Calmeilles,

Calmella

Voir la liste des communes

L’ermitage de Nostra Senyora del Coll
Portail de l’église de Calmeilles

Superficie et situation géographique

Calmeilles est une commune de 1322 hectares, située dans le secteur méridional des Aspres, à proximité du Vallespir. La commune est traversée par la départementale 13, qui joint le col du Fourtou au col de Llauró en passant par Oms. Tout le territoire est recouvert d’une abondante végétation où dominent le chêne vert et le chêne liège. Au nord, la limite passe par uns série de crêtes culminant à Montner (782 mètres), éperon calcaire dressé parmi les schistes des Aspres. La limite méridionale est elle aussi constituée de crêtes, beaucoup plus boisées (Coll d’Arques, 618 mètres). Notons à l’ouest le ravin de la Bourbouille, qui rejoint la rivière de l’Ample, affluent du Tech venu de Prunet et Belpuig. Outre le village proprement dit, de nombreux mas, habités ou le plus souvent en ruines, occupent le territoire, les plus importants se situant au nord-est (mas d’en Gatounes, d’en Baux, d’en Lluis, d’en Linás).

Communes limitrophes : Prunet et Belpuig, Caixas, Montauriol, Oms, Taillet.

Première mention historique et origine du nom

La première mention remonte à l’an 853 sous la forme plurielle ipsas Calmezelas, mais la plupart des attestations suivantes nous donnent un nom au singulier : Calmicella (930), Chalmasella (1011), Calmedela (1121), les autres formes médiévales étant presque toujours Calmesela, Calmesella, Calmasella. Il faut attendre le XVIIe siècle pour trouver de façon systématique la graphie Calmella, francisée plus tard en Calmeilles.

Le mot calm, d’origine préromane, désigne un plateau dénudé. Il semble avoir pris ensuite le sens de “pâturage”. On y a jouté le suffixe diminutif latin –icella pour obtenir la forme Calmicella. On trouve également dans les Pyrénées-Orientales les lieux-dits Calmella (Prades) et Calmelles (Montbolo, Riunoguès).

Les recensements

Année :

2006

1999

1990

1982

1962

1901

1836

Habitants :

57

43

41

37

47

237

352

Maximum : 365 habitants (1841). Minimum : 37 habitants (1982).
Ne sont pas pris en compte les recensements antérieurs à 1831.

Bref aperçu historique

Dans les années 930-935, les lieux de Calmeilles et Carcassa (inconnu aujourd’hui sur les cartes) furent attribués par Charles le Chauve à Oliba, fils de Radulf Ier de Besalú, qui appartenait à la famille des comtes de Cerdagne. En 1011, le quart du territoire, propriété du monastère d’Arles, fut cédé en échange d’autres terres à Oriol d’Ogassa, dont le fils avait épousé la fille du comte de Cerdagne Oliba Cabreta. En 1121, l’ensemble de la seigneurie appartenait à une branche de la famille d’Oms, qui la conserva jusqu’à la fin du XVIIe siècle et résida apparemment sur place (voir le recensement de 1497). Le village avait son château, mentionné en 1359 (castell de Calmasolla), dont il reste quelques vestiges non loin de l’église. En 1692, Dorotea d’Oms, unique héritière de la famille et religieuse, fit don de la seigneurie au couvent des Dames du Saint-Sauveur, qui la conserva jusqu’à la Révolution.

Le village n’a jamais été très peuplé, mais, en 1841, il possédait quand même 365 habitants (record historique, sachant que le recensement de 1820, avec 384 habitants, est moins crédible). Eloigné de tous les axes de communication, Calmeilles s’est rapidement dépeuplé, tombant à 237 habitants en 1901, 157 en 1926, 116 en 1936, 90 en 1946, le chiffre le plus bas ayant été atteint en 1982 avec 37 habitants. Depuis, la population est stable, mais on ne peut pas dire que les chiffres aient vraiment remonté.

L’église paroissiale

Elle est dédiée à saint Félix (sant Feliu en catalan), et doit dater de la fin du XIIe siècle. C’est un petit édifice à nef unique, dont le chevet présente un intéressant décor architectural. Elle conserve plusieurs pièces intéressantes, notamment une Vierge à l’Enfant du XIIe siècle et des fonts baptismaux qui doivent dater de la construction de l’église. A noter aussi une Vierge gothique venant de l’ermitage de N.D del Coll, et des retables des XVIIe et XVIIIe siècles. L’église a été restaurée il y a quelques années.

Autres monuments et lieux à visiter

Le village, avec ses rues tortueuses, est petit mais charmant, et conserve les ruines du château médiéval.

Au nord, une visite s’impose à l’ermitage de Nostra Senyora del Coll (pèlerinage le 8 septembre), d’où l’on a une vue superbe sur les Aspres et sur la plaine. L’ermitage semble remonter au XVe siècle, mais l’abside est visiblement romane.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Baus, Ausseil, Grando, Descossy, Julia, Marty, Cantouern, Noguès, Parayre, Sola, Vila, Bouis, Gatounes, Roigt, Souniach.

1497 : Lorenç Bastó, Benet Bons (de Belpuig), Pere Boxet, Pere Boxó (de Saint-Marsal), Feliu, Bernat Fontdragó, Forto (perayre), Jaume Linàs, Guillem d’Oms (seigneur), Andreu Puget, Andreu Rey.

Autres liens sur le site

Liens internet

Renseignements complémentaires

Retour à la liste des communes
Index