Les Cluses,

Les Cluses ou La Clusa

Voir la liste des communes

Restes de fortifications romaines (la Clusa d’Amunt)
Façade de l’église des Cluses

Superficie et situation géographique

Les Cluses est une commune de 891 hectares, située des deux côtés de la route qui monte au Perthus, dans la vallée de la Roma (ou Rom), rivière qui rejoint le Tech au Boulou et qui reçoit dans la commune les eaux de la Coma Boquera. Elle est formée de trois hameaux différents : la Clusa d’Avall (où se construisent les nouvelles maisons), la Clusa del Mig (qui abrite la mairie) et la Clusa d’Amunt, où se trouvent l’église paroissiale et d’importants vestiges romains. Nous sommes dans le massif des Albères, au milieu d’une importante végétation de chênes verts et de chênes-liège, ces derniers alimentant les bouchonniers des communes voisines. A noter plusieurs mas au nord-est, dont celui de la Calcina, où se trouve une petite église dédiée à saint Pierre, qui corespond à un village médiéval appelé Llaner.

Communes limitrophes : Le Perthus, Maureillas-Las Illas, Le Boulou, Montesquieu, l’Albère.

Première mention historique et origine du nom

La première mention remonte à l’an 673, sous la forme Castrum Clausuras. Le latin clausura a le sens de défilé, passage étroit, refermé, par métonymie forteresse gardant un tel passage. A partir de 844, on rencontre la forme Clusas, qui a le même sens (latin clausus, participe passé de claudere = fermer). Tout au long du Moyen Âge, on trouve le nom écrit tantôt au singulier, tantôt au pluriel. la forme plurielle s’explique sans doute par le fait que deux fortifications antiques surplombaient les deux rives de la rivière Roma.

Pendant très longtemps, une grossière cacographie a transformé Les Cluses en L’Ecluse, comme si la Roma avait été une voie navigable ! Cette graphie fautive s’est rencontée à quelques reprises au moyen âge dans des textes français (1285 : Passum Eclusoe, 1476 : Lescluse). Elle se systématise au XVIIIe siècle, et se retrouve officialisée par la carte de Cassini (vers 1790). Après de nombreuses requêtes (la première datant de 1836 !), la municipalité a fini par obtenir le retour à la graphie convenable le 18 novembre 1984.

Les recensements

1999

1990

1982

1901

1836

221

165

148

101

345*

* en 1836, Les Cluses et le Perthus formaient une seule commune.

Bref aperçu historique

L’histoire de la commune remonte forcément au moins à l’époque romaine. La via Domitia, menant aux cols de Panissars et du Perthus, devait franchir aux Cluses un passage étroit nécessitant une importante surveillance. D’où la construction de fortifications sur les deux rives de la Roma.

Sur la rive gauche, on aperçoit encore les restes d’une tour, là où passait la voie romaine, cette tour étant elle-même surmontée d’une importante fortification, plus connue sous le nom de castell dels Moros (on a souvent attribué aux arabes des constructions dont ils n’ont jamais été les auteurs). Sur la rive droite, là où se trouve l’église paroissiale, une autre forteresse romaine finissait de boucler un système défensif impressionnant. Ce système semble avoir été conservé au moyen âge, jusqu’au moment où la construction du fort de Bellegarde, au début du XIVe siècle, l’a rendu totalement inutile.

Une famille seigneuriale dite de les Cluses apparaît au XIe siècle. Mais il semble que les comtes de Besalú avaient acquis des droits sur cet important point stratégique. Par la suite, c’est au comte d’Empúries que les divers possesseurs de la seigneurie jurent fidélité. Parmi ceux-ci, les Capmany, les Serrallonga, puis les d’Oms, qui détinrent la seigneurie jusqu’en 1670. En 1674, confisquée par Louis XIV, cette seigneurie passa aux mains d’Alexandre du Vivier, dont la famille la conserva jusqu’à la Révolution.

Au XIXe siècle, le premier recensement digne de foi donne une population de 345 habitants en 1836 (397 en 1846), mais à cette époque la commune du Perthus n’existait pas : sa création date de 1851, et le recensement de cette même année ne donne plus que 129 habitants aux Cluses. Par la suite, la population a beaucoup baissé, le chiffre le plus bas datant de 1962 (49 habitants). Depuis, la situation s’est redressée, avec de nombreuses constructions disséminées sur les trois hameaux, mais surtout à la Clusa d’Avall. La population totale pour 1999 est de 221 habitants.

L’église paroissiale

Dédiée à la Vierge et à saint Nazaire, c’est un édifice important par ses dimensions, et ce dès sa construction : il s’agit d’un édifice préroman à trois nefs, les trois absides étant incluses dans un grand mur plat à l’extérieur. On date cette construction du Xe siècle, avec divers aménagements aux XIIe et XIVe siècles. L’église était incluse dans le système de fortification, constituant l’aile nord du château médiéval de la Clusa. Elle abrite dans son abside une très belle fresque du XIIe siècle, qui semble due au même peintre qu’à Saint-Martin de Fenollar. A noter aussi une inscription funéraire datant de 1291.

Autres monuments et lieux à visiter

Les vestiges romains constituent l’essentiel des monuments à visiter sur la commune. Divers chemins permettent d’y accéder. Il faut en particulier suivre la via Domitia, et gagner le col de Panissars (commune du Perthus), avec les vestiges de ce qui semble être le Trophée de Pompée. A voir aussi, près du mas Calcina, la petite église de Saint-Pierre de Llaner, édifice à nef unique terminée par une abside semi-circulaire.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Taulera, Cardonne, Calcine, Jouanole, Marill, Guisset, Jammet, Bardes, Marcé, Barrie, Parset, Payroutou.

Autres liens sur le site

Liens internet

La via Domitia
Les Cluses sur le site du Conseil général

Renseignements complémentaires

Retour à la liste des communes
Index