Corneilla-de-Conflent,

Cornellà de Conflent

Voir la liste des communes

Portail de l’église de Corneilla

Superficie et situation géographique

Corneilla est une commune de 1102 hectares située en Conflent, sur la rive droite de la Tet, à proximité de Villefranche. Depuis Villefranche, on accède au village par la route de Vernet-les-Bains, qui longe la rivière du Cadí (ou Cady), affluent de la Tet. Sur le territoire de Corneilla, le Cadí reçoit les eaux du Riu de Fillols et du Riu de Sant Vicens (venu de Vernet). Le nord de la commune est également traversé par le canal de Bohère. Le sol calcaire a permis la formation de nombreuses grottes, dont on croit généralement à tort qu’elles font partie de la commune de Villefranche : grottes d’Embullà (ou des Ambouillas), des Canalettes et des Grandes Canalettes. De même, c’est à Corneilla que se trouvent les célèbres carrières de marbre rose dit “de Villefranche”. On a également exploité des gisements de talc et de manganèse. Essentiellement consacrées aux arbres fruitiers, les terres cultivables n’occupent qu’une faible partie de la commune.

Communes limitrophes : Villefranche-de-Conflent, Fuilla, Vernet-les-Bains, Fillols, Ria-Sirach.

Première mention historique et origine du nom

Première mention en 901 (Cornelianum). Le nom désigne le domaine de Cornelius, gentilice latin qui a donné également dans le département Corneilla-la-Rivière et Corneilla-del-Vercol. Le suffixe latin -anum devient -à en catalan.

Les recensements

1999

1990

1982

1901

1836

434

417

397

679

509

Bref aperçu historique

L’occupation préhistorique est attestée par la découverte, aux grottes d’Embullà, de gisements datant du Paléolithique supérieur et du Paléolithique moyen. A noter aussi deux dolmens, aux lieux-dits el Corbatorat et el serrat d’en Perot, ainsi que des roches à cupules.

Corneilla fut à partir du Xe siècle, et peut-être avant, la résidence préférée des comtes de Cerdagne, qui y firent bâtir un château au XIe siècle (palatium Cornelani, 1047). Dans son testament de 1094, le comte Guillem Ramon avait prévu de fonder un prieuré de chanoines augustins, ce que réalisa deux ans plus tard son fils, Guillem Jordà, avant de partir en croisade (fondation en 1097). Au cours des siècles suivants, le prieuré, qui détenait bien évidemment la seigneurie du village, eut une importance croissante, acquérant de nombreux biens en Conflent et en Cerdagne. Son déclin commence au XVe siècle, mais jusqu’à la Révolution le prieur restera seigneur de Corneilla. A noter un autre lieu habité au Moyen Âge : Saint-Clément de Sagamà, à l’ouest de la commune (près de la limite avec Fuilla), avec son château, qui fut habité dans la première moitié du XXe siècle par Georges-Daniel de Monfreid, peintre, disciple de Gauguin (mort à Corneilla en 1929), puis par son fils, l’écrivain Henri de Monfreid.

Le premier recensement fiable (1836) signale une population de 509 habitants. Le record est atteint en 1901 avec 679 habitants : c’est l’époque où on exploite carrières et gisements miniers, ce qui explique que, malgré l’exode rural, il n’y ait pas eu à cette époque de déclin démographique. Ce déclin devient surtout sensible après la deuxième guerre mondiale, mais n’atteindra jamais des proportions catastrophiques. Après un minimum en 1975 (365 habitants), la population est même repartie à la hausse ces dernières années.

L’église paroissiale

Dédiée à la Vierge, son existence est attestée en 1018 (testament de la comtesse de Cerdagne Guisla). Elle devient siège d’un prieuré et s’agrandit considérablement à partir de 1097, puis dans le dernier quart du XIIe siècle. L’église est sans doute l’une des plus belles du département. On remarquera notamment le magnifique portail de marbre avec son tympan représentant une Vierge en majesté, ainsi que la décoration extérieure de l’abside, ou encore le clocher-tour de la fin du XIe siècle et les vestiges de deux cloîtres successifs.

Le mobilier est également riche, l’oeuvre majeure étant sans doute le retable gothique de marbre blanc, consacré à la Vierge, réalisé en 1345 par Jaume Cascall. On notera aussi des statues médiévales : une Vierge romane (la Mare de Déu de Cornellà), une Vierge gothique (la Mare de Déu del Pessebre, autrement dit de la Crèche, originaire de Cuixà), et une Mise au Tombeau (XVe siècle). Le retable baroque de saint Raphaël date pour sa part de 1698.

Autres monuments et lieux à visiter

Quelques jolies rues dans le village. A noter le château, juste en face de l’église, divisé entre plusieurs propriétaires. Une partie de la façade a été restaurée récemment. A ne pas manquer : le plateau d’Embullà, avec son superbe orri et sa vue plongeante sur Villefranche ; on peut y accéder en voiture depuis la route de Corneilla à Fillols, mais il vaut mieux emprunter le joli sentier pédestre qui part de Villefranche (en face du parking principal, de l’autre côté de la route). Enfin, on n’oubliera pas la grotte des Grandes Canalettes, l’une des plus belles de France (penser à se couvrir, il y fait frais !).

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Restany, Jampy, Soler, Paris, Illes, Vigo, Brial, Bousan, Broc, Berjoan, Marie, Brangé, Cadeil, Lafont, Marsal, Anglade, Boher, Fosse, Salvat.

1497 : Martí de Tessà (prieur du “monestir”), Anthoni Oriol (camérier), Jaume Morat (prêtre), Johan Ver Joan (= Berjoan), Guillem Pla, Johan Déu, Miquel Aymar, Barthomeu Martí, Johan Costa, Pere Johan Costa, Miquel Saguí, Johan Maurí, Blas Restany, Bernat Bertran, Bernat lo Gascó, Francí Jançó, Gabriel Pallàs.

Autres liens sur le site

Lieux à visiter : Corneilla-de-Conflent
L’orri d’Embullà

Liens internet

L’église et le village de Corneilla
Autre page sur l’église
L’école de Corneilla
Grotte des Grandes Canalettes

La commune en 1937 (annuaire-guide des P-O)

A 52 km 500 de Perpignan, à 9 km de Prades. Altitude : 534 mètres. 504 habitants. Superficie : 1080 hectares.

Productions : céréales, pommes de terre, vins, pommes.

Curiosités : église romane du XIIe siècle.

Fête locale : 15 août.

Sociétés mutuelles : l’Union républicaine. Sociétés diverses : Cercle Populaire. Musicien: Soler.

Maire : Rondes Jean. Adjoint : Paris Amédée. Conseillers : Sicart Dominique, Marty Pierre, Jampy Pierre, Monteils Marcel, Arnaudiez Marcel, Paris Marcel, Comes Pierre, Fobé Jacques, Illes Gaudérique, Fabre.

Secrétaire de mairie : Plantier. Receveur municipal : Traby. Facteur-receveur : Cros. Instituteur : Plantier. Institutrice : Mme Plantier. Curé : Tronel. Garde : Bioch Jh. Receveur buraliste : Restayrut.

Agriculteurs (propriétaires) : Fondan Joseph, Rondes Ignace, Delpont Martin, Margail Etienne, Jampy Joseph, Anglade André, Anglade Michel, Pagès Victor, Créange Ulysse, Huc Louis, Badie. Autobus : Bigorre, Roque D. Bouchers : Marc, Esparique. Camionneur : Boher Gaudérique. Cafés : Salvat Michel, Restayut Marcel, Boher Antoine, Mène. Charron-forgeron : Fons Martin. Coiffeur : Boher Georges. Couturière : Labruge S. Epiciers : Pouchau Abdon, Boher Jean. Hôtels restaurants : Soubielle Vve, Mène. Journaux (correspondant) : Arnaudiés. Laitiers : Rondes Ignace, Palau Ant, Mas, Arnaudies. Restaurants : Boher A, Restayut M, Serrurier : Moros E.

Château : de Montfreid, Huc Louis propriétaire.

Retour à la liste des communes
Index