Alénya,

Alenyà

Voir la liste des communes

Les anciennes caves Ecoiffier

Superficie et situation géographique

Alenya est une commune de 534 hectares, située dans la plaine côtière, à proximité de l’étang de Canet-Saint-Nazaire, entre le Réart et l’Agulla de Mar. Elle appartient au canton de la Côte Radieuse (Saint-Cyprien), créé en 1982.

Communes limitrophes : Saint-Nazaire, Canet, Saint-Cyprien, Elne, Corneilla del Vercol, Théza, Saleilles.

Première mention historique et origine du nom

La première mention remonte à l’an 904, sous la forme Alignanum. Comme pour la plupart des noms terminés par -à, il s’agit d’un nom de domaine “gallo-romain”, la villa Alanianum, domaine appartenant à Alanius (forme dérivée de Alanus). On peut cependant hésiter entre Alanius et Hellenius.

A signaler une mention plus ancienne (876) pour le lieu-dit Boaçà (voir aperçu historique), sans doute domaine appartenant à Boetius.

Les recensements

1999

1990

1982

1901

1836

2339

1562

1211

678

519

Bref aperçu historique

Alenyà appartenait au XIVe siècle à la vicomté de Canet, mais avait sa propre seigneurie, dominée successivement par les familles Alenyà, Despuig, Desvivers, Sagarriga et Caramany.

Quant au lieu-dit Boaçà, il est mentionné dès 876 (la villa Buacano cum ecclesia Sancti Martini), et on y trouve au XIVe siècle un château. Il devient le Mas Blan au XVIe siècle, du nom d’une riche famille perpignanaise (le toponyme a été par la suite déformé en Mas Blanc).

La population stagnait au XIXe siècle, mais, par la suite, sa progression a été importante, en raison de la situation du village, non loin de Perpignan et à proximité des plages. La progression de 1990 à 1999 est sans conteste l’une des plus fortes du département.

L’église paroissiale

Elle est dédiée aux saintes Eulalie et Julie, vierges et martyres dont le culte fut très important en Roussillon, à l’exemple de la cathédrale d’Elne. Mentionnée pour la première fois en 1214, elle fut reconstruite à partir de 1593, la façade étant surmontée d’un élégant campanile surmonté d’une croix. Ele abrite plusieurs rétables baroques, ainsi qu’une statue gothique de la Vierge aux raisins (la Mare de Deu del Raïm). La façade a été restaurée récemment.

Autres monuments et lieux à visiter

L’étang de Canet est en soi un but de promenade. Dans le village, à signaler les superbes caves Ecoiffier avec leur parc, l’ensemble ayant été transformé par la municipalité en un centre culturel et de loisirs très actif. Le quartier de la mairie et de l’église conserve quelques rues et maisons anciennes (on remarquera au passage les jolies plaques de rues).

On regrettera par ailleurs que les vestiges du château de Boaçà aient été entièrement rasés en 1974 pour construire un centre de vacances, mais il ne sert pas à grand-chose de revenir sur le passé.

Les noms les plus portés au XIXe siècle par ordre d’importance

Les noms de famille en 1497

Bouille, Malis, Morer, Tastu, Comes, Durand, Gracia, Armangau, Bigorre, Sayroux, Tarroque.

Bernat Rossell, Guillem Jaubert, Barthomeu Dauder, Cosmas Casadevall, Miquelet Rocha, Bernat Solà.

Autres lien sur le site

Liens internet

Renseignements complémentaires

A noter, au Mas Blanc, la présence de SICAREX MIDI ROUSSILLON, centre expérimental de recherche oenologique, centre de traitement et de mise en bouteille des vins.

Retour à la liste des communes
Index