Clara,

Clarà (ou Clerà)

Voir la liste des communes

Une rue de Clara

Superficie et situation géographique

D’une superficie de 870 hectares, Clara (ou Clara-Villerach) est une commune située en Conflent, au sud-est de Prades. Traversée par le Lliscou (ou Llescó), affluent de la Tet, elle s’élève vers le sud et le Canigou, culminant au roc Mosquit (1901 mètres), limite méridionale de la commune. Celle-ci comprend aussi le petit village de Villerach (auquel on accède plus facilement depuis Los Masos), qui lui a été rattaché en 1822. Autre site autrefois habité : Sant-Esteve de Pomers, à l’est du village de Clara, avec les restes de son église et de son château.

Communes limitrophes : Los Masos, Estoher, Taurinya, Prades.

Première mention historique et origine du nom

Mentionné sous la forme Villa Clerani en 878, puis Clarianum en 879 (à noter aussi en 879 la basilica S Martini Clarinianum), le nom de la commune hésite à partir du XIVe siècle entre les formes Clarà et Clerà, la première s’étant par la suite nettement imposée.

Signification : le domaine de Clarus, nom de personne latin (clarus = clair, brillant, illustre). Le suffixe latin –anum, utilisé dans la formation des noms de domaines romains ou gallo-romains, est devenu –à en catalan.

Beaucoup plus rare en pays catalan, le suffixe –acum sert lui aussi à former des noms de domaines. Villerach pourrait ainsi être le domaine de Villarius, mais la première mention connue (Belerac, 1173) nous invite à la prudence.

Les recensements

2005

1999

1990

1982

1901

1836

226

164

153

119

398

276

Bref aperçu historique

L’histoire de Clara reste à faire. On sait simplement que le village dépendait de Saint-Michel de Cuixà, ce qui fait bien peu de choses. Sant-Esteve de Pomers est mieux documenté, du moins aux alentours de l’an Mil. Son château existait déjà au IXe siècle, il appartenait alors au comte Salomó de Cerdagne. C’est là que fut rédigé le plus ancien document écrit médiéval du Roussillon, relatif à un litige concernant la villle de Prades (865). On a du mal à comprendre quelle pouvait être l’importance stratégique de ce lieu, aujourd’hui quasiment inaccessible et dont il ne reste, outre l’église, que les fondements d’une tour carrée. Il semble que Villerach ait été construit plus tardivement, au moment où le château de Pomers perdait de son importance. Les deux lieux avaient en tout cas le même seigneur, et appartenaient à la veille de la Révolution à une famille Vilar.

La population de Clara-Villerach n’a jamais été très importante. Le premier recensement de feux (“fogatge”) date de 1365-70 et donne 12 feux à Clara et 5 à Villerach. Au XVe siècle, les chiffres sont si bas qu’on se demande s’ils tiennent bien compte de la réalité : 2 feux à Clara et 1 à Villerach. A la fin du XVIIIe siècle, on compte 157 habitants à Clara et 96 à Villerach. Chose curieuse, c’est en 1901 que la population atteint son chiffre le plus important (398 habitants), peut-être en raison de l’exploitation importante du fer du Canigou à cette époque. Depuis, les chiffres ont considérablement baissé (106 habitants en 1975), mais on a constaté ces dernières années une hausse non négligeable (164 habitants d’après les chiffres définitifs du recensement de 1999, et 226 selon le recensement de 2005).

L’église paroissiale

L’église de Clara est dédiée à saint Martin. On a vu plus haut qu’elle était citée dès l’an 879 (c’est là que s’étaient réunis les moines d’Eixalada après la destruction de leur abbaye en 878, et avant de construire Saint-Michel de Cuixà). Mais le bâtiment actuel est d’époque romane. Il a été considérablement remanié dans les siècles suivants, et possède quelques retables intéressants.

L’église de Clara
et celle de Villerach

Autres monuments et lieux à visiter

Villerach possède bien sûr sa propre église, dédiée à saint Sylvestre, édifice qui semble remonter au XVe siècle. L’église de Saint-Esteve de Pomers, devenue ermitage au XVIIe siècle, est beaucoup plus ancienne, puisqu’elle possède un chevet d’époque préromane.

Revenons à Villerach pour signaler un très beau dolmen (accessible depuis Los Masos), situé juste à la limite entre le village et Los Masos. Appelé tantôt la Lloseta, tantôt la Barraca de la Llosa, il possède dix-huit cupules hémisphériques gravées sur la dalle de couverture. Il existe un autre dolmen ruiné au col de la Creu (limite avec Prades).

La commune de Clara est le point de départ de randonnées ou de balades vers le Canigou. A signaler notamment un superbe chemin (il part de Taurinya mais on le rejoint depuis Clara) qui s’élève vers le roc Mosquit (ascension difficile vers le roc) et les Cortalets, et traverse le lieu-dit Llasseres (à la limite entre Taurinya et Clara), petit hameau pastoral entièrement construit en pierres sèches, avec de suberbes orris (grandes cabanes pour la confection des fromages) aux dimensions et à l’architecture exceptionnelles.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Aubert, Monsegueur, Monceu, Bailbé, Capdet, Romeu, Guillo, Bonnemaison, Radondi, Sicart, Paren, Marsal, Calcet, Bonnemaysou, Laurency, Ollo, Rispalt, Sens.

1497 : Peyrot de Vilarach, En Figueres (Villerach), Johan Perpinyà (Clara), la liste étant sans doute incomplète, mais les habitants ne devaient pas être très nombreux à la fin du XVe siècle.

Autres liens sur le site

Liens internet

La commune en 1937 (annuaire-guide des P-O)

A 49 km 500 de Perpignan, à 6 km de Prades. Altitude : 668 mètres. 168 habitants.

Productions : fruits, vins, primeurs.

Fêtes locales : dimanche de Quasimodo, 11 novembre (le 1er janvier pour Villerach).

Société mutuelle : la Claranaise.

Maire : Monceu Pierre. Adjoint : Delclos Pierre. Conseillers : Romeu A, Parent A, Lafage J, Capdet L, Selve Fr, Parent P, Dureu Fr, Coma A, Delclos.

Receveur municipal : Fonsagrive, à Prades. Facteur : Trilles. Instituteur : Durand François. Garde : Fourcade Auguste. Curé : P. Gabriel.

Agriculteurs propriétaires : Bailbé Joseph, Ollo Joseph, Guillo Rose, Romeu Pierre, Delos Jean, Parent Paul, Delclos François, Marcel Etienne, Albert Albert, Capdet Joseph.

Cafés : Ollo Joseph, Parent (Villerach). Epicier : Ollo Joseph. Journaux (correspondant) : Ollo Joseph (“la Dépêche”). Tabacs (débit de) : Ollo Joseph.

Hameau : Villerach.

Retour à la liste des communes
Index