Corbère,

Corbera

Voir la carte Maps by
www.expediamaps.com

Voir la liste des communes

Le château et le village ruiné de Corbera de Dalt

Superficie et situation géographique

Corbère est une commune de 734 hectares, du moins depuis 1856, date de sa séparation d’avec Corbère-les-Cabanes (l’ensemble des deux communes atteint 1148 hectares). La limite septentrionale est constituée par le canal de Thuir, le territoire étant situé en plaine entre ce canal et celui de Corbère. Puis on s’élève peu à peu jusqu’à l’ancien hameau de Cortals, à Corbera del Mig et au château, séparé de l’ancienne église de Sant Pere del Bosc par le ravin de la Coma. Nous sommes alors en terrain schisteux, sur les premiers contreforts des Aspres. Çà et là, cependant, émergent des mamelons calcaires, le plus connu étant la colline de Montou (territoire de Corbère-les-Cabanes).

Communes limitrophes : Corbère-les-Cabanes, Millas, Ille-sur-Tet, Saint-Michel-de-Llotes, Caixas, Camélas.

Première mention historique et origine du nom

Corbère est formé sur une racine CORB utilisée dans de nombreux toponymes, par exemple Corbiach ou la chaîne des Corbières. A priori, le mot paraît provenir du latin corvus (= corbeau) et désignerait des éminences où le corbeau aurait l’habitude de venir voler ou nicher. Cependant, une autre interprétation ferait de CORB une variante de la racine pré-indo-européenne KAR (= rocher, colline rocheuse). Il est bien difficile de trancher entre ces deux solutions.

Première mention : Corbaria (953).

Les recensements

1999

1990

1982

1896

1834

551

442

420

370

312

Bref aperçu historique

L’histoire de Corbère est celle d’un perpétuel déplacement. Au départ, l’église de Sant Julià de Vallventosa et celle de Corbera del Bosc ont dû constituer les noyaux de petits villages. La construction du château (XIIIe siècle) marque un premier transfert, le village (Corbera de Dalt) venant se blottir au pied de la forteresse. Mais le territoire ainsi délimité est trop petit, et de nombreux cortals se bâtissent vers le nord, ainsi que des maisons : naissent alors Corbera del Mig, puis le hameau des Cortals, où est édifiée l’église paroissiale, qui date du XIXe siècle. Pendant ce temps, autour d’ue auberge appelée la Cabana, s’étaient construites plusieurs maisons qui allaient devenir village : il s’agit de Corbère-les-Cabanes, séparé de Corbère en 1856, après des années de conflits souvent violents.

L’église paroissiale

Située à Corbera del Mig et dédiée à saint Pierre, elle a été construite en 1851. Si son mobilier, néo-gothique, ne présente qu’un intérêt limité, on s’intéressera au portail en marbre d’époque romane, qui fut autrefois celui de l’église de la Rodona à Ille-sur-Tet. Mais la pièce majeure est un Christ en Croix du XVIe siècle, provenant de l’église de Dalt (où il avait été volé en 1962 avant d’être récupéré deux ans plus tard), une oeuvre qui rappelle par sa facture le Christ rhénan de la cathédrale Saint-Jean à Perpignan.

Autres monuments et lieux à visiter

Le sentier d’Emilie, partant au-dessus de la mairie, nous conduit, à travers ce qui fut autrefois le bois seigneurial, jusqu’au château, construit à partir du XIIIe siècle, la partie la plus ancienne étant la tour occidentale, contre laquelle se sont appuyés les autres bâtiments. L’ensemble du château a été restauré dans les années 70.

A côté du château, l’église de Nostra Senyora de la Pera (N.D. de la Poire), d’abord chapelle du château puis église paroissiale au XVIIe siècle, fut bâtie au XIVe siècle. On y remarquera surtout le superbe retable du maître-autel, réalisé par le sculpteur Louis Ribera à partir de 1704.

En contrebas, vers le sud, on découvre les maisons ruinées du village de Corbera de Dalt, le chemin descendant jusqu’à un vallon qu’il faut traverser pour gagner l’église romane de Sant Pere del Bosc, récemment restaurée, un modeste bâtiment maintes fois célébré par le poère J.S. Pons.

De retour au village, on s’attardera sur les maisons anciennes, certaines conservant des restes d’avant-toits en tuiles peintes. D’autres promenades sont possibles, notamment celle qui conduit à la Galiana et à l’église pré-romane de Sant Julià de Vallventosa. Depuis le château, on peut aussi gagner l’ermitage de Saint-Maurice de Graulera, situé sur la commune d’Ille.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Pour Corbère et Corbère les Cabanes : Tixador, Roig, Pons, Rebardy, Bousquet, Bourret, Pouil, Rondes, Brial, Doutres, Fabresse, Ponsich, Tarris, Carmagnes, Rainet, Faliu.

1497 : Calbet, Caramanyes, Coma, Costa, Fabresse, Gili, Pont, Puiol.

1300-1330 : Aost, Aulius, Auriol, Batlle, Baró, Bernat, Capell, Celera, Coma, Egidi (= Gili), Fabre, Ferriol, Fuster, Geli, Genoer, Gest, Guila, Guinard, Jaubert, Matfred, Perer, Ramon, Ribera, Ses Heres.

Autres liens sur le site

Lieux à visiter : Corbère
Les communes du département : Corbère-les-Cabanes.
Cartes postales anciennes : Corbère et Corbère-les-Cabanes
Cartes postales anciennes et agricoles : liste complète.
Les histoires qui font l’Histoire : La sagesse de nos ancêtres
Les histores qui font l’Histoire : Quand deux communes se séparent

Liens internet

Corbère sur le site du Conseil général

La commune en 1936

Altitude : 293 mètres. A 21 km de Perpignan. 523 habitants. Fête locale : 18 janvier. Foire : 1er lundi d’octobre.

Produits : Huiles, vins, primeurs.

Curiosités : Ancien château, chapelle de Saint-Pierre.

Sociétés mutuelles : La Fraternelle, la Concorde.

Maire : Joseph Maillols. Adjoint : Saury Pierre. Conseillers : Bellach, Marty, Barnole, Bourgat, Carrère, Parahy, Maillols-Reynes, Surjus.

Secrétaire de mairie : Calvayrach. Curé : Planel. Receveur PTT : Solère. Instituteur : Calvayrach. Institutrice : Mme Tixador.

Société sportive : La Corbérienne (tir).

Autobus : Grill.

Boucher : Grando. Boulangers : Coubry, Riu. Cafés-restaurants : Canavy, Marty. Coiffeurs : Bourret, Roig, Ros. Couturières : Parahy, Vve Mary, Mélanie Doutres. Epiciers : Canavy, Gras. Forgeron, maréchal-ferrant : Maillols Fortuné. Menuisier : Pons S. Tabacs : Bourret P. Vins : Bonafos, Grieu.

Château : M. Sire de Vilar, propriétaire.

Retour à la liste des communes
Index