se fie à la graphie, il désigne le lieu ou la maison situé au-dessus ("sus") de la ville (gascon "bielle"). Cependant, il n’y a pas loin entre "sus" et "sos" (= en dessous). A noter le hameau de Susbielle à Eysus (64) et celui de Susbielles à Lucq-de-Béarn (64).
Susperregui Nom basque (Susperregi) également écrit Susperreguy. Il paraît formé à partir du mot "susperr" (= éveillé, astucieux), le second élément (-egi) étant alors une variante de -tegi (= abri, gîte, maison). Autrement dit, la maison de l’astucieux, ce qui est tout de même assez étonnant en toponymie basque et me semble douteux. A noter qu’un hameau ou une ferme s’appelle Susperreguia à Saint-Jean-le-Vieux (64).
Susunaga Un nom basque assez rare (variante Zuzunaga), dans lequel on trouve la finale -aga, qui indique en principe un lieu planté d’arbres. Seul problème, je n’arrive pas à trouver de quels arbres il s’agit.
Sutherland Désigne en Grande-Bretagne celui qui est originaire du Sutherland, comté à l’extrémité nord-ouest de l’Ecosse. Variante : Southerland. Sens du toponyme : la terre du sud (= au sud de la Scandinavie).
Sutor Désigne en latin le métier de cordonnier. C’est en Moselle que le nom est le plus répandu (sans doute une latinisation de Sauter, Schuster ou Schuhmacher).
Sutra Surtout porté dans l’Ariège, pourrait être l’équivalent du nom gascon Soustra, désignant un terrain couvert d’ajoncs, de genêts, de fougères (servant à confectionner le sostre, litière des animaux en occitan), mais on comprend mal pourquoi le s aurait disparu. On préfèrera une autre solution : lieu situé en dessous (en dessous du village, par exemple), du latin "subter". Il s’agit de toute façon d’un toponyme, qu’il me reste à localiser avec précision.
Sutter Assez fréquent en Alsace et dans la Moselle, c’est une forme non diphtonguée de l’allemand Sauter, Sautter, qui a désigné un cordonnier (moyen-haut-allemand "suter", du latin "sutor"). Variante : Suter (68). Forme latinisée : Sutor (57).
Sutton Désigne celui qui est originaire de l’une des nombreuses localités anglaises appelées Sutton (= la forteresse, l’agglomération située au sud).
Suzacq Autre forme de Suzac, nom de famille porté dans le Sud-Ouest. Signification : celui qui habite Suzac ou en est originaire. Deux hameaux s’appellent Suzac(q) à Ger et à Montaner (64).
Suzanne Deux possibilités : d’abord le prénom, qui vient de l’hébreu shôshannah (= lis ou rose). Dans la Bible, Suzanne est une jeune femme victime de la concupiscence de deux vieillards (Livre de Daniel). Il existe aussi une sainte Suzanne martyrisée à Rome en 296 avec son père Gabin. Cette explication est valable pour les Suzanne de la Réunion et de Normandie (50). Variante : Susanne (14). Par contre, dans le Midi (13), il s’agit d’un toponyme désignant un lieu situé en haut, au-dessus (éventuellement au sud en pays gascon). Variante : Suzanna (81). La forme Suzaine, portée dans les Ardennes, renvoie pour sa part à la commune de Suzanne, dans le même département.
Suzor Porté dans la région parisienne et à la Réunion, c’est un nom dont le sens ne m’est pas connu.
Swacha Nom de famille polonais dérivé de swak, autrefois swach, terme désignant le beau-frère.
Swann Egalement écrit Swan, le nom désigne en allemand le cygne (Schwan). On pensera au surnom d’un homme au long cou, mais il doit s’agir le plus souvent d’une enseigne de maison.
Swayze Autrefois écrit Swasey (XVIIe siècle). Autres graphies : Sweazey, Sweezey, Swezey et sans doute aussi Sweazea. Sens incertain. Un dictionnaire américain propose celui qui est originaire de Swavesey, dans le Cambridgeshire. Les premiers Swayze américains étaient des quakers.
Swiercz Nom polonais évoquant le criquet, le grillon (swierszcz). Dérivé : Swierczek.
Swiezawski Nom polonais de sens incertain : on peut le rapprocher de l’adjectif swiezy (= frais, neuf), mais aussi de zwierz (= animal). On pensera également à celui qui est originaire de Swiezawy, ou de localités portant un nom voisin.
Swoboda Nom polonais signifiant "liberté". Comme nom de famille, c’est l’équivalent du tchèque Svoboda, qui a désigné un homme libre, par opposition aux serfs.
Swyngedauw Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Variantes : Swyndauw, Swynghedauw, Swynghedauwe, Swynghedeauw. Sens incertain : on y trouve sans doute le néerlandais swingel (= étang) et dauw (rosée, humidité). Il devrait donc s’agir d’un toponyme, mais il reste à le localiser.
Sy Porté notamment par les Peuls du Sénégal, c’est un nom de sens incertain (du moins pour moi), comme la plupart des noms de famille africains.
Syllard Également écrit Sylard, Silard, Sillard, le nom est à la fois porté dans la Drôme et en Bretagne. C’est un nom de personne d’origine germanique (Siglahardus dans le Cartulaire de Redon, Siclardus dans le Polyptyque d’Irminon) formé sur les racines "sigil" (sig = victoire) et "hard" (= dur).
Sylvestre Voir Silvestre pour le sens. Le nom est porté dans la Drôme et dans les Alpes (nombreux noms composés en Savoie), il est également très présent en Martinique et en Guadeloupe. Formes corses ou italianisées, rares : Sylvestri, Sylvestro. Forme latinisée ou allemande : Sylvester.
Symons Variante flamande de Simon (voir ce nom), avec s final marquant la filiation.
Symphorien Patronyme surtout porté dans la Somme. C’est un ancien nom de baptême popularisé par un martyr du IIe siècle, originaire d’Autun, décapité à l’âge de dix-huit ans pour avoir tourné en dérision les cultes païens. Etymologie : grec latinisé Symphorianus, dérivé de symphoros (= accompagné).
Sys Porté dans le département du Nord et en Belgique (variante : Syx), c’est une autre forme de Six (voir ce nom). Diminutif : Sysseau.
Syz Nom très rare porté dans la Loire-Atlantique, rencontré aussi en Suisse. Il pourrait s’agir d’une déformation de Syx (59, 62). Voir Six pour le sens.
Szabo, Szabó Fréquent en Hongrie, le nom désigne un tailleur d’habits.
Szczepaniak Très fréquent en Pologne, c’est un dérivé de Szczepan, qui correspond au prénom Stéphane (voir Etienne). Autres formes courantes : Szczepanek, Szczepanik, Szczepanski.
Szczypta Nom polonais de sens incertain, mais qui semble devoir être rattaché au verbe "szczypac" (= pincer), le nom "szczypta" désignant une pincée (de sel par exemple).
Szigeti Nom hongrois désignant celui qui habite sur une île ou qui vient d’une île (hongrois "sziget" = île).
Szymanowicz L’un des nombreux diminutifs formés à partir du nom de baptême polonais Szymon (= Simon). Parmi les plus courants, on notera Szymankiewicz, Szymanowski, Szymanski, Szymkiewicz, Szymkowicz, Szymczak, Szymczuk, Szymoniak, Szymoniuk.

Retour à la page d’accueil du dictionnaire