La Cabanasse,

La Cabanassa

Voir la liste des communes

Vue générale du village

Superficie et situation géographique

La Cabanasse est une commune de 326 hectares située en Cerdagne, à la limite du Haut-Conflent et du Capcir, entourant le minuscule territoire de Mont-Louis. La commune est traversée par le Jardó, petit affluent de la Tet. Outre le village proprement dit, elle comprend les hameaux des Moulins et de la Perche. L’essentiel du territoire est composé de prés et de pâturages, l’élevage bovin ayant toujours été important à La Cabanasse. Le village est construit sur un plateau à environ 1500 m. d’altitude, le point culminant de la commune étant le col de la Perche (1581 m.).

Communes limitrophes : Mont-Louis, Sauto, Saint-Pierre-dels-Forcats, Eyne, Bolquère, La Llagonne.

Première mention historique et origine du nom

Le village s’est d’abord appelé Caselles ou Casales (965), termes s’appliquant à de petites maisons rurales. C’était alors un hameau (villare). C’est en 1392 qu’on rencontre pour la première fois le terme la Cabana, qui s’est sans doute appliqué à une auberge (voir la page de Corbère-les-Cabanes) située non loin du col de la Perche. La forme la Cabanassa apparaît au XVIe siècle, avec un suffixe -assa à la fois augmentatif et péjoratif. Elle alterne avec les Cases pour désigner le village au XVIIe siècle, puis s’impose au siècle suivant.

Mais le lieu principal a longtemps été le col de la Perche, appelé Portus Jardonis en 897. Le nom Jardó s’est conservé pour désigner la petite rivière qui traverse le village. Il semble s’agir d’un nom de personne d’origine germanique (Wardone), même si une graphie du Xe siècle mentionne la forme Jordanum (qui renverrait au nom latin Jordanus). À la même époque, le col s’est aussi appelé Port d’Inforcats (parce qu’il permettait d’accéder à Saint Pierre-dels-Forcats). Puis, au XIe siècle, apparaît le terme latin Pertica (français perche, catalan perxa). Que pouvait être exactement cette perche ? Peut-être un grand poteau marquant la limite entre les comtés de Cerdagne et de Conflent, peut-être aussi un signal permettant d’apercevoir le col lorsque celui-ci était recouvert par la neige.

Les recensements

Année :

2004

1999

1990

1982

1901

1836

Habitants :

756

622

577

526

211

215

Bref aperçu historique

La Cabanasse n’a jamais eu le rang de paroisse : c’était un hameau dépendant de La Perche, puis de Saint Pierre-dels-Forcats au XVIIIe siècle. C’est la Révolution qui lui donne le statut de commune, lui permettant quelques années plus tard d’annexer La Perche (1800).

Autant dire que l’histoire médiévale concerne d’abord La Perche et son col, où passait l’antique Via Confluentana (ou Conflentana), qui mettait le Roussillon en communication avec la Cerdagne. Elle s’appellera ensuite Strata Francisca, ou Camí Francès. En 965, le comte Sunifred de Cerdagne donne l’alleu du vilar de Caselles aux moines de l’abbaye d’Arles, avec mission pour eux de gérer le passage du col du Jardó. Les moines construiront sur les lieux d’abord une église, mentionnée en 1174 (ecclesiae S. Mariae de Porticu), année où elle est apparemment possédée par l’abbaye de Cuixà. Puis viendra un hôpital pour les pèlerins (ospicium S. Mariae de Pertica, 1224), accompagné sans doute d’un petit prieuré.

L’annexion du Roussillon par la France (1659) change complètement l’état des lieux. En 1679, Louis XIV charge Vauban d’édifier la citadelle de Mont-Louis, sur une partie du territoire du hameau d’Ovança (lieu déjà mentionné en 965 et faisant partie de la donation aux moines d’Arles). En 1686, le marquis de Durban, premier gouverneur de Mont-Louis, demande au roi l’autorisation de bâtir un moulin à blé pour la citadelle. Achevé en 1691, il s’appellera le Molí del Rey (le moulin du roi). C’est lui qui est à l’origine du hameau des Moulins, construit autour du moulin et d’une filature. Quant au prieuré de la Perche (incluant sans doute l’église et l’hôpital), il est confié par Louis XIV en 1672 (édit exécuté en 1682) à l’ordre du Mont-Carmel et de St Lazare de Jérusalem. Les lieux étaient sans doute déjà en piteux état. Leurs derniers vestiges furent détruits au XIXe siècle.

L’époque révolutionnaire est marquée par la bataille de la Perche, remportée par Dagobert sur les Espagnols le 28 août 1793. Il faut aussi signaler qu’un natif de La Cabanasse fut député à la Convention : il s’agit de Laurent Delcasso, curé de Mont-Louis, qui remplaça le 13 août 1793 Jean-Baptiste Birotteau, lequel allait être guillotiné quelques semaines plus tard.

Dans son ouvrage de la fin du XIXe siècle consacré à la Cerdagne, Emmanuel Brousse signale l’existence d’une ferme-modèle aux Moulins, appartenant à un nommé Pierre Blanc (domaine de 18 hectares). Il mentionne aussi une fruitière fabriquant “un beurre délicieux”, ainsi qu’une importante sécherie de graines forestières.

La population a toujours été assez stable du XIXe siècle jusqu’aux années 1960, descendant rarement sous les 200 habitants, dépassant rarement les 300. Elle est en progression constante depuis le recensement de 1968 (452 habitants), atteignant 756 habitants en 2004, phénomène constaté pour la plupart des communes cerdanes.

L’église paroissiale

Dédiée à la Vierge, c’est un bâtiment de la fin du XIXe siècle (première pierre en 1877) ayant remplacé une chapelle devenue trop petite. De style néo-gothique, elle présente un mobilier sans grand intérêt, sinon quelques statues, dont une Vierge du XVIe siècle venue de l’église de la Perche.

Autres monuments et lieux à visiter

Contrairement à ce qu’on croit souvent, ce n’est pas à Mont-Louis, mais bien à la Cabanasse, que se trouve le monument dédié à Emmanuel Brousse, construit en 1930 par l’architecte Mas-Chancel, qui vivait à Catllar. C’est une tour pyramidale abritant un buste de bronze, à laquelle on a “coupé les ailes” lors de l’aménagement du rond-point autour du monument. Depuis le village,très coquet, divers chemins permettent des balades dans les environs.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Colomer, Boure, Capdet, Delcasso, Blanc, Blanqué, Aggeri, Arbos, Capdeville, Cristophol, Galte, Mirc, Baille, Batllo, Palau, Philip, Rogé, Vilalte.

1616: Jaume Cases, Esteve Cases, Joan Balaguer, Gerald Uriach (habitants de La Perche).

Autres liens sur le site

Le Train jaune à la Cabanasse (photo)

Liens internet

Le site de la commune

La commune en 1937 (annuaire-guide des P-O)

A 80 km de Perpignan, à 1,100 km de Mont-Louis.
436 habitants (le chiffre réel est 236).
Maire : Vigué Étienne. Adjoint : Delcasso Jh. Conseillers : Colomer P, Sauvian Ph, Philip M, Bonneil E, Philip L, Puig Jh, Artigues J, Santanach E.
Receveur buraliste : M Colomer.
Institutrice : Mlle Pyguillem.
Curé : Augé.
Fête locale : 15 août.
Café : Puig Pierre.
Charron forgeron : Ribo.
Cordonnier : Fabre Jacques.
Epiciers : Bigorre P, Delpech François, Puig André.
Exploitation forestière, scierie électrique : Tugas Joseph.
Hôtel-restaurant : Puig P (Gare), Hôtel Les Sorbiers, Clément Louis.
Limonadier : Philip M.
Menuisier : Puig Pierre.
Meunier : Banet François.
Pâtisserie, salon de thé, saison d’été : Clos Cerdan, Ribo R.
Vins : Bigorre Paul.

Retour à la liste des communes
Index