Fontrabiouse,

Fontrabiosa

Voir la liste des communes

Vue de Fontrabiouse
photo Jean-Pierre Lagasse

Superficie et situation géographique

Fontrabiouse est une commune du Capcir d’une superficie de 1556 hectares, située au nord de Formiguères et à la limite du département de l’Ariège. Son territoire comprend deux petits villages, Espousouilles et Fontrabiouse. Il est traversé d’ouest en est par le Galbe, rivière qui prend sa source à l’étang de la Porteille d’Orlu et sert de limite avec Formiguères. Autre cours d’eau, passant par le village de Fontrabiouse, le torrent des Escugots. Tous deux se jettent dans la retenue du barrage de Puyvalador. Les villages se trouvent sur un plateau, mais très vite, en remontant le cours des deux rivières, on arrive à des sommets impressionnants servant pour la plupart de limite avec l’Ariège : Pic de Terrès (2540 mètres), Pic de Baixollada (2546 mètres), Pic de la Tribune (2499 mètres), Pic du Pla de Bernat (2346 mètres), Serrat des Clots de l’Egua (2351 mètres). Le territoire est très boisé. A noter une curiosité géologique, juste au sud du village de Fontrabiouse : une carrière d’onyx, d’où provient le revêtement ornant les escaliers du Palais de Chaillot de Paris et du Palais consulaire de Perpignan.

Communes limitrophes : Orlu, Artigues, Le Pla (Ariège), Puyvalador, Formiguères.

Première mention historique et origine du nom

Première mention en 908 sous la forme Fonterabioso, dans un acte mentionnant l’église de Saint-Sébastien mais qui pourrait être un faux plus tardif. Aucune autre mention connue jusqu’en 1308 (Fonte Rabioso). Mot à mot “la source rageuse”, le toponyme évoque une résurgence jaillissant près du village.

Espousouille est également cité en 1308 (Sposolla) puis en 1312 (Sposola). L’étymologie est obscure, seules des formes plus anciennes permettraient d’en savoir plus.

Les recensements

Année :

1999

1990

1982

1901

1836

Habitants :

92

76

72

232

397

Bref aperçu historique

Le texte de 1308 mentionné plus haut est un acte par lequel Bernat de So vend la seigneurie de Fontrabiouse au roi Jacques II de Majorque. Mais, en 1317, le roi Sanch lui restitue cette seigneurie en récompense des services qu’il lui avait rendus. Bernat de So deviendra vicomte d’Évol en 1335, et Fontrabiouse continuera d’appartenir à la vicomté d’Évol jusqu’à la fin de l’Ancien Régime (voir aussi Olette). Pour le reste, l’histoire de Fontrabiouse et d’Espousouille demeure obscure, d’autant que les documents concernant le Capcir sont assez rares. Il semble cependant que les deux villages ne se soient jamais bien entendus, les principaux conflits ayant concerné des pâturages appartenant à Espousouille que les gens de Fontrabiouse essayaient de s’approprier. La population était assez nombreuse au début du XIXe siècle, avec un maximum de 424 habitants en 1822, mais l’exode rural se fait sentir dès le milieu du XIXe siècle : 300 habitants en 1870, 232 en 1901. Après la première guerre, ils ne sont plus que 193 en 1921. A partir de 1962, tous les recensements donnent des chiffres inférieurs à 100 habitants (mais on constate une légère progression en 1999).

L’église paroissiale

Dédiée à saint Sébastien, c’est un petit édifice roman à nef unique et à abside semi-circulaire. Elle a été remaniée au début du XVIIIe siècle, comme l’indique la date de 1712 figurant au portail à archivoltes situé sur la façade ouest. Cette façade est prolongée par un clocher-mur à deux arcades. Le village d’Espousouille possède quant à lui une église dédiée à la Vierge, mais celle-ci n’a été construite qu’en 1871. Auparavant, les habitants allaient assister à la messe à Formiguères.

Autres monuments et lieux à visiter

L’une des principales attractions de Fontrabiouse est sa grotte, trop peu connue, que l’on peut visiter toute l’année (visite guidée d’une heure). On y trouve de belles concrétions et un lac d’un superbe vert émeraude. Pour le reste, balades et randonnées ne manquent pas, notamment depuis Espousouille. Outre un joli chemin menant à Formiguères, c’est la vallée du Galbe qui attire les marcheurs, le but du jeu étant pour les plus aguerris d’atteindre l’étang de la Porteille d’Orlu ou les sommets environnants. Les autres se contenteront d’admirer la remarquable flore de la vallée. L’hiver, bien sûr, c’est le paradis des skieurs de fond. Une agréable adresse à Espousouille : le gîte d’étape de Danie Pesqué.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Roland, Vergès, Soubielle, Nouvel, Surjous, Bataille, Tourné, Mayens, Escané, Brunet, Blancart, Aggere, Trougnou, Saboi, Baille, Cabourle, Llapasset, Mir, Tichadou.

1392 : Pere Gros, Pere Gros min., Guillem Patau, Joan Bonet, Guillem Michaël (source : Etienne Badie, Histoire du Capcir, ed. Terra Nostra).

Autres liens sur le site

Cartes postales anciennes : le Capcir

Liens internet

Photos de villages du Capcir
Photo de la grotte de Fontrabiouse
Renseignements sur la grotte
Balade de Formiguères à Espousouille
Généalogie à Fontrabiouse (famille Nouvel)

La commune en 1937 (annuaire-guide des P-O)

A 90 km de Perpignan, à 46 km de Prades. 154 habitants. Altitude : 1480 mètres. Superficie : 1517 hectares.

Produits : bétail, chevaux de selle et de trait, céréales.
Curiosités : belle carrière d’onyx, forêts, très belle vallée de Galbe, rivière très poissonneuse, carrières d’ardoise à ciel ouvert, ancienne carrière de plomb argentifère.
Société mutuelle : l’Humanité.
Fête locale : 8 septembre.

Maire : Sébastien Soubielle. Adjoints : D. Soubielle, Bernole Jean.

Instituteur : Dixonne.
Institutrice : Mme Parent.
Garde forestier : Parent.

Annexe : Espousouille (a dépassé en population le chef-lieu de Fontrabiouse), résidence du maire et de l’adjoint.

Retour à la liste des communes
Index