Cassagnes,

Cassanhes (occitan)

Voir la carte

Maps by
www.expediamaps.com

Voir la liste des communes

Vue générale du village

Superficie et situation géographique

Cassagnes est une commune de 1515 hectares, située en Fenouillèdes (canton de Latour-de-France). Le village est entièrement dédié à la vigne, qui constitue l’essentiel du paysage, sur un sol où dominent le gneiss et le granit. A noter cependant la présence de zones boisées : à l’ouest au lieu-dit la Devèze, et surtout à l’est avec l’important bois de Cuxous, qui se prolonge au sud jusqu’au Bac de Pleus (où s’était installé pendant la dernière guerre un petit maquis venu de Millas, dont les membres seront à l’origine du maquis de Valmanya).

Communes limitrophes : Rasiguères, Panèzes, Latour-de-France, Montner, Bélesta-de-la-Frontière, Caramany.

Première mention historique et origine du nom

Première mention en 889, sous la forme Cassanias. Le toponyme ne pose aucun problème de compréhension : il désigne un bois ou une forêt de chênes (pré-roman casso = chêne). La forme catalane serait Cassanyes.

Le toponyme Cuxous (Cuixós) vient d’un nom de personne latin, Coccius, avec adjonction du suffixe -ones. C’est donc au départ le domaine de Coccius.

Les recensements

1999

1990

1982

1896

1834

201

179

188

370

312

Bref aperçu historique

Comme beaucoup de communes du Fenouillèdes, Cassagnes n’a jamais été sérieusement étudié par les historiens, les documents concernant le village sont rares, et on est hélas obligé de se contenter de quelques approximations.

Le lieu de Cuxous est mentionné dès 845, son église dédiée à saint Cyprien appartenant alors à l’abbaye de La Grasse. Le château pourrait dater du XIIIe siècle, et il est fait mention au XIVe siècle d’un donzell (damoiseau) Pierre de Cuxous, possédant au nom de Bernat d’Axat plusieurs fiefs, notamment Rodès et Rupidera en Conflent. On peut raisonnablement penser qu’il était aussi seigneur de Cuxous. La moitié de la seigneurie fut vendue en 1590, il y avait alors dix habitants à Cuxous. En 1781, le seigneur des lieux était Jérôme de Roig, qui habitait le château en compagnie de son épouse Jeanne-Marie de Barre Davejean (26 autres personnes vivaient également à Cuxous). Il semble qu’à la même époque l’autre moitié de la seigneurie était détenue par le sieur de Roquefort du Vivier, doyen du chapitre de Saint-Paul de Fenouillet. Le château de Cuxous, profondément remanié au XIXe siècle, est encore habité aujourd’hui. Quant à ses dépendances et à l’important domaine viticole qui l’entoure, la mairie de Cassagnes en a fait l’acquisition il y a quelques années.

Cassagnes est pour sa part mentionné en 889 : le monastère de Saint-Polycarpe de Razès y a quelques possessions. Par la suite, très peu de documents connus, et donc le flou le plus total. En 1750, le sieur de Clerc était seigneur de Cassagnes, mais le roi possédait aussi des droits sur le village.

Tout cela est bien maigre. Dès le XVIIIe siècle, une importante partie du territoire était plantée en vignes. Depuis, le vignoble s’est considérablement étendu, occupant quasiment 100 % de la superficie agricole totale. La population n’a jamais été considérable, le maximum datant apparemment de 1818 (477 habitants), mais les recensements n’étaient pas encore très fiables. Mieux vaut retenir le chiffre de 374 habitants atteint en 1861. Par la suite, on assiste à une lente érosion, et aujourd’hui la population tourne autour des 200 habitants.

L’église paroissiale

Dédiée à la Vierge de l’Assomption, c’est un édifice d’origine romane profondément remanié par la suite (sans doute au XVIIIe siècle). Deux retables du XIXe siècle nous donnent une bonne idée de ce qu’était l’art sulpicien. Le clocher-tour date de 1881.

Autres monuments et lieux à visiter

Le village possède de charmantes rues et ruelles, ainsi qu’une porte de ses anciennes fortifications.

Sur la route de Latour-de-France, se dresse le château de Cuxous, avec une intéressante chapelle romane, voire préromane (chevet rectangulaire), qui a subi d’importantes retouches au XIXe siècle. Elle est dédiée aux saints Cyprien et Corneille. Non loin de Cuxous, on peut se promener sur le sentier d’Emilie, qui permet de découvrir d’imposants murs de pierres sèches et de superbes cabanes (voir autres liens sur le site).

Une autre balade permet d’aller jusqu’au pic Aubeill (ou Albell), et, si on le souhaite, de rejoindre Bélesta en passant par l’ancienne église de Jonquerolles (voir Bélesta-de-la-Frontière). On peut enfin, depuis le village, serpenter entre les vignes pour gagner le site du barrage sur l’Agly, que l’on aperçoit depuis la charmante aire de pique-nique du Bousquet.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Massé, Pélissier, Crabier, Dabat, Duchand, Delonca, Girand, Bournet, Trousseu, Barraut, Izard, Sire, Delmas, Benassis.

Cuxous en 1781 : de Roig, de Cuchoux, Duchamps, Durand, Labaut, Colomet, Pastouret, Bourrat, Alibert, Dabat, Potte.

Autres liens sur le site

Lieux à visiter : de Cuxous à saint-Martin.

Liens internet

Tout sur la commune de Cassagnes, avec une superbe page consacrée aux cartes postales anciennes du village.

La commune en 1936

A 33 km de Perpignan. 359 habitants. Altitude : 398 mètres.

Produits : vins, fruits, légumes.

Curiosités : Fontaine et château du Cuchous (sic).

Sociétés mutuelles : la Fraternelle, la Solidarité.

Coopérative de vinification.

Maire : Barraut Amédée. Adjoint : Catala François. Conseillers : Palmade Auguste, Massé Marcel, Delonca Jean, Trousseu Honoré, Bénézet Paul, Sire Elie, Couronne Emile, Mathieu Augustin.

Secrétaire de mairie : Emile Ribo. Curé : Py Jean. Facteur receveur : Ribo. Employé PTT : Fois. Instituteur : Pagès Pierre. Garde : Palau Rémy. Cantonnier : Izard Louis. Receveur buraliste : Massé Antoine.

Autobus : Segura (de Cassagnes à Estagel). Bouchers : Cauneil Noël, Sire Pierre. Boulanger : Briu Roch. Cafés : Crabie Louis, Bourreil Jean. Epiciers : Izard François, Izard (Vve), Oulès Léona, Tarrène Antoine. Forgerons : Dabat Baptiste, Sire Jean. Maçons : Bourreil Jean, Clotes. Maréchaux-ferrants : Dabat Baptiste, Sire Jean. Menuisier : Izard François.

Château de Cuchos (sic) : Pierre de Boixo.

Retour à la liste des communes
Index