Banyuls-dels-Aspres,

Banyuls dels Aspres

Voir la liste des communes

Vue générale du village

Superficie et situation géographique

Commune de 1053 hectares qui, malgré son nom, ne se situe pas vraiment dans les Aspres, sinon à leurs confins. Nous sommes en plaine, dans un secteur largement planté de vignes, où les plus hautes collines ne dépassent pas cent mètres. A noter cependant quelques vergers au sud, sur le Pla de Nidoleres, à proximité du Tech. Vers l’est, le Village catalan est un lieu où se bousculent les touristes pendant l’été.

Communes limitrophes : Saint-Jean-Lasseille, Brouilla, Villelongue-dels-Monts, Montesquieu, Tresserre et Villemolaque.

Première mention historique et origine du nom

Première mention du lieu en 819, sous la forme Villa Balnelonis. Normalement, la forme latine balneolum renvoir à balneum, autrement dit à des bains, des sources thermales. Mais il y a eu certainement un autre sens, qui est sans conteste celui de “étang”. En effet, le village primitif était situé auprès d’un petit étang, tout comme celui de Banyuls-sur-Mer et comme la ville de Banyoles, près de Girona, dont l’étang existe d’ailleurs toujours.

La forme composée avec l’ajout de Aspres est relevée dès le XIIe siècle (Banyuls de Asperiis, 1186), et s’est généralisée à partir du XIVe siècle. La principale raison était bien sûr de différencier le village de la commune relativement proche de Banyuls de la Marenda (Banyuls-sur-Mer).

Les recensements

1999

1990

1982

1901

1836

1016

850

660

887

442

Bref aperçu historique

La première mention du village (819) est intéressante : “Villam Balnelonis cum ipso stagno”. Elle nous indique d’abord la présence de l’étang mentionné plus haut, et ensuite la proximité entre l’étang et le village. Grâce en particulier à des fouilles pratiquées en 1873, on peut affirmer sans grand risque d’erreur que le village primitif ne se trouvait pas au même emplacement que le village actuel, mais au lieu-dit la Vila Vella, qui se situe au nord, à la limite entre Banyuls et Saint-Jean-Lasseille. Les lieux se présentaient vraisemblablement ainsi : d’abord l’étang (sans doute asséché vers la fin du moyen âge), puis une butte qui devait être une motte castrale. Au pied de la butte, le village avec son église et son cimetière (les fouilles de 1873 avaient mis à jour un ensemble de tombes qui ne fait aucun doute là-dessus).

Par contre, on ne sait pas à quelle époque exacte le village a changé de place. Un document daté de l’an 1411 mentionne le lieu-dit Vila Vella, preuve qu’à cette époque le déplacement remontait sans doute déjà à de nombreuses années. Ce déplacement fut certainement lié à des raisons sécuritaires, l’actuel village étant construit sur une (très) petite colline.

Tout au long du moyen âge, la seigneurie appartint à une famille De Banyuls, qui détenait aussi la seigneurie de Nyer. Au XVIIe siècle, elle devint possession du monastère de Montserrat. Les Banyuls avaient des liens étroits avec un petit monastère qui se trouvait au sud du territoire, près du Tech. Il s’agissait de Fontclara, dont les bâtiments furent emportés par une crue du Tech au XVe siècle. En compensation, les religieux obtinrent le droit de s’installer dans la nouvelle église du village, construite entre 1424 et 1427, peut-être à leur intention.

L’évolution démographique montre une constante augmentation de la population ces dernières années, puisque le dernier recensement a permis de battre le record, qui datait de 1901.

L’église paroissiale

Elle est dédiée à saint André (comme l’était l’antique église de Vila Vella), et fut construite dans la première moitié du XVe siècle. C’est une oeuvre gothique flanquée d’un clocher-tour quadrangulaire. Le mobilier comporte peu d’oeuvres remarquables, sinon quelques statues du XVIIe siècle.

Autres monuments et lieux à visiter

Il reste quelques intéressants vestiges du village fortifié et de son château. L’autre point d’intérêt est le Village catalan, entre l’autoroute et la route nationale, une réalisation discutable et discutée, dont les retombées financières sont cependant appréciables pour la commune.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Marty, Guillemat, Massotta, Prats, Rabixo, Carbasse, Jaubert, Bringé, Argent, Cantuern, Comes, Courp, Dulcet, Garrigue, Pons, Rolland.

1497 : Bonanat, Bonet, Branya, Copa, Ferrer, Girau, Gomis, Grevol, Guitarda, Guixarnau, Matheu, Millars, Palegri, Piqué, Quera, Reynant, Sabater, Sala, Terrats, Vinyassa (le nom le plus porté est Terrats).

Autres liens sur le site

La poste (carte postale ancienne). Cliquer sur l’image.

Liens internet

Renseignements complémentaires

Retour à la liste des communes
Index