Campôme,

Campome

Voir la liste des communes

Vue générale du village

Superficie et situation géographique

Campome est une petite commune de 526 hectares, située pour l’essentiel sur la rive droite de la Castellane qui, traversant le territoire d’ouest en est, lui sert de limite septentrionale. Coincée au nord et à l’ouest entre les communes de Mosset et de Molig, elle parvient cependant à s’étendre vers le sud, où à travers le vaste plateau de Fornols, elle rejoint le Pla de Valençó (ou Balençou). Outre le village, les lieux habités furent autrefois le château de Paracolls (dressé sur un piton face aux bains de Molig), le hameau de Croells et le village de Fornols. Limité à une soixantaine d’hectares, le territoire agricole est essentiellement planté en arbres fruitiers (pommiers et pêchers).

Communes limitrophes : Mosset, Molitg, Cattlar, Ria-Sirach.

Première mention historique et origine du nom

Première mention en 901 sous la forme Campo ultimo, qu’il est facile d’interpréter comme “le dernier champ”. Il faut pour comprendre cette expression se dire que Campome faisait au Moyen Âge partie du territoire de Molitg, il s’agit donc du dernier champ de ce territoire. Le nom a ensuite évolué pour devenir Campoltme, puis Campolme, et enfin Campome. Pour des raisons dont elle seule a le secret, la langue française a cru bon d’ajouter sur le o un accent circonflexe totalement injustifié.

Le lieu de Paracolls désigne un ouvrage fortifié pour la défense d’un col (latin para = défense). Croells évoque soit des petites croix gravées (servant à matérialiser une limite de territoire), soit un carrefour de chemins. Enfin Fornols doit son nom à des petits fours (peut-être pour traiter le minerai de fer, ou bien tout simplement des fours à chaux ou à briques).

Les recensements

1999

1990

1982

1901

1836

110

121

104

276

365

Bref aperçu historique

L’histoire de Campome est indissociable de celle de Paracolls, dont le château médiéval ruiné domine les gorges de la Castellane. C’est l’une des plus anciennes forteresses du Conflent, déjà citée en 948 (castrum Paracollis). A la fin du XIe siècle, la seigneurie était détenue par une famille dite de Paracolls, qui la conserva jusqu’à la fin du XIIIe siècle. Elle passa ensuite, après être devenue possession royale vers 1295, entre les mains des familles Caramany, Tregura, Vilanova et Llupià. Gaspar de Llupià acquit cette baronnie en 1636. Elle comportait, outre le château de Paracolls, les lieux de Molig, Coma, Estanyils, Campome, Fornols et Croells.

Au moyen âge et sous l’ancien régime, Campome était surtout connu pour sa forge (le mas de la Farga existe toujours au nord-ouest du village, non loin du cimetière), exploitée par le seigneur de Paracolls, qui entra en conflit à son sujet avec celui de Mosset à la fin du XVIe siècle. L’apparition tardive d’une église paroissiale montre que le village n’était sans doute guère important. Quant à Fornols, autre dépendance de Paracolls, village qui ne fut sans doute jamais très peuplé, il devait déjà être presque abandonné au XVIIe siècle, son église étant devenue un ermitage à cette époque.

La population a atteint son record en 1836 (365 habitants), l’exode rural se faisant sensible dès la fin du XIXe siècle (276 habitants en 1901). Elle n’a ensuite cessé de décroître : 178 habitants en 1926, 105 en 1954, les chiffres étant ensuite restés stables juste au-dessus de la barre des 100 habitants.

L’église paroissiale

Il s’agit d’un édifice construit en 1671, profondément remanié au XIXe siècle et dédié à la Vierge. Le retable du maître-autel se compose de deux parties, l’une contemporaine de la construction de l’église, l’autre (XVIIIe siècle sans doute) ayant été apparemment rajoutée pour abriter la statue de saint Christophe, venue de l’ancienne église de Fornols. A noter une Vierge du XVIe siècle, originaire de Corbiac.

Autres monuments et lieux à visiter

Si l’église ne présente qu’un intérêt mineur, le village est charmant, et, au hasard de ses petites rues, on découvre plusieurs fours à pain incrustés dans les façades.

Une petite ascension permettra d’atteindre les ruines du château de Paracolls, avec sa citerne et sa chapelle romane dédiée à saint Pierre.

Pour atteindre Fornols, deux possibilités, sur des pistes dont je ne connais pas l’état actuel : l’une part du village de Campome, l’autre du Pla de Valençó, que l’on peut atteindre depuis Prades (derrière le lycée). L’église romane Saint-Christophe est malheureusement elle aussi en ruines.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Combaut, Mestres, Fabre, Saget, Julia, Rousse, Serre, Laguerre, Sarda, Signé, Balagué, Boré, Cassoli, Salies, Solé.

1497, Fornols : Pere Balaguer, Miquel Balaguer.

Autres liens sur le site

Lieux à visiter : la vallée de la Castellane.

Liens internet

Renseignements complémentaires

Retour à la liste des communes
Index