A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Noms commençant par V

Vabre-Vanneste
Vanni-Verlinden
Verlon-Villard
Villarreal-Vyvé

Vanni Nom italien très commun en Toscane, hypocoristique de Giovanni (= Jean) formé par aphérèse.
Vannier Nom de métier, désignant celui qui fabriquait des paniers pour vanner le grain, ou bien un vanneur. C’est dans l’Ouest que le nom est le plus répandu (53, 72). Variantes : Vanier (76, 55), Vaniez, Vanniez (59, 62), Vaniet (62, 80).
Vanotti Diminutif de Giovanni (= Jean) porté presque exclusivement en Lombardie. Variante rare : Vannotti.
Vanoverbeke Egalement Vanoverbecque. Porté dans le département du Nord, désigne en néerlandais celui qui habite au-dessus, au-delà du ruisseau. Variantes : Van Overbeke, Van Overbeck.
Vanoverberghe Porté dans le département du Nord (variante : Vanoverberg), désigne celui qui habite un lieu-dit Overberg(he), c’est-à-dire au-dessus, au-delà de la colline. Autres formes : Van Overbergh, Van Overberghe.
Vanparys, Vanparis Nom rencontré dans le département du Nord et en Belgique. Désigne certainement celui qui est originaire de Paris.
Vanpé Porté en Belgique et dans le département du Nord, le nom s’écrit aussi Vanpée, Van Pé, Van Pée, Vanpede, Van Pede. Il désigne celui qui est originaire de Pede, nom de localités du Brabant flamand : Sint-Anna Pede et Sint-Gertruide Pede.
Vanpeperstraete Nom porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Désigne celui qui est originaire de Peperstraat, commune belge de Flandre orientale.
Vanryckeghem Egalement écrit Van Ryckeghem, Vanryckegem, le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Il renvoie à ue localité (Ryckeghem ou forme similaire) qui pourrait être Rijkegem, village ou lieu-dit à Tielt (Belgique). A envisager aussi une forme flamande de Richebourg, nom de deux communes du Pas-de-Calais.
Vansteenbrugge Désigne celui qui est originaire de Steenbrugge, nom de deux communes belges de Flandre orientale. Sens du toponyme : le pont de pierre.
Vansteenkiste Porté dans le Nord et en Belgique, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Steenkiste, mot-à-mot cercueil de pierre, sans doute un endroit où se trouvait un dolmen.
Vant Nom rare porté en Corrèze. Il pourrait désigner celui qui est originaire de Vent, village à Neuvic, dans le même département (Haut-Vent et Bas-Vent). Le nom de famille Vent (42, 12) existe également. On pensera évidemment à un lieu venté, mais la connaissance de formes anciennes est indispensable pour se faire une certitude.
Vantal Nom surtout porté dans le Cantal. Désigne sans doute celui qui est originaire d’un lieu-dit le Vental (lieu balayé par le vent ?). Il existe un hameau appelé le Vental à Genestelle (07). A noter aussi le lieu-dit les Arbres Ventals à Neuvéglise (15).
Vantelon Nom assez rare porté dans la Sarthe (également 53, 60), mais qui devrait avoir une autre origine géographique. Il s’agit en effet d’une variante de Ventelon, désignant celui qui est originaire d’un hameau ainsi appelé. On trouve des hameaux Ventelon dans le Cantal (Auzers), ainsi que dans l’Isère (La Buisse) et les Hautes-Alpes (La Grave). Le nom de famille Ventelon existe dans le Cantal. Voir aussi Ventalon.
Vantrimpont Nom porté en Picardie (60, 02) et en Belgique. Variantes : Vantrimponte, Van Trimpont. Désigne celui qui est originaire de Trimpont, nom de deux localités à Everbecq et à Papignies (Belgique).
Vanuxem De composition flamande, ce nom désigne une personne originaire d’Uxem, dans le Nord.
Vanwambeke Le nom désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Wambeke, le toponyme, fréquent en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais, pouvant avoir des graphies diverses (par exemple Wambaix, commune du Pas-de-Calais). Signification : petit ruisseau, ruisseau intermittent (racines germaniques wana = insuffisant + baki = ruisseau). Wambeke est le nom d’une commune de Flandre occidentale, on trouve également Wambeek dans le Brabant flamand.
Vanwiemes Désigne celui qui est originaire de Wismes (62) ou plutôt de Wiesme (Belgique, province de Namur).
Vanwittenberge Egalement écrit Vanwittenberg, Vanwittenbergh, devrait désigner celui qui est originaire de Wittenberg, dans le Limbourg belge. Le toponyme est également fréquent en Allemagne.
Vanwynendaele Désigne celui qui est originaire de Wijnendale, ancienne localité à Torhout, en Flandre occidentale. Signification : la vallée de Wijnen, nom de personne germanique. Variante : Van Wynendaele.
Vapaille Un nom que l’on trouve dans le 77 (Meaux) et aussi dans le 78. Semble une variante de Gapaille, plus rare, mais qui a donné Gapaillard. Ceci dit, l’interprétation est difficile. Peut-être un dérivé de gab, gap (= plaisanterie).
Vappereau Le nom est porté dans le Loiret. Variante : Vappreau. Forme ancienne : Vapereau. Peut-être un toponyme, diminutif de "vapier", terme désignant un bourbier, mais en Normandie (région de Lisieux). Il existe dans le Loiret un hameau appelé la Croix-Vapereau (commune de Neuville-aux-Bois), qui paraît formé à partir du nom de famille.
Vaquer, Vaqué, Vaquero, Vacher Nom de métier, gardien de vaches. Vaquero est la forme castillane, et Vacher la forme française.
Vaquet Apparemment diminutif de Vaquer (gardien de vaches), le nom, rare, semble avoir été surtout porté dans la Somme. Variante ou matronyme : Vaquette (62, 80).
Vaquez Variante picarde de Vaquer (= gardien de vaches).
Varain Le nom est porté notamment dans l’Oise et la Seine-Maritime. C’est une variante de Varin, forme normande du prénom Garin (voir ce nom).
Varanne Nom surtout porté dans le Centre (37). Variante : Varannes (18). C’est un toponyme assez fréquent désignant un terrain sablonneux, alluvial (dérivé du pré-latin vara = eau).
Vardon Porté dans l’Orne et la Seine-Maritime, désigne celui qui est originaire du Vardon, nom de hameaux dans l’Orne : le Haut-Vardon à Cahan, et le Bas-Vardon à Sainte-Honorine-la-Chardonne.
Vareilles Un toponyme très fréquent en France, surtout dans le Massif Central. On trouve également Varilhes dans l’Ariège. Le mot signifie petite vallée (valeille), avec transformation du L en R par dissimilation. Le patronyme signifie donc originaire de Vareilles. On le rencontre surtout dans l’Aveyron et le Tarn. Variantes : Vareille (19, 87, 07), Vareilhas, Vareillas, Varelhias (24), Vareilhes (12, 81, 34), Vareil (81). Diminutifs : Vareillaud (23), Vareillette (19).
Varela Porté en Espagne et au Portugal, c’est un diminutif de vara (= baguette, verge) employé parfois comme toponyme : une localité s’appelle Las Varelas en Galicia.
Varenne Surtout porté dans la Haute-Loire et l’Allier, le nom se rencontre aussi dans les Deux-Sèvres. Il désigne celui qui est originaire d’une localité appelée (la) Varenne, un toponyme très fréquent qui peut avoir plusieurs sens : dans le Forez, c’est une terre en friche, ingrate. En Poitou-Charentes, il s’agit au contraire d’un terrain sablonneux ou alluvial, plutôt fertile. Variante : Varennes (03, 86).
Varet Nom porté en Normandie (76), parfois en Savoie, mais surtout présent dans le Pas-de-Calais (variantes : Varetz, Varey, Varez). C’est un toponyme désignant une terre laissée en jachère, forme picarde du français "guéret".
Vargas Nom castillan d’origine toponymique (= colline escarpée).
Varin Forme de Garin (voir ce nom) surtout fréquente en Normandie (50, 76).
Variot Nom bourguignon qui devrait être un diminutif de "vair" (= tacheté), surnom possible pour celui qui a des taches de rousseur.
Varlet Variante de Valet, que l’on rencontre en Picardie et en Champagne-Ardennes. Au départ le valet était un apprenti-chevalier, mais très vite il a pris son sens actuel de domestique, qui est sans doute celui qui correspond au patronyme.
Varnier Le nom est porté en Normandie (76) et dans l’Est (51, 55). C’est une variante de Garnier (voir ce nom). Diminutifs : Varnerin (57), Varnerot (55). Matronyme : Varnière (76).
Varon C’est en Savoie que le nom est le plus répandu. Il est également présent en Normandie. Il s’agit d’un nom de personne d’origine germanique, Waro (racine "wara" = protection), la finale -on correspondant au cas-régime médiéval.
Varoux Le nom se rencontre dans le Pas-de-Calais et la région Rhône-Alpes, où l’on trouve aussi la forme Varoud. Il s’agit d’un nom de personne d’origine germanique, Warwald (wara = protection + waldan = gouverner). On trouve, avec le même sens, les formes Varaud, Varault, Varaut (07, 84, 34, 69).
Varrange Nom rare porté dans la Loire, rencontré aussi sous les formes Varange, Varanges (03, 42, 71). Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Varange(s), sans doute la commune de Varanges (21).
Varrel Le nom est porté dans l’Isère, où il est présent au moins depuis le XVIe siècle (La Bâtie-Montgascon et communes voisines). Sens incertain. On trouve la variante rare Varel dans la Drôme.
Vartanian Patronyme formé sur le nom de baptême arménien Vartan, Vardan, d’origine apparemment inconnue, avec le suffixe de filiation -ian.
Varupenne Nom rare porté dans le département du Nord, rencontré aussi sous la forme Vanrupenne. Peut-être celui qui est originaire d’une localité appelée Rupen, Rupenne, mais je n’en connais aucune.
Varvarande Le nom est porté dans l’Isère, où il est attesté au moins depuis le XVIIe siècle. Il paraît s’agir d’un toponyme, à rapprocher du Varvaray, hameau à Charantonnay (38). On trouve l’équivalent en Dordogne avec un hameau appelé Barbarande à Peyzac-le-Moustier (24). A noter aussi le hameau de la Barbarandière à Colombier-en-Brionnais (71). Sens obscur, du moins pour moi.
Vaschalde Nom surtout porté dans l’Ardèche. On trouve également la variante plus rare Vachalde. Aucune idée pour l’instant, sinon l’hypothèse d’un toponyme. Encore faudrait-il qu’un tel toponyme existe.
Vash Nom de famille porté surtout dans l’Indre. On trouve dans le même secteur géographique (36, 37) les noms Vah, Vas et Vatz. Il pourrait s’agir d’un toponyme désignant une terre inculte, mais sous toute réserve. A noter l’existence d’un lieu-dit Vah en Savoie.
Vaslier Surtout porté dans le Loiret, semble correspondre à l’ancien nom de baptême Vallier, popularisé par un saint massacré avec ses compagnons par les barbares au IVe siècle.
Vaslin Porté dans le Maine-et-Loire et dans le Centre (41, 37), pourrait être une forme contractée de Vasselin, mais on pensera plutôt à une variante de Valin (voir ces noms).
Vasquez, Vazquez Nom galicien formé avec le suffixe de filiation -EZ sur le nom de baptême Vasco qui n’a en général pas le sens de ‘basque’, mais qui correspond au castillan Velasco (voir ce nom). Forme portugaise : Vasques.
Vassas Nom rencontré dans le Gard et l’Hérault. Il s’agit certainement d’un toponyme (variante de Bassas à moins que ce ne soit l’inverse), mais aucune localité ne porte ce nom aujourd’hui sinon un lieu-dit, l’Aven Vassas à Moulès-et-Baucels (34).
Vasse Le nom est surtout porté en Seine-Maritime et dans le Nord-Pas-de-Calais. Le dictionnaire de M.-T. Morlet donne le sens de jachère (toponyme). La forme avec accent (Vassé) pourrait renvoyer à la commune de Rouessé-Vassé, dans la Sarthe.
Vassel Le nom Vassel se rencontre surtout en Normandie (14) mais on le retrouve ailleurs, notamment sous la forme Vasseau. Il semble qu’on puisse en faire une variante de vassal, mais le sens n’est pas évident : soit il s’agit de quelqu’un de vaillant, soit tout simplement d’un domestique. Dans le roman de Tristan et Iseut, le mot vassal apparaît comme un terme méprisant que se donnent entre eux les combattants.
Vasselin Porté en Normandie (76, 50), c’est selon M.T. Morlet un nom de personne d’origine germanique, Wazzelin, diminutif de Wazzo (dérivé de wad = gage). On le rencontre dans le Nord-Pas-de-Calais sous les formes Wasselin, Wasselyn. L’hypothèse d’un diminutif de ‘vassal’ est peu vraisemblable (Wasselin se rencontre au Moyen Âge comme prénom).
Vasselon Nom rencontré dans la Haute-Loire. C’est sans doute un diminutif de Vassel (voir ce nom). A noter cependant que M.T. Morlet rattache ce nom à Vasselin, nom de personne d’origine germanique.
Vasserot Nom porté dans le Sud-Est (05, 84) et dans l’Allier. C’est en principe un diminutif de Vasseur (voir ce nom). A noter à Saint-Véran (05) un cours d’eau au nom assez étrange : le Rif de Serre Jean Vasserot.
Vasseur Un nom très porté dans le nord de la France, qui renvoie aux coutumes féodales. En effet, Vasseur est une forme contractée de Vavasseur, un terme qui désignait celui qui recevait en fief une terre déjà tenue par le vassal d’un suzerain. C’était donc le vassal du vassal.
Vassivière Désigne celui qui est originaire de (la) Vassivière, nom de divers hameaux et d’une commune (Royère-de-Vassivière) en Limousin. Signification : enclos pour les jeunes brebis ou les génisses, autrement dit les bêtes improductives. Le berger (ou le vacher) s’occupant de ces bêtes s’appelle en occitan un vacivièr.
Vastel Le nom est porté en Normandie (50, 76), on le rencontre dans la Marne sous la forme Vatel. C’est l’équivalent de l’ancien français gastel (= gâteau), surnom probable d’un pâtissier.
Vatblé Nom originaire du nord de la France. Forme contractée de Watteblé, Vateblé, un sobriquet qui semble signifier : qui gâte ou qui dévaste le blé. Apparemment le surnom d’un meunier, les meuniers étant, pour les paysans, mauvais et voleurs par définition. On notera cependant qu’il peut s’agir d’un toponyme, avec le sens de "terre où le blé vient mal, se gâte". On trouve le hameau de Gastebled à Anctoville (14), ou encore, plus au sud, celui de Gateblat (La Tour-Blanche, 24).
Vatelier Surtout porté en Normandie (76), a dû désigner un marchand de gâteaux (dérivé de "vastel", forme normande de "gastel" = gâteau).
Vater Le nom correspond en principe à l’allemand Vater (= père), surnom permettant de désigner le père du fils dans les actes et les registres.
Vatinel Porté en Normandie (76, 27), c’est un diminutif de Vatin, Vatine (76, 02), diminutifs de Vatier (forme normande et picarde de Gauthier, voir ce nom). Variante ou matronyme : Vatinelle. A envisager aussi : un toponyme avec le sens de terre inculte (équivalent du français gâtine).
Vatrecamp Variante de Watriquant (voir ce nom).
Vattement Nom rencontré en Normandie (76, 27) qui correspond à l’ancien français gastement (= terre dévastée, terre inculte). Il devrait donc s’agir d’un ancien toponyme.
Vaubaillon Patronyme rencontré dans l’Orne, et plus généralement en Normandie. Désigne certainement celui qui est originaire d’une ancienne localité portant ce nom (penser par exemple à Vaubadon dans le Calvados). Sens du toponyme : le val de Baillon (voir Baillon).
Vauchel Vauchel désigne un petit vallon (donc celui qui habite ou a des terres dans ce vallon). Le mot vauce est mentionné en ancien français, et viendrait du latin*vallica. Vaucel ou Vauchel comportent le diminutif -ellus. Un rapide coup d’oeil à l’annuaire indique qu’il y a 547 abonnés qui s’appellent Vauchel ou dont le nom comporte le mot Vauchel (Vauchelle, Duvauchel, Duvauchelle). La plupart des Vauchel se trouvent en Normandie.
Vauchey C’est dans le Jura que le nom est le plus répandu. Variantes : Vauchet, Vauchez. C’est sans doute un toponyme désignant une petite vallée, un vallon. Autre possibilité : variante ou diminutif de Gaucher, nom de personne d’origine germanique (voir ce nom).
Vaucouloux Le nom est surtout porté dans l’Aube. C’est une autre forme de Vaucouleur (51, 76), nom de nombreux cours d’eau et d’une commune de la Meuse (Vaucouleurs). Sens généralement proposé : la vallée colorée.
Vaudable Surtout porté dans le Puy-de-Dôme (variante : Vodable), désigne celui qui est originaire de Vodable, commune du même département. Je ne connais pas le sens du toponyme, écrit "Oudable" dans les chroniques de Froissart (fin du XIVe siècle).
Vauday Le nom est surtout porté dans l’Ain, mais les plus anciennes mentions connues le situent dans la Haute-Savoie ou la Savoie. Il faut le rapprocher du nom Vaudey, porté dans le même secteur géographique. On devrait avoir affaire à un nom de localité, rencontré notamment en Franche-Comté (communes de Villers-Vaudey et de Vellexon-Queutrey-et-Vaudey dans la Haute-Saône). À noter aussi le Vaudey, canal à Bonneville (74), ou encore Vaudey, hameau à Charquemont (25). Il n’est pas impossible que le toponyme se rencontre aussi en Suisse. Faute de mentions anciennes, je ne saurais en donner le sens avec certitude.
Vaudchamp Les plus anciennes mentions situent le nom dans le Haut-Rhin (Orbey) au XVIIe siècle, avec comme variantes Veaudchamp, Vodjean, Waudejean. Il s’agit visiblement d’un toponyme, soit la vallée du champ, soit la vallée de Jean. Reste à le localiser. Un hameau s’appelle Vauchamp à Saint-Hippolyte (25), il devrait être à l’origine du nom de famille Vauchamp, et peut-être aussi de Vaudchamp.
Vaudecranne Porté dans la Sarthe (variante : Vaudecrane), désigne celui qui est originaire de la vallée de Crannes, commune du même département (ou d’un éventuel hameau du même secteur qui s’appellerait Val-de-Cranne, Vaudecranne).
Vaudevire Originaire du Val de Vire (la vallée de la Vire), soit en tant que région, soit en tant que localité. Précisons que Vaudevire est à l’origine du mot vaudeville, car les chansons de cette région avaient un grand succès au XVe siècle (mais cela ne semble pas devoir être en rapport avec le patronyme, certainement plus ancien).
Vaudin Porté dans la Haute-Marne, l’Oise et la Haute-Saône, devrait être un nom de personne d’origine germanique, variante de Gaudin (racine waldan = gouverner).
Vaudrée Nom assez rare rencontré dans l’Oise. Semble, comme sa variante Vaudré, être un nom de personne d’origine germanique, Waldrad(a) : wald < waldan = gouverner + rad = conseil. On ne peut cependant exclure totalement l’idée d’un toponyme (cf la rivière de la Vaudre dans l’Orne, et surtout les diverses localités nommées Vaudrey ou Vaudry). Diminutif : Vaudrel.
Vaudreuil C’est en Martinique que le nom est aujourd’hui le plus répandu. Il renvoie à un toponyme, sans doute la commune du Vaudreuil (Eure). On trouve aussi des Vaudreuil au Canada et aux États-Unis.
Vaugelade Surtout porté dans la Haute-Vienne, désigne celui qui est originaire de Vaugelade, nom de deux hameaux à Tinsac et à Châteauponsac (87), également hameau à La Trimouille (86). Sens du toponyme : la vallée gelée.
Vaulmier Nom de personne d’origine germanique, Waldomar (waldan = gouverner + mar = célèbre). Très rare, il est porté dans le Vaucluse. Variantes : Valmier (15, 62), Galmier (69, 971, à l’origine de Saint-Galmier, dans la Loire).
Vauquelin Porté en Normandie (76, 14), c’est un nom de personne d’origine germanique, Walkelin, rattaché par M.T. Morlet au moyen-haut-allemand walkan (= fouler).
Vauquoy Rencontré aussi sous la forme Vauquois, le nom est surtout porté dans la Meuse. Il désigne celui qui est originaire de la commune de Vauquois, dans le même département.
Vaur Nom porté dans la Corrèze et les départements voisins. C’est un toponyme désignant un terrain mouvant ou effondré (également un ravin ou une terre inculte), que l’on retrouve notamment dans le hameau de Vaur à Sainte-Fortunade (19). Formes voisines : Vaure, Vaures, Vauret, Vaurette.
Vautherot, Vautrot Diminutif de Gautier, ou plutôt de sa variante Vautier, Vauthier, rencontrée surtout dans l’Est. Pour le sens, voir Gauthier.
Vauthier Autre forme de Gauthier (voir ce nom) surtout portée dans le Doubs et les Vosges. Variantes : Vauthiers (52, 10), Vautier, Vauttier (50, 76). Diminutifs : Vautherin, Vautherot (25), Vauthrin (52, 90), Vauthrot, Vautrot, Vautrop (55, 71, 21), Vauteret (38), Vauterin (51).
Vautrain Comme Vautrin, c’est un diminutif de Vauthier, forme lorraine de Gauthier. C’est dans la Marne qu’on rencontre le plus de Vautrain.
Vautrin Forme contractée de Vauterin, diminutif du nom de baptême Gauthier (voir ce nom). Le nom est très courant en Lorraine.
Vauvilliers Nom porté dans le Val-d’Oise, rencontré aussi sous la forme Vauvillier. Désigne celui qui est originaire de Vauvillier(s), toponyme rencontré dans la Haute-Saône, la Nièvre et la Somme. Signification : le petit domaine, la ferme de Walo, nom de personne d’origine germanique.
Vauzelle Fréquent dans le Limousin et dans la Vienne, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit (la) Vauzelle. Sens du toponyme : la petite vallée (latin vallicella). Variantes ou formes voisines : Vauzelles, Vauzeilles, Vauselle, Voselle, Vozèle, Vozelle.
Vavasseur Voir Vasseur pour le sens. Le nom est surtout porté dans l’Eure et dans la Sarthe. Variante : Vavasseul. On le rencontre en italien sous la forme Vavassori, très répandue en Lombardie.
Vavon Nom surtout porté dans la Nièvre (également 89, 77). Il s’agir d’un nom de personne d’origine germanique, Wavo (de wafan = arme). On trouve, avec la même racine, le diminutif Vavin.
Vaxelaire Porté dans les Vosges et en Haute-Saône, le nom s’écrit aussi Vaxillaire. Selon M.-T. Morlet, il s’agit d’une forme francisée de l’allemand Wachsler (= changeur).
Vay Le nom est porté dans les Deux-Sèvres et la Vendée. Variante : Vaye. C’est un toponyme désignant un gué (nom en particulier d’une commune de la Loire-Atlantique).
Vayr Porté dans le Sud-Est, c’est un nom piémontais écrit aussi Vair, localisé entre Turin et la frontière française. Sens incertain. On pensera d’abord au latin "varius" (= tacheté, bigarré), qui a aussi été utilisé comme nom de personne. Autre possibilité, un toponyme : une localité s’appelle Vairo (commune d’Asti), et en France plusieurs cours d’eau s’appellent le Vair ou la Vaire. A noter que Vairo est aussi un nom de famille italien (Piémont, Pouilles, Campanie). Diminutifs : Vairetto, Vairetti (Piémont, Lombardie).
Vaysse Le nom désigne en occitan ("vaissa") le noisetier. C’est donc un toponyme devenu nom de famille. Il est surtout porté dans le Rouergue (12, 81) et est à l’origine des dérivés Vayssac, Vayssade, Vayssat, Vaysset, Vayssette, Vayssettes, Vayssiaire, Vayssié, Vayssier, Vayssière, Vayssières, tous rencontrés dans la même région. Autres formes : Vaysseix (19), Vayssou, Vayssouze (46).
Vayssière Désigne celui qui est originaire de (la) Vayssière, toponyme évoquant un bois de noisetiers. Le nom se rencontre surtout dans le Rouergue, tout comme la forme plurielle Vayssières. Le masculin Vayssier est caractéristique de Cantal. Variantes : Vaissière, Vaissières, Vaisseyre, Vaissier, Vessière, Vessières, Veissaire, Veisseire, Veisseyre, Veissiaire, Veissier, Veissière, Veissières, Veissierre, presque toujours rencontrées dans le Massif Central et les régions voisines.
Vayva Très rare, le nom est porté dans l’Ille-et-Vilaine. Il peut aussi s’écrire Vaiva est attesté dans les Côtes-d’Armor depuis le XVIIe siècle. Je n’en sais pas plus.
Vazeille, Vazeilles On rencontre surtout ce patronyme dans le Puy-de-Dôme. Désigne celui qui est originaire de Vazeille(s), toponyme très fréquent dans le Massif Central : deux communes portent ce nom dans la Haute-Loire, sans parler de nombreux hameaux. Le toponyme vient du latin vallicella (= petite vallée).
Vazou Nom rare porté notamment dans l’Indre-et-Loire, à rapprocher sans doute de Vazon (79). Il pourrait s’agir d’un toponyme désignant un lieu envahi par la vase.
Vecchiato Dérivé de l’italien vecchio (= vieux) surtout porté en Vénétie. Désigne l’ancien de la famille par rapport aux autres membres.
Vedel voir Badell.
Védie, Vedie Patronyme assez courant en Normandie. La présence d’autres formes telles que Voidie ou Vaidie (également Voidy, Vaidy) permet de rattacher ce nom à l’ancien français voisdie (= habileté, adresse, ruse). Donc il s’agit d’un surnom donné à une personne avisée ou rusée.
Vedier, Védier Nom porté dans l’Ouest (53, 35), également présent dans la Seine-et-Marne. Sens incertain. Peut-être une variante de Vadier, nom de personne d’origine germanique (Wadhari : wad = gage + hari = armée), mais plutôt le surnom d’une personne rusée (voir Védie).
Védrine, Védrines Nom caractéristique du Massif Central. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée (la) Védrine, (les) Védrines, nom porté par de très nombreux hameaux. Pour le sens du toponyme, voir Lavedrine. C’est dans le Puy-de-Dôme que le nom Védrine est le plus répandu. Quant aux Védrines, ils viennent surtout de la Lozère (département où le toponyme est omniprésent). Variantes : Védraine, Védreine, Védrène, Védrenne, Védrennes (Limousin), Védrinne. Diminutifs : Védrinel, Védrinelle.
Veevaert Porté dans le Nord, le nom est très rare. C’est visiblement la déformation d’un autre patronyme, peut-être Vivier (toponyme et nom de famille).
Vega Fréquent en Espagne, désigne celui qui habite un lieu-dit (la) Vega ou en est originaire. Sens du toponyme : prairie, vallée fertile, terre irriguée.
Véhier Porté dans l’Isère et la Drôme, devrait être un équivalent du mot "viguier" (attesté en ancien français).
Veiga Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit (la) Veiga, toponyme fréquent au Portugal avec le sens de terre fertile.
Veignant Le nom paraît originaire de l’Allier ou de la Saône-et-Loire et s’écrit aussi Végnand, Végnant, ou encore Vignand, Vignant. Il devrait s’agir d’un dérivé du mot "vigne", qui s’est dit aussi "veigne" dans cette région. Une déformation de l’ancien prénom Venant (voir Venancio) n’est cependant pas impossible.
Veigner Nom rare porté dans le Loiret, également écrit Veigné. Il devrait désigner celui qui est originaire de Veigné, commune de l’Indre-et-Loire.
Veillard Surtout répandu dans l’ouest, ce nom peut avoir deux significations : soit celui qui veille (surnom pour un garde de nuit ou un fêtard), soit plutôt une déformation de Vieillard (surnom donné à un homme vieux).
Veillas Le nom est surtout porté dans la Loire et la Saône-et-Loire. Il semble s’agir au départ d’un toponyme, peut-être avec le sens de poste de guet, mais on pensera aussi au latin villa (= domaine, puis village), éventuellement à un terme désignant un éboulis (veias dans le Sud-Est).
Veillerette Désigne celui qui est originaire de Veillerette, hameau de Condat-lès-Montboissier (63).
Veillerot Le nom est surtout porté dans la Saône-et-Loire. On trouve les formes voisines Veilleraud et Veillerault dans l’Allier. C’est un toponyme, équivalent de Villerot (71), avec le sens de petit hameau (diminutif du latin "villare"). Un hameau s’appelle Veillerot à Sainte-Radegonde (71).
Veillet, Veuillet Rencontré notamment en Savoie, c’est un surnom qui pourrait désigner celui qui veille (sans doute un guetteur, une sentinelle, en principe préposé à la surveillance nocturne). Cependant, avec ce genre de noms commençant par Veil-, il est toujours possible qu’on ait affaire à des dérivés de "vieil" (= vieux), ou encore du latin "villa" (= domaine, puis ville, village), voire de "vitellus" (= veau). Il convient donc d’être prudent.
Veillon Nom surtout présent en Poitou-Charentes (16, 17, 79). Peut-être une forme de l’ancien français vellon (= jeune veau), surnom donné à un éleveur. Eventuellement aussi celui qui veille. Mais il semble s’agir plutôt d’un nom de lieu, rencontré assez souvent dans cette région. On notera le hameau du Veillon à Talmont-Saint-Hilaire (85), et ceux de Veillon à Burie (17) et à Saint-Martin-de-Saint-Maixent (79). Etymologie : sans doute un dérivé du latin villa (= domaine, puis ville, village).
Veingertner Egalement écrit Veingartner, Veinguertener, c’est une variante du nom alsacien ou allemand Weingartner (voir ce nom).
Veissière Surtout porté dans le Puy-de-Dôme, c’est un toponyme désignant un bois de noisetiers (occitan "vaissa" = noisetier). Variantes : Veissiaire, Veissières, Veissierre. Formes voisines : Veissaire (15), Veisseire (43), Veisseix (19), Veisseyre (15), Veissier (15). Voir aussi les formes commençant par Veys-, Vays-, Vais-.
Veix Nom rare porté dans la Moselle. C’est l’une des nombreuses formes prises par le nom de personne Vitus (sans doute dérivé du latin vita = la vie), très populaire en Allemagne et plus généralement dans l’Est. Martyr à Rome sous Dioclétien, son nom a donné naissance bien des siècles plus tard à la danse de Saint-Guy. Autres formes : Veit, Veith, Feit, Feith, Feix, Vitt, Vieth (dérivés Viethel, Viethen). Le nom de famille Veix a aussi été porté en Corrèze, où il désigne celui qui est originaire du village de Veix, dans le même département.
Véjux Nom surtout porté dans la Haute-Saône. Semble correspondre au verjus, suc acide de certains raisins qui entre dans la composition de la moutarde, et donc à celui qui extrait le verjus ou fait de la moutarde. Variantes : Véjus (77), Verjus (74, 39), Verjut (39), Verjux (70, 71).
Vela Nom italien porté dans la région napolitaine. Sens incertain. Le mot "vela" désigne en italien une voile ou une embarcation à voile, reste à savoir si c’est la bonne signification (surnom possible pour un marin).
Velan Nom porté en Suisse, très rare en France. Je n’en connais pas le sens précis, mais il est connu en toponymie : en Haute-Savoie deux sommets s’appellent la Dent du Velan et la Pointe de Velan. Il semble cependant que Velan soit au départ un nom germanique, Velen, et l’existence d’une famille von Velen montre qu’il devrait s’agir d’un toponyme, sans doute la commune allemande de Velen, en Nordrhein-Westfalen.
Velard Le nom est porté notamment dans la Saône-et-Loire, où il désigne celui qui est originaire de Velard, hameau à Ouroux (71). Voir Vilar pour le sens. Dans certains cas, on peut aussi envisager un rapprochement avec les formes italiennes Velardo, Velardi (Campanie, Lazio, Sicile surtout), considérées comme des variantes de Berardo (= Bérard, voir ce nom).
Velasco Nom de baptême castillan que l’on rattache le plus souvent au basque (diminutif de bela = corbeau).
Velasquez, Velazquez Patronyme formé avec le suffixe de filiation -ez sur Velasco, nom de personne espagnol d’origine basque (bela = corbeau).
Velay Le nom est porté dans la Lozère, l’Ardèche et le Vaucluse. Il désigne celui qui est originaire du Velay. Sens du toponyme : le territoire des Vellavii, tribu gauloise mentionnée par Jules César. A noter que Velay est aussi le nom d’un hameau à Rochepaule (07).
Véler En Lorraine (57), c’est sans doute une variante de l’allemand Weller (celui qui habite près d’un puits ou d’une source). En Bretagne (22, variante Le Veler), il pourrait s’agir d’un joueur de soule ou d’un fabricant de miel (voir Deshayes, dictionnaire des noms de famille bretons).
Velez Diminutif (suffixe de filiation -ez) de l’espagnol Vela, nom de personne d’origine germanique (wisigothique), Vigila, dérivé de la racine wig (= combat). Le nom est également porté au Portugal.
Velghe Le nom correspond au moyen néerlandais velge (= jante) et semble le surnom d’un charron. On le rencontre en Belgique et dans le Nord. Variante : Velge.
Veliz Ou Véliz. C’est un patronyme espagnol, diminutif de Vela (voir Velez pour le sens).
Vella C’est le plus souvent un nom maltais, arrivé en France depuis l’Afrique du Nord. Il faut sans doute lui donner une origine italienne, et y voir une variante de Bella, féminin de Bello (= beau). On trouve d’ailleurs assez fréquemment dans le sud de l’Italie, donc pas très loin de Malte, les noms Bella, Labella.
Vellemans Rare, le nom est un génitif de filiation formé sur Velleman, lui aussi peu courant et porté dans le Nord. Il pourrait désigner celui qui travaille les peaux (moyen néerlandais "velle" = peau). Mais on envisagera aussi une variante graphique de Welleman, Wellemans, dérivés en -man formés sans doute sur Willem (= Guillaume).
Vellin Surtout porté à la Réunion, le nom se rencontre aussi dans l’Isère, où il semble avoir désigné celui qui préparait le velin (parchemin fait de peau de veau). Autre solution : jeune veau (sobriquet). Mais, à la Réunion, il devrait s’agir d’un nom d’origine indienne, dérivé du mot "vel", javelot en tamoul, le javelot étant l’attribut du dieu Mourouga. En composition : Vellin-Patche (974), le nom Patche étant assez fréquent à la Réunion (mais je n’en connais pas le sens).
Velluet Nom porté dans le Centre (18, 37, 86). Variante : Veluet. C’est un diminutif de l’adjectif velu, surnom donné à un homme poilu.
Velly On rencontre le nom dans le Finistère, mais aussi dans la Marne et dans l’Aisne. En Bretagne, il correspond à la fonction de bailli (représentant du seigneur dans le village). Ailleurs, ce pourrait être un nom de lieu (suffixe -y), mais je ne trouve rien qui corresponde vraiment.
Veloso Nom de famille portugais. C’est un sobriquet désignant un personnage poilu. Le nom est également porté en Galice.
Velu En principe surnom donné à un homme poilu. Attention cependant, le nom se rencontre surtout dans le Nord-Pas-de-Calais et la Somme, et pourrait y désigner celui qui est originaire de la commune de Vélu (62). Le sens d’homme poilu est par contre évident dans les formes Vellut (74, 01) et Velut (10, 71). Il semble également à l’origine des noms corses Velluti, Vellutini.
Venambre Nom porté en Seine-Maritime. Variante : Venembre. Aucune idée pour l’instant quant à sa signification.
Venancio Porté en Espagne et au Portugal (Venâncio), c’est un nom de personne d’origine latine, Venantius (dérivé de venans = celui qui chasse), popularisé par divers saints. Formes françaises : Venance (26, 33, 972), Venans (07), Venant (02, 51).
Venault Nom porté dans l’Indre et les départements voisins. Variantes : Venaud (79), Veneau (58, 89, 85), Veneault (37). Semble correspondre à l’ancien français venel (= marchandise), surnom possible d’un marchand. Autre possibilité : nom de personne d’origine germanique, Wanwald (wan = espérance + waldan = gouverner).
Vendange Le nom est surtout porté en Seine-Maritime. On pense évidemment à celui qui fait la vendange ou qui habite un lieu-dit la Vendange (plantation de vigne), mais est-ce bien le cas ? Il faut savoir qu’au moyen âge le verbe vendanger s’employait très souvent avec le sens de dévaster, massacrer, et que l’expression ‘fouler la vendange’ signifiait ‘faire l’amour’. On a donc le choix entre plusieurs possibilités, dans une région qui, même à l’époque médiévale, n’a jamais été très viticole.
Venderotte Porté dans le Nord-Pas-de-Calais, devrait être une variante graphique de Vanderotte (rare et porté autrefois en Belgique), l’un des nombreux noms néerlandais commençant par "van de". Difficile d’en dire plus, il faudrait avoir d’autres variantes pour se prononcer sur la signification du dernier élément.
Vendic Nom rare porté en Normandie (76). Variante ancienne : Vendique. Il y a de fortes chances pour qu’il s’agisse d’une déformation du néerlandais Van Dyck (= de la digue).
Vendredi, Vendredy Nom porté en Lorraine, également présent en Limousin. Pour le sens, voir Mardi.
Vendrell Nom de personne d’origine latine (Venerellus, dérivé de Venus, la déesse de l’amour). Peut aussi désigner une personne originaire de la ville catalane du même nom (El Vendrell).
Vendrick Porté dans la Meuse, semble une contraction de Venderick (Belgique), qui a dû désigner un porte-enseigne, du moyen néerlandais "venderic" = drapeau, enseigne (source : Dictionnaire des noms de famille en Belgique romane).
Venet Nom porté dans l’Aisne, également présent dans la Seine-et-Marne et la Saône-et-Loire. Pourrait désigner en Picardie celui qui est originaire de la commune de Venette (60). Ailleurs, il s’agit d’un toponyme qui semble évoquer une haie vive. De nombreux hameaux de la Loire et du Rhône s’appellent Venet, le Venet. A noter enfin la solution de M.T. Morlet, qui y voit un dérivé du verbe d’ancien français veneter (= vendre au marché).
Venez Porté dans le Nord-Pas-de-Calais (également Venetz), c’est une variante de Venet (02, 77, 71), pour lequel plusieurs sens sont possibles : soit un toponyme avec le sens de haie (dérivé de venne) ou de pâturage marécageux (en Haute-Saône), soit le surnom d’un marchand (ancien français veneter = vendre).
Venhard Porté dans l’Eure-et-Loir où il est attesté depuis le XVIIe siècle, ce nom rare pourrait être une variante normande de Guénard (voir ce nom).
Venien Le nom est surtout porté dans la Vienne. Sens obscur. On envisagera une éventuelle variante de Venant, Veniant, nom de baptême (latin Venantius) popularisé par plusieurs saints, dont un abbé en Touraine (Ve siècle).
Venier Le nom est surtout porté dans la Somme et le Pas-de-Calais. Variante : Veniez. M.-T. Morlet le considère comme une variante de Guenier (voir ce nom), solution qui semble logique dans cette région. À envisager éventuellement un rapport avec l’avoine (cf. Venière). On notera aussi que le nom de famille Venier existe en Italie, en particulier dans le Frioul (variante : Venir), où il correspond au nom de personne Venerio (latin Venerius, dérivé de Vénus), popularisé par un évêque de Milan. Enfin, le patronyme rare Véniers (ou Veniers) est porté dans la Vienne, et devrait renvoyer à l’un des deux hameaux portant ce nom dans le département (à Loudun et à Pouant).
Venière Le nom est porté dans l’Ain, mais aussi dans la Sarthe et le Pas-de-Calais. Il s’agit d’un toponyme. Pour l’Ain, on pensera par exemple à La Venière, hameau à Boyer (71). C’est une variante par déglutination du toponyme Avenière (champ d’avoine). Le hameau de La Venière (ou Venières) à Boyer est mentionné au VIIe siècle sous la forme "villa Avenarias".
Venne Le nom est surtout porté dans le Jura, où il devrait désigner celui qui est originaire de Vennes, dans le Doubs. Sens du toponyme : sans doute le germanique "winja" (= pâturage) latinisé en "vinna". Autre solution : l’ancien français "venne" (= haie, clôture). A noter que le nom Venne (variantes Vène, Vènes, Vennes) se rencontre aussi dans le Tarn, où il pourrait désigner celui qui est originaire de Vènes, hameau à Pousthomy (12).
Vens Ce nom de famille assez rare se rencontre notamment dans le Nord et en Belgique, où il paraît être une contraction du prénom Vincent. Dans d’autres régions, il s’agit plutôt d’un toponyme ayant le sens de hauteur, sommet (racine pré-indo-européenne ven-).
Ventadour Surtout porté dans la Corrèze (également aujourd’hui en Martinique), désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit (le) Ventadour, endroit où souffle le vent. Variantes : Ventadou, Ventadoux. Dans la Corrèze, on pensera notamment à la commune de Moustier-Ventadour.
Ventalon Surtout porté dans l’Ardèche (également 43, 63), désigne celui qui est originaire de Ventalon, hameau à Lachapelle-Graillouse (07), ou du Ventalon, nom de hameaux à Augerolles et Saint-Jean-en-Val (63). A noter aussi dans la Lozère les communes de Saint-Maurice-de-Ventalon et de Saint-Frézal-de-Ventalon. Dans ces deux communes, le Ventalon est une montagne. Le toponyme désigne en principe un lieu venteux.
Venter Porté dans la Meuse et en Belgique, devrait correspondre au néerlandais "venter" (= colporteur).
Ventre Nom italien surtout porté en Campanie, ainsi que dans le sud de la Calabre (on le rencontre aussi dans le Piémont et le Lazio). C’est apparemment le surnom de celui qui a du ventre ou d’un gros mangeur.
Ventura, Venturi La première forme est italienne ou portugaise, la seconde exclusivement italienne. Correspond à une réduction du nom de baptême Bonaventure ( = bonne fortune). On peut le considérer aussi comme un nom de baptême par lui-même, avec le même sens.
Venturini Diminutif italien ou corse de Ventura (voir ce nom). Autres diminutifs : Venturello, Venturelli, Venturino, Venturini, Venturucci. Il semble que le nom Venturini ait souvent été donné en Piémont à des enfants trouvés.
Véquaud, Véqueau Nom d’origine vendéenne. C’est un diminutif de Vèque, forme avec aphérèse du mot évêque, employé comme sobriquet (celui qui a des allures d’évêque ?). Le nom Vèque est pour sa part surtout présent en Picardie et en Normandie.
Vera Nom de famille espagnol. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Vera, toponyme très répandu qui correspond à une habitation au bord de la rivière (vera = bord).
Veran, Véran Porté dans les Alpes-Maritimes et dans le Var, c’est un ancien nom de personne (prénom) correspondant au latin Veranus (veranus = jeune, printanier). Il a été popularisé dans cette région par un saint du Ve siècle, qui fut évêque de Cavaillon, puis de Vence. Formes italiennes : Verano, Verani (devenu aussi Verany en Provence). Matronyme : Vérane.
Verbanis Nom de famille assez rare porté en Belgique. Sens obscur. On peut certes penser à un nom formé sur un toponyme avec l’article contracté néerlandais "ver" (= van der), mais Banis n’évoque aucun lieu connu.
Verbitzky Nom ukrainien ou russe, qui semble correspondre au polonais Wierzbicky, formé sur le mot wierzba (= saule). Cela reste toutefois à confirmer.
Verbrugge Egalement Verbruggen, Verbrugghe, Verbrugghen, Verbrughen. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Ter Brugghe(n), en néerlandais le pont.
Verburgh Ce nom flamand désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Ter Burgh (beaucoup d’autres graphies sont possibles), toponyme ayant le sens de forteresse (vieux-haut-allemand burg). Variantes : Verburght, Verburgt, Verborg, Verborgh.
Vercamer Nom flamand formé sur le néerlandais kamer (= chambre), et qui semble être une traduction de Delcambre (voir ce nom), comme l’indique la forme voisine Vercambre. Variantes : Vercaemer, Vercaemere, Vercamert.
Verchère Nom fréquent dans l’Ain et la Saône-et-Loire. C’est un toponyme désignant une terre attenant à une ferme, ou encore une terre léguée à une femme (ancien français verchière, latin médiéval vercaria, d’étymologie obscure). On trouve dans la même région les formes masculines Vercher (01, 71) et Verchier (07, 26). Egalement Verchera (42) et Vercheyre (63, 03). Diminutifs : Vercherand (42, 69), Vercherat (01), Vercherin, Vercheron, Verchery (69, 42).
Vercheval Le nom s’est longtemps écrit Verdcheval. Il est surtout porté en Belgique dans la province de Liège, on le rencontrait aussi autrefois dans les Ardennes françaises, où il est attesté depuis le XVIIe siècle. Le sens de "cheval vert" semble le seul possible, il devrait s’agir d’un nom d’enseigne, sans doute donné à une auberge.
Verchot Le nom est porté dans la Haute-Saône au moins depuis le début du XVIIe siècle. Sens incertain. On envisagera éventuellement une variante de Vergeot (voir ce nom). A noter aussi qu’en ancien français le mot "verchon" a eu le sens de petit ver.
Vercoutere Egalement Vercouter, ce nom flamand désigne celui qui habite un lieu-dit Couture (= terre cultivée). On rencontre plus fréquemment, avec le même sens, la forme Vercauteren. Autres formes : Vercouteren, Vercoutre, Vercoutter, Vercoutteren, Vercouttre et sans doute Vercoustre.
Vercruysse Assez courant dans le Nord-Pas-de-Calais, ce patronyme flamand désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Cruyse, Cruysse. Sens du toponyme : endroit où il y a une croix, éventuellement carrefour. Variantes : Vercrusse, Vercruyce, Vercruyse, Vercruyssen.
Verd Voir Vert pour le sens. Le nom est surtout porté dans l’Ardèche et le Vaucluse. En composition : Verd dit Béraud (07, voir Béraud).
Verdaguer, Berdaguer, Berdagué Toponyme : lieu herbeux, sans doute un pré ou un verger. Vient du latin *viridicarium = lieu où les plantes verdissent, formé sur viridiarium, qui a donné le français verger.
Verdeille Porté dans l’Aveyron (également 34, 81), c’est un toponyme évoquant apparemment un lieu verdoyant. Variantes ou formes voisines : Verdeil, Verdeilhe, Verdeilles (81). A noter le hameau de Verdeille à Penne (81).
Verdelet Porté notamment dans la Marne et la Nièvre, ainsi que dans l’Eure-et-Loir, c’est le plus souvent un toponyme (lieu verdoyant ou oseraie). Autre possibilité : diminutif de Verdel, qui a désigné le perroquet au moyen âge.
Verdevoye Nom rare porté dans le département du Nord. Désigne sans doute celui qui est originaire du hameau de la Vertevoie à Lacres (62). Sens du toponyme : chemin herbeux.
Verdier, Verdié Un nom fréquent dans la France méridionale, qui désigne un verger (latin viridiarium). Voir Vergès. On le rencontre aussi dans le Nord et en Belgique, où il correspond au métier de garde forestier (sens attesté en ancien français en 1200).
Verdière Très courant de la Normandie à la Belgique, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit la Verdière, étendue de bois soumise à la juridiction d’un verdier (garde-forestier).
Verdin Toponyme assez fréquent en France. Diminutif de vert, qui a dû désigner un pré.
Verdon Nom porté dans la Vendée et en Poitou-Charentes. Désigne celui qui est originaire d’une localité appelée (le) Verdon, toponyme évoquant apparemment un endroit verdoyant. C’est le nom d’une commune de la Dordogne et de plusieurs hameaux.
Verdoodt Ce nom flamand est considéré par les spécialistes (Debrabandere notamment) comme une transformation de Verdoorent, qui correspond lui-même à Van Dooren (voir ce nom). Variantes : Verdood, Verdoot.
Verdoy Nom de famille porté dans le Nord-Pas-de-Calais. Aucune idée précise, mais il semble s’agir d’un toponyme désignant un lieu verdoyant. Peut-être éventuellement une contraction de Verdevoye (voir ce nom).
Verdy Nom fréquent dans la Somme, présent aussi dans le Cher. Il peut s’agir d’une variante de Verdier, avec ses deux sens différents (voir ce nom). Mais, dans la Somme, il faut aussi penser au picard verdi (= vendredi), et donc au surnom donné à un enfant trouvé un vendredi.
Verdys Il s’agit certainement d’un toponyme, dérivé de vert (verd en ancien français), désignant un endroit verdoyant, une prairie.
Verel Nom surtout porté en Normandie (14, 76). Correspond apparemment à l’ancien français verel (= verrou, cadenas). Ce serait donc le surnom d’un serrurier. A noter la forme Verelle, rencontrée dans le Nord et l’Est, qui semble une variante graphique plus qu’un matronyme.
Verept Patronyme porté dans le Nord et en Belgique. Aucune idée précise : si le nom est flamand, on y retrouve apparemment l’initiale ver- (= du, de la), suivie d’un nom de lieu. La forme Ept n’est pas inconnue en toponymie, où elle désigne un cours d’eau (cf la rivière de l’Epte en Normandie). C’est tout ce que je peux dire pour l’instant.
Verez C’est une variante de Veret, fréquent dans le Pas-de-Calais, que M.T. Morlet interprète comme un diminutif de vair, ver, sobriquet appliqué à celui qui a la peau tachetée (taches de rousseur notamment). Il y a cependant d’autres hypothèses, par exemple une variante de Verret (en picard un verret est un verrat, c’est aussi un sobriquet appliqué à un paillard). Difficile de savoir où est la vérité.
Verfaille, Verfaillie Le nom est flamand. On y retrouve l’article contracté Ver (= du , de la), le mot faillie ayant fait l’objet d’interprétations assez bizarres. J’ai lu dans un ouvrage qu’il s’agirait d’une terre en forme de manteau, mais cette définition me laisse assez sceptique. Même chose avec une autre source, qui évoque cette fois une parcelle en forme de L. N’est-il pas plus simple d’y voir le wallon fayi (= bois de hêtres) ?
Vergé Nom courant dans l’Ariège. Voir Vergès.
Vergeot Porté notamment dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l’Aube, le nom paraît avoir le sens de petite baguette, petite branche, ou encore celui de mesure de terre (à rapprocher des mots "verge" et "vergée"). A noter qu’un bois s’appelle le Vergeot à Faverney (70). Vergeot est également le nom de hameaux à Brecé (53) et à Pourrain (89).
Vergeron Le nom est assez rare et difficile à localiser (peut-être en Dordogne ?). C’est apparemment une variante de Bergeron, diminutif formé sur berger (nom de métier).
Vergès, Vergé, Verger Nom formé sur un toponyme. Le latin viridiarium désigne un lieu abondant en arbres et en plantes, un jardin, puis plus tard un verger. On remarque, comme pour Valls, la présence du S final dans la majorité des cas.
Vergez Nom essentiellement gascon. Pour le sens, voir Vergès.
Vergnaud Très fréquent en Limousin et en Poitou-Charentes, c’est l’un des nombreux dérivés du gaulois vernos (= aulne). Désigne celui qui habite le lieu-dit (le) Vergnaud ou en est originaire. Variantes : Vergnau, Vergnault, Vergnaux, Vergneau, Vergneaud, Vergneault, Vergneaux, Vergniault, portées le plus souvent dans les Deux-Sèvres. Formes bourguignonnes : Vergniau, Vergniaud.
Vergnon Porté dans la Charente et la Dordogne, ainsi que dans la Drôme et l’Ardèche, c’est un toponyme désignant un bois d’aulnes, nom d’un hameau à Savigneux (42) et de plusieurs lieux-dits.
Vergognan, Vergoignan Voir Bergoignan.
Vergoin Voir Bergoend.
Vergriete Patronyme flamand porté dans le Nord-Pas-de-Calais. En principe, les noms commençant par Ver- renvoient à un toponyme, mais il semble que ce ne soit pas le cas ici : Vergriete devrait désigner celui qui appartient à la famille ou à la maison de Griet, hypocoristique néerlandais de Margriet (= Marguerite). Variante : Vergriette.
Verhaaren Nom de famille néerlandais ou bas-allemand désignant celui qui habite un lieu-dit Haar(en). Signification : lande, terre inculte, également lieu marécageux (moyen-bas-allemand har = marécage). Variantes : Van der Haar, Verhaar, Verhaeren.
Verhaege Nom flamand désignant celui qui est originaire d’un lieu-dit Haege, Haeghe (= la haie). Variantes : Veraghe, Verhaegen, Verhaeghe, Verhaeghen, Verhaegue, Verhage, Verhagen, Verhaghe, Veraghen, Verhaque.
Verhaest Difficile de se prononcer sur ce nom flamand : l’article contracté ver- est en principe suivi d’un nom de lieu. Or, en néerlandais, haest signifie "emporté, brusque". On peut éventuellement envisager une mauvaise transcription de Verhelst (= originaire d’un lieu où pousse l’aulne).
Verhasselt Porté dans le département du Nord et en Belgique, désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit Hasselt (= bois de noisetiers). Variante : Verhassel.
Verhesschen Nom de famille flamand. Désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit (H)esschen, qui évoque un bois de frênes.
Verheyen Le nom est porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique. Il désigne celui qui habite un lieu-dit Hey ou en est originaire. A noter le hameau de Hey à Noordpeene (59). Le toponyme semble avoir le sens de "haie" (néerlandais "heg"). Avec le même sens : Verheye, et sans doute Verhoeye, Verhoeyen.
Verhille Assez répandu dans le Nord et dans la Somme, désigne en flamand celui qui est originaire d’un lieu-dit Hille (= pente, colline). Le nom Verhelle (génitif Verhellen) a le même sens.
Verhoeven Nom flamand qui désigne celui qui est originaire du lieu-dit hoeve (= ferme, métairie).
Vérité Le nom est surtout porté dans la Sarthe et la Manche, ainsi que dans la Somme. Peut-être le surnom d’un homme sincère, sens que l’on retrouve dans l’adjectif médiéval "veritel".
Verjus Le nom est porté en Franche-Comté et en Savoie. Variantes : Verjut, Verjux. Il a pu désigner un producteur de verjus (suc extrait de raisins mal mûris ou cueillis verts, qui servait autrefois pour la confection de sauces ou de sirops). On n’oubliera pas cependant que Verjux est le nom d’une commune de Saône-et-Loire.
Verkempinck Pourrait désigner celui qui est originaire de la Campine (néerlandais Kempen), région de la province d’Anvers qui se prolonge aux Pays-Bas.
Verlaine Porté dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique, désigne celui qui est originaire de Verlaine, nom de plusieurs localités en Belgique (provinces de Liège et de Luxembourg notamment). Le toponyme vient du latin villana (= petit domaine).
Verlengia Nom italien assez rare (Abruzzes notamment). Je n’en connais pas la signification.
Verlet Nom assez fréquent dans l’Est. C’est une forme contractée de Verelet, diminutif de Ver, surnom désignant peut-être celui qui a des taches (de rousseur ?) sur le visage. Vient du latin varius (= varié, tacheté).
Verlinde, Verlinden Nom flamand (néerlandais), dans lequel ver est une contraction de van der (= du). Signifie du tilleul (linde).

Retour à la page d’accueil du dictionnaire