Caudiès-de-Conflent,

Cauders-de-Conflent

Voir la liste des communes

Superficie et situation géographique

Caudiès-de-Conflent est une commune de 649 hectares, située dans les Garrotxes, à la limite du Conflent et du Capcir. Il est bien difficile d’accéder à ce minuscule village loin de tout. Seule route à peu près acceptable : la route de la Llagonne à Ayguatebia, dont un embranchement permet de rejoindre Caudiès (on peut aussi y accéder depuis Matemale et Railleu). Dans ces conditions, on ne s’étonnera pas que Caudiès détienne depuis plusieurs recensements le record de la commune la moins peuplée du département (talonnée cependant par Sansa).

Le paysage est dominé au nord et à l’ouest par les sommets arrondis séparant le Conflent du Capcir : puig de la Socarrada, coll del Torn, puig del Caputxet, puig Dormidor (2042 m). Une grande partie du territoire est occupée par la forêt domaniale de la Coma de l’Ega, lieu d’estive très fréquenté par les troupeaux.

Communes limitrophes : Railleu, Ayguatebia, La Llagonne, Matemale.

Première mention historique et origine du nom

Le nom vient du latin caldarius (= chaudière, chaudron, étuve). Comme il ne semble pas y avoir de sources d’eaux chaudes dans la commune, il faut penser que le terme a été employé de façon métaphorique, avec le sens géographique de cuvette.

Première mention en 1130 sous la forme Calders. C’est en 1750 qu’on rencontre pour la première fois le nom composé Caudies en Conflent.

Les recensements

1999

1990

1982

1901

1836

06

02

02

119

153

Bref aperçu historique

Cité tardivement dans les textes (1130 : honor de Calders), le lieu était en 1217 une forteresse (forcia de Calders), détenue par Morer de Serrat pendant le dernier quart du XIVe siècle. Le village fut incendié par les Français au milieu du XVIIe siècle, et ce n’est qu’en 1683 qu’il fut partiellement repeuplé par huit habitants d’Ayguatebia, à la demande de Francesc de Grimau, époux de Marina de Llupià, détentrice de la seigneurie des lieux. Cette famille Grimau-Llupià conserva la seigneurie de Caudiès jusqu’à la Révolution, par l’intermédiaire des Torralba, qui en étaient les descendants.

Les vicissitudes historiques et la situation géographique de Caudiès font que la population n’a jamais été très importante. On note cependant une assez forte croissance au XIXe siècle, puisque on passe de 153 habitants en 1836 à 207 en 1877. Ensuite commencent l’exode rural et un déclin très rapide : 119 habitants en 1901, 85 en 1926, 44 en 1946, 22 en 1954, 2 en 1982 et 1990. Attention cependant, la population a été multipliée par trois en neuf ans, puisqu’on en est aujourd’hui à 6 habitants. Est-ce le premier signe du redressement ?

L’église paroissiale

Citée dans les textes en 1375, elle est dédiée à saint Martin. Elle a été entièrement reconstruite à partir de 1683 sur les ruines de l’ancien château de Caudiès. A noter la chapelle du Rosaire (1701), une cuve baptismale du début du XVIIIe siècle, deux Christ et quelques statuettes.

Autres monuments et lieux à visiter

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Roig, Grand, Monet, Goze, Rous, Nodeillo, Gran, Sicre, Fourrique, Bonnemaison, Bataille, Trougno.

Autres liens sur le site

Liens internet

Renseignements complémentaires

Retour à la liste des communes
Index