Rivesaltes

Nous connaissons tous aujourd’hui le muscat de Rivesaltes (dont l’appellation s’étend d’ailleurs bien au-delà de la commune). Quant à la ville de Rivesaltes proprement dite, chacun en a sa vision personnelle : pour les uns, c’est la ville natale du maréchal Joffre (dont les vertus militaires relèvent d’ailleurs plus du mythe que de la réalité : pendant la guerre de 14-18, ses revers furent nombreux, et lui valurent d’être écarté du poste de généralissime qu’on lui avait octroyé en 1915) ; pour d’autres c’est le triste souvenir des camps de “transit” qui l’emporte ; d’autres encore y verront surtout la proximité de l’aéroport, des nouveaux locaux du journal l’Indépendant ou de l’hypermarché Carrefour.

Mais Rivesaltes est en fait une ville qui gagne à être connue pour elle-même, pour son dynamisme et ses vins (évidemment), ainsi que pour le charme de son quartier ancien, qui s’ouvre derrière un joli beffroi et est dominé par une superbe église à l’impressionnant mobilier baroque.

Les cartes ci-dessous ne sont pas forcément très anciennes (certaines datent des années 40), mais elles nous présentent des vues intéressantes de la ville, notamment son aspect après les inondations d’octobre 1940. Sans compter le maréchal Joffre et les bugaderes !

Vue des deux ponts sur l’Agly après les inondations de 1940
Le boulevard Arago
La maison nataledu maréchal Joffre
La place de la Mairie
Le marché
Lavandières (bugaderes) à Rivesaltes
Le général Joffre
Le général Joffre et deux autres généraux

La maison Salgues-Berdaguer (vins en gros)

Le conseil de révision

Remplissage de wagons-citernes de “pinard”

Retour à l’index